La Palmeraie / De tempête en tempête chapitre 10, 11 et 12

1er épisode

épisode précédent

Chapitre 10.

Les salons de mauvais augures. Fin 1791.

Marie-Amélie Lacourtade chez mme Rolland

« — Ma chère, je vous emmène ce soir là où les principaux députés et journalistes du moment se dirigent lorsque leur foi révolutionnaire semble défaillir ! » Marie-Amélie, amusée et interrogative, regarda son mari. : « — Et où allons-nous donc ?

– Chez les époux Roland !

Ils se rendirent dans le petit hôtel britannique de la rue Guénégaud, près du pont-neuf. La voiture de louage les laissa au bout d’une rue qui menait à la rue Mazarine. La rue était assez sombre d’autant qu’elle n’avait d’autre panorama que les longues murailles de la Monnaie. Marie-Amélie frissonna et resserra son étreinte au bras de son mari qui la rassura d’un tapotement sur la main. Arrivés devant l’étroite porte de l’immeuble, ils montèrent les trois étages, où ils trouvèrent leurs hôtes, Monsieur et Madame Roland, travaillant ensemble. L’appartement était minuscule. Le petit salon n’offrait qu’une table où le couple écrivait et la chambre à coucher entr’ouverte, laissait voir deux lits. Monsieur Roland de la Platière avait près de soixante ans et sa femme trente-six, elle en paraissait beaucoup moins. Il semblait le père de son épouse. L’homme était assez grand et maigre, l’air austère et passionné. Tous savaient, que sa belle et courageuse mme Rolland, sans se rebuter de l’aridité des sujets, traduisait, copiait, compilait pour lui. À la surprise de Marie-Amélie, il y avait, ce soir-là, foule pour un si petit espace, certains s’étaient même installés dans la chambre des époux, et tous discutaient avec ardeur. À l’entrée du couple Lacourtade quelques têtes se tournèrent, Madame Roland se leva et vint les accueillir, prenant le bras de sa visiteuse, elle fit avec elle le tour de l’appartement et la présenta. Elle retrouva des amis en Armand Gensonné, Pierre Vergniaud, Marguerite-Élie Guadet, qu’elle n’avait pas croisé depuis longtemps sa grossesse l’ayant isolée. Elle vit de près, pour la première fois, Jacques-Pierre Brissot de Warville, Jérôme Pétion de Villeneuve, Louvet de Couvray, Charles-Louis Barbaroux, Camille Desmoulins, Honoré Maximin Isnard, le marquis de Condorcet et François Nicolas Buzot, l’admirateur éperdu de la dame du lieu. Ce tableau était complété, à la surprise de Marie-Amélie, qui se souvenait encore de ce qu’avait dit de lui son hôtesse, de Maximilien Robespierre. Cela tendait à laisser penser à la jeune femme que celui-ci obtenait de plus en plus d’importance puisqu’il était convié dans le salon de celle qui devenait incontournable dans la société politicienne. Madame Roland l’installa entre elle et Lucile Desmoulins, qui accompagnait son époux, avec une tasse de thé dans les mains, François-Xavier alla s’accouder au buffet. Il était venu comme à son habitude comme spectateur, il intervenait rarement. S’il s’enthousiasmait toujours pour les théories de Liberté et d’Égalité, il aimait de moins en moins le tour que prenaient les évènements politiques, qu’il trouvait souvent trop tumultueux, voire violents. De plus, il percevait progressivement toutes les manipulations qui menaient certains de ses amis au-devant de la scène. Ils avaient beau lui expliquer que c’était le seul moyen de faire avancer leur vision, il doutait de la démarche. Il était suspicieux quant à cette logique de pensée. Elle n’était pas à la gloire des idées promulguées dont certaines s’éloignaient de plus en plus des siennes, notamment celle d’évincer le roi ; une royauté parlementaire lui aurait convenu.

Les sujets roulèrent sur le retour des émigrés qui risquaient de voir leurs propriétés confisquées s’il n’obtempérait pas. Ensuite, ils argumentèrent l’obligation aux prêtres réfractaires de prêter serment sous peine de privation de pension ou même de déportation en cas de trouble à l’ordre public. Un dernier décret enjoint les princes étrangers à chasser les expatriés de leurs États. Le roi avait accepté de le signer. Nul doute que c’était pour rendre la guerre possible. Robespierre fut le seul de l’assemblée à montrer de la réticence.

La nuit était très avancée lorsque le couple Lacourtade dit adieu à leurs hôtes et leurs invités qui semblaient vouloir continuer jusqu’à l’aube. Ils conversaient à voix basse tandis qu’ils sortaient de l’immeuble. Ils s’apprêtaient à prendre la rue étroite qui menait vers les quais quand Marie-Amélie se raidit. Elle aperçut une silhouette ; elle devina plus qu’elle ne reconnut l’homme qui la harcelait. Elle se figea, immobilisant son mari dans son élan. Elle vit alors le reflet du canon de l’arme ; elle ne put s’empêcher d’émettre un cri de terreur. Le coup parti, mais encore une fois il manqua sa cible, François-Xavier avait brusquement repoussé son épouse dans l’encoignure de la porte. Mais ce n’était pas Marie-Amélie qui était visée, Jacques-Henri, fulminant de colère, dégagea un autre pistolet chargé, mais les invités des Roland surgirent dans la rue faisant fuir à toutes jambes le criminel. Dans le groupe, un homme le reconnut, mais ne dit rien.

*

Robespierre attendait Danton. Éléonore, la fille de son logeur, monsieur Duplay, lui avait desservi son souper. C’est en buvant une tasse de café tout en feuilletant « l’ami du peuple » se demandant où Marat pouvait trouver ses immondices qu’il patientait. Comme le temps s’écoulait et qu’il se lassait de sa lecture, il ouvrit le journal de son ami Barère, « le Point du Jour », compte rendu des discussions et décrets de l’Assemblée. Comme il connaissait le contenu qu’il avait suivi en direct, il finit par se lever. Entendant le roulement sur les pavés d’un attelage, il jeta un œil dans la rue de Saintonge sur laquelle donnait son meublé. Il aperçut la silhouette massive de Danton qui descendait d’une voiture de louage. Il se rassit. Le temps de monter l’escalier, des coups retenus furent frappés, la porte s’ouvrit sur Éléonore. « — Monsieur Maximilien, c’est Monsieur Danton qui veut vous voir.

– Faites-le entrer.

– Maximilien, je remarque que tu te portes aussi bien qu’il y a deux heures. J’étais inquiet de cette requête de discrétion.

– Comme tu peux constater Danton. Omettant la deuxième partie de l’injonction.

– Dans ce cas, à quoi bon ces petites cachotteries, tu ne pouvais pas m’entretenir aux Jacobins ?

– Je crois que non, j’ai à te parler d’un de tes sous-fifres que j’ai croisé pas plus tard qu’hier soir en sortant de chez les Roland.

– Et alors, on ne peut plus se promener où l’on veut ; pensant que l’un de ses hommes avait été surpris en train d’espionner.

– Si fait. Mais encore faut-il éviter de tirer sur de braves gens. Car vois-tu, hier au soir, Monsieur et Madame Lacourtade, un jeune couple de provinces fort charmant au demeurant, se sont trouvés agressé par ton Bachenot. Une erreur évidemment. Il ne peut en être autrement.

Danton tiqua ; qu’est-ce qui avait pris à Jacques-Henri ? « — oui sûrement. » Robespierre lui proposa une tasse de café, le laissant macérer ses renseignements. « — Il serait peut-être bon qu’il aille se mettre au vert, ton Bachenot. Il serait dommage que son impétuosité vienne troubler des desseins plus honorables. Et puis il y a tant à faire en province. »

Danton ne se le fit pas dire deux fois, il quitta Robespierre sans rien rajouter pour ne pas perdre la face ; mais avant de se retirer des lieux, il cherchait déjà où envoyer Jacques-Henri. Car il n’était pas question qu’il abandonne un agent de cette qualité pour une bévue. Et puisqu’il avait l’air d’en vouloir à ses Bordelais autant le dépêcher dans cette ville qui fournissait l’essentiel des subsides de ses adversaires, Bordeaux. 

*

hotel de Nairac

Sur les bords de la Garonne, un valet de la maison Nairac se présenta avec un message à remettre en main propre au maître de maison. Ce message allait faire vaciller la maison de négoce. Monsieur Lacourtade père était alors dans ses comptes, la période devenait difficile. Les ventes de vin avaient du mal à s’écouler normalement dans le pays. L’exportation de ceux-ci comme de beaucoup d’autres produits s’avérait compliquée. Certains navires revenaient des colonies leurs cales à moitié vides et les colons étaient de plus en plus endettés. À cela se rajoutait, malgré la gestion drastique de Marie-Amélie, le train de vie parisien du jeune couple et les aides qu’ils apportaient régulièrement à leurs amis. Le séjour se prolongeait, il se transformait en un gouffre déficitaire dans ce moment difficile. John toussota le sortant de ses sombres réflexions et lui présenta le domestique portant le message de la maison Nairac. Celui-ci l’enjoignait à venir le plus rapidement possible dans son hôtel situé à côté du jardin royal. Intrigué, il envoya son valet de pied jusqu’aux écuries de la rue de Raze où son palefrenier entretenait sa voiture et ses chevaux. Quelques minutes plus tard, sous une fine pluie du milieu d’automne, il se rendit sur les lieux. Il fut accueilli par le majordome de la demeure, Nestor. Celui-ci était marié à Narcissia, la femme de chambre de la maîtresse de maison. Tous deux métis et libres, ils étaient l’une des dernières familles noires sur le sol français, depuis l’abolition de l’esclavage au sein de la métropole ; tous les propriétaires s’étaient empressés de renvoyer leurs esclaves sur les plantations dans les colonies. Il était nullement question de perdre leur valeur. Monsieur Lacourtade fut conduit dans le grand salon de l’hôtel où Madame Nairac, l’épouse du négociant, le reçut chaleureusement. À sa surprise, il retrouva sur place quelques-uns de ses concurrents souvent alliés dans différentes souscriptions. Dans le lieu se trouvaient David Gradis, Abraham Furtado, Jacob Schröder et son associé Jean-Henri Schyler, Jean-Louis Poncet, Jean-Jacques de Bethmann, François Bonnafé dont l’une des filles s’était unie avec un Nairac, Charles Luetkens, Jean Boissière, Daniel Guestier. Après avoir salué chacun à la mesure de l’amitié qu’il leur portait, il accepta la tasse de café tendue par son hôtesse. Il constata sa pâleur, ses yeux cernés. Le contrecoup du récent deuil qui frappait la famille, supposa-t-il. Tous s’interrogeaient, comme lui, en quoi consistait cette invitation surprise au milieu de la matinée. Personne n’osait demander où se trouvait le maître de maison. Celui-ci était revenu de Paris depuis peu, son frère Élisée était mort à l’été et il voulait s’occuper de plus près des affaires familiales. Ils n’attendirent guère longtemps, Monsieur Nairac avança avec son fils aîné Laurent-Paul. Il salua à la cantonade ses hôtes. Une fois installé il se lança : « — Mes amis si je vous ai invités à venir c’est pour malheureusement vous divulguer de mauvaises nouvelles. Mon navire, « la Nymphe » est entré au port hier au soir, et son capitaine détenait un bien sombre rapport. » Chacun commençait à s’agacer, se demandant pourquoi il leur parlait de ses affaires. Aucun ne se sentait concerné par le voyage de ce bâtiment. De plus, pourquoi, Monsieur Nairac, d’habitude si directe, tournait autour du pot ? « — Il revient de Saint-Domingue où des révoltes d’esclaves ont éclaté. » Monsieur Gradis qui s’impatientait de ce discours alambiqué et estimait qu’il avait autre chose à faire qu’à perdre son temps avec des balivernes, intervint : « — Ce n’est pas nouveau, mon ami ! Cela va être vite réprimé, ce ne sont pas ces broutilles qui vont malmener notre commerce !

– Ces broutilles David, comme tu dis, ont saccagé, aux dernières nouvelles, plusieurs centaines de plantations, sur lesquelles tout a été pillé, brûlé et où ont été massacrés tous les blancs.

Pierre- Paul Nairac

La stupeur se lisait sur les visages des auditeurs, les estomacs se nouaient à l’annonce, certains outre leurs fortunes, encombrées des créances des colons, détenaient de la famille, des amis dans l’île. Monsieur Nairac reprit : « — Mon capitaine a ramené à son bord des rescapés. Autant dire que la situation va être connue rapidement de tous. Nos affaires vont être fortement secouées. Nous risquons voir venir à nous nos souscripteurs à qui il faudra rendre compte. » Monsieur Lacourtade père réfléchissait, comment allait-il se sortir de cette situation ? « — De plus, nous aurons du mal à les rassurer, car tout commerce est interrompu avec Saint-Domingue, nos ressortissants fuient vers les ports et Hispaniola ». Ils se mirent tous à parler en même temps, mais rien ne se dégagea de cette confusion liée à la panique de la faillite. Monsieur Nairac n’en savait pas plus. Monsieur Lacourtade rentra chez lui l’humeur sombre et informa John.  

La confirmation de la nouvelle arriva quelques jours plus tard par l’un de ses navires qui effectuait un voyage en droiture. Il revint à Bordeaux, les cales pour ainsi dire vides, malgré un détour par l’île de la Martinique, que le comte de Béhague avait reconquise aux Anglais. Son capitaine vint lui rendre compte de son périple et lui corrobora les révoltes, brossant un tableau des plus sombre, il annonça un millier de morts parmi les planteurs. Il avait lui aussi raccompagné à son bord des survivants des massacres qui racontaient les horreurs auxquelles ils avaient échappé. Chaque navire qui rentrait dans le port ramenait des Créoles ébranlés. Le coup de semonce parcourut les maisons de négoces, car comme beaucoup de fortune bordelaise le principal revenu provenait de cette île. Les affaires liées aux îles commencèrent à tanguer. Le commerce du sucre, du café, du coton et de l’indigo s’écroula entraînant les marchés de la métropole et plus encore ceux de l’Europe. De Saint-Pétersbourg à Trieste, les ports de la Baltique, de la mer du Nord et de la Méditerranée les denrées coloniales se mirent à manquer faisant grimper les prix. Mais les entrepôts bordelais étaient vides. Monsieur Lacourtade père n’était pas prêt de récupérer les créances qu’il avait dans l’île et qui mobilisaient un bon tiers du chiffre de la maison.

Il fit part de leurs difficultés auprès de son fils. Celui-ci par lettre lui demanda de vendre au mieux la propriété de Caudéran pour éviter la faillite de la maison, car pour l’instant il était dans l’impossibilité de quitter Paris. Marie-Amélie, que cette idée contrariait autant que son beau-père, ajouta un post-scriptum à cette requête, le sollicitant de bien vouloir mettre à l’abri les fournitures, meubles, peintures, vaisselles, linges, contenus par la demeure. Mais comme tout animal blessé, les charognards vinrent à eux. Le siècle des Lumières avait créé des idéalistes et la révolution des profiteurs. Ceux, qui jusque-là n’avaient guère de moyen de s’enrichir en dehors des règles rigides, trouvèrent dans ce tumulte les occasions de faire fortune en détournant les lois. Certains châteaux, entretenus par des métayers au profit des châtelains absents, se retrouvèrent par un tour de passe-passe propriétés de ces métayers ou de débiteurs sortants de nulle part. On exhumait des lettres de créance dont on oubliait parfois de dire qu’elles avaient déjà été acquittées, mais les propriétaires étant à l’étranger ils ne pouvaient se défendre. Un décret contre les expatriés, dont le nombre s’était accru après Varennes, entraîna une suite inattendue de problèmes pour la maison. L’Assemblée les somma de rentrer en France avant le 1er janvier, au-delà, l’émigration serait désormais considérée comme un crime assimilé à la conspiration et passible de peine de mort et de confiscation des biens. Beaucoup de propriétaires de vignobles dont il était le courtier et auxquels il faisait investir des sommes importantes dans son négoce faisaient partie de ceux-là, le père de sa belle-fille le premier. Le baron Cambes-Sadirac avait quitté le pays dès octobre 1789.

C’est ainsi que se présentèrent à Monsieur Lacourtade père des demandes de remboursements ou de règlements de souscription à des voyages en droiture ou autres par des associés ayant un besoin urgent de liquidités. La première revendication de paiement arriva la nuit du 21 novembre 1791.

Chapitre 11

Il faut partir. Fin 1791

Catherine de Ménoire de Bauzeau

Catherine de Ménoire avait attendu la tombée de la nuit pour sortir de l’hôtel familial de la rue Margaux. La Baronne de Brassier, sa belle-mère, lui avait déconseillé cette aventure. Elle trouvait cela par trop dangereux, elle lui proposa d’aller quérir sa commission. Elle refusa, si cela tournait mal qui s’occuperait de ses deux petites filles. Elle était décidée, de toute façon elle n’avait pas le choix. Elle avait repéré le trajet qu’elle prévoyait de faire à pied afin de ne pas éveiller les curiosités. Emmitouflée dans un manteau sombre, elle avait longé les murs de la rue Sainte-Catherine dont les boutiques à cette heure avancée de la nuit étaient closes. Elle s’effrayait du claquement de ses talons résonnant sur les pavés mouillés et mal éclairés. Rabattant sa capuche, elle était passée le plus loin possible des lumières du théâtre devant lequel s’attardaient malgré le couvre-feu des noctambules bruyants. Sous les lugubres murailles en ruine, elle avait contourné la peur au ventre, les restes du Château-Trompette. Elle sursautait à chaque son, épouvantée à l’idée d’être apostrophée par la milice bourgeoise ou d’être agressée par quelques brutes. Elle était de plus fatiguée de son dernier accouchement qui avait eu lieu trois jours auparavant, ses jambes étaient lourdes. Elle avait rejoint le quai des Chartrons par les allées de platanes où, dans l’ombre, une foule interlope déambulait encore. Elle avait esquivé l’interpellation d’un homme fortement alcoolisée et qui la prenait pour ce qu’elle n’était pas. Elle était affolée, et se trouvait inconsciente, mais elle n’avait pas le choix. Elle croyait mourir de frayeur à chaque pas à chaque son, s’arrêtant au moindre doute, au moindre mouvement, se reculant dans l’encoignure d’une porte, dans le renfoncement d’une ruelle. Elle retenait ses larmes. Enfin, elle parvint devant la porte où deux semaines plus tôt elle était déjà venue. Elle frappa plusieurs fois et s’enfonça sous le porche. Dès qu’elle s’ouvrit, elle bouscula la personne et s’engouffra à l’intérieur. « — Pitié ! Fermez la porte ! ». John Madgrave reconnut la jeune femme. Il la rassura de son mieux et la soutenant, il la conduit dans l’appartement de Monsieur Lacourtade père. « — Madame la baronne ! Mais vous êtes morte ! ». Le vieil homme croyait voir une revenante. Il était allé le matin même faire ses condoléances à la messe funèbre donnée à l’église Saint-Bruno pour la parturiente soi-disant décédée de fièvre puerpérale.

— Oui, je sais, c’était une mascarade, mais je n’ai pas eu le choix.

— Assoyez-vous, Madame. Voulez-vous une boisson chaude ?

— Ce ne serait pas de refus.

Blanche comme un linge, elle s’était affalée sur le fauteuil, épuisée autant par la peur que par sa condition physique. Elle lui sourit tristement. Rassurée, elle respira, avala le café, que lui tendait le vieil homme, savourant la chaleur qui passait dans son corps. « — Vous pouvez parler devant John, j’ai toute confiance en lui. » Elle examina le secrétaire, et se dit que de toute façon cela ne changerait pas grand-chose. « — Comme vous le savez mon mari a émigré il y a de cela six mois maintenant. »

Elle omit de dire que son très cher époux avait oublié de lui faire part de son projet. Il était parti en ayant emprunté 40 000 livres en espèces métalliques au bourgeois le plus riche de Budos, un certain Latapy qui avait été capable de lui remettre la somme sur-le-champ. Lorsqu’à Pâques comme chaque année, elle s’était rendue au château de Budos où elle restait jusqu’aux vendanges, ce Latapy avait émis une suspicion quant à l’absence de son conjoint. À cette occasion, il lui apprit l’hypothèque contractée sur l’ensemble de ses possessions, y compris le château. Quoique sous le choc, elle s’était surprise à lui mentir avec sang-froid afin de le rassurer. Ce n’était pas la première fois que son mari ne donnait pas de nouvelles alors qu’il était aux armées. En fait, chaque fois qu’il avait une aventure extra conjugale, et elle savait qu’il entretenait une rousse sulfureuse dans sa ville de garnison. Mais le temps s’écoulant sans information de celui-ci, elle avait dû admettre que son époux avait abandonné sa famille sans laisser d’adresse. Elle surveilla la rentrée des récoltes jusqu’aux vendanges comme de coutume. La saison finie, elle regagna son hôtel particulier, rue Margaux, à Bordeaux, sans que quiconque n’ait revu le Baron pendant cette période, ni même reçu de sa part de quelconques nouvelles.

« — Et, comme vous le savez, les biens des émigrés vont être réquisitionnés. Étant sa femme, il ne fait pas de doute que l’on va venir m’arrêter, ne serait-ce que pour être informé de là où il est. En toute franchise, je l’ignore. Je suppose qu’il se situe à Coblentz, avec les armées du comte d’Artois. J’ai bien peur que l’on fasse peu de cas de mon innocence et je comprends bien que l’on ait du mal à me croire. C’est pourquoi ma belle-mère a eu l’idée de me faire mourir en couches. »

Monsieur Lacourtade père ne demanda pas d’où venait le corps qui avait remplacé celui bien vivant de Catherine de Ménoire. Ce n’était pas un grand mystère, le cercueil, qui était sorti de l’hôtel familial pour aller rejoindre les ancêtres dans le caveau de famille du cimetière de la Chartreuse, était juste plombé de pierre.Les deux femmes avaient espéré que personne n’irait vérifier et elles avaient eu raison.

« — Afin de pouvoir quitter le territoire, comme vous vous en doutez, j’ai besoin d’argent, pourriez-vous me donner une avance sur les vins entreposés chez vous. ».

Prévoyante, la jeune Baronne de Ménoire avait fait enlever les barriques de vin des chais du château, et transporter en lieu sûr à Bordeaux, soit chez un de ses négociants, et celui-ci était Monsieur Lacourtade. Il avait accepté deux semaines avant le dépôt exceptionnel de plus de cent tonneaux de vin provenant des récoltes de l’année de Budos et de Landiras ainsi que celles des années précédentes. Il avait toujours été en affaires avec la famille et notamment la Baronne de Brassier, la mère du baron. En même temps que sa cave, elle avait aussi dispersé le personnel du château qu’elle ne pouvait plus conserver. Elle avait emporté avec elle à Bordeaux son argenterie et quelques-uns de ses meubles auxquels elle tenait le plus.Seulement, ne se faisant aucune illusion, pour partir, elle devait laisser tout ce qui pouvait l’encombrer. Elle était donc décidée à céder le tout à sa belle-mère, qui en aurait de toute façon besoin pour l’entretien de ses petites filles, car pour plus de sûreté, elle s’en allait sans elles. C’était un déchirement, mais elle ne pouvait les mettre en danger. « — Madame, je peux vous faire une avance, mais je n’ai guère de liquidités chez moi, pouvez-vous attendre quelques jours ?

 — Hélas non ! À vrai dire, telle que vous me voyez, je suis déjà en route.

— Dans ce cas, je vais vous donner ce que j’ai et vous y adjoindre une lettre de change, si ce n’est pas indiscret, qu’elle est votre destination.

Elle hésita, c’était par trop dangereux, d’un autre côté sa belle-mère lui avait assuré sa totale confiance envers cet homme. Fataliste, elle répondit : « — si tout va bien je pars pour l’Espagne.

— Bien alors je l’adresse à Monsieur Cabarrus dont vous connaissez la famille, comme cela, vous n’aurez aucun problème. Et pour le reste ?

— Vous le donnerez à la Baronne de Brassier.

  Monsieur Lacourtade père exécuta les choses rondement, lui apporta une bourse bien garnie et la lettre, lui conseillant de ne jamais les montrer afin de ne pas éveiller l’envie. Puis le moment venu de partir, le négociant lui demanda comment elle comptait s’y prendre. Elle lui expliqua qu’elle devait rejoindre au lever du jour, ce qui n’allait pas tarder, une gabarre mise à sa disposition au bas du chemin du roi à deux rues de là. Elle ne lui dit pas que l’homme qui l’y attendait ne l’emmènerait jamais retrouver son époux. Il la raccompagna et quand elle eut passé la porte en compagnie de John comme garde du corps, monsieur Lacourtade père supposa qu’il ne la reverrait plus.

John Madgrave

Après cette aventure, d’autres vinrent réclamer leur dû, certains étaient mandatés par des clients absents. Parmi ces mandataires, tous n’étaient pas recommandables, certains étaient bien placés dans les sociétés de la province dépendant des clubs parisiens, cœur des partis de l’Assemblée, qui sous prétexte de salut public se disputait le pouvoir. Seulement, les caisses de la maison étaient faiblement garnies de par la conjoncture de plus en plus dramatique. La première solution, la vente de la propriété de campagne, avait calmé les premiers débiteurs, mais se révéla insuffisante. Afin d’apporter un sang nouveau, John Madgrave proposa de demander de l’aide à son père. Possédant de nombreux contrats de courtage avec la maison Lacourtade, ce dernier y trouva son intérêt. Trois mois plus tard, sir Madgrave accordait les crédits réclamés par son fils. Pris sur son héritage, le jeune commis par ce biais fut partie prenante de la maison Lacourtade, il devint ainsi son principal associé. Cela calma l’empressement des débiteurs.

Chapitre 12

Le chevalier part en guerre. Décembre 1791

Charles Louis Cambes-Sadirac chevalier de Saint-Aignan

« — Charles, Charles-Louis ! Réveille-toi. » Sortant de son sommeil au beau milieu de la nuit, il regarda, déconcerté, le jeune homme qui le secouait.

— Hercule ? Oh non, Hercule, pas ce soir.

 — Non, Charles ce n’est pas pour aller en ville, viens, j’ai besoin de toi.

Charles-Louis, alias le chevalier de Saint-Aignan, l’esprit embué, tout en enfouissant sa chemise dans sa culotte et jetant sa veste bleue aux parements blancs sur ses épaules, se demandait ce que pouvait bien lui vouloir son ami de toujours, Hercule François Vicomte de Louvigny. Ils ne s’étaient pas quittés depuis l’école royale militaire et s’étaient suivis ou précédés dans chaque régiment qu’ils avaient incorporé. Charles-Louis d’un tempérament posé et réfléchi avait sans cesse talonné son impétueux compagnon dans toutes ses frasques pour souvent l’en protéger à défaut de l’en dissuader. Cette fois-ci, il se demandait qu’elle bêtise, il allait encore faire. En catimini, ils sortirent du bâtiment principal de leur caserne où ils occupaient une chambre commune, ils longèrent les murs de celle-ci et rentrèrent discrètement dans les écuries. Ils ne risquaient pas grand-chose, la discipline se délitait. Hercule scella sa jument et jeta ses sacoches en travers. « – Mais, Hercule, que fais-tu, où vas-tu ?

— Je rejoins Monsieur de Bouillé à Coblentz, je suis fatigué d’attendre en vain que l’on nous dise ce que l’on doit faire. Tu viens !

— On en a déjà parlé, Hercule, il n’est pas question que je rallie l’armée des princes. Désolé, pas cette fois.

— Peux-tu taire voire cacher mon départ le plus longtemps possible ? Cela laissera le temps à ma lettre pour Marie-Jeanne d’arriver ?

— Bien sûr, Hercule, et fais attention à toi.

Il serra dans ses bras son ami, vérifia que nul ne pouvait le voir sortir de la caserne. Il le regarda quitter les lieux tout en ruminant encore la situation inconfortable dans laquelle les avait mis, lui et son régiment, le marquis de Bouillé. Celui-ci avait émigré et c’était réfugié à Coblentz après avoir réprimé les rébellions de Nancy pour lesquelles ils étaient venus.Il savait que son supérieur n’avait guère eu le choix ayant participé activement à la fuite de la famille royale interrompue à Varennes.Mais il avait jeté la suspicion sur son état-major, du moins ce qui en subsistait, car beaucoup de ses officiers jour après jour le ralliaient, comme son ami. Charles-Louis faisait partie de ceux qui étaient restés, mis en quelque sorte en quarantaine ; cantonnés dans leur caserne depuis l’été, ils attendaient les ordres et surtout un nouveau général. Hercule François s’était vite impatienté trouvant le temps long devant cette injustice. Las de tourner en rond, puisqu’il était pour ainsi dire prisonnier, il avait décidé de rejoindre l’armée des princes.Il avait essayé en vain de le convaincre et d’entraîner Charles-Louis dans son projet, mais il n’avait pas réussi ; aucun argument n’avait fait mouche.Il ne se reconnaissait pas dans l’état d’esprit de ces seigneurs, de ces prélats, de ces généraux, de ces magistrats qui avaient abandonné le trône au premier vent de la tempête. Ils prétendaient représenter la vraie France, la France de la fidélité, de la tradition ; mais il connaissait bien ces nobles qu’il avait croisés à Versailles, ou dans les lieux de plaisir de la capitale. Ils étaient nantis d’argent, ils se montraient en général gais, frivoles, persifleurs, arrogants. Ils parlaient du roi avec dédain, colportaient sur la reine les calomnies les plus viles. Que la famille royale courut de réels dangers, ils ne s’en souciaient pas. Leur seule idée, leur but unique était la restauration de l’ancien régime, avec ses privilèges, ses abus, ses erreurs les moins défendables, mais dont ils voulaient conserver le profit.

Habitué à voir leurs officiers loger en ville chez quelques belles pour tuer l’ennui, personne ne fit attention à l’absence du vicomte de Louvigny, jusqu’à ce qu’un ordre du ministère de la guerre le convoque avec Charles-Louis à Paris. Personne ne put étouffer ce dernier scandale qui remua même le ministère.

*

Charles-Louis, quant à lui, rentra à Paris à la demande de ses supérieurs par les nouvelles malle-poste. Il mit deux fois plus de temps qu’il en aurait fallu, l’organisation et le mauvais temps ralentirent de beaucoup le déroulement du voyage. L’hiver n’avait pas été aussi froid depuis bien longtemps. Les routes étaient détériorées, l’essieu du coche cassa par deux fois. Les auberges étaient sales et la nourriture le plus souvent infecte. L’état du pays n’était pas bon et son périple de retour lui en peignait un triste tableau. Quand ils passèrent la porte Saint-Martin, il fut soulagé.

*

« – Madame, Madame ! C’est Monsieur qui rentre !

– Vite, Marion, passe-moi mon pierrot.

Tout en finissant de nouer les rubans de son corsage, elle descendit au plus vite à la rencontre de son époux. « – Charles, mon ami vous voilà, vous auriez pu prévenir ! Tout en admirant la jolie femme dont les années ne le lassaient pas et en riant il lui répondit : « – Mais, ma mie, n’auriez-vous pas eu le temps de cacher votre amant ?

– Que vous êtes idiot !

Elle se nicha dans ses bras tout en faisant activer son personnel autour d’eux. La séparation avait été longue, plus d’un an s’était écoulé depuis son dernier séjour, aussi était-il heureux de se sentir chez lui. Il s’imprégna de la joie que son épouse avait de le revoir. Il reprit ses aises et remit à plus tard le but de son retour. Mais il n’eut guère le temps de profiter pleinement du bonheur conjugal.

*

À la démission de son prédécesseur, Monsieur de Narbonne-Lara devint ministre de la guerre. Il se serait bien passé de cette corvée. Il ne tenait pas à subir les mêmes reproches faits à Louis le Bègue Duportail, pour avoir notamment laissé les frontières sans garnison et sans défense suffisantes. Sa maîtresse, Madame de Staël, s’était servie de tous ses arguments et avait tant fait qu’il avait cédé et accepté de recevoir ce Charles-Louis de Saint-Aignan dont par ailleurs il avait connu le père. Cela n’était pas en sa faveur. C’était monsieur Necker, le père de sa maîtresse, qui depuis sa Suisse natale avait à l’instigation de son proche Monsieur Ajasson de Grandsagne procédé à la demande. L’oncle du jeune homme avait appris son infortune dans l’échange régulier de courrier entre son épouse et sa nièce.

Les méandres de l’amitié avaient donc conduit jusque dans son bureau Charles-Louis et cela ennuyait le ministre, car si ses états de service étaient bons, il cumulait de par sa naissance de lourds handicaps. Il était le fils et le neveu d’immigrés, et pour couronner le tout son dernier général avait aussi traversé la frontière. Il savait que les fonctions publiques, les divergences politiques, les aléas et les fluctuations du pouvoir amenaient parfois à ces extrémités, son prédécesseur lui-même en connaissait quelque chose. Il n’en voulait pas au jeune officier qui n’était pour rien dans tous ses impondérables, mais cela le mettait dans une situation inconfortable. Son secrétaire lui annonça son arrivée. Il le reçut à l’hôtel de Choiseul, ministère de la guerre. Charles-Louis se présenta en civil. « – Entrez ! Mon ami.

– Monsieur le ministre.

– Assoyez-vous, je vous prie.

Ni l’un ni l’autre n’étaient à l’aise. Charles-Louis ne comprenait pas très bien sa présence en ces lieux, et monsieur de Narbonne-Lara à peine plus.

– Monsieur, je vous ai fait rentrer à Paris, car vous vous trouvez dans une situation, disons délicate et des relations à vous dont je tairai le nom m’ont demandé de vous en tirer. Je vous enjoindrai donc de rester chez vous jusqu’à nouvel ordre.

– Bien Monsieur. Cela ne lui signifiait pas ce que l’on allait faire de lui, et il ne connaissait pas la situation délicate, dans laquelle il était. Il allait réclamer des éclaircissements quand le ministre reprit. « – Je vous recommande aussi de solliciter rendez-vous au ministère de l’Intérieur, étant éloigné de Paris, vous n’êtes peut-être pas au fait du décret contre les émigrés qui vous met peut-être en mauvaise posture.

– Mais je suis là !

– Oui, vous. Mais suivez mon conseil et allez en assurer ce ministère. En attendant, je vous saurais gré de vous tenir à la disposition de notre cabinet et de ne point quitter Paris.

*

Il sortit de son entretien troublé par ces demi-informations. Il ne savait que faire, il décida de suivre le conseil du ministre, il alla directement au ministère de l’Intérieur, à l’Hôtel rue Neuve des Petits Champs. Arrivé dans le labyrinthe des bureaux, il se s’interrogea. À qui devait-il s’adresser ? Un greffier l’envoya à l’étage, un autre, quatre couloirs plus loin, il allait désespérer quand un individu l’interpella. : « — Si je ne m’abuse, vous étiez à Nancy ? » Il répondit par l’affirmative, mais comme il jetait un œil intrigué, l’homme reprit : « — Vous ne vous souvenez pas de moi bien sûr. Il faut dire que nous étions nombreux. Vous cherchez, me semble-t-il !

– Oui, Monsieur, je m’efforce de trouver le secrétaire du ministre de l’Intérieur, mais j’avoue que je me suis perdu.

– Cela, je veux bien vous croire, je me demande si ce n’est pas fait exprès. Suivez-moi !

Il le précéda et entra dans un fastueux bureau. « – Excusez-moi, je ne me suis pas présenté, Monsieur Cahier de Gerville, accessoirement ministre de l’Intérieur. À qui ai-je affaire ?

– Monsieur Charles-Louis de Saint-Aignan, veuillez m’excuser monsieur le ministre, je ne savais pas.

– Ce n’est pas grave, de toute façon ces tralalas me fatiguent. Et pourquoi vouliez-vous me voir  ?

– je viens du ministère de la guerre où Monsieur de Narbonne-Lara m’a conseillé de paraître auprès de vos services pour vous assurer de ma présence en France suite à un décret promulgué.

– Ah, je présume que nous étions supposés avoir des doutes. Attendez, je vous prie, je vais faire appel à mon secrétaire pour les détails.

L’homme au langage franc et aux manières rudes le rassurait. Il revint presque aussitôt. « – Vous êtes bien le fils de Jean Étienne Cambes-Sadirac ci-devant Baron.

– Oui, monsieur le ministre.

– Bien, bien, en attendant le dossier voulez-vous boire un verre, je possède un savoureux Bourgogne.

Charles-Louis accepta, le fait d’avoir mentionné son père le perturba. Une trentaine de minutes plus tard, le secrétaire présenta les documents. Le ministre le feuilleta puis leva les yeux vers le jeune homme.

– Votre père détient de bons états de service, il était, lui aussi au ministère de la guerre… savez-vous ce qu’il est devenu ?

– Il a émigré en Angleterre, mais je suppose que c’est dans le dossier.

– Oui, c’est un fait, connaissez-vous le décret contre les expatriés ? Non bien sûr, le patrimoine de votre père devrait être mis sous séquestre puisqu’il ne pourra rentrer au 1er janvier.

L’homme examinait les réactions de Charles-Louis et quand il vit ses épaules s’affaisser, il comprit qu’il l’ignorait. « — Toutefois, dans votre situation ses biens vous seront transmis, à vous et autres héritières, puisque vous avez trois sœurs. J’ai le regret de vous dire que votre père est décédé d’une maladie de poitrine, semble-t-il.

– Mon père est mort ! Il s’était levé et rassis à la révélation. Il était stupéfait de l’annonce. Il n’avait pas de nouvelles depuis son départ. Il l’avait aidé à organiser son voyage bien qu’il fut alors contre. Sa belle-mère était tellement affolée que son père n’avait pas voulu tergiverser. Ils avaient donc fermé une partie de l’hôtel et le jeune couple n’avait gardé ouvertes que les pièces à leur usage. Il s’était bien inquiété, mais il n’avait eu connaissance que de leur arrivée à Londres et depuis rien ; de son côté, sa vie l’avait happé.

Le ministre ratifia le dossier, lui fit remettre un double et le raccompagna.

*

Cela n’avait pas éclairci sa situation. Charles-Louis ne voyait rien venir. Il commençait à trouver le temps long. Il s’était présenté à plusieurs reprises au ministère où il lui avait été demandé de patienter ; il n’y avait rien pour lui. Quant au ministre, il refusait tout nettement de le recevoir. L’incertitude de sa position et son inactivité avaient fini par créer un malaise ;l’inquiétude s’était infiltrée dans la maison.

Élisabeth était assise devant la cheminée, un ouvrage dans les mains et regardait le large dos de son époux. Il contemplait la neige tomber à la fenêtre de son salon à l’étage de l’hôtel de Cambes. Il gardait ses épaules courbées et semblait soucieux, et dans ces cas-là, elle avait toutes les peines du monde à le sortir de son mutisme.

Alors qu’il était resté à sa place, il vit dans la rue arriver une estafette, les choses allaient peut-être bouger. Barthélemy son valet entra pour annoncer l’émissaire. Il prit l’ordre et le congédia. Charles-Henri était incorporé comme capitaine dans l’armée du Nord, dont Monsieur de Rochambeau venait d’obtenir la nomination comme général en chef en même temps que son bâton de maréchal. Il aurait dû être satisfait, mais il n’aimait pas être ballotté par le destin. Il allait repartir pour les rives de la Meuse. Il doutait que ce fût une bonne chose, mais au début du mois la rupture des relations diplomatiques entre la France révolutionnaire et l’Autriche faisait des bordures du fleuve une frontière litigieuse. Les troupes d’immigrés étaient depuis longtemps massées derrière et parmi elles plus d’un ami. Si cela n’avait été que de lui, il se serait retiré dans ses terres. La politique, au contraire de son père, lui avait toujours déplu, quant à l’armée depuis que la guerre s’effectuait entre frères de la même Nation, elle le rebutait. Mais il n’avait pas le choix.

Élisabeth lui dit au revoir avec un pressentiment au creux du ventre, mais elle mit ça sur le compte de la séparation qu’elle ressentait douloureusement. Elle le regarda partir, s’imprégnant de son image comme s’il n’allait pas revenir. Marie-Amélie eut toutes les peines du monde à la sortir de son abattement.

Sir Joshua Reynolds, 1723-1792, British, Miss Mary Hickey, 1770)
Élisabeth Chevetel De La Rabelliere

Personnages

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

épisode suivant

mes écrits

2 réflexions sur “La Palmeraie / De tempête en tempête chapitre 10, 11 et 12

  1. Pingback: La Palmeraie / De tempête en tempête chapitre 13, 14 et 15 | franz hierf

  2. Pingback: La Palmeraie / De tempête en tempête chapitre 7, 8 et 9 | franz hierf

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.