L’orpheline/ chapitre 013

chapitre 001

chapitre précédent

Chapitre 13

Une nouvelle vie

Philippine de Madaillan

Ils se rendirent à pied jusqu’à la demeure de son époux, elle se situait à un pâté de maisons de celle du gouverneur, entre la rue Sainte-Anne et la rue du Maine sur la rue Royale. Elle occupait deux parcelles. Elle s’avérait vaste et détenait un étage chapeauté d’un toit élevé avec mansardes. Après avoir traversé le jardinet et gravi les quatre marches qui menaient à la galerie, le couple fut accueilli par Adrianus, le majordome et valet personnel de son maître. Étaient arrivés dans sa foulée les autres domestiques, tous des esclaves, afin de recevoir leur nouvelle maîtresse. Hilaire les présenta à Philippine. Anatole, qui se trouvait derrière Adrianus, était le jardinier, le palefrenier et le cocher ainsi que le conjoint de Marceline, la cuisinière. À leur côté, se révélait présente Cunégonde, qui serait sa chambrière et Héloïse, une servante à tout faire, les deux étaient à peu près du même âge que Philippine. Elle ne s’attendait pas à détenir autant de serviteurs et fut surprise, car toutes les femmes possédaient une peau très claire. Hilaire lui fit visiter ce qui allait être son habitation. Au rez-de-chaussée, elle traversa deux salons, le bureau de son époux, et une bibliothèque. L’étage avait quatre chambres avec une pièce adjacente à chacune pour la garde-robe et la toilette. Sous le toit se trouvait le logement des domestiques en dehors de celle d’Anatole et de Marceline qui se situait au-dessus du pavillon qui regroupait la cuisine et le garde-manger. Lorsqu’ils sortirent sur la véranda donnant sur le jardin agrémenté de magnolia, de chênes et de bosquets de fleurs, elle aperçut au fond de celui-ci l’écurie qui abritait trois chevaux et un carrosse. Elle était étonnée par autant d’aisance, car elle avait aussi découvert du beau mobilier dans les différentes pièces. 

Ils soupèrent en tête à tête. Hilaire expliqua à son épouse son travail et le fait qu’il était obligé de beaucoup s’absenter de la Nouvelle-Orléans entre sa plantation qui ne possédait qu’un petit corps de logis pour résider et ses clients dont ils devaient maintenir la fidélité. Philippine ne tenait pas à aller à la plantation même si elle devinait que le manque de confort sur place était qu’une fausse excuse. Elle savait qui y vivait. Depuis qu’elle avait traversé la ville à plusieurs reprises, elle avait été amenée à découvrir le grand nombre d’entités qui y circulait. Beaucoup étaient morts lors de pandémies, mais il y avait aussi les esclaves dont la trace des meurtrissures se révélait flagrante sur tout leur corps et les Amérindiens aux terribles blessures. Elle essayait de ne pas les entendre, car elle ne pouvait rien pour eux. Se rendre sur la plantation était par conséquent pour elle impossible, elle ne tenait pas à voir de ses yeux ce que l’on infligeait à ses pauvres malheureux. Elle se trouvait donc satisfaite quant à cette excuse.

Le repas passé, ils s’installèrent sur la galerie donnant sur le jardin. Ils continuèrent à converser. Tout en chassant les maringouins, Hilaire lui expliquait la face cachée de la colonie et de quoi vivait la gent de la ville. «  Comme vous devez la savoir, John Law avait créé la compagnie des Indes, mais la colonie fut un échec financier et elle s’écroula de façon spectaculaire. Je venais juste de m’installer à la Nouvelle-Orléans, et en France un bruit courait comme quoi l’économie coloniale de la basse Louisiane était officiellement en déroute contrairement à Saint-Domingue. D’ailleurs, le roi ne s’en est guère occupé, elle est administrativement à l’abandon.

— À l’abandon, mais le gouverneur de Perier semble avoir les choses en main et j’ai cru comprendre que des gens détiennent des fortunes non négligeables.

— Oui, c’est vrai, nous possédons d’autres solutions. John Law a fait arriver près de neuf mille personnes qui se sont installées sur le territoire, mais la plupart des investisseurs comme l’homme le plus riche de France, Crozat, se sont désintéressés de notre colonie. 

— Et quelles solutions avez-vous, car au vu de ce que j’aperçois ici tout comme chez le gouverneur ou notre notaire, l’argent n’a pas l’air de manquer? Le confort matériel de certains habitants affiche des produits de luxe comme la soie, les vins de Bordeaux, les bijoux en or et les services de porcelaine.

— C’est un fait ! Les résidents de La Nouvelle-Orléans se sont mis en quête de nouveaux marchés et ils ont sillonné le Mississippi et le monde des Caraïbes pour arriver à commercer. Grâce à des contacts récents, d’autres négociants commencèrent en retour à se rendre de plus en plus souvent à La Nouvelle-Orléans ou au fort de la Balise. Ils viennent des grands ports de Veracruz, La Havane, Cap-Français, à des villes jumelles comme fort Saint-Pierre en Martinique, ou encore à des centres de contrebande côtière telle Carthagène. 

— Vous effectuez de la contrebande?

— Nous n’avons guère le choix devant cette indifférence même si la compagnie a longtemps fait semblant de contrôler les exportations et les importations. Vous vous en rendrez vite compte sur le marché. Les marchandises indiennes y arrivent en abondance, en particulier les peaux de daims, qui sont exportées ensuite. La ville sert de grand marché agricole où les petits fermiers peuvent vendre ou troquer du riz, des légumes, des figues, des patates douces, des œufs et du jambon contre du sucre, du café, du vin, du tissu et des meubles introduits dans le pays. Les propriétaires de plantations cherchent des acheteurs ou des agents de courtage dont je fais partie pour leurs cultures de tabac, d’indigo et de riz. Même les esclaves des plantations viennent le dimanche distribuer les surplus qu’ils obtiennent sur leur lopin de terre.

— Mais les contrebandiers arrivent jusqu’à La Nouvelle-Orléans?

— Pas tout à fait, outre le fort de la Balise, l’arrière-pays de La Nouvelle-Orléans se prête fort bien aux mouvements de contrebande. Les transbordements de cargaison peuvent être facilement dissimulés le long des plages du lac Pontchartrain ou dans les marais plantés de cyprès chauves qui longent certaines portions du Bayou et de ses affluents. »

Tout en buvant son café, Philippine restait perplexe, cela voulait dire que les dirigeants laissaient faire. De son côté, Hilaire trouvait sa femme intelligente et perspicace, c’est ce que lui avait dit sa métisse.

***

Le moment venu, Cunégonde aida sa maîtresse à se déshabiller. La jeune femme garda sa chemise en lin fin et attendit son époux assis sur sa couche. Elle demeurait inquiète, elle ne savait pas ce qui allait se passer ni ce qu’elle était supposée faire, son cœur palpitait plus que de coutume. À sa grande surprise, la nuit de noces s’écoula merveilleusement bien, Hilaire se révéla très précautionneux et très attentionné afin de ne pas l’effrayer et de ne pas être brusque. Quand elle se réveilla le lendemain matin seule dans son lit, elle était apaisée. À peine levée, Cunégonde arriva et lui proposa d’enfiler une de ses robes volantes et de la recoiffer, ce qu’elle accepta avec gentillesse. 

***

Les jours passaient, Hilaire se rendait régulièrement à son bureau jouxtant ses entrepôts sur le port. Il était aux petits soins envers Philippine et partageait sa chambre chaque nuit. La jeune femme ne se faisait aucune illusion, elle se contentait de profiter de sa présence. Elle s’avérait consciente qu’il irait rejoindre sa métisse. Il était coincé entre elle et sa maîtresse, l’une et l’autre lui plaisaient. Étrangement, cela ne la touchait pas. Elle restait insensible à la situation. Elle pressentait que cela allait changer et qu’elle n’y serait pour rien. Elle avait l’impression qu’on la préservait. Son ange devait la protéger de tout ressenti affectif. 

Dans les premiers jours de son installation dans la demeure, elle comprit vite que sa garde-robe se révélait trop maigre. Elle demanda à Madeleine Lamarche, la couturière que leur avait envoyée l’épouse du gouverneur, de venir. Elle l’accueillit dans son salon. « — Bonjour, Madeleine, asseyez-vous. Vous prendrez bien un verre ou une tasse de café?

— Un café. Avec plaisir, madame. 

— Vous nous l’aviez fait remarquer au couvent, nous n’avions pas grand-chose dans nos bagages et vous aviez raison. Il s’avère évident que si mon mari recevait des amis ou des connaissances, je n’ai pas grand-chose à me mettre. Pouvez-vous agrandir le nombre de mes toilettes?

— Bien sûr, combien en désirez-vous?

— Pour bien faire, je souhaiterais six robes volantes et quatre robes à la française. 

— C’est sans problème, mais vous devrez vous procurer les étoffes de votre choix. De plus, vos amies mesdames de Rauzan et de Langoiran m’ont réalisé des demandes similaires, je ne pourrai donc pas vous livrer aussi rapidement que je le voudrais. Je vais bien sûr me faire aider, mais j’ai besoin tout de même d’un peu de temps. 

— Pour le temps, ne vous inquiétez pas, je ferai avec ce que j’ai pour l’instant, quant aux matières je verrais avec mon conjoint. 

— Si vous le désirez, sur la place d’armes, une boutique détient de beaux tissus, cela vaudrait peut-être la peine d’y aller.

— C’est une bonne idée, au moins pour les premières robes. »

Elles burent leur café et conversèrent. Philippine apprit comme cela que le gouverneur commençait à se lasser de la colonie et songeait à repartir en France. Il paraîtrait qu’il avait déjà sollicité le roi. Elle était à peine étonnée au vu de ce dont l’avait informé son époux. Suite au départ, de la couturière, elle réalisa que cela faisait plus d’une semaine qu’elle n’avait pas pris de nouvelles de ses amies. Elle les avait croisées à la messe dominicale, mais elles avaient peu échangé. Elles avaient trop de monde autour.

*** 

Suite au passage de Madeleine, Philippine avait invité ses amies. Fortunée, qui habitait rue de Chartres au nord de la ville, était venue en carrosse. Quant à Catherine, elle arriva à pied accompagnée de Gabrielle et de leurs chambrières. Le hasard des circonstances avait fait qu’elles détenaient chacune une maison d’un côté de la rue Saint-Philippe, sur la rue Royale. À peine sur place, elles s’installèrent dans le salon autour de la table marquetée où Cunégonde et Héloïse avaient posé de quoi se désaltérer plus une cafetière et quelques friandises quémandées par leur maîtresse. Chacune s’assit dans un des fauteuils, cannés et moulurés en bois naturel s’appuyant sur des pieds cambrés, mis à leur disposition. Ses amies se montrèrent admiratives quant à la décoration de la pièce, mais elles avouèrent toutes les trois qu’elles n’avaient pas à se plaindre de leur habitation et de leur contenu, ni de leurs domestiques. Une fois servies, elles commencèrent à échanger sur leur mariage. Fortunée s’avérait des plus heureuse, et annonça qu’elle avait trouvé l’âme sœur. Catherine et Gabrielle remercièrent Philippine, leurs époux respectifs se révélaient très aimables et délicats envers elles. Si elles ne rentrèrent pas dans les détails, toutes étaient satisfaites de leurs nuits de noces, ce qui soulagea leur proche qui les avait guidées vers leur conjoint. Voyant qu’à l’inverse leur hôtesse ne disait pas grand-chose, elles finirent par lui demander si tout s’était bien passé pour elle. « — Hilaire est un mari parfait, prévenant et comme les vôtres il s’avère bienveillant. Je ne peux me plaindre de lui, il accomplit tout ce qu’il peut pour que je vive dans le confort. » Catherine et Fortunée comprirent de suite que Philippine détenait une information qu’elle ne désirait pas exprimer, au moins devant Gabrielle. Elles n’insistèrent pas. Elles passèrent au sujet des robes et acceptèrent de l’accompagner dans la boutique où Fortunée s’était déjà rendue. Effectivement, elle proposait de très belles matières. Philippine engagea la conversation sur le gouverneur. « — Je ne sais pas si vous en avez entendu parler, mais il semblerait que le gouverneur souhaite quitter la Louisiane. » Catherine, dont son époux, Nathanaël Fery D’Esclands, faisait partie du gouvernement répondit. « — Oui, en réalité, il se trouve las du désintérêt du roi pour la colonie. De plus, la Compagnie des Indes ne veut plus s’en occuper, il apparaîtrait que cela coule leur économie. Je ne serais pas étonnée que le roi la récupère. Le gouverneur a donc demandé à être dégagé de ses charges et à être rapatrié. Si tel est le cas, au vu du poste de mon époux, nous risquons repartir pour la France.

— Mais où irez-vous? Questionna Philippine.

— Il obtiendra sans problème une fonction à Versailles, il est reconnu pour sa droiture et son sérieux. Il a déjà été quémandé, sur ce il devra vendre sa plantation. » Fortunée prit la suite de la conversation. « — Cela va être la même situation pour mon époux. Il est venu avec Monsieur de Perier, le gouverneur qui le remplacera ne voudra pas des proches du précédent homme de pouvoir. Nous repartirons donc nous aussi, par contre je pense que Pierre-Simon ne demeurera pas dans l’armée.

— C’est exact. » Répondit instinctivement Philippine. Aucune n’effectua de réflexion devant l’assurance de la réaction. La jeune femme ne rajouta rien, étrangement quelqu’un lui disait qu’elle ferait de même, mais elle ne voyait ni entités ni son animal-gardien. Elle songea que ce n’était que son imagination, mais cela la réconfortait. Au moins,  elle ne resterait pas sans ses proches dans cette ville. Évidemment, Gabrielle était chagrinée, elle qui commençait juste à se lier avec les trois amies. À peine arrivée au couvent, elle avait été assujettie par Théodorine. Elle s’était laissée faire, car quelqu’un s’intéressait à elle. Elle était la seule fille de la famille d’Artaillon. Sa mère étant décédée après sa naissance, suite à une dernière grossesse qui s’était mal terminée, son père l’avait envoyée à l’abbaye des ursulines, vu qu’il ne comptait pas dépenser d’argent pour elle. Sa vie au couvent s’était bien passée, mais elle savait qu’elle était manipulée par sa supposée amie, qui en fait ne s’intéressait à elle que pour l’utiliser. Elle se révélait tellement invisible aux yeux des autres que personne ne faisait attention à elle. Elle lui avait donc demandé de se renseigner sur Philippine, mais elle n’avait rien voulu rapporter sur celle-ci. Elle avait saisi qu’elle s’avérait différente, elle l’avait vu plusieurs fois parler dans le vide, du moins cela y ressemblait. Elle avait vite compris que ses amies ne la protégeaient pas pour rien, outre qu’elles avaient de l’empathie pour elle, elle leur donnait des informations qui les rassuraient. Elle en était consciente pour en avoir perçu quelques-unes et avoir suivi son conseil pour son union. Cela faisait longtemps qu’elle aurait aimé être intégrée dans leur groupe, et voilà qu’au moment où cela se faisait, les unes allaient quitter la colonie. 

Les jeunes femmes continuèrent la conversation sur des sujets plus généraux notamment sur les personnes qu’elles avaient été amenées à rencontrer. Leur hôtesse réalisa qu’elle n’avait encore jamais été visitée malgré la notoriété de son époux. Fortunée la sortit de cette interrogation. « Savez-vous qu’Armand de Pignerolle et Arnault-Francois De Maytie partent bientôt en France ?

— Il faut que nous allions leur dire au revoir. S’exclama Philippine.

— C’est sans problème, le gouverneur va nous inviter pour un souper d’adieux. »

***

Un mois s’était passé depuis le mariage, Philippine avait obtenu une partie de sa garde-robe, lorsque Hilaire lui annonça qu’il se devait de partir pour la plantation. Il devait voir des choses avec son contremaître et il profiterait de son voyage pour aller rencontrer des planteurs afin d’achalander son négoce. Il le dit devant Cunégonde qui se décomposa. Philippine sourit à son époux, il comprit qu’elle le laissait faire, qu’elle n’allait effectuer aucune réflexion, mais qu’elle n’était pas naïve. Étrangement, cela le soulagea.

Il partit le lendemain avec Adrianus et Anatole en carrosse. Elle le regarda s’en aller depuis la véranda de l’étage. Cunégonde se tenait derrière elle. Sans se retourner, elle l’interrogea. « — Cunégonde, comment s’appelle la métisse que mon mari rejoint? Je l’ai croisée le jour de mes noces. Rassure-toi, cela me laisse indifférente, c’est juste par curiosité.

— Lilith, maît’esse. 

— Lilith, bien. » Elle était certaine qu’elle aurait affaire à elle. Elle ne savait pas dans quel cadre, ni a quel moment, mais elle ne doutait pas qu’elle serait amenée à la rencontrer. 

***

Lilith

La plantation Gassiot-Caumobere, possession d’Hilaire, se situait à mi-distance entre le fort de Bâton-Rouge et de la Nouvelle-Orléans. Du fleuve, elle s’étendait  jusqu’au bayou du lac Maurepas. Il lui fallait une bonne demi-journée pour l’atteindre. Installé dans son carrosse, il réfléchissait. Il aurait peut-être dû laisser la voiture à son épouse. Elle pourrait en avoir besoin. Il décida de renvoyer Anatole dès qu’il se trouverait sur la plantation. Lilith l’attendait, elle savait qu’il arrivait. Comment en était-elle consciente ? Un esprit, plus exactement un Loa était venu la prévenir. Les femmes de sa famille avaient deux particularités. Depuis qu’elles étaient parvenues dans les colonies, soit depuis quatre générations, elles attiraient les hommes blancs, aussi Lilith n’avait plus qu’un quart de sang noir. De visu, elle ressemblait à une blanche à la peau claire de couleur légèrement café au lait. Elle s’avérait très belle. L’autre particularité qu’avaient les femmes de sa famille c’étaient les Loa qu’elle voyait et avec qui elles conversaient, cela en faisait des prêtresses vaudou. Celle qui avait éveillé Lilith était l’esprit Erzulie, la Loa de l’amour. Elle parlait à peine quand celle-ci vint à elle la première fois. Elle lui tendit la main et lorsque l’enfant qu’elle était la saisit, elle entra en transe. La Loa la rassura et lui fit parcourir sa vie à travers les cieux. Au fil du temps, elle vit et conversa avec plus d’un Loa, mais c’est Erzulie qui la guidait. Quand elle se transforma en femme, elle avait à peine quatorze années, sa maîtresse, qui la trouvait trop jolie, la vendit. Elle ne tenait pas à ce que son époux la prenne en tant que tisanière. Elle connaissait la façon de procéder des mâles. Ils demandaient une tisane et l’esclave qui l’amenait finissait dans leur lit. De plus, elle était sure que c’était la fille de son mari, ce qui ne l’arrêterait pas ayant oublié la mère. Ce fut comme cela que fort jeune, Lilith passa de Saint-Domingue à la Nouvelle-Orléans et devint l’esclave d’Hilaire. Il en fit de suite une servante de sa maison avant de l’engager à être sa maîtresse. Contrairement à beaucoup d’hommes, il n’alla pas voir ailleurs et resta fidèle à la jeune femme. Quand elle eut son premier enfant, une fille dénommait Louisa, elle sut qu’elle devait trouver de l’aide pour obtenir leur liberté. Erzulie lui demanda de patienter. Lorsqu’elle fut informée de l’arrivée des Filles à la cassette, la Loa lui conseilla d’amener son amant à s’unir avec l’une d’entre elles, et une en particulier dont elle lui donna le nom. Lilith commença par manipuler Hilaire, puis par le pousser, afin qu’il prenne épouse et qu’il ait des descendants. En tant que négociant, il ne pouvait se contenter d’elle. Il finit par entendre raison. Le jour du mariage, il l’envoya sur la plantation. 

Le contremaître qui l’accueillit s’avéra conscient qu’il ne pouvait rien lui demander, aussi elle prit possession du pavillon qui détenait quatre pièces et une buanderie. Elle savait que sa femme ne viendrait jamais sur la plantation et le pourquoi elle ne bougerait pas de la Nouvelle-Orléans.

***

 Au bout de trois semaines, Hilaire revint à la Nouvelle-Orléans. Philippine l’accueillit avec plaisir, car hormis aller à la messe dominicale tous les dimanches et se rendre au couvent, elle dépassait peu le pas de la porte de sa demeure. Heureusement, ses amies avaient pris l’habitude de venir la voir régulièrement. En fait, la jeune femme avait du mal à sortir de chez elle. Elle n’avait jamais perçu autant d’entités à la fois. Entre la propriété de Madaillan et l’abbaye de Saint-Émilion, elle n’en avait croisé que quelques-unes, et ici, où elle ne savait comment faire la sourde oreille tellement elles étaient nombreuses ou s’en protéger, elle se sentait désemparée. Elle ignorait comment se comporter. Elle ne s’était pas permis de le demander à son ange Jabamiah. Elle craignait de la décevoir. Ses amies pensaient que seule, sans son mari, elle n’osait sortir même pour venir chez elle. Elles étaient étonnées, Philippine avait naturellement tant d’assurance. Elles n’effectuèrent aucune remarque, elles se contentèrent de lui rendre visite régulièrement. Elle les en remerciait. 

Quelques jours après son arrivée, Hilaire décida d’organiser un souper lors duquel il invita, Louis Brillenceau, son économe, Jean-Pierre Saurine, l’un de ses commis, et Jean-Baptiste de Villoutreix, son trésorier, ainsi que leurs épouses. Philippine était enchantée par cette idée, elle allait pouvoir faire connaissance avec ces personnes dont elle n’était instruite que de leurs noms. Elle fit de son mieux pour préparer ce repas. Elle réclama à Adrianus et Anatole de transformer selon son désir l’un des salons en salle à manger. Marceline de son côté accomplissait des plats gouteux, heureuse, elle aussi de cette nouvelle. Cunégonde et Héloïse, qui appréciaient leur maîtresse tant elle se révélait aimable avec elle, réalisèrent tout ce qu’elles devaient pour répondre aux demandes diverses pour cette soirée, notamment pour la coiffer et l’habiller. Sa chambrière lui conseilla une robe à la française en damassé bleu foncé et lui rappela que c’était les employés de son époux qu’elle accueillait.

Hilaire Gassiot-Caumobere

Lorsque les invités de son conjoint apparurent, Hilaire et elle les reçurent dans le premier salon. C’était la première fois que Philippine les voyait contrairement à eux, qu’ils l’avaient aperçu le jour des mariages. Ils n’avaient pu se mettre en avant, cela aurait été déplacé devant la haute société de la ville qui s’agglutinait autour des nouveaux couples. Leur hôtesse suite aux présentations leur proposa de s’asseoir et leur fit servir un vin blanc de sa région, un verre de Sainte-Croix du Mont. Ils furent étonnés de la simplicité de l’accueil et se détendirent. L’épouse de leur maître, qu’ils trouvaient très belle avec ses yeux d’un vert transparent, faisait notablement de son mieux pour les recevoir. Le moment venu, elle les guida vers la salle à manger. Ils furent très surpris par le lieu et l’attention visible que la maîtresse de maison avait mis en place pour eux. À peine installés, Cunégonde leur resservit un verre, il provenait toujours de la région bordelaise, plus exactement de l’Entre-Deux-Mer. Elle leur expliqua qu’elle était née dans cette région. Ensuite, Cunégonde et Héloïse présentèrent les plats à la grande satisfaction des invités qui apprécièrent chacun d’eux et le faisaient connaitre. Complètement détendus, les épouses comme les conjoints conversaient. Lorsque le sujet vint sur le gouverneur, Philippine intervint. « — Vous savez qu’il risque de nous quitter» Hilaire étonné lui répondit. « — Ma chère, cela est surprenant. De qui le détenez-vous?

— Vous êtes au fait mon ami que j’ai des accointances bien placées. De toute évidence, il s’avère las de la contrebande et de la guerre avec les Amérindiens. 

— Je le comprends, mais c’est dommage. Bien qu’il paraisse un peu rigide, il a réalisé de bonnes choses, ne serait-ce que l’aménagement du port ou la construction de la digue qui nous protège des crues du fleuve. 

— Sans parler du creusement du canal entre le bayou Saint-Jean et le lac Pontchartrain, ce qui nous permettra d’aller directement des lacs à la mer. Intervint Louis de Brillenceau, l’économe.

— De plus, il y a l’édification du couvent des ursulines, qui même si elle n’avance guère, les a faites venir. Rajouta madame de Villoutreix, l’épouse du trésorier

— Et, il a amélioré la production du sucre, du riz et du tabac sur les plantations, ce qui développe nos chiffres à bon escient. Exprima le trésorier

— Et pour conclure, il a quand même gagné contre les Natchez. Signifia Hilaire.

— Il semblerait que la Compagnie s’occupe de moins en moins de la colonie. Reprit Philippine.

— C’est un fait, cela leur coute beaucoup d’argent. Elle s’attendait à découvrir des mines d’or et d’argent et il n’y en a pas. » Répondit Hilaire. La conversation se poursuivit sur d’autres sujets dévoilant des gens et des domaines que Philippine ne connaissait pas encore. Quand les trois couples furent partis, devant sa coiffeuse elle songeait qu’elle les trouvait fort agréables. « — Cela tombe bien, ils seront amenés à te soutenir. Surtout, renforce le lien. » Elle aperçut un ours sur la galerie, cela la fit sourire. Elle remercia intérieurement son animal gardien. Suite à sa réponse, elle se questionna. « — En quoi allaient-ils l’aider» Décidément, beaucoup d’informations venaient à elle sans qu’elle en comprenne la signification. Elle s’abandonna à Cunégonde qui lui brossa les cheveux après l’avoir déshabillée. Quand sa chambrière la laissa, Hilaire la rejoignit comme chaque soir. 

***

À la veille du départ d’Hilaire pour sa plantation, il reçut, pour lui et Philippine, une invitation pour un souper chez le gouverneur. Ne pouvant refuser, et cela ne leur serait pas venu à l’idée, ils s’y rendirent. L’un et l’autre avaient fait attention à leur tenue d’autant qu’ils ne savaient pas qui était convié pour ce souper. Comme il pleuvait et bien qu’ils se situassent proches du lieu du rendez-vous, ils y allèrent en carrosse. Dans le hall de la demeure les attendait Arthémus qui les guida aussitôt vers le grand salon. Outre le gouverneur et sa femme, ils découvrirent la révérende mère des ursulines, le père de Beaubois ainsi que Catherine et Fortunée accompagnées de leur conjoint. Ils eurent à peine le temps de se saluer les uns les autres, qu’arrivèrent, derrière eux, Gabrielle et Théodorine avec leur mari, ce qui surprit les trois amies. L’épouse du gouverneur avait profité de cette apparition inattendue à la Nouvelle-Orléans pour inviter les Filles à la cassette afin de prendre conscience si toutes ses demoiselles se portaient bien et constater la qualité de leur union. Se trouvant tous là, ils passèrent à table. 

Pendant le repas, tous apprirent le motif de la visite de Théodorine et de son conjoint. « — Monsieur De Chastellard De Montillet, si ce n’est pas indiscret, puis-je savoir la raison de votre venue?

— Elle est très simple. Monsieur le gouverneur, je suis venu voir mon négociant, monsieur de la Michardière.

— Vous avez donc des transactions à opérer.

— Oui, j’aurais aimé être informé si cette année nous aurions la chance d’envoyer notre sucre en France. J’ai entre autres, monsieur de Perier, suivi votre conseil, j’ai commencé à planter de l’indigo, aussi j’aurais apprécié être renseigné où l’expédier.

— Dans les deux cas, ils partiront pour Bordeaux ou Nantes, je suppose monsieur de la Michardière.

— C’est exact monsieur de Perier, je me trouve en lien avec la maison de négoce Cevallero à Bordeaux. » Philippine au nom de l’entreprise sentit une vibration autour d’elle, qu’elle ne comprit pas. Elle ne connaissait pas cette maison ou alors elle ne s’en souvenait pas. La conversation se poursuivit sur les guerres avec les Amérindiens. Ce fut le mari de Théodorine qui lança le sujet, car il craignait de les voir arriver jusque sur son domaine. Le gouverneur lui répondit. « – Ne vous inquiétez pas, les Chactas sont défavorables à un nouvel engagement auprès de nous. Ils ont trouvé le moyen d’envoyer trois émissaires aux Indiens Illinois pour les convaincre de s’opposer à nous aux côtés des Indiens Natchez et Chicachas. Ces trois messagers ont été capturés et brûlés vifs sur la place d’armes de la Nouvelle-Orléans. En parallèle, on a amené les tribus Alabama et Talapouche à se dresser contre les Chactas, seul allié que nous espérions obtenir. » Madame Le Chibelier n’ayant pas fait venir les jeunes femmes pour entendre parler de guerre, elle leur demanda si elles étaient bien installées. Chacune répondit par l’affirmative, Théodorine fit de même alors que l’on sentait bien que quelque chose n’allait pas au mieux. Le repas fini les hommes passèrent dans le petit salon jouxtant la pièce quand aux dames elles s’assirent autour d’une table préparée dans la même pièce. Elles y trouvèrent des sucreries et du thé. Tout en dégustant les friandises, elles parlèrent de leurs vies, l’épouse du gouverneur fut rassurée, cela avait l’air de leur convenir. Au fil des échanges, les trois amies comprirent que Gabrielle logeait Théodorine et son conjoint. Pendant qu’elles conversaient, Fortunée en profita pour glisser à Philippine qu’elle avait une nouvelle à lui annoncer et qu’elle viendrait la voir le lendemain avec Catherine. Sa proche acquiesça, elle devinait déjà ce que cela était, mais pour une fois elles se retrouveraient toutes les trois et elles pourraient avoir de vrais entretiens. 

***

Philippine de Madaillan

Hilaire, comme à son habitude, partit le matin en direction de sa plantation. Il rassura son épouse, il lui réexpédierait le carrosse et en retour elle devrait le lui renvoyer dans trois semaines. Elle acquiesça, cela l’arrangerait, car elle allait au couvent au moins deux fois la semaine, aider les sœurs auprès des orphelins et elle en profitait pour porter quelques cadeaux. Un vrai lien s’était créé entre elle et la révérende mère qui ressemblait à de l’amitié. Elle appréciait ses visites qui comme celles de ses anciennes camarades d’école la distrayaient. Celles-ci arrivèrent en début d’après-midi. Catherine fut la première, elles s’installèrent dans le salon donnant sur la rue en attendant Fortunée qui se présenta quelques minutes plus tard. Après avoir été servies par Cunégonde qui resta assise sur une chaise dans un coin de la pièce, ce qui ne dérangeait point sa maîtresse, elles commencèrent à converser. Philippine quelque peu impatiente finit par demander à Fortunée ce qu’elle avait à lui confier. « — En fait, avec Catherine nous avons la même nouvelle.

— Et quelle est-elle?

— L’une comme l’autre, nous attendons.

— Vous êtes enceinte?

— Et oui Philippine !

— Mais c’est merveilleux. » En même temps qu’elle disait ça, elle réalisa qu’elle-même n’avait pas eu ses règles. Elle devait donc être, comme Catherine et Fortunée, enceinte. Elle leur en fit part. Cela fit sourire Cunégonde. Elle l’avait deviné, car deux mois sans avoir de saignements, c’était l’espérance d’un nourrisson à venir. Ses amies lui tombèrent dans les bras, elles allaient avoir un enfant en même temps. Fortunée profita de ce moment d’euphorie pour la questionner sur ce qu’elles leur cachaient. « — Rien de grave, Fortunée. Je n’ai pas à me plaindre de mon époux, sauf que lorsqu’il a demandé ma main, il détenait déjà une maîtresse, une métisse. Enfin, elle a une peau presque blanche et elle a un don similaire au mien.

— Mais il est toujours avec elle.

— Oui, bien sûr. C’est un homme fidèle. Il partage donc son temps en parts égales entre nous deux. Elle a un enfant et en attend un autre. Je ne lui en veux point. D’un autre côté, cela m’arrange, car je n’ai aucune envie d’aller sur sa plantation où il la loge, je pense que je ne me délecterais pas de ce que j’y verrai. 

— Je ne suis pas sure que j’affectionnerais cela.

— C’est normal, tu t’avères éprise de ton mari. Quant à moi, je prends plaisir à me retrouver en sa compagnie, mais je n’en suis point amoureuse. » Catherine ne rajouta rien, elle ressentait un vrai attachement pour son conjoint, elle avait du mal à saisir le comportement de son amie. Quand elle ouvrit la bouche, ce fut pour guider la conversation vers divers sujets. De son côté, Cunégonde se trouvait stupéfaite de ce qu’avait dit sa maîtresse, elle l’en appréciait encore plus. 

______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

chapitre suivant

mes écrits

2 réflexions sur “L’orpheline/ chapitre 013

  1. Pingback: L’orpheline/ chapitre 014 | franz hierf

  2. Pingback: L’orpheline/ chapitre 012 | franz hierf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.