De mensonge en mensonge ou Zaïde de Bellaponté 008

 épisode précédent

épisode 008

26 au 28 avril 1789, Le mensonge destructeur

Ascension de la montgolfière dans le parc de la Folie Titon, 18 septembre 1783. Aquarelle originale, coll. Paul Tissandier..jpg

Si Monsieur Réveillon était connu pour sa participation auprès d’Étienne de Montgolfier d’un des premiers envols de ballons à air chaud, il était avant tout le propriétaire de la manufacture royale de papier peint. Il avait débuté chez un marchand mercier, puis s’était mis à son propre compte. De nature entreprenante, il s’était intéressé au papier importé d’Angleterre et d’Extrême-Orient. Profitant d’un concours de circonstances favorables, il s’était décidé à se lancer dans la fabrication de ce produit tant apprécié de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie. Il installa son modeste atelier dans les dépendances d’une propriété qu’il acquit dans le faubourg Saint-Antoine. Sa prospérité se confirmant de jour en jour, il fit de son commerce une manufacture de premier ordre. Sa notoriété, au fil du temps, plus importante, l’amena à abandonner sa maison de commerce, rue de l’arbre sec, pour aller s’installer rue du Carrousel en face de la porte des Tuileries.

En ce beau jour d’avril, il avait invité dans sa demeure, dénommée du nom de son précédent propriétaire, Évrard Titon du Tillet, les actionnaires qui lui avaient permis de mettre au point un nouveau procédé de fabrication de papier Vélin. Le nouveau système améliorait à la fois la quantité et la qualité de son approvisionnement en papier ce qui assurait sa fortune.

Monsieur Beller, suisse de Monsieur le duc d'Orléans Carmontelle (dit), Carrogis Louis (1717-1806) , peintre.jpg

Monsieur Réveillon attendait ses invités devant l’entrée principale de son manoir, qui au rez-de-chaussée abritait désormais son usine de papier peint, et aux étages supérieurs, ses appartements. C’était un homme de grande taille, légèrement bedonnant, dégageant une autorité naturelle, toujours tirée à quatre épingles, mais sans ostentation. Tous lui trouvaient du charme et éprouvaient de la sympathie pour l’homme. Bien qu’il affichât les différents éléments de sa fortune au travers de sa demeure, des parures de son épouse, il n’aimait pas les extravagances qu’étalaient certains nouveaux riches. Il était avant tout un homme d’affaires, un bourgeois qui avait réussi et qui s’intéressait essentiellement à sa manufacture et à ses biens. Pour l’heure, il fixait d’un œil inquiet le portail grand ouvert sur le faubourg Saint-Antoine. Le quartier, dominé par les différents métiers de l’ameublement, était depuis la veille en ébullition. Des heurts entre ouvriers et bourgeois avaient éclaté lors de la rédaction, au sein de sa fabrique, de cahiers de doléances pour les États généraux. Il faut dire que sa proposition, relayée par Henriot, un fabricant de salpêtre, de baisser le prix du pain et de diminuer les salaires d’autant, afin de stimuler le commerce et donc l’embauche, avait été mal comprise. Le matin même, un de ses ouvriers l’avait mis en garde. La colère grondait parmi les ouvriers des faubourgs Saint-Antoine et Saint-Marcel qui en cortège aux cris de « Mort aux accapareurs ! Le pain à deux sous ! » s’en étaient allés à la manufacture de Saint-Gobain. Il avait cru comprendre qu’il y avait déjà des échauffourées entre le peuple et les troupes royales. Il se détendit, quand il vit s’avancer, sur l’allée principale, qui menait jusqu’au perron sur lequel il se tenait, le premier carrosse. Ses festivités ne seraient pas mises à mal par les troubles populaires. De la voiture descendit monsieur Dambassis de saint Martin, son banquier suivi de son épouse et de leur fille Sophie. L’hôte eut à peine le temps de saluer dans les formes ses premiers invités, que suivit la voiture de Monsieur Vielcastel, accompagné de Jeanne-Louise et d’Edmée. La jeune fille leva vers l’homme un regard translucide qui l’émerveilla. Après avoir fait une révérence, elle contempla la demeure qui faisait décor à son propriétaire. À ce moment-là surgit de la manufacture un homme d’âge mûr, dégarni, légèrement voûté et affublé d’un habit de couleur noire, suivi d’un plus jeune. Ils se dirigèrent vers le maître des lieux et respectueusement, attendirent que celui-ci leur adressât la parole. « — Oui, monsieur Froebel ? Est-ce que tout est en place ? » Le plus âgé des deux acquiesça, le plus jeune avec difficulté essayait de détourner le regard, il venait de découvrir Edmée. Celle-ci rougit, et baissa les yeux, se retournant vers Sophie, cherchant la sécurité. Son amie lui fit un clin d’œil, ce qui l’embarrassa de plus belle. Malgré leur jeune âge, les deux amies, l’une comme l’autre, avaient de quoi troubler la gent masculine, tout d’abord parce qu’elles étaient de grande taille, de plus elles commençaient à ressembler à de jeunes femmes, leurs formes annonçaient des promesses alors qu’elles quittaient à peine le monde de l’enfance. Chacune à sa façon avait de quoi attirer les regards, Sophie blonde comme les blés murs, avait tout d’une nymphe espiègle, Edmée brune comme l’encre était impassible comme une déesse de la raison. Sophie était lumineuse comme le soleil, souriait à tout à chacun. Edmée était mystérieuse, rêveuse et donnait l’impression que rien ne pouvait la toucher. Quand son regard touchait quelqu’un, celui-ci se sentait transpercé et quand par mégarde elle souriait, c’était lumineux, angélique. Contrairement à beaucoup de leurs consœurs, elles sortaient régulièrement du couvent, et si Sophie, de nature romanesque, voulait plaire à la gent masculine, Edmée n’en était pas là. Elle fut sortie de son embarras par l’invitation de Monsieur Réveillon à le suivre, car avant toute chose, il avait décidé qu’il fallait rejoindre son épouse en attendant les invités retardataires.

Elegant Woman, Late 1700s, Louis Rolland Trinquesse.jpgHabillée d’un large manteau en brocard fleuri laissant deviner une jupe de soie de couleur vieux rose, Madame Réveillon les attendait à l’arrière de la demeure, sur la terrasse donnant d’un côté sur le grand salon traversant et de l’autre, par une volée de marches, sur les jardins desquels avait eu lieu le premier envol de montgolfière. Elle avait fait dresser une table couverte d’agapes et rassembler fauteuils et bergères pour le confort de ses invités. Elle connaissait bien madame de Saint-Martin et madame Vertheuil-Lamothe, elle les fréquentait assidûment, ayant des œuvres de charité en commun et se croisant dans divers cercles littéraire et artistique notamment celui de madame Necker et celui de madame de Beauharnais. Elle les accueillit chaleureusement et les complimenta sur la joliesse de Sophie et d’Edmée. Elle installa tout son monde autour de la table et surprit ses convives en les servant elle-même, la mode était au naturel. Monsieur  Réveillon de son côté se mit en conversation avec messieurs Dambassis de Saint-Martin et de Vielcastel. Ce dernier le prit à partie sur l’ambiance électrique du faubourg. Le chevalier expliqua qu’ils avaient eu beaucoup de mal à arriver jusqu’à sa demeure. « – C’est exact, le quartier est, il est vrai, naturellement houleux, mais je soupçonne quelques mauvaises gens d’attiser la flamme de la révolte. Comme vous le savez, l’hiver a été particulièrement rigoureux et le chômage a fortement augmenté, la place de grève est remplie de demandeur d’emploi, aussi lors de la rédaction des cahiers, j’ai proposé de déréglementer la distribution du pain pour entraîner une baisse de prix ce qui aurait permis d’envisager un retour à des coûts salariaux plus raisonnables, ce qui à mon avis aurait entraîné une baisse des prix de la fabrication stimulant ainsi la consommation et donc l’emploi. Monsieur Henriot était d’ailleurs en accord avec moi, mais cette proposition a été colportée comme un désir de simplement faire baisser le salaire des ouvriers. Des individus malintentionnés à la solde de gens haut placés en mal de pouvoir ont même été dire que je soutenais qu’un ouvrier pouvait vivre avec 15 sols par jour. Aussi poussés par cette engeance, les ouvriers du faubourg sont allés demander réclamation à la manufacture de Saint-Gobain. Pour l’instant, ce n’est qu’une manifestation houleuse, heureusement contenue par la garde royale à la Bastille. » Jean-Michel Moreau (26 March 1741, Paris – 30 November 1814, Paris), called Moreau le Jeune,.jpgMachinalement, il leva les yeux vers la forteresse de la Bastille dont la vue se détachait au loin. Madame de Saint-Martin, qui avait suivi avec intérêt la conversation, intervint. « – … mais tout cela n’est-il pas dangereux pour nos affaires.

Oh… non, ce n’est pas la première fois que nous avons du tumulte. De plus, mes ouvriers n’ont pas à se plaindre du traitement que je leur octroie. Ils auront à cœur de protéger mes biens, car ils les nourrissent. » Rassurée, Madame de Saint-Martin guida la conversation vers d’autres sujets, plus en accord avec ses goûts. Un peu plus d’une heure s’écoula au gré de la conversation. Comme les autres invités n’arrivaient pas, Monsieur Réveillon proposa de passer à la visite de la manufacture qu’il avait organisée afin d’admirer son travail.

Arpentant les différents ateliers de la manufacture, écoutant patiemment les explications de monsieur Réveillon, le petit groupe avançait lentement sous l’œil fier des ouvriers, heureux de montrer à ces nobles gens leur travail quotidien. Edmée et Sophie écoutaient d’une oreille distraite les explications sans fin. Elles se contentaient du spectacle, admirant les tontures de drap, blanchies puis teintes et ensuite passées au moulin. Pendant ce temps, le manufacturier expliquait l’impression des papiers imprimés à l’aide d’une planche de bois reliéfée et chargée d’un mordant formé d’huile de lin rendue siccative par la litharge et broyée ensuite avec du blanc de céruse, qu’il dénomma encaustique. Il fit remarquer que le tout était ensuite placé dans une grande caisse au fond tendu d’une peau de veau, le tambour, dans lequel était jetée la poussière de tontisse. Comme son auditoire semblait distrait, il attira son attention sur l’ouvrier qui le prenait avec la planche, une fois le mordant étendu sur le drap du baquet à couleurs, et qui l’étendait uniformément sur une planche avec un tampon ou une espèce de pinceau, et qui le posait sur le papier aux endroits désignés par des repères. « — Comme vous pouvez le voir, une fois qu’il en est placé sur une étendue suffisante, l’apprenti, qui le sert, tire le papier et le couche dans le tambour ouvert ; il saupoudre à la main, avec de la poussière de laine, et lorsqu’il y a assez de longueurs de papier pour couvrir tout le fond du tambour, il frappe en cadence le fond en peau avec deux baguettes longues. » La tontisse s’éleva intérieurement comme une fumée, retomba sur le papier et pénétra fortement dans l’encaustique qui s’en satura et la retint. L’enfant secoua alors avec une de ses baguettes le papier par-derrière pour faire détacher toute la poussière qui n’était pas fixée, ce qui fit éternuer Sophie et rire Edmée, faisant sourciller Jeanne-Louise. Monsieur Réveillon qui sembla ne pas remarquer la dissipation des jeunes filles, continua avec sérieux son explication. « — On place ensuite le papier sur l’étendoir et on le laisse parfaitement sécher. Il arrive parfois, afin de nuancer le velouté et de pratiquer des ombres pour souligner le dessin, que l’ouvrier pratique un repiquage. Il reprend alors le rouleau de papier lorsqu’il est parfaitement sec, l’étend sur son établi et, à l’aide d’une planche de bois, place sur le velouté une couleur en détrempe plus foncée ou plus claire… »

Portrait du sculpteur Falconet à l’âge de 26 ans.jpgMonsieur Réveillon fut interrompu par l’entrée intempestive de Joseph, le fils de son secrétaire. Devinant son agitation, il s’excusa auprès de son auditoire et s’isola de quelques pas pour s’entretenir avec lui. « – Monsieur, Monsieur, il y a du raffut au portail, on l’a fermé, mais la populace s’agglutine contre les grilles. À force de les secouer, ils vont les faire tomber.

– Mais la garde royale est toujours présente ?

– Oui, oui, mais ils ne sont pas nombreux.

– J’y vais, Joseph. Monsieur Froebel, continuez la visite pour nos invités.

Monsieur Réveillon s’excusa une nouvelle fois, et prétexta un peu de remue-ménage à gendarmer devant sa porte. Il invita ses invités à suivre son secrétaire, il expliqua qu’il ferait au plus vite pour les rejoindre. « — Mesdames, messieurs, ne vous inquiétez pas, la garde royale est dans le faubourg, elle nous protégera de tout débordement. »

***

Quelle ne fut pas la stupeur du manufacturier de voir devant sa porte des manifestants brandissant une potence à laquelle, ils avaient accroché des mannequins représentant lui-même et Monsieur Henriot. Il en eut un frisson dans le dos. Il fut toutefois rassuré de voir la garde royale devant sa porte s’interposer entre la foule haineuse et ses biens. Les manifestants ne pouvant s’approcher, ils se rabattirent rue de Cotte, où ils saccagèrent la maison du manufacturier Henriot. Toutefois, un attroupement composé de diverses personnes, ouvriers, filles de mauvaise vie, hommes louches s’installa dans la rue, campant sous les yeux impavides des gens d’armes.

Bien qu’inquiet, il revint dans les ateliers, afin de rassurer quelque peu ses invités. Monsieur de Vielcastel sourcilla à ses explications qu’il trouva trop alambiquées à son goût. Prenant comme excuse le caractère exceptionnel de la situation, il proposa de laisser leurs hôtes à leurs affaires et de remettre les festivités troublées par le remue-ménage. « — Je suis désolé monsieur, mais à cette heure, je ne pense pas que nous puissions sortir de la Folie Titon. Une foule houleuse s’est installée devant ma porte. J’ai bien peur que nous soyons pris en otage et que nous soyons amenés à prendre notre mal en patience, mais soyez rassurés la garde royale est là. » La réplique jeta un froid sur le petit groupe amenant à chacun des pensées différentes. Pour la majorité d’entre eux, il leur sembla impensable que l’on puisse s’en prendre à eux, aussi ils firent bon cœur contre mauvaise fortune. Edmée était moins confiante, mais rien ne la guidait vers une autre voix. Sophie quant à elle, ne constatait qu’une chose à sa grande contrariété, c’est que la fête n’aurait pas lieu, elle qui avait mis tant de soin à choisir sa tenue avec son amie. Elle arborait pour la première fois une robe à la chemise en linon avec un caraco de satin bleu-turquoise et avait conseillé à Edmée une variante, mais bleu gris. Elle rageait intérieurement, mais que pouvait-elle faire ? Fataliste, elle suivit, comme le reste du groupe, Joseph dans les méandres de la manufacture afin de remonter aux appartements.

Le saccage de la manufacture Réveillon (avril 1789).jpgPendant ce temps, accompagné de son secrétaire, monsieur Réveillon revint vers le perron de sa demeure, afin de voir à quoi s’en tenir. Il se mit à scruter le bout de l’allée. Derrière le portail monumental clos, une foule haineuse hurlait des horreurs qu’il était difficile d’ignorer tant le vacarme était grand. Certains secoués toujours les mannequins à son effigie et à celle de son ami, prétendant leur faire mille sorts atroces. Le manufacturier ressentait un malaise profond qui commençait à lui liquéfier les tripes. Le seul rempart, entre eux et la colère de ses manifestants, était le détachement stoïque de la garde royale, dont il trouvait le nombre de ses membres bien petit. Il jeta un regard interrogateur vers son secrétaire qui haussa les épaules d’impuissance. Des ateliers, installés dans les communs, de chaque côté du jardin à la française, ornement de la façade, des ouvriers sortaient commentant la scène, certains avec colère. À la vue de leur patron, ils préférèrent se taire suivant en cela les conseils de monsieur Froebel. Il était inutile d’attiser la foule par d’autres propos haineux. Monsieur Réveillon, soucieux de connaître les ordres de la garde, finit par s’avancer vers son commandant. L’homme, suivi de son secrétaire, en imposait, la foule petit à petit se tut attendant quelque chose. Ce changement d’humeur fit se retourner le capitaine. « — N’avancez pas plus loin monsieur, cela pourrait être dangereux. Ils vont se calmer, il n’y a aucun doute… » La phrase n’était pas finie qu’une pierre tomba aux pieds de monsieur Réveillon, qui ne broncha pas. Il fixa son regard vers l’endroit d’où, lui sembla-t-il, l’objet avait été projeté. Il n’était pas en colère, il était triste. Il semblait avoir fait tout ce qu’il pouvait pour ses ouvriers, pour leur bien-être, leur confort, et voilà qu’on lui reprochait, à lui, tout l’inverse. Il sourit tristement, s’attirant un quolibet d’une femme efflanquée en haillon. Il n’avait pas voulu cela. Il trouvait injuste que ses propos aient été détournés à des fins malhonnêtes, au point de devenir une contre-vérité, un sujet de discorde. Il estimait qu’il n’y avait rien de bon à insuffler tant de haine.   « – Monsieur Froebel, écoutons les conseils avisés du capitaine, n’allons pas souffler sur les braises. »

Il fit demi-tour sous le silence tendu par la rancœur des insurgés et rejoignit sa demeure.

***

À l’intérieur, depuis le salon donnant sur la rue, les invités de monsieur Réveillon n’avaient pu s’empêcher d’examiner avec anxiété la rue du faubourg devenue noire de monde. Ils remarquèrent, tout à coup, une vague dans le mouvement de la foule, et virent le plus gros se mettre en branle en direction de Paris. Monsieur Dambassis en fit la remarque, mais leur soulagement fut de courte durée. Jeanne-Louise fit observer à voix basse, comme si elle avait peur d’être entendue, que certains manifestants semblaient dresser un campement. Ses compagnons durent acquiescer, c’était bien le cas, la nuit tombant, des feux étaient allumés avec tout ce qui pouvait être rassemblé. Des bancs de fortunes étaient dressés et du vin était distribué par des cabaretiers installés aux abords. Si une partie des agitateurs étaient allés saccager la demeure de monsieur Henriot à défaut de celle de monsieur Réveillon, les cris haranguant de la foule en attestaient, l’autre partie attendait son moment devant la garde qui ne bronchait toujours pas. Monsieur Réveillon entra, sur ces entrefaites, dans le grand salon. Il était repassé par ses ateliers, rassurant du mieux possible ses ouvriers et leur faisant distribuer de quoi les nourrir, car tout le monde était retenu dans la manufacture.Jean-Michel Moreau, dit le jeune. Illustration pour l'Emile dans Oeuvres de Jean-Jacques Rousseau copie.jpg « — Mes amis, je suis désolé de vous voir mêler à tout cela. Je n’ai point pensé que cela prendrait ces proportions. Cela sera moins festif que prévu, mais rien ne nous empêche de nous régaler et de passer à table. » Chacun le rassura, repoussant sa culpabilité, tous savaient bien qu’il n’y était pour rien. Ils s’installèrent à table, sans grand appétit, mais tous prêts à faire un effort pour leurs hôtes. À la demande du maître de maison, monsieur Froebel et son fils se joignirent à eux. Le secrétaire n’osa refuser. Un tant soit peu gêné, il s’assit auprès des invités de leur maître, enjoignant son fils à faire de même. Madame Réveillon, ignorant la singularité de l’invitation, lança le service et mit toute son amabilité à égayer le repas, entraînant madame de Saint Martin et Jeanne-Louise dans des considérations autres que les préoccupations du moment, chacune répondant à son effort. Monsieur Dambassis, de son côté, entama une conversation avec monsieur Vielcastel sur la mise en place des futurs états généraux prévue pour le mois suivant. Sophie et Edmée ne faisaient qu’écouter, leur éducation leur ayant appris à se taire en société tant que l’on ne s’adressait point à elles, de plus qu’auraient-elles eu à dire. L’une était curieuse de ce qui se passait au-dehors, ignorante du danger, et l’autre inquiète de celui-ci, troublée par ses compagnons, entités lumineuses et prophétiques qui s’agitaient autour d’elle.

La soirée s’écoula avec lenteur, chacun ayant du mal à se détendre. La brise amenait par vague le son étouffé des agapes et algarades des mécontents installés devant la grille de la demeure. De temps en temps, le rire d’une femme ou l’aboiement d’un homme enivré traversait le silence qui s’installait dans la conversation que chacun essayait de maintenir. Au milieu de ce malaise général, Edmée en ressentait un supplémentaire, celui du regard constant de Joseph. Le garçon de quelques années plus âgé qu’elle, bien que joli garçon avec sa tignasse presque blonde et ses yeux bruns, avait quelque chose de lourd dans le regard. Cela inquiétait la toute jeune fille, elle sentait quelque chose d’indéfinissablement trouble dans cette attention. Elle pressentait en lui un danger et telle une proie devant un prédateur elle tremblait d’effroi. Elle ne comprenait pas ce sentiment de peur irrationnelle dont elle ne trouvait ni explication ni justification, elle essayait de se raisonner, mais en vain l’impression restait. Sophie, assise en face d’elle, qui ne comprenait pas la gêne de son amie, essayait, en vain, d’attirer son regard, fixait dans son assiette. Elle supposait que son comportement était la conséquence des troubles extérieurs, qui devait l’effrayait, et elle voulait la rassurer. Elle-même était indifférente à tout cela, elle était loin de se sentir en danger, tant elle était assurée de la protection que lui offrait son statut. Dans sa naïveté, elle trouvait amusants ces bouleversements, qui perturbaient ses parents et ses amis. D’un tempérament enjoué et optimiste, elle ne comprenait pas ce qui contrariait son entourage, hormis la perturbation des festivités qui avaient été gâchées. Elle aurait voulu profiter de sa sortie du couvent offerte par cette occasion, et était déçue que les autres invités n’aient pu atteindre les lieux, limitant les membres de la gent masculine ayant un intérêt pour elle à ce Joseph qui n’avait d’yeux que pour son ami, qui ne semblait pas s’en apercevoir.

Le dîner traîna en longueur, puis monsieur Réveillon proposa l’hospitalité pour la nuit, celle-ci s’avançant. Sophie et Edmée se retrouvèrent dans une chambre donnant sur le jardin, madame Réveillon avait proposé de les laisser ensemble, ce que Jeanne-Louise trouva bien venu. Arrivée dans la chambre Edmée se retrouva soulagée de la présence oppressante du garçon. Elle se détendit au fil de la conversation prolixe de son amie. Elle n’osa lui faire part de l’impression que lui avait fait Joseph, elle ne savait pas comment l’exprimer et donc doutait d’être comprise. Elle laissa donc Sophie discourir sur les impressions que lui avait faites cette journée riches en rebondissements. Elle n’avait pas assez de mots pour exprimer sa déception envers cette journée dont elle attendait tant, car c’était un peu comme son entrée dans le monde, et voilà que cela était repoussé aux calendes grecques. Le tout s’était soldé par un dîner sans grand intérêt, elle qui se faisait une joie, depuis qu’elle en avait la teneur, de cette sortie inespérée du couvent. Il y aurait dû y avoir un bal et même un feu d’artifice, quel désastre que ces attroupements de gueux ! Edmée finit par rire des propos dépités de son amie tant ils étaient inconsidérés, naïfs et même enfantins. Elles étaient affalées sur le lit, et de là elles avaient pour vue le jardin par les portes-fenêtres qui donnaient sur un large balcon. Edmée finit par se laisser porter par la vision de la lune qui flottait à travers un voile. Elle regardait la masse sombre de la Bastille qui se profilait au loin. Elle trouvait la forteresse moyenâgeuse rassurante. Elle eut un frisson, elle avait l’impression qu’elle l’appelait. Elle en fit part à son amie qui à son tour se moqua.

Intérieur avec deux femmes et un gentilhomme, à la table de toilette, 1776 Louis 2.jpgSur une des chambres donnant sur le devant de la Folie, Jeanne-Louise qui s’était dévêtue de sa robe à l‘anglaise regardait elle aussi par la fenêtre. Elle avait mis par dessus sa chemise, son manteau de grosse soie qui lui servait de robe de chambre, elle le serrait contre elle comme l’on s’enveloppe d’une carapace. Elle examinait les campements de fortune, elle apercevait autour des feux des hommes et des femmes qui semblaient converser et parfois se quereller. La foule s’était calmée, mais ne s’était pas dispersée, qu’attendait-elle ? Elle se le demandait. Pourquoi restait-elle là ? Qu’aurait-elle de plus ? Elle exprima sa pensée à haute voix, son époux qui était assis sur le lit, se leva, s’approcha d’elle et la prit dans ses bras pour la rassurer. « — Ils veulent nous impressionner, mais nous ne risquons rien, ils n’oseront pas affronter les gardes postés dans le jardin. Ils s’échauffent inutilement, cela ne leur apportera rien. » Jeanne-Louise ne rajouta rien, les propos du chevalier ne la rassuraient guère. Elle se sentait piégée. Elle aurait aimé être loin, au château Lamothe, mais elle était là à attendre, elle ne savait quoi.

Dans la chambre d’à côté, les époux Dambassis de Saint-Pierre se préparaient à se coucher. Ils partageaient la même chambre, ce qu’ils n’avaient pas fait depuis la naissance de leurs enfants et cela les contrariait grandement, même s’ils ne l’exprimaient pas. L’assurance de leur sécurité ne les souciait pas. Par courtoisie, ils échangeaient leurs points de vue, et exprimaient leur déplaisir d’être contraint à rester dans les lieux, pour une fois ils étaient en accord.

Les plus inquiets, étaient les époux Réveillon, qui voyaient leurs biens et eux même vilipendés par la foule. Madame Réveillon essayait de rassurer son époux sans trop y croire, celui-ci ne quittait pas la fenêtre, il connaissait le caractère ombrageux des habitants du faubourg. Ils avaient saccagé plus d’une fois tout ce qu’ils trouvaient sur le passage de leur colère. Par les jardins, un de ses commis était venu donner des informations qui n’étaient pas bonnes. Les biens de monsieur Henriot, le fabricant de salpêtre, avaient été malmenés, lui-même s’était enfui devant la menace. « Mort aux accapareurs ! Le pain à deux sous ! » Il se demandait encore comment ses propos avaient pu être si mal interprétés ou détournés. Comment lui, que la crise avait forcé à débaucher certains de ses employés, et qui avait tout de même attribué à ces infortunés des allocations de chômage d’un montant relativement élevé, lui qui était l’un des seuls chefs d’entreprise à s’astreindre à cette mesure sociale, comment des ouvriers qu’il avait aidés de son mieux, pouvait-il lui faire cela ? Il ne comprenait pas plus pourquoi le détachement de la garde royale était si peu nombreux. Un plus grand nombre aurait intimidé les ouvriers en colère. Tout se bousculait dans sa tête, Versailles avait pourtant dû être averti, ce qui s’était passé sous les fenêtres de l’hôtel de ville et qui lui avait été rapporté n’avait pu rester sans écho auprès du roi. Les insurgés avaient, tout de même, sous les fenêtres de l’Hôtel de Ville, sous les yeux de l’autorité municipale, brandi une potence à laquelle ils avaient accroché les mannequins le représentant ainsi qu’Henriot et ils les avaient brûlées en place de Grève. Comment se faisait-il que le lieutenant de police, le prévôt des marchands, Flesselles, l’intendant Berthier, tous ces agents de la Cour ne se fussent pas émus de cela ? Il était tout de même manufacturier du roi et il estimait que l’on mettait peu d’ardeur à protéger ses biens et sa personne. Il devinait qu’il était devenu un enjeu pour détourner l’attention, ou tout au moins il supposait que l’on utilisait la situation pour interrompre le processus des états généraux avec le fallacieux prétexte des émeutes.

96732013be6f53c3573df8359a9bd1a9.jpgL’aube vint sans que monsieur Réveillon n’ait pu trouver quelques repos. Le soleil n’était pas levé. À peine blanchissait-il le ciel, que le manufacturier arpentait ses ateliers, saluant ses ouvriers qui ouvraient les yeux après un sommeil peu salvateur. Il passait de l’un à l’autre échangeant quelques mots qui se voulaient rassurants, eux lui assuraient leur fidélité. Le manufacturier ne put que s’en rendre compte, la foule qui s’était quelque peu amoindrie pendant la nuit à nouveau grossissait. Ce n’était donc pas fini. Elle s’énervait déjà, s’échauffait par à-coups sous les invectives de quelques un de ses membres, quelques agitateurs à la solde de profits politiques. Dépité, il rejoignit son épouse qui s’occupait déjà de ses invités, Jeanne-Louise était en sa compagnie. Elle avait visiblement mal dormi, elle était cernée et plus blanche que la normale. Monsieur Vielcastel vint dans la foulée suivi de peu par monsieur Dambassis qui excusa son épouse trop fatiguée pour mettre encore un pied devant l’autre.

La journée s’écoula lentement, une sourde angoisse tenaillait les habitants de la Folie Titon. Des fenêtres donnant sur le devant de la demeure chacun à leur tour, irrésistiblement attiré, ils guettaient la foule des manifestants qui paraissait de plus en plus dense. Tout le peuple du faubourg semblait se rassembler devant les grilles de la manufacture. Edmée et Sophie avaient interrompu leur attente en allant arpenter les allées du parc qui s’étendaient à l’arrière de la Folie jusqu’à la campagne et les faubourgs. Elles avaient pour garde du corps Joseph. Ce qui inquiétait, ou tout au moins mettait mal à l’aise, Edmée qui s’accrochait au bras de Sophie, qui elle essayait ses pouvoirs de séduction sur le jeune homme. Le parc, avec ses méandres tortueux, paraissait sans fin, ce qui n’était pas le cas, il était bordé d’un haut mur de pierre que la végétation recouvrait de lierre et autres plantes grimpantes. Pour contenter leur curiosité, Joseph les mena du côté de la forteresse, les tours crénelées, reliées par des murailles de même hauteur, en faisait une masse compacte qui surplombait au loin telle une montagne la frondaison des arbres. Elles trouvèrent le monument inquiétant et rassurant à la fois, cela fit sourire le jeune homme, qui se mit à leur conter des anecdotes sur les supposés prisonniers. Il leur détailla l’arrivée des prisonniers que l’on annonçait au son d’une cloche amenant les boutiques avoisinantes à fermer et les gardes à se couvrir le visage pour ne pas voir le visage du nouveau venu. Ce culte du secret motivait également l’enterrement des prisonniers de nuit sous de faux noms. Il leur raconta le mythe de l’homme au masque de fer. Elles l’écoutèrent avec attention comme on écoute un conteur d’histoire. Elles frissonnèrent d’effroi aux rythmes des chaos de l’histoire. Comme le jour baissait, le groupe de jeunes gens revint vers la maison. Edmée était toujours inquiète, c’était diffus et cela n’avait plus de rapport avec le garçon. Lorsque les jeunes gens entrèrent dans le grand salon, ils trouvèrent leurs hôtes et leurs familles aux fenêtres donnant sur l’avant de la demeure. Un grand tumulte les y avait attirés, les inquiétait par sa force soudaine. Le carrosse du duc d’Orléans essayait de passer au travers de la foule sous les « hourras ! », les « vive le roi ! », de celle-ci. Comme l’équipage stagnait devant le portail de la Folie, le duc ouvrit la portière et se pencha à l’extérieur pour la remercier de ses acclamations, faisant redoubler celles-ci. Monsieur Réveillon en put s’empêcher d’émettre un juron à la vue de la scène, faisant sourire monsieur Vielcastel qui rajouta « — c’est bien de lui ! 

1778 Jean-Michel Moreau, dit le jeune. Illustration pour l'Emile dans Oeuvres de Jean-Jacques Rousseau.jpg– mais il distribue le contenu de sa bourse ! Cet homme est inconscient ! » s’exclama madame de Saint Martin, personne ne rajouta quoi que ce fut, mais n’en pensa pas moins. Dans le grand salon Edmée, qui avec Sophie, était restée en retrait, d’une voix blanche sortie d’outre-tombe, laissa tomber « — il faut partir, il faut s’enfuir par les jardins, c’est notre seul salut ». Cela fit se retourner Jeanne-Louise et madame de Saint Martin interloquées et mal à l’aise de la prévention lugubre de la jeune fille que lui avait soufflée l’apparition fugace de l’Éthiopienne. Elles n’eurent pas le temps de faire une quelconque réflexion, madame Réveillon laissa échapper un cri. Son époux la soutint, sur l’instant, la pressentant défaillir. À l’extérieur, les choses s’étaient précipitées. Monsieur Vielcastel ramena l’attention sur la scène qui se déroulait dehors.   Le portail de l’entrée avait été ouvert, des hommes de la garde royale s’étaient précipités pour dégager la rue du faubourg afin de laisser passer le carrosse du Duc infatué qui paradait semblant ne pas se rendre compte du danger de la situation.   Profitant de cette ouverture inopinée, des manifestants s’étaient faufilés et ouvraient grand les battants, permettant ainsi à l’ensemble de la foule survolté d’envahir les lieux. Dans le mouvement, la garde royale se retrouva prise en étaux par les ouvriers, qui se précipitaient afin de protéger la manufacture, et des semeurs de troubles qui hurlaient de haine contre l’oppresseur supposé. Des coups de feu fusèrent, qui n’étaient que des coups de semonce, mais ils ne firent que décupler la rage des émeutiers.

Derrière les carreaux vitrés des portes-fenêtres, d’un ton glaçant, mais déterminé, monsieur Réveillon laissa tomber comme un couperet. « — La petite à raison, il nous faut fuir. Ils sont trop nombreux pour être contenu. » Montrant le mouvement, entraînant son épouse ébranlée, il se précipita vers la terrasse. « — Allez ! allez, mes amis, il ne faut plus tergiverser. Joseph part devant, montre-nous le chemin.

Il faut aller vers le muret écroulé, s’écria Edmée, les yeux semblant regarder quelqu’un, quelque chose dans le vide. Elle suivait les conseils de l’Éthiopienne qui lui faisait signe de se hâter. Ce fut alors le début de la débandade, une fuite en avant. Les femmes en corset et escarpins, faisaient un furieux effort tant elles étaient handicapées par leur vêture, leurs cavaliers tant bien que mal les soutenaient, les empêchaient de chuter. Sophie et Edmée, la main dans la main, devançaient le groupe dans la foulée de Joseph. Monsieur Froebel fermait la marche hâtive, l’âge ne lui permettait pas de mieux faire.

Les allées du parc et leurs méandres leur semblèrent sans fin, monsieur Réveillon se retournait sans cesse de crainte de voir faire irruption quelques enragés sur leurs talons. Joseph les guida sous les grands arbres dont l’ombre les cacha complètement, d’autant que la nuit commençait à tomber, c’était l’heure entre chien et loup. Ils arrivèrent enfin devant le mur d’enceinte en partie écroulé et dont le propriétaire avait toujours remis à plus tard la réfection. Une négligence qu’il ne regretta pas. Ils se retrouvèrent tous devant essoufflés, madame de Saint Martin prête à défaillir, tant son souffle était coupé par son corset fortement lacé. Elle fut soulagée par son époux qui trancha les lacets avec le coutelas que Joseph détenait. Son souffle repris, elle demanda. « — Où est la porte ? » Tout en ramenant son opulente chevelure en arrière, Edmée rétorqua sans vraiment savoir d’où elle tenait l’information. « — Nous ne pourrons l’ouvrir ». Madame de Saint Martin lui jeta un regard noir tant la jeune fille l’agaça avec ses airs de pythie. « — Il nous faut passer par-dessus !

— Quoi ?

Drawing of a Young Woman, by Fragonard, c 1770s-80s.jpg

Sophie qui était habituée aux réparties prophétiques de son amie, et qui depuis longtemps ne cherchait pas à savoir d’où elle les tenait, sourit devant ce qu’elle devinait être la suite des évènements.

— Est-ce vrai ? insista madame de Saint Martin. Le petit groupe se retourna vers monsieur Réveillon.

Oui, mademoiselle Edmée a raison.

 Madame de Saint Martin allait se révolter, tant elle ne se voyait pas faire cette acrobatie, tant elle la trouvait incongrue. Monsieur Dambassis l’arrêta dans l’élan. « — Nous n’avons pas le choix, monsieur Vielcastel. Venez ! Je vous fais la courte échelle, d’en haut vous aiderez ses dames. Joseph, passez de l’autre côté, il faudra aider ses dames à descendre. » Sans plus attendre, chose fut faite. Les hommes en place, monsieur Dambassis fit la courte échelle à Jeanne-Louise. La jeune femme, un peu déconcertée, mit son pied dans les mains jointes de l’homme, et fit comme si elle montait à cheval ne se souciant pas de sa toilette. Il la propulsa et elle se laissa hisser par son époux. Après elle suivit le reste du groupe sous l’éclairage du clair de lune. Instinctivement, de l’autre côté du mur, ils se rassemblèrent sous la frondaison qui les dissimulait. Étrangement, la route qui menait au village de Charonne était vide. Devant l’hésitation de monsieur Réveillon, Edmée proposa d’aller vers la forteresse de la Bastille ce qui intrigua à nouveau ses comparses. Madame de Saint Martin qui avait besoin de passer ses nerfs sur quelqu’un s’apprêtait à réagir, mais monsieur Réveillon acquiesça, arguant que c’était la meilleure solution. Il rajouta que le gouverneur les protégerait de la populace. Tout en regardant ses chaussures en triste état, l’une étant quelque peu éraflée, Jeanne-Louise laissa échapper. « – Mais c’est loin !

– courage, ma chère, nous n’avons guère le choix. Il encouragea madame Réveillon, qui elle aussi trouvait l’aventure passablement pénible. Elle n’avait jusque-là rien dit tant elle était effondrée par la situation, dans sa tête tout se mélangeait. Qu’allaient-ils devenir ? De plus, une pointe de côté l’empêchait de respirer facilement et son cœur battait la chamade, mais elle ne se plaignait pas. Elle ne voulait pas rajouter de sujets d’inquiétude à son époux. Le groupe se mit en mouvement. La forteresse royale qui se dessinait au loin, au-dessus de la campagne et du faubourg, leur paraissait bien loin. Leurs chaussures, peu faites pour la marche, leur mordaient les pieds. La première à s’en plaindre fut Sophie, lorsque l’un de ses escarpins de soie se déchira sur l’un des côtés de tout son long. Elle avait les pieds en sang et n’avait jusque-là émis aucune plainte. Joseph avec un lacet de cuir sorti dont ne savait où, saucissonnant son pied, lui maintint la semelle. Avec une grimace, s’appuyant sur son amie, la jeune fille reprit la marche. En fait, leur destination n’était qu’à une trentaine de minutes, mais le manque d’habitude rallongea le temps et à l’approche de la barrière Saint-Antoine, il leur fallait traverser un amas de maisons constitué de deux ou trois auberges. Malgré l’heure, il y avait du monde alentour, il régnait une agitation qui devait être due à l’agitation générale du faubourg. Le groupe s’arrêta afin d’évaluer le danger à l’abri d’un muret écroulé. Madame Réveillon que l’emballement de son cœur rapprochait de la défaillance s’assit, suivit en cela par ses comparses. Il leur fallait passer la barrière sans attirer l’attention, ce qui était difficile tant leur groupe ne pouvait paraître incongru à qui le verrait. Monsieur Dambassis proposa de passer par petits groupes, mais les femmes que le nombre rassurait ne voulurent rien entendre. Joseph leur proposa d’attendre un peu que le lieu se vide, ils pourraient ensuite passer par le jardin d’une des auberges dont il connaissait le fils du propriétaire qui était manœuvre à la manufacture. Avec une petite somme d’argent, l’homme devrait être facilement convaincu. « – Joseph à raison, c’est le plus raisonnable, intervint monsieur Réveillon. Monsieur Froebel, pouvez-vous accompagner votre fils ? La demande en aura que plus de poids.

– Bien sûr, monsieur, je connais l’homme, c’est le père Cateloup, il est honnête, il ne devrait pas y avoir d’empêchement.

Grande Halle du Château de chamerolles « Les femmes apportent dans l’art comme une vision neuve et pleine d’allégresse de l’univers.jpgÀ l’orée du petit bois, qui abritait le muret qui leur servait de refuge, ils attendirent que les lumières des auberges s’éteignent et que les abords se vident de toute personne. L’humidité tombait, les faisant frissonner. Ils trouvaient le temps long entre inquiétude et inconfort. Quand il n’y eut pour ainsi dire plus de mouvement, le père et le fils allèrent frapper à l’auberge du « sabot fracassé ». Ils revinrent un quart d’heure plus tard, pour annoncer que le champ était libre et qu’il fallait faire vite tant que les abords étaient déserts.

Le petit groupe se précipita éclairé par le clair de lune. Ils rentrèrent par le jardin adjacent à l’auberge où les attendait le propriétaire. Le père Cateloup se présenta avec humilité à monsieur Réveillon, s’excusant pour ce qui lui arrivait, comme si cela était sa faute. Le manufacturier remercia l’homme qui se lança alors dans une longue litanie explicative ayant pour but d’excuser le bon peuple qui souffrait. Le petit groupe s’impatientait, mais n’osait le faire voir à l’homme. Ce fut son épouse qui le coupa « – eh ! Mon mari ! Ces messieurs-dames n’ont pas que ça à faire ! Ils en ont assez vu pour aujourd’hui ! » Il sourcilla, mais acquiesça tout en s’excusant à nouveau de les importuner avec ses idées. Monsieur Réveillon, ne voulant pas le froisser, d’un ton paternel le remercia pour sa sollicitude. Monsieur Froebel rappela à tous l’urgence de la situation. Le père Cateloup opina tout en repartant sur un discours tout en les entraînant vers le fond de son auberge.   Il leur fit passer la porte du fond qui donnait sur son potager à l’arrière de l’auberge. Ils traversèrent celui-ci sur toute sa longueur et après avoir passé le poulailler endormi, ils n’eurent plus qu’à passer le portillon qui donnait sur un chemin longeant les fossés de la forteresse et qui menait jusqu’à la barrière à l’abri des regards. En quelques pas, ils furent à l’octroi de la porte Saint-Antoine. Ils remercièrent chaleureusement l’aubergiste qui les avait accompagnés jusque-là et sans plus ralentir ils se précipitèrent vers les gardes ébahis de les voir courir vers eux. En quelques mots, monsieur Réveillon résuma la situation. Le capitaine des gardes les laissa passer et leur adjoint un de ses subalternes pour les guider. Quelques minutes après, ils étaient devant la porte de la forteresse demandant protection.

***

Le_Marquis_de_Launay.pngLe marquis de Launay, gouverneur de la Bastille, alertait par un de ses subordonnés, se précipita au-devant des réfugiés de la Folie Titon. D’un ton qui sonnait faux, il s’adressa à monsieur Réveillon « – mon ami, nous nous faisions un sang d’encre, nous avons envoyé un détachement à votre secours. » Devançant monsieur Réveillon, monsieur Vielcastel, que la situation exaspérait, ne put s’empêcher de lui rétorquer « – c’est comme pour Madame Royale c’est un peu tard ! ». Le gouverneur blanchi au rappel de cette bévue qui lui avait valu les remontrances du roi en personne, les ordres n’arrivant pas, il n’avait pas fait tonner le canon, comme le voulait la tradition afin de saluer la naissance de la fille aînée du roi. Connaissant monsieur Vielcastel et le sachant au service du comte de Provence, frère du roi, il ne broncha pas. Monsieur Réveillon de son côté ne broncha pas et ne fit pas d’allusion, son ami ayant fort bien exprimé le fond de sa pensée. Moult questions se bousculaient dans sa tête, le manufacturier ne savait pas à cette heure ce qu’il était advenu de ses biens. Il ne se faisait pas d’illusions. Il ne pouvait savoir à quel point il avait raison. Sa maison avait été forcée, les manifestants avaient brisé, cassé, brûlé tout ce qui était à leur portée, le papier peint, la colle, ses meubles, ses tableaux se consumaient dans les flammes. Rien n’avait été emporté, sauf cinq cents louis en or qu’il avait entreposé dans son bureau pour payer un fournisseur. Beaucoup s’étaient établis dans ses caves. Les 2.000 bouteilles de vin étaient pillées et rapidement consommées par la foule jusqu’aux couleurs de la fabrique qui y étaient entreposées et qu’ils avaient prises aussi pour du vin.

« – Je vous remercie monsieur le gouverneur, mais le détachement de la garde royale a été débordé lors du passage de monsieur le duc d’Orléans. Puis-je vous demander l’hospitalité pour ma femme et moi-même jusqu’à ce que les choses se calment ? Et pouvez-vous faire raccompagner mes amis jusqu’à leur demeure ? Je pense qu’ils sont las de tout cela.

– bien entendu, cela va de soi, répondit monsieur de Launay, heureux de s’en tirer de si bon compte.

***

Girl [...] by Gilles Demarteau, 18th century. Bibliothèque municipale de Lyon, Public Domain.jpgPendant que les époux Réveillon constataient avec amertume l’étendue des dégâts, qui avait coûté, outre ses biens, la vie de vingt-cinq personnes, Edmée et Sophie devenaient les héroïnes du couvent où elles étaient rentrées dans la foulée des évènements. Madame de Saint-Martin n’étant pas en état de s’occuper de sa fille, Sophie avait été ramenée directement entre les mains protectrices des dames ursulines. Edmée avait demandé à la suivre, Jeanne-Louise avait accepté bien qu’elle aurait aimé la garder auprès d’elle.

À peine entourée de leurs camarades qui avaient eu vent d’une échauffourée dans le quartier Saint-Antoine, Sophie, avec l’agrément d’Edmée, se mit en devoir de raconter avec pléthore de détails leurs aventures au milieu de la vindicte des révoltés.    Leur héroïsme à toutes deux pris de l’ampleur au fur et à mesure que les nouvelles arrivaient du dehors. À chaque fois, Sophie rajoutait des faits qui au fil du temps devenaient de plus en plus extraordinaires mettant en exergue leur courage à toutes deux. Sophie n’omettait jamais de mettre en avant son amie, mettant en valeur son rôle dans leur échappée, rappelant à qui voulait l’entendre que c’était son intuition qui les avait sauvés. Edmée ne savait comment se comporter ni quoi rajouter lorsque des questions lui étaient adressées.

Lorsque quelques mois plus tard au milieu du mois de juillet, la populace prit la Bastille, l’aura des jeunes filles fut à son comble. Sophie n’eut plus de limites dans ses descriptions. En aparté, Edmée en fit la remarque à son amie, ce à quoi celle-ci répondit « – Edmée, plus tu répètes une chose, plus les gens sont prêts à y croire aussi invraisemblable que cela puisse paraître. Nous resterons pour nos compagnes, les sœurs et tous ceux qui auront entendu ce qu’elles vont colporter, des héroïnes. Tu peux me croire, ma mère m’a raconté plus d’une rumeur qui, bien que fausse, était crue de tous. La reine, la première, a eu droit à ces rumeurs, rappelle-toi de l’affaire du collier. » Edmée était bien placée pour le savoir, elle laissa donc Sophie continuer, cela n’était pas bien méchant.

Au-dehors, tout s’accélérait. Les États-Généraux avaient mal tourné. Ils étaient nimbés de malentendus, et avaient débouché sur le serment du jeu de Paume, la démission de Necker et le retour du baron Breteuil aux finances, puis à nouveau le retour de Necker et suite à la prise de la Bastille, un livre de proscription circula dans Paris dénonçant des personnes de haut rang et leur entourage et leur présageant un funeste sort, déclencha les premiers départs en émigration. Le comte d’Artois, frère du roi, le prince de Condé, affolés par la tournure que prenaient les évènements, s’exilèrent.

Les nouvelles entrèrent dans les murs, elles entraînèrent une vague d’immigration qui vida le couvent.

serment du jeu de peaume-david-001f.jpg

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

épisode 009

 

2 réflexions sur “De mensonge en mensonge ou Zaïde de Bellaponté 008

  1. Pingback: De mensonge en mensonge ou Zaïde de Bellaponté 009 et 010 | franz von hierf

  2. Pingback: De mensonge en mensonge ou Zaïde de Bellaponté 007 bis | franz von hierf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s