Notre-Dame de Thermidor

Au pied de l’échafaud, à l’ombre de la guillotine, pour provoquer l’indécision de son amant, elle écrivit et fit passer ses mots rageurs : « – Je meurs d’appartenir à un lâche. » Piqué au vif, l’amant, Jean-Lambert Tallien, attise la conjuration qui s’est formée au détriment de Robespierre. Détrôné, ce dernier est guillotiné avec les membres de sa faction, aussitôt la Terreur s’interrompt, les portes des prisons s’ouvrent. Une des  premières à sortir est l’épistolière, la belle Thérésa Cabarrus. Pour la deuxième fois, celui qui va devenir son époux lui ouvre les portes d’une prison. La légende alors se forge et lui vaut le surnom de Notre-Dame de Thermidor.

Jean-Louis Laneuville (1748-1826)

Portrait de Thérésia Cabarrus, dans un cachot à La Force.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.