L’orpheline/ chapitre 017

chapitre 001

chapitre précédent

Chapitre 17

Les départs

Philippine de Madaillan

Le printemps était fini, l’été s’écoula avec une chaleur intense et l’automne arriva avec sa clémence de températures. Lorsqu’elle ne recevait pas les épouses des membres de la maison de négoce, Philippine se rendait le plus souvent possible au couvent. Gabrielle l’accompagnait de temps en temps. La santé de la mère supérieure se dégradait. Elle-même avait conscience qu’elle n’en avait plus pour longtemps avant d’atteindre les portes de la mort. Toutes les sœurs se révélaient solidaires et passaient du temps avec elle. Elle ne demeurait jamais seule. C’est sœur Marguerite, la prieure du couvent qui reprit les rênes de l’institution. Ses uniques moments de paix venaient de son enfant et de sa harpe dont elle s’était remise à jouer avec un certain bonheur. Le son de l’instrument et la voix de la jeune femme apparaissaient tel un ravissement pour ses serviteurs et pour son fils qui restait dans ces moments-là assis à côté d’elle émerveillé par sa mère.

Philippine s’accrochait, elle devait garder l’équilibre pour pouvoir aider. Elle voyait de moins en moins son conjoint. Hilaire demeurait de plus en plus à la plantation. Un hasard avait amené un de ses planteurs à lui dire qu’il avait aperçu son épouse et un homme en tête à tête sur la jetée. Il avait alors réalisé ce qu’il avait perçu, c’était le lien entre ce Monsieur Cevarello et sa femme. De son côté, Philippine faisait semblant d’ignorer qu’il avait compris l’intérêt que lui avait porté Léandre même s’il avait fini par saisir qu’elle le lui avait rendu. Tout cela l’indifférait, elle s’occupait de son fils, de sa maison et de son existence. Il en avait parlé à Lilith. Elle lui avait répondu que sachant qu’il détenait une double vie, il ne pouvait lui en tenir grief, d’autant qu’elle ne l’avait pas trompé. Malgré ça, vexé, il rentrait de moins en moins à la ville et lorsqu’il l’effectuait, il ne passait plus de nuits avec elle. Cela la laissait indifférente, Philippine avait d’autres préoccupations.

***

Anne Bouillau-Guillebau

Quel était ce bruit ? Il réveilla Philippine au milieu de la nuit. S’extirpant de son sommeil, elle se mit à réfléchir. À cette heure, tous dormaient, Hilaire demeurait à la plantation, Théophile se trouvait à côté avec Violaine, quant à Cunégonde, Héloïse et Adrianus, ils résidaient au-dessus. Quelqu’un était dans l’un des salons. Intriguée, elle se leva, attrapa sa robe flottante d’intérieur et passant la porte elle l’enfila sur sa fine chemise en lin. Elle descendit l’escalier dans le noir, elle aperçut une lueur dans le salon donnant sur la rue. Elle entendit une voix l’appeler, celle-ci insistait. Au passage, elle saisit une des cannes de son époux dans le bac en bois ouvragé du couloir et elle pénétra dans la pièce. Quelle ne fut pas sa surprise d’y trouver Anne Bouillau-Guillebau, sa mère ! « — Bonjour Philippine. Assieds-toi mon enfant, n’aie crainte. C’est le début de la fin. Ainsi que tu en es consciente, ta vie est dans un tournant. Je t’avais dit que je viendrais pour t’annoncer la mort de ton oncle et père. Ce dernier a suivi le prince de Conti au siège de Kehl, en Allemagne, et un accident l’a amené à rejoindre son épouse.

— Quel accident ?

— C’est une bêtise. Il est sorti au milieu de la nuit désirant vérifier que tout se révélait en place pour le siège. Un soldat a aperçu une ombre venir vers lui, il a cru que c’était un ennemi qui s’infiltrait. Il lui a tiré dessus. Tu restes donc la seule descendante de la famille des de Madaillan-Saint-Brice. Tu vas être contacté par un de mes frères, Ambroise. Attention, c’est un négociant, il espère que tu vas le laisser prendre en main tes biens. Il présume qu’il va les gérer à ta place. Il n’est pas mauvais, mais il ne te connaît pas, aussi fais attention.

— Mais mère, je ne vais pas rentrer de suite en France, je ne vais donc pas pouvoir m’en occuper.

— Tu vas y retourner plus vite que tu ne le penses, ma fille. Je sais bien que tu ne vois pas comment, puisqu’à ce jour il y a ton époux, mais aie conscience qu’il ne va pas rester très longtemps dans ta vie.

— Il va me quitter ?

— En quelque sorte mon enfant, mais ne t’inquiète pas, cela t’aidera à avancer et te soulagera. »

Philippine allait poser une nouvelle demande, mais sa mère s’évanouit. Elle remonta lentement les marches jusqu’à sa chambre. Qu’avait-elle voulu lui faire passer comme message ? Hilaire, qui était devenu distant, allait-il rester dans la plantation avec Lilith ou alors il allait la mettre sur un navire et la renvoyer en France ? Il n’était pas question qu’elle parte sans son fils. Quant au courrier lui annonçant le décès de son père, il ne pouvait arriver qu’à la mi-décembre, voire même plus tard, le temps que le frère de sa mère le rédige afin de la prévenir. Cela la perturbait. Elle se recoucha, mais se rendormit sans problème.

***

Quelque chose au couvent tournait au drame, l’information réveilla en sursaut Philippine de sa sieste. Elle se leva aussitôt, et appela sa chambrière, qui arriva en courant dans la chambre s’interrogeant sur cette interpellation soudaine. « — Cunégonde, nous devons aller au plus vite au couvent. Préviens Anatole, et reviens me préparer. Mon époux se trouve-t-il encore là ?

— Il est déjà parti au comptoir, maîtresse.

— Alors, alerte, Adrianus. Il devra en informer monsieur Gassiot-Caumobere. »

Une heure plus tard, Philippine et sa servante siégeaient dans le carrosse en route pour l’institution. Elle avait juste pris le temps d’embrasser Théophile. Lorsqu’elle descendit de la voiture, elle découvrit l’accablement des sœurs. Sœur Domitille et sœur Blandine arrivèrent à sa rencontre, elles guettaient sa venue. « — Sœur Marie Tranchepain t’attend Philippine. Elle savait que tu allais la visiter. Je pense que c’est la dernière fois que tu la verras. Elle est au plus mal. » Le cœur de la jeune femme se comprima. Elle monta précipitamment l’escalier, frappa à la porte de la chambre de la révérende mère et entra. La pièce était dans une semi-obscurité à peine éclairée par un chandelier sur la table de nuit, le lit de la mourante se situait au centre de celle-ci en face de la commode. À côté d’elle, elle découvrit les entités de sœur Madeleine et de sœur Marguerite. « — Assieds-toi auprès de moi, Philippine. Oui mon petit, comme toi, je les vois, elles sont venues me chercher. Je leur ai demandé de patienter, je détiens un message que je dois te transmettre. » La jeune femme inconsciemment se mit à pleurer. Le chagrin de ce départ, qu’elle estimait injuste, l’effondrait. « — Ne sois pas triste, Philippine. Je vais enfin arrêter de souffrir et crois moi, c’est une bonne chose. Je suis très lasse de lutter en vain. Le message que je dois te donner va te surprendre, même si en toi, tu t’en doutes, cela va te paraître impensable. » La jeune femme regardait la mourante puis ses yeux glissèrent de façon interrogative vers les deux entités qu’elle avait devant elle. Les deux sœurs, un sourire aux lèvres, restèrent impassibles. Elle ramena son attention vers la mère supérieure. « — Mon petit, ton époux va bientôt te laisser, en fait il va décéder dans un mois tout juste et dans le mois qui suivra tu quitteras la colonie pour ton pays. Je sais que ce que je te dis est violent, mais tu dois t’y attendre, car tu devras mener beaucoup d’actions avant que de partir. Il vaut mieux que tu t’effondres maintenant, pour la raison qu’il faudra que tu retrouves ta force et ton équilibre le moment venu. » Philippine était effarée par ce qu’elle entendait, c’était visiblement approuvé par les entités en face d’elle. En fait, c’est de cela qu’on la prévenait depuis tout ce temps. Elle n’avait pas voulu y croire, ni même l’envisager. Hilaire s’avérait encore jeune, il avait juste atteint ses trente ans. Elle comprenait mieux pourquoi le destin l’éloignait d’elle. Pour l’instant la seule chose qui l’attristait c’était le départ de sœur Marie Tranchepain. Elle en était là dans ses pensées quand elle entendit frapper à la porte. « — Va ouvrir, Philippine, c’est le père de Beaubois qui vient me confesser. Merci pour ta présence mon enfant. » Avant de quitter la pièce, la jeune femme se pencha et embrassa la mère supérieure puis elle ouvrit au père.

Une fois sortie de la chambre, elle s’écroula. Sœur Blandine et sœur Domitille eurent juste le temps de la soutenir. Elles l’aidèrent à descendre jusqu’au grand salon. «  Philippine, elle souffre tant, il est bon qu’elle parte.

— Je sais bien sœur Domitille, mais c’est tellement triste. Si cela ne vous ennuie pas, je vais demeurer ici cette nuit.

— C’est sans problème, nous détenons une chambre libre à l’étage.

— Je n’aurai pas besoin de la chambre. Je vais aller prévenir Anatole qu’il peut rentrer et qu’il devra revenir me chercher demain. »

Philippine de Madaillan

Suite à sa demande, le cocher ramena le carrosse à l’habitation, Cunégonde souhaita rester avec sa maîtresse. Philippine accepta. Le père de Beaubois, quand il sortit du lieu de souffrance, annonça le décès de la mère supérieure, il était advenu vingt jours avant la cérémonie de la naissance du Christ. Les sœurs allèrent préparer le corps de la révérende mère, puis toutes commencèrent les prières avant la mise en bière. La pièce était illuminée par les bougies qu’elles avaient installées. Les entités avaient accompagné la défunte vers la lumière.

Épuisée par la tristesse du deuil, Philippine reprit le chemin du retour le lendemain matin. Elle sollicita Anatole pour qu’il se rende chez Madeleine Lamarche, sa couturière. Elle devait se faire fabriquer des robes de deuil. Une fois qu’elle eut fait se demande, elle rentra à l’habitation, son époux en était déjà parti. Il se trouvait dans sa maison de négoce et Anatole devait aller le chercher pour le mener directement à sa plantation. Il ne sentit pas très à l’aise quand il en informa sa maîtresse. Elle se révéla indifférente à la nouvelle, tous pensèrent que cela venait du décès de la mère supérieure qui l’avait bouleversée.

Deux jours plus tard, l’enterrement eut lieu. La cérémonie fut donnée par le père de Beaubois dans la cathédrale Saint-Louis. Philippine dans une robe flottante noire livrée par sa couturière se retrouva assise à côté de sœur Domitille et de sœur Blandine.

***

Les jours défilaient, le mois de décembre s’acheva et le mois de janvier commença. Philippine n’avait pas revu son époux. Elle préférait. Comment aurait-elle pu ne pas montrer son désarroi ? Elle était assurée de l’information que sœur Marie Tranchepain lui avait délivrée, d’autant que les esprits des deux sœurs qui lui tenaient compagnie paraissaient en accord avec elle. De plus, sans obtenir de date précise, il y a longtemps qu’elle était instruite de son retour dans sa région. Elle n’avait rien contre Hilaire, elle touchait du doigt maintenant pourquoi l’ange Jabamiah le lui avait fait prendre pour mari. Elle avait admis qu’il avait compris l’intérêt de Léandre pour elle et peut être, avait-il réalisé qu’elle le lui rendait, même si ce n’était que des sentiments. Gabrielle l’avait visité à plusieurs reprises afin de s’assurer de son état. Elles partageaient leurs émois et leurs souvenirs sur les deux couvents où elles avaient vécu, cela leur faisait du bien. Les épouses des membres de la maison de négoce, étaient elles aussi venues. Elles ne s’avéraient pas très à l’aise, car elles savaient que son conjoint n’était pas revenu depuis un certain temps dans sa demeure. Elles étaient de plus informées de la double vie du propriétaire du comptoir. Elles la visitaient pour soutenir de leur mieux la jeune femme d’autant qu’elles jugeaient l’absence de son mari très injuste. 

Le jour annoncé par la révérende mère s’était écoulé sans qu’elle obtienne de nouvelles de son époux. Le soir venu, après un peu de lecture, elle se fit préparer par Cunégonde afin d’aller se coucher. Devant sa coiffeuse, elle lui tressa sa longue chevelure et lui passa sa robe d’intérieur. Lorsque celle-ci sortit, une brume blanche s’éleva au milieu de sa chambre. Elle s’éclaira soudainement d’une lumière aveuglante dans laquelle dansaient des particules. Philippine s’étourdit et s’évanouit sur son lit. Elle réalisa qu’elle avait quitté son corps. Elle se mit à flotter, la pièce changea de forme, elle se dilatait. La jeune femme découvrit une porte qu’elle entrouvrit. Derrière, elle remarqua un paysage féerique. Autour d’elle, tout n’était que beauté. Elle s’engagea dans un sentier bordé de grands arbres et là elle aperçut son époux. Il lui sourit, lui tendit la main et saisit la sienne l’entrainant vers le fleuve sous une pluie étoilée au milieu de laquelle la lune irradiait. Elle le regarda avec tristesse, car elle comprenait ce qu’il était devenu. «  S’il te plait, Philippine, il faut que tu t’occupes de Lilith et des enfants. Ils ne peuvent pas rester des esclaves. Je n’ai pas accompli l’action adéquate pour les émanciper. Va voir notre notaire, il t’expliquera quoi effectuer.

Hilaire Gassiot-Caumobere

— Ne t’inquiète pas Hilaire, cela faisait déjà partie de mes objectifs. Mais que t’est-il arrivé ?

— Je ne saurais te dire. Je parcourais mes champs sur mon cheval. J’ai senti une terrible crispation au cœur et je suis tombé. Je pense qu’il s’est arrêté… Excuse-moi pour mon éloignement, je n’ai pas été très intelligent. Je suis conscient pour Léandre et toi et j’espère pour vous que vous allez vous revoir. Tu le mérites. » Après avoir exprimé son désir, donné son explication et s’être repenti, il se dissipa. Philippine continua à marcher sur le chemin puis petit à petit, elle s’éleva dans les cieux. Ceux-ci se transformèrent en escalier. Elle le gravit sans peine. Elle se trouva devant une nouvelle porte, immense à deux battants. Elle la poussa et entra dans une galerie qu’elle connaissait déjà. Cette fois-ci, son ange vint à elle. Jabamiah souriait par compassion. « — Bonjour, Philippine, maintenant tu sais. Demain, va faire quérir sa famille. Vends la plantation, mais garde la maison de négoce. Pour tes serviteurs, laisse parler ton cœur. 

— Vous pensez que l’on me fera des difficultés ?

— Non mon petit, je me trouverai là pour t’épauler. »

Philippine ouvrit les yeux, elle se tenait sur son lit dans sa robe volante d’intérieur. Elle s’assit sur sa couche, puis elle se leva et se rendit sur la galerie donnant sur le jardin illuminé par le ciel nocturne. Sous un magnolia se situait un ours. Son animal gardien était là. Sa présence la rassura. 

***

Cette nuit-là, Philippine ne dormit pas. Elle ressassait ce qu’elle avait appris et déroulait dans sa tête ce qu’elle allait devoir accomplir. Au petit matin, Cunégonde la trouva dans le jardin qu’elle arpentait de long en large. Qu’est-ce qui pouvait bien agiter autant sa maîtresse ? Elle se rendit auprès d’elle, Philippine la découvrant lui sourit tristement. « — Bonjour, Cunégonde, lorsque tu m’auras apporté mon déjeuner, demande à tous de me rejoindre dans le salon. » La chambrière fut décontenancée par la requête. Pour qu’elle veuille les voir tous ensemble c’est que quelque chose n’allait visiblement pas. 

Trente minutes plus tard, tous les serviteurs se trouvaient face à leur maîtresse. Quand ils pénétrèrent dans la pièce, elle se leva, tapota machinalement son jupon et replaça sa robe flottante. « — Je suis désolé, mais ce que j’ai à vous annoncer va vous déconcerter. J’ai appris… À vrai dire je ne sais comment vous le dire… Votre maître est décédé hier en fin d’après-midi. » Les serviteurs se regardèrent plein de questionnements dans les yeux. Comment pouvait-elle le savoir ? Personne n’était venu. Cunégonde comprit qu’elle avait toujours eu raison, sa maîtresse avait les mêmes dons que la tisanière de son maître. Elle avait entendu celle-ci lui procurer le nom de sa future maîtresse, et cette dernière était arrivée dans l’habitation. Elle ne l’avait pas choisi pour rien. Afin d’interrompre l’incertitude de tous, Cunégonde prit la parole. « — Que devons-nous réaliser, maîtresse ?

— Anatole et Adrianus, il faut vous rendre à la plantation. Vous devez conduire Lilith et ses enfants ici. Elle s’avère consciente déjà qu’elle n’y reviendra pas. J’ai préparé une lettre pour exécuter cette demande et faire ramener le corps de mon époux. Il devra être enterré à la Nouvelle-Orléans. Tant qu’il ne se trouvera pas là, personne ne doit le savoir. 

— Et après, maîtresse ?

— Ne vous inquiétez pas, je ferrai tout ce que je peux pour votre bien être. »

***

animal gardien

La journée n’en finissait pas. Philippine se rendait régulièrement sur la galerie de l’étage guettant le retour du carrosse et de la carriole qui allait ramener le corps de son époux. Elle souhaitait ne pas avoir simplement rêvé, mais chaque fois que cela venait dans ses pensées, une voix intérieure lui certifiait que non. Elle s’avérait consciente du temps que cela prendrait d’effectuer l’aller-retour, et elle espérait que le contremaître ne s’était point opposé à ses demandes. Ses servantes, hormis Cunégonde, la regardaient de façon sceptique, même si elles avaient réalisé que leur maîtresse ne se trompait jamais. Seulement, cette fois, c’était tellement invraisemblable qu’elles avaient des doutes. La sieste passée, Philippine se mit à jouer de la harpe, ce qui amena son fils. Théophile attrapa un coussin et s’assit face à sa mère que cela fit sourire. Violaine s’installa sur une chaise afin d’avoir l’œil sur l’enfant. Au moment où Philippine s’y attendait le moins, elle vit un loup se promener devant la porte-fenêtre. Elle comprit que son animal gardien avait quelque chose à lui dire. « — Violaine, tu devrais aller faire gouter Théophile. » Celle-ci surprise par sa soudaine interruption, se leva et prit son petit garçon dans ses bras. Une fois qu’elle fut sortie, Philippine se rendit dans la galerie. « — Où tu es ?

— Ici, Philippine. Je suis venu te prévenir qu’ils vont bientôt entrer dans la ville.

— Animal-gardien, assure-moi que je ne me suis pas trompée.

— Non, les faits se passent comme tu l’as dit. Dès qu’ils seront arrivés, envoie le contremaître à la cathédrale chercher le père de Beaubois. Il faut que le décès de ton époux soit de suite officiel.

— Bien, je l’accomplirai. Merci d’être venu. 

— Je suis là pour ça. »

Trente minutes plus tard, au pied de l’habitation se trouvait le carrosse et la carriole. Philippine descendit, elle appela Cunégonde et Héloïse. Elle ne voulait pas être seule devant ce drame. Elle sortit sur le pas de sa porte suivie de ses servantes. « — Bonjour, Lilith ! Cunégonde va vous guider à votre chambre pour que vous puissiez vous installer. Adrianus et Anatole, pouvez-vous porter le cercueil dans le salon donnant sur le jardin ? Bonjour, monsieur ! Je suppose que vous êtes le contremaître, monsieur Fauger ?

— Oui, madame.

— Pouvez-vous vous aller à la cathédrale Saint-Louis et prévenir le père de Beaubois ? Héloïse va vous y guider.

— Bien sûr, madame. Je m’y rends tout de suite. »

Dans la demeure d’en face une voisine réalisa ce qui se passait. Elle sortit et vint voir Philippine. « — Madame de Madaillan, que vous arrive-t-il ?

— C’est mon époux madame Trudeau… Il est décédé. Son cœur apparemment s’est arrêté de battre. 

— Mon Dieu ! Mais c’est terrible, c’est une catastrophe. Voulez-vous que je prévienne quelqu’un ?

— Si cela ne vous ennuie pas, pouvez-vous en informer madame d’Artaillon ?

— Bien sûr, j’y vais de suite. »

Le cercueil déposé dans le salon, Adrianus et Anatole avait ouvert son couvercle afin que leur maîtresse puisse voir son mari. Elle rentra à ce moment-là et l’aperçut. Son cœur se serra, cela la remua, bien qu’elle n’ait jamais vraiment ressenti d’amour pour lui, simplement du respect et de la tendresse. Il ne l’avait toutefois pas mérité, même si cela était son destin. « — Adrianus, tu peux aller au comptoir prévenir ses messieurs du drame ? 

— Bien sûr, madame. »

Elle s’assit auprès du cercueil et se mit instinctivement à prier. Après avoir confié ses enfants à Violaine qui de suite s’amusèrent avec Théophile, Lilith pénétra dans la pièce. Philippine lui montra une chaise, afin qu’elle puisse s’installer à ses côtés. « — Je tiens à vous remercier de nous avoir fait quérir aussitôt.

— Je ne pouvais vous laisser là-bas. De plus, Hilaire me l’a demandé, mais vous devez en être informée. 

— Non, je n’en ai pas été informé. À partir du moment où il est mort je n’ai plus rien obtenu de sa part. 

— Je ne peux pas en dire autant.

— Cela fait longtemps que vous aviez conscience qu’il allait nous quitter ?

— En fait, non. C’est la révérende mère qui me l’a dit avant de décéder, il y a un mois.

— Ah. Je pensais que l’on vous avait éclairée auparavant.

— Je savais juste que j’allais repartir chez moi. Je ne saisissais pas le pourquoi ni le comment. Je trouvais cela quelque peu invraisemblable. »

Elles allaient poursuivre leur conversation, mais le père de Beaubois entra dans la pièce. Lilith aussitôt se retira sous le regard interrogatif du prélat. Il se retourna vers Philippine. « — Ma pauvre enfant, voilà qui se révèle difficile à vivre. Il nous manquait plus que ça. »

***

Philippine de Madaillan

 Le soleil ne s’était pas couché, que tout l’entourage de Philippine se trouvait dans son habitation pour la soutenir. Dès qu’ils l’avaient su, ils étaient parvenus les uns après les autres jusqu’à sa demeure. Gabrielle fut la première. Puis arrivèrent, avec leurs épouses, les membres de la maison de négoce. Un peu plus tard, ce furent sœur Domitille et sœur Blandine qui ayant été informées se présentèrent. Cela fit chaud au cœur de la jeune veuve, qui était déjà revêtue d’une robe flottante noire, officiellement, suite au deuil de la révérende mère. Cunégonde faisait rentrer et accueillait les proches venus pour sa maîtresse, Marceline et Héloïse avaient de leur mieux cuisiné des encas afin de nourrir les différentes personnes. Ils passèrent tous la nuit avec elle, se demandant pour certains ce qui allait survenir pour leur devenir. 

La messe et l’enterrement étaient prévus pour le lendemain, vu que même en hiver la chaleur se révélait présente, et l’on ne pouvait laisser le corps du défunt s’altérer. Au petit matin, chacun repartit chez lui en vue de se préparer pour la cérémonie funéraire. Philippine resta avec sœur Domitille et sœur Blandine. Cette dernière s’adressa à elle. « — Mon enfant, il faut aller vous apprêter, car vos proches vont revenir dès qu’ils s’avèreront prêts. Nous allons vous attendre dans le salon. » Elle écouta ses anciennes enseignantes du couvent auxquelles elle était attachée. Elle monta à l’étage et pénétra dans sa chambre. Cunégonde l’avait suivie. «  Que voulez-vous mettre pour la cérémonie, maîtresse ? 

 Apporte-moi ma robe à la française en damassé noir. Amène-moi aussi l’un de mes voiles en mousseline. »

Une fois seule, elle s’assit face à sa porte-fenêtre. Elle fixait le soleil qui se levait. Elle laissait ses pensées envahir sa tête. Elle était fatiguée moralement, elle était emplie de doutes. « — Il faut te ressaisir Philippine. » Elle sursauta. Qui lui parlait ? Elle découvrit l’entité de l’église. « — Je sais ce que tu vis. Mon époux est aussi parti de façon étrange. J’ai de plus culpabilisé, car je n’avais rien perçu jusqu’à ce que cela arrive, mais souviens-toi que tu n’y es pour rien. Tu dois en outre accomplir beaucoup de choses avant de quitter la colonie. Tu n’as pas le choix. » Philippine releva la tête et lui sourit avec une certaine tristesse. « — Je vais t’écouter. Il s’avère évident que tu as raison. Beaucoup de personnes dans mon entourage se posent des questions sur leur avenir. Je dois les rassurer et pour cela je dois passer à l’action. Merci à toi. » Elle se redressa et se leva, dans le même temps l’entité s’évanouit. Cunégonde revint à ce moment-là avec la demande. « — Avec Héloïse, nous vous préparons un bain afin de pouvoir vous détendre.

— C’est gentil, Cunégonde. Il faut que je te dise… Je pense que je vais rentrer en France. Veux-tu me suivre ?

— Oh ! Oui, maîtresse.

— Une fois que nous serons arrivées, je te ferai émanciper. 

— Merci maîtresse, merci maîtresse.

— C’est normal Cunégonde. Peux-tu voir si Violaine accepterait aussi ?

— Je n’en doute pas, maîtresse. »

Ce fut à ce moment-là qu’elle réalisa que Violaine de même avait la peau très claire, un concours de circonstance sûrement. Une voix lui parvint, elle supposa que c’était son animal-gardien « — C’est Lilith qui les a choisis ! »

***

Sous le soleil matinal, le cercueil fut remis dans la carriole. Tous le suivirent à pied jusqu’à la cathédrale, les femmes marchant sur le trottoir et les hommes sur la rue. La terre s’avérait sèche, il n’avait pas plu depuis plusieurs jours, une fine poussière s’élevait. Parvenue sur les lieux, la bière fut transportée et installée face à l’autel. Les serviteurs, dont Lilith, restèrent au fond de l’église, Philippine, comme ses proches, s’assit sur les bancs, la jeune veuve se situant sur le premier au côté de Gabrielle, sœur Domitille et sœur Blandine. Le père de Beaubois accomplit la cérémonie. Sous son voile de mousseline noir, Philippine s’effondrait. Elle culpabilisait, car cette mort lui offrait sa nouvelle liberté. Gabrielle lui tenait la main afin de la maintenir, elle la sentait trembler. La messe funéraire terminée, les uns et les autres sortirent, Philippine et ses amies en dernier. Le cercueil fut saisi par les hommes de la maison de négoce d’Hilaire qui le menèrent à nouveau à la carriole. Ils allaient tous le suivre jusqu’au cimetière. L’information avait parcouru le tour de la ville. Sur les marches de l’église, Philippine découvrit son notaire, monsieur Bevenot de Haussois et son épouse. Celui-ci présenta ses condoléances. Elle le remercia. « — Madame de Madaillan, sachez que je vous attends quand vous le désirez. J’ai le testament de votre conjoint et vous êtes la seule concernée. » La jeune femme se tourna vers Gabrielle. « — Tu pourrais venir avec moi demain après-midi ?

— C’est évident Philippine.

— Merci à toi. Nous passerons donc demain en début d’après-midi.

— Je vous y attendrai, à demain, mesdames. »

Philippine se mit en route vers le cimetière, marchand derrière la carriole et suivie de ses proches, Gabrielle à son bras. À un mois près, elles effectuaient le même parcours.

______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

chapitre suivant

mes écrits

2 réflexions sur “L’orpheline/ chapitre 017

  1. Pingback: L’orpheline/ chapitre 018 | franz hierf

  2. Pingback: L’orpheline/ chapitre 016 | franz hierf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.