L’orpheline/ chapitre 015 et 016 première partie

chapitre 001

chapitre précédent

Chapitre 15

3 février 1733, L’ouragan

Alors qu’ils se trouvaient encore en hiver, un soleil de plomb frappa l’océan. Jour après jour, la température devint très chaude. Cette atmosphère étouffante et humide indisposait les habitants de la Nouvelle-Orléans. Puis à leur surprise, il fut remplacé par de l’air plus frais qui se mit à souffler façonnant une spirale. De sa fenêtre, Philippine regardait les feuilles de ses chênes tourner dans le jardin. Cela l’inquiéta, elle pressentait quelque chose de néfaste, mais elle ne savait quoi ? Elle se concentra sur son fils. Elle prenait de plus en plus de temps pour s’occuper de lui, elle le faisait manger, lui apprenait à se tenir debout. Il commençait à avancer un pied l’un devant l’autre et bafouillait, ce qui lui tirait à chaque fois un sourire. 

Le fond de l’air devint instable et provoqua la formation de nuages. Ils amenèrent la pluie puis au fil de la matinée l’orage. Cela effectua un frémissement à la jeune femme. Elle remit Théophile à Violaine et réclama à son personnel d’installer les contrevents et de fermer toutes les portes, que ce fut aux écuries, à la cuisine où à la maison. Cunégonde s’exécuta sans réfléchir bien que les autres obéirent en se demandant pourquoi craindre ce petit orage. Au fil de celui-ci, l’atmosphère s’embruma et à la grande surprise de tous, une sorte de neige fondue tomba du ciel. Cela dura peu de temps, mais cela annonça un ouragan. Il se déchaina et devint de plus en plus violent. Ce que les habitants ne virent pas, ce fut les énormes marées et les vents forts qui balayèrent le port de la Balise. Sur la ville, les éclairs jaillissaient et les nuages déversaient des torrents d’eau. Le Mississippi commença à monter. Le gouverneur et son entourage craignaient qu’une crue se déclenchât, cela semblait inexorable. Au milieu des rugissements de la tempête et des grondements du tonnerre, des arbres s’écroulèrent. Philippine, devinant le drame à venir, se mit à prier son ange afin que ses amies et elle-même soient préservées de la catastrophe. Théophile dans les bras de sa nourrice pleurait tant le bruit se révélait assourdissant et le personnel remerciait intérieurement leur maîtresse. Elle les avait sauvés. Les murs de la maison bougeaient et gémissaient, ils n’avaient qu’une crainte, c’est que le cyclone balaya l’habitation. Si cela n’avait été que d’eux, ils se seraient jetés ventre à terre de peur d’être emportés dans la tourmente. Au cours de la journée puis de la nuit les digues furent débordées et le niveau du lac Pontchartrain envahit les plantations alentour, puis le bayou et pour finir les rues de la Nouvelle-Orléans. Le point qui menaçait le plus était la levée, le long la cité. Ils découvrirent plus tard que l’eau des marais coulait sur de grandes étendues dans les voies de la ville. Le lendemain, une légère accalmie s’effectua, puis le vent changea de sens, prit une autre direction et reprit des vitesses élevées, mais nettement moins que le jour précédent. Puis à la tombée du jour, la tourmente s’apaisa, la tornade s’éloigna. Au petit matin, tout sembla être revenu normal. Philippine fit enlever les volets et sortit. Ses voisins faisaient de même, tous voulaient savoir dans quel état se trouvait leur ville. Certaines habitations avaient été entièrement détruites, d’autres détenaient d’importants dommages au toit, aux portes et aux fenêtres. Les rues étaient encore inondées, mais l’eau paraissait se retirer. Leur demeure avait eu beaucoup de chances. Les carrosses ne pouvant circuler dans cette boue, Philippine demanda à Anatole de lui seller une jument, la plus douce, afin d’aller visiter ses amies, s’assurer qu’elles avaient été préservées. Instinctivement, elle se mit en selle et maintint son équilibre, ce qui surprit le cocher qui n’avait jamais vu sa maîtresse sur un cheval. Elle-même se trouva audacieuse, car c’était sa première fois.

***

Philippine de Madaillan

Philippine commença par se rendre chez Catherine et Gabrielle qui logeaient dans la même rue. Elle fut rassurée. Bien que secouées intérieurement par ce tumulte, elles allaient bien. Elle se dirigea chez Fortunée rue de Chartres. Pour cela, elle passa par la place d’Armes. Il y avait du monde dans les rues, tous étaient venus constater l’étendue des ravages et à sa grande surprise ils en apercevaient pléthore. Les quais et les amarres de petites embarcations avaient subi plus d’un dommage. Le cyclone avait détruit six des navires qui étaient en rade, il n’épargna miraculeusement que le Vénus. De graves dégâts avaient été causés aux bâtiments du roi. L’hôpital, le magasin, l’hôtel du gouvernement, la caserne avaient été fortement ébranlés. Certaines parties en avaient été anéanties. Arrivée chez son amie, à part un grand chêne qui était tombé, heureusement pas sur la demeure, tout allait pour le mieux. Elle resta un peu de temps pour parler avec elle. « — Bien sûr, tu n’as pas de nouvelles de ton époux Philippine?

— Non, bien évidemment, mais je ne m’inquiète pas trop. Je ne crois pas qu’ils aient été autant impactés que nous. 

— Espérons-le. Veux-tu un peu de thé?

— Avec plaisir. Je ne sais pas ce que va penser notre nouveau gouverneur quand il va voir les dégâts à la place d’armes.

— Ils seront peut-être réparés avant qu’il n’arrive.

— J’ai bien peur que non, il se présentera là dans un mois jour pour jour. »

***

Deux jours plus tard, Hilaire arriva quelque peu inquiet pour sa famille et sa maison de négoce. La plantation avait apparemment moins enduré que la ville. Quelques bâtisses d’esclaves s’étaient effondrées, mais aucune perte humaine. Le pavillon avait plutôt souffert, mais les réparations étaient en cours. Ils s’étaient retrouvés en bordure de l’ouragan, mais peu de temps. Il avait fait tomber quelques arbres et avait couché les cultures, mais rien de dramatique. Elles se redressaient déjà. 

Arrivé devant son habitation, il fut soulagé de ne voir aucun dégât et de constater que tous allaient bien. Après avoir échangé avec son épouse, il se rendit dans sa maison de négoce et son entrepôt. L’un et l’autre, bien qu’ils fussent surélevés, avaient pris l’eau, cela n’avait rien d’étonnant, ils se situaient au bord du fleuve. La crue s’était immiscée à l’intérieur, elle n’avait pas réalisé trop d’avaries. Son personnel déjà sur les lieux essayait de protéger les marchandises et les papiers en les déplaçant en hauteur pendant qu’ils évacuaient le liquide. Il n’avait pas trop souffert, hormis son économe qui devait reconstruire une partie de sa toiture, mais rien de plus. Hilaire estimait qu’il avait eu beaucoup de chance, il en était très satisfait. 

***

Une fois le danger passé, monsieur de Perier et monsieur Gatien Salmon se rendirent avec leurs subalternes sur le terrain tentant d’évaluer au mieux l’ampleur des dégâts et de déterminer les réparations à réaliser. Beaucoup de maisons étaient détériorées ou anéanties, la violence des vents et les dommages causés aux infrastructures augmentaient la menace d’une pandémie. Bien que le bâtiment de l’hôpital ait résisté à l’ouragan, il n’en restait pas moins qu’il s’avérait insuffisant pour abriter les malades. Et ils savaient pertinemment que les effets secondaires d’un cyclone tropical se révélaient souvent destructeurs, notamment à cause des épidémies. Le risque des propagations pouvait tuer longtemps après le passage de la tempête. Ils se devaient de trouver des solutions et le couvent des ursulines ne pourrait pallier au manque.

Chapitre 16

La rencontre

Léandre Cevallero

Le navire du nouveau gouverneur avait été annoncé à monsieur de Perier. Il atteignit la levée, avec son épouse, accompagné de son commissaire ordonnateur, monsieur Gatien Salmon, ainsi que de son secrétaire et de son économe, afin de l’accueillir. 

Né au Québec, Jean-Baptiste Le Moyne de Bienville revenait dans le sud de la colonie où il avait œuvré auparavant. Il venait d’être nommé par le roi Louis XV, gouverneur de la Basse-Louisiane. La cour était entrée en contact avec lui au printemps 1732 pour les services qui l’avait déjà rendus à cette colonie. Le roi acta son poste au vu de ses expériences et de ses capacités mises en évidence lorsqu’il était commandant général de la Louisiane. Louis XV savait, il en avait été informé, Monsieur de Bienville possédait la confiance des habitants et celles des Amérindiens, du moins de certaines tribus. Il était donc parti du port de La Rochelle en compagnie notamment de Bernard Diron d’Artaguiette élevé au grade de lieutenant du roi pour la ville de la Mobile. Parmi les personnes qui l’accompagnaient, il avait accepté quatre négociants deux de son port de départ et deux de la ville de Bordeaux. Il trouvait intéressant d’élaborer des liens entre eux et les négociants de la Nouvelle-Orléans. 

Albert Ferland: Jean-Baptiste le Moyne de Bienville

Lorsque monsieur Bienville entra dans la courbe du fleuve face à La Nouvelle-Orléans qu’il avait créée quinze ans auparavant avec l’aide d’Adrien de Pauger, qui avait transformé le comptoir en une ville digne du roi de France, il ressentit une grande satisfaction. Le navire s’arrêta devant la place d’armes, la foule se révélait dense, la  nouvelle avait réalisé le tour de la cité à la surprise de monsieur de Perier. Ce dernier ne pouvait être instruit que la population qui l’avait connue s’avérait fort heureuse de le revoir prendre les commandes.

***

La passation du pouvoir s’accomplit avec une grande courtoisie, l’un désirait partir et l’autre voulait le poste. Toutefois, monsieur de Perier malgré son amitié pour les Lemoine et leurs proches, la famille du nouveau gouverneur, estimait que ce dernier s’avérait fort mesquin. Avec les informations obtenues du commissaire ordonnateur, monsieur Gatien Salmon, monsieur de Bienville avait découvert la colonie dans un état bien pire que celui auquel il s’attendait. La population avait diminué, les denrées et les marchandises se révélaient insuffisantes et l’attitude des Amérindiens envers les Français s’était dégradée. Croyant fermement que la Colonie fondait tout son espoir sur son retour, il s’était empressé de réclamer au cardinal Fleury des troupes, des munitions, des biens manufacturés et des vivres. Il découvrit de plus rapidement que la contrebande s’était grandement développée avec la France, les colonies anglaises et espagnoles et il  tomba des nues en apprenant que l’armée coloniale détenait beaucoup de déserteurs.

  Avant le départ de monsieur de Perier, monsieur de Bienville décida d’organiser un déjeuner au sein duquel il convia notamment les négociants de la ville et leurs épouses afin de leur faire rencontrer ceux qu’il avait amenés.

*** 

Suivant l’éclat du ciel, la couleur des yeux de Philippine changeait, elle passait du plus clair au sombre. C’était tellement étrange que c’en était magique. Cunégonde l’avait constaté plus d’une fois contrairement à son époux. Ce jour-là, ils se révélaient d’un vert translucide. Sa chambrière la préparait pour le repas du nouveau gouverneur. Son mari avait insisté pour qu’elle mette sa plus belle robe. Cela fit sourire Philippine, car elle s’avérait consciente qu’il ne connaissait pas sa garde-robe. Elle demanda à Cunégonde une de ses robes à la française, celle en damassé crème. Elle l’enfila sur un jupon et une jupe en satin rose très ample, cela palliait le fait qu’elle ne portait pas de paniers. Elle n’aimait pas cela, elle n’y tenait toujours pas. Cunégonde lui fixa aux manches des engageantes en dentelle offerte par Hilaire et noua autour de son cou une fraise en mousseline amidonnée dont les boucles du nœud dans la même matière tombaient dans son dos. Elle réclama un chignon à sa façon sur la nuque. Elle savait que ce n’était pas à la dernière mode, mais elle estimait que cela la mettait mieux en valeur. Elle vérifia sa mise devant le miroir qui comme ses chaussures venait de la contrebande. Lorsque Hilaire la vit, il la trouva très belle, mais lui demanda pourquoi elle ne s’était pas poudré les cheveux. Elle lui répondit que cela ne lui allait pas, sur un ton qui ne permettait aucune réplique. Elle constata que lui-même avait procédé à des efforts vestimentaires. 

***

 Devant la porte, Anatole attendait que ses maîtres montent à l’intérieur du carrosse. Le premier à se présenter fut Hilaire suivi de près par Philippine qui donnait ses dernières instructions à Cunégonde et Violaine. La voiture les mena jusqu’à la maison du gouverneur où prenait racine une file de carrosses. Pendant qu’ils prenaient leur mal en patience, Hilaire expliqua à son épouse qu’outre de rencontrer le nouveau gouverneur qui avait déjà pratiqué ultérieurement un poste similaire dans la colonie, ils allaient faire la connaissance de négociants arrivés de France. Pour elle, le seul intérêt de ce banquet était qu’elle allait voir une dernière fois ses amies avant leur départ prévu le surlendemain.

Lorsqu’ils entrèrent dans le hall de la demeure, ils découvrirent beaucoup de monde. Ils furent quelque peu surpris et apprirent par Monsieur de La Michardière qui se trouvait là avec sa femme, Gabrielle, que cela venait du fait, que derrière la porte se situaient monsieur de Bienville et monsieur de Perier. Tous voulaient échanger avec eux en vue de se faire remarquer. Ils patientèrent donc. Les deux négociants et leurs conjointes passèrent la porte ensemble et saluèrent les deux gouverneurs. Philippine pensa que le nouveau semblait plus agréable et moins rigide que celui sur le départ. Monsieur de Bienville leur demanda de rejoindre Monsieur Edmé Gatien-Salmon, afin qu’il leur présente leurs alter ego arrivés de France. Les deux couples aperçurent un petit attroupement au fond de la pièce dans lequel ils devinèrent le commissaire ordonnateur, ils s’y dirigèrent. Le long du mur du salon de réception étaient accolées des tables sur lesquelles étaient disposés de la vaisselle de porcelaine, de l’argenterie, des verres avec pied, des bouteilles de vin de France. Passant devant ses amies, Philippine leur fit signe. Approchant du groupe, elle remarqua que son animal gardien sous la forme d’un loup siégeait assis à côté d’un homme qui se situait de dos. Elle fut étonnée, pourquoi se trouvait-il là ? L’individu portait un habit à la française se composant d’une veste, d’un gilet dans les bruns foncés brodés de fils crème et d’une culotte du même ton. Pour compléter sa mise, il avait revêtu une chemise blanche, un jabot, une cravate, des bas de soie et des chaussures avec boucles en cuir noir. Le groupe à leur arrivée se retourna et son cœur se serra. La première chose qu’elle vit ce fut le regard bleu et envoutant de cet homme  plonger dans les siens. Grand, mince, la chevelure blonde, le sourire timide, il avait du mal à la quitter des yeux, ce que Hilaire ne réalisa pas préoccupé qu’il fût par les introductions. « — Bonjour, messieurs, je vous présente monsieur de la Michardière et monsieur Gassiot-Caumobere accompagnés de leurs épouses. Voici messieurs Ducourez et Gendroneau de La Rochelle et messieurs Cevallero et Crampe-Anglade de Bordeaux. » De suite, monsieur de La Michardière se mit à parler avec Léandre Cevallero dont il connaissait le comptoir. Philippine les interrompit et leur dit. « — Veuillez nous excuser, messieurs, mais nous vous abandonnons à votre conversation et allons voir nos amies qui partent après-demain. » Sur ce elle fit demi-tour, suivie de Gabrielle. Elle s’adressa à son animal gardien. « – Je suppose que tu es là avec un but précis, un message à me faire passer?

— Je n’ai nul besoin de te dire pourquoi je suis venu, tu l’as devinée. Ne t’inquiète pas, cet homme est ton futur chemin. »

Léandre Cevallero regretta de suite le départ de madame Gassiot-Caumobere, il était subjugué par la beauté de celle-ci même si elle était mariée. Il pressentait qu’ils étaient faits l’un pour l’autre, il l’avait compris dès que leurs regards s’étaient croisés, mais il ne s’expliquait pas comment cela pourrait s’accomplir. Il subodorait qu’elle ne faisait pas partie des dames à la vertu légère, ce qui ne l’aurait pas attiré.

Après avoir rejoint Catherine et Fortunée, les quatre jeunes femmes s’installèrent dans le jardin où des fauteuils et des bergères avaient été aménagés sous les arbres. Leurs conjoints respectifs étaient occupés ou par leurs gouverneurs ou par les nouveaux arrivants. La Nouvelle-Orléans détenait moins de cinq comptoirs, mais la Mobile en possédait d’autres. Pendant leurs échanges, Hilaire avec monsieur de La Michardière proposa d’aller visiter sa plantation pour leur donner une idée du potentiel de la colonie. 

De leur côté, Philippine interrogeait ses amies pour savoir si elles avaient bouclé leurs malles. Pendant que Catherine expliquait qu’en plus de ses bagages, elle emmenait sa nourrice, sa chambrière et le valet de son époux, Philippine ne pouvait s’empêcher d’observer les portes-fenêtres ouvertes, elle recherchait monsieur Cevallero qui l’avait tant subjugué. Elle ne comprenait pas pourquoi. Pas plus qu’elle n’avait saisi ce que lui avait dit son animal gardien. En quoi cet homme pourrait-il être son avenir ? Ses amies s’en rendirent compte, et Fortunée finit par lui demander ce qu’elle fixait avec autant d’attention. « – Excusez-moi, je m’interrogeais si le déjeuner était servi. Je pense que oui, nous devrions peut-être aller chercher quelque chose à manger. » Fortunée ne la crut pas, il se passait autre chose. Philippine avait été visiblement troublée. Elle acquiesça à la proposition, après tout c’était l’heure de se restaurer. Elles se rendirent toutes les quatre au buffet, chacune alla trouver son époux et le ramena pour choisir un plat. Les tables étaient surchargées, le repas était très achalandé en nourriture et en boisson. Une fois servis, les couples regagnèrent les places sous les chênes, ils furent suivis par les quatre négociants. Les hommes allèrent quérir des fauteuils et laissèrent les dames s’assoir sur les bergères agrémentées de table-bouillotte servant exceptionnellement à poser les assiettes et les verres. Ils reprirent leur conversation à laquelle se mêla Pierre Simon Barthoul et Nathanaël Fery D’Esclands, même s’ils rentraient en France cela les intéressait. Catherine et Fortunée réalisèrent pendant cet échange que l’un des individus regardait régulièrement leur amie. L’une et l’autre se demandèrent ce qui se passait. Fortunée en déduit que c’était lui que Philippine cherchait auparavant. Laissant les dames, les hommes finirent par se lever pour aller fumer et boire autre chose. Gabrielle fut interpellée par une de ses voisines et la rejoignit. « — Philippine, tu connais cet homme? Ce Léandre Cevallero» Interrogea Fortunée. « — Ah. Son prénom est Léandre. En fait non! Si ce n’est que la première fois que j’ai entendu son nom, par monsieur de la Michardière, j’ai eu des frissons. J’ai été assurée que ce patronyme ne m’était pas indifférent, mais je ne l’avais jamais ouï dire. Et aujourd’hui lorsque je suis rentrée dans la pièce, j’ai saisi que quelqu’un d’important se situait là pour moi. Quand il s’est retourné vers moi, j’ai compris. 

— Mais tu ne peux abandonner ton mari!

— Ce n’est pas prévu. Je pense que les choses vont s’accomplir toutes seules. Comment? Je n’en ai pas conscience. Depuis que nous sommes partis, j’ai été informée que je reviendrai dans ma région.

— Tu laisserais ton époux?

— Non, je présume que c’est lui qui va me quitter. Comment et pourquoi? Je n’en ai pas connaissance. » Ses deux amies la regardèrent attristées. Ne sachant quoi rajouter, Philippine devant le malaise dirigea la conversation sur un autre thème. « — Votre navire vous amène à Nantes, je crois.

— Oui, nous en avons déjà parlé, mon mari et moi allons en profiter pour visiter sa famille qui réside dans la ville et la région. Après je n’ai pas connaissance de ce que nous ferons par la suite.

— Vous allez y rester Fortunée, ton époux va rejoindre la maison de négoce familiale. Et c’est fort bien, car vous y ferez fortune. Et toi, Catherine, c’est toujours Versailles votre destination.

— Oui, mon mari y est attendu.

— C’est très bien, de plus vous allez habiter un bel hôtel dans la ville, mais tu n’iras qu’une fois au château contrairement à ton conjoint, monsieur Fery D’Esclands, qui s’y rendra tous les jours.

— Oh, ce n’est pas bien grave, je ne crois pas que j’aimerais cet esprit de courtisanerie. 

— Ne t’inquiète pas, quoiqu’il se présente tu n’auras pas le temps de t’ennuyer. Surtout dès que vous arrivez vous m’écrivez.

— Le voyage va mal se passer?

— Non, pas du tout. Ce sera très calme, en six ou sept semaines vous y serez. » 

______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

chapitre suivant

mes écrits

L’orpheline/ chapitre 014

chapitre 001

chapitre précédent

Chapitre 14

La naissance

Théophile

Une rumeur se colporta à la Nouvelle-Orléans, une révolte d’esclaves allait se déclencher et se propager. D’où venait ce bruit qui courait ? Nul n’aurait su le dire, mais depuis le marché, les gens répandaient l’information. Cela les inquiétait tous. Les Amérindiens accueillaient les esclaves en fuite, plusieurs avaient été recueillis par les Natchez et les Chicachas, aussi ceux-ci pouvaient les amener à se retourner contre leurs maîtres.

Ce fut dans son entrepôt où avec son commis et son économe, Hilaire effectuait le point sur le dernier arrivage que lui parvint la nouvelle. Tout de suite, il pensa à Lilith. Il laissa son économe poursuivre leur tâche et demanda à son commis de l’accompagner jusqu’à la plantation. Il se précipita à son habitation et après avoir succinctement expliqué la situation à son épouse, il courut à l’écurie où Anatole avait sellé la jument la plus rapide sur l’ordre de son maître. Philippine trouvait qu’il s’agitait pour rien, elle se révélait consciente qu’il ne serait pas concerné, mais elle ne pouvait le lui dire. De plus, il aurait été sceptique, cela ne les aurait pas aidés pour la suite de leur vie. 

Escorté de Jean-Pierre Saurine, son commis, il partit aussi vite qu’il le put vers la plantation. Trois heures plus tard, les chevaux exténués par la course, les deux hommes se situaient devant le pavillon. Lilith attendait dans la galerie se tenant le ventre, son enfant bougeait à l’intérieur. Sa petite fille, à ses pieds, assise sur le plancher, jouait avec une poupée que sa mère lui avait confectionnée. Hilaire sauta de suite de sa monture et gravit les quatre marches qui menaient jusqu’à elle. Il la prit aussitôt dans ses bras tant il avait eu peur qui lui fut arrivé quelque chose. Jean-Pierre était resté en arrière, il n’était pas à l’aise devant la scène, situation qu’il connaissait par ailleurs.

Lilith s’avérait consciente de ce qui inquiétait Hilaire et elle savait que la plantation ne serait pas touchée. Elle ne le lui dit pas, elle était assurée qu’il ne l’entendrait pas, il demeurait trop anxieux devant cette supposée menace. Il prit le temps de lui transmettre qu’il devait installer une veille accrue sur ses cinquante esclaves. Il lui demanda de ne pas quitter le pavillon. Elle consentit. 

Il se rendit au plus vite dans les champs afin de trouver le contremaître, son économe et ses surveillants. Quand il les eut découverts, il leur expliqua le danger qui lui avait été annoncé. Les quatre hommes agréèrent de suite à la mise en garde. La nuit qui suivit, ils circulèrent dans le quartier des esclaves avec vigilance, au sein duquel personne ne bougea. Le lendemain, après les avoir comptés, il détenait toujours le même nombre d’individus. Ils furent rassurés. Hilaire n’avait pas dormi avec Lilith, il avait demandé à Jean-Pierre de rester armé et de tirer sur tout se qui déplaçait ou s’approchait de la maison. Il ne s’était rien passé pendant la nuit ni pendant le jour qui suivit. Le seul évènement fut l’arrivée d’une troupe militaire s’arrêtant devant la plantation. Le capitaine de ce corps se présenta et signala au maître que les problèmes se situaient plus au nord sur le Mississippi, du côté de pointe de coupée. Lorsque Hilaire en effectua le retour à Lilith, elle lui répondit. « — Oui, je savais, Hilaire. Mais si je vous l’avais dit, vous ne m’auriez pas cru. Les militaires vont revenir dans quelques jours, ils auront fait prisonniers plus d’une dizaine d’esclaves qu’ils iront exécuter à la Nouvelle-Orléans. » Il ne réagit pas. Il demeura sceptique. Il ne comprenait pas comment elle pouvait être instruite de cela, comme de tout ce dont elle l’informait. Il avait déjà été fort surpris des renseignements au sujet de sa femme. Tout l’étonnait venant d’elle, il n’était pas loin de penser que c’était une sorcière, mais elle se révélait trop belle pour en être une.

Quelques jours plus tard passa la troupe armée avec un troupeau d’esclaves attachés les uns aux autres. Ils les ramenaient à la cité. Il n’y avait, semble-t-il, plus rien à craindre. Hilaire toutefois resta deux semaines. Il renvoya Jean-Pierre prévenir Philippine du danger apparemment écarté. 

***

À deux mois d’intervalles, Hilaire allait avoir deux enfants. Il se trouvait stupéfait de cette coïncidence. Allant tous les jours dans le lit de ses compagnes quand il se retrouvait avec l’une d’elles, ce n’était guère surprenant, cela ne pouvait qu’arriver. Il venait de parvenir sur sa plantation et il était toujours agité par la nouvelle qu’il avait apprise la veille. Il aurait dû le remarquer plus tôt. Si cela avait été évident pour Lilith qui l’avait informé dès qu’elle l’avait compris, il n’en avait pas pris conscience pour Philippine. Elle ne lui avait rien dit, mais au-delà de quatre mois, au vu de sa minceur, il aurait dû le constater. Partant du principe qu’il ne voyait rien, son épouse avait fini par lui communiquer la nouvelle. Il était resté ébahi ce qui fit éclater de rire Philippine. « – Cela n’a rien d’extraordinaire, vous me possédez chaque jour où vous vous retrouvez là, ce qui par ailleurs se révèle agréable. Il n’y a donc rien d’étonnant. » 

Il se situait encore dans la galerie qui entourait le pavillon. Lui qui était si déterminé quand il s’agissait de ses biens et de sa fortune, il ne savait comment l’annoncer à Lilith. Comment allait-elle le prendre ? Celle-ci s’en avérait consciente depuis quelque temps. Ce matin-là, elle se prépara avec soin. Elle fit de sa chevelure un  chignon qu’elle drapa dans un tignon. Elle enfila sur son jupon une large jupe blanche et un corsage de même couleur dont les manches bouffantes s’arrêtaient au coude par des fronces qui créaient un volant jusqu’à mi-bras. Elle mit sa fille, Louisa, sous la surveillance d’une servante que lui avait donnée Hilaire. Elle avait estimé cela quelque peu déplacé de fournir une esclave à une esclave, mais elle n’avait effectué aucune remarque. Il pensait l’émanciper, mais il ne réalisait pas la démarche, elle savait pourquoi. Elle avait entendu le carrosse arriver, et avait aperçu Hilaire en descendre. Elle comprenait le sujet de son hésitation et le fait qu’il demeurait tétanisé dans la galerie. Elle sortit de l’habitation avec un sourire. « — Bonjour, Hilaire. Tu as peur que je te gronde, car ton épouse est enceinte. C’est pourtant somme toute normal. » Il resta ébahi devant la jeune femme. Elle rajouta. « – Tu devras lui trouver une nourrice, elle ne pourra allaiter l’enfant à venir. Une vente d’esclave à la Nouvelle-Orléans arrivant de Saint-Domingue s’effectuera début juin, juste avant la venue du nouveau-né. Tu devras acheter celle qui s’appelle Violaine. Tu verras, ensuite il n’y aura plus de problème. » Il avait du mal à comprendre comment elle pouvait être informée de tout cela. Il se révélait conscient qu’elle avait toujours raison. Il s’était attaché à une sorcière, mais elle était tellement belle, tout comme à sa femme. Quant à celle-ci, si elle n’affichait pas ses dons, il avait saisi qu’elle en détenait aussi.

***

Etienne de Perier

Le gouverneur de Perier faisait les cent pas dans son bureau. Auguste de Faye, son secrétaire, et Nathanaël Ferry d’Esclands, son économe, attendaient qu’il ait fini de lire la lettre qui le perturbait. « — Messieurs, comme nous l’avait dit Edmé Gatien Salmon, mon commissaire-ordonnateur, lors de son arrivée en novembre, la Couronne a réorganisé la colonie. Visiblement, la Compagnie des Indes qui la contrôlait l’a abandonnée depuis janvier. En fait, cela n’est point grave. Nous serons donc en droit de recevoir tous les marchands provenant de France à condition qu’ils fassent partie d’un port agréé par la Couronne et qu’ils puissent présenter une licence appropriée. Ils ne doivent transporter que des cargaisons venant de France ou de nos colonies. En aucun cas, ils ne doivent le vendre ailleurs que dans notre pays d’origine. Je doute que cela freine le marché clandestin, mais nous devrons nous organiser. À vrai dire, cela va changer peu de choses par rapport à la Compagnie. » Ses deux interlocuteurs comprirent de suite ce qui perturbait le gouverneur. Il s’avérait las de la contrebande commerciale grandissante et des conflits sans fin avec les Amérindiens, la situation ayant du mal à s’améliorer. Désormais pourquoi resterait-il dans la colonie ? Il avait déjà envoyé une lettre au cardinal Fleury, maintenant que le roi détenait à nouveau la main sur la Louisiane, il avait espoir d’obtenir une réponse. « — Au vu des problèmes que nous avons toujours avec les Natchez et les Chickasas nous allons construire un magasin à poudre et un corps de caserne pouvant loger trois cents hommes. Voyez avec mon frère et monsieur Gatien Salmon, comment s’y prendre monsieur Ferry d’Esclands. »

***

Lorsqu’il rentra chez lui, Catherine comprit de suite que son époux était contrarié. Elle patienta, afin qu’il se remette quelque peu, avant de lui demander le sujet de son tracas. « – Ma chère, je crois bien que nous allons retourner en France. Le gouverneur vient d’avoir la confirmation que la Couronne récupère la totalité de la Louisiane. Auguste et moi pensons qu’il attend la réponse du cardinal de Fleury. À mon avis, elle ira dans son sens. 

— J’espère que j’aurai le temps d’accoucher.

— Quoiqu’il arrive, nous ne partirons pas avant. »

***

Étrangement, bien que sa grossesse avança, Philippine y était quelque peu indifférente. Son ventre lui pesait, mais ne l’empêchait pas d’être active, aussi elle continuait à aller au couvent. Tandis qu’elle s’occupait avec les enfants en compagnie des sœurs, elle ressentit un moment de lassitude, elle alla s’asseoir dans la véranda. Elle était à peine installée que les entités de sœur Madeleine et sœur Marguerite s’approchèrent pour lui parler. Au vu de beaucoup, elles auraient pu passer pour des fantômes, mais Philippine s’avérait consciente qu’étant entrées dans la lumière c’était leur énergie qui la visitait. Il arrivait qu’elle les perçoive vaguement, mais ce jour-là elles se révélaient très visibles pour elle. Elle s’étonna de leur rencontre, celles-ci lui annoncèrent la naissance du fils de Lilith et le fait qu’elle serait amenée à l’aider. Elle demanda comment, mais à ce moment-là sœur Marie Tranchepain l’approcha, elles disparurent. « — Alors ma petite, vous êtes fatiguée. Vous ne devez pas trop vous affairer, vous ne devez pas oublier que vous êtes enceinte. Regardez, Catherine et Fortuné ne viennent plus.

— C’est vrai, il faut dire que Catherine attend des jumeaux et Fortunée va avoir un fils qui est déjà fort remuant, ce qui l’exténue.

— Vous m’étonnez, comment avez-vous appris cela?

— Toujours de la même façon, révérende mère.

— Et vous, vous êtes informée du sexe de votre futur nourrisson?

— Il semblerait que ce soit un garçon!

— Vous allez toutes avoir des garçons.

— Oui, enfin Catherine aura un garçon et une fille.

— Voulez-vous rester là ce soir ? Nous détenons une chambre libre à l’étage?

— C’est aimable à vous, mais mon époux est absent. De plus, je dois ramener Cunégonde et je ne peux faire exécuter des aller-retour à Anatole. Il a autre chose à faire.

— Vous êtes vraiment obligeante. Faites aussi attention à vous. C’est important. Je dois vous laisser les enfants et les sœurs ont besoin de moi. 

— Ne vous inquiétez pas, je vais rentrer, cela sera mieux pour moi. »

Au moment où la révérende mère la quitta, elle perçut quelque chose de négatif, un frisson la parcourut. Elle n’aurait pas su dire quoi. 

***

Ce matin-là, Lilith sentit les premières douleurs. Elle prévint Hilaire et réclama à sa servante d’aller chercher une vieille femme dans le village des esclaves. Celle-ci faisait office de cuisinière pour le maître et pour préparer la garbure aux esclaves. Quand elle pénétra dans le pavillon, elle demanda à la servante de l’aider. Peu d’accouchements se réalisaient sur une plantation, voire cela s’avèrerait inhabituel. La plupart des femmes s’arrangeaient à ne pas mettre au monde de futurs esclaves et en général elles mouraient sans en avoir officiellement eu. Beaucoup s’avortaient pour éviter une mauvaise vie à leur progéniture. 

Lilith

À peine arrivée, elle sortit le maître, les hommes n’avaient rien à faire dans ce genre de situation. La naissance eut lieu exceptionnellement dans la chambre et non dans la pièce la plus utilisée qui était souvent la seule à posséder une cheminée. À l’aide d’un petit feu de bois, elle demanda à la servante de maintenir la chaleur essentielle à la mère et à l’enfant, ce printemps se révélait étrangement frais. Elle calfeutra la salle tout entière, elle ne tenait pas à ce que les mauvais esprits entrent. Elle disposa un peu partout des amulettes de protection et d’autres pour faciliter l’accouchement. Elle fit préparer par la servante de l’eau chaude pour nettoyer la parturiente et le nourrisson quand il serait là, du fil au cas où il faudrait recoudre la mère et lui enjoignit de s’occuper des linges pour le nouveau-né. Au fur et à mesure que Lilith poussait, à demi debout, les bras levés et accrochés à une barre de bois, la vieille, une prêtresse vaudou, elle aussi, priait Erzulie pour qu’elle l’aide à le mettre au monde. Les incantations de la Mambo la réconfortaient. La Loa se tenait à côté de l’accouchée et la soutenait. Quand le moment le plus difficile arriva, la vieille la calma de sa voix grave, lui essuya le front puis le visage et enfin le corps. Elle la rassura, l’enfant se présentait, elle voyait son crâne. Lilith le poussait vers l’extérieur comme elle le pouvait. Elle ne réalisait rien d’autre que la douleur qu’elle éprouvait. La vieille l’attrapa puis retira le nourrisson du ventre de la mère qui ressentait encore les contractions. Après avoir coupé le cordon ombilical, elle donna le nouveau-né à la servante qui le lava et l’emmaillota, puis elle le remit entre les mains d’une femme qui détenait un tout-petit et qui pouvait l’allaiter. Lilith était épuisée et n’aurait pu l’accomplir. De toute façon, elle n’avait pas eu de montée de lait. Après avoir allongé la jeune mère, elle demanda à la nourrice de montrer le petit garçon à son père. Hilaire le nomma de suite Ambroise et pensa aussitôt qu’il devait émanciper Lilith et ses deux enfants. Ceci fait, comme tout affranchi, elle ne pourrait rester sur la plantation et serait obligée de vivre à la Nouvelle-Orléans. Cela deviendrait problématique, il se devait d’y réfléchir avant de passer à l’acte. 

***

Deux mois plus tard, le bureau de la maison de négoce Gassiot-Caumobere était empli entre le personnel et les quelques clients qui étaient venus dans les lieux pour se renseigner. Hilaire faisait de son mieux pour les rassurer. Ses entrepôts se révélaient pleins, ils attendaient un ou deux bateaux pouvant transporter leurs marchandises jusqu’à l’île de la Balise. Louis Brillenceau et Jean-Pierre Saurine effectueraient le voyage afin de vérifier sur quel navire elles embarqueraient. Alors qu’il conversait avec monsieur Martin, un planteur, il entendit son économe, monsieur Brillenceau, parler d’une vente d’esclaves se déroulant le matin même. Il lui revint en mémoire la demande de Lilith. Il devait aller chercher une nourrice pour l’enfant à venir de Philippine. Bien que celle-ci n’ait point ses douleurs annonçant l’accouchement, le mois de juin venait de commencer depuis quelques jours. Il supposa que ce n’était pas pour rien qu’il recevait l’information. Il fouilla parmi ses pensées le nom de l’esclave qu’il devait quérir. « — Violaine! » L’homme face à lui le regarda interloqué. « – Excusez-moi, mais pourquoi me donnez-vous ce prénom

— Désolé, il vient de me revenir. Je suis confus, mais je vais devoir vous quitter. Monsieur Brillenceau va prendre le relais et vous renseigner. Louis, je dois m’en aller, c’est urgent. Peux-tu t’occuper de monsieur Martin? » Son économe acquiesça, se demandant ce qu’il pouvait y avoir de si pressant. 

Hilaire attrapa son tricorne, et se précipita au marché en face du port, en général les transactions de « bois d’ébène » se pratiquaient là. Sur place, il rencontra le mari de Gabrielle. En fait, c’est lui qui s’occupait de cette traite négrière. La vente avait commencé par les plus beaux spécimens. Hilaire l’interpella. « — Monsieur de la Michardière, par hasard est-ce que ce sont des esclaves provenant de Saint-Domingue?

— Oui, ils en viennent tous. Une plantation a fait faillite et le propriétaire préférait écouler ses marchandises en dehors de l’île. 

— Possédez-vous, parmi eux, une femme du nom de Violaine? » Le négociant s’étonna d’une demande aussi précise. Il ouvrit le document qu’il avait en main et qui détenait la liste des esclaves. « — Oui, effectivement j’ai une dénommée Violaine. Je pense que c’en est une qui a perdu son enfant pendant le voyage?

— En fait, j’ai besoin d’elle, car j’ai besoin d’une nourrice. 

— Pas de problème, je vais demander à ce que l’on aille la chercher. » Il fit signe à un des marins et il lui réclama d’aller la quérir. Ce dernier lui fit remarquer qu’elle se trouvait mal en point. « — Pas d’inquiétude, monsieur Gassiot-Caumobere la veut et  je ne la lui vendrai  pas trop cher. »

***

Dans le jardin de l’habitation, à l’ombre d’un magnolia, Philippine essayait de lire tout en buvant un café. Elle avait du mal à se concentrer, elle songeait à ses amies qui avaient accouché. Comme prévu, Catherine avait mis au monde une fille, Éléonore et un garçon, Hippolyte, fin mai. Fortunée quant à elle avait donné naissance à son fils Rolland, lors des premiers jours de juin. Les servantes de ses deux proches intimes étaient arrivées l’en informer. Aucune des deux n’avait eu de problème pendant leur délivrance, elle s’en trouva bien heureuse. De son côté, l’enfant n’avait pas l’air de vouloir venir et cela la fatiguait. Elle songeait que cela commençait à faire long. Elle avait l’impression que le temps ne s’écoulait plus. Elle avait de plus en plus de mal à bouger tant cette gestation s’avérait interminable et épuisante. Elle en était là de ses ruminations quand elle sentit son corps se crisper. Un élancement violent se propagea dans tout son organisme, elle cria de douleur. Elle appela Cunégonde qui arriva en courant face à l’intensité du hurlement. Marceline de sa cuisine entendit sa maîtresse et se hâta sur le devant de son pavillon. Découvrant Philippine en train de s’effondrer, elle se précipita elle aussi. L’une et l’autre soutinrent Philippine qui perdait les eaux. La chambrière s’exclama. « — Héloïse, Héloïse, va chercher le médecin, vite, vite. » La jeune servante sortit avec empressement de l’habitation pendant qu’elles la montaient dans sa chambre. Elles allongèrent la future mère. Dans le mouvement, celle-ci aperçut son animal gardien. « — Ne t’inquiète pas! Cela va être rapide. »

L’employée de la maison courut jusqu’à la demeure du médecin qui se situait à deux pâtés de maisons. Elle se retrouva devant suffocante, et frappa à la porte. Une domestique l’ouvrit et découvrit Héloïse rouge et essoufflée, elle lui demanda ce qu’elle voulait. « — Ma maîtresse, Philippine de Madaillan, vient de perdre les eaux. L’accoucheur doit arriver au plus vite. » La servante pivota et se dépêcha d’aller l’informer. Elle revint plus calmement, et dit à Héloïse qu’il allait se présenter, mais qu’il n’y avait pas d’urgence cela pouvait prendre des heures.

Exaspérée, Héloïse repartit en courant vers l’habitation. Au moment où elle l’atteignit, monsieur Gassiot-Caumobere s’approchait avec une mulâtresse en piteux état. « — Qu’est ce qu’il se passe, Héloïse

— La maîtresse vient de perdre les eaux, elle est en train d’accoucher. Je suis allée chercher le docteur, mais il m’a dit qu’il n’y avait pas d’urgence.

Violaine

— Emmène Violaine, ce sera la nourrice ! Je cours chez le médecin. »  Héloïse estima que celle qui allait être la nourrice n’était vraiment pas en grande forme, elle supposa qu’il lui était arrivé quelque chose. Son enfant avait dû mourir puisqu’elle allait allaiter le nourrisson. Lorsqu’elle entra dans la chambre, elle annonça Violaine. Marceline et Cunégonde tournèrent à peine la tête, elles pratiquaient tout ce qu’elle pouvait pour rassurer la parturiente. Cunégonde demanda à Héloïse d’aller faire chauffer de l’eau pour pouvoir le laver quand il se trouverait là, ce qui ne saurait tarder tant cela semblait aller vite, ainsi qu’un linge humide pour soulager leur maîtresse. À l’instant où elle revint, le nouveau-né siégeait dans les bras de Violaine qui souriait devant le chérubin. Dans la salle à côté, elles lui effectuèrent la toilette et l’emmaillotèrent. De leur côté, Cunégonde et Marceline nettoyèrent leur maîtresse et après le lui avoir changé les draps tirèrent les volets pour la laisser dormir. 

Ce fut à ce moment-là que le maître arriva avec l’accoucheur visiblement énervé. « — Vous devez faire sortir les servantes de la pièce, il faut faire silence. Il faut réduire le feu et ouvrir les fenêtres en vue d’aérer afin que l’air circule. J’espère que vous l’avez couchée sur le dos, c’est ce qu’il y a de mieux à opérer.

— Monsieur le docteur, plus personne n’est dans la chambre, la maîtresse a accouché. Le petit est entre les mains de sa nourrice. » Le médecin resta ahuri et regarda Hilaire. « — Allez voir tout de même si elle va bien. Cunégonde, vous avez installé la nourrice et l’enfant?

— Oui maître, là où vous nous aviez dit dans la chambre d’à côté. 

— Je vais donc aller me présenter à mon fils. Voulez-vous me suivre docteur? »

***

Les trois amies décidèrent de faire baptiser leurs nourrissons à la Saint-Jean-Baptiste. La cathédrale Saint-Louis détenait ce jour-là beaucoup de monde, monsieur et madame de Perier avaient demandé à être leur parrain et leur marraine. Ces derniers les avaient ensuite invités à déjeuner au sein de la demeure gouvernementale. 

La cérémonie du sacrement de la naissance fut réalisée par le père de Beaubois qui y tenait. Dans le lieu saint, en plus des parents et de leur entourage, étaient assises de nouvelles personnes que les jeunes mères ne connaissaient pas. Les baptêmes finis, tous sortirent sur le devant de l’église. Chaque couple renvoya dans leur carrosse leur nourrice et leur enfant dans leur habitation. Une fois fait, ils allèrent tous à pied chez le gouverneur. Gabrielle avait rejoint celles qui étaient devenues des proches et les complimentait sur la joliesse de leur nouveau-né. Elle-même regrettait de ne pas en avoir eu, elle pensait que cela était sa faute. Elle ne pouvait savoir que son époux s’avérait stérile. Aurélien de la Michardière avait eu plusieurs maîtresses. Il avait alors songé qu’elles effectuaient ce qu’il fallait pour ne pas tomber enceinte. Maintenant qu’il était marié, il supposait que cela venait de lui, il en était fort attristé. 

Arrivés dans la demeure, ils se retrouvèrent dans le grand salon dont les portes-fenêtres se révélaient grandes ouvertes afin de laisser entrer l’air provenant du fleuve. Outre le frère du gouverneur, Antoine-Alexis de Perier de Salvert, que tous connaissaient, les avait rejoints, le secrétaire, Auguste De Faye, le commissaire ordonnateur, Edmé-Gatien Salmon et son épouse, le chevalier Henri de Louboey considéré par tous comme un héros, la révérende mère, sœur Marie Tranchepain, le père de Beaubois et les quatre filles à la cassette accompagnées de leur conjoint. Hormis leurs hôtes installés en bout de table, chacun s’assit où il voulait, respectant l’alternance homme femme si possible. Le gouverneur en accomplit le tour présentant tout le monde. Les premiers plats servis chacun se mit à bavarder. 

Gabrielle d’ARTAILLON

Au milieu des conversations, Gabrielle entendit monsieur Gatien Salmon échanger avec le chevalier de Louboey de la plantation Chastellard. Elle tendit l’oreille. « — Il désire que l’on remplace les nègres condamnés par ceux de la Compagnie. Je n’ai rien contre, mais cela ne va pas être possible. La Compagnie quitte la colonie.

— Excusez-moi d’intervenir monsieur Gatien Salmon, mais vous parlez de la plantation de monsieur De Chastellard De Montillet, l’époux de Théodorine, une de nos amies? » Autour de la table, tous furent surpris de l’intrusion de la jeune femme que l’on entendait rarement en public. Tout le monde se mit à écouter l’échange. « — Effectivement, madame de La Michardière, mais ne vous inquiétez pas, il n’y a pas eu drame. Une dizaine de leurs esclaves se sont enfuis de leur plantation, nous en avons récupéré quatre. Ils ont fait partie de ceux qui ont été exécutés sur la place d’armes. Bien sûr, ils seront indemnisés pour ces quatre-là, mais nous ne pourrons pas les remplacer comme leur maître l’espérait. » Le gouverneur profita de ce silence pour diriger la conversation dans un autre sens, aussi il s’adressa au mari de Gabrielle. « — Monsieur de La Michardière, comment s’est passé la vente du navire le Saint-Laurent venant de Bordeaux.

— Très bien, monsieur de Perier, les vins et les eaux-de-vie ont été achetés à peine rangés dans mes entrepôts. Les viandes salées et les farines n’ont pas fait long feu. Je n’ai donc point à me plaindre. » Les échanges reprirent, chacun s’entretenant de son sujet ou problème. Philippine entendit monsieur Gatien Salmon dire au gouverneur que monsieur Diron d’Artaguiette, le commandant du fort Condé de la Mobile, rentrait en France. Cela avait l’air de soulager monsieur de Perier. Elle savait qu’il allait revenir avec un grade supérieur et le nouveau gouverneur. Elle se demanda d’où elle tenait cette information. Elle était pourtant assurée de sa justesse. Sur ce, madame Le Chibelierde Perier s’adressa à la révérende mère. «  Ma mère, nous avons envoyé un devis au roi afin de pouvoir achever votre bâtiment. Je suis consciente du nombre croissant de vos élèves. De plus, nous avons un réel besoin d’un nouvel hôpital au vu du mauvais état sanitaire de notre population, ce qui vous permettra de vous en occuper de façon pertinente. » Monsieur Gatien Salmon, installé devant Philippine, bouillait de colère intérieurement, ce dont elle se révélait lucide. Elle savait que les deux hommes ne s’entendaient guère, aussi ce qu’avançait l’épouse du gouverneur devait venir de lui. La conversation dériva sur les Amérindiens et l’inquiétude que cela pouvait engendrer. L’attitude des diverses nations indiennes à l’égard des Français s’avérait des plus fluctuantes. Des attaques étaient survenues des Natchez contre la Pointe-Coupée, ainsi que la riposte des Tonicas. La difficulté d’une paix avec les Chicachas était à craindre. La situation au fort des Natchez et au fort des Natchitoches apparaissait périlleuse. De plus, les manœuvres anglaises cherchaient à les brouiller avec les Chactas.

Le repas achevé, les hommes sortirent les premiers pour fumer et boire quelques alcools plus puissants. Les dames allèrent s’installer sous un chêne où une table, des fauteuils et des bergères y avaient été aménagés. Les trois amies et Gabrielle furent les premières à aller s’y asseoir. Catherine profita de l’absence momentanée de madame Le Chibelier de Perier qui était restée avec sœur Marie Tranchepain et ses comparses afin de parler de l’évolution du couvent, pour donner une nouvelle. « — Vous êtes au fait que monsieur de Perier avait demandé à monsieur le cardinal Fleury de changer de poste. Il vient d’obtenir la réponse, il sera substitué au début du printemps par un nouveau gouvernant. Pour l’instant, je ne détiens aucun renseignement quant au remplaçant.

— Mais alors Fortunée et toi allez quitter la colonie. S’exclama Philippine

— Nous l’avions déjà supposé et c’est toi qui nous as donné l’information, tu n’avais juste pas été éclairée du moment. 

— C’est exact, Catherine, je savais que l’une comme l’autre vous alliez repartir pour la France. Vous vous en irez sur le même navire que monsieur de Perier. Nous en avions effectivement parlé auparavant, mais je ne pensais pas que cela serait si tôt. Vous allez terriblement me manquer.

— À nous aussi, Philippine. Et toi tu vas rester?

— À vrai dire, je ne crois pas, mais je n’ai aucune idée de la façon dont cela va s’accomplir. Ce qui m’a été transmis était loin de s’avérer clair. Pour l’instant, nous devons profiter de nos présences, nous avons encore du temps devant nous. Dans deux jours, je vais au couvent voir sœurs Marie Tranchepain et les enfants. Voulez-vous m’y accompagner? » Toutes acquiescèrent par l’affirmative. Catherine et Gabrielle se rendraient chez elle et ensuite elles iraient chercher Fortunée. 

Gabrielle était troublée par ces nouvelles. Heureusement que son époux se révélait agréable et extrêmement attentionné, car autrement elle se sentirait bien seule. Monsieur de la Michardière l’avait en outre impliqué dans la maison de négoce, ce qu’elle avait apprécié. Philippine quant à elle se morfondait, quand ses amies seraient parties, cela s’avèrera plus difficile de garder le lien d’autant qu’elle présumait qu’elle devrait lutter pour sa propre vie. Elle le pressentait. Elle fut interrompue dans ses réflexions par l’arrivée des autres dames. 

*** 

L’été était passé, l’automne était bien avancé, lorsqu’une nuit, alors qu’elle était seule, Philippine sentit son corps devenir léger et se mettre à flotter dans les cieux. Elle rejoignait les myriades d’étoiles. Elle suivait une voix musicale, apaisante dont elle ne comprenait pas le sens. Tout à coup, elle se trouva debout, marchant sur un plancher. Elle réalisa qu’elle se situait dans un large couloir au plafond très élevé et illuminé par des flambeaux rivés sur les murs. Elle vit devant elle un animal qui ressemblait à une chèvre avec de très longues oreilles pendant de chaque côté de son corps. Elle sut de suite que ce n’était pas son animal gardien. Qui était-ce ? Ses grands yeux la fixaient et l’amenaient vers elle. Philippine était déstabilisée, c’était la première fois que cela lui arrivait. Manifestement, cet être l’attendait avec dans son dos un mur de couleur sombre ouvragé de moulures dorées. Elle constata qu’elle se retrouvait face à une porte à double battant. À l’instant où elle s’en approcha, ils s’ouvrirent. Tout en suivant l’animal, qui visiblement se découvrait là pour la guider, elle pénétra dans une large et longue galerie où d’un côté des portes-fenêtres montraient un ciel étoilé et de l’autre côté ce n’était que miroirs, et pour finir au fond apparaissait un trône en or. Elle s’en rapprocha et quand elle se situa à ses pieds son ange gardien se révéla. Elle s’interrogeait. Pourquoi se trouvait-elle dans ses lieux ? Pour que Jabamiah lui demande d’accomplir autant de chemin dans un décor si impressionnant et aussi solennel, elle avait surement effectué une mauvaise chose. «  Bonjour Philippine. Je t’ai fait venir jusqu’à moi pour te parler de ton fils, Théophile. » Elle fut étonnée. Pourquoi Théophile ? «  Il va lui arriver quelque chose?

— Non, Philippine. Mais es-tu consciente que tu ne t’en occupes point? Tu reproduis ce que l’on t’a fait et tu ne peux le rejeter. Son père s’y intéresse chaque fois qu’il rentre, mais il ne pourra le réaliser longtemps. Il faut donc que tu te soucies de lui. Tu ne peux continuer à l’ignorer et à le laisser juste dans les bras de sa nourrice, même si elle fait très attention à lui. » Philippine resta bouche bée, mais elle finit par répondre. « — Mais je fais comme mes amies, je ne suis pas au fait de ce que je suis supposée faire de plus. 

— Tes amies s’en occupent bien plus que tu ne le penses. Regarde. »

À ce moment-là sur un des miroirs de la pièce, elle aperçut Catherine puis Fortunée se préoccuper de leurs enfants. Elle ne savait pas, elle ne les avait jamais vues faire. Elle culpabilisa. Elle se retourna vers son ange, mais il avait disparu. Celui-ci était satisfait, Philippine avait compris. Cette dernière rebroussa chemin dans l’autre sens, guidée par la petite chèvre. 

Au petit matin, la jeune femme se réveilla mal à l’aise. Elle avait réalisé ce qu’elle faisait à son enfant, elle ne pouvait lui refaire vivre son existence, elle ne se le pardonnerait jamais. Effectivement, à l’instar de ce qu’elles avaient envisagé, les trois amies avaient partagé le plus de moments possible. Outre leurs visites régulières au couvent, elles se rendaient les unes chez les autres en y intégrant Gabrielle. Ce dont Philippine n’avait pas pris conscience, c’est qu’elle voyait très peu son fils. Il passait la majeure partie de son temps dans les bras de sa nourrice, Violaine. Elle pensait opérer comme ses amies, mais elle se trompait. Lorsqu’elles ne demeuraient pas ensemble, Catherine et Fortunée prenaient soin de leurs nourrissons et tout comme Hilaire, quand ils se trouvaient là, les pères s’intéressaient à leurs enfants. Les images de l’ange l’avaient bouleversée. Elle devait se reprendre. 

______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

chapitre suivant

mes écrits

L’orpheline/ chapitre 012

chapitre 001

chapitre précédent

Chapitre 12

Les mariages

Le grand jour était arrivé. L’inquiétude des jeunes filles se révélait à son comble. Que de questions trottaient dans leur tête ! Comment cela se passerait-il ? Qui se trouverait là ? Découvriraient-elles le mari adéquate ? Catherine et Fortunée comptaient sur Philippine pour les guider. Elle les réconforta, elle ferait de son mieux pour les accompagner. Théodorine, elle, était assurée de repérer l’époux idéal, Gabrielle de son côté s’avérait anxieuse, mais ne disait rien. Concernant Philippine, bien qu’elle fasse confiance en son ange gardien, elle n’était pas sûre que celui avec lequel elle allait s’unir serait le bon conjoint. L’entité de sa mère l’ayant prévenu qu’elle repartirait en France, elle était septique quant à ce processus de rencontre et d’union.

Toute la journée, elles se préparèrent avec l’appui de sœur Blandine et de sœur Domitille, sous le regard attendri de sœur Marie Tranchepain. Après leur bain, données par Amanda et aidées de Pétronille et Anastasie, un coiffeur, envoyé par madame Le Chibelier de Perier, arriva pour leur effectuer une coiffure. Théodorine demanda à être la première, ce qui causa un sourire à ses camarades. Au vu de l’épaisseur de sa chevelure, Philippine pensa que c’était inutile, elle laissa ses amies passer devant elle. Le moment venu, elle permit à monsieur Antoine, comme il se nommait, d’essayer de lui réaliser un chignon relevé sur la nuque. Il s’apprêtait à lui effectuer des bouclettes de chaque côté du visage, elle les refusa, car il devait les couper en dégradé. Elle accepta les garnitures, des nœuds de rubans, mais elle ne souhaitait point le léger bonnet en dentelles sur le sommet de sa tête. Tout comme Catherine et Fortunée, elle ne voulut pas de poudre sur ses cheveux, bien que ce fut à la dernière mode. 

Dans la fin d’après-midi, toutes étant coiffées elles s’habillèrent. Aidées des trois esclaves, elles enfilèrent leurs robes dites à la française. Elles s’ajustaient sur un panier porté haut sur les hanches. Philippine ne possédait qu’un grand jupon, elle estima que cela suffirait. En fait, la seule qui en détenait un était encore une fois Théodorine. Le manteau de sa robe, relâché dans le dos par des plis et formant une traine dans une texture de soie crème, était largement ouvert sur sa jupe blanche légèrement brodée sur le bas. Il était maintenu par des nœuds délicats sur sa pièce d’estomac agrémenté de dessins de fleurs. À ses manches en pagode, Amanda fixa des engageantes de mousseline de coton. Elle ne savait pas à quoi elle ressemblait, le couvent ne détenait pas de glace, hormis celle du coiffeur, mais il était parti. Philippine fit confiance en Madeleine venue pratiquer les ajustements et en ses amies qui la complimentèrent. Quand arriva le carrosse, elles se révélaient toutes prêtes. 

***

Elles traversèrent le nord de la Nouvelle-Orléans, cette fois-ci, à l’exemple de ses amies, Philippine se montra plus attentive à ce qui l’entourait. Les rues de la ville étaient non pavées et possédaient des petits trottoirs. Elle remarqua que la plupart des maisons s’avéraient identiques et détenaient une véranda, un toit avec mansarde et avaient toutes des escaliers de deux ou trois marches. Il avait plu dans la nuit, aussi les voies étaient de véritables cloaques vaseux. Cela ne l’enthousiasmait guère comme vision. De plus, elle perçut autour d’elle une multitude d’entités qui visiblement étaient majoritairement en souffrance. Le carrosse arriva devant la demeure gouvernementale. Elles en descendirent et suivirent Théodorine qui s’avançait pleine de fierté. Arthémus les attendait dans le hall dont la porte à double battant se révélait grande ouverte sur un large escalier montant à l’étage. Les jeunes filles furent impressionnées par le lieu. Le majordome les guida vers le grand salon du rez-de-chaussée qui occupait toute la longueur du bâtiment et donnait sur les jardins où le soleil se couchait. À peine entrées, la gouverneur et son épouse les accueillirent, Armand se trouvait avec eux. Cette dernière les emmena vers le fond de la pièce, à l’opposé des musiciens, qui jouaient doucement, où se situaient trois bergères installées en U en hêtre doré, mouluré, sculpté et capitonné d’un tissu damassé décoré de bouquets floraux. Elles s’y assirent, elles pouvaient s’y mettre à trois sans être serrées. Philippine s’était disposée à l’extrémité de l’un des canapés. Elle avait avec elle ses deux amies et juste à ses côtés, dans l’autre duchesse en angle droit, se trouvaient Gabrielle et en face d’elle Théodorine dont les paniers prenaient de la place. Elle sut de suite qu’elle n’était pas seule. Son animal gardien sous la forme d’un loup se baladait dans la salle entre les familles qui accompagnaient les prétendants.

Comme la plupart des aspirants s’avéraient présents, le gouverneur présenta chacune à leur tour les filles à la cassette, puis annonça que le bal pouvait commencer. Le premier à venir vers elles fut le commandant Barthoul. Sans hésitation, il se dirigea vers Fortunée. Il se révélait être le futur conjoint idéal pour celle-ci tant son amour pour elle transpirait. Elle l’avait subjugué dès qu’il l’avait aperçu, il n’avait pu l’oublier. Elle occupait ses pensées, c’était une vraie obsession pour lui. Parmi ses avantages, outre qu’il faisait partie de l’armée du gouverneur, il était revenu de la guerre contre les Natchez un mois avant la venue des jeunes filles. Il détenait une maison à La Nouvelle-Orléans, car sa famille appartenait aux privilégiés. Elle se leva, tapotant sa robe à la française de couleur bleu pâle, et en profita pour jeter un regard à Philippine qui lui sourit pour valider le prétendant. 

L’animal gardien s’approcha à la suite de deux hommes, il glissa un message à celle qu’il protégeait. « – Ils viennent pour Gabrielle, le premier n’est pas le bon. Ce sera le suivant, il se nomme Aurélien de la Michardière. »  Elle se retourna de suite vers sa voisine et lui donna l’information reçue avant qu’ils n’arrivent jusqu’à elles. Gabrielle faisait confiance aux dires de Philippine. Comment n’aurait elle pas pu ? Elle se souvenait encore de la terrible tempête et de la réaction incroyablement probante de sa compagne. Plus d’une fois, elle s’était rendu compte de la justesse de ses paroles et bien qu’elle soit toujours dans le sillon de Théodorine, elle s’avérait parfaitement consciente de la pertinence de ses propos. 

Celle-ci à peine partie, elle capta un nouveau message, celui-ci était pour Catherine. Elle devrait choisir l’homme blond prénommé Nathanaël. Celle-ci dansait, elle avait rapidement été sollicitée, car sa beauté ne laissait guère indifférente la gent masculine. Pour l’instant, aucun aspirant décrit par son animal gardien n’était apparu pour elle même. Plusieurs jeunes gens étaient venus la chercher pour aller danser, attirés par sa grâce mystérieuse, mais visiblement aucun n’était le candidat qu’elle devait agréer. 

Alors qu’elle s’était installée sur la bergère et avait refusé un prétendant sous prétexte de se reposer, elle vit arriver un individu de belle allure avec à ses pieds son animal gardien. « — L’ange Jabamiah te fait dire que c’est celui-là que tu dois choisir» À peine le message transmis, le loup disparut. L’homme avança directement vers elle. « — Je suppose que vous êtes Philippine de Madaillan. Je suis Hilaire Gassiot-Caumobere, négociant et propriétaire d’une plantation. Acceptez-vous de danser avec moi? » Elle fut surprise, elle venait de le voir entrer à l’instant dans la salle et il s’était dirigé sans hésitation vers elle et de plus il était informé de son nom. Elle présuma qu’il connaissait quelqu’un ayant les mêmes dons qu’elle. Elle acquiesça à sa demande et le suivi. L’homme était beau, le nez droit, l’œil allongé en amande, traits réguliers, le corps harmonieux, bien musclé, les hanches fines et les cuisses bien galbées. Elle pressentit de suite que cela ne durerait pas. Elle se questionnait. Pourquoi son ange gardien lui avait-il dit de prendre celui-là ? Elle allait obéir, elle avait confiance en lui, mais il devait y avoir une autre raison inconnue d’elle.

***

Hilaire Gassiot-Caumobere

Hilaire Gassiot-Caumobere était le plus jeune fils d’une famille de négociants de Nantes qui détenait cinq enfants, dont quatre garçons. Son frère ainé épaulait son père  au sein de la maison de négoce, car il en était l’héritier. L’un de ses deux autres frères était parti à Saint-Domingue créer un comptoir et son dernier frère était rentré dans la marine avec pour ambition de devenir capitaine d’un navire. Quand vint son tour de déterminer son avenir, il décida de fonder un comptoir dans la nouvelle ville de la Nouvelle-Orléans de la Compagnie des Indes. Il embarqua à vingt ans sur un voilier avec une somme conséquente fournie par son père afin qu’il puisse mettre en place ses objectifs. C’était en fait une avance sur son héritage. Le voyage n’eut aucun désagrément et lorsqu’il atteignit la cité qui se révélait en plein développement, il demanda à rencontrer monsieur de Bienville. Il désirait lui expliquer ses souhaits. Il fut reçu par monsieur Duvergier, le directeur ordonnateur à Biloxi. Celui-ci l’écouta avec attention et agréa ses objectifs. Il lui fournit deux espaces, l’un pour sa maison de négoce près du fleuve et l’autre pour son habitation. Dans les deux cas, il devrait construire les bâtiments et il paierait les terrains sur cinq ans, le temps qu’il commence à rentrer de l’argent. Hilaire entreprit de suite l’édification de ses entrepôts, afin de se faire aider, il engagea Louis Brillenceau qui devint son économe.

Il était à peine installé, que monsieur de Bienville fut rappelé en France pour répondre à des accusations. Il fut remplacé par Pierre Sidrac Dugué, sieur de Boisbriant. Cela ne lui fit aucun effet, tant il était occupé par son comptoir. Trois ans plus tard, monsieur de Perier prit la gouvernance de la colonie. La maison de négoce d’Hillaire gagnant plus d’argent qu’il ne l’avait espéré, il construisit un local adjacent aux entrepôts qu’il utiliserait en tant que bureau, ainsi que son habitation. Entre-temps, il avait engagé monsieur de Villoutreix pour la trésorerie sur les conseils de son notaire, monsieur Bevenot de Haussois. Son économe, de son côté, avait pris comme premier commis, monsieur Saurine. Tout se mettait en place. Sa demeure bâtie, il réalisa qu’il devrait pour l’entretenir obtenir des serviteurs, en fait des esclaves. Il commença par acquérir Adrianus, Anatole et Marceline, inconsciemment il avait choisi des métisses. Il leur distribua de suite leurs taches. Profitant de la contrebande, il acheta ses meubles et un carrosse. Ce fut à ce moment-là qu’une nouvelle opportunité se présenta. Une de ses connaissances, monsieur Montravel, qui détenait des difficultés financières, lui demanda d’investir dans sa plantation. Il accepta, un contrat d’associés fut établi chez le notaire. Un an plus tard, son partenaire mourut lors d’une épidémie, il se retrouva l’unique propriétaire de la plantation et de ses cinquante esclaves. Sa fortune s’accroissait. 

Monsieur de la Michardière, premier négociant de la ville, avec lequel il s’était lié, partageant souvent le cout des voyages des marchandises pour la France, lui annonça qu’une vente d’esclaves dans laquelle il avait mis des fonds, allait se réaliser. Un navire venant de Saint-Domingue se situait sur le quai depuis la veille. Hilaire parut donc à la transaction, il n’avait pas besoin de plus d’esclaves, aussi dans un premier temps, il ne fit guère attention aux individus qui se trouvaient à l’encan. La présentation d’une jeune fille le tétanisa. Elle se révélait d’une beauté qui le touchait, il effectua de suite une proposition à l’enchère à la surprise de son alter ego. D’autres essayèrent de surenchérir, mais c’est lui qui emporta l’esclave. Lorsqu’arriva un lot de deux gamines, instinctivement il les acquit sans trop comprendre pourquoi. C’est comme ça qu’il ramena à l’étonnement de ses serviteurs, Lilith, Cunégonde et Héloïse. Toutes se révélaient de façon évidente quarteronnes, voire octavonnes, tant leur peau s’avérait pâle, Cunégonde avait même les yeux clairs. Marceline les prit en main. Très vite, elle saisit pourquoi son maître avait choisi Lilith. Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’elle avait les dons d’une Mambo et qu’elle le manipulerait.

***

Le bal était fini, elles se trouvaient dans le carrosse sur le chemin du retour vers le couvent. Madame Le Chibelier leur avait annoncé qu’elle viendrait dans les jours suivants pour connaitre le nom de leurs prétendants et ainsi elle pourrait les informer. Dans la voiture, celle qui paraissait la plus enthousiaste était Théodorine. Elle se vanta d’avoir été approchée par l’un des hommes les plus riches de la colonie, Jean-François De Chastellard De Montillet. Elle supputait que ses comparses n’avaient pas découvert mieux. Philippine la laissait parler, elle savait déjà que sa vie de couple se révélerait difficile au vu de la confrontation de leurs égos contrairement à ses trois compagnes. De son côté, Fortunée se trouvait sur un nuage, elle n’avait pas quitté de la soirée Pierre-Simon. Quant à Catherine et Gabrielle, grâce à son intervention elles avaient rencontré le bon postulant. Un horizon s’ouvrait à elles, arrivées au couvent, la lune se situait à son zénith et éclairait le lieu. À leur surprise, elles furent accueillies par Amanda, Pétronille et Anastasie. Celles-ci les aidèrent à se dévêtir et à se coucher. Une fois dans leur lit, pour des raisons différentes, elles eurent du mal à s’endormir. Théodorine était excitée par sa soirée, Fortunée rêvait de son capitaine, quant à Gabrielle, Catherine et Philippine, elles se posaient mille et une questions sur leur avenir. 

***

La jeune fille montait les marches d’un escalier qui lui semblait interminable. Elle se révélait consciente qu’elle devait le gravir, la réponse qu’elle désirait se situait au bout. Elle percevait une forte lumière. Arrivée tout en haut, comme elle s’y attendait, elle découvrit, assise sur un trône, l’ange Jabamiah. « — Bonjour Philippine. Je suppose que tu as une question?

— Oui, mon ange. J’ai trouvé étrange le choix de mon futur conjoint. Je ne doute pas que tu aies raison, mais j’ai l’impression que je ne resterai pas avec lui, aussi charmant soit-il.

— Philippine, cet homme est une passerelle pour une vie meilleure. Ne t’inquiète pas, il te sera plus bénéfique que tu ne le penses. Aie confiance! » La jeune fille, bien que septique, remercia son ange. Qu’entendait-il par une passerelle ? 

Elle ouvrit les yeux. Au vu de la luminosité, la journée était bien avancée. 

***

Catherine Le Chibelier

Deux jours après le bal de présentations, l’épouse du gouverneur parvint au couvent accompagné d’Armand comme elle l’avait annoncée. Elle n’avait pas souhaité venir dès le lendemain, le dimanche, car elle voulait les laisser réfléchir. Les jeunes filles avaient rencontré beaucoup de prétendants, elles devaient par conséquent se trouver dans l’incertitude. Sœur Marie Tranchepain, à son arrivée, envoya sœur Marie-Madeleine les chercher. Celles-ci aidaient les sœurs auprès des orphelins. Hormis Théodorine qui portait une de ses robes volantes de couleurs chatoyantes et donc ne s’approchait pas des enfants, ses comparses étaient vêtues de leurs tenues  habituelles corsages et jupes sombres. Elles laissèrent sœur Blandine et sœur Domitille et rejoignirent la révérende mère, madame Le Chibelier de Perier et Armand dans le grand salon. Les deux femmes étaient en conversation, aussi hésitèrent-elles à entrer. Sœur Marie Tranchepain les apercevant dans l’entrebâillement de la porte, leur demanda de rentrer et de s’assoir. La visiteuse après les avoir saluées entama la discussion. « — Bonjour mesdemoiselles. Comme je vous l’avais dit, je suis là afin d’obtenir le nom des prétendants qui vous conviennent. Tout d’abord, il faut que vous sachiez que la dot donnée par le roi est uniquement pour vous et non pour vos époux. C’est vous qui déciderez de ce que vous en faites. » Les jeunes filles en furent grandement étonnées, et inconsciemment se regardèrent. L’informatrice le perçut, elle s’en trouva satisfaite. Elle reprit. « — Vendredi, je vous attendrais avec vos conjoints chez maître Bevenot de Haussois pour signer votre contrat dans lequel sera stipulé notamment le montant de votre dot et le fait qu’elle vous appartient. Samedi aura lieu la cérémonie de votre mariage à la cathédrale Saint-Louis. C’est le père de Beaubois qui vous unira devant Dieu à vos époux. Nous nous retrouverons ensuite à l’hôtel gouvernemental pour le repas de noces avant que chacune d’entre vous ne parte pour sa nouvelle maison. Bien entendu, vos malles auront été préalablement amenées dans chacune de vos habitations. » Les jeunes filles restèrent surprises par le discours et par la vitesse à laquelle elles allaient être unies à un inconnu. De son côté, madame Le Chibelier de Perier fut étonnée lorsqu’elle réclama les noms des futurs conjoints, aucune n’hésita. Cela avait l’avantage d’être clair, mais elle n’en demeurait pas moins stupéfaite. Armand devinait qui avait pu les guider.

***

Pour se rendre chez le notaire et revoir ceux qui allaient devenir leurs conjoints, les jeunes filles avaient toutes enfilé une robe volante, chacune en détenait une de couleur différente. Monsieur Antoine, le coiffeur, était revenu pour les chignons, mais Philippine avait refusé son aide et ses fioritures. Elle s’était fait une tresse qu’elle avait enroulée et maintenue avec des épingles à cheveux sur sa nuque. Une fois prêtes, le carrosse leur fit traverser la Nouvelle-Orléans, elles découvrirent qu’il y avait d’autres types de maisons qui avaient l’air plus grandes et pour certaines plus hautes. Elles aboutirent rue du Maine entre les rues Royale et Bourbon où demeurait monsieur Bevenot de Haussois. Ce dernier était arrivé dans la colonie une dizaine d’années auparavant et avait obtenu de suite des clients. Entre les mariages, les possessions de plantation et diverses transactions, il n’avait pas manqué de travail. Elles furent accueillies par lui et sa jeune épouse. Elles trouvèrent sur place la femme du gouverneur et leurs prétendants, dont la plupart se connaissaient visiblement. Le notaire reçut un couple à la fois, afin de leur expliquer leur contrat et de le leur faire signer si cela leur convenait, il n’y eut aucun refus. Philippine fut stupéfaite du volume de sa dot et le comportement d’Hilaire Gassiot-Caumobere qui ne se révéla point surpris par le fait qu’il ne pourrait mettre la main dessus, cela l’étonna. Comme elle était la dernière à passer avec celui qui juridiquement était devenu son conjoint devant le notaire, dont elle eut un bon ressenti, elle rejoignit ses compagnes. Elles repartaient aussitôt pour le couvent. Dans le carrosse, Théodorine ne put s’empêcher de dire qu’elle était plus que satisfaite de sa dot et en donna le montant. Il s’avérait être de la moitié de celui de Philippine. Celle-ci comprit que ses amies avaient toutes obtenu la même dot. Elle supposa que son oncle étant le créateur du projet en avait demandé le double pour elle. Il avait dû effectuer la requête pour flatter son égo puisqu’il ne s’était jamais intéressé à elle ou alors c’était une remontée de culpabilité, mais elle en doutait. 

*** 

Cathédrale Nouvelle-Orleans

La cathédrale était emplie de monde. La plupart siégeaient là par curiosité. Le père de Beaubois patientait dans la sacristie en attendant qu’on lui annonce la venue des futures mariées. Celles-ci arrivèrent une heure avant midi, habillées de leur robe à la française. Lorsqu’elles entrèrent dans le lieu sacré, elles restèrent stupéfaites de la foule assise sur les bancs et debout dans les allées latérales. Elles ne l’avaient point anticipé et étaient très impressionnées, d’autant que la plupart de leurs conjoints ne détenaient pas de famille dans la ville et dans ses parages. Leurs prétendants patientaient devant l’autel. Aux premiers rangs se trouvaient le gouverneur de Perier et son épouse, Armand de Pignerolle, la révérende mère et deux de ses nonnes et l’élite de La Nouvelle-Orléans militaire et civile. Les jeunes filles timidement s’avancèrent dans l’allée centrale, Théodorine toujours en premier. Alors que Philippine entra, elle croisa le regard d’une très jolie métisse. De suite, elle sut qu’elle était en lien avec Hilaire et pressentit que c’était elle qui l’informait. Elle avait accroché à sa jupe une petite fille qui tenait à peine debout et elle devina qu’elle attendait un autre enfant. Elle était à peu près sûre que c’étaient les enfants de son futur mari. Quoiqu’elle n’ait rien à lui envier, Philippine se révélait aussi belle qu’elle, cela engendra une question. « — Pourquoi l’ange Jabamiah  lui faisait-il épouser» Bien que septique, mais s’avérant assuré de la protection de ce dernier, elle avança donc vers Hilaire tout comme ses compagnes l’accomplirent vers leurs prétendants. Le prêtre effectua la cérémonie religieuse, puis se tourna vers chacun des couples pour l’échange des consentements et des alliances. Une voix venue d’une entité, qu’elle devinait dans l’ombre d’une colonne, lui rappela : « — L’union sacrée et solennelle entre deux êtres humains, qui se promettent mutuellement et devant Dieu de s’aimer, de se respecter, et ce malgré les difficultés de la vie courante, se trouve unie. Nul ne peut les séparer. » Elle le savait ! Personne n’avait besoin de le lui remémorer, répondit-elle dans sa tête. L’esprit vibra face à l’agressivité de la jeune fille et disparut. Le prêtre finit par la bénédiction nuptiale qui clôturait la cérémonie. 

Sur le parvis, ils se retrouvèrent tous. Chacun félicita les couples pour leur mariage. Philippine chercha instinctivement la métisse alors qu’Hilaire à ses côtés parlait avec le gouverneur. Il ne semblait pas se soucier de sa supposée présence. Elle entendit à ce moment-là une voix au-dessus d’elle qui lui fit lever les yeux. « — Elle est partie, tu ne le reverras pas avant plusieurs années. » Elle aperçut un oiseau s’envoler vers les arbres. Décidément, son animal gardien aimait les transformations. 

***

Le grand salon avait été transformé en salle à manger, une vingtaine de personnes se situait autour de la table. La plupart des invités conversaient sauf les jeunes filles. Elles s’avéraient conscientes qu’elles commençaient une nouvelle vie. Celle-ci leur était obscure. Elles ne se révélaient pas très à l’aise avec leur avenir.

Les esclaves servaient les hôtes dans leurs assiettes en porcelaine et proposaient du vin. La seule qui en accepta fut Théodorine, Philippine était fort étonnée de sa confiance en elle. Elle comprenait le relatif optimisme de Fortunée devant l’amour évident que Pierre-Simon ressentait pour elle, mais tout comme Gabrielle et Catherine elle s’inquiétait de son devenir. Toutes étaient vierges et la première nuit avec leur conjoint les oppressait fortement à cause de l’inconnue de la situation. Elles n’étaient pas les premières, mais cette aventure qui les avait menées jusque-là, les laissaient songeuses, pleines d’interrogations.

La première à partir, le repas fini, fut Théodorine, car la plantation de son époux s’avérait assez loin et ce dernier désirait rentrer avant la tombée du jour. Une heure plus tard, toutes suivirent leur mari vers leur nouvelle vie.

______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

chapitre suivant

mes écrits

L’orpheline/ chapitre 011

chapitre 001

chapitre précédent

Chapitre 11

L’arrivée

Le capitaine du Mercure avait envoyé son second, Pierre de Gassion, prévenir le révérend père de l’Église Saint-Louis, de l’arrivée des nouvelles sœurs pour son monastère et des Filles à la cassette. 

Le père Nicolas-Ignace de Beaubois, un jésuite, était le supérieur général des Missions de la Louisiane. Il était même allé jusqu’à Rouen rencontrer Sœur Marie Tranchepain de Saint Augustin, la future mère supérieure, car il avait l’intention de créer un couvent des ursulines à la Nouvelle-Orléans. Il estimait que la vie dans la colonie se révélait par trop libertine. Afin de les loger, il avait obtenu de la compagnie des Indes la location d’une demeure suffisamment vaste dans la concession Sainte-Reyne, en attendant la construction prévue du monastère. Sœur Marie Tranchepain était venue avec douze nonnes quatre années avant l’arrivée des nouvelles religieuses. Il était bien sûr informé de leur entrée dans le couvent, mais il n’avait pas connaissance de leurs compagnes, les filles à la cassette. 

Il décida d’aller au-devant des sœurs et envoya un jeune père jusqu’à la caserne afin de se procurer des carrosses pour les transporter. Appuyé sur un bâton qui lui servait de canne à cause d’une grande faiblesse et accompagné d’un père bénédictin, sœur Blandine aperçut celui qu’elle supposa être le révérend père de Beaubois. Les religieuses l’accueillirent chaleureusement, Philippine et ses compagnes s’étaient mises légèrement en retrait. Armand de Pignerolle, après s’être présenté, nomma chacune des jeunes filles à la cassette. Devant l’interrogation du révérend, il expliqua que c’était une idée du cardinal Fleury. Elles venaient d’une abbaye des ursulines de la région de Bordeaux à Saint-Émilion. Le révérend annonça qu’elles seraient reçues au couvent de la ville, bien qu’il ne fut pas aussi vaste qu’il l’aurait espéré. Il se situait à l’orée de celle-ci et les y accompagnerait. Il finissait son explication quand le commandant de la caserne, suivi de deux carrioles, arriva. Il s’excusa, mais il ne détenait pas mieux. Les deux conducteurs et lui-même aidèrent les sœurs et leurs anciennes élèves à y monter. Le commandant croisa le regard de Fortunée et il fut grandement ému. Cela le décontenança et il essaya de rejeter le sentiment que lui avait déclenché la vision de la jeune fille. 

Les voitures ne mirent pas longtemps à atteindre la concession Sainte-Reyne, le commandant, sur sa monture, était parti devant afin de prévenir la révérende mère. 

***

Le pavillon, qu’elles avaient devant elles, détenait un étage surmonté d’un haut toit agrémenté de mansardes, ce qui s’avérait exceptionnel et les deux niveaux étaient entourés d’une galerie. La structure en bois reposait sur un solage en maçonnerie qui limitait les dégâts provoqués par l’humidité et les remontées capillaires. Les jeunes filles gravirent les quatre marches qui permettaient d’accéder à la maison derrière le révérend père et les sœurs. Elles entrèrent dans la première salle, lieu de vie et de réception. Elles constatèrent que les fenêtres ne possédaient pas de vitres, mais une toile fine et claire était tendue sur les châssis, ce qui devait protéger des agressions nocturnes des maringouins et d’une foule d’autres mouches piquantes. Elles apprirent que la demeure détenait aussi un office, lieu de stockage, le bureau de la révérende, une bibliothèque ainsi qu’une deuxième grande salle qui servait de classe et six chambres à l’étage. La mère supérieure, Sœur Marie Tranchepain, les attendait dans la salle de réception avec sa prieure, sœur Marguerite Jude.  

mère Marie Tranchepain

À leur arrivée, la révérende mère et la prieure se levèrent, le commandant de la caserne, qui siégeait encore là, fit de même. Sœur Marie Tranchepain salua l’abbé de Beaubois et proposa à tous de s’asseoir autour de la table. La pièce n’ayant pas assez de chaises, Philippine et ses compagnes s’installèrent sur les banquettes le long du mur. La mère supérieure ayant pris place à l’opposé du père de Beaubois s’adressa aux sœurs. « — Comme vous devez le savoir, je suis sœur Marie Tranchepain de Saint-Augustin. J’attendais deux sœurs et voilà que j’en détiens trois, puis-je connaître vos noms.

— Je suis sœur Domitille, ma mère.

— Je suis sœur Appoline.

— Je suis sœur Blandine.

— Bien que je sois satisfaite de voir arriver trois nonnes, car malheureusement notre établissement en a perdu trois de maladie, comment se fait-il que vous soyez parvenue jusqu’à nous?

— Au départ, ma mère, je devais accompagner ces jeunes filles à Montréal, où j’aurais intégré le couvent de la ville. Au dernier moment, il nous a été dit que nous partions pour la Nouvelle-Orléans. Répondit sœur Blandine.

— Ah… et pourquoi la Louisiane a-t-elle obtenu la venue de Filles à la cassette, alors que cela fait plus de dix ans que l’on n’en a pas envoyé dans les colonies?

— Cela provient de l’oncle d’une de ces demoiselles qui a effectué sa demande auprès du Cardinal Fleury.

— Grand dieu, comment a-t-il pu accomplir cela?

— Il est capitaine de la garde royale donc en lien direct avec le ministre du roi.

— Ah, je comprends mieux. » Se tournant vers les jeunes filles, elle ajouta. « – Rassurez-vous, mes demoiselles, nous sommes heureuses de vous recevoir! Sœur Marie-Madeleine et notre servante vont vous accompagner vers votre dortoir où vous pourrez vous installer. Capitaine Barthoul, je présume que l’on va amener leurs malles?

— Bien sûr, ma mère, la carriole est déjà repartie les chercher.

— C’est bien, je vous garde mes sœurs un moment, je vous ferais guider vers vos chambres après notre entretien. J’ai prévu votre emménagement à leur côté, car je suppose que vous apprécierez de ne pas en être éloignées. »

Les jeunes filles se levèrent et suivirent sœur Marie-Madeleine, que la prieure avait été quérir, et Amanda, une servante noire de toute beauté. Elles traversèrent l’habitation par le couloir transversal, devinèrent la salle de cours dont la porte était entre ouverte et sortirent à l’arrière de la maison. Elles découvrirent un nouveau pavillon identique à la demeure, mais sans étage. Entre les deux, aux extrémités, se tenait une chapelle d’un côté, exigée par la révérende mère, et une cuisine de l’autre. 

***

Pendant ce temps, accompagné d’Arnaud-François, Armand traversa la place, précédé par Henri Lamarche jusqu’au bâtiment du gouverneur. Il les laissa entre les mains du majordome. Ce dernier, un très grand métis, les guida à l’étage, dans le salon qui servait de salle d’attente. Arthémus se rendit auprès de son maître, le gouverneur Étienne de Perier, pour lui annoncer la venue de ses visiteurs. Il frappa à la porte du bureau et guetta la permission de rentrer. Ce fut son secrétaire, Auguste De Faye, qui la lui ouvrit. « — Qui y a-t-il, Arthémus?

— Monsieur, deux hommes demandent à être reçus, l’un d’eux est capitaine de la garde royale.

— Un capitaine de la garde royale? Voilà autre chose. Tu peux les faire venir, Arthémus. »

Etienne de Perier

Qu’est-ce que pouvaient bien lui vouloir ses individus, comme s’il n’avait pas assez de problèmes avec ses Amérindiens ? Quelques minutes plus tard, le majordome les mena jusqu’au bureau et après avoir frappé, il laissa le secrétaire les guider vers le gouverneur. La pièce s’avérait vaste, dans l’ombre du gouverneur se tenait une bibliothèque entre les deux portes-fenêtres donnant sur les jardins et le fleuve. Derrière sa large table de travail en bois exotique foncé, celui-ci s’était levé. Grand et mince, il détenait un regard glacial. « — Bonjour messieurs. Comme vous devez le savoir, je suis Étienne de Perier, le gouverneur de la colonie.

— Mes salutations, monsieur le gouverneur. Je suis Armand de Pignerolle, capitaine de la garde royale, et voici Arnaud-François de Maytie, l’un de mes subalternes.

— Asseyez-vous messieurs, que puis-je pour vous?

— Monsieur le cardinal Fleury m’a demandé d’accompagner cinq Filles à la cassette ainsi  que trois sœurs ursulines.

— Cinq Filles à la cassette! C’est bien le moment, comme si l’on en avait pas assez avec ces Natchez et ces Chicachas. Et elles se situent ici

— Non-monsieur, elles ont suivi les sœurs ursulines jusqu’au couvent.

— C’est une bonne chose. Je suis désolé messieurs, mais je ne vais pas pouvoir m’occuper tout de suite de ces demoiselles, vous allez devoir rester quelque temps parmi nous. Nous pourrons les marier au mieux en septembre, il va me falloir une certaine durée pour trouver des prétendants. 

— Nous saurons patienté, monsieur.

— En attendant, nous allons vous loger à la caserne, nous y avons de la place. Je dépêche mon secrétaire de suite, en vue d’aller chercher quelqu’un qui vous y mènera et vous y installera. » Il envoya son secrétaire quérir Arthémus afin de les guider à nouveau vers le salon et leur faire servir quelque chose. 

***

Après une journée pleine de contrariété, le gouverneur se rendit dans l’aile du bâtiment où il habitait avec sa famille. À peine fut-il entré que deux de ses fils arrivèrent à lui heureux de le voir. Cela fit plaisir à leur père, mais très vite le caquetage des enfants le fatigua. Il effectua toutefois un effort et conversa avec eux, l’un avait sept ans et l’autre quatre. C’était à celui qui se ferait entendre. Catherine Le Chibelier vint accueillir son mari, elle comprit de suite que quelque chose n’allait pas. C’était une très jolie femme, habillée aussi stricte que son époux, elle n’aimait guère la fantaisie. Elle enjoignit ses enfants d’aller rejoindre leur gouvernante, elle avait besoin de parler à leur père. Une fois les petits partis, le couple s’installa dans leur salon. Au passage, elle demanda à une de ses esclaves de porter des verres et du vin. Ils s’assirent face à face chacun dans une banquette rembourrée et couverte de damas. La servante posa les verres et la bouteille de vin sur la console en bois d’acajou, madame Le Chibelier se releva et versa la boisson puis la déposa sur la table de marbre aux pieds sculpté. Elle attendit un instant que son époux saisisse son verre puis elle entama le dialogue. « — Vous avez l’air contrarié, mon ami. Puis-je réaliser quelque chose pour vous?

— En fait, oui! Sont parvenues dans la colonie cinq Filles à la cassette.

— Ah bon, et où sont-elles?

— Comme elles sont venues avec trois sœurs ursulines, elles les ont suivies au couvent. 

— Bien, j’irai donc les voir demain, il faudra juste que vous procédiez à une annonce pour obtenir des prétendants. C’est original cette arrivée, cela faisait bien longtemps que cela n’était advenu. » 

Le gouverneur se trouva de suite soulagé, sa femme allait prendre les jeunes filles en main, ce serait un problème dont il n’aurait guère à s’occuper.

***

La nuit était tombée, la voute céleste resplendissait d’étoiles et d’une lune qui se levait, tout le couvent était couché, sauf deux personnes qui visiblement ne trouvaient pas le sommeil. Philippine était sortie sur la galerie et aperçut la lumière qui éclairait la chambre de la mère supérieure dans le bâtiment opposé.

La jeune fille et ses compagnes s’étaient installées dans le pavillon qui détenait quatre dortoirs de six lits. Deux étaient occupés par les orphelins que les religieuses avaient recueillis suite aux massacres par les Natchez de leurs parents. Entre les enfants et les filles à la cassette, les sœurs avaient le leur. La chambrée des arrivantes, d’après sœur Marie-Madeleine, se révélait être la plus vaste. Théodorine de suite s’empara du lit à l’opposé de la pièce, Gabrielle s’installa dans celui d’à côté. Philippine, Catherine et Fortunée avaient choisi ceux qui restaient, en laissant un de libre entre elles et leurs deux compagnes qui semblaient vouloir se tenir loin d’elles. Le lieu détenait aussi deux cabinets de toilette qui possédaient chacun une baignoire, cela leur permit de prendre un bain afin de se décrasser de ce voyage des plus pénible. À leur surprise, Amanda les lava avec des pétales de fleurs de magnolia. Cela les détendit, quoiqu’à l’étonnement de la belle esclave, Philippine n’avait pas de poux tout comme ses deux amies à l’encontre de leurs deux comparses, elles retrouvèrent un bien être salutaire. Le soir, elles soupèrent avec une grande partie des sœurs, deux d’entre elles s’occupaient des orphelins. Elles firent connaissance et toutes s’avérèrent des plus aimables. Les jeunes filles racontèrent leurs aventures pendant le périple et apprirent que pour les sœurs cela avait été pire. 

***

« — Nous sommes parties, en février 1727. Nous avons embarqué au port de Lorient, sur le navire « la Gironde » avec pour destination la Nouvelle-Orléans. Nous étions loin de connaître toutes les péripéties et nous n’en avions pas envisagé autant.

J’étais accompagnée de huit sœurs de ma congrégation, de deux novices, de deux jésuites, le père Tartarin et le père Doutrelau, et d’un convers, le frère Crucy et de quatre servantes fournies par La Compagnie des Indes. Celle-ci avait accepté de nous entretenir et de payer notre passage. Nous étions attendues par le révérend père de Beaubois, que vous connaissez. Un aléa de dernière minute repoussa notre partance, le vent avait changé. Le capitaine de la Gironde, M. de Vaubercy, décida de mettre à la voile que le lendemain. Nous nous en allâmes le jour dit, à deux heures de l’après-midi. Le temps se révélait beau, nous montâmes sur la dunette pour prendre l’air et profiter de notre départ.

Le premier choc fut la rencontre d’un rocher à une demi-lieue de l’Orient, heureusement la réparation s’avéra rapide, nous pûmes dans la foulée poursuivre notre voyage. Seulement, les vents changèrent et devinrent tout à fait contraires. Le bâtiment fut continuellement agité, nous nous bousculions les uns contre les autres. Je me souviens de la soupe à peine sur la table qu’une secousse du voilier la renversait. Cela nous fit rire, mais le mal de cœur nous réduisit jusqu’à l’extrémité, bien sûr nous savions que nous ne mourions point. Ce ne fut pas ce désagrément qui allait ébranler notre vocation. Seulement dans ce tourment, le vaisseau n’avançait guère, les vivres diminuèrent rapidement, surtout l’eau. Nous dûmes nous restreindre et relâcher à l’île de Madère à peine à 300 lieues de Lorient pour nous approvisionner. Nous y restâmes trois jours et ma foi nous fûmes bien accueillis. 

Les vents ne demeurèrent pas longtemps favorables et nous découvrîmes un voilier corsaire. Ce fut le branle-bas de combat, nous nous sommes de suite enfermées dans l’entrepont et nous nous mîmes à prier. Heureusement. Le bâtiment corsaire avait dû estimer que la prise se révélait bien peu profitable et il se retira. 

La Gironde passa le tropique le Vendredi saint, et la sainteté du jour empêcha d’accomplir la cérémonie du baptême que tous les passagers attendaient, elle fut reportée au samedi saint durant l’après-midi. Je ne vous la raconte pas, vous savez ce que cela est. Quelques jours plus tard, nous eûmes une seconde alarme, un vaisseau nous suivait de près. Heureusement malgré toutes nos craintes, le lendemain, l’ennemi s’éloigna vers l’horizon, nos prières n’avaient pas été faites en vain.

Ce fut à partir de ce moment-là que les choses s’aggravèrent, la mer devint si furieuse, que nous crûmes être engloutis. Là aussi, nous nous révélèrent chanceuses. Le Seigneur sembla répondre à nos prières, nous fûmes conduits par le vent sur la bonne route, et nous arrivâmes à l’île de Marie Galante, où nous mouillâmes dans la baie Saint-Louis. Après un accueil des plus chaleureux, nous repartîmes. Le vent fut d’abord favorable, puis il devint opposé et pour finir il se calma si bien qu’il nous retarda. Pour parachever le tout, notre bâtiment rencontra deux vaisseaux ennemis, mais là aussi nous fûmes épargnés. Les vents contraires conjointement avec les courants poussèrent notre bâtiment malgré lui vers l’île Blanche, tandis que nous espérions apercevoir les premières terres du Mississippi. Alors que nous présentions de la joie à l’approche de cette terre, le navire s’échoua soudainement. Cela se fit si rudement et avec tant de secousses, que nous nous crûmes perdus. Pour nous extirper de cela, le capitaine décida de le décharger. Ce dernier préféra ne pas nous faire descendre vu que cette île n’était peuplée que par des sauvages. Ce péril dura vingt-quatre heures, et très peu d’entre nous se couchèrent cette nuit-là. Peu d’heures après, le navire se remit en route. À peine avait-il repris sa navigation que le vaisseau toucha pour la seconde fois le fond et cela avec tant de violence et tant de secousses que nous avions perdu toute espérance. Mais la Gironde se révéla plus solide que nous aurions pu le croire. L’eau manqua et les chaleurs de plus en plus excessives nous firent souffrir de soif et pour l’épancher nous dûmes nous résoudre à changer pour du vin. Cela dura une quinzaine de jours, les vents et les courants s’avéraient toujours contraires. Nous finîmes par aborder sur île Sainte-Rose, occupée par les Espagnols. Notre navire put y mouiller quatre jours afin d’y attendre une brise favorable. Ayant mis à la voile quelques jours plus tard, nous découvrîmes l’île Dauphine et un brigantin s’approcha vers nous. Cette vue nous causa beaucoup de joies, nous étions enfin arrivés ou presque. Le brigantin venait pour nous chercher, nous donna des nouvelles du Père de Beaubois et nous assura de l’impatience du révérend à nous voir. Nous atteignîmes La Nouvelle-Orléans le 23 juillet 1727, cinq mois, jour pour jour après notre départ. » Narra sœur Marie Tranchepain. Elles apprécièrent le repas  et l’histoire du voyage des sœurs d’autant que cela les apaisa devant tant d’humanité à leur encontre.   

***

Philippine laissait son regard errer sur le paysage qu’elle avait devant elle lorsqu’elle aperçut deux nonnes qu’elle n’avait jamais rencontrées. Elles s’approchèrent d’elles, la jeune fille comprit de suite qu’elles n’étaient point vivantes. « — Vous nous voyez? Vous nous entendez

— Oui!

— C’est étonnant, vous avez toujours eu ce don?

— Oui.

— Ah? Je suis sœur Madeleine et voici sœur Marguerite. 

— Je suis Philippine de Madaillan.

— Comme vous devez le savoir ou le pressentir, nous sommes décédées de maladie à peine arrivées dans la colonie.

— Mais vous n’êtes point entrées dans la lumière?

— Si, dès que nous avons succombé aux miasmes, nous l’avons atteint de suite, mais il nous a été demandé de vous approcher pour vous porter un message.

— À moi?

— Oui, nous sommes venues vous annoncer que demain l’épouse du gouverneur va vous visiter.

— Et où réside la problématique?

— Il n’y en a aucune, si ce n’est que vous ne devez en aucun cas lui faire comprendre que vous connaissez l’avenir.

— Ah! Et pourquoi?

 — Elle est très croyante et très psychorigide. De plus, son mari n’hésite pas à expulser ou infliger des châtiments corporels aux filles qui mènent une mauvaise vie. Bien évidemment, ce n’est pas votre cas, mais si jamais il vient à penser que vous êtes une sorcière, nous ne savons pas jusqu’où il ira.  

— Vous songez qu’il peut me faire violence ?

— Nous n’en sommes pas informées, mais il vaut mieux se méfier. Nous allons vous laisser. »

À peine dit, elles disparurent, Philippine se trouva déconcertée, tout comme la mère supérieure qui de sa fenêtre avait constaté son comportement curieux. D’origine huguenote, Marie Tranchepain de Saint-Augustin s’était convertie très tôt à la foi catholique et avait rejoint la communauté des Ursulines. Malgré ses profondes croyances, elle était ouverte et l’étrangeté de la situation qu’elle percevait lui rappela une de ses amies. 

***

Catherine Le Chibelier

Dans le grand salon, qui servait de salle de réception, sœur Marie-Madeleine et Amanda rangeaient la pièce. Elles entendirent l’arrivée d’un carrosse et levèrent les yeux vers l’extérieur. Elles aperçurent l’épouse du gouverneur accompagnée d’Armand de Pignerolle en descendre. Elle était vêtue sobrement d’une robe à la française ajustée au corps au moyen d’un sous corsage serré tandis que le dos tombait en plis creux. Elle n’en restait pas moins d’une grande élégance. La nonne se précipita dans le bureau de la mère supérieure.

Avant de se présenter au couvent, madame Le Chibelier avait demandé à recevoir Armand de Pignerolle afin d’obtenir des informations sur les jeunes filles qu’elle allait rencontrer. Il lui porta une missive fournie par la mère supérieure de Saint-Émilion détaillant les origines de chacune et le montant des dots. Elle l’en remercia et jeta un œil sur la lettre tout en le sollicitant sur ce qu’il pensait des demoiselles qui l’avaient emmenées jusque là. Il lui donna un bon retour sur toutes hormis sur Théodorine dont il estimait l’égo extrêmement démesuré. Suite à leur conversation, elle lut plus sérieusement le message de trois pages qui lui avait été procuré. Elle finit par remarquer que l’une d’elles détenait une dot supérieure aux autres, elle supposa que cela devait être la nièce du demandeur. Ayant toutes les informations en main, avec le capitaine de la garde royale, elle se rendit, l’après-midi même au couvent. 

La révérende mère comprenant qu’elle venait rencontrer les Filles à la cassette, elle pria la sœur d’aller les chercher. Elle accueillit les visiteurs avec respect d’autant que l’épouse du gouverneur avait posé la première pierre de leur future abbaye. Les cinq jeunes filles, accompagnées de sœur Domitille et sœur Blandine, découvrirent la religieuse, la conjointe de monsieur de Perier et Armand. À leur arrivée, la mère supérieure leur présenta madame Le Chibelier de Perier et leur demanda de s’installer autour de la table. 

Pendant que chacune se nommait, la femme du gouverneur les observait. Elle estima qu’à vue d’œil, elle n’aurait pas de mal à leur trouver un mari d’autant que leur dot s’avérait conséquente. Après examen de celles-ci, elle avait donc constaté que celle détenue par Philippine de Madaillan était la plus importante. Elle s’adressa à elle. « — Je suppose, Philippine, que vous êtes la nièce du capitaine de la garde royale qui a consulté le cardinal Fleury.

— Oui madame.

— Savez-vous pourquoi il ne vous a pas doté lui-même? Il m’a semblé appréhender qu’il en eût les moyens. 

— Je suis orpheline, madame. Je n’ai aperçu mon oncle de loin que deux fois dans ma vie. Il m’a envoyé au couvent quand il décida de prendre femme. Je ne l’ai alors jamais revu.

— Et la famille de votre mère?

— Visiblement, je ne les ai pas intéressés. Je n’ai croisé ma grand-mère que de façon sporadique, si ce n’est qu’elle a tout de même donné de l’argent au couvent.

— Et vous venez toutes du même couvent. 

— Nous sommes toutes des pensionnaires du couvent de Saint-Émilion. » S’adressant à toutes, elle poursuivit. « — Vous devez être informées mesdemoiselles que nous pourrons vous présenter des prétendants qu’en septembre. Comme vous devez le savoir, la guerre avec les Amérindiens Natchez a beaucoup perturbé la colonie. De plus, leurs alliés et voisins les Chicachas ne sont pas fiables. Mon époux va faire de son mieux pour annoncer votre arrivée, mais vous devrez attendre pour obtenir des postulants. Cela sera peut-être plus long que prévu. Ah, j’allais oublier, je vous amène deux esclaves afin de vous aider dans vos tâches et afin de ne pas surcharger nos sœurs. »

Les jeunes filles ne dirent rien comprenant la situation, hormis Théodorine qui bouillait intérieurement. Cette dernière s’avérait pressée de rencontrer son futur conjoint afin de quitter le couvent une bonne fois pour toutes.

*** 

 Comme le couvent résidait à un bout de la ville, et l’Hôpital à l’autre, les religieuses ne purent s’en charger aussi bien que cela avait été prévu. Elles se devaient d’attendre que le monastère fut fini d’être construit, car il se situait à ses côtés. Tout cela contrariait fortement la révérende mère. Lorsqu’un matin arrivèrent le commandant Pierre-Simon Barthoul et dix nouveaux orphelins, sachant qu’elle en détenait déjà douze, elle pensa que ce serait un bon palliatif. Le capitaine se retira une fois les enfants pris en main. Il eut juste le temps d’apercevoir Fortunée qui le voyant lui sourit, ce que perçut la mère supérieure qui partait installer le groupe sous le toit du pavillon des dortoirs. Elle y logea prioritairement les garçons, comme ils étaient obligés de passer par le couloir qui longeait la chambre des sœurs, elle était à peu près rassurée. 

Les religieuses se faisaient assister par des esclaves noirs, mais elles n’avaient pas réussi à se les attacher. Sur les huit que les autorités leur avaient attribués, deux s’étaient enfuis le jour même. La mère supérieure n’avait finalement gardé qu’Amanda pour les servir et avait envoyé leurs autres esclaves cultiver le potager dans un petit domaine qu’on leur avait concédé, à une lieue de la ville. Elles avaient donc été satisfaites par le don de la femme du gouverneur. Les deux esclaves, qui se trouvaient là pour épauler les filles à la cassette, avaient petit à petit participé aux divers besoins du couvent. De plus, les demoiselles s’étaient mises à aider les nonnes auprès des jeunes orphelins, ce qui avait soulagé tout le monde. La seule qui s’avérait récalcitrante était Théodorine. Elle partait du principe, qu’elle n’était pas venue jusque là pour trimer. 

***

Les jeunes filles cloitrées au couvent ne purent découvrir La Nouvelle-Orléans. La seule que cela ne contrariait pas était Philippine. Elle n’était pas sure que la ville se révéla si attractive que cela. Elle s’était donc concentrée sur les orphelins et les deux sœurs qui venaient la voir régulièrement la nuit. C’était d’autant plus facile pour elle que les maringouins ne s’intéressaient pas à elle contrairement à tous les autres humains. Sœur Marie Tranchepain l’avait plusieurs fois remarquée depuis sa chambre en train de parler dans le vide, cela l’intriguait. Elle supputait que la jeune fille avait un don, puisqu’elle était loin d’être stupide. Elle avait besoin d’être informée, mais elle se demandait comment aborder sa curiosité. Elle finit par la convier dans son bureau. « — Bonjour, Philippine. Je vous ai fait venir, car j’ai une question à vous poser, mais ne vous inquiétez pas, je suis ouverte à toutes les réponses mêmes les plus inattendues. » Assise en face d’elle, elle vit arriver l’interrogation. Elle savait que la révérende mère, bien qu’elle parut autoritaire, s’avérait dans l’empathie. Elle avait remarqué plus d’une fois qu’elle servait de paravent devant la femme du gouverneur. Elle avait compris qu’elle les considérait comme ses enfants. Mais comment prendrait-elle sa réponse ? D’un autre côté, elle n’avait pas l’intention de mentir. Elle attendit la demande. « — Philippine, j’ai constaté à plusieurs reprises que vous parliez toute seule dans la véranda, à peu près toujours au même endroit. Je suis consciente que vous êtes intelligente et je doute que vous vous déconnectiez. Je présume que vous avez un don spécifique, don que j’ai déjà connu chez une de mes amies.

— Je ne sais comment je peux vous le dire, car il m’a été conseillé d’éviter de l’exprimer de peur que cela me porte préjudice. 

— N’ayez crainte, je le conserverai pour moi. J’imagine que vous visualisez des entités, vous avez même peut-être aperçu des fantômes…

 — C’est exact, cela fait plusieurs fois que je vois les sœurs Madeleine et Marguerite. C’est elles qui m’ont recommandé de le garder pour moi. 

— Je suppose que la personne concernée était l’épouse du gouverneur.

— C’est juste.

— Elles avaient raison, cette dame est un peu trop rigide et a un peu trop de pouvoir sur son conjoint.

— Mais vous n’êtes pas surprise?

— Non, je vous l’ai dit, j’ai déjà connu une amie qui avait ce don. Et mes sœurs disparues détiennent de bons arguments, gardez cela pour vous. »

***

Armand de Pignerolle

Les semaines s’écoulaient sans remous particuliers, Armand les visitant périodiquement afin de savoir si tout allait bien pour elles. Catherine Le Chibelier de Perier faisait régulièrement de même avec l’intention de découvrir comment cela se déroulait pour les orphelins et pour les jeunes filles. Elle amena avec elle rapidement un maître de danse et un violoniste en vue de transmettre aux demoiselles, l’allemande, la contredanse, le cotillon, le menuet, et autres danses du moment. Théodorine et Fortunée, pour des raisons différentes, la première voulait qu’on la remarque et la deuxième aimait danser, n’avait point oublié ce qu’elles avaient appris au sein de l’abbaye de Saint-Émilion. Leurs camarades éprouvèrent plus de difficultés à s’y remettre, mais elles comprenaient l’objectif. Elles pratiquèrent les efforts désirés afin d’y parvenir. Dans la galerie, des portes-fenêtres, les sœurs et les enfants les regardaient et parfois les imitaient, ce qui les amusait. 

La fête de la Vierge Marie passée, l’épouse du gouverneur vint accompagnée de sa couturière, Madeleine Lamarche. Elle demanda à chacune de montrer le contenu de leur vestiaire et surtout la toilette qu’elle comptait porter le jour des présentations aux aspirants. Elle n’effectua aucune critique et sollicita l’avis de Madeleine. Celle-ci estima que les silhouettes leur allaient, mais que les garde-robes s’avéraient bien maigres, ce qui en soit, était somme toute normal puisqu’elles avaient été élevées par les ursulines. Madame Le Chibelier de Perier proposa de leur réaliser deux robes volantes qu’elle paierait bien entendu. Madeleine revint les voir afin de choisir les matières. Elle les leur livra juste avant la soirée de présentation. 

_______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

chapitre suivant

mes écrits

L’orpheline/ chapitre 010 et 011 première partie

chapitre 001

chapitre précédent

Chapitre 10

La tempête

Le vaisseau à peine entré dans le golfe du Mexique, le ciel s’était couvert de nuages sombres. Cela avait contrarié le Capitaine, voilà que si près du but, il risquait d’être confronté à une tempête. Ce jour-là, la pluie se mit à tomber dès le milieu de l’après-midi. Ne voulant pas laisser cloitrer les sœurs et leurs demoiselles, ils les avaient invitées à se réfugier dans sa cabine. Elle se révélait un peu plus vaste que leur dortoir et elles pouvaient s’assoir plus confortablement sur les banquettes et elles détenaient plus de place pour se distraire. Armand et Arnaud-François les retrouvèrent, l’averse devenant plus drue. 

Elles passèrent le reste de l’après-midi à converser, à jouer aux cartes sous le regard plein de préjugés des sœurs, jusqu’à ce que le Capitaine et son second Henri Lamarche les rejoignent pour le repas du soir. Le docteur Revol et monsieur de Miossens-Sanson les avaient précédés. Le souper se déroula bien, la table agrandie de rallonges était assez longue même si les convives étaient quelque peu serrés pour s’y tenir. La pluie martelait le navire, il s’avérait difficile de l’oublier. Tout à coup, Philippine vit son animal-gardien devant la porte. Il avait pris la forme d’un loup. « — Philippine, vous devez vous rendre au dortoir au plus vite. Vous devez y rester et en aucun cas vous ne devez en sortir. Une tempête arrive et va secouer fortement le bâtiment. Ne t’inquiète pas si tout le monde respecte les recommandations, il n’y aura pas de mort. » Déstabilisée, Philippine se retourna vers sœur Blandine et sœur Domitille. « — Mes sœurs, maintenant que nous avons fini le souper, nous pourrions peut-être nous rendre au dortoir. » Catherine et Fortunée avaient de suite constaté que leur amie voyait quelque chose qu’elles ne distinguaient pas. Théodorine s’agaça aussitôt de la proposition, elle n’avait aucune envie d’aller se coucher, au contraire de Gabrielle qui avait compris que la jeune fille ne parlait jamais sans raison. Sœur Blandine acquiesça, elle aussi avait perçu quelque chose de néfaste. Suivant les sœurs, toutes se levèrent, sœur Domitille réclama une lanterne détenant une bougie afin de pouvoir éclairer leur chemin. À ce moment-là, le voilier tangua fortement déséquilibrant Théodorine qui eut juste le temps de se rattraper au dossier du banc sur lequel elle avait été assise. Le Capitaine trouva judicieuse la réflexion de Philippine, car il se devait de retourner sur la dunette. Il retint Armand sous prétexte de lui fournir à lui aussi une lanterne. « — S’il vous plaît, Capitaine, pouvez-vous fermer les portes des coursives donnant sur l’extérieur, afin d’éviter que l’eau n’y pénètre?

— Bien sûr Capitaine, pas de problème. » 

Armand comprit de plus qu’il fallait que tout le monde reste dans sa chambre, ce qu’il surveillerait. 

***

Éclairées par une bougie dans une lanterne tenue par Arnaud-François et sœur Domitille, les jeunes filles accédèrent non sans mal à leur dortoir. Le navire commençait à tanguer tellement que garder l’équilibre leur était difficile tant le bâtiment était secoué par la mer dont les lames de fond se creusaient de plus en plus. Elles se mirent en chemise et se glissèrent sous leur drap, la plupart tirèrent leur couverture, la température avait chuté. Sous l’assaut des vagues, le Mercure souffrait. Les mâtures craquaient bien que le Capitaine ait fait effectuer la descente de toute la voilure. Le pont roulait sous les pieds des marins qui essayaient de maintenir un minimum de stabilité. En se rendant sous l’entrepont, force avait été de constater la noirceur du ciel. Il se révélait sombre à en avoir des frissons dans le dos. Les nuages obscurs ne permettaient pas d’entrevoir la lune qui pourtant était pleine, pas plus que les constellations alentour. Vers minuit, la mer devint de plus en plus irrégulière et les vagues brutalement abruptes. Dans le dortoir, c’était l’épouvante tant elles étaient secouées. L’animal gardien de Philippine s’était dédoublé et était posté devant chacune des portes qu’il avait bloquées. Armand et Arnaud-François s’étaient installés dans des fauteuils fixés au plancher à chaque bord de la pièce afin de ne pas les laisser seules. Prise de panique, Théodorine se leva, mais fut rejetée sur sa couche, ce qui la fit crier. Sœur Domitille, allongée à ses côtés, essaya de la rassurer.

Sur le pont, le Capitaine tenait la barre qu’il n’avait pas voulu abandonner à son timonier. Les vents étaient devenus contraires. La brume recouvrait l’horizon empêchant de voir où guider le voilier. L’équipage était tétanisé au bord de la panique. Ils étaient de toute évidence perdus au milieu du golfe, seuls sur ces étendues qui se déchaînaient. Le capitaine de la Faisanderie avait fait carguer les perroquets, fermer l’artimon et d’autres mesures de rigueur. Un coup de vent soudain ébranla le bâtiment. Il s’inclina à prendre l’eau sur le plat-bord. Après une habile manœuvre l’amenant à se relever, fouettés par les bourrasques, les marins coururent sous la misaine. Le capitaine essayait tant bien que mal de calmer la peur omniprésente au sein de son équipage. Ils avaient demandé aux gabiers de descendre dans les soutes, pour l’instant ils n’avaient pas de raison de se trouver sur le tillac. Des trombes d’eau frappaient le navire. L’orage s’installait. Tous entendaient le tonnerre gronder au-dessus d’eux. Ce bruit assourdissant ne faisait qu’aggraver l’affolement général. Le courant commençait à devenir fort, la mer s’agitait de plus en plus rudement. Le fracas des immenses vagues déboulant sur les ponts couvrait le vent violent. Dans le dortoir, toutes interprétèrent ce temps-là comme un présage d’apocalypse. Sur la dunette, le capitaine finit par admettre qu’il ne pouvait plus manœuvrer le bâtiment. L’inquiétude se lut sur son visage, la barre ne répondait plus. Ils semblaient voués à affronter la tempête, ils n’avaient plus le choix. Il le laissa voguer selon le rythme des vagues qui se creusaient de plus en plus. Les flots s’infiltraient dans tout le vaisseau. Sous les ponts, c’était la panique générale, étrangement dans la chambre des sœurs et des jeunes filles cela ne se produisait pas. Elles entendirent tout à coup le Capitaine hurler. « – Que tout le monde garde son calme, restez à vos postes ! »Suite à cette injonction, des murs d’eaux se brisèrent sur le tillac provoquant des ressacs sans fin. Face aux mouvements chaotiques du bâtiment, elles s’accrochaient tétanisées à leurs literies, que ce fussent elles ou l’équipage, personne ne pensait en sortir vivant, tous priaient. Les rafales redoublèrent de violences. Les ondes, les remous se succédaient sans trêve. Le naufrage semblait inévitable. Le vaisseau paraissait chavirer tant il se penchait de bâbord à tribord. Il allait se retourner, se démanteler, finir par s’enfoncer dans les abîmes, dans les profondeurs de l’océan. Son équipage allait périr, quand le Capitaine découvrit une porte de sortie. Il tourna la barre à tribord, ils pouvaient fuir la tempête. Il ne percevait plus d’éclairs de ce côté. Étrangement, le navire y glissa sans faillir. La mer se calma, les vents baissèrent d’intensité, la pluie s’interrompit. 

Lorsque les nuages s’écartèrent de l’horizon, le soleil commençait à se coucher. Ils se situaient dans une des baies de l’île de la Balise, bien qu’apeurés, tous mirent timidement le nez dehors. L’animal gardien de Philippine s’étant évanoui dans l’univers, elle sut que c’était fini. Elle fut la première à se lever à enfiler sa jupe et son corsage. Elle fut suivie de ses camarades et des sœurs. Les deux hommes restés avec elles prirent les devants afin de voir si elles pouvaient vraiment sortir de dessous l’entrepont. Le Capitaine avait jeté l’ancre, la tempête avait duré toute la nuit et tout le jour, personne ne l’avait réalisée effrayé par le cataclysme. 

Chapitre 11

L’arrivée

Tous respiraient, la tempête était finie. Ils se trouvaient en sécurité. Philippine avec Catherine et Fortunée, appuyées sur la rambarde, observaient des pélicans, oiseaux qu’elles n’avaient jamais vus. Ils se situaient debout sur de longues masses de boue. Ils s’envolèrent à la vue d’une embarcation qui venait vers eux. Le capitaine ordonna à ses marins de placer l’échelle de coupée le long de la coque afin de permettre à leurs nouveaux arrivants de monter à bord.

Le commandant du fort de la Balise avait envoyé l’un de ses capitaines. Ce dernier à peine sur le tillac fut étonné de découvrir les jeunes filles sur l’entrepont. Il n’effectua aucune remarque et salua le capitaine du Mercure. « — Bonjour Capitaine, je suis venu vers vous à la demande de monsieur le commandant supérieur du fort de la Balise, monsieur Francois-Charles de Salettes.

— Bonjour capitaine, je suis Paul Louis de la Faisanderie. J’ai le plaisir de connaître votre supérieur. Si je puis me permettre, comment vous nommez-vous?

— Oh! Excusez-moi. Je suis le capitaine Antoine-Simon de Magny.

— Enchantez monsieur, je suppose que vous vous trouvez là pour savoir comment nous nous portons.

— Effectivement monsieur.

— Nous avons eu beaucoup de chance, car au milieu de ces tourments nous n’avons eu aucune perte. Par contre, nous allons être obligés d’opérer quelques réparations. Comme vous pouvez voir, notre voilure a eu quelques accidents. 

— Si vous voulez, pendant ce temps nous pouvons loger vos passagers?

— Ce sera avec plaisir. Ces jeunes filles sont des « filles à la cassette » et elles sont accompagnées de sœurs qui se rendent au couvent des ursulines de La Nouvelle-Orléans et du capitaine de la garde royale, monsieur de Pignerolle, et de son subalterne, monsieur de Magny. Cela fait dix personnes, cela est-il possible?

— Il n’y a aucune complication, nous possédons un bâtiment prêt à recevoir des voyageurs qui désirent accomplir une escale. Par contre, mon embarcation ne pourra détenir tous les passagers en une fois, je réaliserai donc un aller-retour.

— C’est sans problème, monsieur de Pignerolle effectuera le premier voyage avec vous et une partie des passagères. »

***

En compagnie d’Armand de Pignerolle, Philippine, Catherine, Fortunée et sœur Blandine effectuèrent le premier voyage. Le capitaine de l’embarcation leur avait laissé le temps de préparer un sac afin de pouvoir emporter de quoi se rafraîchir. Elles furent les premières à découvrir les lieux. Le fort était construit sur une petite île à l’embouchure du Mississippi qu’elles ne percevaient pas tant il y avait d’îles. L’ensemble ressemblait plus à des marécages. Au fur et à mesure qu’ils s’approchaient du débarcadère, le capitaine décrivait ce qu’elles voyaient. Lorsque le fort fut bâti, ils avaient installé une batterie à eau, un poste militaire, des entrepôts, une poudrière et une chapelle, sur une rive formée de pieux. 

Elles mirent enfin les pieds sur la terre, ce fut une joie pour elle d’être sur un élément enfin stable. Elles furent accueillies chaleureusement par le commandant du lieu qui s’avéra curieux de connaître leur présence sur le vaisseau, ce que lui expliqua le capitaine de la garde royale après s’être présenté. Le commandant du fort les fit mener vers un des deux corps de caserne qui détenait deux pavillons. Le deuxième était préparé pour donner l’hospitalité aux voyageurs. L’autre bâtiment était habité essentiellement par le commandant et les officiers. Les soldats de la garnison étaient logés dans le premier corps de la caserne. Le capitaine qui les accompagnait leur expliqua qu’ils se trouvaient une cinquantaine dans les lieux. Une fois dans le pavillon, le capitaine laissa Armand leur distribuer les chambres qui pouvaient recevoir deux personnes dans chacune d’elles. Philippine et Fortunée en prirent une, Catherine en choisit une, qu’elle partagerait avec sa sœur, sœur Appoline et sœur Domitille et sœur Blandine occuperait celle d’en face, Théodorine et Gabrielle, celle d’à côté. Avec pour compagnon Arnault-Francois, Armand avait opté pour la première pièce, celle qui se trouvait la plus près de l’entrée. Le capitaine lui avait donné les clefs du pavillon afin qu’il puisse le fermer quand tout le monde se situerait à l’intérieur. 

Elles découvrirent, depuis l’étage, sous les derniers rayons du soleil, un village. Elles apprirent par la suite que c’était les familles des pilotes fluviaux et des pêcheurs qui l’occupaient. Une heure plus tard, toutes se retrouvaient là et s’étaient rafraîchies. Elles se sentaient à nouveau propres et allégées de ce qu’elles venaient de vivre même si leurs entrailles s’avéraient encore nouées. Le capitaine leur avait fait porter par l’intermédiaire de femmes de pêcheurs un service de toilette destiné à leur toilette. Comme les habitations ne bénéficiaient pas d’eau courante, il était composé d’une vasque, d’une cruche, et d’un porte-savon. Ils avaient été déposés sur les coiffeuses. 

Elles partagèrent le repas du soir avec le commandant et ses capitaines, le capitaine du mercure, ses seconds, son médecin son commissaire de bord et bien sûr Armand et Arnaud-François, assis entre eux et elles. Écoutant les échanges qu’ils avaient, elles apprirent plus d’une nouvelle, notamment que les pilotes s’avéraient essentiels pour aider les voiliers à naviguer vers la Nouvelle-Orléans à travers les passages mouvants, les courants et les bancs de sable du front du delta de la rivière. Elles furent rassurées quand le commandant expliqua qu’à la demande du gouverneur de la colonie un chenal avait été creusé pour faciliter le passage des grands navires. Ils pourraient louer les services d’un pilote pour guider le bâtiment jusqu’à La Nouvelle-Orléans ou, en cas de trop fort tirant d’eau, s’ils préféraient, ils pourraient transborder leur cargaison sur des bateaux plus petits qui poursuivraient le voyage.

Philippine et ses compagnes passèrent deux jours et trois nuits sur l’île avant de reprendre leur périple vers La Nouvelle-Orléans. 

*** 

Ce fut lors d’une de ces nuits que dans ses rêves arriva sa mère. Anne Bouillau-Guillebau sortit de la lumière auréolée par celle-ci. Elle avança jusqu’à sa fille. Philippine, dans une très jolie robe en damassé doré, était assise dans une bergère recouverte de tissu sombre. Bien qu’étonnée, elle était assurée que sa mère détenait une information qu’elle devait lui livrer. Elle l’attendit. « — Bonjour, Philippine, t’es-tu remise de ce voyage tumultueux?

— Oui mère. Si je puis me permettre, tu n’es plus un fantôme?

— Non mon enfant, je suis entrée dans la Lumière et maintenant je fais partie des gens qui peuvent t’aider où que tu sois. Un fantôme reste sur son lieu de vie ou de mort. C’est pour cela que tu avais du mal à me percevoir à l’abbaye, mais une fois que nous siégeons dans la Lumière nous pouvons nous mouvoir où nous voulons, et nous montrer si nous le désirons.  

— Mais comment fait-on pour entrer dans la Lumière?

— On t’appelle, mon enfant. C’est ton arrière-grand-mère qui m’a interpellé. J’ai entrevu un tunnel sombre qui ne me donnait aucune crainte, j’ai été attirée par une lueur inconnue devant laquelle je devinais une silhouette puis un groupe de personnes. Je me suis avancée et là j’ai vu des arbres gigantesques, magnifiques et une multitude de fleurs aux teintes chatoyantes et une douce lumière malgré son intensité. Face à moi s’ouvrait un jardin merveilleux, un océan de beauté! J’étais subjuguée par l’immense clarté que j’apercevais au-delà de la forêt et par l’atmosphère de paix qui y régnait. Ma grand-mère m’a pris la main, je me suis laissée faire et j’ai suivi un groupe dont je connaissais chacun d’entre eux, je suis entrée. 

— C’est merveilleux, extraordinaire.

— C’est un fait Philippine, mais tu en es loin. Tu as encore beaucoup de chemin à accomplir. 

— J’espère mère, mais je suppose que tu n’es pas venue juste pour me raconter cela

— Exact! Je suis là pour te parler de l’épouse de ton oncle et père, car c’est le début de la fin de celui-ci.

— Ah! Bon.

— Oui. Étrangement, il s’avérait réellement amoureux de sa femme, au point qu’il lui a acheté un hôtel particulier dans le centre de Bordeaux. Il l’a acquis auprès d’un parlementaire. Tu auras en outre le plaisir d’y séjourner. Toujours est-il qu’il n’a plus eu d’aventures. La malheureuse est décédée des suites de sa dernière fausse couche, elle en a eu trois. Le seul enfant qu’elle a mis au monde est mort d’une épidémie de rougeole. Paul-Louis est ravagé, il a fui Bordeaux et n’y reviendra plus. 

— Cela doit te satisfaire.

— À vrai dire, non! Une fois que tu existes dans la lumière, tout ce que tu as vécu sur terre reste en toi, mais finit par se métamorphoser en action anodine. En fait, c’est un apprentissage, aussi nous pardonnons et devenons empathiques. Je suis juste là pour t’éclairer, car c’est le début de sa fin.

— Il va mourir!

— Pas tout de suite, tu dois vivre une courte vie en Louisiane. Je vais te laisser maintenant que je t’ai donné mon message. Je reviendrai le moment voulu. Au revoir, mon enfant, porte-toi bien. »

Suite à ses mots, elle s’effaça de son champ visuel. Philippine resta sur sa bergère un instant. Quel impact cela allait-il avoir sur elle ? De plus, il semblerait qu’elle retourne un jour dans sa région. Tout cela était insolite, pourquoi se trouvait-elle là ? 

***

Il leur fallut un peu plus de huit jours pour remonter le trajet de trente-cinq lieues allant de la Balise à la capitale de la colonie. Le courant du Mississippi s’avérait extrêmement paisible et était souvent rompu par de nombreux coudes qui en restreignaient la force. Le navire précédé de l’embarcation du pilote traversait une région immense, et presque plate. De plus, le concours des vents, si utiles à la navigation, à cause du changement brusque et fréquent des courbes du fleuve, ne servait à rien ou pas à grand-chose. Bien qu’ils découvrirent la plaine alluviale au cours des continuels méandres chargés de vase, cette navigation se révélait interminable et sans fin pour les voyageurs. Comme tous les jours les demoiselles, les sœurs suivies d’Armand et d’Arnaud-François montaient sur l’entrepont. Elles profitaient de la fraîcheur matinale, d’autant que le soleil générait une chaleur qui devenait étouffante au fil de la journée. Ils allaient de surprise en surprise contemplant les grèves du fleuve, elles détenaient visiblement sur chacune de ses rives de grandes zones de marais et de forêts qui abritaient une faune et une flore des plus riches. Les quinze à vingt premières lieues n’offraient qu’un paysage monotone noyé par les flots. Il se révélait inhabité et inhabitable. Philippine n’aimait guère le lieu qu’elle observait, car il n’existait qu’une végétation informe et sauvage, des joncs humides ou des arbres dont les troncs croupissaient dans la bourbe. En outre, les rives étaient entourées de cyprès chauves recouverts de « mousse espa­gnole » aux racines résurgentes, sur lesquelles venait se prélasser une faune inconnue qui l’inquiétait tout comme ses amies. Elles virent de multiples oiseaux et à leur plus grand effroi une bête immonde, que le second, Henri Lamarche, appelait un alligator. Il leur expliqua qu’ils proliféraient le long des bords du Mississippi. Dès l’apparition du plus faible rayon de soleil, sans compter les reptiles divers, les insectes pullulaient et leurs piqûres causaient des douleurs presque insupportables. Hormis les alligators, Philippine et ses compagnes découvrirent dans les lieux des animaux comme les chats sauvages en passant par les hérons bleus, pélicans bruns, ibis, hiboux, aigrettes, canards et loutres, ainsi que de dan­gereux serpents mocassin. De plus, le matin, le bayou prenait un aspect fan­tasmagorique à cause des brumes et des vapeurs végétales. Philippine se demandait ce qu’elle faisait là, Armand ayant compris ses doutes la rassura, elle apprécierait la Nouvelle-Orléans. Elle n’en était pas sure, elle était emplie de scepticisme. Elle faisait bien sûr confiance en son ange gardien, mais elle avait du mal à se projeter dans ce nouvel univers. 

Ce fut à environ quinze lieues au-dessous de la Nouvelle-Orléans qu’elles commencèrent à percevoir les établissements de la Colonie et une population d’esclaves et de surveillants. Si Théodorine s’imaginait déjà dirigeant une plantation, ses compagnes ne se sentaient guère à l’aise avec l’idée. Philippine comme Fortunée et Catherine se révélaient contre cette démarche à cause de l’esclavage, qu’elles estimaient extrêmement néfaste. Les premières propriétés étaient peu de chose, et ne présentaient qu’une langue de terre cultivable entre le fleuve et des marécages. L’espace s’avérait tellement resserré, que cela donnait l’impression de pouvoir le toucher. Après avoir dépassé ce coude, que formait le Mississippi, appelé le Détour des Anglais, elles découvrirent un petit nombre de moulins à scier le bois, quelques sucreries, et des cultures de légumes et de vivres, le tout disposé en rangs perpendiculaires le long des rives cours d’eau. Elles commencèrent à être rassurées sur leur prochain futur.

***

Les voyageurs surent qu’ils arrivaient enfin à destination à la vue d’un ensemble de digues hautes d’un à deux mètres, appelées des levées d’après les dires du second qui ne se situait jamais loin d’elles. Elles avaient été mises en place afin de protéger la ville des crues brutales du « père des eaux » comme on nommait le Mississippi. Derrière celles-ci, les passagers finirent par apercevoir des arbres en fleurs et les toitures des maisons. Devant la cité, le fleuve formait une anse demi-circulaire très évasée. Il tenait lieu de port. Les bâtiments venaient mouiller tout du long, l’un à côté de l’autre. Ils pouvaient s’immobiliser si près du rivage qu’au moyen de deux fortes traverses planchéiées en forme de pont, les voyageurs pouvaient débarquer et l’équipage décharger les marchandises avec la plus grande facilité. Le groupe installé sur l’entrepont était ébahi, dans la baie circulait une myriade de pirogues, de barges et de petits navires côtiers à un ou deux mâts. Les quelques voiliers, tel le leur, qui s’aventuraient à La Nouvelle-Orléans s’amarraient en aval de la place des Armes. Les autres embarcations de plus faible tonnage jetaient l’ancre au niveau de la digue, en face de la zone de marché située en amont de la ville.

Le vaisseau à peine arrimé, Théodorine avait décidé de descendre la première, mais sœur Blandine l’avait arrêtée dans son élan. La jeune fille avait été contrariée, elle désirait qu’on la remarque, elle ne voulait surtout pas passer inaperçue. « – Voyons Théodorine, quelle est ton intention? Nous devons attendre que l’on nous conduise au couvent, vous avez besoin de vous rafraîchir. Vous devez vous présenter sous votre meilleur jour. »  L’interpelée ne rajouta rien, elle devait admettre que la religieuse avait raison.

Un peu plus tard, précédées des sœurs, Philippine et ses compagnes, suivies d’Armand et d’Arnaud-François, descendirent sur la digue. Les jeunes filles découvrirent la place dénommée, la place d’armes. Le second qui les avait rejoints leur montra ce qui s’y trouvait, la cathédrale Saint-Louis, la demeure du gouverneur d’un côté et les casernes en face. Sur les quais étaient aménagés des magasins, un hôpital, et des maisons cossues jouxtaient des entrepôts. De là, elles remarquèrent des rues bien alignées et assez larges, il les informa que c’était le plan de la ville envisagé par le roi Louis XIV, toutes les rues étaient en angle droit. Le groupe aperçut une multitude de personnes sur le débarcadère qui portaient des caisses, tirait des sacs, des charrettes. Il y avait des individus blancs, pour la plupart visiblement des négociants, des militaires, des nantis au vu de leurs habits et des hommes noir torse nu transportant des charges. Ils découvrirent aussi des êtres pour ainsi dire dans le plus simple appareil. Henri Lamarche leur expliqua que c’était des Amérindiens, ils étaient considérés comme des sauvages. Philippine ne se trouvait guère enthousiaste, elle sourit tout de même à Catherine et à Fortunée pour les rassurer. Après tout, elles allaient vivre là. Étrangement, Philippine se souvint qu’elle n’allait pas y rester, cela la soulagea, mais elle ne savait pas ce qui la ferait retourner dans son pays à part la fin de son oncle et père. Pour l’instant, elles attendaient avec leurs protecteurs les voitures qui les mèneraient jusqu’au couvent.

_______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

chapitre suivant

mes écrits

L’orpheline/ chapitre 009

chapitre 001

épisode précédent

Chapitre 009

Le départ 

Philippine de Madaillan

Quelqu’un pleurait dans le dortoir. C’était proche d’elle. Fortunée sortit de son sommeil, intriguée par le larmoiement. Le jour jaillissait à peine, le soleil n’avait pas encore émergé de la nuit. Elle s’assit sur sa couche et essaya de situer la personne. Elles n’étaient pas nombreuses, une dizaine dans la chambrée. Elle réalisa que c’était Philippine. Elle se leva et prit place au bord de son lit. Elle lui prit la main. Elle avait les yeux fermés, son corps  paraissait comme statufié. Catherine la rejoignit. Elle avait elle aussi été réveillée par les pleurs de son amie. Elle se mit de l’autre côté du lit et imita Fortunée. Elles essayèrent de la tirer du sommeil doucement, mais rien n’y faisait. Elle se révélait plus raide qu’un cadavre. De ses yeux coulaient sans fin des larmes. Elle devait être en lien avec quelqu’un, mais cela la rendait malheureuse. Les rayons lumineux du matin finirent par passer par l’une des fenêtres et se poser sur le visage de Philippine qui s’éveilla et découvrit ses compagnes. « — Pourquoi êtes-vous là» chuchota-t-elle. Les deux jeunes filles la considérèrent avec un sourire compatissant, Fortunée  le lui dit tout bas. « — Ce sont tes pleurs qui nous ont alertés. Visiblement, tu étais plus que triste. » Philippine les regarda surprise, elle avait donc inconsciemment exprimé sa douleur. « — Je suis désolé, mais c’est ma mère qui est venue me trouver. Cela m’a beaucoup perturbée. Il y a longtemps que je la devinais, mais je ne la voyais pas. Elle s’est présentée à moi pour m’expliquer avant que nous partions ce qui avait précédé ma naissance. Cela a été assez dramatique. Je comprends mieux l’abandon que j’ai subi même si je n’y suis pour rien. » Ses deux amies saisirent qu’elles ne pouvaient lui demander plus de détails. Elles la prirent instinctivement dans leur bras par empathie. 

***

Les fêtes de Pâques étaient passées. Tout était prêt, le carrosse se trouvait au sein du couvent, les toilettes de présentation achevées, les malles des Filles du roi s’avéraient closes. La mère supérieure avait joint à Philippine, Catherine et Fortunée deux autres pensionnaires Gabrielle d’Artaillon et Théodorine Carbonnel de Canisy. Les deux jeunes filles vivaient une situation similaire à leurs comparses et tout comme leurs parents, elles avaient accepté l’opportunité. Elles seraient accompagnées de sœur Blandine jusqu’au couvent de Québec. Il ne manquait plus pour qu’elles puissent partir, le capitaine et les gardes de la maison du roi qui allaient les escorter dans leur voyage. 

La révérende mère était préoccupée, elle estimait le périple de ses pensionnaires des plus hasardeux. À cette époque, une pérégrination de longue durée se révélait pénible et périlleuse. Avant de boucler sa malle, on tâchait de se procurer des compagnons de route, heureusement elles se trouveraient   avec le capitaine de la garde et ses hommes. Elle était consciente que de toute façon les jeunes filles allaient devoir partir. Elles ne pouvaient rester au sein du couvent, aucune ne désirait entrer dans les ordres. Elle avait un pincement au cœur, elle les avait suivies depuis qu’elles étaient enfants et maintenant elles allaient sur un nouveau continent. Elle se devait d’être fataliste, car les jeunes filles n’avaient pas le choix, elles devaient s’engager dans une autre vie. Elle en était là dans ses pensées tripotant sa croix machinalement quand la prieure, sœur Dorothée, pénétra dans son bureau pour lui annoncer l’arrivée du capitaine de la garde royale.

***

Armand de Pignerolle, capitaine de la maison du roi, accompagné de six cavaliers, avait traversé une grande partie de la France afin de venir chercher et escorter les Filles du roi. Il s’était présenté, à peine arrivé dans Saint-Émilion, au couvent après avoir laissé ses hommes à la caserne de la ville.

mère supérieure Élisabeth

La révérende mère considéra le capitaine bien jeune. Elle le trouva charmant, mais son âge ne la rassurait pas pour la protection de ses filles. Elle l’accueillit chaleureusement et lui proposa de s’asseoir. Avant de s’exécuter, il sortit de sa poche une missive qu’il apportait et qu’il tendit à la mère supérieure. Celle-ci fut surprise, saisit la lettre, rompit le sceau et l’ouvrit. Qu’elle ne fut pas sa stupéfaction, le ministre du roi, le cardinal de Fleury, avait décidé d’envoyer ses pensionnaires non pas en Haute-Louisiane, soit à Québec, mais en Basse-Louisiane à La Nouvelle-Orléans, ville qui était fort récente. « — Monsieur, au vu du message, je dois tout d’abord prévenir mes postulantes du changement de destination. Si elles acceptent d’aller dans le sud de la colonie, je devrai informer leurs parents et attendre leurs réponses. Je pense qu’il vous faudra patienter une semaine. 

— Il n’y a pas de problème, révérende mère. Cela était envisagé. Mes hommes et moi-même, nous saurons patienter. Comme vous devez le savoir même si elles deviennent « filles à la cassette », cela ne changera rien pour elles. Elles seront toujours dotées par le roi et auront droit de choisir leur conjoint. De plus, le temps est plus clément de ce côté de la Louisiane et entre les négociants et les planteurs, les partis sont plus intéressants, car plus riches.

— Merci à vous pour cette confirmation et ces renseignements. Je suppose que vous allez rester à la caserne de la ville?

— Mes hommes, oui! De mon côté, je dois me rendre à Bordeaux quelques jours et je viendrai vous voir à mon retour.

— Je vous donnerai alors les informations que je détiens. »

Après avoir salué la mère supérieure, le capitaine quitta le couvent.

***

Les cinq jeunes filles avaient été conviées dans le bureau de la mère supérieure. Celle-ci leur expliqua ce que l’on venait de lui signifier. Les seules à découvrir ce changement de direction furent Gabrielle et Théodorine. Celle qui hésita fut cette dernière, mais quand elle apprit qu’elle avait plus de chance d’épouser un homme fortuné, elle acquiesça. Après l’entrevue, le groupe de comparses se rendit à la bibliothèque afin de montrer aux deux dernières postulantes la carte du pays et réaliser l’ampleur du périple.

***

Avant de se rendre à la caserne, Armand de Pignerolle s’arrêta au couvent pour obtenir des nouvelles. Il avait apprécié son séjour bordelais. Il avait été accueilli chaleureusement par son supérieur monsieur de Madaillan-Saint-Brice au sein de son hôtel particulier bordelais. Il eut le plaisir de faire la connaissance de son épouse Maria-Louisa della Quintania, qui était dans le huitième mois de sa grossesse. Le vicomte l’emmena dans toutes les soirées de ses amis pendant son passage. 

Il avait voyagé toute la matinée entre les deux cités sous un ciel nuageux qui se dégagea aux portes de Saint-Émilion. Il pensa que cela était un bon présage. Sitôt qu’il se présenta, la révérende mère le reçut. Elle lui annonça qu’elle avait récolté les réponses des familles et que toutes étaient positives. Il pourrait donc partir dès qu’il  s’avérerait prêt. 

*** 

C’était la troisième semaine d’avril, le soleil était levé depuis deux bonnes heures. Sœur Blandine vérifiait auprès des jeunes filles qu’elles avaient bien emporté et rangé tous leurs biens avant de fermer leur coffre. Elles ne pouvaient pas se permettre d’oublier quoi que ce soit, car cela aurait été perdu à jamais. Le groupe des cinq demoiselles, qui jusque là s’avérait enthousiaste à l’idée de vivre cette aventure, le moment venu d’abandonner les lieux, qu’elles connaissaient depuis leur petite enfance, les tétanisa. La mère supérieure accompagnée de la prieure les attendait dans le grand hall afin de leur faire ses adieux. Ce moment émouvant rappela à Philippine celui qu’elle avait éprouvé deux jours avant. Les Fauquerolles, ayant été avertis, s’étaient déplacés pour un dernier au revoir. Cela l’avait bouleversée, tous étaient attristés par cette séparation. Lorsqu’ils avaient quitté le couvent, elle songea que partir n’était peut-être pas la meilleure idée qu’elle ait eue, d’autant que sa mère l’avait prévenue de la suite des évènements pour son oncle, mais elle ne pouvait rester au sein de l’abbaye. Elle en était consciente. Il en avait été décidé ainsi et sa grand-mère n’était plus de ce monde. De plus, elle avait toujours su qu’elle accomplirait le périple avec Catherine et Fortunée. Ses deux amies l’avaient récupérée après la séparation avec la famille de sa nourrice et l’avaient consolée. Philippine était bien consciente qu’elles-mêmes n’avaient obtenu aucune visite de leur parentelle. Elle avait donc repris son courage en main et leur avait souri. 

Voyage au XVIIIe siècle, quand Rouen était une ville malsaine et puante |  76actu
Rouen

Six journées étaient prévues pour effectuer le voyage jusqu’à Rouen où elle devait s’embarquer sur un navire dénommé le Mercure. Les jeunes filles et leur accompagnatrice, sœur Blandine, montèrent dans le carrosse mis à leur disposition. Elles se trouvèrent un peu à l’étroit. Une carriole les suivait avec leurs coffres chargés à l’intérieur. Elles découvrirent au moment de pénétrer dans le véhicule, Armand de Pignerolle, le capitaine de la garde royale, avec ses hommes qui se situaient là pour les entourer afin de s’assurer de leur protection. L’homme les salua avec courtoisie. Philippine n’était guère surprise, il s’avérait évident qu’elles ne pouvaient accomplir le voyage seules. La mère supérieure les avait suivies jusqu’à la voiture, et les regarda partir avec beaucoup de peine qu’elle essaya de ne pas montrer.

Leur premier arrêt s’effectua à Angoulême, au couvent des Ursulines de la ville. Elles furent contentes de descendre du carrosse, les routes de France étaient fort cahoteuses et elles avaient été très secouées. Elles furent reçues chaleureusement par la mère supérieure qui avait été informée de leur venue par celle de Saint-Émilion. Elles arrivèrent pour se rendre au service religieux et ensuite furent accueillies dans le réfectoire pour le souper. Pour finir, elles furent guidées jusqu’au dortoir qui leur avait été affecté. Le lendemain matin après la messe et le premier repas du jour, elles remontèrent dans le carrosse et retrouvèrent leurs protecteurs de la garde royale qui étaient allés loger à la caserne de la ville. Le soir, la voiture les arrêta à Poitiers chez les sœurs bénédictines du cloitre de Sainte-Croix. Elles réitérèrent la soirée de la veille tout comme le lendemain à Tours au couvent des Ursulines. Le quatrième jour, ne voulant par faire de détour par Beaugency, où siégeait l’abbaye des Ursulines, le capitaine de la garde les mena à Châteaudun au monastère des Cordeliers. Parvenu devant, le père supérieur leur expliqua qu’ils ne pouvaient demeurer là, le lieu ne détenait que des moines dans l’enceinte. Ils allèrent donc à Beaugency. Le lendemain, ils se retrouvèrent à Évreux et le surlendemain ils atteignirent le couvent de Rouen situé dans le quartier Croix de Pierre, dans la partie Est de la cité. 

Philippine et ses compagnes découvrirent l’endroit qui se révélait bien plus grand que tous ceux dans lesquels elles avaient logé. L’abbaye des Ursulines de la ville englobait, entre la rue des Champs et la rue des Capucins, tout un espace de constructions, la chapelle du dehors, destinée aux fidèles, la chapelle du dedans pour les sœurs, la chapelle des Infirmes, le cloître, le préau, la cour, les jardins et le verger. Elles eurent la joie d’y retrouver sœur Domitille et sœur Appoline, la sœur de Catherine, qui devaient effectuer le déplacement avec elles jusqu’en Louisiane.

Pendant  de leur voyage qui était loin d’être fini, elles avaient découvert des figures nouvelles, comme les régions traversées, des embarras au sein des couvents pour elles et des auberges pour leurs accompagnateurs, des mécomptes à la poste aux chevaux, des heurts, des ruades, des cahots, des essieux rompus, tels étaient les incidents ordinaires lors de ces lointaines expéditions. Aventures, dangers, plaisirs, privations, tout contribuait à augmenter la force du lien entre les voyageuses.

***

La cité de Rouen était un grand port et un centre industriel textile en plein essor. La basse-ville entre la cathédrale et les quais était habitée essentiellement par des négociants fort nantis qui détenaient leur fortune du commerce triangulaire. Celui-ci consistait à échanger des marchandises de peu de valeur contre des esclaves africains, puis de les troquer aux Antilles contre les produits locaux, sucre, tabac et coton. C’était pour cela que le Mercure les attendait dans ce port.

L’aube à peine levée, Philippine, Catherine, Fortunée, Gabrielle et Théodorine accompagnées des sœurs Blandine, Domitille et Appoline arrivèrent sur les bords de Seine où était amarré le navire. Au vu des nombreux comptoirs étrangers établis dans la ville depuis le trafic des fourrures avec le Canada puis avec le développement du textile notamment le coton pour les indiennes, le débarcadère était empli de voiliers. Le petit groupe était impressionné de ce qu’il voyait depuis leurs carrosses. Les deux voitures et la carriole s’arrêtèrent devant un navire avec pour figure de proue le dieu Mercure. Cela laissa sans voix les jeunes filles et les sœurs. Précédées par le capitaine de la garde et un de ses subalternes, les demoiselles et les sœurs passèrent sur la passerelle pour monter sur le bâtiment. Le « Mercure » jaugeait six cents tonneaux dont une grande partie contenait des fournitures pour Saint-Domingue et la Louisiane. Il était peu armé au vu de la période de paix et cela permettait de dégager de la place pour une cargaison plus importante. Il ne détenait que quelques canons pour repousser les éventuels agresseurs et n’utilisait qu’un équipage restreint. Elles furent accueillies par le Capitaine du navire, Paul-Louis de la Faisanderie sur le gaillard arrière à deux niveaux. Armand de Pignerolle les lui présenta, il les escortait de façon que personne n’oublie qu’elles étaient des filles à la cassette et donc sous la responsabilité du roi. C’était le cardinal de Fleury qui lui avait ordonné de les accompagner, ce qui ne l’avait guère perturbé. Le ministre l’avait choisi, car il avait bien compris que le jeune homme n’était guère intéressé par la gent féminine, ce qui limitait les risques. Le Capitaine fit appeler son second, Henri Lamarche, et lui présenta le capitaine de la garde, les jeunes filles qui effectuèrent une seconde révérence et les sœurs afin de les guider vers leurs cabines. Il les emmena sous la première partie du gaillard arrière. Il y avait été installé au fond des deux coursives séparées d’un entrepôt, sur toute la largeur du bâtiment, une sorte de dortoir où huit lits étroits avaient été construits pour ce voyage. Au début du couloir se trouvait la cabine du Capitaine de Pignerolle ainsi que celle de son subalterne, Arnault-François De Maytie. Au-dessus d’elles se situaient la chambre du capitaine qui servait de salle à manger et les chambres des deux seconds, du commissaire de bord et du médecin. Elles découvrirent le lieu qui s’il se révélait plus exigu qu’au couvent, n’en restait pas moins familier à toutes. De chaque côté de la pièce se trouvaient deux hublots apportant un peu de lumière. En même temps qu’elles choisissaient leurs couches, sœur Domitille et sœur Blandine ayant pris d’office celles des deux extrémités qui siégeaient face aux deux portes d’entrée, les marins portèrent les coffres qui passaient juste sous les lits. Le quartier-maître leur conseilla de toujours les sangler à leurs pieds afin de ne pas les voir bouger lorsque le navire tanguait.   

Armand de Pignerolle.

Une fois installées, elles remontèrent toutes sur le tillac suivi d’Armand de Pignerolle qui en fait n’allait jamais les laisser seules. Le second leur demanda de se rendre sur l’entrepont qui serait leur espace pendant le voyage lorsqu’elles se tiendraient à l’extérieur de leur chambre. À la minute où le capitaine annonça l’appareillage, les gabiers se mirent en branle déployant la voilure. Elles s’étaient regroupées près du bastingage et examinaient les marins s’agiter sur le quatre-mâts. Elles constatèrent qu’ils étaient plusieurs bâtiments à quitter les quais rouennais au même moment. Comme elles étaient intriguées, suite au questionnement de Catherine, le second qui était resté à leur côté leur expliqua qu’ils accompliraient le périple ensemble et formeraient un convoi afin de se protéger des pirates notamment. Les jeunes filles le regardèrent interrogatives ce qui fit sourire Monsieur de Pignerolle. 

Le fleuve était régulier et parfaitement navigable. Si Philippine, Catherine et Fortunée ne souffrirent guère du mal de mer, ses comparses commencèrent, elles, à ressentir les effets des flots sur leur organisme bien que le remous s’avérait faible. La première à se trouver en difficulté fut Rachelle qui restitua son déjeuner par-dessus bord. Théodorine et sœur Appoline ne furent pas longues à l’imiter. En dépit qu’elles-mêmes fussent un peu dérangées, sœur Blandine et sœur Domitille purent les aider. 

Ils étaient partis tôt le matin, profitant de la marée basse de l’océan et évitant ainsi la remontée du mascaret. Compte tenu de la navigation en escadre, qui obligeait les bâtiments à calquer leur vitesse de marche sur celle du navire le plus lent, le Capitaine supposait qu’il le leur faudrait entre deux mois à deux mois et demi pour effectuer la traversée afin d’atteindre les Antilles. Ils avaient commencé le périple au début de mai dans le but de rencontrer les alizés qui les pousseraient en douceur vers leur destination. Il comptait sur eux pour accélérer le voyage.

Fortunée de Langoiran

Philippine était restée sur l’entrepont avec Catherine et Fortunée alors que leurs camarades et les sœurs étaient allées s’allonger tant elles étaient dérangées par le tangage du voilier. La Seine n’était que courbes sinueuses entre vallées, falaises, coteaux, plateaux, étendue boisée et marais. Ce n’était que prairies où pâturaient chevaux, moutons et vaches, champs de blé et d’orge, mares et gabions, arbres fruitiers en fleurs, peupleraies et saules têtards, avec de belles maisons à contempler et un aperçu de la forêt royale. Les demoiselles accoudées au bastingage examinaient le décor alentour et le commentaient entre elles sous le regard intrigué du Capitaine et de son second. De son côté, Armand qui commençait à les comprendre n’était guère surpris de leur réaction, elles avaient passé la plus grande partie de leur vie au couvent. Elles découvraient ce qui les entourait et étaient étonnées par tout ce qu’elles observaient. 

Le soir venu, au moment de se coucher, le voilier naviguait toujours dans les méandres de la Seine. Le repas avait eu lieu en compagnie d’Armand, de son subordonné, Arnaud-François, du nouveau second, Pierre De Gassion, du médecin et du commissaire du bord dont elles firent la connaissance. Les trois jeunes filles et sœur Blandine, après avoir légèrement mangé, pour ne pas surcharger leur estomac, se rendirent ensuite au dortoir. Sur places, elles trouvèrent leurs comparses endormies sous le regard attentionné de sœur Domitille. 

Le lendemain matin, un rayon de soleil transperçant l’un des hublots se déposa sur le visage de Philippine la réveillant. Elle se leva et s’habilla. Force était d’observer que hormis ses deux amies, la plupart de ses compagnes se portaient toujours mal. Bien qu’assoupies, certaines gémissaient sous la douleur persistante. Discrètement, elle sortit de la pièce par souci de le signaler au docteur du vaisseau. Elle traversa la coursive et se retrouva sur le tillac puis monta sur l’entrepont. Elle constata qu’ils se trouvaient en mer. Découvrant le Capitaine sur le niveau supérieur, elle lui demanda où est ce qu’ils se situaient. Celui-ci lui expliqua qu’en fait ils naviguaient sur la Manche. Ils allaient faire voile entre l’île de Guernesey et de Jersey. Pour toute réponse, elle lui sourit. Elle avait en mémoire la carte, aussi elle savait à peu près où ils étaient. Elle s’assit sur le banc adossé à la paroi de la dunette. Alors qu’elle rêvassait attendant le docteur, François Revol, elle le vit passer la porte. Elle l’interpella et le sollicita. Comment pouvait-elle aider ses compagnes qui souffraient encore du mal de mer ? Celui-ci la rassura et lui proposa de l’accompagner afin de les soigner, car cela pouvait durer une quinzaine de jours s’il ne faisait rien. Il lui demanda de patienter et alla chercher le remède. Il ramena ce qu’il appelait de l’oxycrat dans un flacon soit un mélange d’eau et de vinaigre auquel il avait rajouté du miel pour le gout. Ils descendirent et donnèrent un verre de liquide à chacune. Le docteur leur expliqua qu’elles devaient en prendre plusieurs fois dans la journée pour stabiliser leur estomac. Très vite, sœur Blandine et Domitille se rétablirent et purent s’occuper en toute sérénité de sœur Appoline, de Rachelle et de Théodorine, qui furent plus longues à récupérer. Catherine et Fortunée n’eurent pas besoin du médicament, elles s’étaient complètement remises du peu de troubles que les remous avaient provoqué après une bonne nuit de sommeil. Passant devant la cabine d’Armand et de son subalterne, suivant les conseils de Philippine, il frappa. À sa stupéfaction, la jeune fille avait raison, l’un et l’autre se révélaient très mal. Le tangage en haute mer les avait effondrés. Philippine en avait rêvé.

***

Les jours s’écoulant le convoi contourna la Bretagne, parcourut le golfe de Gascogne et longea l’Espagne, puis sous l’emprise des alizés ils pénétrèrent au milieu de l’océan en direction de Saint-Domingue.

Au bout de quelque temps, force fut de constater que dans un si petit bâtiment le confort laissait à désirer. Aucune intimité  ne se révélait possible, la place réservée aux passagers y était très limitée. Tout le monde était serré comme des sardines, en particulier ceux et celles qui couchaient dans la « sainte barbe » à l’arrière du navire, là où elles logeaient. En plus des voyageurs et des membres d’équipage, le bateau contenait les marchandises et la nourriture pour la traversée, c’est-à-dire des provisions pour deux mois environ. Des animaux vivants tels les porcs, les moutons, les poules, les bœufs et les chevaux étaient parqués près des cuisines sous le gaillard d’avant, une partie de ceux-ci devant servir à la consommation à bord pendant le périple. Chaque espace était donc utilisé à son maximum.

 Pendant la traversée pour les jeunes filles, le quotidien s’avérait extrêmement monotone. Lorsque le temps le permettait, leur vie sur le voilier se résumait à de longues promenades sur l’entrepont, entrecoupées de jeux de société, voire de cartes pour les hommes, ainsi que de musique et de chant. Philippine s’adonnait plutôt à la lecture et rêvassait souvent. Catherine et Fortunée, quant à elles, conversaient et observaient les autres navires au hasard des rencontres sur l’océan. De son côté, Théodorine râlait et ruminait et Rachelle l’écoutait. Les sœurs, elles, passaient la plus grande partie de leur journée à prier. Au résultat, elles accomplissaient peu d’activités et se trouvaient désœuvrées. Les seuls moments où elles se divertissaient, c’était les repas. Tout comme le Capitaine et ses seconds, Jean de Miossens-Sanson, le commissaire de bord, chargé de la gestion des aspects administratifs du navire, avait effectué le voyage déjà par cinq fois jusqu’à Saint-Domingue et une fois en Louisiane. Il racontait aux jeunes filles et à leurs sœurs ce qu’il savait de ses endroits, le tout achalandé par les autres participants. Armand et Arnaud-François se mêlaient de leur mieux à la conversation vu qu’ils n’y étaient point allés. Cela brisait un peu la monotonie de la traversée et leur permettait de se renseigner sur leur nouveau pays. 

***

Les jeunes filles et les sœurs avaient été quelque peu perturbées, il n’y avait ni eau douce ni savon à leurs dispositions. Elles devaient pratiquer la toilette sèche. Henri Lamarche, le second, leur avait expliqué que l’eau douce était rationnée, pour la raison qu’elle s’avérait précieuse. Elle servait uniquement à rincer la nourriture et ainsi à la dessaler. L’humidité permanente au sein du voilier imprégnait tout. Il leur avait déconseillé de laver leur vêtement même avec de l’eau de mer, car il resterait humecté et surtout de ne pas les porter, cela provoquait de douloureuses infections cutanées. Elles se demandaient si elles détiendraient assez de linge pour se changer régulièrement. Cette situation, qu’elles n’avaient pas envisagée, rajoutait à leur inconfort lié à la proximité forcée. 

Sœur Domitille

Philippine ne disait rien, elle savait que pour les marins c’étaient pire  malgré les améliorations dans les soins préventifs. Ils aimaient leur métier de cela elle n’avait pas de doute. Elle avait été violemment réveillée un matin avant l’aube et elle vit ce qu’ils vivaient. Leurs vies se révélaient plus dures, ils étaient entassés dans des espaces encore plus restreints qu’elles, deux marins étaient amenés à partager le même hamac. La nuit, les ponts étaient plongés dans une profonde obscurité. Ils avaient pour interdiction d’allumer des chandelles, qui de toute façon étaient trop onéreuses pour eux. Une lourde atmosphère régnait dans les batteries, les sabords étant le plus souvent fermés. Les odeurs humaines se mélangeaient avec celles des animaux embarqués et confinés près d’eux afin de servir de nourriture, nourriture dont ils ne profitaient guère. Elle se détériorait vite et était proposée aux privilégiés dont Philippine et ses comparses faisaient partie. Ils devaient se contenter de biscuits et de salaisons qui rapidement grouillaient de vers. L’absence de légumes frais engendrait le scorbut qui pouvait décimer un équipage. Heureusement pour eux on les obligeait à boire du jus de citron qui limitait voire empêchait ce type d’épidémie de se propager. Mais ce jour-là, ce qui l’avait réveillé était un terrible châtiment qui allait être effectué, cela s’appelait une cale. L’homme qui avait volé un de ses supérieurs allait être précipité d’une vergue dans la mer au bout d’un filin et à l’autre bord par un autre filin qui le ramènerait à la surface après être passé sous la quille du bâtiment. Elle savait qu’il allait mourir. Elle se leva pour alerter, mais elle tomba sur Armand qui lui demanda de rester dans la chambre. Elle lui expliqua ce qui allait se survenir. Il connaissait déjà la situation, la punition avait commencé, le marin se trouvait sous la quille. Philippine s’effondra dans ses bras. Il la consola comme il put. Cela réveilla sœur Domitille qui se précipita et jeta un regard mauvais au capitaine. Il lui laissa la jeune fille. Philippine apprit à la sœur ce qui se passait, mais celle-ci la mit en garde contre l’homme. « — Oh! sœur Domitille, nous ne risquons rien avec Armand. Il n’y a aucune inquiétude à avoir. » La sœur resta surprise devant cette affirmation dont elle saisissait le sous-entendu. Les bruits de la scène réveillèrent tout le dortoir, sans parler d’Armand, Philippine dut s’expliquer. Elles ne bougèrent pas et attendirent que le capitaine les autorise à sortir de la pièce. 

***

Quand les voiliers s’approchèrent de Saint-Domingue, la tradition voulait que lorsque l’on passait pour la première fois le tropique du Cancer, on se soumette au baptême du bon Tropique. Le Capitaine ne fit pas participer les filles à la cassette et les sœurs, cela aurait été indécent. Ne furent concernés par ce baptême qu’Armand et Arnaud-François en plus des nouveaux marins. Cela amusa tout le monde.

Le convoi avait mis que cinquante jours pour accomplir la traversée, c’était le quinze juin. Le Capitaine du Mercure était très satisfait hormis le drame de la punition, tout s’était bien déroulé, il avait même suffisamment plu pour alimenter les tonneaux d’eau douce. Ils allaient s’arrêter à Cap-Français afin de charger la marchandise dévolue à l’île, pendant ce temps ses voyageuses rejoindraient la compagnie Notre-Dame. Elles pourraient ainsi se reposer. 

Amarré sur les quais de la ville, le capitaine envoya un de ses seconds prévenir le père Boutin. En retour, deux carrioles vinrent les chercher. Les jeunes filles et les sœurs furent reçues par la révérende mère Marie de Cambolas au sein de la nouvelle fondation. Le lieu se situait sur une éminence dominant la ville du Cap-Français, en face de la résidence des Pères Jésuites, dont il était seulement séparé par la largeur de la rue. Une magnifique allée d’arbres y conduisait et répandait une fraîcheur appréciée dans un pays aussi chaud que celui-ci. De toute évidence, l’établissement ne détenait pas encore la forme qu’il devait avoir. Les édifices de cette abbaye ne s’avéraient ni solides ni proportionnés. Le couvent se débattait avec des bâtiments insuffisants. Philippine de suite pressentit les problématiques qu’allaient rencontrer les sœurs de cette nouvelle congrégation. Un nombre certain allait mourir des maladies tropicales qui se multipliaient dans la région. Elle en fit part à sœur Blandine, sachant que cette dernière obtenait, elle aussi, des prémonitions. Elle lui garantit qu’elle en parlerait à la mère supérieure. 

Le premier acte que réalisa Philippine et ses comparses, ce fut de nettoyer leur vêtement ainsi qu’elle-même. Elles furent soulagées de se sentir enfin propres. Elles reprirent le rythme du couvent ponctué de messes et de prières.  

Philippine de Madaillan

Entre le navire et l’abbaye, elles avaient vu peu de choses, mais assez pour deviner ce qu’allait être leur prochaine vie. Sur les quais, elles avaient découvert un grand mélange d’individus dont beaucoup se révélaient de couleur. Les plus riches étaient accompagnés de serviteurs noirs. Elles avaient été un peu décontenancées par ce constat même si elles avaient entendu parler de l’esclavage et de la probabilité d’en posséder par le biais de leur futur mariage. Philippine comme Fortunée n’en avaient pas apprécié l’idée et elles comptaient bien en avoir le moins possible. Catherine n’avait pas bien  réalisé ce que cela engendrait et n’avait pour objectif que de découvrir le bon parti. Elle avait du mal à attendre ses amies tant elle se trouvait inquiète pour son avenir. Quant à Théodorine, en détenir lui convenait fort bien, cela démontrerait sa richesse, Gabrielle se contentait de la suivre. Elles en parlaient entre elles envisageant leur prochaine vie.

Elles apprécièrent leur court séjour au sein de ce couvent, elles avaient pu respirer, car elles n’étaient pas serrées les unes contre les autres. Lorsqu’il fallut repartir, Philippine ne se sentait pas très à l’aise. Elle avait été interpellée dans la nuit par son animal gardien envoyé par son ange, Jabamiah. Il l’avait informée de ne pas avoir peur de la continuité de son voyage, cela supposait qu’il y allait avoir un problème.

_______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

chapitre suivant

mes écrits

L’orpheline/ chapitre 008

chapitre 001

épisode précédent

Chapitre 008

L’illumination

Philippine de Madaillan

Quelle étrange sensation, elle flottait au milieu de nulle part. Cela ne lui faisait point peur. Elle voyageait vers un lieu inconnu, elle n’était même pas sure qu’il exista. Elle n’entrevoyait rien devant elle. Elle se laissait emporter. Elle n’identifiait rien. Elle entendait le doux son d’une myriade de cloches dont elle se rapprochait. Au bout d’un certain temps, elle se sentit descendre, mais elle avait beau regarder vers le bas, elle ne visualisait point d’endroits. Tout à coup, elle réalisa qu’elle marchait sur un sol ferme, un plancher visiblement. Le lieu se révélait tellement sombre qu’elle posait un pied l’un devant l’autre à l’aveugle. Une lueur apparut, Philippine devina face à elle une entité. Elle pensa de suite à celle qu’elle entrevoyait, mais qu’elle ne percevait jamais vraiment. Étonnamment, cette fois-ci, elle se trouvait là, sous ses yeux, elle l’apercevait avec netteté. Elle avait l’impression de se voir. Ce n’était pas l’effet d’un miroir. Elle se révélait un peu plus grande que la créature éthérée. Les cheveux de celle-ci étaient plus clairs et quelques différences dans la forme du visage l’assuraient qu’elle ne se regardait point dans un reflet, mais qu’elles se ressemblaient. La jeune fille s’avérait troublée, que se passait-il ? Pourquoi lui apparaissait-elle ?

« — Bonjour Philippine, je suis consciente que tu ne me connais pas. Je suis informée de ton départ, aussi je dois te raconter mon histoire, tout au moins une partie. Tout d’abord, sache que je suis ta mère. »

***

Anne Bouillau-Guillebau

Comme toute jeune fille de bonne famille, elle avait été élevée au couvent. Si elle n’était pas de la noblesse, Anne Bouillau-Guillebau, fille de parlementaire, elle faisait partie de la haute bourgeoisie bordelaise. Outre la demeure au sein de la ville, la famille détenait deux propriétés contenant des vignobles. La fortune familiale s’avérait probante, la jeune fille possédait une belle dot. Son mariage se réalisa presque immédiatement à la sortie du couvent, car le futur époux avait été accepté et agréé par la famille. Les unions étant avant tout un arrangement entre les parents des deux  familles, il était conclu en considérant la position, les convenances de rang et la fortune. Le choix avait donc été effectué par avance, sans qu’Anne fût consultée. Monsieur et madame Bouillau-Guillebau désirant s’approcher de l’aristocratie, ils avaient décidé de la marier avec un héritier des Madaillan. Ne pouvant obtenir une union avec l’ainé des fils, ils se rabattirent sur le benjamin, Horace de Madaillan. 

Comme il se devait, à peine sortie de l’abbaye, Anne eut droit à des fiançailles. La famille Langoiran fut invitée par les Madaillan dans leur propriété de l’Entre-deux-mers. Accompagnée de ses parents et de ses deux frères, elle découvrit la demeure construite par le père de son futur époux à côté des restes de leur vieux château moyenâgeux. Elle trouva le lieu charmant, ce qui la rassura, car elle était supposée venir vivre dans le domaine. Ils ne furent accueillis que par les parents de la famille, le fils ainé siégeant à Versailles au sein de la maison militaire du roi de France. Elle fut présentée à celui qui allait être son conjoint dans la pièce aménagée en salle de réception. Elle le considéra d’emblée adorable. Horace était un joli garçon âgé de vingt ans. Il se comporta aussitôt avec délicatesse et amabilité. De son côté, il estima de suite qu’il avait beaucoup de chance, puisqu’elle s’avérait plus que ravissante. La journée se déroula avec harmonie et elle plut à tous. Bien qu’elle eut quinze ans, le mariage fut validé. Il s’effectua à l’église Saint-Projet six mois plus tard, au mois de novembre, car on se devait d’attendre ses seize ans et mettre à jour la garde-robe de la future mariée. La maison fut envahie par le mouvement des marchandes, des tailleurs, par l’encombrement des pièces d’étoffe, des fleurs, des dentelles apportées, par le travail des couturières à son trousseau.

Le jour venu, à l’issue de la messe accomplie pour l’union, les deux familles se réunirent pour un grand repas au sein de la demeure des Bouillau-Guillebau. Anne fut plutôt décontenancée par les plaisanteries quelque peu grivoises de certains invités qui jouaient avec sa pudeur. Elle n’y était pas habituée. Dans le milieu de l’après-midi, les époux prirent congé, car il était d’usage d’aller consommer le mariage dans son domaine. 

***

Les premiers mois de leur vie de couple se déroulèrent merveilleusement bien. Anne était couverte d’attention par son époux et ses beaux-parents s’avéraient extrêmement aimables. Elle fut pourvue, à peine arrivée, d’une Chambrière, Louise Delmart, et d’une suivante Rosemarie Bourdieux avec qui elle s’entendit de suite. Tous les jours avec sa belle-mère, madame Bertaud du Chazeau, et leurs suivantes, Anne arpentait le territoire. Elle profitait du merveilleux jardin, du petit bois de chênes et de hêtres ainsi que des collines environnantes plantées essentiellement de vignes et de blé. De son côté, Horace s’occupait du domaine pendant que son frère ainé, Paul-Louis, remplaçait son père à Versailles. Hormis se consacrer à la propriété, Horace était lié au parlement de Bordeaux par l’intermédiaire de Raymond Dalon, Vicomte de Benauges, un proche de son père, auprès duquel il jouait les secrétaires. Il l’accompagnait régulièrement jusqu’au Palais de l’Ombrière. 

Anne Bouillau-Guillebau

Un semestre après leur union, un matin, Anne se rendit compte qu’elle était enceinte, et avec joie l’annonça à son époux et à ses parents. Horace comme elle souhaitait avoir un garçon, elle priait pour être exaucée. Malheureusement, cet espoir, ce bonheur, s’avéra de courtes durées, elle le perdit avant la fin du troisième mois. Sa belle-mère et sa mère essayèrent de la rassurer, lui affirmant que c’était assez courant la première fois. Son conjoint, quant à lui, lui certifia qu’il saurait patienter jusqu’au suivant. La fausse couche attrista toutefois la jeune fille, mais elle reprit le cours de sa vie d’autant que personne n’avait changé d’attitude à son encontre. 

Le doux et agréable été lui permit de se reposer. Elle reprit confiance en elle et recommença à espérer. Le temps des vendanges arriva, Anne pour la première fois vivait cette activité  cruciale pour tous les propriétaires. Horace lui expliquait chacune des phases. Elle fut surprise par le foulage des grains. Elle suivit la mise en tonneaux, bien sûr la mise en bouteille était pour les récoltes précédentes. Lorsque toutes les étapes de la vinification furent effectuées, les Madaillan organisèrent une fête. Ils commencèrent par participer à celle des métayers puis ils se rendirent dans leur demeure pour leur propre festivité. À leur arrivée, leurs invités s’engageaient vers le château. Anne pour la première fois joua les hôtesses avec sa belle-mère. La réception se déroula fort bien, dans une grande gaité, c’était une bonne année pour les récoltes. 

Le lendemain, Anne réalisa que sa belle-mère était fort fatiguée. Elle supposa que c’était la soirée de la veille, mais cela ne s’arrangea pas dans les jours qui suivirent. Elle ne parlait pas de ses douleurs, aussi Anne ne disait rien. Elle la soutenait en tout, le plus discrètement possible, et évitait les longues promenades prétextant qu’elle-même était exténuée. Elles se contentaient désormais de marcher de la demeure au portail de la propriété. Le temps passa et sa santé ne s’améliora pas. Elle finit par se trouver mal et tomba sur la terrasse. Monsieur de Madaillan fit venir un médecin, mais celui-ci se retrouva impuissant devant l’affection qui la rongeait. Il ne put que l’apaiser. 

Les jours s’écoulèrent, laissant la malade alitée. Tous s’inquiétaient, personne ne savait vraiment quoi accomplir. À l’intérieur de son corps, quelque chose de nocif se développait. Tous étaient désarçonnés, car aucun n’avait connaissance d’une solution pour la soigner, voire la soulager. À la surprise du jeune couple, cela ne s’arrêta pas là, monsieur de Madaillan-Saint-Brice contracta un mauvais rhume épidémique, plusieurs personnes dans son entourage l’avaient elles aussi attrapé. Pris de fortes fièvres, il dut comme son épouse rester allonger. Anne s’occupait d’eux avec les serviteurs, le docteur s’avérait quelque peu dépassé par les évènements. Chacun faisait de son mieux, mais la condition des souffrants ne s’améliorait pas. Elle s’aggravait de jour en jour. À la surprise de tous, cela finit de façon dramatique. Ce fut madame Bertaud de Chazeau qui décéda la première, une semaine plus tard son époux, monsieur de Madaillan-Saint-Brice, la suivit. Tous se retrouvèrent mortifiés.

Le plus durement touché par la situation s’avéra Horace. Anne l’entoura de son mieux essayant d’alléger son chagrin. Son frère ne put atteindre dans les temps l’enterrement de sa mère, il arriva par hasard pour celui de son père. Il ne parut pas affligé, il ne montra rien. Les funérailles de son parent passées, il était devenu le Vicomte de Madaillan-Saint-Brice, il repartit pour Versailles.

***

Juin 1714, 

Horace de Madaillan

Horace partit pour Paris avec Raymond Dalon, comte de Benauges pour signifier au roi par l’intermédiaire du régent que l’enregistrement de la bulle Unigenitus au Parlement de Bordeaux ne suscitait pas d’agitation particulière. À sa grande surprise, le comte de Benauges le fit patienter fort longtemps, plus de deux mois. Il profitait de son séjour parisien pour rencontrer ses connaissances, fréquenter les salons et les voyages aller comme retour furent très longs. Il reparut à la fin du mois d’août, juste au moment des vendanges. 

Pendant l’absence de son époux, le hasard avait ramené le nouveau vicomte, Paul-Louis. Il était revenu dans sa demeure, la première semaine du départ de son frère. Anne s’en serait bien passée, elle n’avait jamais apprécié son beau-frère et jusque là elle l’avait peu vu. Elle n’aimait pas chez lui le manque de délicatesse de ses réponses, l’agressivité de ses injonctions et la suffisance qu’il étalait aux yeux de tous. Anne n’avait pas le choix, il se trouvait dans sa demeure et bien évidemment, il ne l’avait pas prévenu du temps de sa présence. Elle se dut de partager le premier soir son souper avec lui. Afin de ne pas se retrouver en tête à tête avec lui, elle demanda à sa suivante de se joindre à eux. Avec un air assez indifférent, Paul-Louis lui posait des questions sur ce qui était survenu pendant ses absences. Cette conversation mettait mal à l’aise la jeune femme, car elle lui remémorait plus d’un moment de tristesse. Le repas fini, elle s’excusa et se retira au grand désappointement du vicomte. Il trouvait sa belle-sœur extrêmement charmante et il sentait bien qu’il ne la séduisait pas. Cela le frustrait et faisait monter en lui une sourde colère. 

***

Devant sa coiffeuse, Anne réfléchissait tout en laissant Louise défaire son chignon pour faire de sa chevelure une tresse. Elle lui avait déjà enlevé sa robe de jour et l’avait aidé à enfiler sur sa chemise sa robe volante d’intérieur. Fin prête pour aller se coucher, sa réflexion l’ayant décidé à se rendre chez ses parents le lendemain, elle en fit part à sa chambrière et lui permit de partir. N’ayant guère sommeil, elle se dirigea vers sa table de nuit afin d’y quérir son livre. Derrière elle, la porte se rouvrit. Elle se retourna pensant voir sa chambrière. «  Vous avez oublié quelque chose, Louise? Ah! C’est vous Paul-Louis. Puis-je savoir pourquoi vous pénétrez dans ma chambre? »  Pour toute réponse, il l’attrapa par les épaules et la poussa sur son lit. Elle fut décontenancée. Il l’écrasa de tout son poids et essaya de l’embrasser. Visiblement, il avait bu, son haleine transpirait l’alcool. Elle se débattit et cria, mais il lui apposa la main sur la bouche. Il releva sa chemise après avoir dégagé sa robe volante. Elle avait beau se démener, la force de Paul-Louis l’empêchait de se libérer. Comme elle ne se laissait pas faire, il finit par la gifler à plusieurs reprises violemment. Sous les chocs, elle s’évanouit. Ce qui suivit, elle ne le réalisa pas tant elle demeurait inconsciente. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, sa chambrière se trouvait à ses côtés. Elle ne pouvait savoir que cette dernière avait remis de la décence dans sa tenue. 

Louise avait compris tout comme Rosemarie ce qui se passait. Elles étaient arrivées en courant, elles voulaient entrer pour arrêter l’agresseur, mais elles avaient été bloquées par le valet du vicomte. Elles s’étaient retrouvées impuissantes devant le drame. Quand le vicomte sortit, il les fusilla du regard et les bouscula toujours empli de colère. Elles pénétrèrent en pleurs dans la chambre de leur maîtresse, ce qu’elles virent les dévasta. Elles firent de leur mieux pour remettre de l’ordre dans sa mise et la replacèrent correctement sur sa couche, avant que Anne ne revienne à elle. 

Au moment où celle-ci ouvrit les yeux, elle vit Louise. Elle lui sourit tristement. Tout son corps lui disait qu’elle avait été violée. Elle s’avérait  honteuse de cet outrage et ravagée par la situation. Rosemarie pénétra dans la pièce avec quelque chose à boire, elle était allée à la cuisine faire un thé. La cuisinière et la servante, qui l’aidait, baissèrent leur regard à son arrivée, car elles avaient entendu les cris de sa maîtresse et avaient compris ce qui était survenu. Il ne fallut pas longtemps pour que tout le personnel de la demeure en soit informé. Dans la journée du lendemain, Paul-Louis partit pour Bordeaux puis pour Versailles sans repasser par son domaine.

***

Décidément, Horace n’aimait pas les mondanités. Il s’avérait conscient que dans sa société c’était incontournable, mais il s’en serait bien passé. Il était comblé à l’idée de rentrer enfin chez lui, de retrouver son épouse et son domaine somme toute celui de son frère. En héritage, il avait obtenu quelques terres adjacentes et une petite maison, mais rien qui ne vaille la propriété familiale. Lorsqu’il arriva dans la demeure, il découvrit sa femme et l’étrangeté de son comportement. Alors qu’il se révélait  heureux de la revoir, il la trouva très sombre. Elle semblait gênée par sa présence. Il s’était visiblement passé quelque chose pendant son absence, mais il ne devinait pas ce que cela pouvait être. Anne paraissait déprimée, voire affligée. Pourtant, pour être passé par Bordeaux, il savait que toute sa famille se portait bien. Il fit comme si de rien n’était. Il espérait réussir par connaitre le sujet de cet état. Il réalisa que le personnel aussi ne se comportait pas avec lui comme d’habitude. Beaucoup s’arrangeaient pour ne pas croiser son regard. Cela le taraudait. Que s’était-il passé ?

Comme tous les matins, Horace enfilait sa chemise avec un gilet garni de poches basses, une culotte courte, une longue veste. Celle-ci était en brocart, très ajustée en haut, et au bas, elle s’évasait loin du corps, laissant une place à l’épée pour descendre jusqu’au genou. Ses manches étaient près des bras et décorées. Des chaussures plates et noires avec une boucle terminaient sa tenue. Son serviteur l’aidant à se préparer, alors qu’il lui nouait sa cravate, il finit par lui poser une question. « —Armand, par hasard, tu ne serais pas instruit de ce qui passe dans la maison, depuis notre retour je trouve que tout le monde se conduit étrangement. » Le valet personnel d’Horace se sentit mal à l’aise. Louise attristée par la tragédie lui avait raconté ce qui s’était passé pendant leur absence et il savait désormais ce qui était arrivé à sa maîtresse. « — C’est peut-être monsieur, car votre femme est tombée enceinte. » Anne attendait un enfant et elle ne lui avait rien dit. Quelque chose n’allait pas, elle aurait dû être heureuse de le lui annoncer. Il s’était passé un drame pendant son éloignement. « — Par hasard, tu n’en saurais pas plus.

— Monsieur, je ne suis pas sûr de pouvoir vous le dire. C’est extrêmement gênant.

— Grand dieu, qu’as-tu appris?

— Le résultat vient du fait que votre frère a forcé votre épouse pendant votre absence. C’est pour cela qu’elle le garde pour elle.

— Mon frère a violé ma femme! Laisse-moi seul, Adrien! »

Le valet sortit, ce dernier n’était pas sûr d’avoir exprimé de la bonne manière la situation. Comment aurait-il pu le dire de toute façon ? Tout le monde en était informé sauf son maître. 

***

La soirée se déroulait dans un salon bordelais, au sein de l’hôtel particulier du vicomte de Benauges. La plupart des notables de Bordeaux étaient présents, aussi la foule s’avérait dense. Anne n’avait pas voulu venir, elle se sentait fatiguée. Il n’effectua aucune réflexion, il était malheureux. Il n’avait pas osé lui dire qu’il savait et de son côté elle n’avait pas partagé sa situation. Il faudrait bien qu’un jour elle lui fasse part de sa grossesse. Tout en écoutant l’intendant, Guillaume-Urbain de Lamoignon de Courson, qui expliquait au milieu d’un groupe ses projets pour la ville, il ruminait sur sa vie. Il fut interrompu dans son introspection par une de ses connaissances, Bertrand de Treuil de la Merrandière. «  Vous savez mon ami, j’ai croisé votre frère hier au soir.

— Ah! vous avez plus de chance que moi. Par hasard, vous ne seriez pas informé où il loge. J’ai deux ou trois choses à lui dire.

— Si, bien sûr. Il loge à l’hôtel particulier des Drouillard qui se trouvent dans leurs terres.

— Ah! très bien, j’irai lui rendre visite demain. » En fait, il prévoyait de s’y rendre le soir même. Dès que le bal commença, il s’éclipsa. La demeure des Drouillard se situait à deux rues de là, il s’y retrouva en peu de temps. Il frappa à la porte, un valet vint ouvrir supposant découvrir le vicomte de Madaillan-Saint-Brice. Il fut très surpris de trouver son frère qu’il connaissait. « — Bonjour, Édouard, excusez-moi, mais il faudrait que je  voie mon frère.

— Monsieur, celui-ci n’est pas encore rentré. 

— Puis-je l’attendre?

— Bien sûr, monsieur, voulez-vous me suivre au salon à l’étage?

Vicomte Louis-Paul de Madaillan-Saint-Brice

— C’est aimable à vous Édouard. » Une fois installé, le valet lui servit un verre de vin et lui laissa la bouteille au cas où. Horace commença à faire les cent pas. Comme il avait chaud, il ouvrit la porte-fenêtre donnant sur le balcon. Il avala deux trois verres pour passer le temps. Il sursauta à l’entrée de son frère. « — Que fais-tu là Horace?

— Tu n’en as pas une petite idée?

— Je ne saisis pas pourquoi tu viens me voir.

— À ton avis, tu ne te serais pas permis quelques privautés avec mon épouse, voire plus.

— Je n’ai pas souvenance d’avoir été amené à l’obliger à quoi que ce soit…

— Comment oses-tu, tous les gens de la maison ont entendu et sont conscients de ce que tu as fait. »

Il n’avait pas fini sa phrase qu’il lui projetait son poing à travers la figure. Celui-ci l’esquiva et le renversa. Horace réagit de suite et le retourna passant sur lui et lui envoyant des coups sur le visage. En dehors de la pièce, Édouard et un autre valet se demandaient s’ils devaient entrer pour les séparer, car visiblement ils se battaient, mais ils préférèrent ne pas s’en mêler. Dans le salon, les deux frères continuaient à se frapper. Paul-Louis se releva repoussant Horace. Celui-ci de colère se précipita sur lui, mais ce dernier l’évita. Il perdit l’équilibre et se retrouva sur le balcon, son frère sans hésitation le culbuta et le fit basculer par-dessus la balustrade. Un silence régna un certain temps, puis Paul-Louis sortit de la pièce. « — Vite, mon frère s’est jeté par-dessus la rambarde du balcon. » Ils descendirent en courant et trouvèrent Horace mort au bas de l’hôtel particulier, sur les marches de l’escalier de l’entrée. Paul-Louis fit semblant de s’effondrer et se lamenta sur le drame prétendant que son frère était saoul et ne savait pas ce qu’il faisait. Il n’avait d’ailleurs rien saisi de son échange d’autant qu’il était ivre. Il n’avait pas compris sa violence. 

Lorsque la police de la ville arriva sur les lieux, Paul-Louis répéta la même chose, comme il était le vicomte de Madaillan-Saint-Brice et qu’il faisait partie de la garde royale, personne ne douta officiellement de ses dires. Le seul qui trouva cela injuste fut Édouard qui avait entendu toute la conversation, mais il ne pouvait ni rien dire et ni rien faire.

***

L’enterrement d’Horace se déroula à l’église Notre-Dame de Sauveterre-de-Guyenne. Anne toute de noire vêtue était effondrée, sa vie devenait un drame, un puits sans fond de désespoir. Seuls sa famille et ses serviteurs s’avéraient présents, le frère du défunt se révélait absent. Il avait dû regagner son régiment. Anne n’avait aucun doute, au vu des retours qu’elle avait eus par le biais de sa mère, c’est Paul-Louis qui avait trucidé son époux. Les gens de la maison pensaient la même chose, ils étaient choqués et déroutés. Ils se rendirent tous au caveau familial où le corps du trépassé fut incorporé au côté de ses parents. C’était tragique. Madame Bouillau-Guillebau proposa à sa fille de l’emmener avec elle à Bordeaux, la jeune femme refusa. Elle soutint qu’elle était épuisée par sa grossesse, sa mère lui annonça qu’elle allait faire faire ses malles et qu’elle revenait lui tenir compagnie. Anne allait répondre que ce n’était point utile, elle ne lui laissa pas le choix. 

***

Philippine était tétanisée par ce qu’elle voyait, ce qu’elle découvrait. Sa naissance était le fruit de tant de violence. Elle comprenait mieux pourquoi tous se révélaient indifférents à sa venue et pourquoi elle n’aimait pas son oncle qui dans les faits était son père. « — Je t’ai montré tout cela, Philippine, car Paul-Louis va être puni aussi il n’est peut-être pas utile que tu quittes la région.

— Entité maternelle, je n’ai pas le choix. Outre que mon oncle a signé le contrat, j’ai entraîné mes amies. De plus, je doute vouloir rester sur les lieux de tous ses drames.

— Je comprends, sache seulement que, quelle que soit la colonie que tu atteignes, tu finiras par apprendre ce qui va lui arriver. »

_______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

épisode suivant

mes écrits

L’orpheline/ chapitre 006 et 007

chapitre 001

épisode précédent

Chapitre 006

Un premier tournant 

Catherine de Rauzan

L’orage sur le matin avait évacué vers l’est. Quand arriva le carrosse, Marie Sophie de Rauzan jeta un œil à la porte-fenêtre qui donnait sur le balcon central du bâtiment que les rayons du soleil baignaient. Elle était quelque peu contrariée, elle se serait bien passée de tout ce remue-ménage. Elle se devait d’organiser l’enterrement de son mari. Le décès de son époux ne l’avait guère affligée, cela faisait longtemps qu’il ne s’intéressait plus à elle. Il était mort suite à un malaise qui l’avait fait tomber de cheval en revenant de Bordeaux. Il ne s’était pas remis de sa chute et avait mis plus d’une semaine à quitter la vie. Elle avait presque trouvé cela trop long même si elle ne s’en était point préoccupée.

C’était le frère puîné de son époux qui avait décidé d’aller chercher ses deux filles au couvent et de prévenir ses deux garçons, Isidore qui avait intégré l’armée royale et Paul-Marie, qui était entré dans les ordres dans un monastère bordelais. Pour l’instant, le seul à être revenu était ce dernier, il était devenu moine à l’abbaye de Sainte-Croix, il ne se situait donc pas loin. Leur sœur aînée, Marie-Madeleine Denys, femme d’un membre d’une famille de parlementaires et vivant au Château de Cérons, était arrivée la veille suite à la nouvelle. Elle se serait bien passée du retour de sa progéniture.

Elle avait eu douze grossesses, six enfants avaient survécu. Après toutes ses souffrances, une nouvelle douleur avait surgi au fil du temps. Elle subissait une surcharge pondérale. Elle se révélait pour ainsi dire aussi large que haute et était essoufflée au moindre mouvement. La plupart de ses enfants ressemblaient à leur père, ils étaient grands et minces. Un seul lui ressemblait, c’était son fils aîné, l’héritier du titre et du domaine, François-Xavier. Les autres ne l’intéressaient guère, elles les avaient même peu vus à peine nés, ils avaient eu une nourrice puis une gouvernante et les filles avaient reçu leur éducation du couvent. Elle n’avait guère de considération pour eux d’autant qu’ils avaient causé son martyre. 

*** 

Marie Sophie de Rauzan

La famille des vicomtes de Rauzan avait d’abord obtenu un château du roi de France Charles VII, pour leurs exploits à la fin de la guerre de Cent Ans. Le Château de Rauzan, qu’ils avaient délaissé depuis plusieurs générations, était un château fort médiéval construit au XIIIème siècle, lorsque l’Aquitaine appartenait à la couronne d’Angleterre, par le fameux roi-duc Jean Sans Terre, frère de Richard Cœur-de-Lion. Les vicomtes de Rauzan l’avaient reçu après le départ des Anglais et l’avaient déserté pour des terres plus riches, aussi la demeure familiale se trouvait désormais près de l’abbaye de la Sauve-Majeure. Le site du monastère se déployait à ciel ouvert sur plus de deux hectares clôturés d’un mur d’enceinte au cœur d’une vaste forêt entre les fleuves de la Garonne et de la Dordogne. Presque à l’abandon, les moines bénédictins de Saint-Maure en avaient pris possession et lui avaient redonné vie. Cela n’avait alors pas arrangé la famille de Rauzan qui avait grignoté le terroir et avait donc dû le rendre.

Le paysage s’avérait très vallonné et en dehors des vignobles le château était entouré d’une grande prairie et de beaux arbres. La propriété s’était rétrécie au fil des ventes de terres effectuées par le grand-père et le père afin de maintenir leur niveau de vie, tout d’abord à Versailles puis à Bordeaux. L’héritage se trouvait désormais réduit à une peau de chagrin. 

***

À peine ramener par leur oncle au sein de la demeure, Catherine et sa sœur Appoline se retrouvèrent dans leurs chambres d’enfants sous les toits. Cela démontrait bien le désintérêt de leur mère pour elles. Si son aînée ne se posait guère de question, Catherine, elle, ne comprenait pas pourquoi son oncle était venu les chercher. Elle espérait seulement que Philippine avait raison et qu’elle allait revenir à l’abbaye.

Abbaye de La Sauve-Majeure

La messe se déroula dans l’église Notre-Dame de l’abbaye. Outre la famille, des amis du défunt étaient venus de Bordeaux et des alentours. Catherine restait étonnée, le lieu se révélait rempli. Devant elle, au premier rang, se situaient sa mère, son frère et sa sœur aînée avec leurs conjoints. Les autres enfants avaient été relégués à l’arrière-plan, cela ne faisait que confirmer le délaissement qu’ils avaient pour eux. Le curé n’en finissait pas de faire des louanges au sujet du défunt. La jeune fille avait conscience que certaines s’avéraient plus qu’erronées, elle soupçonnait de sa part un intérêt, mais elle ne percevait pas lequel, sachant que la famille ne détenait pour ainsi dire plus de richesse. Une fois la célébration achevée, ils suivirent la bière jusqu’au cimetière. Le religieux accomplit une dernière bénédiction, puis les hommes qui portaient le cercueil le déposèrent dans le caveau familial. Comme le voulait la tradition, les personnes venues à l’enterrement furent accueillies au château. Catherine trouvait cela interminable. Elle ne conversait avec personne, car nul ne savait qui elle était. Le seul invité qui s’adressa à elle la prit pour une servante. Elle dut le remettre à sa place, bien sûr elle était consciente que c’était dû à sa mise.

***

Le souper fut lugubre pour Catherine. Il n’y avait que la famille et leurs conjoints et tous parlaient de personnes qu’elle ne connaissait pas, aussi cela n’avait aucun intérêt pour elle. Sa sœur, comme elle, se contentait de manger. Les quatre enfants venus pour l’enterrement repartaient le lendemain. Le repas fini, son oncle et son frère aîné retinrent Catherine. Elle fut surprise, mais elle obéit. « — Catherine, ce que je vais te dire est contrariant. Père ne m’a guère laissé d’argent, aussi je ne pourrais te doter. Tu vas bien sûr retourner au couvent, il avait payé tes deux prochaines années. Ensuite, tu reviendras au château. » La jeune fille debout devant ses interlocuteurs resta sidérée, son frère était en train de lui expliquer qu’elle allait devenir vieille fille. C’était pour elle le comble de l’injustice. Elle demeura stoïque gardant en elle sa colère. La seule chose qui la rassurait c’était qu’elle regagnait l’abbaye et qu’elle allait revoir ses amies. Elle n’avait aucun doute, Philippine allait lui donner la solution quant à son avenir. 

Chapitre 007

Le deuxième tournant, un début de solution

Philippine de Madaillan

Les trois amies avaient patienté deux années avant que Philippine détienne un début de solution quant à leur avenir. Lorsque Catherine était rentrée de l’enterrement de son père, son amie avait essayé de la rassurer, lui confirmant qu’elles quitteraient toutes les trois ensemble l’abbaye, mais elle ne savait pas pour où ni comment. Chaque fois qu’elle rencontrait une entité, elle n’était pas concernée, pas plus que ses compagnes. Elle avait ainsi appris le départ de sœur Domitille, l’arrivée de sa remplaçante sœur Geneviève. Elle avait été informée des vœux de la sœur de Catherine, Appoline et le fait qu’elle suivrait sœur Domitille au couvent de Rouen et de là toutes les deux se rendraient ensuite à celui de la Nouvelle-Orléans.

***

Elle laissait courir ses doigts sur la harpe et en pinçait les cordes pour en tirer les notes tandis que sa voix cristalline s’élevait en un chant harmonieux. Philippine était restée seule dans la salle de musique. Elle répétait ce qu’elle pratiquerait pour la messe de Pâques. Alors que la douce sonorité, limpide, surprenante et puissante l’envoutait l’hypnotisait, elle rouvrit les yeux. Une présence se tenait dans le lieu. Son regard découvrit dans un coin de la pièce un ours assis qui l’écoutait. Elle sut de suite que c’était son gardien. L’animal avait changé d’espèce, cela paraissait l’amuser. « — Bonjour Gardien, je suppose que si tu te trouves là, c’est que tu as une nouvelle à me faire passer. 

— C’est juste Philippine, c’est l’ange Jabamiah qui m’envoie. Demain, ton oncle va venir s’entretenir avec la mère supérieure.

— Ah! C’est nouveau. C’est même la première fois depuis que je suis entrée au couvent. Et pourquoise présente-t-il?

— Il porte des contrats dont l’un d’eux notamment fera de toi « une fille du roi ».

— Une fille du roi? Qu’est-ce? Je suppose qu’il ne va pas faire de moi une princesse. 

— Bien évidemment que non. C’est le nom donné aux prétendantes auxquelles le roi fournit une dot, en échange elles doivent aller de l’autre côté de l’Atlantique à Québec en Haute-Louisiane afin de se marier. Mais ce ne sera pas ton cas, pendant le voyage tu deviendras « une fille à la cassette ».

— Et qu’est-ce donc?

— La même chose, mais la destination n’est pas tout à fait la même. Elle se situe plus au sud. C’est ce que l’on appelle la Basse-Louisiane.

— Mais que vont devenir Catherine et Fortunée, nous devions quitter le couvent ensemble.

— Elles vont te suivre, mais tu devras le demander à la révérende mère. »

Sur cette dernière phrase, le gardien se dissipa et disparut. Il avait visiblement donné tous les renseignements pour lesquels il était venu. Philippine resta un moment pour réfléchir. Elle s’avérait fort troublée de toutes ses nouveautés, elle se doutait bien qu’il allait se passer quelque chose, mais point d’aussi inattendu. Elle finit par se lever, elle secoua machinalement sa jupe de laine sombre afin de la remettre en place. Elle rangea sa harpe puis sortit de la pièce pour aller à la bibliothèque. 

***

Elle désirait prendre conscience où se situait son destin. Elle fut accueillie par sœur Julienne, la responsable des multiples livres contenus dans la pièce. Cette dernière ne fut pas surprise de la voir. La jeune fille se présentait régulièrement. Elle se révélait curieuse par nature et venait dans les lieux chercher ou approfondir des connaissances. Philippine la sollicita pour savoir si elle détenait un livre avec des cartes du monde et notamment de la Louisiane. La sœur fut étonnée, mais la guida vers un très grand livre édité par Nicolas de Fer, espérant y découvrir la demande. Quand Philippine examina les cartes où était dessiné le nouveau continent et qu’elle prit conscience de la distance qui le séparait de la France et en particulier de sa région, elle s’exclama sans vraiment y réfléchir. « — Mais comment réalise-t-on la traversée» La sœur la regarda et s’interrogea sur la remarque. Elle savait que la jeune fille pouvait connaitre l’avenir, elles en avaient parlé entre nonnes, ce n’était plus réellement un secret. Elle lui répondit, bien que ce ne soit pas une question. « — En navire, Philippine. Regardez dans ce livre il y a des dessins de vaisseaux effectuant ce type de traversée ». Elle l’attrapa, l’ouvrit et les lui montra. Philippine n’avait jamais été confrontée à ces informations dont elle n’avait jusque là pas eu besoin dans ses études. Elle allait partir si loin et sur un bâtiment qui semblait immense, le tout paraissait bien périlleux.

***

Philippine de Madaillan

Elle se devait d’en parler à ses compagnes. Elle ne pouvait faire autrement bien que le futur périple sembla fort dangereux. Elle se précipita au dortoir, c’était l’heure des devoirs, Catherine et Fortunée, comme il se devait, aidaient les plus jeunes. Philippine se joignit à elle en attendant le moment adéquat. Catherine de suite soupçonna quelque chose, son amie paraissait nerveuse. D’un froncement de sourcils et en dirigeant son regard sur celle-ci, elle alerta Fortunée. Philippine était visiblement troublée. Elles durent patienter pour savoir ce qu’il en retournait. Après la messe du soir, Philippine entraîna ses comparses vers la galerie du jardin d’agrément. À cette heure-là, le soleil se couchait laissant la place à la lune au milieu d’un ciel étoilé. Afin de ne pas être repérées par les sœurs, elles s’installèrent dans l’endroit le plus sombre. Philippine ne savait comment commencer tant la situation se révélait exceptionnelle. Elle remit l’une de ses mèches échappées de son chignon à sa place et se lança « — J’ai été avertie d’une nouvelle qui m’a stupéfiée et je l’avoue inquiétée. Je la partage avec vous, car il semblerait que vous puissiez être concernées. » Catherine et Fortunée furent surprises par le départ de la conversation, ce qui les intrigua. Où voulait donc en venir Philippine ? Cette dernière, courageusement, poursuivie. Elle se demandait comment ses compagnes allaient réagir. « — Mon oncle arrive demain voir la révérende mère afin de faire de moi une fille du roi ou une fille à la cassette. » Fortunée intervint la première. « — Mais cela va te conduire de l’autre côté de l’océan! Et en plus, c’est pour te marier avec une dot royale… Bien sûr, tu auras le droit de choisir ton futur époux. » Catherine resta ébahie, puis elle déclara. « — Tu crois que nous pouvons partir avec toi?

— Si vous le désirez, je peux le demander à la mère supérieure, puisque mon oncle va amener plusieurs contrats sur lesquels il n’y aura que le nom à mettre. Mais attention, le voyage peut s’avérer des plus périlleux. De plus, faut-il que ton frère le veuille ? 

— Pour cela, aucune inquiétude, que ce soit lui ou ma mère, ils ne savent comment se décharger de moi. Cette solution ne peut que les séduire.

— Et toi, Fortunée, es-tu intéressée?

— Bien sûr que je désire venir avec vous. Par contre, je ne suis pas sure que mon père acceptera. 

— Je peux voir avec la révérende mère si tu le souhaites. »

***

Au milieu de la matinée, sœur Dorothée se présenta essoufflée dans le bureau de la mère supérieure. Celle-ci fut étonnée, car elle avait frappé à la porte et avait pénétré aussitôt dans la pièce, ce qu’elle n’effectuait jamais. Elle attendait toujours qu’elle l’y autorise. « — Révérende mère, le vicomte de Madaillan-Saint-Brice vient d’arriver et désire vous voir. » Cette dernière était très surprise, il n’était jamais venu, ni n’avait demandé d’information au sujet de Philippine. Elle le fit entrer, elle était emplie de curiosité. « — Bonjour, monsieur le vicomte, que puis-je pour vous? » Il se tenait devant elle, il s’était assis sans attendre qu’on le lui propose. L’homme se révélait très arrogant et sûr de lui, la mère supérieure de suite ne l’apprécia pas, mais elle n’avait pas le choix. « — Bonjour à vous révérende mère. Je viens vous voir au sujet de Philippine de Madaillan qui, comme vous en êtes consciente, est ma nièce.

— Voulez-vous que je la convie à notre entretien?

— Non, ce n’est pas utile. Je me retrouve là pour deux choses. La première, c’est au sujet de sa grand-mère. Vous ne le savez surement pas, mais elle est décédée aussi il n’y a plus personne pour s’occuper de ma nièce. Deuxièmement, je viens vous porter des contrats royaux, cinq exactement, pouvant faire de vos pensionnaires des « filles du roi ». Bien sûr, l’un des contrats est au nom de ma nièce. Je l’ai déjà signé. » Il posa les documents sur la table et il rajouta. « — Sur ce, je vous laisse. Mes salutations, révérende mère. » Elle n’eut pas le temps de répondre qu’il s’était levé et était sorti. Elle demeura stupéfaite de son comportement. Elle n’en revenait pas de son indifférence envers Philippine ni de son manque de courtoisie. Elle était étonnée que le roi relance cette histoire de « filles du roi ». Cela devait venir d’un de ses ministres, car à son avis ce n’était plus guère d’actualité. De toute façon, il lui restait maintenant qu’à aller chercher la jeune fille afin de l’informer de ces deux nouvelles et non des moindres. Elle demanda à sœur Dorothée d’aller la quérir. 

***

 Dans les minutes qui suivirent, Philippine se retrouva au bureau de la mère supérieure. Elle avait craint de rencontrer son oncle, elle n’aurait su dire pourquoi. Heureusement, quand elle était entrée dans la pièce, n’était présente que la révérende mère. Elle était instruite de ce qu’elle allait lui annoncer, du moins le pensait-elle, aussi qu’elle ne fut pas sa surprise d’apprendre la disparition de sa grand-mère. C’était donc pour cela que son oncle avait apporté les contrats. Elle était quelque peu attristée par le décès, mais d’un autre côté à part les quelques visites qu’elle avait reçues, à aucun moment, elle avait été conviée à se rendre dans l’une des demeures familiales. Elle n’était par conséquent pas effondrée. Après tout, elle avait été rejetée par l’ensemble de sa famille même si sa grand-mère avait essayé de réparer la situation. Sœur Élisabeth fut assez étonnée de son manque d’émotion, mais elle la comprenait. Sa condition était des plus injuste. Elle donna l’indication suivante qui n’était pas des moindres. Elle annonça à Philippine que son oncle avait établi un contrat faisant d’elle une « fille du roi ». « — Vous savez ce que cela veut dire? » La jeune fille acquiesça et demanda. « — Pensez-vous ma mère que Catherine et Fortunée pourraient obtenir le même contrat? Je vous sollicite, car bien sûr elles sont intéressées. »  La révérende mère sourit, bien évidemment elle en avait été informée. « — Comme tu t’en doutes Philippine, je dois écrire à leurs pères. Je vous ferai connaitre leurs réponses lorsqu’elles m’arriveront. Tu n’as pas d’autres demandes?

— Non ma mère, aucune.

 Bien, tu peux donc retourner à tes activités. »

*** 

Fortunée de Langoiran

Comme dans tous les parloirs religieux, celui-ci était séparé en deux par une grille garnie de rideaux de serge noire. Sœur Hélène, qui se trouvait être la responsable des lieux, avait autorisé Fortunée à aller de l’autre côté où patientaient ses parents. Au fond de la pièce en bois de chêne sculpté, assis sur une banquette, ils l’attendaient. Sœur Marguerite était venue la chercher et l’avait emmenée jusqu’au parloir. Elle avait laissé la jeune fille passer la porte de séparation entre les deux salles, puis avec sœur Hélène, elles avaient tiré les rideaux afin que la famille de Langoiran obtienne un peu d’intimité.

Fortunée s’assit en face de ses parents. Elle était consciente qu’ils avaient déjà parlé avec la mère supérieure, avec laquelle elle-même avait exprimé clairement son désir d’accompagner ses deux amies. Elle avait pris le temps d’expliquer à cette dernière qu’elle n’avait aucun avenir si elle restait dans la région, la fortune parentale s’étant effondrée. Elle devait donc se débrouiller par elle-même, et les contrats de « filles du roi » représentaient une opportunité. 

Après s’être salué, Monsieur de Langoiran entama la discussion. « — Comme tu t’en doutes, nous sommes venus nous entretenir avec la révérende mère suite à sa missive, nous stipulant que tu voulais devenir une fille du roi ». Cela nous a surpris d’autant que l’on pensait que notre roi n’en envoyait plus.

– Oui père. Mais l’oncle d’une de mes amies a ramené plusieurs contrats de Versailles. Comme je suis consciente des difficultés financières de notre famille, j’ai songé que c’était une bonne solution.

— Tu as évidemment raison, mais j’avoue que je ne suis pas emballé par cette idée. Effectivement, cela te donne une chance de mieux construire ta vie. Ce qui m’inquiète, c’est notamment la traversée et de plus le fait de te savoir si loin.

— Je comprends bien père, mais vous n’allez pas pouvoir me doter et je n’ai nulle envie d’être une nonne. De toute façon, il faut de même une dot pour entrer dans les ordres même si elle est moindre. C’est pour cela que j’ai demandé à faire partie du groupe. 

— Si cela est ton désir, nous allons acquiescer à ta requête. Si j’ai bien saisi, vous partez début mai, aussi nous n’aurons guère l’occasion de nous revoir. J’ai donné une somme d’argent afin de te faire fabriquer une robe digne de ce nom. Ta mère et moi te souhaitons bonne chance.

Ils l’embrassèrent et là quittèrent, en fait le père de Fortunée avait déjà signé le contrat.

_______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

épisode suivant

mes écrits

L’orpheline/ chapitre 003 deuxième partie et 004

chapitre 001

épisode précédent

Chapitre 003

Le couvent

mère Élisabeth, mère supérieure

Le couvent se révélait immense, il détenait une église, deux sacristies, quatre corps de logis principaux. Les bâtiments conventuels comprenaient un étage et un niveau sous combles, ils étaient édifiés et s’organisaient autour de la cour centrale qu’était le cloître. L’ensemble possédait plusieurs autres bâtisses, dont le pensionnat, qui était composé de dortoirs et d’appartements, ainsi qu’un chai à bois et à paille, de même que des abris à cochons, un puits, un jardin et une cour. Sœur Dorothée guidait Philippine vers l’un des pavillons d’angle dans lesquels étaient accueillies les filles de l’aristocratie pauvre. L’architecture s’en avérait sobre et rythmée de lucarnes à frontons alternativement triangulaires et courbes. 

Sœur Dorothée se dirigea vers le réfectoire. Les pensionnaires s’y étaient rassemblées pour leur souper. Le lieu était une grande salle haute de plafond, avec de longues tables de bois agrémentées de bancs et de quelques buffets dans lesquels était rangée la vaisselle. L’un des murs était habillé de boiseries, les autres étaient encore de pierre, nue et sans fioriture. La prieure somma la lectrice de s’interrompre, ce qu’elle fit aussitôt. « — Mesdemoiselles, je vous présente Philippine de Madaillan. Je vous demanderai d’être bienveillante envers notre nouvelle venue. Sœur Domitille, je vous prierai de bien vouloir en prendre soin. »  

La maîtresse des plus jeunes pensionnaires s’approcha de la fillette. Elle lui sourit, celle-ci le lui rendit timidement, elle lui prit la main afin de la conduire jusqu’à une des tables. « – Catherine, Fortunée, je vous invite à entourer Philippine. N’oubliez pas, qu’elle vient d’arriver, aussi elle ne connaît rien de notre couvent, il faudra donc la guider dans les lieux et dans ses actions. Je compte sur vous. Je reviens vous chercher à la fin du repas et vous mènerai à la chapelle pour la prière du soir. »

Les deux petites filles laissèrent une place entre elles à la nouvelle  venue. De suite, Philippine sut qu’elle pouvait leur faire confiance. Catherine de Rauzan et Fortunée de Langoiran étaient l’une comme l’autre les cadettes de leur fratrie. 

Catherine de Rauzan

 Les Rauzan avaient six enfants. Ils dotèrent leur fille ainée. Ils envoyèrent leurs deux derniers garçons, le premier-né héritant du titre du domaine, le deuxième à l’armée et le troisième dans un monastère afin qu’il rentre dans les ordres. Ils n’avaient donc pour ainsi dire plus d’argent. Pour leurs deux autres filles, avec l’espoir qu’elles deviennent nones, ils les avaient fait entrer au couvent des  ursulines.

Les Langoiran de leur côté avaient été ruinés par le négoce. Le navire qui transportait leurs vins avait coulé aux abords de l’Angleterre lors d’une tempête, cela avait effondré leur niveau de vie. Ils avaient juste eu le temps de marier leur fille ainée avec une dot convenable. Le fils gérait avec son père les restes du domaine familial. Devant le manque d’argent, ils avaient aussi placé Fortunée chez les ursulines. 

***

La lectrice poursuivit le passage de la bible qu’elle avait commencé avant la venue de la prieure. Philippine découvrait les lieux de sa nouvelle vie ainsi que ses compagnes. Elle constata qu’elles étaient très nombreuses et qu’elle faisait visiblement partie des plus jeunes. Catherine et Fortunée, qui prenaient avec sérieux la responsabilité qu’on leur avait donnée, guidaient de leur mieux leur camarade. Ce n’était guère compliqué, tout en chuchotant elles lui montraient comment se servir et quelle quantité saisir. Elles furent étonnées de voir qu’elle ne mangeait pas grand-chose. Elles supposèrent que son arrivée et toutes les nouveautés futures l’inquiétaient. Elles s’attendrirent.

Le souper fini, comme annoncé, sœur Domitille vint les chercher. Toutes les élèves dont elle s’occupait, au même titre que celles des autres sœurs, se mirent en rang deux par deux. Elle plaça Philippine à ses côtés. Elles partirent pour la chapelle. Elles traversèrent le cloître d’une trentaine de mètres dont les galeries étaient couvertes d’une charpente de bois. En levant le nez, la fillette remarqua les arcades en arc brisé soutenues par des colonnes de même diamètre jumelées deux à deux. Aux quatre angles des portiques surmontés de chapiteaux décorés. Elle trouvait cela très beau. Elles pénétrèrent au sein du lieu saint et s’assirent sur des bancs, Philippine à côté de la maîtresse. Ses deux compagnes la rejoignirent afin de rester en sa compagnie.

Le temps que tout le monde s’installe, Philippine examina l’ornementation. Un bloc de marbre servait à édifier le grand maître autel qu’elles avaient face à elles. Il était rehaussé de sculptures dorées et incrusté de médaillons contenant des reliques. Le tabernacle s’avérait massif. Il avait l’apparence d’un temple grec, avec son fronton garni d’un ange portant une croix. Sur la porte finement ciselée était représentée une nativité, surmontée d’une étoile brillante. De chaque côté de l’autel, elle apercevait deux anges porte-lumière et un très beau crucifix d’ivoire. Elle finit par constater que depuis qu’elle était entrée dans l’abbaye, elle n’avait que très peu vu d’entité, ou de fantômes comme dirait le commun des mortels. Elle supposa que peu de personnes étaient trépassées dans l’endroit, car bien souvent sans y rester, ils revenaient sur les lieux de leur décès. Ou alors ils ne détenaient pas de message à faire passer, ce qui était rare. 

***

Les prières finies, elles se dirigèrent vers le corps de logis destiné aux pensionnaires et entièrement séparé de celui des religieuses. Philippine découvrit un dortoir détenant une quinzaine de lits, tous agrémentés d’un prie-Dieu, d’une tablette pour poser quelques livres avec en dessous une table accompagnée d’une chaise de paille. Sœur Domitille escorta celle-ci jusqu’au fond de la pièce où se situait le dernier lit de libre. D’un côté se trouvait le mur de pierre, de l’autre la couche de Fortunée et en face celle de Catherine. Philippine s’assit dessus, il était conçu d’une paillasse recouverte d’un drap et d’une couverture de laine, le tout installé sur des planches maintenu dans un cadre et des pieds de bois. Elle était décontenancée, non pas par le manque de confort, qu’elle ne pouvait réaliser ayant vécu à la métairie, mais par le nombre de personnes dans l’espace, elle qui dormait seule dans une chambre. À l’instar de ses comparses, elle se déshabilla et en chemise se glissa dedans. Sur le dos, elle fixait le plafond. Petit à petit, tout le monde s’assoupit sauf elle. De l’une des fenêtres, elle vit arriver son ange qui lui sourit « — Rassure-toi, tu es au bon endroit. Bien sûr, toutes ne seront pas gentilles, mais tu peux te détendre, tout se passera bien. » Ses inquiétudes dissipées, Philippine plongea dans le sommeil et se réveilla comme toutes au son de la cloche. 

***

Dans les jours qui suivirent, guidée par Catherine et Fortunée, Philippine découvrit les salles de classe et de musique, la bibliothèque, l’infirmerie. Les deux petites filles l’amenèrent au jardin et même au potager. L’établissement ne possédait que peu ou pas d’ornements sur les murs ou les fenêtres. Il n’était pas chauffé malgré la cheminée dans le dortoir, dans laquelle on ne réalisait jamais de feu. Quant à l’eau dont elles avaient besoin pour la toilette, elle était puisée dans un puits situé dans la cour, elles devaient y aller par elle-même. La fillette appréciait les lieux hormis le confessionnal. Elle n’aimait pas l’idée de partager ce qu’elle savait avec le curé qui venait une fois par semaine dans ce but. 

Philippine de Madaillan

Philippine ne se retrouva pas gênée par le rythme des journées même si elle le trouvait répétitif. Elles étaient tenues de se lever à l’aube, s’habiller au plus vite pour aller prier avant que de la commencer. La toilette était rapidement expédiée, les petites filles se coiffaient entre elles pour gagner du temps sous le regard de sœur Domitille. Les invocations achevées, elles se dirigeaient au réfectoire pour le premier repas. Ensuite, elles se rendaient en classe pour débuter leurs leçons ou poursuivaient leurs ouvrages. Juste avant midi, elles retournaient dans le réfectoire pour le déjeuner. L’une d’entre elles, parmi les plus âgées, accomplissait la lecture. Après s’être sustentées, elles avaient droit à une récréation lors de laquelle elles allaient au jardin où dans la cour s’il faisait beau et si le temps ne se montrait pas clément elles restaient dans la salle. En début d’après-midi, elles effectuaient leurs vêpres et après quoi retournaient en classe. Suite à cela, les plus jeunes apprenaient leurs leçons de catéchisme, quant aux autres élèves, elles pratiquaient des activités diverses. La journée finissait par les prières des complies, puis le souper suivi par une courte pause, les oraisons du soir et ensuite le coucher.

La plupart du temps, Philippine profitait des exercices de piété pour échanger avec les entités du lieu. Catherine fut la première à constater l’étrangeté de son comportement pendant les moments où elles se trouvaient dans la Chapelle. Elle partagea son impression avec Fortunée qui fit le même constat. Philippine ne priait pas ou peu. Leur camarade semblait parler toute seule ou alors à des gens qu’elles-mêmes ne voyaient pas. Elles n’émirent aucune remarque. Elles pensèrent que Philippine devait être quelque peu bouleversée par cette nouvelle vie. Elles l’entourèrent et la protégèrent des autres, car certaines d’entre elles commencèrent à se faire une réflexion identique et les interpellèrent pour savoir. Comme elles ne voulaient pas entrer dans le conflit, elles firent comme si elle ne comprenait pas leurs demandes. Les trois amies reçurent en échange quolibets et moqueries qu’elles ignorèrent de leur mieux. Bien que suspicieuses, les autres pensionnaires finirent par se lasser. 

Chapitre 004

l’arrivée de madame Bouillau-Guillebau

Jeanne-Marie-Louise Bouillau-Guillebau

Madame Bouillau-Guillebau, ce jour-là, se leva tard. La veille avec son mari, entre le théâtre et le souper chez des connaissances, ils s’étaient couchés au milieu de la nuit. Sa chambrière, Adolphine, la préparait. Après l’avoir coiffée, elle l’habillait quand Théodore, son époux et valet de sa maîtresse, frappa à la porte et apporta une lettre. Cette dernière lui fit poser sur une des commodes de la pièce. « — Théodore, s’il vous plait qui a livré cette missive?

— C’est un bénédictin de Sainte-Croix, madame. Il revenait des ursulines de Saint-Émilion.

— Du couvent des ursulines? Grand dieu, laquelle de mes amies est allée s’y réfugier? Bon, je verrai cela ce soir, pour l’instant j’ai trop à faire pour m’y attarder. »

Les fêtes pascales étaient passées, le printemps était là, le soleil irradiait le jardin laissant flotter les parfums des fleurs et le bourdonnement des abeilles. Leur demeure se situait dans le quartier de l’église Saint-Seurin qui se développait. Monsieur et Madame Bouillau-Guillebau recevaient la famille Corneillan. Leur fille, Isabelle, allait épouser leur second fils, Ambroise. Celui-ci n’héritant pas des domaines familiaux, il avait créé, avec l’aide de son père et de son frère aîné, Augustin, une maison de négoce qui s’avérait en pleine expansion. Les Corneillan collaboraient sur certains voyages avec lui et en avaient tiré profit. Ils s’étaient empressés de lui proposer leur cadette avec une dot conséquente, ce qui l’avait accepté, car c’était pour eux une bonne association. 

Après avoir vérifié dans le miroir le tombé de sa robe volante, une toilette à la dernière mode du jour, elle alla voir comment avait été installée la table dans le salon de réception qui donnait sur la terrasse du jardin. Pour la forme, elle fit rectifier le placement des couverts. À peine fini, son époux arriva suivi des invités. Isabelle était une jolie jeune fille, ce qui satisfit sa future belle-mère. La fiancée découvrit pour la première fois son conjoint. Quoiqu’intimidée, elle l’estima plaisant. Il était blond, les yeux bleus et de cinq ans plus âgé qu’elle. Elle fut rassurée. 

Le repas s’écoula agréablement. Les deux familles firent plus ample connaissance, la gent masculine se trouvant déjà en relation. Le dîner achevé, pendant que tout le monde s’installait au jardin à l’ombre d’un châtaignier, les deux pères signèrent le contrat de mariage que leurs avocats avaient acté. 

Madame Bouillau-Guillebau était satisfaite, tout s’était déroulé parfaitement. Ses invités partis, elle conversa avec son époux sur l’accord qui contentait les uns et les autres. Les noces auraient lieu le mois suivant. Le souper effectué chacun se rendit dans sa chambre. Entre la soirée de la veille et la journée, chacun ne rêvait que de repos. Adolphine aida sa maîtresse à se dévêtir et à se coiffer pour la nuit. Avant de quitter la pièce, elle rappela à cette dernière le courrier posé sur la commode. 

***

Elle ouvrit la missive et découvrit un message de la mère supérieure et non d’une amie comme elle le pensait. Quelle ne fut pas sa surprise d’apprendre que sa petite fille avait été expédiée par son oncle dans le couvent ! Elle fulminait de colère, premièrement par ce qu’elle n’avait pas été prévenue par celui-ci et deuxièmement contre elle-même. Elle n’avait pas été la voir depuis plus de trois ans. Elle avait envoyé quatre fois l’an de l’argent aux métayers afin qu’ils puissent s’en occuper au mieux, mais elle avait abandonné ses visites. Elle s’en voulait, car elle s’était détachée de la petite. Elle avait le sentiment d’avoir rejeté sa propre fille en s’éloignant de son enfant. Il est vrai qu’elle pensait que la fillette était simple d’esprit. À chacune de ses rencontres, celle-ci donnait l’impression que rien ne l’intéressait autour d’elle, elle semblait perchée, en dehors de la vie terrestre. Elle gardait les yeux dans le vague. Lasse de cette conduite, pendant laquelle elle n’échangeait point avec Philippine, elle s’était contentée de pourvoir à ses besoins. Elle avait honte de cet reniement, elle avait réitéré le comportement de sa mère qui n’avait pas voulu la voir à sa naissance. Elle se rendrait au plus vite au couvent pour se rendre compte de son confort et de ses besoins. Elle savait qu’elle irait seule. Son époux, François-Alexandre Bouillau-Guillebau, en apprenant le décès de sa fille avait refusé lui aussi de connaitre le nourrisson et l’avait laissée s’en occuper. 

***

Le valet de pied sauta de la voiture et alla sonner la cloche du portail principal de l’abbaye. Les sœurs vinrent ouvrir les portes afin de laisser pénétrer le carrosse. Mme Bouillau-Guillebau en descendit avec sur ses talons, Adolphine chargée de colis. Elle tapota sa jupe et replaça sa robe volante de taffetas bordeaux avant de suivre la nonne qui l’avait accueillie à l’entrée du couvent. Le bâtiment principal se révélait immense bien que de deux étages, il s’avérait plus haut que tous les autres d’autant qu’il était agrémenté de mansardes sur le toit. Tout en marchant sur les pas de son guide, elle monta l’escalier central qui démarrait du grand hall et qui menait aux appartements de la révérende mère et notamment à son bureau. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas pénétré dans une telle structure. La dernière fois, c’était aux ursulines de Libourne afin de quérir sa fille pour ses fiançailles. 

Jeanne-Marie-Louise Bouillau-Guillebau

Une sœur les y avait précédées afin de tenir avisée la mère supérieure, Sœur Élisabeth, de l’arrivée de la visiteuse. Lorsque Mme Bouillau-Guillebau se présenta, elle se trouvait derrière sa table de travail. Elle se leva à son entrée et après l’avoir saluée, elle lui proposa le fauteuil en face d’elle. « — J’avoue, je n’avais pas été informée de la présence de Philippine au sein de votre établissement. J’ai amené comme vous me l’avez demandé des matières afin de faire réaliser sa garde-robe ainsi qu’une somme d’argent pour l’exécuter et bien sûr un supplément pour l’abbaye.

— C’est aimable à vous, je vous remercie. J’ai envoyé une nonne chercher la petite pour que vous puissiez la voir.

— Je vous en suis reconnaissante, j’espère que son comportement ne perturbe pas trop les personnes qui s’en occupent.

— De quel comportement parlez-vous?

— Je suppose que vous vous êtes rendu compte de son étrange attitude. Elle ne semble pas toujours présente, voire attardée.

— Philippine? Nous n’avons jamais eu une élève qui assimilait aussi vite. En deux mois, elle a acquis les bases de la lecture, de l’écriture et du calcul. Nous n’avions jamais vu cela. Bien sûr, il lui faudra un peu de temps pour l’orthographe et la grammaire, mais elle est très concentrée. Sa maîtresse a été fortement étonnée d’autant qu’elle ne savait rien en arrivant, puisqu’elle n’a pas eu de gouvernante. »

Madame Bouillau-Guillebau était sidérée, comment la fillette avait elle pu changer à ce point ? Ce n’était peut-être pas sa petite fille. La mère supérieure ne comprenait pas les réflexions de sa visiteuse. Comment pouvait-elle penser que Philippine était demeurée ? Elle retenait tout ce qu’elle apprenait. Elle avait même été remarquée pour sa voix, dans quelque temps elle rejoindrait le cœur et apprendrait un instrument de musique, la harpe l’attirait. Les sœurs, qui l’entouraient, étaient ravies de la vivacité de Philippine. La réflexion de l’une et de l’autre n’était pas achevée que la prieure, entra avec l’enfant. Quoiqu’elle ne l’ait point vue depuis longtemps, il s’avérait évident que c’était la fille de sa fille. Elle lui ressemblait, elle était aussi jolie voire plus. Sa chevelure avait foncé, mais ses yeux immenses étaient identiques à ceux de sa mère, bien qu’ils semblaient plus lumineux et transparents. Elle lui sourit et se leva pour la baiser sur les deux joues. Philippine reconnut de suite sa grand-mère et le lui rendit. Elle avait été alertée la veille de son arrivée par une présence fantomatique et floue, qu’elle n’avait pas réussi à distinguer. Elle avait été surprise, persuadée de son abandon par celle-ci. 

***

La plupart des abbayes se méfiaient de la nature féminine. Les couvents appliquaient certains principes avec rigueur de crainte de trop éduquer les pensionnaires. La règle étant d’inculquer aux jeunes filles l’obéissance, l’humilité, la soumission, la crainte de l’autorité, les sœurs essayaient même d’effacer chez elles les traits de caractère trop saillants, l’instruction religieuse prenant évidemment le pas sur les autres matières.

 L’enseignement aux ursulines de Saint-Émilion s’avérait différent et particulièrement de qualité. En plus de l’étude de l’écriture, de la lecture, de l’orthographe et du calcul, on leur apprenait à rédiger dans un style élégant et clair, à élaborer des comptes ou des quittances. À cela s’ajoutaient des leçons de politesse, de bonnes manières, de coutures, et de travaux ménagers. Le couvent, pour les jeunes filles de l’aristocratie, étendait leur programme à la poésie, l’histoire et la géographie. L’établissement faisait même venir des maîtres de latin afin de parfaire leur éducation. Tout cela plaisait à Philippine, elle se montrait naturellement curieuse. 

Pour la fillette, le temps s’écoulait entre son enseignement, les visites de sa grand-mère et les tendres relations avec Catherine et Fortunée. Les trois enfants s’entendaient fort bien et se soutenaient en toutes circonstances. Quelques semaines après la première venue de madame Bouillau-Guillebau, la garde-robe de Philippine lui fut livrée. Elle n’avait jamais possédé de robes aussi jolies, bien qu’elles fussent toutes d’une grande sobriété, la coquetterie étant plutôt mal vue, voire même combattue. Aucun miroir n’était d’ailleurs présent dans l’établissement, ils étaient même interdits. Les sœurs demandaient aux pensionnaires de s’habiller et se déshabiller le plus promptement possible afin d’éviter toute indécence ou incitation au narcissisme. Le froid, qui régnait dans les dortoirs insuffisamment chauffés, obligeait de toute façon les jeunes filles à se dévêtir très rapidement pour ne pas geler sur place. Cela n’empêchait pas les aînées de se montrer quelque peu arrogantes envers les plus petites dès que les nonnes s’absentaient. Le trio se contentait de les regarder faire, cela les indifférait. 

_______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

épisode suivant

mes écrits

L’orpheline/ chapitre 002 et 003 première partie

chapitre 001

épisode précédent

Chapitre 002

Un vicomte narcissique

Paul-Louis de Madaillan-Saint-Brice

Paul-Louis avait toujours été très beau et dégageait une allure princière de par sa taille et sa posture. Avec son étincelle de génie dans les yeux, ses traits réguliers et sa mâchoire forte, il impressionnait toute sa sphère. Son égo illimité et sa confiance en lui avaient constamment fait croire que sa puissance pouvait vaincre la mort. Il aimait se lancer des défis, simplement pour triompher de ses éventuelles craintes. Son entourage se révélait admiratif de cet aplomb qui ne le quittait jamais. Lorsque son père, le vicomte de Madaillan-Saint-Brice, se retira de son régiment, il lui demanda d’intégrer à sa place la maison militaire du roi, en tant que Capitaine de la garde du corps du roi. Celui-ci s’empressa d’accepter et rejoignit Versailles avec la lettre de recommandation de son paternel. Il n’eut aucun mal à s’y incorporer. 

***

En l’année de 1722, Philippe d’Orléans, le Régent de France goûtait avec plaisir l’exercice du pouvoir. Surgit alors dans sa tête une idée de génie, une idée qu’Henri IV avait déjà eue et qu’il comptait réitérer. En 1615, les ambassadeurs français et espagnols avaient effectué dans l’île des Faisans l’échange de deux fiancées royales. Élisabeth, la fille d’Henri IV, fut promise à Philippe IV, roi d’Espagne, et en contrepartie Anne, la sœur de celui-ci, était destinée au futur Louis XIII, frère d’Élisabeth et fils d’Henri IV. Philippe d’Orléans décida donc de proposer une action similaire à Philippe V d’Espagne, un mariage entre Louis XV, âgé de onze ans, et la très jeune infante, Anna Maria Victoria, âgée de quatre ans. En échange, il suggéra de donner une de ses nombreuses filles, Mlle de Montpensier, comme épouse au jeune prince des Asturies, héritier à venir du trône d’Espagne. Cela lui permettait de renforcer ses positions et de consolider la fin du conflit avec son pays voisin. La réaction de Madrid s’avéra enthousiaste, et les choses se mirent vite en place. Le duc de Saint-Simon fut enrôlé par le Régent en tant qu’« ambassadeur extraordinaire » afin d’aller signer les actes de mariage. Il accepta que les deux fils de ce dernier, Jacques-Louis Vidame de Chartres, et Armand-Jean, l’accompagnent en vue d’obtenir pour lui-même et pour eux, le titre de grand d’Espagne. 

La garde royale se trouva responsable du périple des deux princesses. Le lendemain du bal qui fêtait les deux alliances, on mit mademoiselle de Montpensier dans un des carrosses du voyage. Elle se retrouva escortée de la très laide madame de Cheverny, sa gouvernante, et de la duchesse de Ventadour, future gouvernante de l’infante. L’une et l’autre ne passeraient pas la frontière et l’y laisseraient seule. Elles roulèrent dans un riche équipage de huit chevaux, accompagné de quatre-vingts gardes dont Paul-Louis était l’un des capitaines, suivis de cent cinquante gardes dirigés par le prince de Rohan-Soubise fermant la marche qui les conduisaient jusqu’à la frontière espagnole. Le trajet fut long et des plus désagréable tant les routes étaient mauvaises. Parvenu à Bayonne, Mademoiselle de Montpensier, malade, fut reçue par la reine-douairière d’Espagne, Marie-Anne de Neubourg, deuxième épouse de Charles II d’Autriche.

L’échange entre les deux princesses devait s’accomplir sur l’île des faisans au milieu de la Bidassoa, rivière qui débouchait dans le Pays Basque et qui servait de frontière entre les deux royaumes. Afin d’exécuter une arrivée en grande pompe, on construisit au cœur de l’île un magnifique pavillon. Il fut constitué de deux ailes égales, l’une côté Français, l’autre côté Espagnol, elles se rejoignaient au centre sur un salon ornementé spécialement pour l’occasion. Fabriqués à Saint-Jean-de-Luz, à Paris, ou bien prêté par le garde-meuble du château de Versailles, le lieu était meublé et décoré avec splendeur. L’unique fonction du pavillon était d’être traversé. Pour y accéder, il fallait franchir des ponts de bateaux. Sur chaque rive, la foule s’était massée afin d’ovationner les deux princesses. La cérémonie de l’échange était dirigée par le marquis de Santa Cruz pour l’Espagne, et par le prince de Rohan-Soubise pour la France. Le salon avait été divisé par une ligne médiane, symbolisant la frontière que les deux princesses devaient traverser. Cela se fit à midi.

Paul-Louis, avec ses hommes, était resté sur la rive française du fleuve, ils attendaient l’infante d’Espagne qui allait prendre la place de Mademoiselle de Montpensier. Celle-ci arriva escortée par Maria Nieves et Mme de Montellano ainsi que de la duchesse de Ventadour qui repartait pour Versailles en sa compagnie. Dans le groupe des suivantes de la future reine, la seule personne que Paul-Louis remarqua ce fut une toute jeune fille qui marchait derrière l’infante et ses accompagnatrices. Elle détenait un visage d’ange. Émerveillé, il croisa son regard quand elle passa face à lui, son cœur se contracta. Lui qui n’avait jamais eu de difficulté à séduire les femmes, il s’interrogea, ce coup-ci y parviendrait-il ? Devant la beauté de la demoiselle, il douta de lui. C’était la première fois qu’il avait un tel ressenti.

Maria Louisa della Quintania était la petite fille d’un Vicomte français venu s’installer en Espagne à la demande de Louis XIV. Elle avait été élevée dans un couvent de Madrid, c’était une très jolie jeune fille au caractère indépendant, ce qui n’était pas facile à vivre dans une société où l’on ne demandait pas l’avis de  la gent féminine. Elle avait du mal à supporter l’autorité et elle avait bien compris que ce français qui la regardait sans fin faisait partie de ceux qui ne doutaient pas de leur pouvoir. C’était dommage, parce que l’homme ne lui déplaisait pas. Il avait profité du trajet de retour et des fêtes données en l’honneur de la future reine de France pour se rapprocher d’elle et lui faire la cour. Elle était restée distante et froide, car elle ne voulait point succomber à son désir, elle espérait bien mieux. Plus le temps passait, plus Paul-Louis s’adoucissait devant celle qui faisait vaciller son cœur. Maria-Louisa finit par s’attendrir, mais ne céda pas aux pulsions de son admirateur. Comprenant qu’il ne détenait qu’une solution, à peine arrivé au Palais-Royal, il la demanda en mariage, ce qu’elle accepta ainsi que ses parents. 

Chapitre 003

Le couvent

Philippine de Madaillan

Exceptionnellement, Philippine se retrouva seule, du moins le crut-elle. Elle était simplement éloignée de Jean et de ses parents qui l’avaient mise à l’ombre des chênes près du ruisseau pendant qu’ils semaient les récoltes à venir en s’alliant avec d’autres métayers. Le soleil brillait inondant le décor alentour à ce moment de la journée. De toute façon, elle était la fille du château donc elle ne pouvait participer à leurs activités. D’elle-même, elle l’aurait effectué, mais Berthe lui avait longuement expliqué qu’elle ne pouvait les aider. Ils pourraient se faire admonester voire pire, par le châtelain. Elle avait donc obéi, bien qu’elle n’ait aperçu le vicomte de Madaillan-Saint-Brice, qui était son oncle, que deux ou trois fois et encore de loin. Appuyée contre le tronc du chêne, elle laissait son regard rêvasser sur le paysage qu’elle avait face à elle. Sans s’en rendre compte, elle se dissocia du moment présent, et entra en transe. Elle se mit à marcher dans l’espace, puis elle sauta d’un nuage à un autre, ils la transportaient entre le monde réel et celui des entités qui l’accompagnaient journellement. Elle apercevait la métairie et ses champs d’en haut. Bien que ce fut étrange, elle n’était guère étonnée, elle avait déjà eu droit à différentes variantes. Elle vit arriver devant elle son ange. « — Philippine, il faut que tu ailles à la métairie, le majordome du Vicomte va venir te chercher. » La petite fille fut surprise par cette injonction. « — Pourquoi vient-il me chercher? Son maître ne s’est jamais occupé de moi.

— Cela est vrai, mais il lui a demandé de t’emmener au couvent des ursulines de Saint-Émilion.

— Au couvent ! Pourquoi dois-je aller au couvent?

— Il va épouser une vicomtesse espagnole, il ne veut pas que son union soit altérée par ta présence.

— Mais je vis à la métairie. Il n’en a donc rien à faire. Il ne s’est point intéressé à moi, à aucun moment.

— Philippine, si sa future femme l’apprenait, elle trouverait cela des plus étrange. De plus, tu dois recevoir une éducation digne de toi et le couvent s’avère la bonne formule.

— Bien, je vais y aller. De toute façon, je ne pense pas avoir le choix.

— C’est un fait! Mais ne t’inquiète pas, c’est une conjoncture bénéfique pour toi. » Sur ce, l’ange se dissipa, et la fillette rouvrit les yeux. Reprenant conscience de ce qui l’entourait, elle se leva, une merlette chantait au-dessus de sa tête. Elle rajusta sa mise et refit sa tresse qui tombait jusqu’au bas de son dos. Elle alla chercher Berthe, qu’elle considérait comme sa mère. Elle longea la rivière et se dirigea vers le champ où celle-ci binait, piochait et ensemençait avec son époux, son frère de lait et leurs voisins. 

Tous la savaient étrange, mais aucun n’avait d’apriori, elle s’avérait charmante et pleine de gentillesse, de plus c’était une châtelaine, visiblement abandonnée par son ascendance. Ils ressentaient de la pitié pour l’enfant. Ce dont ils n’étaient pas instruits, c’est qu’elle avait sauvegardé à plusieurs reprises leurs patrimoines ou des membres de leur famille. Pour Berthe et Paul, elle semblait connaître l’avenir. Ils avaient été déconcertés par les premières divulgations. Elle annonçait à l’avance avec naturel et certitude les orages ou les personnes qui allaient être ou étaient en difficulté. Elle le disait sans vraiment y réfléchir comme si l’information passait dans ses pensées par inadvertance. Cela leur avait permis plus d’une fois de sauver leurs biens et leurs parentèles. Pour Jean, c’était une évidence, à plus d’une occasion, elle l’avait empêché d’accomplir des bêtises ou de se mettre en danger. 

Quand elle arriva, Berthe leva la tête, au vu de la tristesse sur son visage, elle comprit qu’elle allait apprendre une mauvaise nouvelle. « — Maman Berthe, le majordome du château va se présenter à la métairie, nous devons y aller. » À la surprise de leurs voisins, le couple Fauquerolles et leur fils s’excusèrent auprès d’eux et prenant en main leurs outils, sarclettes, pioches et binettes, ils suivirent la fillette. Qu’allait-il encore se produire ? Pourquoi le majordome se rendait-il chez eux ? Il devait venir chercher la petite, mais pourquoi ? Ils se doutaient bien qu’ils n’allaient pas être informés de la raison, tout au moins pas tout de suite ou pas franchement. Jeannot marchait à côté de Philippine, il la questionnait. Il voulait savoir. Elle lui raconta ce qu’elle avait appris sans lui parler de son ange. Elle ne l’avait jamais tenue éclairée de sa présence. Il était abasourdi et très malheureux, il ne pensait pas que l’on pouvait le séparer de sa sœur de lait. Et le couvent, il ne pourrait y mettre les pieds. Il se renfrogna et devint très triste. 

Parvenu devant la métairie, le carrosse du château attendait. Lorsque le majordome les vit arriver, il descendit de la voiture. Ce fut Paul qui s’adressa à lui. « — Que nous vaut votre présence, monsieur Ribois

— Je viens chercher Philippine de Madaillan pour l’amener à l’abbaye de Saint-Émilion. Monsieur le Vicomte m’a envoyé un courrier afin que je l’y conduise diligemment, elle doit recevoir une éducation digne de son rang. Il estime qu’il a trop longtemps attendu. » En fait, tous se révélaient conscients qu’il avait quelque peu oublié l’enfant qui ne l’intéressait guère. « — Puis-je l’accompagner? » Demanda Berthe. Monsieur Ribois accepta avec soulagement. Il y en avait facilement pour deux bonnes heures de voyage. Il devait aller prendre un bac, un passe-cheval, à Branne, en espérant qu’il ne fut pas contraint d’aller jusqu’à Libourne, dans le but de faire traverser le carrosse sur la Dordogne et cela prendrait du temps. De plus, il ne sentait pas très à l’aise à l’idée d’emmener la fillette aux ursulines. Il n’aurait su dire pourquoi, tout au moins il ne voulait pas se l’admettre.

***

Sœur Élisabeth, la mère supérieure de l’abbaye des ursulines de Saint-Émilion, assise, face à la fenêtre de son bureau, réfléchissait. Elle était la dernière fille du comte d’Astier de la Vigerie. Celui-ci, comme tous les aristocrates de la région, détenait un château et des vignes, l’ensemble se situait dans le Médoc. Enfant, elle y passa sa vie. Lorsqu’à l’âge de sept ans, elle dut rentrer au couvent, instinctivement elle réclama à aller aux ursulines. Sa mère en ayant fait le retour à son père, celui-ci agréa, espérant qu’avec un peu de chance, elle demanderait à entrer dans les ordres. La période venue, Élisabeth souhaita être une sœur de son abbaye. Avec le temps, elle en devint la mère supérieure, car aucune postulante se révélant d’une famille noble ne désirait se perdre au fin fond de cette région. Elle ne regretta jamais sa situation même dans les moments les plus difficiles.

Après une pandémie, une peste arrivée de Marseille, qui avait amené la ville à se confiner, empêchant certaines de ses pensionnaires à revenir au couvent, voilà qu’elle se retrouvait avec une énigme. Elle ne comprenait pas pourquoi le Vicomte de Madaillan-Saint-Brice lui envoyait sa nièce. Elle n’avait évidemment rien contre, mais son abbaye avait été créée pour élever les filles des classes pauvres, il détenait bien sûr aussi beaucoup d’aristocrates désargentées. À son avis, cette enfant n’en faisait pas partie. De plus, ses grands-parents, les Bouillau-Guillebau, n’apparaissaient pas non plus dans le besoin. Ils avaient un hôtel particulier dans Bordeaux et une propriété viticole dans le Médoc et une autre dans les Graves. Elle supposait qu’il y avait autre chose, la fillette avait peut-être un problème, mais lequel ? S’en défaisait-il pour une raison quelconque ? Devait-elle l’accepter ? Que de questions lui traversaient l’esprit ! Elle attendrait de la voir pour décider. De toute façon si cela ne se passait pas bien, elle était en droit de la renvoyer.

***

Saint-Émilion par Leo Drouyn

Le carrosse n’avait pu pénétrer dans la ville, il s’avérait trop large pour les rues qui se présentaient face à lui. Il avait juste franchi la première des portes des murailles qui entouraient la cité et qui se situait sur leur route. Philippine tenait la main de Berthe, elles suivaient monsieur Ribois, qui connaissait à peu près Saint-Émilion, dans les petites ruelles tortueuses et escarpées, traversant les placettes ombragées sur le pavé irrégulier. Ils passèrent devant de nombreux édifices religieux des plus impressionnants, ainsi que des demeures cossues. La pierre calcaire ocre et les toits de tuiles rouges donnaient à l’ensemble une harmonie sublimée par le soleil couchant. Aucun d’entre eux ne le réalisa vraiment, ils étaient trop préoccupés par la suite des événements. Ils arrivèrent sur un des côtés du couvent dominé par la tour du roi à l’arrière de celui-ci. Ils hésitèrent un instant, mais Philippine s’avança d’elle-même vers la porte qui se présentait face à elle. Le majordome tira sur la cordelette qui fit sonner la cloche. Alertée, sœur Geneviève vint ouvrir le ventail. Elle fit pénétrer Berthe et Philippine et demanda à monsieur Ribois de patienter dans le parloir dévolu à cet effet. Elle guida la nourrice et l’enfant jusqu’à la mère supérieure. Elles croisèrent des sœurs en habit sombre. Elles étaient toutes vêtues d’une robe de serge noire ceinte d’un cordon de laine et d’un grand voile de même couleur descendant presque à leurs pieds sur une guimpe blanche. La fillette réalisa qu’elle avait déjà rêvé de la scène, elle les avait alors prises pour des fantômes. Arrivées devant le bureau de la mère supérieure, sœur  Geneviève toqua afin de signaler leur présence. Elle entendit une voie lui dire de rentrer. Elles pénétrèrent dans la pièce et y trouvèrent sœur Élisabeth ainsi que sa Prieure, sœur Dorothée. Les deux nones regardèrent de suite la petite fille avec curiosité, cherchant ce qui pouvait ne pas aller dans celle-ci. Elles découvrirent une enfant pas très épaisse, il est vrai, mais déjà grande. Elle s’avérait très jolie avec ses yeux en amandes étincelants, voire illuminés, et sa chevelure abondante d’un châtain roux aux reflets cuivrés. Elle était habillée comme une paysanne ce qui les surprit. Sœur Élisabeth s’adressa directement à elle. «  Bonjour, je suppose que tu es mademoiselle Philippine de Madaillan?

— Bonjour révérende mère, oui je suis bien Philippine.

— Quel âge as-tu, mon enfant?

— J’ai aujourd’hui sept ans.

— Ah! c’est aujourd’hui l’anniversaire de ta naissance. Bienvenue en ces lieux, j’espère que tu les apprécieras. Est-ce que tu sais lire et écrire?

— Non ma sœur, je n’ai jamais appris.

— Ce n’est pas bien grave, nous sommes là pour t’instruire. »

Philippine de Madaillan

Sœur Élisabeth était soulagée, la petite fille n’avait à première vue point de problème et elle s’annonçait vive. Elle parlait correctement, ce qui s’avérait surprenant n’ayant reçu aucune éducation. Cela la rassura. Elle sollicita sa Prieure afin de la conduire à sa maîtresse, la nonne qui s’occupait des pensionnaires les plus jeunes. Bien qu’elle douta de ce qu’elle allait dire, au vu de la mise de Berthe, elle lui demanda si elle était sa gouvernante. « — Non, je suis sa nourrice. Je l’ai accompagnée, car c’est le majordome du château qui est venu la chercher à la métairie.

— Si cela ne vous ennuie pas, je vais vous garder deux minutes, mais vous pouvez lui dire au revoir. » Berthe se baissa et embrassa celle qu’elle avait élevée et nourrie, la serra dans ses bras et la laissa partir avec tristesse en compagnie de sœur Dorothée. Constatant sa peine, la révérende mère la rassura. « — Ne vous inquiétez pas, vous pourrez venir la voir quand vous le voudrez, je suppose qu’elle détient une sœur ou un frère de lait?

— Oui, il s’appelle Jean.

— Il pourra lui aussi la visiter, s’il le désire. 

— C’est aimable à vous, ma sœur.

— Avez-vous une idée de la raison pour laquelle son oncle nous l’envoie?

— Aucune ma sœur ! À part que le vicomte va se marier, d’après son majordome, je suppose qu’il ne veut pas de la présence de l’enfant. Elle pourrait déranger sa future épouse. 

— Cette enfant n’a pas de problème particulier dans le comportement ou dans sa façon de penser?

— Oh non! Ma sœur, Philippine est tout à fait normale.

— C’est une bonne chose. Je vais vous laisser repartir, sœur Geneviève va vous raccompagner. Surtout, n’hésitez pas à revenir la voir. Sachez que je vais écrire à sa grand-mère, je suppose qu’elle aimerait être informée de la situation de sa petite fille.

— C’est possible. Merci révérende mère. »

Sœur Élisabeth n’avait pas cru Berthe, elle pressentait quelque chose, mais elle ne comprenait pas quoi ? De plus, elle était stupéfaite, Philippine n’avait jamais obtenu de gouvernante. Apparemment, elle avait passé ses sept premières années chez sa nourrice, ce n’était pas commun. Son oncle visiblement ne s’était jamais senti concerné par l’enfant. Comme c’était une fille… cela s’avérait sans surprise. Elle avait été étonnée du scepticisme de Berthe quant à l’intérêt de Mme Bouillau-Guillebau pour la fillette. Décidément, tout cela était étrange, elle espérait ne pas commettre une erreur en intégrant Philippine.

_______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

épisode suivant

mes écrits