L’orpheline/ chapitre 015 et 016 première partie

chapitre 001

chapitre précédent

Chapitre 15

3 février 1733, L’ouragan

Alors qu’ils se trouvaient encore en hiver, un soleil de plomb frappa l’océan. Jour après jour, la température devint très chaude. Cette atmosphère étouffante et humide indisposait les habitants de la Nouvelle-Orléans. Puis à leur surprise, il fut remplacé par de l’air plus frais qui se mit à souffler façonnant une spirale. De sa fenêtre, Philippine regardait les feuilles de ses chênes tourner dans le jardin. Cela l’inquiéta, elle pressentait quelque chose de néfaste, mais elle ne savait quoi ? Elle se concentra sur son fils. Elle prenait de plus en plus de temps pour s’occuper de lui, elle le faisait manger, lui apprenait à se tenir debout. Il commençait à avancer un pied l’un devant l’autre et bafouillait, ce qui lui tirait à chaque fois un sourire. 

Le fond de l’air devint instable et provoqua la formation de nuages. Ils amenèrent la pluie puis au fil de la matinée l’orage. Cela effectua un frémissement à la jeune femme. Elle remit Théophile à Violaine et réclama à son personnel d’installer les contrevents et de fermer toutes les portes, que ce fut aux écuries, à la cuisine où à la maison. Cunégonde s’exécuta sans réfléchir bien que les autres obéirent en se demandant pourquoi craindre ce petit orage. Au fil de celui-ci, l’atmosphère s’embruma et à la grande surprise de tous, une sorte de neige fondue tomba du ciel. Cela dura peu de temps, mais cela annonça un ouragan. Il se déchaina et devint de plus en plus violent. Ce que les habitants ne virent pas, ce fut les énormes marées et les vents forts qui balayèrent le port de la Balise. Sur la ville, les éclairs jaillissaient et les nuages déversaient des torrents d’eau. Le Mississippi commença à monter. Le gouverneur et son entourage craignaient qu’une crue se déclenchât, cela semblait inexorable. Au milieu des rugissements de la tempête et des grondements du tonnerre, des arbres s’écroulèrent. Philippine, devinant le drame à venir, se mit à prier son ange afin que ses amies et elle-même soient préservées de la catastrophe. Théophile dans les bras de sa nourrice pleurait tant le bruit se révélait assourdissant et le personnel remerciait intérieurement leur maîtresse. Elle les avait sauvés. Les murs de la maison bougeaient et gémissaient, ils n’avaient qu’une crainte, c’est que le cyclone balaya l’habitation. Si cela n’avait été que d’eux, ils se seraient jetés ventre à terre de peur d’être emportés dans la tourmente. Au cours de la journée puis de la nuit les digues furent débordées et le niveau du lac Pontchartrain envahit les plantations alentour, puis le bayou et pour finir les rues de la Nouvelle-Orléans. Le point qui menaçait le plus était la levée, le long la cité. Ils découvrirent plus tard que l’eau des marais coulait sur de grandes étendues dans les voies de la ville. Le lendemain, une légère accalmie s’effectua, puis le vent changea de sens, prit une autre direction et reprit des vitesses élevées, mais nettement moins que le jour précédent. Puis à la tombée du jour, la tourmente s’apaisa, la tornade s’éloigna. Au petit matin, tout sembla être revenu normal. Philippine fit enlever les volets et sortit. Ses voisins faisaient de même, tous voulaient savoir dans quel état se trouvait leur ville. Certaines habitations avaient été entièrement détruites, d’autres détenaient d’importants dommages au toit, aux portes et aux fenêtres. Les rues étaient encore inondées, mais l’eau paraissait se retirer. Leur demeure avait eu beaucoup de chances. Les carrosses ne pouvant circuler dans cette boue, Philippine demanda à Anatole de lui seller une jument, la plus douce, afin d’aller visiter ses amies, s’assurer qu’elles avaient été préservées. Instinctivement, elle se mit en selle et maintint son équilibre, ce qui surprit le cocher qui n’avait jamais vu sa maîtresse sur un cheval. Elle-même se trouva audacieuse, car c’était sa première fois.

***

Philippine de Madaillan

Philippine commença par se rendre chez Catherine et Gabrielle qui logeaient dans la même rue. Elle fut rassurée. Bien que secouées intérieurement par ce tumulte, elles allaient bien. Elle se dirigea chez Fortunée rue de Chartres. Pour cela, elle passa par la place d’Armes. Il y avait du monde dans les rues, tous étaient venus constater l’étendue des ravages et à sa grande surprise ils en apercevaient pléthore. Les quais et les amarres de petites embarcations avaient subi plus d’un dommage. Le cyclone avait détruit six des navires qui étaient en rade, il n’épargna miraculeusement que le Vénus. De graves dégâts avaient été causés aux bâtiments du roi. L’hôpital, le magasin, l’hôtel du gouvernement, la caserne avaient été fortement ébranlés. Certaines parties en avaient été anéanties. Arrivée chez son amie, à part un grand chêne qui était tombé, heureusement pas sur la demeure, tout allait pour le mieux. Elle resta un peu de temps pour parler avec elle. « — Bien sûr, tu n’as pas de nouvelles de ton époux Philippine?

— Non, bien évidemment, mais je ne m’inquiète pas trop. Je ne crois pas qu’ils aient été autant impactés que nous. 

— Espérons-le. Veux-tu un peu de thé?

— Avec plaisir. Je ne sais pas ce que va penser notre nouveau gouverneur quand il va voir les dégâts à la place d’armes.

— Ils seront peut-être réparés avant qu’il n’arrive.

— J’ai bien peur que non, il se présentera là dans un mois jour pour jour. »

***

Deux jours plus tard, Hilaire arriva quelque peu inquiet pour sa famille et sa maison de négoce. La plantation avait apparemment moins enduré que la ville. Quelques bâtisses d’esclaves s’étaient effondrées, mais aucune perte humaine. Le pavillon avait plutôt souffert, mais les réparations étaient en cours. Ils s’étaient retrouvés en bordure de l’ouragan, mais peu de temps. Il avait fait tomber quelques arbres et avait couché les cultures, mais rien de dramatique. Elles se redressaient déjà. 

Arrivé devant son habitation, il fut soulagé de ne voir aucun dégât et de constater que tous allaient bien. Après avoir échangé avec son épouse, il se rendit dans sa maison de négoce et son entrepôt. L’un et l’autre, bien qu’ils fussent surélevés, avaient pris l’eau, cela n’avait rien d’étonnant, ils se situaient au bord du fleuve. La crue s’était immiscée à l’intérieur, elle n’avait pas réalisé trop d’avaries. Son personnel déjà sur les lieux essayait de protéger les marchandises et les papiers en les déplaçant en hauteur pendant qu’ils évacuaient le liquide. Il n’avait pas trop souffert, hormis son économe qui devait reconstruire une partie de sa toiture, mais rien de plus. Hilaire estimait qu’il avait eu beaucoup de chance, il en était très satisfait. 

***

Une fois le danger passé, monsieur de Perier et monsieur Gatien Salmon se rendirent avec leurs subalternes sur le terrain tentant d’évaluer au mieux l’ampleur des dégâts et de déterminer les réparations à réaliser. Beaucoup de maisons étaient détériorées ou anéanties, la violence des vents et les dommages causés aux infrastructures augmentaient la menace d’une pandémie. Bien que le bâtiment de l’hôpital ait résisté à l’ouragan, il n’en restait pas moins qu’il s’avérait insuffisant pour abriter les malades. Et ils savaient pertinemment que les effets secondaires d’un cyclone tropical se révélaient souvent destructeurs, notamment à cause des épidémies. Le risque des propagations pouvait tuer longtemps après le passage de la tempête. Ils se devaient de trouver des solutions et le couvent des ursulines ne pourrait pallier au manque.

Chapitre 16

La rencontre

Léandre Cevallero

Le navire du nouveau gouverneur avait été annoncé à monsieur de Perier. Il atteignit la levée, avec son épouse, accompagné de son commissaire ordonnateur, monsieur Gatien Salmon, ainsi que de son secrétaire et de son économe, afin de l’accueillir. 

Né au Québec, Jean-Baptiste Le Moyne de Bienville revenait dans le sud de la colonie où il avait œuvré auparavant. Il venait d’être nommé par le roi Louis XV, gouverneur de la Basse-Louisiane. La cour était entrée en contact avec lui au printemps 1732 pour les services qui l’avait déjà rendus à cette colonie. Le roi acta son poste au vu de ses expériences et de ses capacités mises en évidence lorsqu’il était commandant général de la Louisiane. Louis XV savait, il en avait été informé, Monsieur de Bienville possédait la confiance des habitants et celles des Amérindiens, du moins de certaines tribus. Il était donc parti du port de La Rochelle en compagnie notamment de Bernard Diron d’Artaguiette élevé au grade de lieutenant du roi pour la ville de la Mobile. Parmi les personnes qui l’accompagnaient, il avait accepté quatre négociants deux de son port de départ et deux de la ville de Bordeaux. Il trouvait intéressant d’élaborer des liens entre eux et les négociants de la Nouvelle-Orléans. 

Albert Ferland: Jean-Baptiste le Moyne de Bienville

Lorsque monsieur Bienville entra dans la courbe du fleuve face à La Nouvelle-Orléans qu’il avait créée quinze ans auparavant avec l’aide d’Adrien de Pauger, qui avait transformé le comptoir en une ville digne du roi de France, il ressentit une grande satisfaction. Le navire s’arrêta devant la place d’armes, la foule se révélait dense, la  nouvelle avait réalisé le tour de la cité à la surprise de monsieur de Perier. Ce dernier ne pouvait être instruit que la population qui l’avait connue s’avérait fort heureuse de le revoir prendre les commandes.

***

La passation du pouvoir s’accomplit avec une grande courtoisie, l’un désirait partir et l’autre voulait le poste. Toutefois, monsieur de Perier malgré son amitié pour les Lemoine et leurs proches, la famille du nouveau gouverneur, estimait que ce dernier s’avérait fort mesquin. Avec les informations obtenues du commissaire ordonnateur, monsieur Gatien Salmon, monsieur de Bienville avait découvert la colonie dans un état bien pire que celui auquel il s’attendait. La population avait diminué, les denrées et les marchandises se révélaient insuffisantes et l’attitude des Amérindiens envers les Français s’était dégradée. Croyant fermement que la Colonie fondait tout son espoir sur son retour, il s’était empressé de réclamer au cardinal Fleury des troupes, des munitions, des biens manufacturés et des vivres. Il découvrit de plus rapidement que la contrebande s’était grandement développée avec la France, les colonies anglaises et espagnoles et il  tomba des nues en apprenant que l’armée coloniale détenait beaucoup de déserteurs.

  Avant le départ de monsieur de Perier, monsieur de Bienville décida d’organiser un déjeuner au sein duquel il convia notamment les négociants de la ville et leurs épouses afin de leur faire rencontrer ceux qu’il avait amenés.

*** 

Suivant l’éclat du ciel, la couleur des yeux de Philippine changeait, elle passait du plus clair au sombre. C’était tellement étrange que c’en était magique. Cunégonde l’avait constaté plus d’une fois contrairement à son époux. Ce jour-là, ils se révélaient d’un vert translucide. Sa chambrière la préparait pour le repas du nouveau gouverneur. Son mari avait insisté pour qu’elle mette sa plus belle robe. Cela fit sourire Philippine, car elle s’avérait consciente qu’il ne connaissait pas sa garde-robe. Elle demanda à Cunégonde une de ses robes à la française, celle en damassé crème. Elle l’enfila sur un jupon et une jupe en satin rose très ample, cela palliait le fait qu’elle ne portait pas de paniers. Elle n’aimait pas cela, elle n’y tenait toujours pas. Cunégonde lui fixa aux manches des engageantes en dentelle offerte par Hilaire et noua autour de son cou une fraise en mousseline amidonnée dont les boucles du nœud dans la même matière tombaient dans son dos. Elle réclama un chignon à sa façon sur la nuque. Elle savait que ce n’était pas à la dernière mode, mais elle estimait que cela la mettait mieux en valeur. Elle vérifia sa mise devant le miroir qui comme ses chaussures venait de la contrebande. Lorsque Hilaire la vit, il la trouva très belle, mais lui demanda pourquoi elle ne s’était pas poudré les cheveux. Elle lui répondit que cela ne lui allait pas, sur un ton qui ne permettait aucune réplique. Elle constata que lui-même avait procédé à des efforts vestimentaires. 

***

 Devant la porte, Anatole attendait que ses maîtres montent à l’intérieur du carrosse. Le premier à se présenter fut Hilaire suivi de près par Philippine qui donnait ses dernières instructions à Cunégonde et Violaine. La voiture les mena jusqu’à la maison du gouverneur où prenait racine une file de carrosses. Pendant qu’ils prenaient leur mal en patience, Hilaire expliqua à son épouse qu’outre de rencontrer le nouveau gouverneur qui avait déjà pratiqué ultérieurement un poste similaire dans la colonie, ils allaient faire la connaissance de négociants arrivés de France. Pour elle, le seul intérêt de ce banquet était qu’elle allait voir une dernière fois ses amies avant leur départ prévu le surlendemain.

Lorsqu’ils entrèrent dans le hall de la demeure, ils découvrirent beaucoup de monde. Ils furent quelque peu surpris et apprirent par Monsieur de La Michardière qui se trouvait là avec sa femme, Gabrielle, que cela venait du fait, que derrière la porte se situaient monsieur de Bienville et monsieur de Perier. Tous voulaient échanger avec eux en vue de se faire remarquer. Ils patientèrent donc. Les deux négociants et leurs conjointes passèrent la porte ensemble et saluèrent les deux gouverneurs. Philippine pensa que le nouveau semblait plus agréable et moins rigide que celui sur le départ. Monsieur de Bienville leur demanda de rejoindre Monsieur Edmé Gatien-Salmon, afin qu’il leur présente leurs alter ego arrivés de France. Les deux couples aperçurent un petit attroupement au fond de la pièce dans lequel ils devinèrent le commissaire ordonnateur, ils s’y dirigèrent. Le long du mur du salon de réception étaient accolées des tables sur lesquelles étaient disposés de la vaisselle de porcelaine, de l’argenterie, des verres avec pied, des bouteilles de vin de France. Passant devant ses amies, Philippine leur fit signe. Approchant du groupe, elle remarqua que son animal gardien sous la forme d’un loup siégeait assis à côté d’un homme qui se situait de dos. Elle fut étonnée, pourquoi se trouvait-il là ? L’individu portait un habit à la française se composant d’une veste, d’un gilet dans les bruns foncés brodés de fils crème et d’une culotte du même ton. Pour compléter sa mise, il avait revêtu une chemise blanche, un jabot, une cravate, des bas de soie et des chaussures avec boucles en cuir noir. Le groupe à leur arrivée se retourna et son cœur se serra. La première chose qu’elle vit ce fut le regard bleu et envoutant de cet homme  plonger dans les siens. Grand, mince, la chevelure blonde, le sourire timide, il avait du mal à la quitter des yeux, ce que Hilaire ne réalisa pas préoccupé qu’il fût par les introductions. « — Bonjour, messieurs, je vous présente monsieur de la Michardière et monsieur Gassiot-Caumobere accompagnés de leurs épouses. Voici messieurs Ducourez et Gendroneau de La Rochelle et messieurs Cevallero et Crampe-Anglade de Bordeaux. » De suite, monsieur de La Michardière se mit à parler avec Léandre Cevallero dont il connaissait le comptoir. Philippine les interrompit et leur dit. « — Veuillez nous excuser, messieurs, mais nous vous abandonnons à votre conversation et allons voir nos amies qui partent après-demain. » Sur ce elle fit demi-tour, suivie de Gabrielle. Elle s’adressa à son animal gardien. « – Je suppose que tu es là avec un but précis, un message à me faire passer?

— Je n’ai nul besoin de te dire pourquoi je suis venu, tu l’as devinée. Ne t’inquiète pas, cet homme est ton futur chemin. »

Léandre Cevallero regretta de suite le départ de madame Gassiot-Caumobere, il était subjugué par la beauté de celle-ci même si elle était mariée. Il pressentait qu’ils étaient faits l’un pour l’autre, il l’avait compris dès que leurs regards s’étaient croisés, mais il ne s’expliquait pas comment cela pourrait s’accomplir. Il subodorait qu’elle ne faisait pas partie des dames à la vertu légère, ce qui ne l’aurait pas attiré.

Après avoir rejoint Catherine et Fortunée, les quatre jeunes femmes s’installèrent dans le jardin où des fauteuils et des bergères avaient été aménagés sous les arbres. Leurs conjoints respectifs étaient occupés ou par leurs gouverneurs ou par les nouveaux arrivants. La Nouvelle-Orléans détenait moins de cinq comptoirs, mais la Mobile en possédait d’autres. Pendant leurs échanges, Hilaire avec monsieur de La Michardière proposa d’aller visiter sa plantation pour leur donner une idée du potentiel de la colonie. 

De leur côté, Philippine interrogeait ses amies pour savoir si elles avaient bouclé leurs malles. Pendant que Catherine expliquait qu’en plus de ses bagages, elle emmenait sa nourrice, sa chambrière et le valet de son époux, Philippine ne pouvait s’empêcher d’observer les portes-fenêtres ouvertes, elle recherchait monsieur Cevallero qui l’avait tant subjugué. Elle ne comprenait pas pourquoi. Pas plus qu’elle n’avait saisi ce que lui avait dit son animal gardien. En quoi cet homme pourrait-il être son avenir ? Ses amies s’en rendirent compte, et Fortunée finit par lui demander ce qu’elle fixait avec autant d’attention. « – Excusez-moi, je m’interrogeais si le déjeuner était servi. Je pense que oui, nous devrions peut-être aller chercher quelque chose à manger. » Fortunée ne la crut pas, il se passait autre chose. Philippine avait été visiblement troublée. Elle acquiesça à la proposition, après tout c’était l’heure de se restaurer. Elles se rendirent toutes les quatre au buffet, chacune alla trouver son époux et le ramena pour choisir un plat. Les tables étaient surchargées, le repas était très achalandé en nourriture et en boisson. Une fois servis, les couples regagnèrent les places sous les chênes, ils furent suivis par les quatre négociants. Les hommes allèrent quérir des fauteuils et laissèrent les dames s’assoir sur les bergères agrémentées de table-bouillotte servant exceptionnellement à poser les assiettes et les verres. Ils reprirent leur conversation à laquelle se mêla Pierre Simon Barthoul et Nathanaël Fery D’Esclands, même s’ils rentraient en France cela les intéressait. Catherine et Fortunée réalisèrent pendant cet échange que l’un des individus regardait régulièrement leur amie. L’une et l’autre se demandèrent ce qui se passait. Fortunée en déduit que c’était lui que Philippine cherchait auparavant. Laissant les dames, les hommes finirent par se lever pour aller fumer et boire autre chose. Gabrielle fut interpellée par une de ses voisines et la rejoignit. « — Philippine, tu connais cet homme? Ce Léandre Cevallero» Interrogea Fortunée. « — Ah. Son prénom est Léandre. En fait non! Si ce n’est que la première fois que j’ai entendu son nom, par monsieur de la Michardière, j’ai eu des frissons. J’ai été assurée que ce patronyme ne m’était pas indifférent, mais je ne l’avais jamais ouï dire. Et aujourd’hui lorsque je suis rentrée dans la pièce, j’ai saisi que quelqu’un d’important se situait là pour moi. Quand il s’est retourné vers moi, j’ai compris. 

— Mais tu ne peux abandonner ton mari!

— Ce n’est pas prévu. Je pense que les choses vont s’accomplir toutes seules. Comment? Je n’en ai pas conscience. Depuis que nous sommes partis, j’ai été informée que je reviendrai dans ma région.

— Tu laisserais ton époux?

— Non, je présume que c’est lui qui va me quitter. Comment et pourquoi? Je n’en ai pas connaissance. » Ses deux amies la regardèrent attristées. Ne sachant quoi rajouter, Philippine devant le malaise dirigea la conversation sur un autre thème. « — Votre navire vous amène à Nantes, je crois.

— Oui, nous en avons déjà parlé, mon mari et moi allons en profiter pour visiter sa famille qui réside dans la ville et la région. Après je n’ai pas connaissance de ce que nous ferons par la suite.

— Vous allez y rester Fortunée, ton époux va rejoindre la maison de négoce familiale. Et c’est fort bien, car vous y ferez fortune. Et toi, Catherine, c’est toujours Versailles votre destination.

— Oui, mon mari y est attendu.

— C’est très bien, de plus vous allez habiter un bel hôtel dans la ville, mais tu n’iras qu’une fois au château contrairement à ton conjoint, monsieur Fery D’Esclands, qui s’y rendra tous les jours.

— Oh, ce n’est pas bien grave, je ne crois pas que j’aimerais cet esprit de courtisanerie. 

— Ne t’inquiète pas, quoiqu’il se présente tu n’auras pas le temps de t’ennuyer. Surtout dès que vous arrivez vous m’écrivez.

— Le voyage va mal se passer?

— Non, pas du tout. Ce sera très calme, en six ou sept semaines vous y serez. » 

______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

chapitre suivant

mes écrits

2 réflexions sur “L’orpheline/ chapitre 015 et 016 première partie

  1. Pingback: L’orpheline/ chapitre 016 | franz hierf

  2. Pingback: L’orpheline/ chapitre 014 | franz hierf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.