L’orpheline/ chapitre 021

chapitre 001

chapitre précédent

Chapitre 21

Retour à la ville


Philippine de Madaillan

Le soir même, elle se fit préparer par Cunégonde. Elle enfila l’une de ses robes à la française en grosse soie noire. Sa jupe de dessous ainsi que son plastron étaient en damassé rebrodé ton sur ton. Elle se fit accomplir un chignon qu’elle fit agrémenter de fleurs en tissus de couleur identique. Une fois prête, elle appela mademoiselle Labourdette afin qu’elle lui donne un avis sur sa mise. Fin prêtes, elles montèrent dans le carrosse. De toutes parts, dans les avenues des quartiers neufs, aussi bien que dans les ruelles de la vieille ville, ce n’était qu’immondices de toutes provenances, fondrières barrant le passage, cloaques infranchissables, avec une boue drue, épaisse, nauséabonde, qui brûle les étoffes et chagrine l’odorat et ne tenant pas à recourir à l’office du décrotteur. Ils contournèrent le quartier Fondaudège par l’allée des Noyers. 

Arrivée à l’hôtel Duplessis, l’hôtesse surprise de sa venue fut enchantée de la voir et la prit par le bras l’emmenant vers ses amis. Se trouvaient sur place Charles Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, le conseiller et parlementaire Jean-Jacques Bel, son cousin le Président Jean Barbot, le Père François Chabrol, Monsieur de Lalanne, Madame de Pontac-Belhade, Charlotte de Crussol, et d’autres personnes dont elle n’avait toujours pas retenu les noms.Ils passèrent une partie de la soirée à converser ce qui leur permit de se rendre compte de l’intelligence de la jeune femme et de la pertinence de ses réponses. Madame Duplessy lui proposa d’essayer la harpe qu’elle avait acquise avec pour intention de l’en faire jouer. Philippine accepta de suite, elle laissa glisser ses doigts dessus pour voir si elle avait été accordée. De toute évidence, c’était le cas, elle commença par exécuter un morceau. Prise dans son élan, elle se mit à chanter à l’émerveillement de tous. Elle captiva son auditoire qui fut agréablement surpris de la beauté de son jeu et de sa voix. Monsieur et Madame Duplessy la congratulèrent et la remercièrent de ce magnifique moment. Elle répondit avec modestie, ils furent très touchés par sa délicatesse. Madame Duplessy apparaissait heureuse de l’avoir découverte, elle pressentait que c’était quelqu’un de bien.

Après avoir récupéré sa suivante, la vicomtesse de Madaillan-Saint-Brice, quitta les lieux assurée que les personnes présentes la défendraient contre son oncle.

***

André François Benoit Le Berthon était revenu de Versailles avec une excellente nouvelle qu’il avait apprise de son père Jacques Le Berthon d’Aguilles, conseiller du roi au parlement de Bordeaux. Il allait devenir le premier président du Parlement. Bien sûr, il ne pouvait l’annoncer tant que cela n’était pas officiel. Il décida toutefois de convier tous les parlementaires et leurs conjointes présents dans la ville et de préférence avant les fêtes de Pâques. Il les connaissait, mais il appréciait l’idée de les voir tous ensemble. Cela lui permettrait de constater comment ils se comportaient entre eux.

Son épouse, Élisabeth de Baratet, avait tout fait préparé par son personnel pour cette soirée quelque peu exceptionnelle tant il y aurait de monde. Pour le grand salon, elle avait engagé des musiciens pour effectuer un bal et pour le salon adjacent elle avait fait installer un banquet constitué d’une multitude de plats que ses serviteurs proposeraient aux invités. 

Parmi ceux-ci se trouvait Augustin Bouillau-Guillebau accompagné de sa femme comme tous les parlementaires présents. Laurentine Laborie-Fourtassy à peine arrivée le quitta pour aller discuter avec des amies. Il réfléchissait. À qui allait-il s’adresser afin de régenter sa nièce ? Philippine l’avait fortement agacé, aussi c’était devenu une obsession, il se devait d’exercer son emprise sur ses biens, ne serait-ce que pour la maintenir sous sa tutelle. Il découvrit dans l’un des salons son président à mortier, monsieur Barbot en compagnie de monsieur Bel et de monsieur Duplessy. Il pensa que c’était une appréciable opportunité. Laissant son épouse avec ses amies, il se dirigea vers les trois individus qu’il connaissait bien et dont il ne doutait pas de leur aide. Ils l’accueillirent chaleureusement. Après une conversation qui approcha plusieurs points dont certains ressemblaient à des ragots, il en vint à son sujet. « — Messieurs, j’ai un problème et je ne sais comment le résoudre.

— Grands dieux, dites-nous ce qu’il en est. Intervint monsieur Barbot.

— Voilà, ma nièce, Philippine a hérité des biens de son oncle, le vicomte de Madaillan-Saint-Brice. Je ne suis pas sûr qu’elle s’avère apte à gérer cette nouvelle fortune, aussi je ne sais comment je peux agir. J’ai bien essayé de la conseiller avec mon frère Ambroise, mais elle nous a regardés de haut.

— Ah ! Cela est étonnant, nous avons eu la satisfaction de rencontrer la vicomtesse. Rassurez-vous, elle est loin de manquer d’intelligence. D’après mon épouse, elle a déjà fort bien pris les choses en main. Elle a même engagé un contremaître pour une meilleure organisation. Je pense que vous vous inquiétez pour rien. » Répondit monsieur Duplessy. Les deux autres acquiescèrent et rajoutèrent des compliments sur la jeune femme et son discernement. Monsieur Bouillau-Guillebau était sidéré. Comment pouvaient-ils la connaître ? Monsieur Duplessy, touchant du doigt sa perplexité, l’informa que sa femme l’avait invitée dans son salon et qu’elle s’y était présentée par deux fois à son grand plaisir. Cet enthousiasme contraria fortement l’oncle de Philippine, il sentait bien que quoi qu’il pratique, elle détenait des appuis contre lesquels il ne pourrait rien effectuer. Les trois comparses avaient compris où monsieur Bouillau-Guillebau voulait en venir et ils estimaient que la jeune fille ne méritait pas cela d’autant qu’il avait menti pour exposer les faits. En aucun cas, Philippine ne prenait les gens de haut, elle se révélait d’une grande modestie. Son oncle avait essayé de les manipuler, ce qu’aucun d’entre eux n’avait apprécié. Monsieur Duplessy décida d’en parler avec leur hôte, monsieur Le Berthon. Il ne doutait pas que celui-ci la protégerait tout comme eux et encore mieux. 

***

La semaine sainte commençait par le dimanche des Rameaux, et elle incluait le jeudi saint et le Vendredi saint. Elle s’achevait avec la veillée pascale, pendant la nuit du samedi au dimanche. Philippine avait respecté toute la procédure comme au temps du couvent. Le 11 avril était le jour de Pâques. Philippine attendait Cunégonde dans sa chambre, elle était allée lui chercher sa robe pour aller à la cérémonie Pascale à la cathédrale de Saint-André. 

animal gardien

Assise dans son fauteuil face à sa table de toilette, elle laissait comme à son habitude courir ses pensées. Dans la glace qu’elle avait devant elle, sans le réaliser, elle entra en transe, elle visualisa Léandre au château de Madaillan. Elle se demanda pourquoi elle l’apercevait, puis elle remarqua un loup, c’était son animal gardien. Il se situait là pour la rassurer et lui permettre de comprendre et de voir. Elle était partie trois semaines auparavant le matin et lui était arrivé en fin d’après-midi. Il avait appris lors de sa venue au château de Madaillan que Philippine était l’héritière du domaine. Visiblement, elle sentait que lui aussi avait regretté de ne pas croiser la jeune femme. Présenté par monsieur Sanadon, elle l’observa faire connaissance avec son Papa-Paul, monsieur Fauquerolles. Ils allèrent ensemble dans les caves à vin, puis dans les vignobles et les champs de blé. Cela prit du temps, d’autant qu’ils échangèrent avec tous les métayers auxquels ils expliquèrent leur prochain objectif. Suite aux huit jours qu’il passa au château de Madaillan, Léandre du se rendre dans deux propriétés de l’Entre-deux-mers. Elle comprit pourquoi elle ne l’avait pas vu plus tôt. Elle savait qu’elle allait le rencontrer bientôt, elle espérait que leur empathie n’avait point baissé. 

Elle sortit de son extase à l’entrée de Cunégonde avec sa robe de taffetas noire. Elle l’aida à l’enfiler puis rajusta sa coiffure. Elle irait à la messe avec elle, car Marie Labourdette s’était mariée la semaine précédente et sa maîtresse n’avait pas l’intention de la remplacer. À la surprise de Cunégonde, elle lui convenait fort bien comme suivante et comme gouvernante. Une fois, l’une et l’autre prêtes, le cocher Étienne les conduisit à la cathédrale. Elles faisaient partie des premières, la noblesse avait besoin qu’on la remarque ce que Philippine n’appréciait guère. Elle vit arriver le couple Duplessy qui vint la saluer avant de s’asseoir. Elle était retournée chez eux les deux lundis précédents au grand contentement de madame Duplessy. Cette dernière en avait profité pour lui apprendre la demande de son oncle Augustin. Philippine ne fut guère surprise hormis le fait qu’il était allé trouver les mauvaises personnes qui, elles, l’avaient soutenue. Sa comparse la rassura. Son époux avait parlé à monsieur Le Berthon, il était l’un des individus les plus importants du parlement et se découvrait en accord avec lui. Philippine se souvenait avoir croisé son fils le jour de son entrevue avec le notaire, car elle se doutait bien que cela ne pouvait être lui dont l’avait entretenu son hôtesse. 

Elle se trouvait assise, avec à ses côtés Cunégonde, quand elle réalisa au commencement de la messe qu’une entité s’était installée à sa droite. Étrangement, celle-ci ne lui demanda rien. Elle se contentait de l’examiner ce qui surprit Philippine. Qui pouvait-elle être pour être à ce point intéressée par elle ? Elle ne pouvait voir à quoi celle-ci ressemblait, car tout comme elle, elle portait un voile sur son visage, mais le sien apparaissait de couleur blanche. La liturgie spécifique à Pâques, qui commençait par la vigile pascale, se termina alors que l’entité disparut. Cela soulagea Philippine bien qu’elle se questionna, elle ne doutait pas un instant qu’elle était arrivée à elle pour découvrir quelque chose. S’étant confessée avant le jeudi saint, elle pouvait faire ses Pâques et alla recevoir le sacrement de l’Eucharistie. Pour cela juste avant la fin de l’office, les fidèles devaient accomplir une longue queue en attendant de se situer devant l’un des prêtres. Elle sut patienter, elle communia et repartit à sa place où elle fut rejointe par Cunégonde qui avait procédé comme sa maîtresse. La messe se poursuivit. Une fois celle-ci finie, tous sortirent, Philippine ne se précipita pas, étant au fait que les voitures allaient mettre un moment à venir face à l’immense portail. Ayant atteint le lieu, sur les pavés devant la cathédrale, elle prit son mal en patience avec sa gouvernante attendant son carrosse. Elle fut retrouvée par Madame Duplessy, elle releva son voile afin de lui parler. Elles engagèrent une conversation pendant laquelle elles furent rejointes par une dame de grande élégance. «  Je suis assurée que vous êtes la vicomtesse de Madaillan-Saint-Brice.

— C’est exact Madame.

— Je suis Madame Le Berthon, Élisabeth de Baratet. J’apprécierais si cela vous convient que vous veniez me voir avec Madame Duplessy, mardi après-midi.

— Ce sera avec plaisir Madame.

— Alors à mardi. Je vous laisse. Mon carrosse et mon mari m’attendent. »

Philippine fut grandement surprise par cette invitation. Madame Duplessy était enchantée par cette démarche et avant de quitter sa compagne, elle lui rappela qu’elle l’espérait le lendemain soir. La jeune femme acquiesça. 

***

Comme convenu, Philippine se rendit le lundi soir chez les Duplessy. Son hôtesse la félicita pour cette invitation imprévue. Elle lui assura que Madame Le Berthon l’avait conviée pour la connaître et l’appuyer auprès de son époux afin de la protéger. Quoiqu’il arrive, il l’accomplirait au vu des personnes, dont son mari, qui s’étaient retournées vers lui. Après avoir salué tous les individus sur place et avoir discuté avec eux, elle se mit à la harpe et donna à nouveau un moment magique à tous. Elle se révélait consciente qu’elle contournait les règles du veuvage, mais à Bordeaux personne ne savait depuis quand elle avait perdu son époux, elle n’en avait même pas informé ses oncles qui de toute façon ne s’en étaient pas souciés. Le spectacle musical finit, et après avoir conversé avec Jean Barbot et son cousin Jean-Jacques Lebel, qu’elle remercia pour leur soutien, elle dit au revoir à tous, prétextant être fatiguée. Madame Duplessy la raccompagna avec sa nouvelle suivante, Cunégonde, jusqu’à la porte et lui rappela qu’elle viendrait la chercher dans le milieu de l’après-midi. 

***

Tout en regardant son fils jouer, Philippine tortillait ses mèches de cheveux sombres qui n’étaient pas encore coiffées et qui lui tombaient jusqu’au bas des reins. Le petit garçon s’amusait avec des cubes avec lesquels il fabriquait un château. L’heure du déjeuner arrivant Cunégonde se présenta pour apprêter la jeune femme. Violaine emmena Théophile à seule fin qu’il mange dans sa chambre et ainsi elle laissa la gouvernante préparer sans problème leur maîtresse. Coiffée et habillée, Philippine entraîna Cunégonde dans la salle à manger afin de partager le repas en tête à tête. Pendant que Léopoldine et Suzanne les servaient, elles échangeaient sur les taches à réaliser dans l’hôtel particulier et le fait qu’elles partiraient dès le lendemain pour le château de Madiran. Cunégonde se renseignait sur ce qu’elle devait déposer dans les malles. Elle apporta comme réponse qu’à part les affaires de son fils, elle-même détenait ce qu’il fallait sur place, par contre que ce soit elle ou Violaine, elles se devaient d’emporter leurs nouvelles robes. Philippine désirait que l’on ne remette pas en question leur statut, elles devaient donc afficher des tenues dignes de leur position, surtout sa suivante. Le repas fini, la jeune femme alla s’asseoir dans le salon donnant sur la terrasse sur laquelle les rayons du soleil illuminaient le carrelage. Elle attrapa un livre dans la bibliothèque qu’elle avait commencé en attendant que Madame Duplessy vienne la chercher. De son côté, Cunégonde alla voir avec Violaine ce qu’elle devait ranger dans les bagages pour le lendemain. Tandis que Philippine laissait son regard examiner les arbustes et les fleurs plantés dans des pots de terre installés sur la terrasse afin de l’agrémenter, elle aperçut l’entité de la cathédrale. Elle fut surprise, que faisait-elle là ? Elle se leva, ouvrit la porte-fenêtre donnant sur l’extérieur où se trouvait l’esprit. Celle-ci se retourna vers elle et releva son voile. Elle lui sourit avant de se dissiper. La jeune femme resta tétanisée. Qu’est-ce qu’elle lui voulait ? Elle ne comprenait pas. Elle semblait à chaque fois se situer là que pour l’examiner. Alors qu’elle réfléchissait, essayant d’en appréhender le sens, Madame Duplessy arriva.

***

Léandre était né un matin ensoleillé de novembre au grand plaisir de sa jeune mère, qui n’avait que seize ans. Elle avait souffert toute la nuit des contractions dues à l’accouchement, son extraction fut un soulagement. Il était venu au monde neuf mois après le mariage de ses parents au contentement de son paternel. Celui-ci travaillait déjà comme négociant au sein de la société de son père. À trente ans, il s’était décidé à prendre femme et ce fut pour lui une joie de découvrir et d’épouser Marie-Sophie Marcange, fille d’une autre maison de négoce que les Cevallero absorbèrent. Après deux fausses couches, cette dernière décéda au grand désarroi de Léopold Cevallero. Sa jeune épouse à peine enterrée, il reçut plusieurs propositions de mariage qu’il repoussa. Cela s’avérait trop tôt, il se devait d’accomplir son deuil. Il prit de suite une nourrice pour le petit Léandre et garda son enfant auprès de lui. Le temps venu, il lui engagea une gouvernante, puis arriva le moment où il dut le placer au sein du collège de Guyenne tenu par les jésuites. Léandre entra dans le lieu en tant que pensionnaire. Dans un premier temps, il ne fut guère identifié par ses camarades tant il s’avérait discret et se maintenait en retrait. Il avait du mal à se mettre en avant et de toute façon il ne désirait pas qu’on le remarque. Ses compagnons de dortoir et de classe finirent par se rendre compte que Léandre détenait une excellente mémoire voire qu’il était l’un des plus intelligents. Si certains par jalousie essayèrent de le maltraiter, il obtint vite un groupe d’amis qui le défendit. Ils s’étaient dans un premier instant rapprochés de lui afin qu’il puisse les aider, ce qu’il effectua sans problème et sans vanité. À sa sortie du collège, il revint dans la maison de négoce avec l’un d’entre eux, Paul Missard, qui devint petit à petit le secrétaire de son père. Naturellement, lui-même s’intégra dans ce commerce sous l’apprentissage de son paternel. Il prit facilement en main ses fonctions et s’impliqua dans celles-ci. Pour cela, il parcourait les domaines en vue d’évaluer la quantité de marchandises agricoles qu’il pourrait acquérir et revendre avec des bénéfices. Il ne se contentait pas de ce qu’il y avait autour de Bordeaux, il circulait dans toute la Guyenne. Ce fut ainsi qu’il entendit parler du voyage de Monsieur de Bienville pour la Louisiane. Son père accepta qu’il parte avec lui depuis La Rochelle afin d’estimer quel commerce ils pouvaient mettre en place entre la colonie et la France. Comme ils allèrent directement à la Nouvelle-Orléans, au retour le navire s’arrêta à Saint-Domingue dans les ports de Cap-Français et de Port-aux-Princes. Il rentra à Bordeaux avec une multitude d’idées et surtout avec l’espoir de voir revenir Philippine dont il s’était épris. 

Quelle ne fut pas sa surprise, quant au printemps, arrivant au domaine de Madaillan, il apprit que Philippine était l’héritière des terres de Madaillan-Saint-Brice, mais qu’en plus ils venaient de se croiser ! Il en fut fort déçu. Lorsqu’il retourna à Bordeaux, il avait bien l’intention de se rendre dans son hôtel particulier, mais il ne savait pas qu’elle demeurait depuis deux jours au château de Madaillan.

***

Philippine de Madaillan

Pendant que son fils allait au bain, Philippine décida d’aller marcher. Elle en avait besoin, elle ruminait trop de pensées. Comme elle était seule, elle se contenta de la route qui menait du portail à l’entrée du château. Vêtue d’une robe de sa mère qui se révélait un peu courte, car elle était plus grande que celle-ci, elle arpentait l’allée principale du domaine agrémenté de chênes centenaires. Tout en se promenant, elle laissait errer son regard sur les paysages et se remémorait son entretien avec madame Le Berthon. Celle-ci l’avait reçu avec madame Duplessy en toute intimité. Elles ne se trouvaient que toutes les trois dans un petit salon de l’hôtel particulier de leur hôtesse donnant sur les fossés de l’intendance. À partir du moment où elles furent installées dans de jolies bergères recouvertes de damassé doré et brodé de roses, une servante vint leur porter du thé et une brioche aux amandes. Le décor se révélait ravissant, les murs étaient agrémentés de tableau de personnes dont elle reconnut l’un d’entre eux. C’était le fils du parlementaire qu’elle avait croisé chez son notaire. La pièce détenait deux élégantes commodes et un secrétaire, tous étaient assortis et travaillés de la même façon. Dans un coin de la salle, elle découvrit un clavecin et un violon posé dessus. Le tout avait vu sur le jardin de l’habitation. Dès qu’elles furent seules, madame Le Berthon sollicita Philippine afin qu’elle lui raconte sa vie pour mieux comprendre la demande falsifiée de son oncle. La jeune femme avait confiance aussi elle s’exécuta.  Quelle ne fut pas sa surprise de toucher du doigt que cette dernière avait été exclue par ses deux familles, car sa mère était morte suite à sa naissance. Elle s’attendrit et décida qu’elle accomplirait tout pour l’aider, cette enfant ne méritait pas tous ces rejets et cette succession de drame. Madame Duplessy, qui en apprenait encore plus, se retrouva dans le même état d’âme que leur hôtesse. Philippine n’avait pas tout dit bien sûr, ni le viol de sa mère, ni la date du décès de son mari, ni comment on lui avait transmis tous ces drames dont la disparition de son oncle. La fin de la conversation finie, monsieur Le Berthon entra par une porte qui était entrouverte dans un angle du salon et qui donnait sur son bureau. « – Excusez-moi, mesdames, de vous déranger, mais j’ai entendu vos échanges que je ne voulais pas perturber. Je suis aussi choqué que ma femme. N’ayez aucune crainte, vos oncles ne pourront gérer vos biens. Si jamais vous voyez qu’ils s’en approchent de trop près, n’hésitez pas à venir vers mon épouse ou moi-même. Sachez qu’à l’automne, les parlementaires apprendront que je serai leur président dès le début de la nouvelle année donc aucun ne pourra vous faire du mal. Gardez cela pour vous pour l’instant. » Philippine remercia chaleureusement le couple Le Berthon. La conversation se poursuivit jusqu’à leur départ. Elle avait été très contente de ce rendez-vous qui l’avait complètement apaisée. Elle venait d’atteindre le portail du domaine, elle pivota sur elle-même et repartit dans l’autre sens. Elle pensa qu’elle se devait d’aller au couvent de Saint-Émilion. Elle s’en alla demander à Maman-Berthe si elle voulait bien l’accompagner. Arrivée au château, elle se rendit dans l’aile détenant l’appartement des Fauquerolles. Celle-ci accepta la proposition sans hésitation, Philippine réclama à son majordome de prévenir le cocher. Elle gagna ensuite le salon de la rotonde et décida de s’y installer en attendant l’heure du repas. À peine assise, elle aperçut l’entité de la cathédrale. La jeune femme fut troublée. Pourquoi la suivait-elle ? Elle sortit sur la terrasse, l’esprit se retourna vers elle. « — Il vient à vous ! » Et elle disparut. Qui venait à elle ? Philippine était agacée. Qui était cette entité ? Que lui voulait-elle ? Elle lui rappelait quelqu’un, mais elle n’aurait pas su dire qui ? Quelques instants plus tard, Cunégonde entra dans la pièce pour la prévenir que le déjeuner pouvait être servi. Le couple Fauquerolles se situait là ainsi que monsieur Sanadon.

***

En tout début d’après-midi, le départ pour le couvent fut annoncé par le majordome. Étienne, le cocher, attendait devant le perron avec Adrien et Jean-Marcel. Ce dernier était de Saint-Émilion et allait guider le cocher. Il avait suivi avec sa sœur, Louison, l’ancienne apprentie de la cuisinière, son père lorsqu’il était enfant au château de Madaillan. Adolescent, alors qu’il épaulait son paternel dans les écuries du domaine, celui-ci fut écarté par le vicomte, et résida dans une métairie qui détenait des vaches et quelques chevaux non loin de la demeure. Il avait été fort contrarié par ce rejet qu’il estimait injuste, n’en connaissant pas la raison, mais moins que son père. Celui-ci après une longue dépression se pendit dans la grange au grand désarroi de son fils et de sa fille qui se retrouvèrent seuls. Il fut donc fort heureux quand monsieur Sanadon et monsieur Fauquerolles lui demandèrent de suivre sa sœur Louison au château et lui donnèrent la responsabilité des écuries et des chevaux qui ne pouvaient être élevés et dressés à Bordeaux. 

Philippine et Maman-Berthe refirent le trajet qu’elles avaient effectué lors des sept ans de la jeune femme. Le carrosse traversa la Dordogne à Branne et se dirigea vers Saint-Émilion qu’ils contournèrent dans le but de se présenter devant l’entrée principale de l’abbaye. Ce fut sœur Douceline qui s’approcha pour déployer la porte incluse dans l’immense portail afin de savoir qui venait les voir. Jean-Marcel annonça la vicomtesse Philippine de Madaillan. Elle en fut très surprise et aidée de deux autres sœurs, elles ouvrirent le couvent à leur ancienne élève. La berline s’arrêta dans la cour. Pendant ce temps, sœur Marguerite s’était précipitée informer la mère supérieure.

Philippine descendit de la voiture suivie de madame Fauquerolles. Elle tapota sa jupe noire afin de remettre ses plis en place et rajusta convenablement sa robe à la française en tissu damassé de la même couleur. Elle monta ensuite les quelques marches qui conduisaient à la porte principale. Elle fut accueillie avec tendresse par sœur Geneviève qui s’était aussitôt rendue dans le grand hall pour les recevoir et mener la jeune femme et sa compagne à la mère supérieure. Philippine était troublée de se situer dans des lieux où elle pensait ne plus jamais revenir. Cela faisait trois années qu’elle était partie, cela faisait peu d’années, mais elle était tout de même émue. Elle suivit la sœur jusqu’au salon de sœur Élisabeth. La porte s’ouvrit de suite sur sœur Dorothée, la prieure, qui la fit entrer. «  Mon enfant, quelle joie de vous voir ! Asseyez-vous, sœur Geneviève va nous amener des boissons chaudes. » La mère supérieure fut étonnée de la remarquer toute de noir vêtue, ainsi que de la tenue que portait sa nourrice qu’elle avait reconnue. À peine installée, sa curiosité prenant le dessus, sœur Élisabeth lança la conversation. « — Que me vaut votre venue, je vous pensais au sein de la colonie.

— J’ai vécu beaucoup de bouleversements, ma mère. Pour commencer, voici une missive de sœur Blandine et de sœur Domitille.  

— Je vous en remercie, mais vous n’êtes pas revenue chez nous juste pour me porter ce document ?

— Non, ma mère. Il s’avère qu’une succession de circonstances m’ont amenée à m’en retourner. Tout d’abord, je suis la dernière héritière de mon oncle le vicomte de Madaillan-Saint-Brice. Après la mort de sa femme dont il n’a pas eu d’enfant, il est décédé d’un accident alors qu’il se situait sur un champ de bataille. Plus exactement, ses troupes assiégeaient une ville et au milieu de la nuit un de ses hommes lui a tiré dessus croyant voir venir un ennemi. 

— Mon Dieu ! Et c’est cela qui vous a fait revenir ?

— En fait, en parallèle, je perdais mon époux d’une crise cardiaque, aussi j’ai tout mis en place afin de rentrer. 

— C’est une bonne chose, bien que cela soit bien triste. Et si je puis me permettre, vous avez eu un enfant ?

— Oui, j’ai un petit Théophile. » À ce moment-là, sœur Geneviève entra avec des boissons et un gâteau qu’elle disposa sur une table à côté des bergères. La mère supérieure, après les avoir servies, reprit la conversation. «  Et vous avez des nouvelles de vos amies ?

— Oui, j’ai reçu une lettre de Catherine et une de Fortunée juste avant de quitter ma demeure bordelaise pour mon domaine. L’une et l’autre vont bien.

— Elles sont restées à la colonie bien sûr.

Philippine de Madaillan

— En fait, non ! Elles sont même parties de la cité avant moi. Catherine se trouve à Versailles, elle a suivi son conjoint, monsieur Fery d’Esclands, qui est devenu l’un des secrétaires du roi. Il semblerait qu’elle détienne un très bel hôtel particulier dans la ville. 

— Et Fortunée ?

— Elle et son époux, monsieur Barthoul, se sont installés à Nantes. Un concours de  circonstances a fait qu’il a été obligé de reprendre la maison de négoce familiale. Elle en est très contente d’autant qu’elle participe à la gestion de celle-ci.

— Voilà qui est très bien. Avez-vous eu des nouvelles de Gabrielle et de Théodorine ?

— Pour Gabrielle, nous nous sommes beaucoup fréquentées à la Nouvelle-Orléans. Elle a épousé un négociant de la cité, monsieur de la Michardière, qui occasionnellement collaborait avec mon mari. Quant à Théodorine, elle s’est unie avec un planteur, mais elle a peu donné de nouvelles malgré les demandes de Gabrielle.

— C’est un peu sans surprise. » La conversation perdura deux bonnes heures, Philippine détailla ses histoires. Elle raconta le voyage périlleux, la présentation aux futurs maris, Madame de Perier, le couvent de la Nouvelle-Orléans et sœur Marie Tranchepain. Elle narra sa vie avec son mari et le partage de celui-ci avec Lilith, ainsi que les décès et les actions réalisées suite à ceux-là. Sœur Élisabeth était abasourdie par toutes ses aventures pour la plupart malencontreuses et tristes, elle espérait que l’existence de la jeune femme allait dans une meilleure direction. Quand elle l’exprima, Philippine raconta son arrivée à Bordeaux et les personnes qu’elle avait rencontrées. La mère supérieure fut un peu soulagée. Avant de partir, Philippine assura qu’elle reviendrait et laissa une bourse conséquente pour le couvent en souvenir des bienfaits que lui avaient apportés les sœurs.

***

Le ruisseau de l’Engranne déambulait au milieu de valons et de forêt de chênes, d’aulnes noirs et de frênes depuis la Dordogne et se situait non loin du château de Madaillan. Philippine fixait les quelques nuages qui passaient au-dessus d’elle dans le reflet du cours d’eau. Un peu plus loin, sous le regard de Violaine, Théophile jouait sur une minuscule plage. Derrière elle, madame Fauquerolles et Cunégonde conversaient sur les nouvelles taches qu’elles effectuaient et qui venaient de leurs récentes fonctions des plus innovantes. Maman-Berthe avait compris que c’était sa fille de lait qui l’avait promue et imposée comme gouvernante, fonction qu’elle menait à bien. Elle s’intéressait à la jeune femme, car elle avait saisi que son Jean se révélait épris de celle-ci. Ce dernier ne se situait plus à la métairie, monsieur Sanadon lui avait demandé d’épauler son père, quant à cette partie de la propriété, il avait trouvé une famille pour s’en occuper. De son côté, Philippine avait engagé pour son fils une gouvernante à qui elle réclama d’instruire aussi Cunégonde et Jean. Elle estimait qu’ils devaient savoir lire, écrire et compter. Sans faillir, comprenant ce que cela leur apporterait, ils s’y mirent sérieusement d’autant qu’ils l’accomplissaient ensemble.

Le soleil irradiait de tous ses feux en cette fin d’avril, elle et ses compagnes s’étaient donc installées à l’ombre de grands arbres après avoir traversé les champs et les vignobles. Elles avaient aperçu les arbres fruitiers en fleurs et la flore qui émergeait un peu partout. Philippine laissait sa rêverie se focaliser sur les mouvements de l’eau quand un vol de palombes l’en sortit. Elle vit alors un geai sur un des chênes au-dessus d’elle. C’était un bel oiseau, reconnaissable à son plumage coloré, rayé de noir et blanc sur la tête, dont les plumes se dressaient. Il cajactait. Son chant mélodieux attira son attention et lui rappela la merlette de son enfance. Elle comprit qu’elle se devait de rentrer. Elle n’en connaissait pas la raison, mais intuitivement, elle n’en doutait pas. Elle se leva et elle secoua sa robe en soie de couleur lie de vin, à laquelle Violaine avait ajouté un volant froncé afin qu’elle se révèle de la bonne longueur. Elle remit ensuite son chapeau de paille, le nouant sous son chignon. Ses compagnes appréhendèrent qu’elles allaient s’en retourner. Philippine héla Théophile qui arriva en trottant. Elle s’engagea sur le chemin du retour avec son petit garçon à ses côtés qui tenaient sa jupe pour ne pas la perdre. Elle réalisa que le geai voletait au-dessus d’elle, cela lui rappela ses sept ans. Elle espérait que ce n’était pas encore une contrariété. Comme il ne la quittait pas, elle supposa que c’était un message, mais elle le garda pour elle. Théophile fatiguant, Violaine le prit dans ses bras. Elles parcoururent à nouveau les champs et les vignobles et s’introduisirent dans le bois jouxtant le château par un sentier qui déambulait sous les arbres centenaires. C’est de là que Philippine aperçut un cavalier engagé dans l’allée qui menait à la demeure depuis la route. Son cœur se comprima, elle reconnut Léandre.

______________________________________________________________________

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

chapitre suivant

mes écrits

2 réflexions sur “L’orpheline/ chapitre 021

  1. Pingback: L’orpheline/ chapitre 022 | franz hierf

  2. Pingback: L’orpheline/ chapitre 020 | franz hierf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.