L’orpheline/ chapitre 009

chapitre 001

épisode précédent

Chapitre 009

Le départ 

Philippine de Madaillan

Quelqu’un pleurait dans le dortoir. C’était proche d’elle. Fortunée sortit de son sommeil, intriguée par le larmoiement. Le jour jaillissait à peine, le soleil n’avait pas encore émergé de la nuit. Elle s’assit sur sa couche et essaya de situer la personne. Elles n’étaient pas nombreuses, une dizaine dans la chambrée. Elle réalisa que c’était Philippine. Elle se leva et prit place au bord de son lit. Elle lui prit la main. Elle avait les yeux fermés, son corps  paraissait comme statufié. Catherine la rejoignit. Elle avait elle aussi été réveillée par les pleurs de son amie. Elle se mit de l’autre côté du lit et imita Fortunée. Elles essayèrent de la tirer du sommeil doucement, mais rien n’y faisait. Elle se révélait plus raide qu’un cadavre. De ses yeux coulaient sans fin des larmes. Elle devait être en lien avec quelqu’un, mais cela la rendait malheureuse. Les rayons lumineux du matin finirent par passer par l’une des fenêtres et se poser sur le visage de Philippine qui s’éveilla et découvrit ses compagnes. « — Pourquoi êtes-vous là» chuchota-t-elle. Les deux jeunes filles la considérèrent avec un sourire compatissant, Fortunée  le lui dit tout bas. « — Ce sont tes pleurs qui nous ont alertés. Visiblement, tu étais plus que triste. » Philippine les regarda surprise, elle avait donc inconsciemment exprimé sa douleur. « — Je suis désolé, mais c’est ma mère qui est venue me trouver. Cela m’a beaucoup perturbée. Il y a longtemps que je la devinais, mais je ne la voyais pas. Elle s’est présentée à moi pour m’expliquer avant que nous partions ce qui avait précédé ma naissance. Cela a été assez dramatique. Je comprends mieux l’abandon que j’ai subi même si je n’y suis pour rien. » Ses deux amies saisirent qu’elles ne pouvaient lui demander plus de détails. Elles la prirent instinctivement dans leur bras par empathie. 

***

Les fêtes de Pâques étaient passées. Tout était prêt, le carrosse se trouvait au sein du couvent, les toilettes de présentation achevées, les malles des Filles du roi s’avéraient closes. La mère supérieure avait joint à Philippine, Catherine et Fortunée deux autres pensionnaires Gabrielle d’Artaillon et Théodorine Carbonnel de Canisy. Les deux jeunes filles vivaient une situation similaire à leurs comparses et tout comme leurs parents, elles avaient accepté l’opportunité. Elle serait accompagnée de sœur Blandine jusqu’au couvent de Québec. Il ne manquait plus pour qu’elles puissent partir, le capitaine et les gardes de la maison du roi qui allaient les escorter dans leur voyage. 

La révérende mère était préoccupée, elle estimait le périple de ses pensionnaires des plus hasardeux. À cette époque, une pérégrination de longue durée se révélait pénible et périlleuse. Avant de boucler sa malle, on tâchait de se procurer des compagnons de route, heureusement elles se trouveraient   avec le capitaine de la garde et ses hommes. Elle était consciente que de toute façon les jeunes filles allaient devoir partir. Elles ne pouvaient rester au sein du couvent, aucune ne désirait entrer dans les ordres. Elle avait un pincement au cœur, elle les avait suivies depuis qu’elles étaient enfants et maintenant elles allaient sur un nouveau continent. Elle se devait d’être fataliste, car les jeunes filles n’avaient pas le choix, elles devaient s’engager dans une autre vie. Elle en était là dans ses pensées tripotant sa croix machinalement quand la prieure, sœur Dorothée, pénétra dans son bureau pour lui annoncer l’arrivée du capitaine de la garde royale.

***

Armand de Pignerolle, capitaine de la maison du roi, accompagné de six cavaliers, avait traversé une grande partie de la France afin de venir chercher et escorter les Filles du roi. Il s’était présenté, à peine arrivé dans Saint-Émilion, au couvent après avoir laissé ses hommes à la caserne de la ville.

mère supérieure Élisabeth

La révérende mère considéra le capitaine bien jeune. Elle le trouva charmant, mais son âge ne la rassurait pas pour la protection de ses filles. Elle l’accueillit chaleureusement et lui proposa de s’asseoir. Avant de s’exécuter, il sortit de sa poche une missive qu’il apportait et qu’il tendit à la mère supérieure. Celle-ci fut surprise, saisit la lettre, rompit le sceau et l’ouvrit. Qu’elle ne fut pas sa stupéfaction, le ministre du roi, le cardinal de Fleury, avait décidé d’envoyer ses pensionnaires non pas en Haute-Louisiane, soit à Québec, mais en Basse-Louisiane à La Nouvelle-Orléans, ville qui était fort récente. « — Monsieur, au vu du message, je dois tout d’abord prévenir mes postulantes du changement de destination. Si elles acceptent d’aller dans le sud de la colonie, je devrai informer leurs parents et attendre leurs réponses. Je pense qu’il vous faudra patienter une semaine. 

— Il n’y a pas de problème, révérende mère. Cela était envisagé. Mes hommes et moi-même, nous serons patienter. Comme vous devez le savoir même si elles deviennent « filles à la cassette », cela ne changera rien pour elles. Elles seront toujours dotées par le roi et auront droit de choisir leur conjoint. De plus, le temps est plus clément de ce côté de la Louisiane et entre les négociants et les planteurs, les partis sont plus intéressants, car plus riches.

— Merci à vous pour cette confirmation et ses renseignements. Je suppose que vous allez rester à la caserne de la ville?

— Mes hommes, oui! De mon côté, je dois me rendre à Bordeaux quelques jours et je viendrais vous voir à mon retour.

— Je vous donnerais alors les informations que je détiens. »

Après avoir salué la mère supérieure, le capitaine quitta le couvent.

***

Les cinq jeunes filles avaient été conviées dans le bureau de la mère supérieure. Celle-ci leur expliqua ce que l’on venait de lui signifier. Les seules à découvrir ce changement de direction furent Gabrielle et Théodorine. Celle qui hésita fut cette dernière, mais quand elle apprit qu’elle avait plus de chance d’épouser un homme fortuné, elle acquiesça. Après l’entrevue, le groupe de comparses se rendit à la bibliothèque afin de montrer aux deux dernières postulantes la carte du pays et réaliser l’ampleur du périple.

***

Avant de se rendre à la caserne, Armand de Pignerolle s’arrêta au couvent pour obtenir des nouvelles. Il avait apprécié son séjour bordelais. Il avait été accueilli chaleureusement par son supérieur monsieur de Madaillan-Saint-Brice au sein de son hôtel particulier bordelais. Il eut le plaisir de faire la connaissance de son épouse Maria-Louisa della Quintania, qui était dans le huitième mois de sa grossesse. Le vicomte l’emmena dans toutes les soirées de ses amis pendant son passage. 

Il avait voyagé toute la matinée entre les deux cités sous un ciel nuageux qui se dégagea aux portes de Saint-Émilion. Il pensa que cela était un bon présage. Sitôt qu’il se présenta, la révérende mère le reçut. Elle lui annonça qu’elle avait récolté les réponses des familles et que toutes étaient positives. Il pourrait donc partir dès qu’il  s’avérerait prêt. 

*** 

C’était la troisième semaine d’avril, le soleil était levé depuis deux bonnes heures. Sœur Blandine vérifiait auprès des jeunes filles qu’elles avaient bien emportées et rangées tous leurs biens avant de fermer leur coffre. Elles ne pouvaient pas se permettre d’oublier quoi que ce soit, car cela aurait été perdu à jamais. Le groupe des cinq demoiselles, qui jusque là s’avérait enthousiaste à l’idée de vivre cette aventure, le moment venu d’abandonner les lieux, qu’elles connaissaient depuis leur petite enfance, les tétanisa. La mère supérieure accompagnée de la prieure les attendait dans le grand hall afin de leur faire ses adieux. Ce moment émouvant rappela à Philippine celui qu’elle avait éprouvé deux jours avant. Les Fauquerolles, ayant été avertis, s’étaient déplacés pour un dernier au revoir. Cela l’avait bouleversée, tous étaient attristés par cette séparation. Lorsqu’ils avaient quitté le couvent, elle songea que partir n’était peut-être pas la meilleure idée qu’elle ait eue, d’autant que sa mère l’avait prévenue de la suite des évènements pour son oncle, mais elle ne pouvait rester au sein de l’abbaye. Elle en était consciente. Il en avait été décidé ainsi et sa grand-mère n’était plus de ce monde. De plus, elle avait toujours su qu’elle accomplirait le périple avec Catherine et Fortunée. Ses deux amies l’avaient récupéré après la séparation avec la famille de sa nourrice et l’avaient consolée. Philippine était bien consciente qu’elles-mêmes n’avaient obtenu aucune visite de leur parentelle. Elle avait donc repris son courage en main et leur avait souri. 

Voyage au XVIIIe siècle, quand Rouen était une ville malsaine et puante |  76actu
Rouen

Six journées étaient prévues pour effectuer le voyage jusqu’à Rouen où elle devait s’embarquer sur un navire dénommé le Mercure. Les jeunes filles et leur accompagnatrice, sœur Blandine, montèrent dans le carrosse mis à leur disposition. Elles se trouvèrent un peu à l’étroit. Une carriole les suivait avec leurs coffres chargés à l’intérieur. Elles découvrirent au moment de pénétrer dans le véhicule, Armand de Pignerolle, le capitaine de la garde royale, avec ses hommes qui se situaient là pour les entourer afin de s’assurer de leur protection. L’homme les salua avec courtoisie. Philippine n’était guère surprise, il s’avérait évident qu’elles ne pouvaient accomplir le voyage seules. La mère supérieure les avait suivies jusqu’à la voiture, et les regarda partir avec beaucoup de peine qu’elle essaya de ne pas montrer.

Leur premier arrêt s’effectua à Angoulême, au couvent des Ursulines de la ville. Elles furent contentes de descendre du carrosse, les routes de France étaient fort cahoteuses et elles avaient été très secouées. Elles furent reçues chaleureusement par la mère supérieure qui avait été informée de leur venue par celle de Saint-Émilion. Elles arrivèrent pour se rendre au service religieux et ensuite furent accueillies dans le réfectoire pour le souper. Pour finir, elles furent guidées jusqu’au dortoir qui leur avait été affecté. Le lendemain matin après la messe et le premier repas du jour, elles remontèrent dans le carrosse et retrouvèrent leurs protecteurs de la garde royale qui étaient allés loger à la caserne de la ville. Le soir, la voiture les arrêta à Poitiers chez les sœurs bénédictines du cloitre de Sainte-Croix. Elles réitérèrent la soirée de la veille tout comme le lendemain à Tours au couvent des Ursulines. Le quatrième jour, ne voulant par faire de détour par Beaugency, où siégeait l’abbaye des Ursulines, le capitaine de la garde les mena à Châteaudun au monastère des Cordeliers. Parvenu devant, le père supérieur leur expliqua qu’ils ne pouvaient demeurer là, le lieu ne détenait que des moines dans l’enceinte. Ils allèrent donc à Beaugency. Le lendemain, ils se retrouvèrent à Évreux et le surlendemain ils atteignirent le couvent de Rouen situé dans le quartier Croix de Pierre, dans la partie Est de la cité. 

Philippine et ses compagnes découvrirent l’endroit qui se révélait bien plus grand que tous ceux dans lesquels elles avaient logé. L’abbaye des Ursulines de la ville englobait, entre la rue des Champs et la rue des Capucins, tout un espace de constructions, la chapelle du dehors, destinée aux fidèles, la chapelle du dedans pour les sœurs, la chapelle des Infirmes, le cloître, le préau, la cour, les jardins et le verger. Elles eurent la joie d’y retrouver sœur Domitille et sœur Appoline, la sœur de Catherine, qui devaient effectuer le déplacement avec elles jusqu’en Louisiane.

Pendant  de leur voyage qui était loin d’être fini, elles avaient découvert des figures nouvelles, comme les régions traversées, des embarras au sein des couvents pour elles et des auberges pour leurs accompagnateurs, des mécomptes à la poste aux chevaux, des heurts, des ruades, des cahots, des essieux rompus, tels étaient les incidents ordinaires lors de ces lointaines expéditions. Aventures, dangers, plaisirs, privations, tout contribuait à augmenter la force du lien entre les voyageuses.

***

La cité de Rouen était un grand port et un centre industriel textile en plein essor. La basse-ville entre la cathédrale et les quais était habitée essentiellement par des négociants fort nantis qui détenaient leur fortune du commerce triangulaire. Celui-ci consistait à échanger des marchandises de peu de valeur contre des esclaves africains, puis de les troquer aux Antilles contre les produits locaux, sucre, tabac et coton. C’était pour cela que le Mercure les attendait dans ce port.

L’aube à peine levée, Philippine, Catherine, Fortunée, Gabrielle et Théodorine accompagnées des sœurs Blandine, Domitille et Appoline arrivèrent sur les bords de Seine où était amarré le navire. Au vu des nombreux comptoirs étrangers établis dans la ville depuis le trafic des fourrures avec le Canada puis avec le développement du textile notamment le coton pour les indiennes, le débarcadère était empli de voiliers. Le petit groupe était impressionné de ce qu’il voyait depuis leurs carrosses. Les deux voitures et la carriole s’arrêtèrent devant un navire avec pour figure de proue le dieu Mercure. Cela laissa sans voix les jeunes filles et les sœurs. Précédées par le capitaine de la garde et un de ses subalternes, les demoiselles et les sœurs passèrent sur la passerelle pour monter sur le bâtiment. Le « Mercure » jaugeait six cents tonneaux dont une grande partie contenait des fournitures pour Saint-Domingue et la Louisiane. Il était peu armé au vu de la période de paix et cela permettait de dégager de la place pour une cargaison plus importante. Il ne détenait que quelques canons pour repousser les éventuels agresseurs et n’utilisait qu’un équipage restreint. Elles furent accueillies par le Capitaine du navire, Paul-Louis de la Faisanderie sur le gaillard arrière à deux niveaux. Armand de Pignerolle les lui présenta, il les escortait de façon que personne n’oublie qu’elles étaient des filles à la cassette et donc sous la responsabilité du roi. C’était le cardinal de Fleury qui lui avait ordonné de les accompagner, ce qui ne l’avait guère perturbé. Le ministre l’avait choisi, car il avait bien compris que le jeune homme n’était guère intéressé par la gent féminine, ce qui limitait les risques. Le Capitaine fit appeler son second, Henri Lamarche, et lui présenta le capitaine de la garde, les jeunes filles qui effectuèrent une seconde révérence et les sœurs afin de les guider vers leurs cabines. Il les emmena sous la première partie du gaillard arrière. Il y avait été installé au fond des deux coursives séparées d’un entrepôt, sur toute la largeur du bâtiment, une sorte de dortoir où huit lits étroits avaient été construits pour ce voyage. Au début du couloir se trouvait la cabine du Capitaine de Pignerolle ainsi que celle de son subalterne, Arnault-François De Maytie. Au-dessus d’elles se situaient la chambre du capitaine qui servait de salle à manger et les chambres des deux seconds, du commissaire de bord et du médecin. Elles découvrirent le lieu qui s’il se révélait plus exigu qu’au couvent, n’en restait pas moins familier à toutes. De chaque côté de la pièce se trouvaient deux hublots apportant un peu de lumière. En même temps qu’elles choisissaient leurs couches, sœur Domitille et sœur Blandine ayant pris d’office celles des deux extrémités qui siégeaient face aux deux portes d’entrée, les marins portèrent les coffres qui passaient juste sous les lits. Le quartier-maître leur conseilla de toujours les sangler à leurs pieds afin de ne pas les voir bouger lorsque le navire tanguait.   

Armand de Pignerolle.

Une fois installées, elles remontèrent toutes sur le tillac suivi d’Armand de Pignerolle qui en fait n’allait jamais les laisser seules. Le second leur demanda de se rendre sur l’entrepont qui serait leur espace pendant le voyage lorsqu’elles se tiendraient à l’extérieur de leur chambre. À la minute où le capitaine annonça l’appareillage, les gabiers se mirent en branle déployant la voilure. Elles s’étaient regroupées près du bastingage et examinaient les marins s’agiter sur le quatre-mâts. Elles constatèrent qu’ils étaient plusieurs bâtiments à quitter les quais rouennais au même moment. Comme elles étaient intriguées, suite au questionnement de Catherine, le second qui était resté à leur côté leur expliqua qu’ils accompliraient le périple ensemble et formeraient un convoi afin de se protéger des pirates notamment. Les jeunes filles le regardèrent interrogatives ce qui fit sourire Monsieur de Pignerolle. 

Le fleuve était régulier et parfaitement navigable. Si Philippine, Catherine et Fortunée ne souffrirent guère du mal de mer, ses comparses commencèrent, elles, à ressentir les effets des flots sur leur organisme bien que le remous s’avérait faible. La première à se trouver en difficulté fut Rachelle qui restitua son déjeuner par-dessus bord. Théodorine et sœur Appoline ne furent pas longues à l’imiter. En dépit qu’elles-mêmes fussent un peu dérangées, sœur Blandine et sœur Domitille purent les aider. 

Ils étaient partis tôt le matin, profitant de la marée basse de l’océan et évitant ainsi la remontée du mascaret. Compte tenu de la navigation en escadre, qui obligeait les bâtiments à calquer leur vitesse de marche sur celle du navire le plus lent, le Capitaine supposait qu’il le leur faudrait entre deux mois à deux mois et demi pour effectuer la traversée afin d’atteindre les Antilles. Ils avaient commencé le périple au début de mai dans le but de rencontrer les alizés qui les pousseraient en douceur vers leur destination. Il comptait sur eux pour accélérer le voyage.

Fortunée de Langoiran

Philippine était restée sur l’entrepont avec Catherine et Fortunée alors que leurs camarades et les sœurs étaient allées s’allonger tant elles étaient dérangées par le tangage du voilier. La Seine n’était que courbes sinueuses entre vallées, falaises, coteaux, plateaux, étendue boisée et marais. Ce n’était que prairies où pâturaient chevaux, moutons et vaches, champs de blé et d’orge, mares et gabions, arbres fruitiers en fleurs, peupleraies et saules têtards, avec de belles maisons à contempler et un aperçu de la forêt royale. Les demoiselles accoudées au bastingage examinaient le décor alentour et le commentaient entre elles sous le regard intrigué du Capitaine et de son second. De son côté, Armand qui commençait à les comprendre n’était guère surpris de leur réaction, elles avaient passé la plus grande partie de leur vie au couvent. Elles découvraient ce qui les entourait et étaient étonnées par tout ce qu’elles observaient. 

Le soir venu, au moment de se coucher, le voilier naviguait toujours dans les méandres de la Seine. Le repas avait eu lieu en compagnie d’Armand, de son subordonné, Arnaud-François, du nouveau second, Pierre De Gassion, du médecin et du commissaire du bord dont elles firent la connaissance. Les trois jeunes filles et sœur Blandine, après avoir légèrement mangé, pour ne pas surcharger leur estomac, se rendirent ensuite au dortoir. Sur places, elles trouvèrent leurs comparses endormies sous le regard attentionné de sœur Domitille. 

Le lendemain matin, un rayon de soleil transperçant l’un des hublots se déposa sur le visage de Philippine la réveillant. Elle se leva et s’habilla. Force était d’observer que hormis ses deux amies, la plupart de ses compagnes se portaient toujours mal. Bien qu’assoupies, certaines gémissaient sous la douleur persistante. Discrètement, elle sortit de la pièce par souci de le signaler au docteur du vaisseau. Elle traversa la coursive et se retrouva sur le tillac puis monta sur l’entrepont. Elle constata qu’ils se trouvaient en mer. Découvrant le Capitaine sur le niveau supérieur, elle lui demanda où est ce qu’ils se situaient. Celui-ci lui expliqua qu’en fait ils naviguaient sur la Manche. Ils allaient faire voile entre l’île de Guernesey et de Jersey. Pour toute réponse, elle lui sourit. Elle avait en mémoire la carte, aussi elle savait à peu près où ils étaient. Elle s’assit sur le banc adossé à la paroi de la dunette. Alors qu’elle rêvassait attendant le docteur, François Revol, elle le vit passer la porte. Elle l’interpella et le sollicita. Comment pouvait-elle aider ses compagnes qui souffraient encore du mal de mer ? Celui-ci la rassura et lui proposa de l’accompagner afin de les soigner, car cela pouvait durer une quinzaine de jours s’il ne faisait rien. Il lui demanda de patienter et alla chercher le remède. Il ramena ce qu’il appelait de l’oxycrat dans un flacon soit un mélange d’eau et de vinaigre auquel il avait rajouté du miel pour le gout. Ils descendirent et donnèrent un verre de liquide à chacune. Le docteur leur expliqua qu’elles devaient en prendre plusieurs fois dans la journée pour stabiliser leur estomac. Très vite, sœur Blandine et Domitille se rétablirent et purent s’occuper en toute sérénité de sœur Appoline, de Rachelle et de Théodorine, qui furent plus longues à récupérer. Catherine et Fortunée n’eurent pas besoin du médicament, elles s’étaient complètement remises du peu de troubles que les remous avaient provoqué après une bonne nuit de sommeil. Passant devant la cabine d’Armand et de son subalterne, suivant les conseils de Philippine, il frappa. À sa stupéfaction, la jeune fille avait raison, l’un et l’autre se révélaient très mal. Le tangage en haute mer les avait effondrés. Philippine en avait rêvé.

***

Les jours s’écoulant le convoi contourna la Bretagne, parcourut le golfe de Gascogne et longea l’Espagne, puis sous l’emprise des alizés ils pénétrèrent au milieu de l’océan en direction de Saint-Domingue.

Au bout de quelque temps, force fut de constater que dans un si petit bâtiment le confort laissait à désirer. Aucune intimité  ne se révélait possible, la place réservée aux passagers y était très limitée. Tout le monde était serré comme des sardines, en particulier ceux et celles qui couchaient dans la « sainte barbe » à l’arrière du navire, là où elles logeaient. En plus des voyageurs et des membres d’équipage, le bateau contenait les marchandises et la nourriture pour la traversée, c’est-à-dire des provisions pour deux mois environ. Des animaux vivants tels les porcs, les moutons, les poules, les bœufs et les chevaux étaient parqués près des cuisines sous le gaillard d’avant, une partie de ceux-ci devant servir à la consommation à bord pendant le périple. Chaque espace était donc utilisé à son maximum.

 Pendant la traversée pour les jeunes filles, le quotidien s’avérait extrêmement monotone. Lorsque le temps le permettait, leur vie sur le voilier se résumait à de longues promenades sur l’entrepont, entrecoupées de jeux de société, voire de cartes pour les hommes, ainsi que de musique et de chant. Philippine s’adonnait plutôt à la lecture et rêvassait souvent. Catherine et Fortunée, quant à elles, conversaient et observaient les autres navires au hasard des rencontres sur l’océan. De son côté, Théodorine râlait et ruminait et Rachelle l’écoutait. Les sœurs, elles, passaient la plus grande partie de leur journée à prier. Au résultat, elles accomplissaient peu d’activités et se trouvaient désœuvrées. Les seuls moments où elles se divertissaient, c’était les repas. Tout comme le Capitaine et ses seconds, Jean de Miossens-Sanson, le commissaire de bord, chargé de la gestion des aspects administratifs du navire, avait effectué le voyage déjà par cinq fois jusqu’à Saint-Domingue et une fois en Louisiane. Il racontait aux jeunes filles et à leurs sœurs ce qu’il savait de ses endroits, le tout achalandé par les autres participants. Armand et Arnaud-François se mêlaient de leur mieux à la conversation vu qu’ils n’y étaient point allés. Cela brisait un peu la monotonie de la traversée et leur permettait de se renseigner sur leur nouveau pays. 

***

Les jeunes filles et les sœurs avaient été quelque peu perturbées, il n’y avait ni eau douce ni savon à leurs dispositions. Elles devaient pratiquer la toilette sèche. Henri Lamarche, le second, leur avait expliqué que l’eau douce était rationnée, pour la raison qu’elle s’avérait précieuse. Elle servait uniquement à rincer la nourriture et ainsi à la dessaler. L’humidité permanente au sein du voilier imprégnait tout. Il leur avait déconseillé de laver leur vêtement même avec de l’eau de mer, car il resterait humecté et surtout de ne pas les porter, cela provoquait de douloureuses infections cutanées. Elles se demandaient si elles détiendraient assez de linge pour se changer régulièrement. Cette situation, qu’elles n’avaient pas envisagée, rajoutait à leur inconfort lié à la proximité forcée. 

Sœur Domitille

Philippine ne disait rien, elle savait que pour les marins c’étaient pire  malgré les améliorations dans les soins préventifs. Ils aimaient leurs métiers de cela elle n’avait pas de doute. Elle avait été violemment réveillée un matin avant l’aube et elle vit ce qu’ils vivaient. Leurs vies se révélaient plus dures, ils étaient entassés dans des espaces encore plus restreints qu’elles, deux marins étaient amenés à partager le même hamac. La nuit, les ponts étaient plongés dans une profonde obscurité. Ils avaient pour interdiction d’allumer des chandelles, qui de toute façon étaient trop onéreuses pour eux. Une lourde atmosphère régnait dans les batteries, les sabords étant le plus souvent fermés. Les odeurs humaines se mélangeaient avec celles des animaux embarqués et confinés près d’eux afin de servir de nourriture, nourriture dont ils ne profitaient guère. Elle se détériorait vite et était proposée aux privilégiés dont Philippine et ses comparses faisaient partie. Ils devaient se contenter de biscuits et de salaisons qui rapidement grouillaient de vers. L’absence de légumes frais engendrait le scorbut qui pouvait décimer un équipage. Heureusement pour eux on les obligeait à boire du jus de citron qui limitait voire empêchait ce type d’épidémie de se propager. Mais ce jour-là, ce qui l’avait réveillé était un terrible châtiment qui allait être effectué, cela s’appelait une cale. L’homme qui avait volé un de ses supérieurs allait être précipité d’une vergue dans la mer au bout d’un filin et à l’autre bord par un autre filin qui le ramènerait à la surface après être passé sous la quille du bâtiment. Elle savait qu’il allait mourir. Elle se leva pour alerter, mais elle tomba sur Armand qui lui demanda de rester dans la chambre. Elle lui expliqua ce qui allait se survenir. Il connaissait déjà la situation, la punition avait commencé, le marin se trouvait sous la quille. Philippine s’effondra dans ses bras. Il la consola comme il put. Cela réveilla sœur Domitille qui se précipita et jeta un regard mauvais au capitaine. Il lui laissa la jeune fille. Philippine apprit à la sœur ce qui se passait, mais celle-ci la mise en garde contre l’homme. « — Oh! sœur Domitille, nous ne risquons rien avec Armand. Il n’y a aucune inquiétude à avoir. » La sœur resta surprise devant cette affirmation dont elle saisissait le sous-entendu. Les bruits de la scène réveillèrent tout le dortoir, sans parler d’Armand, Philippine du s’expliquer. Elles ne bougèrent pas et attendirent que le capitaine les autorise à sortir de la pièce. 

***

Quand les voiliers s’approchèrent de Saint-Domingue, la tradition voulait que lorsque l’on passait pour la première fois le tropique du Cancer, on se soumette au baptême du bon Tropique. Le Capitaine ne fit pas participer les filles à la cassette et les sœurs, cela aurait été indécent. Ne furent concernés par ce baptême qu’Armand et Arnaud-François en plus des nouveaux marins. Cela amusa tout le monde.

Le convoi avait mis que cinquante jours pour accomplir la traversée, c’était le quinze juin. Le Capitaine du Mercure était très satisfait hormis le drame de la punition, tout s’était bien déroulé, il avait même suffisamment plu pour alimenter les tonneaux d’eau douce. Ils allaient s’arrêter à Cap-Français afin de charger la marchandise dévolue à l’île, pendant ce temps ses voyageuses rejoindraient la compagnie Notre-Dame. Elles pourraient ainsi se reposer. 

Amarré sur les quais de la ville, le capitaine envoya un de ses seconds prévenir le père Boutin. En retour, deux carrioles vinrent les chercher. Les jeunes filles et les sœurs furent reçues par la révérende mère Marie de Cambolas au sein de la nouvelle fondation. Le lieu se situait sur une éminence dominant la ville du Cap-Français, en face de la résidence des Pères Jésuites, dont il était seulement séparé par la largeur de la rue. Une magnifique allée d’arbres y conduisait et répandait une fraîcheur appréciée dans un pays aussi chaud que celui-ci. De toute évidence, l’établissement ne détenait pas encore la forme qu’il devait avoir. Les édifices de cette abbaye ne s’avéraient ni solides ni proportionnés. Le couvent se débattait avec des bâtiments insuffisants. Philippine de suite pressentit les problématiques qu’allaient rencontrer les sœurs de cette nouvelle congrégation. Un nombre certain allait mourir des maladies tropicales qui se multipliaient dans la région. Elle en fit part à sœur Blandine, sachant que cette dernière obtenait, elle aussi, des prémonitions. Elle lui garantit qu’elle en parlerait à la mère supérieure. 

Le premier acte que réalisa Philippine et ses comparses, ce fut de nettoyer leur vêtement ainsi qu’elle-même. Elles furent soulagées de se sentir enfin propres. Elles reprirent le rythme du couvent ponctué de messes et de prières.  

Philippine de Madaillan

Entre le navire et l’abbaye, elles avaient vu peu de choses, mais assez pour deviner ce qu’allait être leur prochaine vie. Sur les quais, elles avaient découvert un grand mélange d’individus dont beaucoup se révélaient de couleur. Les plus riches étaient accompagnés de serviteurs noirs. Elles avaient été un peu décontenancées par ce constat même si elles avaient entendu parler de l’esclavage et de la probabilité d’en posséder par le biais de leur futur mariage. Philippine comme Fortunée n’en avaient pas apprécié l’idée et elles comptaient bien en avoir le moins possible. Catherine n’avait pas bien  réalisé ce que cela engendrait et n’avait pour objectif que de découvrir le bon parti. Elle avait du mal à attendre ses amies tant elle se trouvait inquiète pour son avenir. Quant à Théodorine, en détenir lui convenait fort bien, cela démontrerait sa richesse, Gabrielle se contentait de la suivre. Elles en parlaient entre elles envisageant leur prochaine vie.

Elles apprécièrent leur court séjour au sein de ce couvent, elles avaient pu respirer, car elles n’étaient pas serrées les unes contre les autres. Lorsqu’il fallut repartir, Philippine ne se sentait pas très à l’aise. Elle avait été interpellée dans la nuit par son animal gardien envoyé par son ange, Jabamiah. Il l’avait informée de ne pas avoir peur de la continuité de son voyage, cela supposé qu’il y allait avoir un problème.

_______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

chapitre suivant

mes écrits