1673 à 1681 Découverte et exploration du Mississippi

 

Jean Talon, le père Marquette et Louis Jolliet

Robert Guillemin (marquette and joliet with indians)

Robert Guillemin (marquette and jolliet with indians)

1673. Les Français du Canada avaient appris des Indiens l’existence d’un grand fleuve à l’ouest, qui ne coulait ni vers l’est ni vers le nord; on présumait qu’il devait suivre son cours vers la mer Pacifique ou le golfe du Mexique. Jean Talon, intendant de la Nouvelle-France, voulant attacher son nom à une découverte importante, engagea dans son entreprise le père Marquette, un moine récollet, et Louis Jolliet, un marchand de Québec, qui traitait depuis longtemps avec les tribus indiennes voisines des grands lacs. Ces deux hommes intrépides, ayant traversé les lacs Huron et Michigan, remontèrent la rivière des Ontogamis (Fox-River) jusque non loin de sa source, gagnèrent, par un petit portage, l’ Ouisconsin (Wisconsin), dont le courant les mena au grand fleuve qu’ils cherchaient: c’était le Mississippi, ou Meschacébé, qui, dans la langue des nations indiennes, signifie le père des grandes eaux.

Joliet et Marquette descendirent le Mississippi jusqu’à son confluent avec l’Arkansas. Convaincus qu’il versait ses eaux dans le golfe du Mexique, et manquant de provisions, ils rebroussèrent chemin et arrivèrent à Québec, où la nouvelle de leurs succès causa une joie inexprimable. L’évêque, son clergé, les autorités constituées de la colonie, allèrent à la cathédrale chanter un Te Deum en action de grâces d’une découverte si importante.

Cependant, le Mississippi demeura huit ans enseveli dans ses déserts, avant qu’on songeât à l’explorer.

Robert Cavelier de Lasalle

Pierre Gandon

Pierre Gandon

1677. Robert Cavelier de Lasalle, natif de Rouen, homme aussi intrépide que les conquérants de l’Angleterre et les libérateurs de la Sicile, voulait se faire une fortune et un nom par la découverte d’une voie de communication avec la Chine. Il soumit ses projets à Frontenac, gouverneur du Canada, qui les approuva et l’engagea à aller à Paris implorer la protection du prince de Conti, passionné pour les grandes entreprises. Lasalle partit. À la recommandation de ce prince, Louis XIV accorda au célèbre voyageur une vaste étendue de terres autour du Fort Cataracoui, à condition de le construire en pierre, et lui donna le pouvoir de faire toutes les découvertes qu’il croirait utiles à la prospérité et à la gloire de la France.

1678. Arrivé au lieu de sa destination avec trente colons et le chevalier de Tonti, Italien à qui il manquait une main, qu’il avait remplacée par une autre en cuivre dont il se servait avec adresse, et faisait un terrible usage envers ceux qui le provoquaient, Lasalle rebâtit en pierre, le fort, auquel il donna le nom de Frontenac, et fit tout de suite construire plusieurs bateaux, propres à l’exécution de son entreprise.

1679. Cavelier de Lasalle parcourut les lacs, traita avec les tribus indiennes voisines, éleva des forts à Michilimakinac, à l’embouchure de la Maumée, et atteignit la rivière de l’Illinois, où il construisit le fort de Crèvecœur.

anonyme gravure du 17ème (Cavelier de la Salle parlementant avec les améridiens)

anonyme gravure du 17ème (Cavelier de la Salle parlementant avec les améridiens)

1680. Les Iroquois soulevèrent contre lui leur esprit ombrageux; des gens de sa troupe, fatigués de le suivre, excitèrent encore plus le courroux des Illinois. Lasalle triompha de tous les obstacles, mais faillit tomber victime du poison que les siens lui avaient donné.

1681. À la fonte des glaces, Lasalle descendant la rivière de l’Illinois, reconnut le Mississippi, dans lequel les Indiens qui l’accompagnaient se précipitèrent en criant : Meschacébé! Meschacébé! Ils remplissaient un pieux devoir : parmi « les nations indiennes de cette époque, les eaux -du Mississippi étaient réputées aussi saintes que celles du Gange parmi les peuples de l’Hindoustan. Les embouchures du Missouri et de l’Ohio fixèrent l’attention de l’explorateur, que les Chickasaw reçurent comme un frère. Il bâtit dans leur territoire le fort Prud’homme, du nom de l’officier qui en prit le commandement; fuma le calumet de paix avec les Cappas, les Arkansas, les Tensas; mais les Quinipissas ne lui montrèrent que des intentions hostiles. Le 7 avril, il entra dans le golfe du Mexique. Un Te Deum en action de grâces fut chanté aux premières terres hautes sur le fleuve, et les armes de France furent attachées à un arbre, avec une croix, au bruit d’une salve de mousqueterie. Lasalle nomma le Mississippi, fleuve de Saint-Louis, et donna aux terres qu’il arrose le nom de Louisiane, en l’honneur de Louis XIV et d’Anne d’Autriche, sa mère.

Prise possession de la Louisiane par Cavelier de la Salle au nom du royaume de France

Prise possession de la Louisiane par Cavelier de la Salle au nom du royaume de France

 

d’après Histoire de la Louisiane par victor Debouchel

http://books.google.ca/books?id=USYVAAAAYAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

Une réflexion sur “1673 à 1681 Découverte et exploration du Mississippi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s