L’orpheline/ chapitre 014

chapitre 001

chapitre précédent

Chapitre 14

La naissance

Théophile

Une rumeur se colporta à la Nouvelle-Orléans, une révolte d’esclaves allait se déclencher et se propager. D’où venait ce bruit qui courait ? Nul n’aurait su le dire, mais depuis le marché, les gens répandaient l’information. Cela les inquiétait tous. Les Amérindiens accueillaient les esclaves en fuite, plusieurs avaient été recueillis par les Natchez et les Chicachas, aussi ceux-ci pouvaient les amener à se retourner contre leurs maîtres.

Ce fut dans son entrepôt où avec son commis et son économe, Hilaire effectuait le point sur le dernier arrivage que lui parvint la nouvelle. Tout de suite, il pensa à Lilith. Il laissa son économe poursuivre leur tâche et demanda à son commis de l’accompagner jusqu’à la plantation. Il se précipita à son habitation et après avoir succinctement expliqué la situation à son épouse, il courut à l’écurie où Anatole avait sellé la jument la plus rapide sur l’ordre de son maître. Philippine trouvait qu’il s’agitait pour rien, elle se révélait consciente qu’il ne serait pas concerné, mais elle ne pouvait le lui dire. De plus, il aurait été sceptique, cela ne les aurait pas aidés pour la suite de leur vie. 

Escorté de Jean-Pierre Saurine, son commis, il partit aussi vite qu’il le put vers la plantation. Trois heures plus tard, les chevaux exténués par la course, les deux hommes se situaient devant le pavillon. Lilith attendait dans la galerie se tenant le ventre, son enfant bougeait à l’intérieur. Sa petite fille, à ses pieds, assise sur le plancher, jouait avec une poupée que sa mère lui avait confectionnée. Hilaire sauta de suite de sa monture et gravit les quatre marches qui menaient jusqu’à elle. Il la prit aussitôt dans ses bras tant il avait eu peur qui lui fut arrivée quelque chose. Jean-Pierre était resté en arrière, il n’était pas à l’aise devant la scène, situation qu’il connaissait par ailleurs.

Lilith s’avérait consciente de ce qui inquiétait Hilaire et elle savait que la plantation ne serait pas touchée. Elle ne le lui dit pas, elle était assurée qu’il ne l’entendrait pas, il demeurait trop anxieux devant cette supposée menace. Il prit le temps de lui transmettre qu’il devait installer une veille accrue sur ses cinquante esclaves. Il lui demanda de ne pas quitter le pavillon. Elle consentit. 

Il se rendit au plus vite dans les champs afin de trouver le contremaître, son économe et ses surveillants. Quand il les eut découverts, il leur expliqua le danger qui lui avait été annoncé. Les quatre hommes agréèrent de suite à la mise en garde. La nuit qui suivit, ils circulèrent dans le quartier des esclaves avec vigilance, au sein duquel personne ne bougea. Le lendemain, après les avoir comptés, il détenait toujours le même nombre d’individus. Ils furent rassurés. Hilaire n’avait pas dormi avec Lilith, il avait demandé à Jean-Pierre de rester armé et de tirer sur tout ce qui déplaçait ou s’approcher de la maison. Il ne s’était rien passé pendant la nuit ni pendant le jour qui suivit. Le seul évènement fut l’arrivée d’une troupe militaire s’arrêtant devant la plantation. Le capitaine de ce corps se présenta et signala au maître que les problèmes se situaient plus au nord sur le Mississippi, du côté de pointe de coupée. Lorsque Hilaire en effectua le retour à Lilith, elle lui répondit. « — Oui, je savais, Hilaire. Mais si je vous l’avais dit, vous ne m’auriez pas cru. Les militaires vont revenir dans quelques jours, ils auront fait prisonniers plus d’une dizaine d’esclaves qu’ils iront exécuter à la Nouvelle-Orléans. » Il ne réagit pas. Il demeura sceptique. Il ne comprenait pas comment elle pouvait être instruite de cela, comme de tout ce dont elle l’informait. Il avait déjà été fort surpris des renseignements au sujet de sa femme. Tout l’étonnait venant d’elle, il n’était pas loin de penser que c’était une sorcière, mais elle se révélait trop belle pour en être une.

Quelques jours plus tard passa la troupe armée avec un troupeau d’esclaves attachés les uns aux autres. Ils les ramenaient à la cité. Il n’y avait, semble-t-il, plus rien à craindre. Hilaire toutefois resta deux semaines. Il renvoya Jean-Pierre prévenir Philippine du danger apparemment écarté. 

***

À deux mois d’intervalles, Hilaire allait avoir deux enfants. Il se trouvait stupéfait de cette coïncidence. Allant tous les jours dans le lit de ses compagnes quand il se retrouvait avec l’une d’elles, ce n’était guère surprenant, cela ne pouvait qu’arriver. Il venait de parvenir sur sa plantation et il était toujours agité par la nouvelle qu’il avait apprise la veille. Il aurait dû le remarquer plus tôt. Si cela avait été évident pour Lilith qui l’avait informé dès qu’elle l’avait compris, il n’en avait pas pris conscience pour Philippine. Elle ne lui avait rien dit, mais au-delà de quatre mois, au vu de sa minceur, il aurait dû le constater. Partant du principe qu’il ne voyait rien, son épouse avait fini par lui communiquer la nouvelle. Il était resté ébahi ce qui fit éclater de rire Philippine. « – Cela n’a rien d’extraordinaire, vous me possédez chaque jour où vous vous retrouvez là, ce qui par ailleurs se révèle agréable. Il n’y a donc rien d’étonnant. » 

Il se situait encore dans la galerie qui entourait le pavillon. Lui qui était si déterminé quand il s’agissait de ses biens et de sa fortune, il ne savait comment l’annoncer à Lilith. Comment allait-elle le prendre ? Celle-ci s’en avérait consciente depuis quelque temps. Ce matin-là, elle se prépara avec soin. Elle fit de sa chevelure un  chignon qu’elle drapa dans un tignon. Elle enfila sur son jupon une large jupe blanche et un corsage de même couleur dont les manches bouffantes s’arrêtaient au coude par des fronces qui créaient un volant jusqu’à mi-bras. Elle mit sa fille, Louisa, sous la surveillance d’une servante que lui avait donnée Hilaire. Elle avait estimé cela quelque peu déplacé de fournir une esclave à une esclave, mais elle n’avait effectué aucune remarque. Il pensait l’émanciper, mais il ne réalisait pas la démarche, elle savait pourquoi. Elle avait entendu le carrosse arrivé, et avait aperçu Hilaire en descendre. Elle comprenait le sujet de son hésitation et le fait qu’il demeurait tétanisé dans la galerie. Elle sortit de l’habitation avec un sourire. « — Bonjour, Hilaire. Tu as peur que je te gronde, car ton épouse est enceinte. C’est pourtant somme toute normal. » Il resta ébahi devant la jeune femme. Elle rajouta. « – Tu devras lui trouver une nourrice, elle ne pourra allaiter l’enfant à venir. Une vente d’esclave à la Nouvelle-Orléans arrivant de Saint-Domingue s’effectuera début juin, juste avant la venue du nouveau-né. Tu devras acheter celle qui s’appelle Violaine. Tu verras, ensuite il n’y aura plus de problème. » Il avait du mal à comprendre comment elle pouvait être informée de tout cela. Il se révélait conscient qu’elle avait toujours raison. Il s’était attaché à une sorcière, mais elle était tellement belle, tout comme à sa femme. Quant à celle-ci, si elle n’affichait pas ses dons, il avait saisi qu’elle en détenait aussi.

***

Etienne de Perier

Le gouverneur de Perier faisait les cent pas dans son bureau. Auguste de Faye, son secrétaire, et Nathanaël Ferry d’Esclands, son économe, attendaient qu’il ait fini de lire la lettre qui le perturbait. « — Messieurs, comme nous l’avait dit Edmé Gatien Salmon, mon commissaire-ordonnateur, lors de son arrivée en novembre, la Couronne a réorganisé la colonie. Visiblement, la Compagnie des Indes qui la contrôlait l’a abandonnée depuis janvier. En fait, cela n’est point grave. Nous serons donc en droit de recevoir tous les marchands provenant de France à condition qu’ils fassent partie d’un port agréé par la Couronne et qu’ils puissent présenter une licence appropriée. Ils ne doivent transporter que des cargaisons venant de France ou de nos colonies. En aucun cas, ils ne doivent le vendre ailleurs que dans notre pays d’origine. Je doute que cela freine le marché clandestin, mais nous devrons nous organiser. À vrai dire, cela va changer peu de choses par rapport à la Compagnie. » Ses deux interlocuteurs comprirent de suite ce qui perturbait le gouverneur. Il s’avérait las de la contrebande commerciale grandissante et des conflits sans fin avec les Amérindiens, la situation ayant du mal à s’améliorer. Désormais pourquoi resterait-il dans la colonie ? Il avait déjà envoyé une lettre au cardinal Fleury, maintenant que le roi détenait à nouveau la main sur la Louisiane, il avait espoir d’obtenir une réponse. « — Au vu des problèmes que nous avons toujours avec les Natchez et les Chickasas nous allons construire un magasin à poudre et un corps de caserne pouvant loger trois cents hommes. Voyez avec mon frère et monsieur Gatien Salmon, comment s’y prendre monsieur Ferry d’Esclands. »

***

Lorsqu’il rentra chez lui, Catherine comprit de suite que son époux était contrarié. Elle patienta, afin qu’il se remette quelque peu, avant de lui demander le sujet de son tracas. « – Ma chère, je crois bien que nous allons retourner en France. Le gouverneur vient d’avoir la confirmation que la Couronne récupère la totalité de la Louisiane. Auguste et moi pensons qu’il attend la réponse du cardinal de Fleury. À mon avis, elle ira dans son sens. 

— J’espère que j’aurai le temps d’accoucher.

— Quoiqu’il arrive, nous ne partirons pas avant. »

***

Étrangement, bien que sa grossesse avançait, Philippine y était quelque peu indifférente. Son ventre lui pesait, mais ne l’empêchait pas d’être active, aussi elle continuait à aller au couvent. Tandis qu’elle s’occupait avec les enfants en compagnie des sœurs, elle ressentit un moment de lassitude, elle alla s’asseoir dans la véranda. Elle était à peine installée que les entités de sœur Madeleine et sœur Marguerite s’approchèrent pour lui parler. Au vu de beaucoup, elles auraient pu passer pour des fantômes, mais Philippine s’avérait consciente qu’étant entrées dans la lumière c’était leur énergie qui la visitait. Il arrivait qu’elle les perçoive vaguement, mais ce jour-là elles se révélaient très visibles pour elle. Elle s’étonna de leur rencontre, celles-ci lui annoncèrent la naissance du fils de Lilith et le fait qu’elle serait amenée à l’aider. Elle demanda comment, mais à ce moment-là sœur Marie Tranchepain l’approcha, elles disparurent. « — Alors ma petite, vous êtes fatiguée. Vous ne devez pas trop vous affairer, vous ne devez pas oublier que vous êtes enceinte. Regardez, Catherine et Fortuné ne viennent plus.

— C’est vrai, il faut dire que Catherine attend des jumeaux et Fortunée va voir un fils qui est déjà fort remuant, ce qui l’exténue.

— Vous m’étonnez, comment avez-vous appris cela?

— Toujours de la même façon, révérende mère.

— Et vous, vous êtes informée du sexe de votre futur nourrisson?

— Il semblerait que ce soit un garçon!

— Vous allez toutes avoir des garçons.

— Oui, enfin Catherine aura un garçon et une fille.

— Voulez-vous rester là ce soir ? Nous détenons une chambre libre à l’étage?

— C’est aimable à vous, mais mon époux est absent. De plus, je dois ramener Cunégonde et je ne peux faire exécuter des aller-retour à Anatole. Il a autre chose à faire.

— Vous êtes vraiment obligeante. Faites aussi attention à vous. C’est important. Je dois vous laisser les enfants et les sœurs ont besoin de moi. 

— Ne vous inquiétez pas, je vais rentrer, cela sera mieux pour moi. »

Au moment où la révérende mère la quitta, elle perçut quelque chose de négatif, un frisson la parcourut. Elle n’aurait pas su dire quoi. 

***

Ce matin-là, Lilith sentit les premières douleurs. Elle prévint Hilaire et réclama à sa servante d’aller chercher une vieille femme dans le village des esclaves. Celle-ci faisait office de cuisinière pour le maître et pour préparer la garbure aux esclaves. Quand elle pénétra dans le pavillon, elle demanda à la servante de l’aider. Peu d’accouchements se réalisaient sur une plantation, voire cela s’avérait inhabituel. La plupart des femmes s’arrangeaient à ne pas mettre au monde de futurs esclaves et en général elles mouraient sans en avoir officiellement eu. Beaucoup s’avortaient pour éviter une mauvaise vie à leur progéniture. 

Lilith

À peine arrivée, elle sortit le maître, les hommes n’avaient rien à faire dans ce genre de situation. La naissance eut lieu exceptionnellement dans la chambre et non dans la pièce la plus utilisée qui était souvent la seule à posséder une cheminée. À l’aide d’un petit feu de bois, elle demanda à la servante de maintenir la chaleur essentielle à la mère et à l’enfant, ce printemps se révélait étrangement frais. Elle calfeutra la salle tout entière, elle ne tenait pas à ce que les mauvais esprits entrent. Elle disposa un peu partout des amulettes de protection et d’autres pour faciliter l’accouchement. Elle fit préparer par la servante de l’eau chaude pour nettoyer la parturiente et le nourrisson quand il serait là, du fil au cas où il faudrait recoudre la mère et lui enjoignit de s’occuper des linges pour le nouveau-né. Au fur et à mesure que Lilith poussait, à demi debout, les bras levés et accrochés à une barre de bois, la vieille, une prêtresse vaudou, elle aussi, priait Erzulie pour qu’elle l’aide à le mettre au monde. Les incantations de la Mambo la réconfortaient. La Loa se tenait à côté de l’accouchée et la soutenait. Quand le moment le plus difficile arriva, la vieille la calma de sa voix grave, lui essuya le front puis le visage et enfin le corps. Elle la rassura, l’enfant se présentait, elle voyait son crâne. Lilith le poussait vers l’extérieur comme elle le pouvait. Elle ne réalisait rien d’autre que la douleur qu’elle éprouvait. La vieille l’attrapa puis retira le nourrisson du ventre de la mère qui ressentait encore les contractions. Après avoir coupé le cordon ombilical, elle donna le nouveau-né à la servante qui le lava et l’emmaillota, puis elle le remit entre les mains d’une femme qui détenait un tout-petit et qui pouvait l’allaiter. Lilith était épuisée et n’aurait pu l’accomplir. De toute façon, elle n’avait pas eu de montée de lait. Après avoir allongé la jeune mère, elle demanda à la nourrice de montrer le petit garçon à son père. Hilaire le nomma de suite Ambroise et pensa aussitôt qu’il devait émanciper Lilith et ses deux enfants. Ceci fait, comme tout affranchi, elle ne pourrait rester sur la plantation et serait obligée de vivre à la Nouvelle-Orléans. Cela deviendrait problématique, il se devait d’y réfléchir avant de passer à l’acte. 

***

Deux mois plus tard, le bureau de la maison de négoce Gassiot-Caumobere était empli entre le personnel et les quelques clients qui étaient venus dans les lieux pour se renseigner. Hilaire faisait de son mieux pour les rassurer. Ses entrepôts se révélaient pleins, ils attendaient un ou deux bateaux pouvant transporter leurs marchandises jusqu’à l’île de la Balise. Louis Brillenceau et Jean-Pierre Saurine effectueraient le voyage afin de vérifier sur quel navire elles embarqueraient. Alors qu’il conversait avec monsieur Martin, un planteur, il entendit son économe, monsieur Brillenceau, parler d’une vente d’esclaves se déroulant le matin même. Il lui revint en mémoire la demande de Lilith. Il devait aller chercher une nourrice pour l’enfant à venir de Philippine. Bien que celle-ci n’ait point ses douleurs annonçant l’accouchement, le mois de juin venait de commencer depuis quelques jours. Il supposa que ce n’était pas pour rien qu’il recevait l’information. Il fouilla parmi ses pensées le nom de l’esclave qu’il devait quérir. « — Violaine! » L’homme face à lui le regarda interloqué. « – Excusez-moi, mais pourquoi me donnez-vous ce prénom

— Désolé, il vient de me revenir. Je suis confus, mais je vais devoir vous quitter. Monsieur Brillenceau va prendre le relais et vous renseigner. Louis, je dois m’en aller, c’est urgent. Peux-tu t’occuper de monsieur Martin? » Son économe acquiesça, se demandant ce qu’il pouvait y avoir de si pressant. 

Hilaire attrapa son tricorne, et se précipita au marché en face du port, en général les transactions de « bois d’ébène » se pratiquaient là. Sur place, il rencontra le mari de Gabrielle. En fait, c’est lui qui s’occupait de cette traite négrière. La vente avait commencé par les plus beaux spécimens. Hilaire l’interpella. « — Monsieur de la Michardière, par hasard est-ce que ce sont des esclaves provenant de Saint-Domingue?

— Oui, ils en viennent tous. Une plantation a fait faillite et le propriétaire préférait écouler ses marchandises en dehors de l’île. 

— Possédez-vous, parmi eux, une femme du nom de Violaine? » Le négociant s’étonna d’une demande aussi précise. Il ouvrit le document qu’il avait en main et qui détenait la liste des esclaves. « — Oui, effectivement j’ai une dénommée Violaine. Je pense que c’en est une qui a perdu son enfant pendant le voyage?

— En fait, j’ai besoin d’elle, car j’ai besoin d’une nourrice. 

— Pas de problème, je vais demander à ce que l’on aille la chercher. » Il fit signe à un des marins et il lui réclama d’aller la quérir. Ce dernier lui fit remarquer qu’elle se trouvait mal en point. « — Pas d’inquiétude, monsieur Gassiot-Caumobere la veut et je ne lui vendrais pas trop cher. »

***

Dans le jardin de l’habitation, à l’ombre d’un magnolia, Philippine essayait de lire tout en buvant un café. Elle avait du mal à se concentrer, elle songeait à ses amies qui avaient accouché. Comme prévu, Catherine avait mis au monde une fille, Éléonore et un garçon, Hippolyte, fin mai. Fortunée quant à elle avait donné naissance à son fils Rolland, lors des premiers jours de juin. Les servantes de ses deux proches intimes étaient arrivées l’en informer. Aucune des deux n’avait eu de problème pendant leur délivrance, elle s’en trouva bien heureuse. De son côté, l’enfant n’avait pas l’air de vouloir venir et cela la fatiguait. Elle songeait que cela commençait à faire long. Elle avait l’impression que le temps ne s’écoulait plus. Elle avait de plus en plus de mal à bouger tant cette gestation s’avérait interminable et épuisante. Elle en était là de ses ruminations quand elle sentit son corps se crisper. Un élancement violent se propagea dans tout son organisme, elle cria de douleur. Elle appela Cunégonde qui arriva en courant face à l’intensité du hurlement. Marceline de sa cuisine entendit sa maîtresse et se hâta sur le devant de son pavillon. Découvrant Philippine en train de s’effondrer, elle se précipita elle aussi. L’une et l’autre soutinrent Philippine qui perdait les eaux. La chambrière s’exclama. « — Héloïse, Héloïse, va chercher le médecin, vite, vite. » La jeune servante sortit avec empressement de l’habitation pendant qu’elles la montaient dans sa chambre. Elles allongèrent la future mère. Dans le mouvement, celle-ci aperçut son animal gardien. « — Ne t’inquiète pas! Cela va être rapide. »

L’employée de la maison courut jusqu’à la demeure du médecin qui se situait à deux pâtés de maisons. Elle se retrouva devant suffocante, et frappa à la porte. Une domestique l’ouvrit et découvrit Héloïse rouge et essoufflée, elle lui demanda ce qu’elle voulait. « — Ma maîtresse, Philippine de Madaillan, vient de perdre les eaux. L’accoucheur doit arriver au plus vite. » La servante pivota et se dépêcha d’aller l’informer. Elle revint plus calmement, et dit à Héloïse qu’il allait se présenter, mais qu’il n’y avait pas d’urgence cela pouvait prendre des heures.

Exaspérée, Héloïse repartit en courant vers l’habitation. Au moment où elle l’atteignit, monsieur Gassiot-Caumobere s’approchait avec une mulâtresse en piteux état. « — Qu’est ce qu’il se passe, Héloïse

— La maîtresse vient de perdre les eaux, elle est en train d’accoucher. Je suis allée chercher le docteur, mais il m’a dit qu’il n’y avait pas d’urgence.

Violaine

— Emmène Violaine, ce sera la nourrice ! Je cours chez le médecin. »  Héloïse estima que celle qui allait être la nourrice n’était vraiment pas en grande forme, elle supposa qu’il lui était arrivé quelque chose. Son enfant avait dû mourir puisqu’elle allait allaiter le nourrisson. Lorsqu’elle entra dans la chambre, elle annonça Violaine. Marceline et Cunégonde tournèrent à peine la tête, elles pratiquaient tout ce qu’elle pouvait pour rassurer la parturiente. Cunégonde demanda à Héloïse d’aller faire chauffer de l’eau pour pouvoir le laver quand il se trouverait là, ce qui ne saurait tarder tant cela semblait aller vite, ainsi qu’un linge humide pour soulager leur maîtresse. À l’instant où elle revint, le nouveau-né siégeait dans les bras de Violaine qui souriait devant le chérubin. Dans la salle à côté, elles lui effectuèrent la toilette et l’emmaillotèrent. De leur côté, Cunégonde et Marceline nettoyèrent leur maîtresse et après le lui avoir changé les draps tirèrent les volets pour la laisser dormir. 

Ce fut à ce moment-là que le maître arriva avec l’accoucheur visiblement énervé. « — Vous devez faire sortir les servantes de la pièce, il faut faire silence. Il faut réduire le feu et ouvrir les fenêtres en vue d’aérer afin que l’air circule. J’espère que vous l’avez couché sur le dos, c’est ce qu’il y a de mieux à opérer.

— Monsieur le docteur, plus personne n’est dans la chambre, la maîtresse a accouché. Le petit est entre les mains de sa nourrice. » Le médecin resta ahuri et regarda Hilaire. « — Allez voir tout de même si elle va bien. Cunégonde, vous avez installé la nourrice et l’enfant?

— Oui maître, là où vous nous aviez dit dans la chambre d’à côté. 

— Je vais donc aller me présenter à mon fils. Voulez-vous me suivre docteur? »

***

Les trois amies décidèrent de faire baptiser leurs nourrissons à la Saint-Jean-Baptiste. La cathédrale Saint-Louis détenait ce jour-là beaucoup de monde, monsieur et madame de Perier avaient demandé à être leur parrain et leur marraine. Ces derniers les avaient ensuite invités à déjeuner au sein de la demeure gouvernementale. 

La cérémonie du sacrement de la naissance fut réalisée par le père de Beaubois qui y tenait. Dans le lieu saint, en plus des parents et de leur entourage, étaient assises de nouvelles personnes que les jeunes mères ne connaissaient pas. Les baptêmes finis, tous sortirent sur le devant de l’église. Chaque couple renvoya dans leur carrosse leur nourrice et leurs enfants dans leur habitation. Une fois faits, ils allèrent tous à pied chez le gouverneur. Gabrielle avait rejoint celles qui étaient devenues des proches et les complimentait sur la joliesse de leur nouveau-né. Elle-même regrettait de ne pas en avoir eu, elle pensait que cela était sa faute. Elle ne pouvait savoir que son époux s’avérait stérile. Aurélien de la Michardière avait eu plusieurs maîtresses. Il avait alors songé qu’elles effectuaient ce qu’il fallait pour ne pas tomber enceinte. Maintenant qu’il était marié, il supposait que cela venait de lui, il en était fort attristé. 

Arrivés dans la demeure, ils se retrouvèrent dans le grand salon dont les portes-fenêtres se révélaient grandes ouvertes afin de laisser entrer l’air provenant du fleuve. Outre le frère du gouverneur, Antoine-Alexis de Perier de Salvert, que tous connaissaient, les avait rejoints, le secrétaire, Auguste De Faye, le commissaire ordonnateur, Edmé-Gatien Salmon et son épouse, le chevalier Henri de Louboey considéré par tous comme un héros, la révérende mère, sœur Marie Tranchepain, le père de Beaubois et les quatre filles à la cassette accompagnées de leur conjoint. Hormis leurs hôtes installés en bout de table, chacun s’assit où il voulait, respectant l’alternance homme femme si possible. Le gouverneur en accomplit le tour présentant tout le monde. Les premiers plats servis chacun se mirent à bavarder. 

Gabrielle d’ARTAILLON

Au milieu des conversations, Gabrielle entendit monsieur Gatien Salmon échanger avec le chevalier de Louboey de la plantation Chastellard. Elle tendit l’oreille. « — Il désire que l’on remplace les nègres condamnés par ceux de la Compagnie. Je n’ai rien contre, mais cela ne va pas être possible. La Compagnie quitte la colonie.

— Excusez-moi d’intervenir monsieur Gatien Salmon, mais vous parlez de la plantation de monsieur De Chastellard De Montillet, l’époux de Théodorine, une de nos amies? » Autour de la table, tous furent surpris de l’intrusion de la jeune femme que l’on entendait rarement en public. Tout le monde se mit à écouter l’échange. « — Effectivement, madame de La Michardière, mais ne vous inquiétez pas, il n’y a pas eu drame. Une dizaine de leurs esclaves se sont enfuis de leur plantation, nous en avons récupéré quatre. Ils ont fait partie de ceux qui ont été exécutés sur la place d’armes. Bien sûr, ils seront indemnisés pour ces quatre-là, mais nous ne pourrons pas les remplacer comme leur maître l’espérait. » Le gouverneur profita de ce silence pour diriger la conversation dans un autre sens, aussi il s’adressa au mari de Gabrielle. « — Monsieur de La Michardière, comment c’est passé la vente du navire le Saint-Laurent venant de Bordeaux.

— Très bien, monsieur de Perier, les vins et les eaux-de-vie ont été achetés à peine rangés dans mes entrepôts. Les viandes salées et les farines n’ont pas fait long feu. Je n’ai donc point à me plaindre. » Les échanges reprirent, chacun s’entretenant de son sujet ou problèmes. Philippine entendit monsieur Gatien Salmon dire au gouverneur que monsieur Diron d’Artaguiette, le commandant du fort Condé de la Mobile, rentrait en France. Cela avait l’air de soulager monsieur de Perier. Elle savait qu’il allait revenir avec un grade supérieur et le nouveau gouverneur. Elle se demanda d’où elle tenait cette information. Elle était pourtant assurée de sa justesse. Sur ce, madame Le Chibelierde Perier s’adressa à la révérende mère. «  Ma mère, nous avons envoyé un devis au roi afin de pouvoir achever votre bâtiment. Je suis consciente du nombre croissant de vos élèves. De plus, nous avons un réel besoin d’un nouvel hôpital au vu du mauvais état sanitaire de notre population, ce qui vous permettra de vous en occuper de façon pertinente. » Monsieur Gatien Salmon, installé devant Philippine, bouillait de colère intérieurement, ce dont elle se révélait lucide. Elle savait que les deux hommes ne s’entendaient guère, aussi ce qu’avançait l’épouse du gouverneur devait venir de lui. La conversation dériva sur les Amérindiens et l’inquiétude que cela pouvait engendrer. L’attitude des diverses nations indiennes à l’égard des Français s’avérait des plus fluctuantes. Des attaques étaient survenues des Natchez contre la Pointe-Coupée, ainsi que la riposte des Tonicas. La difficulté d’une paix avec les Chicachas était à craindre. La situation au fort des Natchez et au fort des Natchitoches apparaissait périlleuse. De plus, les manœuvres anglaises cherchaient à les brouiller avec les Chactas.

Le repas achevé, les hommes sortirent les premiers pour fumer et boire quelques alcools plus puissants. Les dames allèrent s’installer sous un chêne où une table, des fauteuils et des bergères y avaient été aménagés. Les trois amies et Gabrielle furent les premières à aller s’y asseoir. Catherine profita de l’absence momentanée de madame Le Chibelier de Perier qui était restée avec sœur Marie Tranchepain et ses comparses afin de parler de l’évolution du couvent, pour donner une nouvelle. « — Vous êtes au fait que monsieur de Perier avait demandé à monsieur le cardinal Fleury de changer de poste. Il vient d’obtenir la réponse, il sera substitué au début du printemps par un nouveau gouvernant. Pour l’instant, je ne détiens aucun renseignement quant au remplaçant.

— Mais alors Fortunée et toi allez quitter la colonie. S’exclama Philippine

— Nous l’avions déjà supposé et c’est toi qui nous as donné l’information, tu n’avais juste pas été éclairé du moment. 

— C’est exact, Catherine, je savais que l’une comme l’autre vous alliez repartir pour la France. Vous vous en irez sur le même navire que monsieur de Perier. Nous en avions effectivement parlé auparavant, mais je ne pensais pas que cela serait si tôt. Vous allez terriblement me manquer.

— À nous aussi, Philippine. Et toi tu vas rester?

— À vrai dire, je ne crois pas, mais je n’ai aucune idée de la façon dont cela va s’accomplir. Ce qui m’a été transmis était loin de s’avérer clair. Pour l’instant, nous devons profiter de nos présences, nous avons encore du temps devant nous. Dans deux jours, je vais au couvent voir sœurs Marie Tranchepain et les enfants. Voulez-vous m’y accompagner? » Toutes acquiescèrent par l’affirmative. Catherine et Gabrielle se rendraient chez elle et ensuite elles iraient chercher Fortunée. 

Gabrielle était troublée par ces nouvelles. Heureusement que son époux se révélait agréable et extrêmement attentionné, car autrement elle se sentirait bien seule. Monsieur de la Michardière l’avait en outre impliqué dans la maison de négoce, ce qu’elle avait apprécié. Philippine quant à elle se morfondait, quand ses amies seraient parties, cela s’avèrera plus difficile de garder le lien d’autant qu’elle présumait qu’elle devrait lutter pour sa propre vie. Elle le pressentait. Elle fut interrompue dans ses réflexions par l’arrivée des autres dames. 

*** 

L’été était passé, l’automne était bien avancé, lorsqu’une nuit, alors qu’elle était seule, Philippine sentit son corps devenir léger et se mettre à flotter dans les cieux. Elle rejoignait les myriades d’étoiles. Elle suivait une voix musicale, apaisante dont elle ne comprenait pas le sens. Tout à coup, elle se trouva debout, marchant sur un plancher. Elle réalisa qu’elle se situait dans un large couloir au plafond très élevé et illuminé par des flambeaux rivés sur les murs. Elle vit devant elle un animal qui ressemblait à une chèvre avec de très longues oreilles pendant de chaque côté de son corps. Elle sut de suite que ce n’était pas son animal gardien. Qui était-ce ? Ses grands yeux la fixaient et l’amenaient vers elle. Philippine était déstabilisée, c’était la première fois que cela lui arrivait. Manifestement, cet être l’attendait avec dans son dos un mur de couleur sombre ouvragé de moulures dorées. Elle constata qu’elle se retrouvait face à une porte à double battant. À l’instant où elle s’en approcha, ils s’ouvrirent. Tout en suivant l’animal, qui visiblement se découvrait là pour la guider, elle pénétra dans une large et longue galerie où d’un côté des portes-fenêtres montraient un ciel étoilé et de l’autre côté ce n’était que miroirs, et pour finir au fond apparaissait un trône en or. Elle s’en rapprocha et quand elle se situa à ses pieds son ange gardien se révéla. Elle s’interrogeait. Pourquoi se trouvait-elle dans ses lieux ? Pour que Jabamiah lui demande d’accomplir autant de chemin dans un décor si impressionnant et aussi solennel, elle avait surement effectué une mauvaise chose. «  Bonjour Philippine. Je t’ai fait venir jusqu’à moi pour te parler de ton fils, Théophile. » Elle fut étonnée. Pourquoi Théophile ? «  Il va lui arriver quelque chose?

— Non, Philippine. Mais es-tu consciente que tu ne t’en occupes point? Tu reproduis ce que l’on t’a fait et tu ne peux le rejeter. Son père s’y intéresse chaque fois qu’il rentre, mais il ne pourra le réaliser longtemps. Il faut donc que tu te soucies de lui. Tu ne peux continuer à l’ignorer et à le laisser juste dans les bras de sa nourrice, même si elle fait très attention à lui. » Philippine resta bouche bée, mais elle finit par répondre. « — Mais je fais comme mes amies, je ne suis pas au fait de ce que je suis supposée faire de plus. 

— Tes amies s’en occupent bien plus que tu ne le penses. Regarde. »

À ce moment-là sur un des miroirs de la pièce, elle aperçut Catherine puis Fortunée se préoccuper de leurs enfants. Elle ne savait pas, elle ne les avait jamais vus faire. Elle culpabilisa. Elle se retourna vers son ange, mais il avait disparu. Celui-ci était satisfait, Philippine avait compris. Cette dernière rebroussa chemin dans l’autre sens, guidé par la petite chèvre. 

Au petit matin, la jeune femme se réveilla mal à l’aise. Elle avait réalisé ce qu’elle faisait à son enfant, elle ne pouvait lui refaire vivre son existence, elle ne se le pardonnerait jamais. Effectivement, à l’instar de ce qu’elles avaient envisagé, les trois amies avaient partagé le plus de moments possible. Outre leurs visites régulières au couvent, elles se rendaient les unes chez les autres en y intégrant Gabrielle. Ce dont Philippine n’avait pas pris conscience, c’est qu’elle voyait très peu son fils. Il passait la majeure partie de son temps dans les bras de sa nourrice, Violaine. Elle pensait opérer comme ses amies, mais elle se trompait. Lorsqu’elles ne demeuraient pas ensemble, Catherine et Fortunée prenaient soin de leurs nourrissons et tout comme Hilaire, quand ils se trouvaient là, les pères s’intéressaient à leurs enfants. Les images de l’ange l’avaient bouleversée. Elle devait se reprendre. 

______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

chapitre suivant

mes écrits

2 réflexions sur “L’orpheline/ chapitre 014

  1. Pingback: L’orpheline/ chapitre 015 et 016 première partie | franz hierf

  2. Pingback: L’orpheline/ chapitre 013 | franz hierf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.