La Palmeraie / De tempête en tempête chapitre 7, 8 et 9

1er épisode

épisode précédent

Chapitre 07

Mai 1791, une naissance difficile

Louis Augustin Lacourtade

L’accouchement. C’était d’abord une histoire de femmes. Et comme Marie-Amélie avait perdu les eaux un mois à l’avance, la gent féminine de la maisonnée s’affola. Le moment était arrivé. La venue d’un enfant, c’était toujours l’inconnu, la peur, peut-être la mort.

Grisette alla chercher aussi vite qu’elle le put la sage-femme. Elle courut tout du long, traversa le pont rouge, longea la cathédrale, passa devant son parvis et pénétra dans un bâtiment au fronton antique soutenu par des colonnes qui était l’hôtel-Dieu. Elle arriva tout essoufflée dans le lieu insalubre, encombré de miséreux, de malades, de blessés qui erraient dans le hall et les couloirs. Depuis que les sœurs augustines avaient dû quitter leur demeure, le plus grand désordre régnait, la fillette ne savait où se diriger. Elle finit par interpeler une infirmière avec un tablier blanc empli de taches sombres, où elle pouvait trouver Madame Élisabeth Bourgeois. Celle-ci lui indiqua le chemin et lui enjoignit de ne pas galoper dans les corridors. Dès qu’elle ne fut plus sous le regard de la soignante, elle reprit sa course. Elle monta quatre à quatre les marches, ignorant la misère qu’elle croisait et qu’avec ses neuf ans, elle ne connaissait déjà que trop bien. Elle pénétra en trombe dans une salle aux allures de couloirs dans laquelle s’alignait des dizaines de lits sur lesquels se reposaient où attendaient que l’on s’occupa d’elles des femmes de tous âges parfois plusieurs dans la même couche par manque de place et dont certaines étaient là pour qu’on les aidât à mettre au monde. Elles n’avaient pas les moyens de faire venir une sage-femme à domicile. Entre deux lits, elle reconnut l’accoucheuse qui parlait doucement à une toute jeune femme prête à entrer en délivrance. Grisette se posta légèrement en arrière et attendit qu’on la remarque. Comme elle s’impatientait, lui tournant toujours le dos la sage-femme la rassura. : « — Oui ! Grisette, je t’ai vu, deux minutes s’il te plait, ta demande ne peut être si urgente. ». Ayant laissé sa malade, elle se retourna.

— Bien, je suppose que tu viens pour ta maîtresse !

— Oui, Madame, elle a perdu les eaux, Madame.

— Déjà, voilà qui n’est pas bon signe. Attends là-bas, je vais me nettoyer, je n’en ai pas pour longtemps.

Un instant plus tard, elle revint vers l’enfant qui patientait sur le pas de la porte. Elle appela deux femmes qui s’occupaient des malades, recommanda la jeune parturiente qu’elle venait de rassurer à l’une d’elles et avec sa comparse, suivit Grisette.

Damien, le valet de François-Xavier, de son côté, fut moins rapide. Il était allé alerter la tante de Marie-Amélie. Arrivé à l’hôtel de la rue du temple le portier le prévint que Madame la marquise se trouvait aux Tuileries. Il remit donc un message et tourna les talons pour la salle du Manège retrouver son maître. Il le repéra sans trop de difficulté et une fois prévenu, il partit à l’hôtel de Cambes sur la rive gauche. C’est Élisabeth qui le raccompagna trois heures après son départ.

Pendant ce temps, les douleurs avaient commencé. Anastasie, aidée d’Honorine, la cuisinière, avait installé du mieux qu’elle le pouvait la parturiente. À la mi-journée, entre les contractions, le laps de temps était grand, laissant supposer qu’il ne fallait pas s’affoler encore. Ce n’était pas pour de suite. Marie-Amélie se trouva rapidement entourée de femmes qui partageaient sincèrement ses souffrances. François-Xavier vint aux côtés de son épouse, ce qu’elle apprécia. Il comprit vite que sa présence gênait plus qu’elle n’était indispensable. Il s’installa dans la pièce à côté et commença, lui aussi à patienter.

Madame de La Fauve-Moissac arriva à la nuit tombée, car elle n’avait été prévenue qu’après son service auprès de la reine. Elle pensait que l’enfant devait être né. Hormis la sage-femme et les parents, nul ne savait qu’elle attendait des jumeaux. Lorsqu’elle entra dans la chambre après avoir salué son neveu qui l’avait détrompé quant à la délivrance et qui faisait les cent pas dans le salon, elle devina au vu des mines des femmes présentes que cela ne se passait pas bien. Elle vint aux côtés de la jeune femme, défigurée par les douleurs rapprochées, avec un sourire rassurant. Après avoir dit quelques mots affectueux, passée tendrement sa main sur son front fiévreux, elle se retourna vers la sage-femme et l’entraîna à l’autre bout de la pièce sur le mode du chuchotement, elle la questionna. « — Que se passe-t-il ?

— Votre nièce s’épuise trop vite, si les contractions sont proches, elles ne sont pas suffisantes pour expulser les nourrissons.

— Comment ça ? Les ?

— Elle attend des jumeaux, Madame.

— Et ne vaut-il pas mieux quérir un médecin ou un chirurgien, leur présence semble s’imposer.

 — Ils ne feront guère mieux que moi, et songeront avant tout aux enfants au détriment de la mère.

— Pensez-vous pouvoir sauver la mère ?

— Je vais faire tout mon possible.

— Alors faites !

De son côté, même si elle savait que ce n’était pas très catholique, Anastasie avait glissé sous le matelas des sachets d’accouchées contenant des poudres d’agates et des racines de mandragores. La cuisinière, elle, avait acquis uneRose de Jéricho qu’on lui avait vendue comme diurétique. Dans sa prime jeunesse, elle avait servi une riche Créole. À chacune de ses délivrances et elle en avait eu huit, elle réclamait une de ses roses étranges qui ressemblait plus à un chou ou une fougère qu’à une rose, mais qui, parait-il, détenait des pouvoirs. Elle trempa la plante, une boule de feuilles séchées et elle fit boire la décoction à Marie-Amélie. La boisson passait pour faciliter l’accouchement. Elle n’avait pas omis d’observer la vitesse à laquelle la Rose s’était ouverte dans l’eau reprenant l’aspect de la vie. Elle savait que l’on pouvait en déduire si l’enfantement allait être aisé ou laborieux. Et ce qu’elle vit ne lui plut pas. La rose s’était tout d’abord épanouie, puis s’était recroquevillée d’un coup. Elle n’en avait pas parlé pour ne pas prononcer des paroles néfastes. Élisabeth, qui ne connaissait que trop les symptômes des difficultés d’un accouchement, s’était assise à côté du lit, passant sur le front, le cou, les épaules de sa belle-sœur des compresses chaudes.

Au milieu de la nuit, tout s’accéléra, Marie-Amélie ne pouvait plus retenir ses cris qui déchiraient l’âme de François-Xavier, dans la pièce à côté. Elle s’ouvrit suffisamment pour que la sage-femme puisse tenter d’extraire le premier enfant qui se présentait. Elle aida de son mieux la mère, massant le ventre, assistant les contractions, pour propulser le nouveau-né. La tête commença à sortir, mais il avait son cordon ombilical autour du cou et cela inaugurait un étranglement. Sans paniquer, la sage-femme prit un couteau et trancha le cordon puis tira rapidement le nourrisson. La tête en bas, elle lui claqua les fesses, car il devait pleurer aussitôt. Ce qu’il accomplit, il passa du bleu de l’asphyxie au rouge de la contrariété. Elle le remit à Anastasie qui s’en occupa. « — Attention, elle perd connaissance ! » La sage-femme se retourna et vit Marie-Amélie s’affaisser. « — Vite ! Donnez-moi les sels, elle doit tenir encore ! Marie-Amélie, mon petit, courage, vous devez aider votre enfant. »

Du tréfonds de ses pensées celle-ci se disait qu’elle ne pouvait plus, ses forces l’avaient abandonnée. Les sels secouèrent ses sens, mais pas assez pour lui procurer de l’énergie, les contractions s’étaient arrêtées. La sage-femme ne lâchait pas prise, elle massait le ventre de la parturiente, essayait de relancer le processus ou tout au moins de le reproduire. : « — Allez ! Pousser, courage ! Aidez  le, mon petit ! » Elle ne pouvait même pas se servir desforceps. Toutes les femmes autour de l’accouchée blêmissaient, toutes se mirent à prier intérieurement, Marie-Amélie perdait connaissance, le cœur allait lâcher. Ce ne fut qu’un cri. : « — Sauvez ma nièce ! Coûte que coûte ! »

La sage-femme se retourna vers elle : « — L’enfant doit être mort, elle n’a plus de contraction. » Elle attrapa l’un des outils qu’elle honnissait, car il confirmait l’état fatal de l’enfant. Avec les crochets, elle alla chercher ce qui n’était plus qu’un cadavre dans les entrailles de sa mère pour au moins préserver celle-ci. Élisabeth sortit, tant cela la secouait, mais elle avait oublié François-Xavier qui comprit à sa vue que cela se passait mal.Elle le rassura comme elle put, lui affirmant que ce n’était pas fini. Il tomba à genoux. : « — Je mourrai si elle meurt ». Il se mit à pleurer dans le giron de sa belle-sœur comme un enfant, elle le calma, flatta sa tête, lui dit des mots de consolations. Dans la pièce voisine, la sage-femme avait réussi à extirper le mort-né qui l’était visiblement depuis déjà un certain temps. Quand elle vit le corps sclérosé, elle pensa tout de suite à la fois où les contractions avaient commencé puis s’étaient interrompues laissant présager une fausse alerte. Elle demanda à son aide d’éloigner la dépouille des yeux de la mère, bien qu’elle ait perdu connaissance. Elle fit attention de bien nettoyer l’accouchée, car par expérience elle s’était rendu compte que cela faisait la différence pour sa survie. Elle ranima Marie-Amélie, pour lui donner trois cuillérées d’huile d’amande douce avec du sucre candi, ceci sur la demande de Madame de La Fauve-Moissac, ce à quoi elle avait acquiescé sachant que chaque région détenait son roboratif pour la parturiente. On ne put lui montrer son enfant tant elle était affaiblie. On la laissa s’endormir.

François Xavier Lacourtade

François-Xavier fut appelé au chevet de son épouse. Il repoussa le nourrisson qu’on lui présentait, il voulut d’abord s’assurer de l’état de la mère. À la lueur des chandelles, celle-ci avait rejoint les bras de Morphée. Alors seulement, il se tourna vers le nouveau-né malingre et soupira d’aise, l’un d’eux vivait. Il se retourna vers la table où gisait le mort-né sous un linge, à la vue du petit cadavre, il eut un pincement au cœur et les larmes perlèrent à ses yeux.

Une fois la sage-femme et son aide partis, Madame La Fauve-Moissac souleva le problème de l’ondoiement au moins pour l’enfant en vie de peur que celui-ci ne vînt à décéder comme son frère.Anastasie proposa, malgré l’heure tardive, le curé de Saint-Louis. Monsieur d’Ajasson de Grandsagne était arrivé en fin de soirée. Inquiet de ne pas voir revenir son épouse, et ne concevant pas d’autre possibilité il avait décidé de la rejoindre tant qu’il faisait encore noir. Ils laissèrent Élisabeth au chevet de Marie-Amélie.

Grisette prit les devants afin de vérifier que personne ne put les apercevoir dehors bien après le couvre-feu et qui plus est au milieu de la nuit. Alors sous le ciel nocturne, l’étrange cortège longeant les murs se mit en route avec en tête la petite fille. Madame La Fauve-Moissac, soutenant son neveu affligé, suivait son époux, lui-même marchait sur les talons d’Anastasie qui tenait dans ses bras le nourrisson. Damien avait consenti à les accompagné avec le sinistre fardeau du mort-né dans un panier recouvert d’une couverture. Le groupe se faufila par les jardins jusqu’au presbytère. Personne ne les vit.

Réveillé au milieu de la nuit le curé Corentin s’affola, car il cachait cinq prêtres de ses amis. Avant de répondre, il les envoya dans la crypte. Quand il réalisa qui c’était, il fut rassuré et accepta d’ondoyer le vivant et le mort. Ce dernier au moins n’errerait pas dans les limbes sans espoir de rejoindre le paradis.

Le vivant était vêtu aussi somptueusement que possible et disparaissait dans le linge fin et la dentelle. Sa mère y avait pourvu bien avant sa naissance. Les cloches ne sonnèrent pas à toute volée comme cela se faisait traditionnellement, mais ce n’était plus d’actualité par les temps qui couraient. Le parrain et la marraine furent madame la Fauve-Moissac et son époux, le marquis d’Ajasson de Grandsagne. Ils choisirent comme prénoms Louis-Augustin. Le curé répandit l’eau bénite sur la tête des enfants, s’attardant sur le vivant qui était tout petit et ne garantissait pas de vivre. Il prononça les paroles liturgiques y mettant toute la sincérité de l’espoir : « Enfant, je te baptise, au nom du père et du Fils et du Saint-Esprit ».

Quand la cérémonie du baptême fut finie, le curé proposa d’installer le petit mort dans le caveau de l’église où il y avait de la place. Il serait ainsi en terre consacrée, le lieu avait été désaffecté, mais nul n’avait osé sortir les cadavres. Le père accepta. Cela se fit sous l’œil des prêtres dissimulés dans la crypte tout aussi surpris qu’eux de se voir.

Au matin, tous laissèrent la petite famille se reposer enfin. François-Xavier heureux de découvrir sa femme en vie se satisfit de se savoir un fils. Marie-Amélie dormit deux jours et ne considéra réellement son enfant qu’à son réveil. De plus, elle prit conscience de la mort du deuxième. Elle pleura l’un et s’apeura devant la vulnérabilité de l’autre laissant présager une santé fragile. Elle ne voulut pas le prendre dans ses bras. Anastasie mit le nouveau-né dans un oreiller de plume pour lui tenir chaud, elle attacha avec une épingle les deux côtés repliés sur lui. Elle posa le tout-petit arrangé ainsi, sur un fauteuil de la chambre de sa mère. Ils ne pouvaient trouver une nourrice et Marie-Amélie n’avait pas eu de montée de lait. Devant l’inévitable, la cuisinière décida d’alimenter le rejeton avec du vin mêlé d’eau et d’un peu de mie de pain de seigle, passée dans un tamis, sans ne jamais lui donner une seule goutte d’aucun lait. Cela se nommait dans sa Bourgogne natale, de la miaulée,et comme cela semblaitréussir parfaitement au nourrisson et que très vite il prit les couleurs d’une bonne santé, personne ne revint sur ce surprenant régime alimentaire.

*

Si l’année 1791 avait commencé pour tous avec l’élection de Mirabeau comme président de l’Assemblée Nationale et par la bulle papale repoussant la Constitution civile du clergé scindant un peu plus la population, puis par la mort de Mirabeau, pour Monsieur Lacourtade père, ce qui marqua le printemps de cette année-là, fut la naissance de son petit-fils Louis-Augustin le 15 du mois de mai 1791. Il but le champagne avec son jeune bras droit.

Chapitre 08.

Naissance d’une République. 21 juin 1791.

Arrestation de la famille royale à Varennes

Marie-Amélie était toujours extrêmement fatiguée. Elle passait le plus clair de son temps, allongée, son corps ne reprenait pas le dessus. Après l’accouchement, elle avait plongé dans un abattement moral, duquel même son fils n’arrivait pas à la sortir. Lorsqu’il pleurait, Anastasie le retirait de la pièce, car elle paniquait et elle avait en outre eu une crise de nerfs la première fois. Petit à petit, elle refusa de voir son nourrisson au grand chagrin de sa chambrière qui de fait était devenue aussi la nourrice de l’enfant. François-Xavier était désemparé, le curé de Saint-Louis venu la visiter le rassura. : « — Ne vous inquiétez pas, elle n’est pas la première et le temps avec l’aide de Dieu guérit ce mal de l’âme. Je l’ai souvent constaté. » Seulement, cela faisait plus d’un mois et il ne percevait guère de progrès.

Il fut donc très surpris ce matin-là quand il la trouva debout devant sa coiffeuse se faisant habiller par Anastasie qui jubilait face à ce miracle. La chambrière n’avait toutefois pas été jusqu’à représenter le nouveau-né à sa mère qui ne l’avait pas réclamé. Elle l’avait confié à la garde de Grisette enamourée du chérubin. Il lui sourit l’embrassa.

— Je suis désolée, mon François, il y a trop longtemps que je me laisse aller, je ne suis pas encore bien forte sur mes jambes, mais cela ne saurait tarder.

— Vous êtes toute pardonnée.

Il remerciait Dieu de cette guérison soudaine. Bien qu’amaigrie, elle avait recouvré ses couleurs, il était en train de contempler son épouse quand son domestique frappa et signala qu’un valet de Madame La Fauve-Moissac voulait donner en mains propres un message à Madame. Le couple sourcilla, qu’est-ce que c’était cette fantaisie ? Ils le retrouvèrent dans le salon, Marie-Amélie reconnut le Jean, un valet de madame La Fauve-Moissac. Ce dernier tendit la lettre cachetée de sa maîtresse. Elle rompit le sceau et déplia le document.

De Marie Louise La Fauve-Moissac

Marquise d’Ajasson de Grandsagne.

À Marie-Amélie Cambes-Sadirac

Lundi 20 juin 1791

Mon enfant,

Je suis désolée de ne pouvoir venir vous le dire, mais des évènements, que je ne peux décrire, nous obligent, mon époux et moi-même, à quitter la France sur-le-champ. J’ai donné congé à mon personnel et ai fermé mon hôtel.

Portez-vous bien. Et Dieu fasse qu’il ne vous arrive rien, à vous et votre famille.

Votre tante.

Marie-Louise.

Marie-Amélie était abasourdie, elle se laissa tomber sur la chaise à côté d’elle et tendit la lettre à son mari. François-Xavier intervint : « – Jean savez-vous ce qu’il y a dans cette lettre ?

— Bein, je suppose que c’est pour vous dire que Madame la marquise, elle est partie avec tout ce qu’elle pouvait emporter.

— Mais quand a-t-elle donc quitté Paris ?

— Hier au soir, Monsieur, mes parents, ils ont vider les lieux avec elle et même la Marceline et sa fille.

— Et tu sais pourquoi !

— Je crois bien, mais j’suis pas sûr. Devant le regard interrogatif de son auditoire, il poursuivit. Et bein dans tout Paris, on dit que le roi et sa famille et bein, ils se sont fait la malle. Alors Madame la marquise, elle est mal…

— Ce n’est pas vrai ! Ils ont quitté les Tuileries ! Chérie, je dois m’y rendre !

 Il prit son chapeau et suivi de son valet de chambre et du Jean, ils se précipitèrent à l’Assemblée, laissant là Marie-Amélie avec ses pensées.

*

Au milieu de la nuit du 22 au 23 juin Paris apprit que le roi avait été arrêté à Varennes. Le soir du 25 juin, lui et sa famille étaient revenus aux Tuileries. Madame La Fauve-Moissac, elle, son époux et ses gens étaient en sécurité dans leurs terres en Suisse.

*

Marie-Amélie Cambes-Sadirac

Un mois plus tard, l’été accablait encore la ville d’une chaleur étouffante. Le soleil était couché, toutes les portes-fenêtres de l’appartement étaient grandes ouvertes ; Marie-Amélie cherchait le moindre souffle d’air pour se soulager. Sa peau perlait de sueur malgré la légèreté de sa robe en mousseline et le mouvement régulier de son éventail qu’elle ne lâchait pas. Elle était tourmentée, François-Xavier n’était pas rentré et Anastasie était revenue du marché avec des bruits de la rue ; une fusillade avait éclaté au Champ de Mars. Il n’avait pas de raison d’y aller, mais il se faisait tard. Elle avait endormi Louis en le berçant. Sortie de sa dépression, sa nature de mère avait repris le dessus. La ville se calmait doucement avec la venue de la nuit, elle se mouvait de son fauteuil au balcon, en elle l’inquiétude montait. Elle le sentait, il s’était passé quelque chose. Elle finit par installer sa bergère sur le balcon et attendit guettant le moindre bruit la moindre silhouette. Elle ne put s’empêcher de penser à l’agresseur qui l’avait suivie partout avant la naissance de son fils. Mais elle en rejeta l’idée, depuis le temps qu’elle n’était pas sortie, il avait dû se lasser. Personne ne l’avait remarqué depuis la confession de Grisette, qui la première vérifiait tous les jours les alentours.

Tout à coup, elle aperçut deux hommes qui en soutenaient un troisième. « — Seigneur Dieu, François ! Anastasie, vite, Monsieur a un problème. » Elle se précipita dans l’escalier, Damien avec un inconnu aidait son maître à marcher. François-Xavier perdait beaucoup de sang. Ils le montèrent et finirent par le porter jusqu’à sa chambre. Où aller chercher un docteur ? Marie-Amélie allait poser la question, quand Damien présenta l’homme qui l’accompagnait comme un chirurgien. Il nettoya la plaie, une balle avait traversé l’épaule, mais n’avait touché aucun organe vital. Le médecin rassura tout le monde, il en serait quitte pour une grande frayeur et plusieurs jours de repos. Il repasserait le lendemain à tout hasard. La proposition réconforta la jeune femme d’autant que François-Xavier eut dans la nuit un accès de température qui perdura dans la journée, cela l’inquiéta, mais elle finit par tomber. Quand il sortit des affres de la fièvre, il put raconter à son épouse, ce que Damien n’avait pas su de cette journée funeste.

*

Un jour avant, Jean-Pierre Brissot et Choderlos de Laclos avaient rédigé pour les Cordeliers une pétition qui demandait la déchéance du roi. Les sociétés populaires invitèrent les citoyens à venir le lendemain ratifier ladite pétition en masse. Pour cela, Danton vint la lire du club des Jacobins à l’autel de la patrie dressé pour la circonstance au Champ de Mars.

Mais le jour de la signature publique, il changea d’idée et décida de ne pas y aller.

Jacques-Henri devenu jour après jour l’ombre de Danton était revenu avec une nouvelle des plus intéressantes du « 129 » ; une des plus célèbres maisons de jeu du Palais-Royal, dans laquelle se rassemblaient tous les ennemis des brissotins à tendance fortement royaliste. L’établissement tenu par le beau-frère d’Antoine Joseph Santerre, Jacques Bon Pelletier Descarrières, un ancien officier de la maison du roi, assisté de la plantureuse Melle la Bacchante, sa maîtresse, avait hébergé dans une salle du fond une réunion de révolutionnaires bon teint comme le paraissait le citoyen Santerre. Ce dernier cultivait dans les faubourgs son image de patriote sans failles quand il ne passait pas la soirée avec Maximilien Radix de Saint-Foix et son neveu Omer Talon tous les deux conseillers occultes de Louis XVI et dispensateurs prodigues des fonds secrets de la liste civile. Le but de ces soirées était de recruter un certain nombre d’individus pour qui la Révolution était avant toute chose, une lucrative opportunité. Ce soir-là, c’était joint à eux le comte de La Marck et la coquette somme de 20 000 livres afin de créer une émeute pour empêcher les signatures.

Jacques Henri Bachenot

Danton se demandait bien comment Jacques-Henri pouvait obtenir ce genre de renseignements, mais une chose était sûre, elles étaient toujours exactes. Il ne pouvait être informé du fait que son homme de main exerçait un chantage sur mademoiselle la Bacchante. Il l’avait surprise dans une posture avantageuse pour le cavalier qui la chevauchait et qui n’était pas son amant en titre. Et ce dernier n’appréciait pas d’être cocufié et le faisait savoir à coups de torgnoles qui par ailleurs avaient défiguré sa précédente compagne.

La nouvelle ramenée par Jacques-Henri n’était pas pour déplaire à Danton. Ces remous déstabiliseraient l’Assemblée sans arrêter son choix entre une république ou une royauté parlementaire. Les députés à l’encontre du pouvoir de l’hôtel de ville avaient décidé de rendre le pouvoir exécutif à Louis XVI, par crainte de la guerre étrangère, et de la République. Cela l’avait mis dans une rage démesurée. Aussi, si ce rassemblement, tout républicain qu’il fut, tournait mal, cela freinerait le parti de Brissot et des Orléans qui à son goût montaient trop vite les marches du pouvoir, marches qu’il se destinait. Et puis il savait que cela n’empêcherait pas l’avancée de la République, il n’avait aucun doute à ce sujet. Il recommanda donc à Jacques-Henri d’en suivre les évènements afin de lui remettre un compte-rendu, mais de rester en marge de la manifestation.

En ce dimanche, les Parisiens étaient venus en masse pour signer la déchéance de Louis XVI et l’installation de la République en France. La journée était belle, ensoleillée. Le Champ de Mars, vaste cirque, comme l’Empire romain n’en avait jamais vu, aménagé pour la fête de la fédération, de la Seine à l’École militaire, se remplissait d’une foule de curieux. L’esplanade accueillait des promeneurs inoffensifs, hommes, femmes et enfants, familles venues au spectacle. Le tout prenait des airs de festifs. On s’interpellait, on riait, on chantait, on buvait, on s’assoyait jusque sur les marches de l’autel de la Patrie qui s’élevait au centre, telle une pyramide à degrés tronquée à son sommet. Sur les gradins herbeux, qui délimitaient l’immense espace, on déjeunait sur l’herbe. On y dégustait des gâteaux de Nanterre, du pain d’épices que des marchands ambulants vendaient à la cantonade. Vers une heure, la pétition n’était toujours pas parvenue sur les lieux, François Robert et Louise de Keralio décidèrent d’en rédiger une sur-le-champ et la firent signer. La foule s’interrogeait. N’avait-elle pas été trompée ? Elle s’impatientait.

François-Xavier assis à l’Assemblée vit arriver les premiers informateurs avec des rapports catastrophiques sur ce qui se passait sur l’emplacement du rassemblement. Certains prétendaient le site tenu par des bandes armées. Méfiant Vergniaud et Brissot lui demandèrent d’aller y faire un tour pour vérifier. Celui-ci s’y rendit à pied. Il traversa la Seine par le pont de bois qui menait face à un immense arc de triomphe à trois arcades, entrée principale du Champ de Mars qu’il trouva un peu houleux, mais sans incident alarmant. Il se dirigea vers les escaliers de la pyramide où s’élevait l’autel de la Patrie ombragé par un palmier. Alors qu’il parcourait le lieu cherchant des amis qui pourraient lui donner plus de renseignements justifiant ses alertes, il fut aperçu par ce qui était pour lui un inconnu. Jacques-Henri en lisière, au bas des gradins près de l’entrée du Gros Caillou, l’avait repéré, il n’avait pas d’idée préconçue, mais il pensa que c’était une opportunité. L’incident du Louvre l’avait obligé à s’éloigner de son obsession, mais elle le rongeait plus que jamais. Égal à un acide, elle brûlait chaque parti de son être. Sa frustration était telle qu’il avait été jusqu’à frapper à mort une prostituée qui ressemblait vaguement à Marie-Amélie. Son corps demeurait désormais au fond de la Seine.

Pendant ce temps, trompée par des rapports infidèles faisant état de désordres graves, l’Assemblée constituante avait demandé au maire de Paris, Bailly, d’aller y rétablir l’ordre. La Fayette se porta au-devant des signataires, à la tête de la Garde Nationale dont il était encore le commandant. Il pensait qu’à sa vue la foule se calmerait, mais il advint le contraire et le tumulte devint effrayant. La multitude en colère leur jeta des pierres. Jacques-Henri tout en restant à couvert s’était rapproché de François-Xavier, alors qu’il conversait avec le couple Roland qu’il venait de rencontrer. La jeune femme fit remarquer qu’il se passait quelque chose vers l’entrée principale, car beaucoup de poussière s’élevait. Puis ils entendirent des coups de feu, ils jugèrent que l’on tirait à poudre. Prudents, ils se reculèrent en bordure vers le glacis. Ils voyaient les choses dégénérer ; le peintre David vint leur donner des nouvelles et leur conseilla de quitter les lieux. L’agent de Danton avait aussi localisé l’Italien Rotondo, et ses comparses, Cavallanti et Giles. À proximité de l’autel de la patrie, où les individus inquiets se regroupaient, il savait qu’ils attendaient le signal de Santerre,commandant d’un des bataillons et organisateurs de l’attentat. Bailly, perdant pied et afin de réprimer le désordre décréta sur l’instant la loi martiale et brandit son symbole : le drapeau rouge qui permettait aux forces de l’ordre de faire usage de leurs armes. Le général enjoignit à ses hommes de tirer à blanc, mais l’attroupement s’aperçut du subterfuge et recommença à caillasser les soldats. Sur un signe de tête de Santerre, son affidé fit feu vers La Fayette sans l’atteindre, mais il blessa un dragon. Ce n’était pas grave. Il prit ce prétexte et donna aussitôt l’ordre de riposter dans la direction d’où venait le coup de feu, c’est-à-dire dans la foule. La panique se généralisa et se transforma en débandade, puis en bousculade. Jacques-Henri profita de l’affolement et visa François-Xavier, l’aubaine était trop belle. Sa jalousie allait être soulagée. Il allait s’en débarrasser, cela réglerait une bonne partie de ses problèmes. Le voisin de celui-ci s’en aperçut et le poussa violemment sur le côté, lui évitant la mort. Mais la balle lui transperça l’épaule et la douleur lui fit perdre connaissance. Jacques-Henri découvert s’enfonça dans le tumulte et prit la fuite avec à ses trousses le témoin de ses coupables intentions. Il le perdit. L’homme rebroussa chemin pour porter secours au blessé. Il le souleva et le porta tant bien que mal en dehors du champ de combat, le traînant vers le quartier du Gros Caillou. Bailly avait lancé une charge de cavalerie qui achevait de disperser la foule. Quand le calme revint, la nuit tombait sur une cinquantaine de morts et des centaines de blessés, essentiellement des femmes et des enfants. Ce fut par un grand hasard que Damien retrouva son maître soutenu par son sauveur, un chirurgien de la Salpêtrière.

S’ils ne le formulèrent pas, Marie-Amélie et François-Xavier pensèrent que c’était toujours le même homme, mais pourquoi les harcelait-il ? Cela, ils ne le comprenaient pas.

*

Lacourtade Henri

Monsieur Lacourtade père n’eut guère le temps de profiter de ce bonheur familial qu’était la naissance de son petit-fils, les orages s’accumulèrent sur la France ; la province ne fut pas épargnée. Les premières prémices furent un décret permettant de recruter au sein de la Garde Nationale des volontaires pour participer à des conflits extérieurs. Ce fut ensuite un coup de semonce, au début de l’été, on annonça l’arrestation de Louis XVI et de sa famille à Varennes. Il tentait de fuir le pouvoir de l’Assemblée et semblait du même coup vouloir quitter le pays. Une partie de la France commença à regarder avec encore plus de suspicion les tierces personnes. On était tenu dorénavant de se positionner d’un côté ou de l’autre soit pour le roi soit pour la révolution, comme si les deux n’allaient plus ensemble. Ceux, qui par accoutumance jusque-là n’avaient aucun motif particulier de se plaindre de la royauté, se retrouvèrent suspects auprès de gens qui reliaient les théories de Paris et des différents clubs dont ils étaient loin de connaître les méandres des intérêts. La Révolution, qui avec la fête de la Fédération s’était présentée comme une religion, devenait une Police, chaque municipalité détenait sa garde nationale. La foule d’hommes inoffensifs, qui sans idées arrêtées maintenait ses habitudes ou ses positions de l’ancien régime, se trouva par l’effet des délations jacobines dans une situation de plus en plus délicate, voire inenvisageable à tenir. On se méfiait de son personnel, de sa famille même. Il suffisait d’une accusation, parfois anonyme, d’un voisin un peu jaloux pour être déclaré « égoïste » ou « malveillant », et dans certains cas les deux réuni, par les commissaires du District. Le supposé malfaisant, dénoncé, se voyait taxer d’une lourde amende sans aucun jugement et sans appel possible.  s’il ne pouvait s’acquitter de cette forte somme dans un délai très bref, c’était le déclenchement de la « contrainte par corps », autrement dit la conduite en prison, aussi si l’on en avait les moyens, on préférait s’exiler.

Pendant ce temps, Louis XVI approuvait la Constitution et devenait ainsi roi des Français. À l’automne, l’Assemblée constituante laissait la place à l’Assemblée législative. Puis des émeutes dirigées contre les prêtres réfractaires éclatèrent à Paris et des décrets rendirent obligatoire l’appartenance à la Garde Nationale pour tous les citoyens-électeurs de 18 à 60 ans.

Chapitre 09.

Un spectacle surprenant. Octobre 1791.

réunion députés français

La première sortie de Marie-Amélie, après son accouchement, dans le monde parisien fut incitée par son époux. Les différentes agressions, qu’ils avaient l’un et l’autre subies, les avaient amenés à se terrer chez eux, ce qui leur devenait insupportable. François-Xavier, à peu près remis, décida qu’une échappée dans la foule leur garantirait la sécurité, ce à quoi Marie-Amélie avait acquiescé.

Le jeune Bordelais ne pouvait être de nouveau éligible, l’Assemblée constituante avait été dissoute au profit de l’Assemblée législative. Il n’avait pas souhaité se présenter à un nouveau poste, il ne se sentait pas à sa place en lumière ; mais il épaulait toujours ses compagnons qui eux étaient députés de fraîche date. Son soutien devint surtout financier. Lorsqu’Armand Gensonné, Élie Guadet, et Pierre Victurnien Vergniaud, avaient vu le peu de bien qu’ils avaient, fondre dans la vie parisienne que les temps rendaient très chère, ils avaient apprécié cette manne providentielle. Ne voulant pas en passer par des compromis qui auraient mis en porte à faux leurs idées de justice et d’égalité — les fonds suspects de Talleyrand, Danton ou Mirabeau engendraient beaucoup de médisances quant à la probité des représentants du peuple — ils avaient accepté l’aide de leur ami. Ils ne se soucièrent toutefois pas des difficultés que cela pouvait entraîner dans l’affaire de négoce de la famille Lacourtade, et que François-Xavier taisait par ailleurs.

Il avait donc décidé d’emmener son épouse et sa belle-sœur au spectacle incontournable du moment : l’Assemblée. Ils s’y parvinrent au milieu de la matinée sous un beau soleil dans la voiture d’Élisabeth. Les abords étaient très encombrés, ils étaient arrivés par la rue Saint-Honoré embouteillée de carrosses, de chaises, et d’une multitude de piétons. Devant l’impatience de Marie-Amélie, ils optèrent d’un commun accord de descendre et de finir à pied les quelques mètres qui restaient se frayant un chemin dans la foule. L’Assemblée s’était installée au Manège aux abords des Tuileries. Malgré la superficie du lieu, il devint évident qu’il ne suffirait pas à accueillir l’illustre auditoire et ses services. L’honorable institution s’étendit sur les deux couvents qui la jouxtaient : celui des Capucins et celui des Feuillants, à qui ils avaient été loués. Ils pénétrèrent au fond de la cour des feuillants, dans un étroit chemin qui les séparait et parvenait au jardin des Tuileries, constituant, par l’usage une sorte de passage public. Pour relier les bureaux à la salle de l’Assemblée, il avait été dressé, un trottoir en planches, couvert de coutil rayé, menant à une porte qui était celle du personnel et par laquelle François-Xavier détenait ses entrées. Les deux jeunes femmes s’émerveillaient à la vue de la multitude qui semblait pleine de préoccupations urgentes et dans laquelle tous se connaissaient, se saluaient, s’apostrophaient. Sur une cour que bordaient divers bâtiments du corps de garde, une porte magistrale ouvrait sur l’immense pièce. Élisabeth qui avait participé en spectatrice à l’ouverture des États-Généraux dans la salle des menus plaisirs ne fut guère impressionnée. Marie-Amélie quant à elle resta bouche bée, à la grande satisfaction de son époux content de son effet, devant les proportions gigantesques du lieu et de la foule qui s’y entassait. Le public trouvait place aux deux extrémités, les deux jeunes femmes suivirent leur guide vers leurs sièges, dans une loge en mezzanine qui surplombait l’ensemble et qu’il leur avait fait réserver. Marie-Amélie constata à voix haute que cela ressemblait au théâtre. L’impact était d’autant renforcé qu’un auditoire très friand de débats politiques allait à l’Assemblée comme on se rendait au spectacle. Élisabeth commença à lui montrer du bout de son éventail les gens qu’elle connaissait, car elles n’étaient pas les seules élégantes qui venaient applaudir les joutes verbales. Elle s’interrompit à l’entrée d’une jeune femme que François-Xavier leur présenta comme étant Madame Roland. D’un naturel chaleureux, celle-ci engagea la conversation avec les deux belles-sœurs, l’homme s’éclipsa afin de rejoindre ses relations. Marie-Amélie et Madame Roland se trouvèrent rapidement des points communs, elles s’étaient notamment toutes deux installées à la même période à Paris et fréquentaient les mêmes amis. Elles étaient étonnées de ne pas s’être rencontrées plutôt.

madame-roland

Un peu perdue par le nombre de députés, Marie-Amélie demanda à Madame Roland si elle arrivait à s’y retrouver, Élisabeth ayant reconnu son ignorance due à son désintérêt et à sa myopie. Madame Roland lui tendit un pamphlet qu’elle qualifiait de distrayant et qui leur permettrait d’aider leur mémoire. Le libelle, illustré de caricatures intitulées « les chevaux au manège », y jugeait les représentants influents, avec autant de concision que d’impartialité, à l’aide de noms de chevaux. Marie-Amélie y trouva plus d’une de ses accointances et partagea avec ses compagnes la découverte des pseudonymes de ses amis et s’amusa à identifier au moyen de l’adjectif ceux qui lui étaient inconnus. Elle reconnut sans peine Clermont-Tonnerre baptisé l’ombrageux. Elle admit que le Duc de Coigny surnommé le Mignon en avait tout à fait l’allure et que l’abbé Grégoire étiqueté l’Intrépide et le Chevalier de Boufflers le Joyeux portaient bien leurs qualificatifs. Élisabeth fit remarquer que Moreau de Saint-Méry ressemblait à son sobriquet le rhinocéros et concéda que le Beau allait bien au Prince de Poix tout comme le Superbe de monsieur de Montesquieu. Quant aux autres, elles eurent du mal à les identifier sauf Alexandre de Lameth dit l’Impayable, que Madame Roland connaissait de vue et qui présidait. La séance commençant Madame Roland se mit en devoir d’expliquer à ses acolytes la constitution de l’Assemblée législative fraîchement instaurée. Il y avait sept cent quarante-cinq nouveaux représentants et Marie-Amélie, qui les examinait avec les lunettes de théâtre d’Élisabeth, les jugea tous très jeunes, voire trop jeunes. Madame Roland précisa que parmi eux quantité étaient avocats, hommes de lettres. Elle rajouta que beaucoup étaient amis de la phrase sonore et des attitudes d’art dramatique. Par ailleurs, cela plaisait au public présent et qu’il y avait aussi beaucoup d’intrigants, ce qui ne surprit pas sa comparse. Elle résuma ironiquement la description de son tableau. : « — Ils s’étourdissent de mots, surtout les députés du Midi, qui dès le début dominèrent les lieux par leurs discours. Encombrés de poncifs d’école, de souvenirs du monde antique adopté souvent à contresens, drapés dans une toge imaginaire, ils se campent en héros, sans oublier pour cela leurs intérêts ». La repartie fit sourire ses deux auditrices qui se régalaient de la sagacité caustique de leur compagne. Elle reprit son explication essayant d’être la plus claire possible. : « — Sur votre droite sont assis les Feuillants, ils sont environ cent soixante et ils veulent sincèrement appliquer la Constitution et renforcer plutôt qu’affaiblir le pouvoir exécutif. Les plus en vue sont des militaires ; ils suivent les triumvirs Barnave, Duport, Lameth et bien sûr La Fayette. Vous pouvez voir le maréchal de camp Mathieu Dumas, le colonel Théodore de Lameth, le capitaine Stanislas de Girardin, un magistrat, Beugnot. » Élisabeth informa que Monsieur de Lameth et son frère se trouvaient être de ses fréquentations. Elle avait été amenée à les recevoir chez elle et elle ne les aimait pas vraiment, ils ne lui paraissaient guère francs. Madame Roland alla dans son sens. Élisabeth ajouta qui lui semblait que l’un des deux avait pour maîtresse Theresa Cabarrus que Marie-Amélie devait connaître. Reprenant son explication Madame Roland précisa que le centre, ou parti des Indépendants, avait pour lui le nombre, mais il était divisé, hésitant. Quelques noms à peine s’y détachaient : ceux d’anciens parlementaires Pastoret et Bigot de Préameneu, celui de l’officier Lacuée. Ses deux compagnes admirent leur ignorance quant à ses gens. « — Et pour finir, à gauche, nos amis Brissot, Condorcet, le capitaine Lazare Carnot, le capucin Chabot, l’évêque Fauchet, Isnard et plusieurs représentants de votre département la Gironde comme Vergniaud, Guadet, Gensonné, dont l’éloquence et l’ardeur sont remarquées de tous. Ils sont… cent quarante députés démocrates, qui comme vous le savez, sont hostiles à la Constitution et qui aspirent plus ou moins ouvertement à la République. » La ferveur du ton de la narratrice enthousiasma Marie-Amélie qui pensait que l’avenir de la France se déroulait, se décidait, se jouait ici face à ses yeux. Elle restait admirative de l’éloquence, de la justesse des propos de Madame Roland. Elle réfléchissait à tout ça quand elle remarqua que l’assemblée riait de l’allocution de l’individu qui palabrait devant eux. Elle supposa sur l’instant que l’homme avait lancé un flèche digne d’amuser le public, mais elle constata que l’on se moquait de lui. Elle ne trouva cela guère charitable. Elle admit qu’il avait du mal avec son élocution sûrement due à sa timidité, son discours laborieux, manquait d’élan. Lui-même était attendrissant avec une silhouette mince tirée à quatre épingles, les traits fins, harmonieux et son regard de myope. Elle se retourna vers Madame Roland intriguée. « — C’est un jacobin un dénommé Robespierre, il n’est guère intéressant, il n’est même pas député. On ne l’entend pas et il n’est pas encore édité. Ce qui est le plus curieux, c’est qu’il persiste. Remarquez qu’il n’a pas tout à fait tort puisque c’est à cause de lui que la plupart des membres de ce conseil ont leur place. »  Devant le regard interrogateur de Marie-Amélie, elle poursuivit sa réflexion. « — Comme rien n’était prévu pour régler les désaccords entre les pouvoirs exécutifs et législatifs, il a proposé qu’aucun constituant, dont votre époux a fait partie, ne puisse se présenter à l’élection de la nouvelle assemblée. Cela a été accepté à la majorité. Mirabeau proférait qu’il fallait s’en méfier, il prétendait qu’il irait loin, car il croyait tout ce qu’il disait et qu’il n’avait pas de besoins. Nous constaterons bien si Mirabeau était inspiré. »

La séance continua deux bonnes heures, François-Xavier vint rechercher les deux jeunes femmes qui par ailleurs commençaient à fatiguer et n’arrivaient plus à suivre. Elles quittèrent Madame Roland qui attendait son époux et elles se promirent de se revoir bientôt, Marie-Amélie acceptant une invitation à la voir dans son salon.

*

Installé dans la voiture, François-Xavier interrogea les deux jeunes femmes sur leur impression sur la séance. Si Élisabeth avoua que toutes ces harangues la fatiguaient, son épouse montra plus d’enthousiasme et lui raconta l’échange avec Madame Roland et s’amusa des surnoms que l’on donnait aux nouveaux députés. « — Vous savez, Marie-Amélie, que l’un de nos amis a même reçu comme pseudonyme celui d’« aigle de la Gironde » depuis qu’il a déclamé un brillant discours contre l’émigration, c’est notre « galant » Pierre Vergniaud. »  Se souvenant de la dernière rencontre avec le jeune député, elle sourit. Elle expliqua à sa belle-sœur qu’elle avait dû se résoudre à calmer les ardeurs amoureuses de ce pseudo prétendant qui avait déclenché les premiers émois de sa petite sœur déjà promise et par cela avait accéléré son départ pour Paris. « — Et, comment va notre briseur de cœur ?

— Fort bien, son talent d’orateur d’exception en fait un ténor, ce qu’il apprécie comme vous vous en doutez. Vous ne l’avez pas vu aujourd’hui, car il était reçu par le roi.

— Par le roi ?

— Oui, il a été délégué par l’Assemblée pour lui faire signer des lois promulguées par cette dernière. Le roi y mettra sûrement son véto, mais qui sait si Pierre n’arrivera pas à le convaincre ? Nous serons instruits de cela ce soir, nous sommes attendus dans ses appartements de la place Vendôme dans lesquels il accueille les proches de Brissot de Warville.

Marie-Amélie Lacourtade chez mme Rolland

Personnages

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

épisode suivant

mes écrits

2 réflexions sur “La Palmeraie / De tempête en tempête chapitre 7, 8 et 9

  1. Pingback: La Palmeraie / De tempête en tempête chapitre 10, 11 et 12 | franz hierf

  2. Pingback: La Palmeraie / De tempête en tempête chapitre 5 et 6 | franz hierf

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.