La Palmeraie / De la Garonne au Mississippi 048 à 50

épisode précédent 

Chapitre 48

la chambrière et l’économe, avril 1792

Esther (Creole woman in Red Turban

Esther

Esther apprit de la bouche de sa maîtresse qu’elles allaient rentrer à la plantation, elle exultait de joie, et le faisait savoir en chantonnant sans arrêt. Elle n’était plus mal traitée chez les Maubeuge, Josépha, la gouvernante, sermonnée par sa sœur Abigaïl et surveillée par Sara, son ancienne nourrice, la laissait en paix, quant aux autres ils avaient admis tacitement l’élévation de la jeune négresse.

Sa maîtresse était satisfaite d’elle et elle faisait tout pour que ce soit le cas. Son service s’était vite avéré agréable, car sa nouvelle maîtresse, moins méprisante que la plupart des blancs, était amicale dans ses ordres et la laissait décisionnaire quant à ses fonctions. Elle avait vite appris ses nouvelles tâches d’autant que sa maîtresse ne se fâchait jamais, patiente, elle la conseillait pour corriger ses maladresses. Si au début cela l’avait beaucoup déroutée, elle avait compris très rapidement les avantages que cela lui octroyait. Les autres esclaves la respectaient malgré son jeune âge bien que parfois elle ressentît leur jalousie. Sa maîtresse lui avait donné deux robes qu’elle ne voulait plus porter et lui avait fourni des métrages de tissus pour ses jupons et compléter sa garde-robe, car elle estimait que sa chambrière devait être en accord avec son statut. Elle ne pouvait savoir que sa maîtresse culpabilisait de la posséder. Lors de l’enlèvement de cette dernière, elle avait eu très peur. Elle s’était attachée à celle-ci et avait craint de perdre sa protection. Elle avait alors compris à quel point sa vie et sa sécurité étaient attachées à sa maîtresse.

Elle était devenue femme deux ans auparavant, mais ne l’avait vraiment comprise que sous le regard inquisiteur de Pierre-Henri Hautbois-Guichette. Le jeune économe de la plantation, après les regards insistants sur les courbes de son corps gracile et délié, était passé aux mots, mettant ses sens en émoi. Il lui avait fallu peu d’effort pour obtenir de la chambrière, ce qu’il désirait, un soleil se couchant, la chaleur déclinante d’une fin de journée de labeur. Il l’avait croisée en revenant d’un plongeon rafraîchissant dans le fleuve, il avait engagé la conversation, les yeux baissés, elle avait répondu. Il lui avait pris la main, bien que surprise, elle ne l’avait pas retirée, la chaleur de l’un s’était répandue dans celle de l’autre. Ils s’étaient assis sous les chênes en bordure du bois, loin des regards, il lui avait promis mille choses qu’elle n’entendait pas, le son sourd des battements de son cœur emplissant ses tempes, son corps fourmillant de l’accélération du sang sous la peau, elle le laissa faire. Elle avait ressenti l’urgence du poids de son corps sur le sien pour soulager le besoin qu’elle avait de lui. Elle oublia tous les conseils de celle qui l’avait élevée, et sous les doigts rugueux du jeune homme, sous les baisers de l’amant qui s’enivrait de son odeur musquée mélangée de cannelle et de vanille, il l’emporta vers son avenir. Elle était devenue femme à la lueur de la lune se levant et ne demandait qu’une chose que cela se reproduise. En fait, tous les soirs de l’été puis de l’automne, ils se rejoignirent sans que nul ne les remarque. S’aimant presque avec brutalité, sauvagerie, ils se retrouvaient au bord du fleuve, dans les buissons de la forêt, elle guettait la course du soleil qui le ramenait vers lui. Puis la maîtresse était repartie avec elle à la ville. Inquiète, elle avait dû quitter celui qui monopolisait tous ses sens. Et de peur que l’éloignement ne le pousse à passer à une autre, arrivée rue Dauphine, elle s’était chargée d’une course de façon à aller voir Marguerite Darcantel. Malgré la peur que lui faisait la prêtresse, elle la supplia de l’aider à garder celui qu’elle considérait comme son homme, son univers. Celle-ci accepta à contrecœur, elle connaissait déjà les suites de ce chemin de vie, mais que peut-on faire contre le destin. Celui-là ou un autre, cela ne changerait que peu de choses, au moins elle aurait connu le bonheur. Elle en appela donc à Erzulie.

Esther fut rapidement rassurée sur les sentiments du jeune économe à son endroit, car après l’annonce de sa maîtresse, elle n’eut à attendre qu’une petite semaine avant de voir arriver celui-ci. Accompagné de son acolyte, Francisco Alvarez Pignero, ils étaient venus chercher leur maîtresse sur la demande du contremaître de la Palmeraie et acheter des vivres et quelques outils manquant à la plantation. À peine entrevu, le sourire gourmand et l’œil malicieux du jeune homme rassurèrent la chambrière. Esther comprit qu’il était resté dans les mêmes dispositions et s’ils ne purent se rejoindre, trop de monde les entourait pour pouvoir rester discret, elle savait que ce n’était qu’une question de patience.

*

Hautbois Guichette Pierre Henri (Self-Portrait ca. 1750 by Sir Joshua Reynolds

Pierre-Henri Hautbois Guichette

Pierre-Henri ne regrettait pas sa venue en Louisiane, le travail d’économe était dur, mais il avait vite assimilé que c’était une bonne place. Il avait été envoyé par l’intermède de Monsieur Lacourtade père, un ami de son oncle, à Monsieur de Maubeuge par un autre intermédiaire Monsieur d’Estournelles qui l’avait recommandé. Le secrétaire du marquis avait trouvé que servir une dame de sa région natale serait un bon compromis et favoriserait la fidélité, d’autant que son arrivée coïncidait avec le besoin d’un économe supplémentaire à la Palmeraie. Le marquis, satisfait, en avait fait son idée.

Pierre-Henri n’ayant pas d’autre choix avait accepté de bon cœur. De bonne constitution, la silhouette déliée, il était d’une nature heureuse, il avait le fond bon, mais s’emportait facilement. Le sang bouillant comme tout gascon, il avait le sourire charmeur et l’œil brillant de celui qui veut vous voler. Il avait l’honnêteté que ses limites pécuniaires lui permettaient et le jour de son débarquement, elles étaient restreintes.

Ses déboires financiers avaient commencé un jour pluvieux lorsque son oncle vint le chercher au parloir de son collège. Il venait lui apprendre la mort de ses parents emportés par le choléra. Il l’avait emmené le petit garçon, sur les terres désolées de son père, pour l’enterrement. La pluie tellement attendue qui avait arrêté l’épidémie n’arrêtait plus de tomber en ce début d’automne. Ses parents dans la fosse, son oncle lui avait annoncé que son père n’avait que des dettes et que le peu d’argent qui lui restait servirait à son éducation et qu’après il devrait se débrouiller. Il était donc retourné au collège et, à peine revenu, il remarqua tout de suite son changement de statut. De la chambre qu’il partageait avec trois comparses, il était passé au dortoir où s’alignait une trentaine de lits de chaque côté de la longue pièce pleine de courant d’air. Du réfectoire des nobles, il était passé à celui des roturiers où la soupe était plus claire et la viande absente. Tout de suite, il dut répondre aux quolibets destinés à ceux qui déchoient. Son sang bouillonnant d’injustice entraînait disputes, insultes, bagarres conclues par des blessures physiques et morales. Il en avait voulu à son oncle, mais pas à la vie. Avec l’approche de l’âge d’homme, s’ensuivirent moult frasques estudiantines dans les rues bordelaises, et ces dernières avaient fini par indisposer son oncle, celui-ci décida que son neveu n’étant pas fait pour les études, il valait mieux l’envoyer faire fortune loin, très loin. Comme il était sans fortune ni biens, fataliste, Pierre-Henri accepta l’aventure. Son oncle trop heureux de s’en débarrasser le mit sur un navire en partance pour les Caraïbes avec une lettre de recommandation. La traversée se passa sans rien de remarquable et comme tous les chanceux, inconsciemment, il se demanda pourquoi tous en faisaient tant d’histoires. À peine arrivée à La Nouvelle-Orléans il se fit indiquer la demeure du marquis de Maubeuge. Après le port, qu’il avait trouvé aussi encombré que celui de Bordeaux ou peu s’en faut, fourmillant d’une activité fébrile, évitant les débardeurs écrasés sous leurs charges et l’amoncellement des marchandises qui attendaient, il arpenta les rues de la ville, suivant les indications qu’un mulâtre lui avait données. Il ne pouvait se rendre compte que La Nouvelle-Orléans était le croisement des produits en tous genres venu des colonies espagnoles et de l’Europe, il avait pour unique souci de ne pas crotter son seul habit convenable qu’il avait revêtu pour l’entrevue. Passé le cap litigieux du bourbier qu’étaient les abords de la levée, il avait eu tout loisir d’être frappé par le mélange des races et des couleurs. Il avait déjà vu plus d’un nègre, Bordeaux n’en était pas exempte, bien des maisons aristocratiques et bourgeoises exhibaient ses serviteurs si exotiques, mais pas en si grand nombre. En parcourant la rue de Toulouse, il alla de surprise en surprise, découvrant et admirant des demeures cossues dont certaines abritaient des boutiques au rez-de-chaussée, sous des arcades en dentelles de ferronneries, constatant l’élégance des Orléanais qui voyageaient à pied, à cheval ou en voiture. Gros carrosses, cabriolets ou chaises encombraient la rue et le trottoir de planches surélevé, qui empêchait de se souiller après les dernières pluies, n’était pas de trop pour les éviter. Pendant son court trajet, il put tâter au côté sulfureux de la ville caribéenne se retournant sur le déhanché arrogant des mulâtresses souriantes ou insolentes. Il se trouva bête ou tout au moins ignorant, il croyait débarquer dans un pays de sauvage et il constatait la civilisation d’une colonie en voie d’expansion.

Arrivé devant la demeure rue Dauphine, il frappa et attendit un instant examinant le décor de la rue. Une voix sèche le sorti de sa contemplation, Josépha ayant eu le temps d’examiner le jeune homme l’avait tout de suite catalogué dans les pauvres, aussi montrât elle le respect minimum dû à un blanc, comme beaucoup de sa caste, elle méprisait les petits blancs. Reprenant de sa superbe devant l’irrévérence de la gouvernante, il demanda à voir Monsieur le Marquis. Elle le fit patienter debout dans le vestibule, entra alors un homme affable et souriant. « – Décidément, Josépha n’a aucune manière. Vous devez être Monsieur Hautbois Guichette envoyé par Monsieur Lacourtade ? J’ai appris que le « belle Ninon » était au port.

– Oui, Monsieur le Marquis

– Oh ! Excusez-moi, je ne me suis pas présenté. Je suis, Monsieur d’Estournelles, le secrétaire de Monsieur de Maubeuge. Celui-ci est absent, aussi c’est moi qui vous accueille. Veuillez me suivre.

À la suite du secrétaire, le jeune homme découvrit l’intérieur de la demeure et s’avoua que même chez son oncle, il n’avait pas vu un ameublement, une décoration aussi raffinée et luxueuse. Il l’invita à s’asseoir dans un bureau sobrement meublé et qui ne servait qu’à Monsieur d’Estournelles. Il lut la lettre de recommandation de Monsieur Lacourtade. Souriant de satisfaction, après avoir demandé des nouvelles de la France, il engagea la conversation sur le sujet qui les préoccupait tous les deux, l’établissement de Pierre-Henri. « – J’ai pour vous un emploi qui si vous faites l’affaire pourrait vous intégrer dans notre société de façon modeste au début, mais qui avec le temps pourrait évoluer avantageusement. C’est Monsieur le marquis qui en a émis l’idée. » Le jeune homme en attendait l’énoncé, sachant que de doute façon il ne pouvait qu’accepter. « – La baronne de Thouais, qui vient comme vous de la région de Bordeaux, a besoin pour sa plantation d’un économe. Si l’emploi vous convient, je vous présenterai à son contremaître puis à elle-même. » Pierre-Henri accepta sans trop savoir en quoi consistait le poste d’économe dans une plantation. L’affaire fut rondement menée, Georges Tremblay trouva le jeune homme bien bâti malgré sa constitution élancée et apprécia le caractère solidement trempé qu’il décelait dans le comportement ouvert du jeune homme. Bien que sans expérience, il proposa au futur économe un contrat. Il accepta les cinq mille francs d’appointements, durant les trois années dont il aurait besoin pour son apprentissage et qui passeraient ensuite à dix ou douze mille francs accompagnés de cinq pour cent sur les bénéfices que ferait la plantation. Ce qui pourrait mener les meilleures années à quarante ou cinquante mille francs. Pierre-Henri était fort satisfait de l’arrangement, pour le conclure il fut présenté à sa future maîtresse.

Cambes Sadirac Antoinette-Marie (Dorothea Jordan by John Ogborne after George Romney, 1788

Antoinette-Marie Cambes-Sadirac

Antoinette-Marie dès son entrée comprit dans les yeux du jeune homme qu’il la trouvait trop jeune pour être son employeur. Et effectivement quand il vit entrer la jeune fille, de toute évidence plus jeune que lui, à l’allure juvénile dans sa robe de linon blanc, il crut un instant qu’il n’avait pas affaire à la bonne personne. Décontenancé, il ne fit pas attention à la chambrière, qui, les yeux baissés, suivait sa maîtresse. Monsieur d’Estournelles fit les présentations. « – Madame de Thouais. » Y mettant toute son assurance Antoinette-Marie prit la parole. « – Bonjour, Monsieur, c’est donc moi que vous servirez par l’intermédiaire de Monsieur Tremblay. » Elle le sentit se raidir. Bien qu’il n’y ait rien de commun dans leurs physiques, il lui fit penser à Antonin son frère de lait. Elle finit par lui sourire, attendrie par sa gêne. « – Si l’accord qui vous a été fait vous agrée, mon contremaître vous trouvant à sa convenance, vous êtes engagé. » Ne lui laissant pas le temps de répondre, l’affaire étant de toute évidence entendue, elle continua. « – Il m’a semblé comprendre que comme moi vous fussiez de Bordeaux ? Il est vrai que Hautbois Guichette, cela m’est familier, pourtant je ne crois pas vous avoir déjà rencontré.

– C’est sûrement mon oncle que vous devez connaître, je suis recommandé par un ami à lui, Monsieur Lacourtade. Rien que l’accent prononcé de son pays, un peu traînant, n’oubliant aucune lettre, l’aurait décidé à l’engager.

Monsieur Lacourtade, mais c’est mon beau-frère !

– Si vieux ? Laissa-t-il échapper

– Ah ! Non ! Cela c’est son père, c’est donc chez lui que j’ai dû rencontrer votre oncle, mais j’avoue ne pas m’en souvenir.

– Cela n’est pas bien grave Madame

*

Quelques jours plus tard, il découvrait la plantation et faisait la connaissance du froid et distant Francisco Leopardo Alvarez Pignero avec qui il devait partager ses tâches et une partie du bungalow dans lequel ils logeaient.

Contrairement aux idées reçues qu’il avait sur l’indolence créole, sa vie quotidienne était essentiellement occupée par le travail. Et comme avant tout il était là pour gagner de l’argent, il comptait faire ses preuves rapidement. Les longues journées de labeur harassant sur la plantation lui laissait peu de temps de loisir, qu’il occupait à la chasse ou à la pêche.

Pendant que Georges Tremblay inspectait dans les détails la plantation, Pierre-Henri et Francisco sous ses ordres surveillaient l’entretien des champs de cannes, le travail du moulin à sucre au bord du bayou, l’écumage de l’équipage, le chauffage du vesou, et tout ce qui s’en suivait. Il fallait aussi compter les nègres, coupeurs de cannes, dénombrer ceux des cabrouets, des moulins, du fourneau, de la sucrerie, sans oublier de s’occuper des gardeurs d’animaux, des ouvriers ou détournés à cet effet, et de ceux qui s’occupaient du coton et de l’indigo, faire le tour des plantations, se transporter à l’hôpital, visiter les malades.

Thomas Waterman Wood.jpgDans un premier temps, les hommes et les femmes courbaient dans les champs et qu’il houspillait pour activer leur travail, étaient pour lui à peine plus que du bétail. Puis il apprit à les reconnaître et enfin à les connaître, car contrairement à beaucoup de blancs mêmes propriétaires, il trouvait qu’aucun noir ne se ressemblait. Il n’était pas capable de faire la différence entre les Congos, et d’autres groupes guinéens comme les Nagos, les Aradas, pas plus que les quelques Bantous, des Mandingues et des Bandias, mais reconnaissaient Lambert, Lazare, Colas, Séraphin, Algan, Dieudonné, Magloire, Roch, Phaéton, Adonis, Apollon, Jason, Amadis, Ulysse, Annibal, Titus, Scipion, Céladon, ou Europe, Cunégonde, Pétronille, Scolastique, Edwige, Hermine, Gudule, Anastasie, Vénus, Diane, Théclis, Thisbée ou Salomée… ils pouvaient appeler par leur nom tous les esclaves de la plantation. Il en tirait une certaine fierté.

La journée était rythmée par les repas, l’heure du déjeuner sonnait au milieu de la matinée, les économes se mettaient à table à tour de rôle, mangeant à leur faim, Georges Tremblay était intransigeant à ce sujet comme l’avait été le baron de Thouais, estimant que pour avoir des forces, il fallait être bien nourri contrairement à d’autres plantations qui économisaient sur la pitance des subalternes. Après cette courte interruption, le repas pris, ils reprenaient leurs postes, pour veiller à l’épuration des chaudières et à la fabrication du sucre, sans oublier la lutte contre les insectes qui pouvaient anéantir les cultures à la moindre négligence. Ils ne s’arrêtaient que, lorsque sonnait le dîner au pic du soleil. À deux heures après midi, après une courte sieste, les travaux reprenaient jusqu’au soir. À huit heures, on sonnait un léger souper, il se retirait quelquefois pour prendre un court repos avant de retourner aux taches diverses qui pouvaient mener tard dans la nuit. Malgré la charge de travail, il se sentait à égalité avec ses comparses.

Pierre-Henri ne faisait pas encore partie de la « bonne société » créole, aussi il ne participait pas aux visites de voisinage ou aux grands festins suivis de bal et de jeu à l’occasion d’événements familiaux. Non pas qu’il ne fût pas invité, mais, il avait vite compris, que comme en France, on lui ferait sentir son statut. Par contre, tout comme son comparse il participait au repas dominical et aux repas de fêtes à la table de la maîtresse de la plantation. Elle y tenait.

C’est en remarquant Esther quelques jours après leur arrivée que Pierre-Henri comprit qu’il se sentait seul. Il préférait à la beauté sculpturale de Mama-Louisa qu’il n’avait pu que remarquer la réserve empruntée de la jeune fille émergeant du cocon de l’enfance. Elle lui faisait penser à une chatte, le visage triangulaire envahi par ses grands yeux bruns. Il aimait son regard ressemblant à celui d’une génisse, il avait la douceur de celui d’une mère. Il aurait parié que ses mains pouvaient enserrer sans effort sa taille. Sa peau d’un brun ambré scintillait sous la lumière. Elle avait la bouche gourmande qui appelle le baiser du moins, l’espérait-il. Et sa poitrine qui sans effort tendait le tissu au-devant d’elle et qu’il aurait bien caressée, titillée, sucée, l’envoûtait, tant et si bien que le peu de sommeil qu’il trouvait était envahi par des images sulfureuses de la chambrière.

Il fut comblé quand ses vœux se réalisèrent et quand elle dut partir avec la maîtresse, les regards lascifs et serviles des négresses des champs le laissèrent indifférent tant sa mémoire était pleine d’Esther. Il savait bien qu’il n’aurait eu aucun mal à mettre l’une de celles-ci dans sa couche. Outre le fait qu’elles n’avaient rien à dire, elles n’auraient pas demandé mieux pour échapper quelques instants aux travaux pénibles des champs, voir atteindre la grande maison.

Chapitre 49

Un retour plein de surprises

Cambes-Sadirac Antoinette-Marie (George Romney Caroline Countess Carisle)

Antoinette-Marie Cambes-Sadirac

Le ciel, encombré d’une multitude d’oiseaux, se colorait d’une teinte rosée sur le fleuve qui leur servait de couloir de migration. La campagne environnante se réveillait au son de leurs piaillements, sifflements, babils, gazouillis qui annonçaient le lever du jour. Le landau conduit par Abraham et transportant Antoinette-Marie encore ensommeillée en compagnie de sa chambrière, suivi de la carriole conduite par Pierre-Henri accompagné par Francisco, sortit par la porte de la rue Royale. Abraham qui n’en était pas à son premier trajet avait guidé la voiture en direction du fleuve sur le tracé fait de coquillages compilés de la route qui serpentait parallèlement sur la levée, puis entre les plantations et le fleuve quand les digues protectrices n’existaient plus.

Vers le milieu de la matinée, les occupants des multiples embarcations faites de troncs fermement attachés les uns aux autres avec une cabane rudimentaire à la poupe, qui naviguaient en grand nombre avec leurs marchandises vers le port de La Nouvelle-Orléans, croisèrent le spectacle d’une jeune fille élégante assise sur un tronc d’arbre, avec deux molosses couchés à ses pieds. Le dos bien droit, le haut du visage caché par une large capeline, Antoinette-Marie avalait un encas avec ses deux économes en attendant qu’Abraham aidé d’Esther ait décapoté le landau. Elle faisait à peine attention aux enfants qui lui faisaient signe depuis les barges. Elle était partagée par la joie de revoir ce qu’elle considérait désormais comme sa maison » « la Palmeraie « et la tristesse de partir sans avoir revu celui qu’elle espérait. Hypnotisée par le reflet de l’eau, elle ressassait le tumulte de ses sentiments envers le jeune hidalgo. Elle avait déjà été échaudée à Bordeaux. Elle s’était enflammée sous le charme séducteur de Pierre Victurnien pour au final être fort déçue. Elle craignait de récidiver, mais c’était plus fort qu’elle. Dès qu’elle l’avait vu, son cœur s’était emballé comme si elle l’avait déjà connu, en fait, elle l’avait reconnu au fond de son âme. Même si cela pouvait paraître niais, c’était une évidence, une certitude. Tout en laissant errer ses pensées, elle regardait sans la voir une grue au long cou, sur la branche d’un arbuste, qui, penchée sur le fleuve, cherchait sa pitance. Antoinette-Marie sursauta en poussant un cri au surgissement au milieu d’éclaboussures d’un alligator qui voulait en faire sa proie. L’oiseau s’envola au son des cris agacés que provoquait ce dérangement. Les molosses se redressèrent grognant et aboyant envers le monstre aquatique faisant un barrage devant leur maîtresse. L’animal désappointé retourna dans le lit du fleuve. Dans son sursaut, elle perdit l’équilibre que son économe rétablit à temps. Elle s’excusa de cet affolement dû à son inattention. Elle se trouvait ridicule et était en colère contre elle-même. Elle s’était mise en danger par inadvertance et dans ce pays cela coûtait la vie. La nature n’oubliait pas son état sauvage malgré son recul face à l’homme qui façonnait l’œuvre de dieu à sa convenance. Remis de ses émotions, le groupe reprit le voyage.

À nouveau installé dans le landau, Antoinette-Marie retira sa capeline et ses souliers qu’elle trouvait trop serrés et posa les pieds sur la banquette opposée. Esther avait repris un ouvrage sur lequel elle s’appliquait avec une attention minutieuse. Sous la frondaison des chênes aux feuilles tendres du printemps repoussant de leur mieux la mousse espagnole suspendue au gré du vent, qui le plus souvent protégeait les voyageurs des ardeurs du soleil, les véhicules poursuivirent la route. Elle se mit à lire le livre que lui avait prêté son notaire. C’était une pièce de Marivaux, « l’île des esclaves » dont le sujet résultait de l’inversion des conditions des personnages. Elle supposait qu’il essayait de lui faire passer un message. Il ne pouvait savoir que c’était un sujet qu’elle connaissait bien, elle avait vécu ses premières années comme la fille d’un métayer. Est-ce le large Mississippi qui lui rappelait la Garonne au bord de laquelle elle avait fait ses premiers pas, puis ses premières courses avec Antonin et la tribu Freydou, les souvenirs se mirent à l’assaillir ? La nostalgie de ce temps l’envahit. Elle se souvint de son incompréhension lorsque les Freydou, essayant de contenir sa fougue enfantine et voulant lui donner quelques rudiments de l’éducation qu’ils pensaient qu’elle devait recevoir, avaient essayé, en vint, de lui expliquer qu’elle était la fille du château. Elle n’avait tout d’abord pas compris qu’ils lui signifiaient sa condition. Elle savait bien qu’elle était la fille du château, elle savait où elle habitait. Ignorant la poussière, les toiles d’araignée, les planchers comme les plafonds qui s’effondraient, elle l’avait exploré dans ses moindres recoins ou presque avec sur les talons son frère de lait, Antonin, de trois ans plus âgé. Dans cette inspection en règle, elle avait tout de même évité les caves suite à l’avertissement de Gaspard Freydou. Il lui avait raconté les oubliettes où l’on se perdait à jamais enlevé par des trolls, les fantômes qui hantaient encore les lieux. Elle n’avait pas voulu vérifier ses dires. Elle avait commencé à comprendre où ses parents nourriciers voulaient en venir quand elle avait découvert dans le grenier un tableau, plus grand qu’elle, représentant une dame aux cheveux blond-argents, comme les siens d’après Antonin. Et quand elle avait réfuté la ressemblance avec la dame en robe de velours noir avec ce drôle de col de dentelle blanc en forme de roue de fromage, son compagnon avait insisté. Elle avait les mêmes cheveux et les mêmes yeux. Bertrande Freydou lui expliqua que c’était, somme tout, normal puisque c’était l’une de ses ancêtres. Elle était souvent revenue se plonger dans les yeux de son ancêtre dont elle ne savait rien d’autre. Elle lui parlait, lui racontait ses malheurs de petite fille, lui demandait d’en faire part à sa maman au paradis. Elle avait fini par tout comprendre le jour de l’arrivée de sa tante avec ses deux sœurs. Elle s’était reconnue en elles, elle ne savait pas comment, mais elle avait compris avant que l’on ne lui explique. La suite fut plus embrouillée, car hormis le fait d’apprendre à lire et à écrire avec le curé, sa vie n’avait pas changé après leur passage. Elle avait alors juste compris qu’elle n’était pas comme les Freydou, ni même comme Antonin. Elle s’était sentie plus seule. Le bon curé de Cambes avait essayé plus d’une fois de lui expliquer la situation, mais en vain. Écartée de son frère de lait, happé par les travaux de son âge, ainsi que d’autres enfants, se retrouvant le plus souvent seule car éloignée des travaux de la ferme par ses parents nourriciers, elle s’était plongée dans les livres. Elle se réfugiait dans la bibliothèque oubliée de tous et lisait tout ce qu’elle trouvait, au début sans vraiment comprendre. Mais avec le temps, bien que dans un grand désordre, elle avait acquis par elle-même une culture variée pas toujours féminine, mais enrichissante.

Le rythme du trot du cheval la berça et l’engourdit, puis elle finit par s’endormir au milieu de ses souvenirs. Elle fut réveillée par la voix grave d’Abraham sollicitant Esther pour qu’elle réveille sa maîtresse. Il y avait au loin sur le bord de la route un groupe d’hommes qui stationnait à côté d’une embarcation amarrée et cela ne lui disait rien de bon. Elle se redressa d’un coup portant ses mains à ses cheveux pour en rejeter les boucles à l’arrière, jeta un œil vers le groupe qui était encore loin d’eux. Ils étaient à plusieurs lieues d’une plantation en aval comme en amont du fleuve, c’était l’endroit idéal pour dépouiller des gens. Elle renfila le plus rapidement ses souliers. Elle glissa sous ses jupes le pistolet que lui avait donné, au cas où, Don Alvarez Pignero, son jeune économe espagnol. Elle le savait, il y avait des pirates, qui, du fleuve, attaquaient et dépouillaient les voyageurs, mais rarement en plein jour. Mais tous voyageaient en groupe, il était rare que cela tourne au drame, les voleurs la plupart du temps se contentaient du butin. De plus, trop de monde naviguait dessus et aurait pu les voir. Cela n’empêcha pas les deux jeunes filles de sentir la peur courir sur la peau, la tension était palpable dans les deux voitures. Elle rappela Béarn et Navarre, qui couraient sur le bas-côté. Sans arrêter la voiture, elle leur ouvrit la portière, les molosses sautèrent dans la caisse du landau, faisant gémir les suspensions sous leurs poids. Dans la carriole derrière, les deux économes rapprochèrent leurs armes, pistolets et fusils prêts à agir. Abraham lui-même, bien qu’il soit un esclave, avait sur lui un pistolet confié par Georges Tremblay. Tous avaient entière confiance en lui.

Charles Adams (François-André Vincent

Charles Adams

Sur le bord de la route, à leur approche, ne se tenait plus qu’un homme, aux longs cheveux blonds, élégamment vêtu, et un autre de taille plus petite et rouquin. Le reste du groupe avait rembarqué à l’ordre du premier. Surprise, Antoinette-Marie reconnut le deuxième, le soi-disant vieillard porteur du message, elle n’avait pas de doute. Elle s’écria en direction de ses économes. « – Attendez, je connais cet homme ! Abraham arrête la voiture ! » Monsieur Hautbois-Guichette et Don Alvarez Pignero, à peine rassurés, abaissèrent leurs armes qui gardèrent toutefois à la main. La situation leur paraissait étrange. Leurs grosses pattes s’appuyant sur la portière, Navarre et Béarn s’interposèrent entre leur maîtresse et les étrangers. Les deux molosses ne semblaient pas craindre de danger, ce qui rassura la troupe. L’homme élégant, nullement inquiété par les chiens et les armes des voyageurs, se découvrit et se courba à l’arrêt de la voiture. « – Bonjour ! Madame, je suis le capitaine Charles Adams, voici mon chirurgien, Monsieur Fergusson, nous ne nous connaissons pas, mais je suis porteur de nouvelles.

– Je sais qui vous êtes, Monsieur, j’ai entendu parler de vous, de plus j’ai reconnu votre acolyte. Je suppose que je n’ai pas besoin de me présenter ? Le pirate fut saisi par l’aplomb de la jeune fille, il ne regrettait pas la rencontre qu’il avait provoquée. « – Évidemment, que non, Madame de Thouais. Je suis venu vous dire que Don de Puerto Valdez regagne en ce moment même La Nouvelle-Orléans. Il est à cette heure sur le lac Maurepas en pleine santé. »

Le cœur d’Antoinette-Marie, lui sembla-t-il, manqua un battement. Elle ne lui demanda pas comment il savait cela, elle se doutait qu’elle ne pouvait tout connaître de cette étrange aventure. Elle lui sourit de soulagement ou de bonheur ou des deux, elle n’aurait su le dire. « – Merci, Monsieur, je n’ai sur moi que cette bourse, car comme vous le savez les routes ne sont pas toujours sûres. » Il sourit au sous-entendu. Il voulut refuser la bourse de cuir rouge qu’elle avait pris sous sa banquette et qu’elle lui tendait. « – Non ! Non, Madame ce n’est qu’un service.

– C’est plus que cela, et vous le savez bien, me semble-t-il ? Autrement vous ne sauriez être sur ma route. Alors, s’il vous plaît prenez. Et dès que j’aurai revu Don de Puerto Valdez, je vous en donnerai autant à notre prochaine rencontre. Bien sûr que cela reste entre nous ! » Devant le scepticisme perceptible de son entourage, elle rajouta. « – Si tout cela est faux, je paierai ma candeur, et la leçon ne sera pas trop chère payée. Autrement la somme ne sera jamais à la hauteur du service que vous me rendez.

– Rassurez-vous madame, vous me reverrez, et vous aurez l’occasion de payer la dette que vous désirez contracter auprès de moi. Au revoir Madame, au plaisir de vous revoir. La situation amusa Antoinette-Marie, elle lui faisait penser à une comédie de théâtre. Elle regarda le beau capitaine remonter avec son comparse sur l’embarcation, qui ressemblait à une gabarre et qui dès la voile levée fila dans le sens du courant disparaissant rapidement de la vue du groupe.

*

Le capitaine Adam avait pris pour prétexte de se faire payer son dû pour approcher l’héroïne de l’histoire d’amour non entamée de l’homme qu’il avait secouru. Décidément, l’hidalgo et son histoire l’avaient touché. Pourquoi ? Il n’aurait pas su l’expliquer, cela était peut-être un écho avec sa propre histoire. Il était allé à La Nouvelle-Orléans, il s’était renseigné auprès de Pierre Lafitte avec qui il était associé pour écouler, dans la ville et ses alentours, ses produits de contrebande. À la description qu’il en avait faite, sans nul doute le contrebandier orléanais lui assura que ce ne pouvait être que la petite veuve française. Ce qu’il en apprit ajouta à son engouement pour cette historiette galante. Quand il apprit où se trouvait la plantation de la jeune veuve, il se dit que la dette contractée par le marquis espagnol pouvait lui être plus profitable qu’il ne l’avait cru tout d’abord. Et ses pensées ne l’amenaient pas imaginer une récompense plus importante, mais plus à l’assurance de trouver à un endroit stratégique sur le fleuve, un lieu où se réfugier si le besoin venait à se faire sentir. Bien évidemment, les planteurs n’étaient pas regardants quant à la provenance des marchandises qui leur refourguaient, mais de là à le protéger ou le cacher lui et ses hommes, c’était autre chose. Mais, avec une dette de vie, il se dit qu’il avait peut-être trouvé un havre de paix. Il ne doutait pas de la reconnaissance de l’hidalgo et la rencontre avec cette jeune fille au demeurant qu’il trouvait fort belle et courageuse, l’avait conforté dans cette espérance. Et la scène l’avait beaucoup amusé, il irait à la prochaine occasion lui rendre visite dans sa plantation, il allait juste, lui laissait le temps de revoir son soupirant.

*

de Vilagaya Juan Salvador et sa femme (Sir Henry Raeburn (Porträt von Sir John und Lady Clerk

Juan Salvador et Maria helena de Vilagaya

Sur le chemin du retour à la Palmeraie, il avait été prévu par le groupe de voyageurs de s’arrêter à la plantation « la Nouvelle ». La charrette conduite par les deux économes contenait outre les malles d’Antoinette-Marie, les outils et les vivres pour la plantation de la Palmeraie, des fournitures pour les De Vilagaya. Pour couper le trajet, Antoinette-Marie avait décidé de passer la nuit chez ses voisins éloignés, dont elle appréciait la chaleur humaine. Malgré le côté intrusif de Maria Helena De Vilagaya, Antoinette-Marie appréciait l’Espagnole. Sous des abords autoritaires, elle avait reconnu le grand cœur de la dame en mal d’enfant et lui savait gré sous des dehors un peu rudes de l’affection qu’elle lui portait. Elle avait apprécié le bouclier que la dame levait chaque fois que l’on s’approchait de trop près d’elle, s’en réservant en quelque sorte l’exclusivité, et si parfois cela pouvait être un tant soit peu envahissant, elle ne pouvait lui en vouloir, cela l’ayant protégé plus d’une fois de l’intrusion intempestive d’un supposé prétendant ou de celle de sa famille. Elle avait en cela, comme une duègne, protégé sa vertu. Une fois de plus elle fut reçue avec ses gens les bras ouverts. Dès qu’elle se fut rafraîchie, Antoinette-Marie descendit rejoindre son hôtesse qui attendait avec impatience des nouvelles, des rumeurs, des ragots de la ville. Alors qu’elles conversaient, Antoinette-Marie s’amusant de la causticité des remarques de l’Espagnole, son époux les rejoignit, ils passèrent donc à table. Sans façon la conversation coulait autour de la table passant du français à l’espagnol suivant qui parlait. L’humeur était joyeuse, les De Vilagaya heureux de l’interruption dans leur routine que leur apportaient les jeunes gens. Au milieu des sujets diversement échangés et alors que don De Vilagaya demandait si le voyage s’était bien déroulé et qu’Antoinette-Marie répondait par l’affirmative, Pierre-Henri ne put s’empêcher de sous-entendre qu’il n’avait pas été sans surprise. Intriguée, doña De Vilagaya demanda des détails. Les deux économes ne s’étaient pas remis de leur rencontre avec les pirates et encore moins de l’échange de ceux-ci avec leur maîtresse. L’un comme l’autre, ils allaient de surprise en surprise avec celle-ci, elle prévoyait les catastrophes comme une pythie, elle se faisait enlever par ses prétendants, et maintenant elle sympathisait avec des pirates, sa jeunesse et sa beauté les avaient déjà assez étonnées. Contrariée, car elle devinait déjà la curiosité qu’allait soulever sa narration et qu’elle devrait assouvir, Antoinette-Marie raconta leur aventure. À sa surprise, doña De Vilagaya ne demanda pas de qui le pirate prétendait donner des nouvelles, comme si cela était évident. Même au milieu du désert, Antoinette-Marie était sûr que l’Espagnole arriverait à tout savoir sur son entourage, mais comment pouvait-elle savoir ? Elle préféra ne pas demander de peur que cela ne l’entraîne trop loin, d’autant que comme si de rien n’était, doña De Vilagaya poursuivait la conversation. « – Vous savez, Antoinette-Marie, votre pirate n’est ni plus ni moins un contrebandier. Mon époux vous dirait que tout dépend comment l’on perçoit la marchandise. Si on est le dépossédé, c’est un pirate, mais si vous êtes le futur propriétaire de la marchandise, c’est un contrebandier. Nous-mêmes faisons quelques affaires avec eux afin d’éviter les taxes bien trop lourdes sur les marchandises venant d’Europe et vous devriez voir avec votre contremaître pour les futures fournitures dont vous avez besoin pour meubler votre maison ou pour quelques nègres supplémentaires. Vous verrez, cela facilite la vie, et puis c’est tellement amusant de contourner les lois. » Elle se mit en rire devant l’ébahissement de ses invités. « – Ne soyez pas étonnée, mon épouse à raison mon petit, nous ne pourrions obtenir tout le confort que nous avons si nous n’achetions que les produits passant par la douane de la Balise. Votre landau par exemple est venu par le lac Pontchartrain une nuit sans lune. Tous autant que nous sommes, nous utilisons ce moyen, attelages, garde-robes, étoffes, bijoux, meubles, vaisselles, vins, tout ce qui vient de nos pays natals, arrivent le plus souvent par ce biais. Sans parler de tout ce que nous échangeons avec les États-Unis par le biais de kentuckyens, blé, viandes séchées pour nos nègres et j’en passe ». Ils parlèrent ensuite des levées et du projet du nouveau gouverneur de creuser un canal entre La Nouvelle-Orléans et le lac Pontchartrain, afin d’assécher les marais à l’est de la ville pour l’assainir, en pourparlers entre celui-ci et le Cabildo. Doña De Vilagaya ne put s’empêcher de faire remarquer que cela hausserait le prix des terres alentour, au grand avantage des propriétaires comme Saint-Maxent et Marigny. Le café pris, les convives se quittèrent, Antoinette-Marie désirant partir en milieu de matinée au plus tard.

*

Les jambes ballantes de part et d’autre de l’une des plus hautes branches d’un chêne en bordure de la plantation, sans crainte du vertige, l’enfant s’était confortablement installé. Sans remords, il avait pour cela effrayé un couple de moqueurs qui nidifiait. Les oiseaux luttèrent un moment poussant des cris ironiques, puis s’envolèrent laissant la place au gamin. Nathanaël à cheval sur son promontoire dominait de sa tour de guet improvisée la courbe du Mississippi des lieux à la ronde. Il scrutait la route longeant le fleuve, cherchant de son jeune regard le moindre mouvement, l’élévation de la poussière, sur le chemin, révélatrice de voyageurs. Alors qu’il désespérait, un voile brumeux s’éleva au loin. Il fronça les sourcils, rejeta une de ses mèches blondes qui le gênait, il redoubla d’attention. Était-ce une illusion que le vent lui jouait ? Son acuité visuelle l’aidant, il commença à deviner les deux voitures qui se suivaient. Il n’eut plus de doute. Il descendit avec l’adresse d’un petit singe, au risque de se rompre le cou, glissa sur la dernière branche, s’affalant sur le sol. Il se releva aussitôt, traversa au plus vite le bois qui séparait la route du jardin de la plantation. Il contourna et évita, palmiers nains, bouquet de jeunes palmiers et de magnolias fraîchement plantés, bosquet d’azalées géantes, buissons de gardénias, massifs de fleurs foisonnants. Il atteignit enfin la grande pelouse devant la demeure, tout en courant, il hurlait. « – La maîtresse, la maîtresse ! Elle arrive ! » Georges Tremblay l’avait mis en avant-garde pour surveiller l’arrivée du landau. L’appel fut repris par la plus jeune des filles de Néora, l’hospitalière. La petite Bethsabée, postée dans la galerie, traversa la demeure de part en part, et tomba nez à nez avec Mama-Louisa tout sourire. « – Et bien qu’attends-tu pour sonner la cloche ? ». La cloche, elle pouvait sonner la cloche, la cloche qui sonnait le début de la journée dans les champs, qui le soir venu annonçait le repos, la cloche qui appelait aux repas et prévenait des catastrophes, la cloche que personne n’avait le droit de toucher en dehors des blancs et de la gouvernante. La petite fille n’était pas peu fière d’attraper le cordon qu’elle pouvait à peine atteindre. Il faisait rêver tous les négrillons. De ses bras frêles, elle fit sonner à tout rompre, la cloche de bronze, aussi grosse que sa tête, symbole de l’autorité du maître. Mama-Louisa, hilare, l’interrompit assourdie par le son. De toute part, au son du signal, les gens de la plantation arrivaient, les femmes rajustant leurs tabliers et leurs tignons blancs comme neige, les hommes refermant ou enfilant leurs chemises. Marie-Adélaïde se précipita à l’appel, traversa la demeure qu’elle n’habitait plus, ayant suivi son époux dans le bungalow et se posta sur la véranda attendant de voir au bout de l’allée la voiture tant attendue par les gens de la plantation.

cambes-sadirac-antoinette-marie-george-romney-penelope-lee-acton-1791.jpg

Antoinette-Marie Cambes-Sadirac

Alerté par le son de la cloche au loin, Antoinette-Marie s’inquiéta. « – Le feu ? Que peut-il bien se passer ? »  Abraham sans se retourner ni changer le rythme du trot de l’attelage lui répondit avec un sourire découvrant toutes ses dents. « – Mais Ma’ame, c’est pou’ vous la cloche sonner. C’est que nous avoi’ eu peu’ de vous pe’d’e ! » Antoinette-Marie en resta bouche bée. Ses gens avaient craint sa disparition, de cela, elle ne se serait pas doutée, elle n’y avait même pas pensé. Elle revoyait Esther se jeter à ses pieds enlaçant ses genoux, lorsqu’après son enlèvement par ce bellâtre de Saint-Maxent ses sauveurs l’avaient reconduite chez les Maubeuge. Elle avait cru que sa chambrière était par trop sentimentale et avait eu juste comme réflexe de flatter la tête de sa servante. Mais maintenant qu’elle y songeait, que seraient devenus ses gens, ses esclaves si elle avait effectivement disparu ? La plantation aurait été vendue et eux avec, les quelques familles constituées séparées, quel maître aurait-il eu ? La liberté, il n’aurait pas fallu y compter et de toute façon pour quoi faire ? Elle savait bien que sans argent, elle ne valait pas grand-chose, elle avait bien vu à Cambes, malgré leur liberté, les paysans subissaient la misère causée par une mauvaise récolte, par un maître qui en voulait plus. Elle ne l’avait pas endurée, mais l’avait constatée. Les révolutions politiques, philosophiques, malgré la liberté qu’elles prônaient n’y changeaient rien. Elles ne faisaient qu’accroitre la tromperie par un espoir souvent mal réfléchi.

Plus le temps passait, plus elle comprenait à quel point ses esclaves partageaient avec elle cette dépendance des uns des autres, elle n’avait jamais pu les considérer comme des meubles comme la plupart des planteurs qui en avaient besoin. Elle était liée à eux. Ils avaient besoin de sa protection et elle d’eux pour faire vivre ce domaine, qui lui seul permettait de poursuivre ce cycle. Pas plus qu’eux, elle n’avait eu le choix, la loi, la vie l’emprisonnait dans ce schéma.

De la voiture qui remontait l’allée, elle vit arriver, de derrière la demeure, la foule compacte de ses esclaves encadrée de ses deux surveillants Simon et Mathieu Lamotte. Le son de la cloche fut remplacé par leur aubade accompagnée du rythme claquant de leur main. Comprenant de mieux en mieux le jargon des esclaves, elle percevait son nom, celui de Dieu, et leurs remerciements, au milieu du chant venant vers elle. De la demeure elle-même elle reconnut à son allure incomparable Mama-Louisa tout sourire qui mettait de l’ordre dans le groupe désordonné des gens de maison et des enfants. Georges Tremblay, en haut des marches, avait rejoint son épouse dont il entourait les épaules d’un de ses bras. Antoinette-Marie sentit son cœur se comprimer sous le coup de l’émotion, elle était bien chez elle, elle n’avait plus de doute, devant elle s’étalait sa famille. Les larmes lui vinrent aux yeux, elle se leva dans le landau encore en mouvement. Le silence se fit à l’arrêt du véhicule, elle descendit, passa devant ses gens comme un général passe en revue ses troupes, un timide sourire à la face. Elle se pencha vers l’angelot qu’était Nathanaël, lui caressa la joue et levant les yeux vers sa mère, elle rencontra le regard bienveillant de la gouvernante. « – Merci, merci Mama-Louisa ». Elle lui prit les mains retenant ses larmes sous le coup de l’émotion. Puis elle se retourna vers le groupe qui attendait. « – Bonjour, bonjour à tous, merci, merci de cet accueil, je me sens enfin arrivée chez moi. » Quelques rires gênés furent émis, et Mama-Louisa entre ses lèvres entama un chant religieux. Devant le signal, il fut entamé par tous. Marie-Adélaïde descendit de la véranda et chaleureusement prit son amie dans les bras et l’entraîna en haut des marches pour écouter le cœur chaleureux que ses gens lui dédiaient s’élever vers le ciel.

*

Assise à l’ombre de la glycine et des clématites couvrant la pergola, nouvellement construite selon les directives de Georges Tremblay, devant la demeure, Antoinette-Marie patientait en admirant son nouveau jardin. Selon leur choix commun, Marie-Adélaïde avait suivi les plantations d’une dizaine de palmiers de Floride qui justifiaient à nouveau le nom de la plantation. Les jeunes plants ornaient tout en l’envahissant la pelouse droite devant la demeure et allaient côtoyer les chênes de la forêt. Devant eux prenaient le relais des palmiers nains ainsi que des bananiers. Sur l’autre pelouse paradaient des orangers et des citronniers, des magnolias en bosquets parachevaient cette frénésie de plantation de jeunes arbres. Les fleurs avaient leurs places sous forme de buissons comme les azalées géantes et les gardénias, les iris qui prospéraient en toute liberté. Antoinette-Marie était satisfaite, elle aimait le côté anarchique de l’ensemble qui laissait croire au naturel du jardin, mode venue d’Angleterre. De là où elle était, elle voyait encore la digue protectrice à défaut de voir le fleuve. Elle s’abîma dans le vol d’un colibri qui avait décidé de butiner une clématite rose. Elle fut tirée de sa rêverie par le toussotement discret de Mama-Louisa qu’elle avait fait appeler.

*

mama Louisa (Elizabeth Colomba -001

mama Louisa

La gouvernante pensait avoir été invitée afin de remercier sa maîtresse pour le bienfait qu’elle avait découvert les bras ballants devant la porte de sa cuisine, le matin même. Le jour était à peine levé, alors qu’elle s’affairait devant ses fourneaux, aidée en cela par Dalila, la porte s’était entrouverte, laissant brusquement pénétrer la lumière la faisant se retourner. Elle découvrit sur le pas un jeune garçon qui la dévisageait avec un air mauvais. « Aaron, mon Aaron, mon Dieu ! Merci, merci ! » Brun, juste hâlé par le soleil, presque la taille d’un homme, le regard noir, il dévisageait sa mère. Elle se précipita, le prit dans ses bras, sentant une légère réticence, qu’elle prit pour la pudeur du jeune homme à venir, elle se recula et admira sa progéniture longtemps éloignée. Elle ne pouvait savoir que c’était la rancœur d’avoir du jour au lendemain été emmené loin d’elle pour être sous les ordres « d’un sale négro » qui l’avait brusqué plus que de mesure parce qu’il était blanc à l’extérieur. Il en voulait à sa mère de n’avoir rien pu faire pour le garder auprès d’elle, il refusait d’admettre, au souvenir de toutes les brimades qu’il avait reçu, son impuissance. Georges Tremblay, sur la demande d’Antoinette-Marie, qui avait instruit son contremaître de l’affranchissement de Mama-Louisa et de ses enfants, était venu la veille le chercher sur la plantation de Louis André Bertin-Dunogier. Cela faisait cinq ans qu’il était en apprentissage sur cette plantation suite aux ordres du baron de Thouais, son père. Si son nouveau maître, temporairement, avait toujours été clément envers lui, les autres esclaves s’étaient chargés à coups de brimades, de coups, d’injures, de lui faire sentir sa différence. Il était métisse et même quarteron, cela n’avait rien d’original et était même assez courant sur les plantations, mais celui qui devait lui apprendre les métiers de la menuiserie et de l’ébénisterie ne voyait pas ça de cette façon. Le garçon était trop blanc et lui était noir d’ébène. Le garçon parlait comme les maîtres et cela, il ne le supportait pas. Le garçon était donc revenu plein de ressentiments et ne sachant vers qui les diriger, sa mère devint celle qui avait laissé faire. Et la joie de sa mère à son arrivée n’y changea rien. Tout à son bonheur, elle lui présenta le poupon qu’était devenue Sarah, sa petite sœur et lui rappela son frère Nathanaël qui l’avait connu marchant à peine.

*

Antoinette-Marie releva la tête et demanda à sa gouvernante de s’asseoir, ce qui la décontenança. Un peu gênée, elle prit l’un des fauteuils en rotin face à sa jeune maîtresse. « –  Mama-Louisa, j’ai profité de mon séjour à La Nouvelle-Orléans pour aller voir mon notaire afin de réaliser l’une des dernières volontés de Charles-Henri. » La gouvernante regardait sa maîtresse sans vraiment comprendre où celle-ci voulait en venir. Il était vrai que guère à l’aise dans la situation, sa maîtresse ne savait comment présenter la chose. « – Bon ! Enfin Charles-Henri m’a demandé sur son lit de mort de t’émanciper ainsi que tes enfants. » Elle omit de lui dire que son défunt époux lui avait alors expliqué que ses derniers étaient ni plus ni moins sa fratrie par la main gauche. La culpabilité qu’elle ressentit à cette omission fut calmée par la pudeur, car comment aurait-elle pu formuler cette information sans froisser sa gouvernante ? Celle-ci qui prenait comme un coup de tonnerre l’annonce de sa liberté se demandait si elle avait bien compris. Elle était libre ! Elle et ses enfants, ce que jusque-là n’avait été qu’un rêve enfoui au fil du temps au plus profond d’elle-même. Telle une douleur fulgurante, l’espoir renaissait, comme un éclat lumineux, comme un miracle. Pour la première fois de sa vie, elle ne savait que dire. Hébétée, elle ne sut articuler que. « – Ce n’est pas possible ! » Antoinette-Marie  que le silence, installé entre elles, gênait rebondit sur l’exclamation. « – En fait, c’est Monsieur Bevenot de Haussois, mon notaire, qui a trouvé la solution pour que ce soit possible. » Elle omit d’expliquer les arrangements qui avaient permis de détourner la loi et reprit. « – Cela sera ratifié au journal officiel du Cabildo d’ici un mois, mais ce n’est que pure formalité. Je tiens à disposition un double des papiers de votre émancipation. »  Mama-Louisa écoutait attentivement chaque mot de sa maîtresse dans un silence absolu de peur d’être en train de rêver. Quand celle-ci n’eut plus rien à rajouter, le silence s’installa à nouveau entre elles. Antoinette-Marie le brisa. « –  Tu as bien compris ce que je viens te dire Mama-Louisa, toi et tes enfants êtes libres ! Tu peux désormais faire ce que tu veux ou presque !

– Que voulez-vous dire par : presque ?

– Tu es supposée quitter la plantation avec tes enfants et te rendre à La Nouvelle-Orléans. Où les… nègres libres sont supposés vivre.

Mama-Louisa, comme chaque fois que quelque chose ne lui convenait pas, émit un son strident, en passant sa langue sur ses dents.

– Oui ! oui ! Mais c’est vraiment une obligation de quitter la plantation ?

– Si tu tiens à rester à mon service, ce qui me plairait, mon notaire a trouvé un accommodement. Dans ce cas, bien évidemment tu seras rémunérée, mais tes enfants à leur majorité devront aller vivre à La Nouvelle-Orléans.

– Bien, bien ! Cela va aller. Vous mettrez les papiers et mon argent dans votre coffre, et si j’en ai besoin, je vous les demanderai. Cela va comme ça ?

– Bien sûr que cela me convient !

Soulagé de l’arrangement, Antoinette-Marie constata qu’elle respirait mieux.

– Une dernière chose Madame, je peux les voir les papiers ?

– Bien sûr ! Bien sûr ! Suis-moi.

Les deux femmes rentrèrent dans la demeure, puis dans la bibliothèque qui servait de bureau, Antoinette-Marie ouvrit un coffre de bois d’ébène recouvert de cuir et en extirpa des papiers qui concernaient la nouvelle femme libre. Mama-Louisa ne savait pas lire, même pas son nom. À la présentation de la page élégamment manuscrite avec le sceau de cire rouge aux armes du gouverneur, elle ne put retenir les larmes de joie qu’elle retenait depuis qu’elle avait compris. Elle était libre ! Libre ! Étrangement, elle se sentait plus légère, plus droite. Tout d’un coup, elle réalisa, quel nom y a-t-il sur l’acte ?

– Je me suis permis, Mama-Louisa, de vous nommer du nom de famille de Charles-Henri. C’est donc Louisa, Aaron, Nathanaël et Sarah Thouais, qu’il y a d’inscrit sur votre acte d’émancipation. 

À cet instant, rien que pour ce geste symbolique, Mama-Louisa sut qu’elle mourrait pour sa maîtresse s’il le fallait, plus en esclave, mais en femme libre.

Chapitre 50

Avril 1792, Un accident mortel

(Lady Elizabeth Stanley (1753–1797), Countess of Derby, George Romney )

Antoinette-Marie Cambes-Sadirac

La chaleur était douce en cette fin de journée, Antoinette-Marie s’était installée à sa place habituelle, sur sa bergère sous la véranda face à l’allée qui menait vers le fleuve dont elle ne se lassait pas d’admirer les changements de couleurs et de rythme. Comme tous, elle attendait le retour des esclaves des champs qui annoncerait l’heure du souper qu’elle partagerait avec les Tremblay. Le soleil était chaud, mais la fraîcheur de la terre et de la jeune végétation adoucissait l’effet de ses rayons. L’herbe était déjà haute dans les prairies, les chênes portaient des feuilles neuves et sous la dentelle de la mousse espagnole, les fleurs s’ouvraient arborant leurs couleurs chatoyantes et exhalant leurs parfums souvent enivrants. Les arbres se débarrassaient ainsi de leurs fourrures parasites et les fleurs annonçaient les fruits à venir. À cette heure la faune sortait de sa léthargie, croassant d’un côté, piaillant de l’autre, le chant du crépuscule se préparait. Elle essayait de se concentrer sur le livre que lui avait offert Madame de Maubeuge : « le voyage du jeune Anarchasis en Grèce » qui parait-il faisait fureur en France. Il est vrai que la mode de l’antique était pour beaucoup dans l’engouement du livre écrit par l’abbé Barthélemy qui mettait à la portée d’un très large public cette érudition.

Antoinette-Marie bien qu’appréciant sa lecture ne pouvait s’empêcher de laisser vagabonder ses pensées vers la lettre apportée plus tôt par un esclave des Maubeuge de la part de Monsieur Bevenot de Haussois. Elle lui donnait enfin des nouvelles de Juan-Felipe. Bien que soulagée, elle restait encore inquiète. Elle avait appris par celle-ci que si le jeune capitan était bien rentré à bon port, il avait, à peine arrivé, contracté une fièvre que sa fragile convalescence avait du mal à combattre et l’avait obligé à s’aliter. Oubliant son livre elle se laissa prendre par la contemplation de ce qui l’entourait et sans s’en rendre compte s’assoupit. Elle se mit à rêver à des temples grecs surplombant une mer d’azur, à Juan-Felipe qui escaladait des rochers pour venir jusqu’à elle. Tour à tour, elle riait de voir le jeune homme grimper tant bien que mal jusqu’à elle, puis elle s’inquiétait de peur qu’il ne se rompe le cou en tombant de la falaise. Tout en se penchant pour suivre sa course, elle sentait la brise soufflant doucement sur elle, rabattant sa robe à l’antique contre les courbes de son corps. Elle écarta le volant du décolleté qui lui chatouillait le cou. Puis tout à coup une violente morsure la sortit de sa somnolence. Tout en bondissant hors de son fauteuil, elle hurla de douleur et de terreur, devant elle sur le sol courrait une bête monstrueuse noire et velue large comme la paume d’une main, elle hurla de plus belle tout en montrant du doigt l’objet de son effroi à ceux qui se précipitaient, elle tenait son cou où l’horrible morsure gonflait déjà. Marie-Adélaïde, qui de la bibliothèque, avait surgi dans la véranda, comprit d’un seul coup d’œil la scène et se précipita vers son amie qui s’écroulait doucement sur elle-même. Elle cria. « – allez chercher Madame Tremblay, allez chercher Dewache au nom de Dieu ». Les esclaves apparus paniqués ne voyaient que la bête monstrueuse et n’avaient qu’un mot à la bouche. « – être une veuve noire, être une veuve noire ! ». Marie-Adélaïde n’eut pas à réitérer son ordre, sa belle-mère, arrivait à grandes enjambées. Une vision de l’araignée et d’Antoinette-Marie  avait alerté l’Indienne alors qu’elle cueillait des plantes dans le bayou. Elle arrivait pour la prévenir du danger, mais elle comprit qu’il fallait faire plus. « – Allongez là vite. » Elle releva ses jupes, elle attrapa le coutelas qu’elle avait fixé à son mollet, ce qui surprit Marie-Adélaïde, et se pencha sur la jeune fille. Elle s’approcha de son cou où des points noirs rougis de sang en périphérie stigmatisaient la plaie. Sans plus attendre, devant le silence médusé du groupe qui s’était formé, elle incisa l’œdème qui se formait et gonflait à vue d’œil. Elle agrandit la plaie et suça le venin aussi fort et longtemps qu’elle put. Elle recrachait le liquide visqueux jaunâtre mêlé d’une salive écumeuse et rosée. La jeune fille avait perdu connaissance.

*

Jean-Baptiste GreuzeNoir, elle plongeait dans le noir, elle s’enfonçait mollement dans le noir obscur au rythme lancinant d’un tambour. Chacun de ses battements, doucement, s’éloignait du précédent. Sereine, elle ne sentait plus rien, elle se laissait flotter au milieu de tout ce noir. Elle ne cherchait pas où elle était, cela n’avait nulle importance, elle ne se posait aucune question, même le son du tambour s’éloignait. Elle semblait se mouvoir dans rien. Puis une lumière, non un point lumineux tout d’abord, attractif, hypnotisant, doucement, lentement se rapprochait d’elle. Le point grossit petit à petit, l’attirait, la magnétisait, elle aimait cela. Le point devint un tunnel, l’entrée d’un tunnel, elle souriait béatement. À son entrée, elle devina deux silhouettes, du moins les perçut-elle, puis elle les distingua. Leurs contours devinrent plus précis, c’était deux femmes, la plus âgée appuyée au bras de la plus jeune. Elles regardaient Antoinette-Marie avec un sourire attendri, compatissant, les yeux pleins d’amour. Les deux femmes étaient connues d’elle, elle le ressentait, elle le savait. La plus jeune, une beauté blonde aux yeux d’azurs, doucement avec un geste plein de grâce lui fit signe de s’arrêter à la porte de la lumière. « – Non ! Non ! Antoinette-Marie ce n’est pas ton heure ! Mon enfant il faut retourner d’où tu viens. Regarde, il t’attend, vous avez besoin l’un de l’autre pour réaliser ce cycle de vie. Allez ! va ! Retourne-toi ! Regarde ton avenir, quand ton tour sera venu nous serons là. Ne t’inquiète pas. »

Antoinette-Marie pivota sur elle-même et l’obscurité se leva sur l’allée de la plantation encadrée de ses chênes et de ses deux pelouses jusqu’au fleuve et au bout très loin, un point noir, peut-être la silhouette d’un cavalier ? Juan-Felipe ? Elle se mit en marche lourdement, étouffant de chaleur, la tête emplit du son du tambour qui avait repris. Elle leva sa jupe essayant de mettre un pied l’un devant l’autre, mais ils étaient tellement lourds. Le peu de distances qu’elle parcourait ne la rapprochait pas du cavalier, elle se mit à pleurer. Elle sentit les larmes couler à profusion le long de son visage, elle se sentait si triste. Elle s’effondra, se releva, elle était revenue au point de départ. C’était impossible, cela se répétait sans fin. Le cavalier ne se rapprochait pas. Elle avait de plus en plus chaud, elle était moite, elle sentait le ruissellement de sa transpiration sur la surface de son corps. Elle voulut arracher sa robe, ses jupons, son corset, mais une force invisible l’en empêchait. Elle étouffait et le son de ce maudit tambour martelait ses tempes, quand cesserait-il ? Contre toute attente, elle se mit à grelotter de froid, elle se serrait dans ses bras avançant tant bien que mal dans l’allée. Elle finit de fatigue par s’écrouler. Tout fut à nouveau noir, mais cette fois c’était oppressant, terrifiant, angoissant et le tambour résonnait de plus en plus fort. Elle allait devenir folle. Il fallait que la lumière revienne, il le fallait ! Elle se mit à prier et en appela à la Sainte Vierge. Tout devint silencieux, puis devant ses yeux : la lumière du jour. Elle se releva sur l‘allée, une fois encore. Le cavalier venait vers elle, elle se mit à courir, tout était plus facile. Même le tambour s’était tu. Elle leva le bras faisant signe au cavalier, c’était Juan-Felipe ! Elle appela, elle cria. « – Juan-Felipe ! Juan-Felipe ! » Le cavalier s’arrêta à trois enjambées de la jeune fille, sauta de son cheval, l’a pris dans ses bras, la rassura de caresse. « – Là ! Là ! Je suis là Antoinette-Marie, doucement, je suis là ! C’est fini ! »

*

Antoinette-Marie ouvrit les yeux dans ceux de Juan-Felipe. Derrière lui se tenaient Marie-Adélaïde, Dewache, Mama-Louisa, Esther, elles se tenaient à son chevet depuis cinq jours. Cinq jours de comas, de fièvres, de transpiration, de sueurs froides, de spasmes musculaires, qu’elles avaient essayé de soulager et pendant lesquels elles avaient cru la perdre. Puis alors qu’elles étaient désespérées devant un état qui semblait empirer, elles furent surprises d’entendre crier avec force Antoinette-Marie le nom de Juan-Felipe. Et quand au même moment Georges Tremblay surgit dans la pièce pour leur annoncer qu’un cavalier arrivait à brides abattues et que cela devait être le capitan, elles furent effarées. Tous restèrent abasourdis et plus encore quand le jeune homme se précipita dans la chambre. Sans façon il se jeta au chevet de celle qui l’avait appelé et qui ouvrait enfin les yeux sur lui. Il avait été prévenu par Marguerite Darcantel du drame qui se jouait. Dans un angle de la pièce Dewache et Mama-Louisa perçurent un flottement dans l’air aromatisé de senteurs de rose, celui d’une silhouette qui s’évanouissait, elles furent les seules.

*

Sous l’œil inquisiteur de Nathalie de Maubeuge et de Marie-Adélaïde Maubourg, Esther, de ses mains devenues expertes, coiffait, d’un chignon à « la Rose-Marie » Antoinette-Marie. La seule concession que la jeune fille avait acceptée comme variante à cette coiffure fort simple, c’était deux longues anglaises qui semblaient s’en échapper de derrière ses oreilles jusqu’à sa poitrine. Au demeurant la jeune fille trouvait que cela lui allait à ravir. Pour cette occasion exceptionnelle, les trois amies avaient convenu qu’elle porterait une robe fourreau toute simple de couleur vanille agrémentée de manchettes de dentelle assorties à la mantille qui finaliserait la tenue. Les deux garnitures de très belle facture avaient été offertes pour ce moment particulier par les deux amies. Antoinette-Marie avait choisi, contre toute attente, comme seule parure le pendentif en or cadeau de Madame Verthamon, qui lui était si chère. Quand le résultat fut achevé au goût de toutes, la jeune fille admira son reflet dans un grand miroir déplacé à cet effet et posé contre un mur de sa chambre. Elle était satisfaite, elle se trouvait belle pour la première fois, elle était fière d’elle-même. Fin prête, elle descendit, sous les applaudissements admiratifs des amis réunis dans le hall de la demeure des Maubeuge, pour l’accompagner et la conduire à l’église de l’hôpital, l’église Saint-Louis n’étant pas finie, où elle allait enfin épouser Juan-Felipe Marqués de Puerto Valdez.

Suite à sa morsure, la convalescence d’Antoinette-Marie avait tiré en longueur, tant cet accident avait catalysé toutes les blessures psychologiques de la jeune fille. Pendant cette période, que l’un comme l’autre trouva longue, ils échangèrent un abondant courrier par lequel ils apprirent à se connaître. Puis remise sur pied, les visites purent reprendre entre deux services auprès du gouverneur pour Juan-Felipe. La première d’une série qui se désirait sans fin fut initiée par l’invitation pour les deux jeunes gens de Nathalie de Maubeuge à venir séjourner sur sa plantation de la paroisse Saint Jacques. S’ensuivit une invitation à la Palmeraie où Marie-Adélaïde et Georges Tremblay servirent de chaperons. Puis les occasions se succédèrent jusqu’à La Nouvelle-Orléans où ils provoquèrent tous les moments possibles pour être ensemble. La ville bruissait de l’idylle, personne n’intervenait, le gouverneur avait fait savoir qu’il y était favorable. Puis devant l’évidence, ils se mirent d’accord pour des épousailles au début du mois de décembre avant que les fêtes de la nativité ne les en empêchent. Les notaires entrèrent en jeu, il ne fallut plus qu’attendre l’autorisation du frère aîné de Juan-Felipe, qui était son chef de famille. Ceci n’était qu’une formalité tant le sort du benjamin indifférait l’aîné, mais c’était la loi. De son côté, Antoinette-Marie, malgré son jeune âge, n’en était pas moins une jeune veuve libre de son choix. Elle prit la peine de prévenir sa tante, ses sœurs et ses amies de son heureux devenir, nulle réponse ne revint de France.

*

Juan-Felipe ouvrit la porte sur le plus charmant des tableaux. À la lumière des candélabres, assise en amazone sur le lit à baldaquin, la masse de ses cheveux tombant en cascade jusqu’au bas de ses reins, vêtue d’une chemise de nuit de linon, Antoinette-Marie attendait frémissante d’une joie entremêlée de crainte. Elle fut rassurée par le regard plein de tendresse qui plongeait dans le sien. Le jeune mari s’assit à côté de sa jeune femme, malgré son expérience, l’amour profond qu’il lui portait rendait ses gestes d’une maladresse touchante. Il repoussa une de ses boucles de ce blond de l’enfance qui le captivait tant, il vit sa jeune poitrine s’élever d’un soupir, elle tourna son visage angélique vers lui et lui tendant sa bouche, elle murmura à la surprise du jeune homme. « – Faites attention, mon mari, car pour moi c’est la première fois. »

(Hughes Merle - Susannah at Her Bath

Antoinette-Marie Cambes-Sadirac

 

FIN

La Palmeraie / De la Garonne au Mississippi 046 et 47

épisode précédent

Chapitre 46

L’attente, Printemps 1792

Cambes-Sadirac Antoinette-Marie (George Romney

Antoinette-Marie Cambes-Sadirac

Après le déjeuner, Antoinette-Marie s’était alanguie sur les coussins d’une bergère cannée dans l’ombre de la véranda face au jardin. Celui-ci embaumait le riche mélange parfumé de ses multiples fleurs qui séchaient de l’averse du matin sous les doux rayons du soleil. La jeune fille profitait de la douceur exceptionnelle de la température de la fin du premier mois de l’année enveloppée dans une étole de soie crémeuse. Béarn et Navarre somnolaient à ses pieds comme à leur habitude. Elle laissait divaguer ses pensées tout en fixant les éclats de lumière sur l’eau de la fontaine dont le son la détendait. Elle avait laissé à l’abandon son livre qui l’ennuyait un tant soit peu. Écrite par l’abbé Prévost, « l’Histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut » était trop romanesque à son goût pour être un rien réaliste. Le livre avait rencontré un certain succès même ici, malgré le peu de ressemblance entre la Louisiane imaginaire de l’écrivain et celle dans laquelle elle vivait. On aurait été bien en peine de trouver ici un désert pour y faire mourir l’héroïne. Elle supposait qu’elle n’était pas d’humeur, que son manque de concentration venait de ses tourments.

Elle venait d’apprendre la pendaison de Martin, l’esclave de Ladurant. Elle ruminait sur les conséquences de son enlèvement et ces injustices. L’esclave, qui pour avoir aidé son ravisseur dans ses manigances dans l’espoir de racheter sa liberté, avait été exécuté sans procès et avait été remboursé à son propriétaire confus de sa participation. La vendeuse quarteronne avait disparu, seule Marie Babin la savait à La Mobile. Maximilien François avait été exilé, par sa famille et les bons soins du Gouverneur, dans la province de Santander en Espagne, il avait rejoint le 3e bataillon d’infanterie de la Louisiane. Ce qui au premier abord aurait pu passer pour une gratification ne fit guère illusion dans la société orléanaise. Quant à Monsieur de Saint-Maxent, alité, il avait du mal à se relever de la crise cardiaque qui l’avait terrassé. Elle trouvait cela bien inégal comme justice. Après cette aventure qu’elle avait trouvée absurde, si c’en avait été les répercussions, elle était restée chez les Maubeuge, où elle se reposait et se montrait lors de festivités pour faire taire les ragots. L’annonce de la guerre contre les Indiens Creeks dans les Florides et le nord de la Louisiane l’y aida. Le départ des bataillons de jeunes créoles alimentait suffisamment les conversations pour qu’on oublie peu à peu son aventure.

Hormis les gens de maison, Antoinette-Marie était seule dans la demeure. La veille, Madame de Maubeuge avait accompagné ses enfants avec leur nourrice sur sa plantation dans la paroisse de Saint-Jacques. Fatiguée, Antoinette-Marie avait préféré rester à La Nouvelle-Orléans à

de Puerto Valdez juan felipe Marquès

juan felipe Marquès de Puerto Valdez

l’attendre au lieu de l’accompagner, elle ressentait un besoin de solitude. Monsieur de Maubeuge était à ses affaires qui l’avait mené jusqu’au Cabildo. Marie-Adélaïde et Georges Tremblay étaient rentrés à la Palmeraie après leur mariage. Elle en était là de ses pensées vagabondes quand Josépha vint à elle pour la prévenir de l’arrivée d’un visiteur. « – Ma’ame, être don de Puerto Valdez. » Sous l’œil interrogateur et désapprobateur de la gouvernante, la jeune fille se leva d’un bond. Elle remit de l’ordre dans les épaisseurs de linon blanc de sa robe à la chemise et rajusta autour d’elle son étole qu’elle drapa sur ses épaules. Son cœur battait toujours la chamade quand elle pénétra dans le salon où la gouvernante avait fait patienter le jeune homme. Il avait longtemps réfléchi à sa démarche que d’un côté, il trouvait incongrue, mais que son cœur guidait lui donnant des élans juvéniles qu’il n’avait jusqu’alors jamais ressentis et qui le désarçonnaient. Il était ému de la revoir seul à seul et lui trouva l’allure d’une nymphe, la mode à l’antique et son chignon aux boucles souples en accentuait l’impression. Tout en rougissant elle lui sourit et d’une voix qu’elle essaya de maîtriser, elle le salua. Depuis son sauvetage, elle l’avait croisé plusieurs fois, pas assez à son goût, à l’église Saint-Louis au service dominical, à un dîner suivit d’un bal, à un autre chez don Almonester Y Roxas son épouse ayant voulu avoir le compte-rendu de son aventure, à un bal du gouverneur où il avait fallu faire bonne figure, mais n’avait pu partager quoi que ce soit de vraiment intime avec lui au milieu de la foule. Il lui rendit son sourire et prit la parole. « – Bonjour madame de Thouais. » Prenant sur elle, elle répondit d’un air détaché. « – Il me semblait que nous en étions à Antoinette-Marie et à Juan-Felipe. » Elle espérait qu’il ne la trouvait pas trop dévergondée d’autant qu’elle le recevait sans chaperon. « – Cela me sied et me rendra plus facile ce que j’ai à vous dire ». La jeune fille perplexe restait figée devant lui. Elle réalisa alors qu’elle ne lui avait pas proposé de s’asseoir. « – Veuillez m’excuser, je vous laisse debout, prenez donc un fauteuil ! » Et montrant l’exemple, elle dégagea sa robe et s’assit dans une bergère près de la porte-fenêtre ouverte sur le jardin. Bien qu’il eut préféré rester debout, sa nervosité s’en accommodait mieux, il s’exécuta et reprit tout en fixant machinalement l’une des chevilles de la jeune fille qui était découverte. « – Je pense que vous allez me trouver un peu cavalier, aussi j’espère que vous me pardonnerez ». Antoinette-Marie se demandait où il voulait en venir. Il releva son regard et accrocha les grands yeux noirs surplombés de l’arc des sourcils foncés relevés de perplexité. La jeune fille s’empressa de les baisser. « – Voilà, comme vous devez le savoir les Indiens Séminoles ravagent la Floride. » La jeune fille qui était toute à la joie de partager un moment d’intimité avec l’homme qui faisait palpiter son cœur au risque de défaillir, ce qu’elle trouvait idiot, n’arrivait pas à se concentrer sur ce qu’il disait. Elle ne comprenait pas pourquoi il lui parlait d’Indiens et de la Floride. « – Je dois rejoindre mon régiment en partance pour le lac Pontchartrain et de là pour la région du poste de San Marco au nord des Florides » Antoinette-Marie releva les yeux vers ceux de son interlocuteur et ne put s’empêcher de porter sa main à son cœur qui se comprima, elle venait de comprendre, le jeune homme lui annonçait son départ. « – J’aurais aimé prendre le temps de vous faire la cour, mais cette guerre ne me le permet pas. De plus, je ne sais quand je reviendrai. » Elle rougit à ses mots et si ce n’avait été les convenances, elle se serait jetée dans ses bras, elle se trouvait décidément sotte d’être aussi impulsive. « – Je vous sais très courtisée, mais… mais pourriez-vous attendre mon retour pour me donner une chance ? »  Le silence emplit la pièce. Il allait partir, ce ne pouvait être, l’attendre, naturellement, qu’elle attendrait, tout ce qu’il voulait, tout se bousculait dans la tête de la jeune fille. D’un coup, elle se leva, le jeune homme surpris fit de même. « – Partir ! Mais vous ne pouvez pas !

– Mais je n’ai pas le choix !

– Oh mon dieu non ! Et ne réfléchissant pas plus, elle lui sauta au cou lui offrant ses lèvres. Il la serra à l’étouffer lui rendant son baiser. Elle le repoussa réalisant qu’elle s’était jetée dans ses bras. « – Oh excusez-moi, je ne sais plus ce que je fais.

– Non ! Ne vous excusez pas, je vous en prie, je me mets à espérer que vous m’attendrez, je puis partir le cœur léger.

 Elle ne se souvint pas de la suite, Esther avait amené de quoi se désaltérer, Madame de Maubeuge était rentrée sur cette entrefaite et les avait trouvés en tête à tête. Il n’avait pas voulu rester manger arguant son retour à la caserne où il était attendu par son supérieur. Elle était restée désemparée, assurée de ses sentiments à son encontre et du vide que causait déjà son départ. Elle commença alors à attendre des nouvelles de Floride.

*

Après avoir pénétré dans la passe, entre l’île Anastasia et le continent, Juan-Felipe découvrit du château arrière de son navire le Castillo San Marco et la ville de Saint Augustine alanguie sous les palmiers et les pins de la côte Atlantique des Florides. Juan-Felipe et son corps accompagnaient Manuel de Gayoso Lemos, qui représentait le gouverneur Carondelet, dûment missionné de ramener la paix dans la région.

505x340.jpgSaint Augustine était la plus ancienne ville des Amériques. Elle avait été fondée par les Espagnols qui cherchaient la fontaine de Jouvence dans sa proximité. Il fallut toutefois en déloger les Français qui y avaient installé un poste. Les Espagnols, ne voulant pas d’une présence française en Floride si proche de leurs colonies, ils chargèrent l’amiral espagnol Pedro Menéndez de Avilés de les en déloger et d’occuper les lieux en permanence. Après être passée des mains des Français à celles des Espagnols puis à celles des Anglais, elle était devenue définitivement Espagnole.

Dès lors, depuis l’Espagne afflua une vague de colons qui encouragèrent les tribus indiennes Creek, qui se nommaient elles-mêmes les simano-li, une adaptation du mot espagnol cimarrón, qui signifiaient fuyard, à s’établir en fermes, ceci dans le but d’arrêter la progression des Anglais vers le Sud. L’acceptation d’esclaves fugitifs parmi eux devint un sujet de discorde et fournit le prétexte par l’armée des douze colonies, devenues États-Unis, pour attaquer les Séminoles au sud de la Géorgie puis en Floride. Les États-Uniens essayèrent d’en profiter pour grignoter la colonie espagnole qui détenait la plupart des embouchures des grands fleuves de ce côté du continent.

C’est dans ce théâtre que le Gouverneur Carondelet dû faire face, à peine en poste, à un soulèvement des tribus indiennes qui terrorisaient la région. Appelé à la rescousse par les autorités de Saint Augustine et des planteurs terrifiés, il décida d’envoyer une flottille de neuf navires. Le temps qu’elle arrive à bon port, le chef Creek, William Augustus Bowles s’était enfermé dans le Castillo de San Marco, chef-d’œuvre militaire étoilé inspiré de Vauban, surplombant la pointe de l’île Anastasia.

Le chef reclus avait supplanté un autre chef, McGillivray. Ce dernier avait dirigé les Creeks, quelques années plus tôt, pendant la révolution américaine et avait chassé les Anglais. William Augustus Bowles avait eu la mauvaise idée de combattre du côté des perdants et avait donc dû les suivre alors. Il avait donc séjourné en Angleterre un temps, mais à son retour, un revers de fortune le nomma commandant en chef de la tribu.

Dans son temps, le chef McGillivray avait pris de l’importance au sein des tribus en organisant la résistance devant l’expansion de leurs voisins géorgiens qui violaient sans vergogne leur territoire. Il avait reçu des Espagnols de Floride de l’aide sous forme d’armes pour combattre les envahisseurs. Il avait pour cela œuvré à l’unification du peuple creek en luttant contre les chefs de village qui, individuellement, vendaient des terres aux États-Unis. Mais pour obtenir la reconnaissance de la souveraineté de son peuple, il avait dû céder, à l’inverse de ses principes, une part significative des terres restantes sur le sol géorgien aux nouveaux États-Unis. Cela avait entraîné une grande colère des tribus qui l’avait destitué pour le remplacer par le chef Bowles arrivé opportunément.

Chief Bowles BowlAussi le 16 janvier 1792, avec une bande de Creeks, le chef Bowles prit la relève de la résistance. Pour cela, il décida de frapper fort et conçut un plan pour capturer le fort. Il utilisa la compagnie écossaise de marchands qui commerçait avec les Indiens et qu’il considérait comme des voleurs. Sous prétexte d’y venir chercher des fournitures commandées pour les plantations séminoles, il pénétra dans l’enceinte du fort avec plusieurs chariots dans lesquels se cachaient ses guerriers, copiant Ulysse sans le savoir. La troupe n’avait aucune raison de se méfier des Indiens, elle ne pensait craindre que les Anglais et il n’y avait pas eu depuis bien longtemps d’attaques à leur encontre. La prise du fort fut le début d’une révolte qui ne devait guère s’interrompre. Elle commença, à la terreur de ses occupants, par le pillage de la « Panton, Leslie, et stocker Co. » Au Castillo de San Marco et de la ville de Saint Augustine puis de ses alentours.

William Augustus Bowles, le flambeau de la colère en son pouvoir, enflamma ainsi tout le nord des Florides, massacrant les planteurs, libérant les esclaves qui se ralliaient ensuite aux guerriers. Son influence contre les Espagnols eut un tel effet que ceux-ci offrirent six mille dollars et mille cinq cents barils de rhum pour sa capture.

Juan-Felipe se retrouva au bas des hautes murailles du Castillo en partie déserté par les Espagnols depuis les évènements, au moment précis où le chef Bowles et une centaine de ses guerriers s’y barricadaient. L’arrivée de la flottille au large les avait pris de court aussi s’étaient-ils réfugiés au sein de l’enceinte.

Juan-Felipe, le capitan da Silva et leur régiment installèrent leur campement entre le fort et les marais du Nord. La saison était agréable aussi, ils ne souffraient pas des moustiques ni des fortes chaleurs. Ils passaient le temps en surveillant une zone où rien ne bougeait, en chassant pour améliorer l’ordinaire et en jouant aux cartes.

Chaque matin, Juan-Felipe contournait le Castillo par l’Ouest et allait faire son rapport à Saint Augustine que les Espagnols avaient réintégré. Son supérieur, Don de Gayoso Lemos, avait trouvé le confort adéquat à son attente dans une belle demeure épargnée du feu des révoltés et entourée de palmiers face à la rivière de Matanzas qui séparait le continent de l’île Anastasia. Accueilli avec chaleur à chacune de ses venues, il avait trouvé, comme tout un chacun, son supérieur très affable avec de bonnes manières, mais très vite il avait découvert l’autre facette, l’homme hautain et imbu de lui-même qui ne doutait pas de résoudre en peu de temps ce qu’il appelait « un incident « . Mais il n’avait rien à dire ni à penser, c’était son supérieur, il s’exécutait.

Don de Gayoso Lemos ruminait. Il ne digérait toujours pas la nomination de Gouverneur du baron de Carondelet par l’Espagne alors que don Miró lui en avait fait espérer l’obtention. Il avait très mal pris l’ordre de venir régler cette révolte indienne mineure pour son statut. Il se pensait destiné à de grandes choses. Il l’avait prouvé sitôt nommé gouverneur du district de Natchez par le gouverneur Miró, il avait redessiné lui-même la ville. Il l’avait déplacée du bord de l’eau sur les hautes falaises de la rive orientale de la rivière Mississippi. À deux miles du tristement célèbre Fort Rosalie. Il avait établi une maison de maître et une plantation qu’il avait appelée Concorde et avait fait venir à grands frais la plus grande partie des matériaux d’Espagne. Seulement il avait dû laisser sa nouvelle femme Elizabeth Watts, de Philadelphie, qui avait fort mal pris d’être abandonnée juste après son mariage, tout ceci pour tourner en rond. Il ne décolérait pas, les séminoles harcelaient la région d’une guérilla difficile à contrer alors que leur chef le narguait depuis les remparts de la citadelle.

Governor Manuel Luis Gayoso de Lemos (1747-1799)

Governor Manuel Luis Gayoso de Lemos

Le gouverneur militaire dut patienter cinq semaines avant que le chef William Augustus Bowles se décide enfin à vouloir négocier. Pour cela, le gouverneur espagnol fit installer entre le fort et la ville, sur une partie dégagée, une tente devant servir d’abris solaire et ouverte de deux côtés afin de laisser passer l’air. Le gouverneur espagnol dévoila un aspect de sa nature qu’il cachait avec soin sous une langueur créole, une intelligence rapide et dangereuse pour ses ennemis, d’autant qu’elle était sournoise. Il n’avait pas du tout l’intention de parlementer quoi que ce soit avec ce séditieux, d’autant qu’il avait déjà négocié avec le chef McGillivray un traité promettant de respecter la souveraineté Séminoles dans les Florides en échange de la paix.

Le matin de la négociation, le soleil se leva dans un ciel limpide, les Espagnols s’installèrent autour de la table, tous étaient discrètement armés. Aux alentours se tenait en embuscade un escadron au cas où cela ne tournerait pas à l’avantage des Espagnols. Les portes du fort s’ouvrirent pour laisser passer le chef indien et quatre de ses guerriers. De grande taille, il s’avançait calmement dans toute la majesté de son rang. Il était vêtu à l’européenne et coiffé d’un turban rayé empanaché d’aigrettes. Les Espagnols à son approche, dont Juan-Felipe faisait partie, se levèrent et resserrèrent leurs rangs. Le gouverneur satisfait de se voir en nombre supérieur accueillit la délégation indienne avec un sourire qui se voulait amical alors qu’il était narquois. Après quelques phrases conventionnelles, le gouverneur Don de Gayoso Lemos proposa à tous de s’asseoir. Devant le manque de chaise la plupart des Espagnols durent rester debout, ce qui mit mal à l’aise les séminoles. Don de Gayoso Lemos ignora la gêne et entama les pourparlers comme si de rien n’était. Les Indiens accaparés par les tractations se détendirent et ne perçurent pas le moment où se déclencha l‘attaque. Au signal prévu, les Espagnols se saisirent d’eux avant qu’ils ne puissent réagir, un seul indien eut le temps de sortir un coutelas caché dans sa botte blessant ainsi légèrement un des Espagnols. Don de Gayoso Lemos avait renversé les rôles et avait saisi sur place son ennemi qu’il envoya aussitôt à Cuba pour finir ses jours, du moins le pensait-il.

Don de Gayoso Lemos ne voulait pas rester plus longtemps dans les parages, mais pour être sûr que tous les séminoles soient informés des changements, il envoya des escadrons dans toute la péninsule. Celui dont Juan-Felipe était le capitan parti pour le sud, vers les marais.

*

Les cinq canoës avançaient en file indienne, au rythme régulier des rameurs sous le pic du soleil que les grands pins paraient. Juan-Felipe, en tant que capitan de l’escadron, était sur la première, il avait six hommes sur chaque. Il avait du mal, malgré le danger, à garder son attention devant le spectacle paradisiaque qu’ils traversaient. La chaleur et la fatigue du voyage n’aidaient pas à se concentrer.

L’escadron commandé par Juan-Felipe avait tout d’abord été cherché la rivière Saint-Jean à la bourgade de Pilatka. Ils avaient traversé des sous-bois formés d’arbustes à baies, de petits chênes et de palmiers des sables, croisant des troupeaux de cervidés au son du pic à bec ivoire. La région abondait d’animaux en tous genres, du plus inoffensif au plus féroce. Ils avaient même dû chasser un matin de leur camp une panthère par trop amicale. Juan-Felipe avait songé qu’il ferait bon de vivre dans ces contrées giboyeuses, où ils avaient pris le temps de chasser.

Arrivés à la rivière Saint-Jean qui parcourait la péninsule dans sa longueur, ils avaient longé le cours d’eau vers le Sud à l’abri des palmiers et des chênes couverts de leurs dentelles de mousses tombants des branches en écharpes ondoyantes. Ils avaient pu traverser celle-ci juste après le lac Georges et avaient continué vers l’Est en direction des collines, restes de dunes ancestrales couvertes d’arbres de grande taille, qui coupaient la péninsule en deux du nord au sud. Ils les parcoururent plusieurs jours. Après avoir croisé et longé plusieurs lacs de diverses tailles, ils trouvèrent celui qu’ils cherchaient le lac Kissimmee où ils savaient trouver la tribu de leurs guides séminoles et donc amie. Après marchandage, ils avaient échangé leurs montures pour des canoës. Juan-Felipe n’était pas sûr d’avoir fait une bonne affaire dans l’échange, mais il n’avait pas eu le choix la topographie étant à majorité aquatique.

IMG_1818.JPGLeur décor changea, laissant derrière eux les immenses forêts de chênes, ils glissèrent sur des rivières bordées de pinèdes et de cyprès, faisant fuir les alligators et s’envoler des myriades d’oiseaux multicolores sur leur passage. Ils avançaient lentement au fil du courant. Ils s’étaient perdus à plusieurs reprises tombant dans des culs-de-sac, sortant les canoës et les portant jusqu’à un autre bras de rivière, tant et si bien qu’ils ne savaient plus s’ils étaient toujours sur la rivière Kissimmee. Leurs deux éclaireurs séminoles ne se départaient pas de leur calme proche du mutisme, mais ils guidaient le groupe toujours plus loin vers le Sud. Pendant ce long périple, ils n’avaient rencontré aucun autre campement indien ce qui ne faisait pas l’affaire de Juan-Felipe. Il doutait de l’efficacité de la démarche, d’autant que rien ne lui laissait penser que les Indiens, qu’il rencontrerait, les penseraient pacifiques. Cela faisait près de deux semaines qu’ils ramaient sur des cours d’eau, traversant des lacs aux bords incertains noyés sous une végétation luxuriante. Ils n’étaient même pas sûrs d’être sur la bonne route, les cartes en sa possession étaient fausses, le découragement envahissait la troupe. L’un de ses hommes, originaire du nord de la province, et connaissant bien les séminoles, lui expliqua que contre toute évidence, le territoire abritait des dizaines de clans chacun avec son propre chef, et bien que parlant différentes langues, quand l’un des chefs appelait à faire la guerre, le message circulait parmi les autres tribus. Ils pouvaient donc espérer que l’inverse puisse se produire, fallait-il encore les croiser et encore dans de bonnes conditions.

Ils arrivèrent au lac Mayaco au coucher du soleil, ses rayons rougeoyants affleurant sa surface, et teintant tout ce qu’ils touchaient. Juan-Felipe songea que le Paradis devait y ressembler. Ils longèrent le lac par l’Ouest et cherchèrent où établir leur campement. Ils remarquèrent et choisirent une sorte de crique après l’embouchure d’une rivière qui semblait remonter vers le Nord. Ayant taillé les hautes herbes, ils se dégagèrent un espace. Ils s’étaient placés sur un terrain partiellement boisé, bordé d’un marais d’un côté et du lac de l’autre. Pendant que certains montaient des tentes, un groupe parti chasser aux alentours tandis que les autres préparaient un feu pour le repas. Les sentinelles furent postées pour la forme, car visiblement ils étaient seuls dans la contrée. Le gros du corps expéditionnaire le moment venu se regroupa autour de la marmite, chacun remplissant son écuelle. Juan-Felipe se joignit à ses hommes et s’adossa à un tronc d’arbre que ses hommes avaient traîné jusque-là pour servir de siège. Les uns plaisantaient, les autres se racontaient le pays qui leur manquait. Le manque de civilisation et de leur famille pesait sur le cœur de chacun. Juan-Felipe de son côté laissa errer ses pensées vers Antoinette-Marie et se questionnait à son sujet. Il se sentait très épris de la jeune fille et s’en étonnait lui-même. Elle avait envahi la moindre de ses pensées et cela lui causait moult tourments. « – Saurait-elle patienter jusqu’à son retour ? ». Ils s’étaient si peu vus, il s’accrochait à son souvenir comme un naufragé à sa bouée.

toiles peintes par Don Oelze.jpgLes conversations petit à petit s’arrêtèrent, chacun réalisant le silence, étrange, profond, anormal qui les entourait. Leurs sens aux aguets les hommes cherchèrent instinctivement leurs armes, ils se retournèrent vers la forêt s’adossant au lac. Un hululement jaillit sur leur droite, repris plus loin, certains hommes reculèrent vers les embarcations seules zones de replis. Juan-Felipe n’eut pas le temps de donner des ordres qu’une horde d’Indiens peinturlurés de rouge sortit de nulle part et fondit sur eux. Ils se replièrent vers le lac tout en tirant vers les hurlements guerriers. Les attaquants furent aussitôt pris sous le feu nourri des défenseurs. Mais les Indiens étaient supérieurs en nombre et excepté les canoës rien ne pouvait leur servir de rempart. Des corps-à-corps s’engagèrent au détriment des Indiens ou des Espagnols laissant de chaque côté des victimes ensanglantées qui ne se relèveraient pas. Les Espagnols se précipitèrent à bord des embarcations couvrant de leurs feux les derniers d’entre eux. Au moment où Juan-Felipe se décida à sauter dans le canoë, une flèche se figea dans son dos lui coupant le souffle. La douleur fut-elle qu’il ne vit plus rien hormis une lumière blanche. Il allait tomber à la renverse, mais son second eut le réflexe de le rattraper, de le saisir à bras le corps. Ses compagnons ramaient avec force pour s’éloigner de la côte pendant que d’autres tiraient empêchant leurs assaillants de s’approcher. Ignacio Pérez y Alvares hissa le jeune homme sans connaissance à bord. La lune se levait sur le lac remplaçant l’astre solaire, le vent apporta des nuages et plongea les fuyards dans une nuit profonde dans laquelle ils devinaient à peine les lieux. Les rescapés se regroupèrent, il n’y avait plus que trois canoës sur les cinq et ils n’étaient pas pleins. Ils s’étaient tout d’abord dirigés vers le centre du lac et contournèrent sans vraiment s’en rendre compte les îles qui longeaient la côte Ouest de celui-ci. Le ciel se dégageant ils purent à nouveau s’orienter et se dirigèrent vers le sud où ils savaient trouver une rivière qui les ramènerait vers la mer des caraïbes. Ils se perdirent dans le marais qui se mélangeait avec la rivière Caloosahatche, lorsque le soleil se leva à nouveau à défaut de trouver celle-ci, ils choisirent de se diriger vers l’Ouest. Ils étaient à cran et guettaient sans cesse le moindre mouvement de la nature de peur de revoir surgir leurs agresseurs. Puis tout à coup les rameurs réalisèrent que leurs efforts étaient assistés d’un courant, bien que n’en percevant pas les limites, ils en déduisirent qu’ils étaient dans le lit de la rivière ou tout au moins d’une rivière à défaut de Caloosahatche.

Dès qu’ils se pensèrent en sécurité, ils s’arrêtèrent sur une berge, ils devaient ôter la flèche fichée dans le dos de leur capitan. Celui-ci divaguait dans un semi-coma dont il ne sortait pas. Ils le transportèrent sur la rive et après s’être concertés, ils décidèrent qu’ils n’avaient rien à perdre, il fallait enlever la flèche en espérant qu’elle n’ait rien touché de vital. Mais quand il fallut passer à l’action, nul ne s’en sentit le courage. Ignacio Pérez y Alvares rompit la hampe et remis à plus tard les soins qu’aucun d’entre eux n’était apte à prodiguer. Ils se remirent en route et décidèrent de ne pas s’arrêter avant d’avoir rejoint un lieu où cela puisse se faire. La respiration de Juan-Felipe était de plus en plus difficile et la fièvre l’avait visiblement envahie. Il délirait marmonnant sans cesse.

Deux jours plus tard, à la nuit tombée, sous une grosse pluie qui les trempait, malgré le manque de visibilité, ils découvrirent enfin la civilisation, la bourgade de Punta Resa. Juan-Felipe avait survécu. L’avant-poste situé à la pointe de l’embouchure de la rivière et de la mer s’abritait au bout d’une plage de sable blanc sous des palmiers qui se courbaient dangereusement sous les bourrasques au jugé d’Ignacio. Ce n’était pas vraiment un village, plus un amas de baraques de planches entourant deux bâtiments plus cossus dont l’un était le comptoir, magasin d’approvisionnement des blancs et des Indiens et l’autre l’auberge. Ignacio et ses hommes tirèrent leurs canoës le plus loin possible sur la plage pour qu’ils ne soient pas emportés. Le second se dirigea vers la taverne dont il apercevait la lumière par les interstices des volets qui barricadaient les fenêtres. Il pénétra dans celle-ci sous le regard surpris de l’aubergiste et de deux hommes du cru qui éclusaient leurs chopines tout en jouant aux cartes. Ignacio ne put s’empêcher de penser que décidément tous les aubergistes devaient être ventripotents et affables, car l’homme qui le salua ressemblait à une barrique prête à rouler. « – J’ai neuf hommes dehors et un blessé très grave, y a-t-il par hasard un docteur dans les environs ? » Il omit de dire qu’il n’avait pas une piastre. L’aubergiste ne fut pas dupe, mais il avait remarqué les lambeaux d’uniformes de l’espagnol, il comptait bien se faire payer par l’armée dont le comptoir était sa représentation. « – Pour tes hommes, pas de problèmes, je vais voir ce que je peux trouver pour les rassasier, mais pour dormir je n’ai que deux chambres à l’étage et tu devrais y mettre ton blessé. Ils devront donc se contenter de la salle commune. Quant au docteur, le plus près, c’est celui qu’il doit y avoir sur le brick dans la baie.

– Bien, c’est quel pavillon ?

– Va savoir l’ami !

Ignacio ressortit avec l’aubergiste qui lui montra du doigt le navire que l’on devinait au loin. Le second rejoint ses hommes, il en prit deux et envoya les autres se mettre à l’abri dans le bâtiment avec leur capitan. Les hommes ne se le firent pas dire deux fois.

Vlaschenko Valentine (Ukrainian:Russian- 1955) | Ship in a stormIgnacio remonta donc dans un canoë et ballottés par une mer mouvementée, ils s’approchèrent tant bien que mal du brick. C’était un petit bâtiment, mais qui devait aller vite. « – À tous les coups, un bâtiment pirate » pensa le second, mais il n’avait pas le choix ou son capitan mourrait. Au bas de celui-ci essayant de ne pas le heurter au risque de passer par-dessus le canoë, il héla essayant de couvrir le bruit de la mer. Un marin se pencha et jeta une échelle de corde. Ignacio grimpa seul et découvrit à son arrivée un homme mince élégamment habillé aux cheveux longs et blonds, entouré de plusieurs hommes armés peu rassurants. Avec un demi-sourire, l’homme s’adressa au militaire espagnol avec un fort accent, qu’Ignacio supposa hollandais. « – Bonjour, l’ami, que nous vaut cette visite tardive ?

– Je viens voir si vous pouviez mettre à ma disposition votre chirurgien, car mon capitan a gravement été blessé lors d’une escarmouche avec des Indiens.

Le capitaine du navire trouvait la situation cocasse, dans d’autres situations l’espagnol n’aurait essayé que de l’embrocher. Il ne se considérait pas comme un pirate, mais comme un corsaire à la solde des nouveaux États-Unis, et ne faisait que de la contrebande.   Mais les aléas de la vie vous font rencontrer les gens dans des situations parfois contradictoires, et il n’avait rien contre les Espagnols hormis l’intérêt qu’il portait à leurs cargaisons. Il appela donc son chirurgien, un homme entre deux âges, rouquin d’origine irlandaise avec des lunettes sur un nez busqué, ce qu’Ignacio trouva rassurant pour un homme de sa profession. Dans une langue qu’il ne comprenait pas les deux hommes échangèrent des propos, le chirurgien se retourna vers l’espagnol et avec un accent rocailleux s’adressa à lui. « – Je vous accompagne avec mon aide ». L’aide était un grand gaillard très blond, ressemblant plus à un guerrier viking qu’à un aide-soignant, mais Ignacio ne s’en formalisa pas, il avait bien compris que c’était pour protéger le praticien que l’homme venait.

En attendant le chirurgien, les hommes avaient installé le blessé dans la chambre de l’étage. Spacieuse, sur deux murs une fenêtre, car elle faisait l’angle de la bâtisse, c’était la plus confortable de l’auberge. Dans la salle, la femme de l’aubergiste et sa servante, une indienne noire, s’activaient à préparer de quoi manger. La femme de l’aubergiste ronchonnait un peu, car elle ne voyait pas comment ils allaient se faire payer. Mais devant la détresse évidente des hommes son bon cœur reprit le dessus.

Ignacio, le chirurgien et son pseudo aide montèrent dans la chambre du blessé et trouvèrent dans le grand lit Juan-Felipe geignant. Ignacio et le Viking le retournèrent avec délicatesse sur le côté pour que le médecin puisse l’ausculter. Celui-ci fit une grimace, la plaie était noire, purulente et boursouflée, rien d’encourageant. Il réclama plus de lumière, des linges, de la charpie, de l’eau chaude et de l’alcool. L’aubergiste s’activa et ramena le tout. Le chirurgien attrapa la bouteille d’alcool, un alcool de maïs à déchirer les tripes, en but une rasade et en fit ingurgiter à Juan-Felipe jusqu’à qu’il ne réagisse plus. Il sortit de sa trousse des instruments coupants et commença sa tâche. Il incisa la plaie pour dégager la pointe de la flèche et pressa la blessure pour en faire sortir en abondance un liquide visqueux jaune et noirâtre mêlé de sang. La douleur fut elle que Juan-Felipe émergea de sa somnolence éthylique, et hurla sous la fulgurance, vrillant l’estomac d’Ignacio. Dieu sait qu’il était habitué aux horreurs du combat, mais là dans cette chambre à la lueur vacillante des bougies il lui était pénible de voir son supérieur supporter une telle souffrance. Juan-Felipe s’évanouit, ce que le chirurgien ponctua d’un « c’est parfait ! ». Il poursuivit son œuvre extirpant la pointe, nettoyant la plaie, la recousant et pour finir la pansant et bandant le torse étroitement. « – Voilà ! c’est terminé, mais je ne peux garantir qu’aucun organe ne soit touché. Changez la charpie trois fois par jour, désinfectez la plaie à l’alcool même si le blessé rechigne et bandez-le serré. Je ne peux rien faire de plus. » Ignacio retint le chirurgien, il ne se voyait pas soignant son capitan seul dans ce trou perdu où il n’aurait aucun médicament ni aucun médecin à sa portée. « – Je sais que ce que je vais vous demander peut paraître étrange, mais croyez-vous que votre capitaine serait prêt à emmener don de Puerto Valdez jusqu’à un endroit plus civilisé ? Sachant que pour les contreparties, il lui faudra attendre son rétablissement hypothétique et son retour à La Nouvelle-Orléans.

– Je ne sais. Si tel est son choix, nous viendrons le chercher demain matin, attention si cela se fait, nous n’emmènerons que lui.

– Vu les circonstances, je n’ai pas le choix, ici il mourra.

– Bien !

Refusant de se faire raccompagner, le chirurgien et son aide partirent sur la plage et avec une lanterne ils signalèrent leur position, une chaloupe fit l’aller-retour du brick à la côte. Le lendemain, la tempête était finie, la plage était jonchée de débris. Ignacio sur la galerie de l’auberge guettait le brick qui mouillait au loin. Il se rongeait les sangs, il n’était guère enthousiaste à l’idée de confier son capitan à des pirates, mais il savait qu’il n’avait pas le choix. C’était la seule chance de Juan-Felipe. Lorsqu’il aperçut la chaloupe avec le capitaine du brick à son bord, il respira, il n’avait guère cru à cette possibilité.

Deux heures plus tard, le navire disparaissait de la vue d’Ignacio avec à son bord Juan-Felipe.

*

Charles Adams

Charles Adams

Charles Adams, comme il se faisait appeler, personne ne connaissant vraiment son nom et lui-même préférant ne pas s’en souvenir, avait accepté le marché de dupes en toute connaissance de cause. Il n’aurait pas su dire pourquoi, peut-être l’ironie de la situation. Il fit installer le malade dans sa cabine, seule cabine convenable à bord. Il trouva son convive en piteux état, mais bon il avait accepté. Il ne le garderait même pas en otage, car il avait de grandes chances de trépasser et il n’était pas sûr de toute façon d’en tirer grand émolument.

Charles Adams n’était pas né pirate, personne ne naît pirate. Il avait dû fuir son pays après avoir tué l’homme qui avait violé sa fiancée. Dans bien des cas cela aurait été considéré comme une affaire d’honneur, mais l’homme était noble et lui roturier, simple artisan. Après avoir abandonné celle qu’il aimait dans un couvent dans un état de prostration dont on lui avait assuré qu’elle ne sortirait plus, il s’était embarqué à Liverpool pour les Amériques à la veille de la guerre d’indépendance. Il avait changé de nom et s’était engagé dans l’armée anglaise à peine après avoir touché le sol. Rapidement, il avait compris à quel point dans ce camp la cause était injuste alors il changea de camp et à nouveau de nom. La guerre finie sans plus de revenus, il embarqua sur un navire-corsaire. Il navigua trois années sous les ordres d’un capitaine dont tous trouvaient le partage des gains injustes, alors il remplaça le capitaine après un duel dont il eut le dessus et depuis il courait l’aventure avec son équipage.

 Le brick fit du cabotage jusqu’à la baie Espiritu Santo, puis traversa le golfe du Mexique sans rencontrer de problème. Pendant ces trois jours de voyage, Juan-Felipe sortit peu à peu des vapeurs de la fièvre, arrêtant de délirer.

Devant La Mobile il était en état de comprendre ce qu’il faisait sur ce brick et comment il y était arrivé. Il eut une longue conversation avec son hôte lors de laquelle il se présenta et le remercia lui assurant qu’il remettrait une gratification à la personne de son choix qui se présenterait en son nom à La Nouvelle-Orléans. Charles Adams décida de croire en la sincérité de son invité et lui assura qu’il viendrait lui-même.

Ils pénétrèrent dans la baie de La Mobile par une nuit noire sans lune entre sa pointe et île Dauphine pour ne pas se faire remarquer. Ils restèrent le plus longtemps possible au milieu de la baie avant de s’approcher de la ville tout en passant au large du Fort-Charlotte. Entre le fort et la ville, Charles débarqua le convalescent porté dans une civière par deux marins, dont le Viking accompagné de son chirurgien qui connaissait la ville. Évitant le plus possible les rues où pouvait circuler la garde au milieu de la nuit, ils rejoignirent la rue Dauphine. Elle partait du port et faisait un coude, suite auquel se trouvait l’hôpital de la ville tenu en partie par des ursulines. Le chirurgien frappa à l’une des portes latérales où il savait être le gardien. Celui-ci ouvrit la lucarne et demanda ce qu’ils voulaient à cette heure. « – Va chercher la mère et dit lui qu’on a un blessé et te pose pas de question. »

Un quart d’heure plus tard, la mère arriva en colère d’avoir été sortie du lit. « – Qu’est-ce que c’est ? » Elle accompagna sa question en avançant sa lanterne pour voir. « – Brendan, Brendan Fergusson ! Et tu ne peux pas me visiter à une autre heure ! » S’exclama la mère reconnaissant le chirurgien. Elle en avait des palpitations, elle n’avait pas vu depuis si longtemps son frère. « – Je t’amène un convalescent

– Mais enfin tu ne peux surgir comme cela pour m’amener un moribond au milieu de la nuit. Comment je vais expliquer cela demain ?

– Voyons Maureen, tu ne veux tout de même pas que j’abandonne le marquis de Puerto Valdez sur les marches de l’église ? »

Effectivement, ce ne pouvait se faire. Malgré son courroux, elle guida son frère et ses porteurs de civière vers une cellule où elle fit installer son invité surprise. « – Je l’ai pansé avant de te l’amener, tu n’as rien à faire avant demain. Je suis désolé, mais je ne peux rester plus longtemps. » Il avait à peine fini sa phrase qu’il tournait les talons suivis de ses acolytes.

*

Ce fut le soleil qui le réveilla. Juan-Felipe trouva à son chevet une sœur ursuline. Il s’était endormi dans un bateau pirate et se réveillait dans un dispensaire. Il était dans une cellule austère aux murs blanchis à la chaux dont la fenêtre donnait sur un jardin luxuriant. Il avait du mal à mettre ses idées en place. La sœur lui souriait. « – Où je suis ?

– Vous êtes à l’hôpital de La Mobile, mon frère.

– Ah ! Et je suis là depuis longtemps ?

– Non, vous êtes arrivé cette nuit. Je vais chercher la mère supérieure, je pense qu’elle a quelques questions à vous poser. Voulez-vous vous redresser ?

– Oui, je veux bien.

Elle lui glissa des coussins sous le dos, lui donna à boire et sortit.

Quelques instants plus tard, la mère entra, c’était une belle femme, ce que n’arrivait pas à cacher son habit. « – Bonjour, mon fils, vous sentez vous bien ?

– Oh oui ma mère, je n’ai pas été aussi bien depuis longtemps, à ce sujet pouvez-vous me dire quel jour sommes-nous ? Surprise, elle répondit. « – Jeudi 22 mars.

– Déjà, ça fait si longtemps !

– Excusez-moi mon fils, les hommes qui vous ont amené cette nuit m’ont dit que vous étiez le marquis de Puerto Valdez, est-ce vrai ?

– Oui ma mère. Je suis capitan dans l’armée royale détachée en Floride. Le dernier souvenir que j’ai de cette campagne est une attaque par les Indiens au bord d’un lac.

– Mais comment êtes-vous arrivé jusqu’à nous ?

– C’est mon second, ce bon Ignacio qui m’a confié au capitaine d’un brick et à son chirurgien. L’un m’a amené et l’autre m’a soigné. Juan-Felipe comme la mère omit le fait que le capitaine du navire était un pirate. « – Vous pouvez faire prévenir le fort Charlotte de ma présence dans ses murs ?

– Évidemment ! Évidemment ! Se demandant déjà comment elle allait pouvoir expliquer l’arrivée nocturne du convalescent.

Quinze jours plus tard, en partie remis, il se rendit à Biloxi, puis de là il reprit un bateau jusqu’au lac Borgne et rejoignit le lac Pontchartrain par la passe de Chef Menteur, arrivé à fort Saint-Jean, il repartit pour La Nouvelle-Orléans. Il arriva enfin le mardi 13 avril une semaine après Pâques et croisa sans le savoir Antoinette-Marie.

Chapitre 47

Des nouvelles, Printemps 1792

nouvelle orléans.jpg

Un mois auparavant, sur les bords du Mississippi, Antoinette-Marie et Nathalie de Maubeuge, se promenaient bras dessus bras dessous, suivies d’Esther et des deux dogues sur ses talons. S’ennuyant Antoinette-Marie avait éprouvé l’envie de se changer les idées, de retrouver les bruits de l’animation de la ville, le spectacle des gens de La Nouvelle-Orléans. La douceur du printemps avait décidé Madame de Maubeuge à faire une promenade sur la place d’armes. La journée était belle, la brise venant du fleuve caressait doucement la peau des promeneuses, les marchands envahissaient la place sur laquelle déambulaient les promeneurs. De la grande levée à l’emplacement du Cabildo, aux ruines non encore relevées, la ville n’était qu’un flot ininterrompu de gens, d’objets à vendre et à acheter, de fruits et de nourritures de toutes sortes devant lesquels elles déambulèrent jusqu’à la digue. D’un côté sur les allées pavées longeant la place, se trouvaient des alignements de minuscules boutiques où s’écoulait tout ce qui pouvait être vendu ouvertement. C’était un vaste bazar auquel les Orléanais venaient s’approvisionner, toutes classes mêlées, attirés par la harangue des commerçants, et qu’ils surnommaient l’allée des pirates. De l’autre, le marché bruissait de sa foule habituelle, devant les étals aux couleurs de la Caraïbe et de l’Amérique du Sud. Antoinette-Marie humait l’effluve mêlé des sucreries, des ateliers de torréfaction, des multiples épices mêlées à ceux des fruits, du filé, de l’okra, des légumes, et des jardins fleuris donnant sur la place d’armes, fronçant le nez quand s’y rajoutait l’inévitable puanteur des poissonneries.

ECOLE FRANCAISE VERS 1790, ENTOURAGE DE LOUIS ROLAND TRINQUESSE.pngC’est au milieu de ce déferlement de sensations qu’un homme roux âgé courbé sur sa canne bouscula Antoinette-Marie qui, surprise, émit un petit cri. Elle allait le remettre à sa place pour sa maladresse quand il lui glissa un message dans la main avant de disparaître prestement malgré son âge. Elle ne prit pas le temps d’identifier l’inconnu. La marquise intriguée lui demanda ce qu’il se passait. « – L’homme qui m’a bousculé, il m’a donné un papier.

– Montrez ! Antoinette-Marie déplia le papier crasseux et le lut « – ne vous inquiétez pas, il est vivant ! » le cœur de la jeune fille s’emballa, s’agirait-il de lui ?

– Mais qui est vivant ? Interrogea Madame de Maubeuge.

– C’est que je ne sais pas. Cet homme a dû se tromper… Baissant les yeux, elle rajouta. « – À moins que ce ne soit au sujet de don de Puerto Valdez. » Elle n’avait pas eu de ses nouvelles depuis plus d’un mois. Elle avait bien reçu une missive, par l’intermédiaire de Monsieur Bevenot de Haussois, quinze jours après son départ, mais ensuite plus rien. Elle espérait, aussi étrange que fût sa venue, que ce message laconique parla bien de Juan-Felipe. « – Vous n’avez pas eu de ses nouvelles depuis longtemps ? » Demanda Madame de Maubeuge, qui connaissait en partie la réponse, car elle-même avait essayé d’en obtenir par l’entourage du gouverneur, mais rien. Certains pensaient qu’il avait trouvé la mort dans ce pays de sauvages. La jeune fille rougit et rebaissa instinctivement les yeux. « – Non, cela fait plus d’un mois que je ne sais rien.

– Et cela vous tient à cœur, n’est-ce pas ?

– Je crois bien. Émit-elle dans un soupir, car elle aurait aimé garder plus longtemps son secret. Voyant son amie attristée, les larmes lui venant aux yeux, énergiquement Nathalie de Maubeuge reprit. « – Alors il faut espérer et ma foi aussi étrange que cela puisse paraître ce sont, peut être, effectivement de ses nouvelles que vous avez dans les mains.

– J’ose l’espérer.

– C’est ce dont il m’avait semblé et il le faut. Poursuivant sur sa lancée devant la mine déconfite de sa compagne, occultant volontairement l’éventualité d’un drame. « – Vous savez Antoinette-Marie, Juan-Felipe n’est pas un mauvais parti, outre le fait que c’est un valeureux capitan de notre gouverneur, il a reçu en gratification de la part de don Miró, pour avoir sauvé une de ses nièces, une double parcelle dans le carré, rue de Bourgogne. De plus, je sais de source sûre qu’il attend la vente d’un bien en Espagne. Et puis c’est un bel homme, ce qui n’est pas négligeable, et votre alliance serait bien vue de notre nouveau gouverneur. » Antoinette-Marie ne put s’empêcher de rire devant cette vente en bonne et due forme de l‘homme que son cœur avait de toute façon choisi.

– Décidément, Nathalie, vous ne perdez pas le Nord, voilà un homme avec beaucoup de qualités à vos yeux, mais rassurez-vous, il a mon agrément, bien qu’il ne m’a rien demandé.

– Cela ne saurait tarder. Si je ne m’abuse, il est venu vous voir avant de partir, vous n’avez vraiment échangé aucune promesse ? Insista-t-elle en souriant.

– Oui bien sûr… de l’attendre…

– Et si demain nous allions voir Marguerite ?

– Et pourquoi pas ? Après tout, je ne l’ai jamais remerciée pour l’aide qu’elle nous a apportée lors de mon enlèvement. Pas plus que de ses prédictions, même si elles n’étaient guère bonnes. Accompagnées de ses conseils, elles m’ont tout de même aidée et parfois même soutenue. Et puis elles finissaient bien ! Antoinette-Marie aurait donné beaucoup pour être rassurée.

*

Elle prépara un roux, dans une casserole, avec de la farine et de l’huile végétale. Quand il fut brun foncé, elle le laissa reposer. Dans la marmite à ébullition, qu’elle avait remplie d’eau salée et poivrée, elle versa le roux et ajouta les piments doux, les oignons blancs et le céleri coupé, et fit revenir le tout. Une fois à sa convenance elle ajouta le gombo filé et le poulet découpé en morceaux. Après une bonne cuisson, elle mit au-dessus les échalotes coupées et quand elles furent fondantes elle ajouta du Tabasco. La maison embaumait les riches fragrances de la cuisson. Plus tard, elle préparerait le riz nature sur lequel elle verserait le gombo. Si elle avait le temps, elle irait acheter au port à des Indiens houmas de la chair d’alligator, Charles aimait tant ça. Charles. Charles Laveau…

IMG_1792

marguerite Darcantel

Elle se voyait encore montant sur l’estrade avec toute l’arrogance qu’elle pouvait afficher avec ses dix-neuf ans face à la foule des acheteurs, le vendeur aboyant ses avantages. Elle se tenait droite, cambrée, sa jeune poitrine en avant, la masse sombre de ses cheveux dégoulinant jusqu’à son dos, la taille et les attaches fines, les jambes longues, la peau ambrée. Elle se savait belle. Elle cherchait dans le groupe des planteurs celui qu’elle savait être. Au moment où le négociant allait arracher son corsage pour exhiber ses avantages, elle l’entendit annoncer « – 2000 livres ». Ce qui était déjà au-dessus du marché. Ses voisins se retournèrent vers l’enchérisseur avec un sourire ironique. Elle plongea ses yeux de biche dans les siens le remerciant déjà de ce qu’il faisait. Le marchand allait continuer son geste impudique, mais Don Carlos Laveau Trudeau intervint « – Monsieur, j’ai fait une enchère, vous ne touchez plus à cette négresse. »

Elle était née sur la plantation de son père, Henri D’Arcantel. Il était planteur de café et de cannes à sucre au bord de la rivière de Fesle à Saint-Domingue. Elle avait toujours su qu’elle était la fille du maître. La mère de Marguerite en était la tisanière attitrée, mais d’autres avaient ses faveurs, dès qu’elle était en enceinte le maître passait à une autre, mais il lui revenait toujours.

Marguerite n’était donc pas la seule, la plantation était couverte d’une multitude de ses bâtards de toutes les couleurs. Malgré la mine outragée de son épouse, à l’instigation du maître, elle était devenue l’une des compagnes de jeu de ses filles légitimes, la plus jeune étant née la même semaine qu’elle et la mère de marguerite étant sa nourrice. Elle profita de l’enseignement qui leur était donné. Lorsque son épouse agacée de la voir mimer ses filles adorées dans la maison finit par s’en offusquer et s’en ouvrit à lui, irrité, il lui répondit « – vous connaissez un autre moyen de renouveler le cheptel pour rien ? ». Elle ne dit plus rien, mais n’en garda pas moins rancune à lui comme à l’enfant.

Marguerite avait une autre singularité, elle avait toujours su ce qui devait arriver avant que cela n’arrive. Elle sentait ou plus exactement elle voyait les choses qui allaient se produire. Elle disait à sa mère. « – Attention ! le lait va bouillir ». Et la gamelle débordait. Elle annonçait que le renard allait manger une poule et il manquait une poule le lendemain matin. Elle avait tout d’abord pensé que c’était comme ça pour tout le monde, jusqu’au jour où suite à la mort d’un esclave, elle s’en était ouvert à grand-maman la nourrice du maître. « – Grand-maman, pourquoi le Isaïe est allé dans le champ, s’il savait que le taureau allait le charger ? » La vieille négresse leva un sourcil, intriguée. « – Parce que lui pas savoi ». Et toi le savoi » ? » Cela faisait longtemps qu’elle surveillait la petite de Méora, elle avait déjà remarqué que Maggie, comme tous l’appelaient, avait un comportement étrange. La petite fille regarda droit dans les yeux de la vieille pour être sûr qu’elle ne se jouait pas d’elle, ce qui tira un sourire édenté à la vielle nourrisse. Comme tous les enfants de couleurs, elle avait été en partie élevée par la vieille pendant que les mères trimaient à la tache, dans la maison ou les champs, aussi Marguerite avait toute confiance. Rassurée, avec tout le sérieux que ses cinq années pouvaient rassembler, elle reprit avec assurance. « – Évidemment que je le savais, ils me l’ont dit ! » Et elle appuya ses paroles d’un large geste comme si elle montrait une foule. « – Alors toi les voi » ! Toi êt’e de celles qui les voi »… toi savoi » Maggie même si les hommes le di’e moi c’oi’e qu’il n’y a que les femmes qui les voi ». Et elles, pas êt’e beaucoup. Moi les entend’e, mais moi jamais les voi ». » La petite fille resta muette de stupéfaction. Comment ne pouvait-on pas voir la foule qui l’entourait, qui lui parlait, qui la conseillait, qui la prévenait. Elle n’en croyait pas ses oreilles. Elle comprenait maintenant pourquoi on la regardait étrangement quand elle leur parlait en public. « – Mais grand-maman qui sont-ils alors ?

– Tes ancêt’es, des anges… Va savoi » ma petite ? Une chose êt’e sû », mieux « ien di’e de tout ça. La petite fille, qu’elle était, haussa les épaules et elle obéit jusqu’au jour le plus triste de sa jeune vie.

Ce jour-là, le maître la trouva assise à côté d’une grange pleurant toutes les larmes de son corps. « – Eh bien ! Maggie, que t’arrive-t-il ? Quel est ce gros chagrin ? » Oubliant toute mise en garde, le maître ayant toujours été gentil avec elle, la petite tout en reniflant se confia. « – C’est maman, elle va mourir à cause du bébé !

– Mais voyons Maggie, ta mère n’attend pas de bébé.

– Oh si maître ! S’emportant, il reprit. « – Oh ! tu m’agaces, tu n’es qu’un oiseau de mauvais augure, je te dis que ta mère a le ventre vide ! ».

Huit mois plus tard, Méora mourut en couches. Le maître garda rancune à Marguerite d’avoir raison et bien qu’il continuât à peupler sa plantation de petits mulâtres, aucune des mères ne remplaça vraiment la défunte. L’autre conséquence fut la mise au jour du pouvoir de la petite Maggie. Au travers des mélopées dans les champs, du son nocturne du tam-tam, cela fit rapidement, le tour de la plantation, des plantations, il y avait une négrillonne qui voyait, qui entendait, qui parlait aux ancêtres. Le village d’esclaves de la plantation D’Arcantel s’enorgueillit de sa sorcière. Il n’en avait pas jusque-là, à peine une guérisseuse. Tous voulaient connaître leur avenir, tous voulaient parler aux ancêtres, et Marguerite se rendit vite compte que cela était rarement de bons augures qui en découlaient. Elle constata que prévenir ne servait à rien, cela ne changeait guère les choses. Et ce don s’avéra très vite une malédiction pour elle, car elle voyait des choses qui le plus souvent étaient tristes, sinistres, mauvaises et qu’elle aurait préféré ne pas connaître. Les gens n’étaient pas encore devant elle qu’elle savait ce qu’ils voulaient, ce qui allait leur arriver. Petit à petit ils ne s’adressaient à elle que pour son don, don qui leur faisait peur, mais qui l’enrichissait. Tous lui donnaient des cadeaux et elle n’avait pas eu ses premiers saignements qu’elle possédait déjà plus qu’aucun autre esclave de la plantation puis des plantations voisines, car on venait de loin en catimini à la nuit tombée pour savoir son avenir. Même les blancs l’interrogeaient malgré son jeune âge et elle se méfiait de ce qu’elle leur prédisait, car elle craignait la colère de leur déception.

Cécile_Fatiman

Mambo (prêtresse vaudou)

Grand-maman prit les choses en main. Elle l’emmena voir ce que tous appelaient une prêtresse, une mambo. Elles partirent à la tombée de la nuit et se dirigèrent vers la mer. Elles entendirent tout d’abord s’élever, de derrière la dune, d’étranges psalmodies chantées au rythme des tambours. Quand elles arrivèrent sur la plage, la prêtresse semblait danser au milieu d’un groupe. Elle évoluait avec juste un pagne autour de la taille. Les bras vers le ciel, muni d’une calebasse emplie de vertèbres de couleuvre, ses yeux jaunes regardaient vers ailleurs. Au sol, autour d’un pilastre de bois érigé vers le ciel, étaient dessinés, à la craie, avec de la farine et du marc de café les symboles des Loas, les vévé. Des signes avaient aussi été peints sur le poteau Mitan, ses symboles étaient accompagnés de divers objets accrochés, notamment des feuilles de palmier royal destinées à chasser les mauvais esprits. Les tambours se mirent à battre unissant les cœurs des initiés avec ceux des Loas, les deux mondes entrèrent alors en contact par les prières, les danses, la musique et les libations. Ce soir-là, la Mambo invoquait Erzulie, le Loa de l’amour qui serait par la suite en charge d’assumer la direction de la vie de Marguerite, car bien évidemment la fillette était attendue. Et si elle était impressionnée, elle n’en montra rien. Arriva alors le moment du sacrifice. Des hommes avaient préparé une chevrette entièrement blanche en l’habillant de symboles multiples, et l’avaient nourrie et parfumée avec des potions préparées par la Mambo. Le rythme des tambours s’accéléra, se fit plus intense, et emporta les initiés dans une transe. Une fois l’animal égorgé, la prêtresse goûta son sang et y fit tremper les mains de la fillette. L’animal fut alors présenté et offert aux Loas, face aux quatre points cardinaux. Les chants et les danses redoublèrent de puissance, Erzulie entra pour la première fois dans le corps de Marguerite qui se mit à danser avec frénésie. Ses yeux se révulsèrent, elle se figea les bras ballants regardant, semble-t-il, dans le vide et elle parla d’une voix grave, inconnue de tous comme d’elle-même. « – De grands changements viennent, ils vous rendront libres, mais beaucoup d’entre vous vont mourir pour cela, mais vos enfants seront libres. » Tous regardèrent effarer la frêle fillette et croyaient voir le Loa. Ils hurlèrent tout ce qu’ils pouvaient, glorifiant le Loa de l’amour. Puis le sang coula entre les jambes de la fillette faisant redoubler la puissance des hurlements et fut annoncé par la Mambo comme un très grand miracle. Erzulie ne partit pas tout à fait, un lien s’était créé entre l’initiée et l’esprit pendant la cérémonie, et le Loa l’accompagna toute sa vie. À partir de cette cérémonie, la Mambo lui apprit nuit après nuit le culte des esprits qui tirait ses racines des pratiques religieuses et magiques de leur pays d’Afrique associées au culte catholique. Elle lui enseigna le panthéon des esprits qu’elle nommait Loas.

Marguerite devint femme au grand désarroi de sa maîtresse qui la voyait déambuler gracieusement la taille plus fine que la sienne bien que comprimée dans son corset, les hanches encore étroites et la cambrure agressive de sensualité. Elle se mit à ruminer, à calculer le moyen pour se débarrasser de cette fille qui était un affront continuel. Elle savait que son époux refusait de vendre ses bâtards, quelle qu’en soit la raison, une sorte de sentimentalité dont beaucoup ne faisaient pas preuve. Mais le destin vint à son aide.

Quelques mois plus tard, des voisins ramenèrent son époux sur une civière de fortune, il s’était blessé à la chasse. Il ne s’était pas écoulé un autre mois que la gangrène avait atteint son cœur l’entraînant dans la tombe. La veuve ne pleura pas, elle était enfin libre. Lorsque le notaire lui annonça que c’était son fils qui était l’héritier, cela ne l’inquiéta pas. Il était en France où il finissait ses études au collège et comme il n’était pas majeur, c’est elle qui gérerait la plantation en attendant sa majorité. Et quand le notaire lui expliqua qu’il serait bon de vendre quelques esclaves pour assainir les comptes, car son époux avait contracté quelques dettes qu’elle ne découvrait pas, elle exulta. Elle remercia le seigneur de l’exaucer. Elle rassura le notaire et lui annonça que dès le lendemain, il partirait avec les esclaves à vendre.

Le lendemain matin, elle n’eut pas besoin de donner des ordres, elle trouva devant sa porte toutes les bâtardes de son époux, car pour les mâles elle restait indifférente. Elle ne chercha pas à savoir comment ses pensées avaient été devinées, elle n’était que trop satisfaite. Le notaire découvrit, abasourdi, un groupe d’une vingtaine d’esclaves allant du nourrisson à la femme, et qui visiblement se ressemblait. Toutes sœurs, souvent de mères différentes, celles qui avaient déjà eu des enfants s’occupaient de celles encore bébé, aucune n’avait rechigné devant la fatalité annoncée par Marguerite. Les familles séparées le firent la mort dans l’âme, mais s’inclinèrent, cet état de fait était très courant. Le notaire argua que ce serait difficile de vendre que des femelles. « – Ce n’est point grave, elles sont solides, bonnes reproductrices et comme vous pouvez le voir elles ont de très bons arguments de vente, cela couvrira toujours les dettes. »

Marguerite, fière et arrogante, se tenait devant le groupe fixant sans baisser les yeux ceux de sa maîtresse. Elle savait que la maladie avait déjà infiltré le corps de celle-ci et que le mal mettrait des mois à l’emporter dans des souffrances atroces. Et la poupée, enterrée sous sa paillasse, enduite de sang et que les champignons envahissaient, en faisait foi.

Entassé dans des charrettes, le groupe encadré d’hommes armés prit le chemin de la chaise Ourse allant à Port aux Princes. Après plusieurs jours, bringuebalées sur une mauvaise route abîmée par les intempéries pendant lesquels le notaire fit attention à la marchandise confiée, les sœurs Darcantel furent installées dans un cabanon sur le port en attendant leurs ventes.

2016_CKS_12248_0108_000(augustin_brunias_a_negroes_dance_in_the_island_of_dominica_fort_young).jpgQuand les femmes des planteurs surent que c’étaient les filles de la main gauche d’Henri D’Arcantel, elles se gaussèrent derrière leurs éventails, l’une des leurs les vengeait. Car si les convenances les obligeaient à ignorer les demandes de tisanes nocturnes qui entraînaient les négresses dans le lit des maîtres les soulageant de leurs ardeurs et leur donnant leurs surnoms, elles n’en subissaient pas moins le résultat qui s’affichait tous les jours sous leurs yeux jusque dans leurs maisons. Comme elles-mêmes, les négresses subissaient le diktat des hommes. Elles oubliaient facilement que c’était à ces mêmes esclaves, qu’elles confiaient leurs enfants, leurs personnes âgées et malades, leur santé, leur alimentation, leur apparence et même leur sommeil. Très souvent recluses pour obéir aux convenances sociales, ses mêmes négresses, métisses, quarteronnes, octavonnes, parfois du même sang qu’elle-même, étaient leurs confidentes et quelques fois leur seule compagnie dans l’isolement de leurs plantations, que ces mêmes esclaves les lavaient, les habillaient et les accompagnaient en toutes circonstances.

Elles apprécièrent l’attitude de Madame D’Arcantel qui avait mis de l’ordre chez elle, ce que beaucoup d’entre elles lui envièrent. Devant le ridicule de la situation, il fut demandé par la gent masculine, qui bien qu’elle aurait aimé en profiter, de se débarrasser de ce lot de marchandises. Et quand elles montèrent sur le navire qui les emportait loin de Saint-Domingue, car elles avaient été achetées par Monsieur de Saint-Maxent pour le bénéfice des planteurs de Louisiane, Marguerite sut qu’elle allait être libre.

Arpenteur général de Louisiane, Charles Laveau appelé Don Carlos Laveau Trudeau, avait acquis Marguerite Darcantel. Personne n’avait osé renchérir sur les 2000 livres annoncées avec fermeté. Il n’avait nullement l’intention de la ramener chez lui. Il installa aussitôt dans une petite maison qu’il détenait sur la rue des remparts à la lisière de ce qui était en train de devenir le quartier Marigny. Marguerite fit tant et si bien, jouant de toutes ses armes que Charles Laveau n’attendit pas une année pour l’émanciper et lui offrir la maison. Peinte en vert, quatre pièces sur un soubassement de brique auquel on accédait par un escalier à double évolution, celle-ci avait tout le confort dont avait besoin la métisse. En plus de la pension donnée par son amant, ses revenus s’arrondissaient officiellement de la broderie qu’elle faisait pour les riches créoles et officieusement des services en tant que reine du vaudou qu’elle pouvait rendre. Elle allait d’ailleurs livrer deux robes, dont l’une ne serait jamais portée par sa jeune propriétaire qui ne serait plus en ce bas monde lors du bal des débutantes pour laquelle elle avait été commandée, quand elle pressentit la venue de ses visiteuses. Elle mit un peu d’ordre et prépara un café en les attendant.

*

Elles n’avaient pas frappé à la porte que celle-ci s’ouvrit sur le sourire de Marguerite. Elle les reçut avec chaleur et les guida dans le salon, satisfaite de voir qu’Antoinette-Marie se portait bien. Au même moment qu’elle s’en faisait le constat, l’image furtive de Juan Felipe souriant lui apparut. Elle comprit à ce moment-là pourquoi son image interférait avec l’avenir d’Antoinette-Marie, en fait l’homme faisait partie de son avenir ! Et c’était pour lui qu’elles venaient. « – Asseyez-vous mesdames, vous prendrez bien un peu du café et de la tarte aux noix de pécan que je vous ai préparées ». Sur la table était installé un service de porcelaine française qui aurait fait bien des envieuses, dernière acquisition de Charles Laveau, sur une nappe damassée d’un blanc immaculé. Les deux femmes acceptèrent amusées et toujours étonnées de se savoir attendues. Après avoir échangé quelques banalités, Marguerite sortit son jeu de tarot égyptien. Il ne lui servait qu’à illustrer ses dires et contribuait à donner du crédit à cette facette de sa vie, bien qu’elle n’en ait guère besoin. C’est son amant qui, amusé de l’entendre faire des prédictions, lui avait offert le jeu qui impressionnait tant les dames créoles et qui, paraît-il, était le même que celui d’une Mademoiselle Lenorman qui faisait déjà parler d’elle outre-Atlantique. Comme à son habitude elle baissât l’éclairage en tirant ses rideaux et en allumant quelques chandelles, elle tria, coupa, battit le jeu qu’elle fit couper à Antoinette-Marie. Elle lui fit tirer cinq cartes « Les amoureux, le jugement, le bateleur, le chariot, l’étoile ». Les trois femmes étaient penchées attentives sur le jeu, deux essayant d’en deviner les arcanes et la troisième qui n’avait nul besoin de les voir pour savoir. « – Il ne sert à rien de s’inquiéter, vous allez avoir des nouvelles de l’homme que vous attendez, il est déjà en route vers vous, et vous avez toutes les raisons de l’attendre. » Satisfaite de lui prédire de bonnes nouvelles, elle sourit à la jeune fille tout en lui disant qu’elle n’avait rien à ajouter à ce qu’elle savait déjà. Mais elle avait à peine fini sa phrase que s’imposa à elle au milieu d’un brouillard la femme qui ressemblait tant à Antoinette-Marie. Elle pleurait et tendait ses bras vers elle. Elle avait déjà vu cette femme, c’était celle qui l’avait aidée à retrouver Antoinette-Marie. « Ne la laissait pas faire la même erreur que moi ! Ne la laissait pas faire la même erreur que moi ! » Surprise, elle s’affala sur sa chaise, elle s’excusa auprès de ses visiteuses. Tout en regardant la jeune fille, elle expliqua ce qu’elle venait de voir « – je suis désolé Madame de Thouais, mais une femme qui vous ressemble étrangement avec des yeux bleus comme le ciel et les cheveux plus sombres que vous, tient à vous mettre en garde. » La jeune femme blêmit. Décidément, elle faisait un effet étrange à la voyante et, d’une voix atone, elle lui demanda « – et que me veut-elle ?

– Elle vous demande de ne pas faire la même erreur qu’elle.

– Mais quelle erreur ?

– Cela je ne sais pas !

Antoinette-Marie supposait que c’était sa mère, sa tante comme sa sœur, lui avait dit qu’elle lui ressemblait. Mais quel message d’outre-tombe voulait-elle lui faire parvenir ? Cela la bouleversa. Elle avait toujours eu l’impression que sa mère la protégeait, mais avait souvent eu peur que ce ne soit que chimères de fillette apeurée.

– Je ne sais pas encore, mais ne vous en inquiétez pas, le moment venu, elle m’en dira plus. Vous pouvez avancer sereinement.

S’en suivit une conversation entre femmes, lors de laquelle Antoinette-Marie remercia chaleureusement la voyante de l’aide qu’elle lui avait apportée. Avant de quitter les lieux, elle laissa discrètement une bourse généreusement pourvue sur la table.

*

Dimanche 15 avril 1792

Au grand dépit de son épouse, une crise de malaria attrapée en Amérique du Sud obligea le gouverneur Carondelet à annuler le repas traditionnellement offert à Pâques à ses concitoyens les plus en vue.

Jennie Augusta Brownscombe (Tea in the Garden.jpegDon Andres Almonester Y Roxas ne s’en formalisa pas. Il convia après la messe du dimanche de Pâques une cinquantaine d’intimes privilégiés, dont les Maubeuge accompagnés d’Antoinette-Marie. Lorsqu’ils arrivèrent, ayant lambiné devant l’église de manière à laisser le temps à leurs hôtes de les précéder, les invités trouvèrent dans la grande salle à manger une longue table nappée de lin blanc brodé de guirlandes ton sur ton, couverte de porcelaine de cristal et d’argenterie, agrémentée d’un chemin de table d’azalées multicolores. Tous félicitèrent la maîtresse de maison, Louise Laronde, pour l’effet obtenu. L’hôtesse gracieusement remercia de leurs compliments chacun de ses invités tout en les plaçant. Antoinette-Marie se trouva placée avec à sa droite Pierre Philippe Enguerrand de Marigny de Mandeville, un homme d’une quarantaine d’années à l’allure rigide accompagné de sa femme Jeanne d’Estrehan, la nièce De Borée de Mauléon, le plus riche propriétaire de plantation de Louisiane. À sa gauche s’assit Barthélemy François Le Bretton des Chappelles venu seul, la dernière grossesse de sa femme étant difficile. Antoinette-Marie ne connaissait pas vraiment ces deux messieurs, aussi était-elle rassurée d’avoir face à elle Nathalie de Maubeuge entouré du bon Père Antonio de Sedella à l’allure revêche, mais déjà considéré comme un saint et de monsieur Bevenot de Haussois, son élégant notaire. Le maître et la maîtresse de maison assis chacun à un bout de la table, les esclaves commencèrent à servir un repas aux plats variés sous le regard sans concession du majordome. Le menu commença par une entrée fort prisée des louisianais, des huîtres cuites au jambon et champignon, suivit par un gombo à base d’okra, de crevettes, de riz, bien épicé puis d’une bisque d’écrevisses épaissie avec du riz. Antoinette-Marie s’amusa plus qu’elle ne l’aurait crue. Ses deux voisins s’avérèrent distrayants, autant Monsieur Enguerrand de Marigny de Mandeville avait un humour caustique et relevait chaque intervention d’une remarque d’humour froid, autant Monsieur Le Bretton des Chappelles, séducteur né, complimentait la jeune femme et étayait point de vue ironique chacun des sujets de conversation. Après avoir commenté la santé du gouverneur, les sujets varièrent du nouveau coffre-fort à trois couches fait pour contenir les fonds de la ville, de la demande faite par Filberto Farge de construire une salle de danse sur le terrain anciennement occupé par le marché. Tous commentèrent le besoin de réparer la digue qui était fort mal en point depuis les inondations du printemps précédent. Francisco Pascalis de la Barre annonça que cela venait d’être voté par le Cabildo et que son renforcement se ferait de la résidence de Don Beltran Gravier, et d’Orange Grove jusqu’au marché. Tous admirent que la rivière continuait à monter et lorsqu’un convive demanda quelle main-d’œuvre comptait utiliser le Cabildo, pensant sans doute que l’on réquisitionnerait des nègres et, donc les siens puisque sa plantation se trouvait dans la limite des travaux, Monsieur Pascalis de la Barre le rassura cela se ferait avec l’aide des prisonniers offerts par le gouverneur. Les sujets sérieux étaient ponctués de sujets plus frivoles, mariages ou scandales étaient commentés dans la mesure où l’on n’offensait personne autour de la table, ce qui était rendu difficile à déterminer, les alliances familiales étant un vrai écheveau difficilement démêlable. On s’arrêtait pour commenter chaque nouveau plat qui se présentait, Antoinette-Marie était étonnée de leur abondance, après l’incontournable préparation de poisson-chat à la chair si délicate, s’en suivit les viandes, le gigot d’agneau tradition ramenée de France et différentes préparations de porc, le tout accompagné de patates douces et arrosé de vins de France, notamment de la région de Bordeaux. Les conversations reprirent, l’un des voisins de table demanda à la jeune fille si elle avait des nouvelles de France, sa réponse négative entraîna des commentaires variés et pour beaucoup assez révolutionnaires, ce qui déplu à quelques Espagnols qui considéraient d’un mauvais œil le fait de se passer de son roi. L’arrivée des desserts interrompit les dires, mousse au chocolat, crème renversée au caramel, fruits des caraïbes frais ou confits se succédèrent au grand contentement des gourmands. Les conversations reprirent sur la guerre des Florides. Monsieur de Maubeuge interpella le capitaine du régiment. « – Don de la Pena où en est on avec les Indiens séminoles ? » Ayant peu de conversation et peu d’intérêt pour les problèmes civils, l’homme se sentit flatté d’être interpellé sur un sujet qui ne pouvait que le mettre en valeur. De sa voix de stentor, il prit la parole. « – Comme vous le savez, nos jeunes hommes sont rentrés pour la plupart dans leurs foyers et il semblerait que la politique mise au point par notre gouverneur par l’intermédiaire de don Gayoso de Lemos porte ses fruits. » Antoinette-Marie tendit l’oreille espérant apprendre quelque chose de nouveau et allait être désappointée quand le capitaine reprit, malgré la force de sa voix, sur le ton de confidence, ce qui fit sourire les auditeurs. « – Une chose extraordinaire est toutefois arrivée à l’un de nos hommes que certains d’entre vous connaissent sûrement. » Toutes les conversations s’interrompirent offrant au capitaine une assistance attentive et curieuse. « – Il y a de cela deux jours s’est présenté devant moi Ignacio Pérez Alvares que vous ne connaissez sûrement pas, un subalterne. Je l’ai conduit séance tenante devant Monsieur de la Chaise, plus à même de traiter ce problème. » Le narrateur, laissant en suspend son histoire, avala une gorgée de vin puis reprit.  « – L’homme nous raconta qu’après avoir traversé la Floride de tout son long avec sa compagnie, découvrant au passage des rivières et des lacs que nos cartes n’identifient pas, ils arrivèrent sur un lac, grand comme une mer, absent aussi des cartes. Après vérification, les cartographes français l’avaient bien dessiné, mais nos homologues espagnols ont pensé à tort qu’ils avaient confondu avec les marais du sud. Là, ils furent attaqués par une bande d’Indiens visiblement ignorants du traité de paix signé plus au nord. La moitié de leur compagnie resta couchée sur le sol, ils sauvèrent toute foi leur capitan gravement blessé. Arrivés au poste de Punta Resa, que nous n’avons pas plus sur nos cartes, vous ne devinerez pas ce qu’il a fait ! » Et tout cela le faisait sourire à l’avance, devant l’assistance médusée se demandant où il allait en venir, il poursuivit. « – Et bien mes amis vous aurez du mal à le croire, il a confié son capitan à l’agonie à un pirate ! Si ! Si ! Il a fait embarquer le malheureux sur un bateau pirate. » Insistant sur le dernier mot, aux cris d’effrois que quelques femmes ne purent retenir. Monsieur de Maubeuge interloqué intervint. « – Si je puis me permettre vous ne nous avez pas donné le nom du malheureux capitan. » Le conteur sourit heureux de son effet de surprise et conclut. « – C’est le capitan don de Puerto Valdez qui a été abandonné par son second aux mains des pirates ! ». Le souffle d’Antoinette-Marie se coupa, son cœur s’emballa, elle blanchit, étouffant dans son corset qu’elle trouva soudain trop serré. Madame de Maubeuge, qui avait déjà deviné de qui on parlait au fil de l’histoire, fixait Antoinette-Marie afin de la soutenir, se demandant si elle allait se trouver mal. La jeune fille se reprit et ne put s’empêcher d’intervenir. « – Excusez-moi, mais qu’a-t-on fait du second ?

george-romney-portrait-dune-femme-dit-ecc82tre-emily-bertie-pott-mort-en-1782.jpg

Cambes-Sadirac Antoinette Marie

– Il est cloîtré à la taule, Madame, jusqu’à ce que l’on sache ce qu’est devenu son supérieur, tant soit peu que l’on ne le sache un jour.

– Mais, il a, peut-être, choisi cette solution pour sauver son capitaine s’ils étaient loin de tout ?

– C’est ce qu’il a prétendu, et connaissant la fidélité de l’homme, nous avons accordé crédit à ses dires, aussi nous ne l’avons pas pendu.

Le Père Antonio de Sedella de nature suspicieuse, et qui n’avait rien perdu de la conversation ni de ses effets sur la jeune fille, s’adressa à elle en baissant la voix.  « – Excusez-moi ma fille, mais je vous trouve bien soucieuse du sort de cet homme.

– Oh ! Mon père ce n’est que charité chrétienne, cette aventure est si incroyable. De plus, j’ai eu le plaisir d’être présenté ici même à don de Puerto Valdez, aussi cela ne rend cette histoire que plus sensible, dirons-nous. Antoinette-Marie aimait bien le capucin venu vingt ans plus tôt avec l’inquisition, renvoyez par les louisianais et revenu prendre la charge de la paroisse Saint-Louis. De taille moyenne, sec comme un sarment, l’œil toujours aux aguets, elle le savait bienveillant, il lui avait même été recommandé par l’abbé Hubert qui le connaissait bien. De plus, accompagnant régulièrement Madame de Maubeuge pour porter secours aux pauvres de la ville, elle savait que ce n’était que par commisération qu’il l’interpellait. Devinant le malaise de la jeune fille, dont elle aimait le caractère simple et volontaire, Louise Laronde rompit la conversation en se levant et montra l’exemple aux dames. Elle guida celles-ci sur la véranda où la douceur des températures leur permettait de prendre le café, laissant les hommes entre eux pour fumer leurs cigares et boire leurs bourbons, rare tradition copiée sur les Anglais. Madame de Maubeuge prit le bras de sa protégée et lui dit à mots bas « – vous voyez Antoinette-Marie, c’est sûrement l’un de ces pirates qui vous a glissé le mot, Juan-Felipe doit être en vie.

– Je le pense, Nathalie, ou tout du moins je l’espère. Elle ne rajouta pas, que cela ne lui ne disait pas où il était, ni dans quel état il était.

Le soir venu, le moment de se quitter, Monsieur Bevenot de Haussois rappela à Antoinette-Marie qu’elle lui avait demandé un rendez-vous, et que ce serait avec plaisir qu’il la recevrait. Confuse, elle argua une fatigue consécutive aux problèmes dont il avait dû avoir connaissance, mais promit sa prochaine venue.

*

Recroquevillée dans son lit, Antoinette-Marie attendait qu’apparaisse Esther avec son déjeuner, ce qu’elle n’allait pas tarder à faire, les bruits de la rue s’éveillant. Elle laissait divaguer ses pensées tout en fixant le rai de lumière, qui s’infiltrait entre les rideaux et s’allongeait jusqu’à son couvre-lit. Elle ne pouvait s’empêcher de ressasser l’incident de la veille et de se poser moult questions.

Esther, les bras chargés, poussa la porte d’un pied laissant Béarn et Navarre passer devant elle pour ne pas être bousculée. Elle fut étonnée de trouver sa maîtresse déjà réveillée, assise sur son lit. « – Bonjou » mait’esse ». Elle lui sourit, posa son plateau sur le lit et alla ouvrir les tentures laissant un flot de lumière inonder la pièce. « – Bonjour, Esther, suis-je la première ?

– Oh oui Ma « ame !

– Pas de courrier

– Non Ma’ame !

Cela faisait longtemps qu’elle n’avait eu de lettre de France, cela aussi l’inquiétait. Elle en écrirait tout de même une en attendant l’heure adéquate pour rendre des visites.

Sa matinée se passa donc à écrire et à faire sa toilette. Après le bain aux fleurs de magnolia dont elle était devenue friande, elle se fit coiffer, avec un chignon bas souple terminé par une longue mèche souple dans le dos. Elle félicita Esther pour le résultat, constatant qu’elle était de plus en plus habile dans cet art. Elle mit un caraco avec plis Watteau dans le dos, en taffetas bleu-gris, qu’avait choisi Madame de Verthamon pour son trousseau. Elle ne le ferma pas sur sa robe en linon blanc, car elle aimait cette nouvelle mode un tant soit peu négligée qui ajoutait au confort malgré la brassière-corset de sa lingerie. Pour finir, elle ajouta son pendentif, qui avait, pour elle, valeur de talisman. Elle s’appliquait à sa toilette, car cela la divertissait de ses inquiétudes. Une fois prête, elle descendit toujours distraite par ses pensées. Elle rattrapa de justesse le petit Philippe qui courait au-devant de sa nourrice Sarah. Voulant l’éviter, ils faillirent perdre l’équilibre, laissant échapper un cri de frayeur de l’esclave. Ce qui fit beaucoup rire le jeune garçon. « – Et bien, Philippe, vous comptiez me pousser au bas de l’escalier !

Oh non ! Madame ! Jamais de la vie. Je vous aime trop ! Se rendant compte de ce qu’il venait de dire, il devint rouge-écarlate. « – Alors il va falloir que j’attende que vous grandissiez pour vous épouser ». Décidément, des trois garçons des Maubeuge c’était son préféré, l’aîné était déjà trop imbu de sa personne et le dernier d’un égoïsme capricieux qui l’agaçait. Sortant brusquement du salon du rez-chaussé, la marquise, affolée par le cri, s’exclama. « – Que ce passe-t-il ?

– Rien ! Rien ! Nathalie, votre fils, essaie de faire faux bon à sa nourrice pour me faire une déclaration.

– Qu’il en profite, car bientôt c’est le pensionnat. Le petit garçon tout en regardant ses pieds s’excusa et la mort dans l’âme suivit sa nourrice sous le sourire attendri des deux femmes. « – Vous voilà prête, déjeunons et ensuite vous partirez faire votre visite. »

*

Ézéchiel, le jumeau de Samson, qui remplaçait ce dernier pris par le service du maître, attendait Antoinette-Marie avec une dignité un peu rigide sur le siège du landau découvert. Elle avait décidé d’y aller seule, désirant mener à bien cette entrevue sans témoin, même ami. Elle avait donc refusé courtoisement la compagnie de la marquise. À son arrivée, Ézéchiel descendit lui ouvrir la portière de la voiture, lui déplia le marchepied qu’elle gravit et s’installa sur la banquette de cuir en essayant de froisser le moins possible sa robe. Tout en inclinant son ombrelle pour se protégeait du soleil, sa capeline n’y suffisant pas, elle pianotait nerveusement sur le rebord de la portière. Elle ressassait sans fin ses idées en se demandant comment elle allait pouvoir formuler sa demande et supputant sur les résultats de sa requête.

 La demeure du notaire se trouvait rue du Maine entre les rues Royale et Bourbon. Elle regardait, sans voir, défiler sous ses yeux les maisons. La cicatrice de l’incendie était encore plus visible à cet endroit de la ville, car à la limite de la catastrophe. Le côté épargné par le sinistre arborait un style français, avec des façades à colombages, des perrons abrités par des auvents ou des demeures en bousillage protégeaient du soleil ou des averses tropicales par de profondes galeries dans des écrins de verdures aux multiples arbres fleuris. De l’autre côté, le style espagnol avait la primeur, les façades des nouvelles maisons étaient faites de briques et de pierres, aux ouvertures cintrées, aux balcons ornés d’arabesques de ferronnerie, aux patios dans lesquels on devinait un foisonnement de fleurs ombragées par des palmiers où bruissaient des fontaines. À cette heure de la journée, tout était calme, les maîtres s’éveillaient lentement de la traditionnelle sieste des tropiques, l’activité des serviteurs reprenait doucement. La clémence des températures à cette époque de l’année rendait le court déplacement agréable. Ils arrivèrent devant la maison du notaire qui en imposait par sa sobriété et son opulence, elle avait été bâtie cinq ans auparavant, juste avant le grand incendie et y avait échappé. Elle était inspirée des maisons en vogue en Angleterre qui arboraient un style antique et qui détenait leurs noms du roi anglais Georges. Après avoir passé le portail de fer forgé, au bout d’une courte allée ombragée, la demeure à un étage avec un toit à quatre pentes n’avait pour ornement, qu’un portique orné d’un fronton soutenu par quatre colonnes, abritant une terrasse le tout reposant sur le rez-de-chaussée qui s’avançait au-devant du corps de logis.

Cambes-Sadirac Antoinette-Marie (1782

Antoinette-Marie Cambes-Sadirac

Elle n’était pas descendue que la porte s’ouvrit sur la face joviale de Béthanie, petit bout de femme heureuse de vivre et gouvernante du notaire. Avec un ton, qui se voulait, détaché elle s’adressa à celle-ci « – bonjour, pourrais-tu prévenir ton maître que Madame de Thouais voudrait être reçue.

– Bein su » M’ame, si M’ame vouloi » « ent’er !

La gouvernante installa Antoinette-Marie dans un salon donnant à l’arrière de la demeure. « – Mon mait’e vous recevoi » tout suite ! ». Antoinette-Marie s’installa sur une chaise cabriolet et arrangea les plis de sa robe. Elle n’était pas revenue chez le notaire depuis l’ouverture du testament, mais l’avait souvent rencontré dans les différentes manifestations et festivités données dans la ville. Toujours courtoise et attentionnée, elle lui faisait confiance tant il la rassurait. Elle remarqua l’élégance manifeste du salon meublé avec goût et ornementé de tableaux de peintres français dont le sujet de certains devait être des membres de la famille du maître des lieux. Ce cheminement de pensées l’amena au fait qu’elle ne lui connaissait aucune famille, ce qui titilla un instant sa curiosité. La gouvernante revint avec du café et de la brioche qu’elle posa sur un guéridon près de la jeune fille. La gouvernante n’avait pas fini de la servir que le notaire rentrât dans le salon. Il ne put s’empêcher en la voyant de penser qu’elle faisait juvénile et très fragile et constata qu’elle était venue sans chaperon ce qu’il amusa. Il s’attendrit devant sa gêne et lui sourit affectueusement, comme elle fit mine de se lever, il la retint.  « – Non, non, restez assise, je vous en prie. Cela ne vous ennuie pas si nous restons en ses lieux ? À cette heure, c’est une des pièces les plus agréables de la maison ». Elle acquiesça et le crut sans problème, car filtré par les rideaux de mousseline le soleil inondait une grande parti de la pièce, lui donnant un aspect chaleureux sans l’agressivité d’une lumière crue. Il s’assit à côté d’elle et se servit une tasse de café dont l’arôme emplissait l’espace.

Il avait la voix douce et l’écoute attentive qui pousse les autres à se confier voire à se confesser à leur propre étonnement. Ne voulant point brusquer sa jeune visiteuse, il commença par lui demander des nouvelles des Maubeuge. Puis il poursuivit en lui demandant de ses nouvelles et notamment si elle s’était remise des péripéties de son enlèvement. Elle ne montra pas son étonnement en se rendant compte que décidément tout se savait. Elle le rassura, arguant que cette aventure n’eut été ridicule si elle n’avait trouvé les punitions inégales et pour certaines injustes et par trop radicales. Elle assura que si on lui avait demandé son avis ce n’est pas l’esclave Martin que l’on aurait pendu, mais bien évidemment on ne lui avait rien demandé. Le notaire sourit devant l’emportement de la jeune fille. Il la conduisit au sujet qui la préoccupait. Elle ne savait pas trop comment l’aborder, étant une femme, elle se doutait bien qu’elle était supposée ignorer certains états des choses ou du moins ne pas aborder le sujet.  « – Je viens vous voir pour une promesse que j’ai faite à Charles-Henri et que je ne sais comment tenir. » Le notaire fut intrigué qu’avait bien pu demander son défunt protégé. « – Je vous en prie, exposez-la et je vais voir comment je peux vous apporter mon aide.

– Sur son lit de mort, il m’a demandé d’émanciper Mama-Louisa et ses enfants, mais je ne sais comment faire dans pareil cas, vous comprenez, je n’ai jamais détenu d’esclave. Il sourit intérieurement de la candeur de la jeune fille qui s’adaptait tant bien que mal à sa nouvelle vie.  « – En fait nous avons deux problèmes, vous ne pouvez émanciper un esclave avant vos vingt-cinq ans et ceux-ci doivent être au moins âgé de trente ans.

– Mais c’est loin ! Et puis puisqu’ils m’appartiennent ?

– Soit, mais c’est le code Noir, appuyant sur ses mots, pour Mama-Louisa Louisa, il y a peu être une possibilité, elle a l’âge requis, mais pour ses enfants…

– Mais enfin ce sont les frères et sœurs de Charles-Henri ! Antoinette-Marie se mordit aussitôt la langue pensant en avoir trop dit, son propos pouvant paraître déplacé. Le notaire ne releva pas, pensant que décidément cette jeune fille était pleine de surprise et était bien une fille des lumières, la révolution au bout des lèvres dès l’apparition d’une injustice. « – Pour arriver à vos fins je ne vois qu’une solution, mais il faudra qu’elle reste entre nous, car la justice et nos voisins pourraient trouver à y redire. » Intriguée et acceptant la condition de discrétion, elle lui demanda de poursuivre. « – Je peux vous racheter Mama-Louisa et ses trois enfants. Une fois en ma possession, je pourrai les émanciper.

– Trois enfants ? Mais je ne connais que Nathanaël et la petite Sarah.

– Le baron de Thouais a prêté l’aîné Aaron à son voisin Louis André Bertin-Dunogier pour le former à l’ébénisterie, c’est un brave homme, il ne fera pas d’histoire.

– Ah, je ne savais pas. J’enverrai Monsieur Tremblay le récupérer, ce sera plus facile, je suppose, et plus discret. Et donc comment faut-il que nous procédions ?

– Je vais établir un acte de vente et un acte d’émancipation, nous devrons antidater le premier, car en tant que nouveau propriétaire, je suis supposé les détenir un certain temps avant de les émanciper. De plus, si cela venait à se savoir, comme on ne comprendrait pas pourquoi ils ne logent pas chez moi, il nous suffirait de dire que je vous les ai laissés afin de ne pas vous priver de la gouvernante de la Palmeraie.

– Oui bien sûr, mais ils sont supposés quitter la plantation ?

– Une fois libres, ils devront rejoindre La Nouvelle-Orléans, les affranchis ont pour obligation de vivre dans l’enceinte de la ville.

– Ah, il n’y a pas d’autres solutions, je suppose ? Et de quoi va vivre Mama-Louisa ?

– Vous pouvez toujours louer ses services pour la garder à la plantation tant que vous n’avez pas de maison de ville, si elle le désire. Il insista les derniers mots pour faire réaliser à la jeune fille qu’une fois libre Mama-Louisa pourrait faire ce qu’elle voulait. Bien évidemment, ce sera un passe-droit droit, mais cela je pourrai l’arranger. Par contre lorsque ses enfants seront adultes il faudra sûrement trouver un autre arrangement. Il ne fit pas remarquer à la jeune femme qu’elle avait oublié au fil de l’échange l’âge des enfants pour l’émancipation de ceux-ci, mais il connaissait le levier juridique qui lui permettrait de contourner ce point-là.

Antoinette-Marie n’avait pas pensé à tous ses rebondissements, pour elle ce n’était qu’une question de papier. Elle avait du mal à envisager la plantation sans sa gouvernante, elle était consciente de l’efficacité de celle-ci et ne se sentait pas prêt à gérer le train de vie d’une maison. Elle avait promis, elle tiendrait sa promesse. Elle accepta les démarches du notaire en toute confiance.

Avant de la laisser partir, Monsieur Bevenot de Haussois lui demanda si elle avait par hasard des nouvelles de don de Puerto Valdez, car lors des échanges sur son sujet pendant le repas de Pâques, il avait supposé que cela pouvait être le cas. Elle lui raconta l’étrange courrier et son contenu, et aussi incroyable que ce fût, l’histoire narrée lors du dîner lui avait laissé espérer que cela avait un rapport. Il lui avait donné raison et lui assura qu’il en avait vu d’autres et qu’elle pouvait espérer, lui assurant qu’elle serait la première à savoir s’il avait des nouvelles.

Ce n’est qu’en montant dans la voiture qu’elle se demanda comment le notaire pouvait savoir tout ça. Comme cela n’avait guère d’importance, elle n’y pensa plus.

Monsieur Bevenot de Haussois vint deux jours plus tard chez les Maubeuge faire signer les papiers d’achat de la famille par la main gauche du baron de Thouais et lui montra les papiers les émancipant, lui laissant un double pour ceux-ci. Il ne le savait pas, mais ils n’étaient plus esclaves. Elle fut étonnée de la rapidité des choses et se dit que le notaire avait des possibilités inattendues.

(Marie-Gabrielle CAPET)

Joseph Marie Bevenot De Haussois

Personnages

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

épisode suivant

La Palmeraie / De la Garonne au Mississippi 045

épisode précédent

Chapitre 45

Janvier 1792, Une arrivée inopinée

17th-Century-Sailing-Ship.jpg

Martin, essoufflé d’avoir couru depuis le port, fit irruption dans le magasin de la rue de Toulouse en criant. « Mait’e, mait’e, l’Étoile, l’Étoile êt’e dans le po’t ! ». Martin était un esclave d’une force herculéenne, dépassant au moins d’une tête les plus grands, d’une vingtaine d’années, avec un air benêt qui rassurait et trompait beaucoup de monde sauf son maître, Monsieur Ladurant. Celui-ci attrapa sa veste qu’il avait abandonnée sur le comptoir de son magasin quelques instants auparavant et courut en sens inverse suivi de son esclave et de son commis. « – Enfin ! » C’était impensable, un mois de retard sur la date prévue, il avait cru le navire sombré en mer ou sabordé par des corsaires ! Une pluie entrecoupée de quelques embellies avait embourbé le sol malaxé par des centaines de semelles. Négligeant la boue qui le crottait jusqu’au bas de son habit et qui envahissait tout, jusqu’à l’amoncellement des sacs, des ballots, et des boucauts attendant d’être embarqués, il traversa le marché qui s’étalait sur une parcelle entre le fleuve et la ville en vue des matures alignées le long du quai. Au milieu de ce désordre organisé, s’étalait sur des tréteaux et des tables, un marché bigarré de fruits, d’épices et de légumes, qu’il esquivait tant bien que mal dans sa hâte. Ladurant passa devant la grande halle ouverte sur trois côtés, coiffée de tuiles rouges à l’angle de laquelle il aperçut un groupe qui avec force de gestes, s’échangeait les nouvelles à peine arrivées. Dedans bruissait une foule de chalands, entre des amoncellements de ballots et de sacs, des étalages de cuir et de peau, des barriques et des tonnelets. Juchés sur des estrades, des commissaires aboyaient, lançaient et relançaient des enchères, vendant les marchandises à peine sorties du ventre des navires. Des courtiers affairés allaient d’un groupe à l’autre, remplissant leurs carnets de commandes. Contrairement à son habitude de guetter toute opportunité, il les ignora et les dépassa.

Racheté par ses associés, des négociants de Nantes, dont il était le comptoir en Amérique, le vaisseau à trois-ponts nommé l’Étoile, jumeau du célèbre navire « Les États de Bourgogne », était là, devant lui, dans toute sa majesté. Il avait été lancé deux ans plus tôt des chantiers navals de Brest construit d’après les plans du célèbre ingénieur naval Jacques-Noël Sané. Il se mêla à la foule des Orléanais qui profitant de l’embellie, pour flâner les pieds au sec, le long des quais et de la grande levée s’était attroupée sous la poupe de l’Étoile pour d’admirer ses formes parfaites qui pouvaient rivaliser avec les frégates sous le double rapport de la vitesse et de la facilité d’évolution. Les connaisseurs argumentaient les avantages de la silhouette encore simplifiée du navire. Ils constataient le pont presque droit, le château arrière pratiquement disparu et les sculptures réduites au minimum, le tout permettant un tonnage augmenté. Les mâts, bien plus fins et plus hauts qu’autrefois, étaient toutefois plus solides et le gréement supportait mieux les tempêtes. « – La surface de voile a été augmentée. Elle est surtout répartie en un plus grand nombre de voiles, nous pouvons désormais proportionner la surface de la voilure à la force de la brise. » Lui fit remarquer le capitaine Simon, répondant à l’admiration muette du négociant qu’il avait reconnu au milieu des badauds. Celui-ci sursauta, car il ne l’avait pas vu venir à lui. Au plaisir de le voir il lui tomba dans les bras. Bras dessus, bras de dessous, ils montèrent à bord et s’installèrent dans la cabine du capitaine pour échanger les nouvelles tout en buvant du rhum. Le capitaine expliqua qu’il y avait eu une épidémie à bord au large de la Guadeloupe et qu’il avait dû rester en quarantaine ce qui expliquait son retard.

*

La nouvelle avait fait le tour de la ville, la maison Ladurant avait reçu un lot de marchandises comme on n’en avait pas vu depuis longtemps.

*

Lotte overhandigt pistolen aan Werthers bediende, Daniel Nikolaus Chodowiecki, 1777

Madame Ladurant

Devant elle, la boutique croulait sous les étoffes en tous genres, des soies, des basins, des failles, des taffetas de soie à rayures ou unis, des gazes, des soies damassées, des brocards, des soies de Chine, des cotonnades imprimées à Jouy, des indiennes en tous genres, ceci accompagné des patrons et des indications sur la façon de porter. Il y avait aussi pléthore de rubans, de gants, d’éventails, de réticules, de chapeaux, de bonnet, de fichus, de mantilles de dentelles et d’accessoires divers à la dernière mode de Paris pour se coiffer et s’habiller. Madame Ladurant voyait s’étaler devant elle sa fortune qui était déjà fort honnête. Petit bout de femme, qui au premier abord ressemblait à une poupée, était en fait la tête pensante du comptoir. Elle était née, la seule fille sur huit enfants, dans une famille de commerçants de Nantes et savait depuis longtemps compter et tenir les registres. Elle jubilait devant cet étalage qui allait amplifier sa fortune au-delà de ses espérances. Elle avait déjà estimé ce que cela rapporterait. Elle avait passé une bonne partie de la nuit à trier, ranger et préparer toute cette cargaison avec son époux, son commis, ses deux négresses et Martin. Lorsque le jour se leva, elle était déjà dans la boutique le sourire aux lèvres satisfaite de ce qu’elle voyait et était prête à recevoir l’afflux de clientes dont elle ne doutait pas, certaines étant déjà venues à l’annonce. Elle avait tout d’abord été étonnée devant l’arrivée d’autant de marchandises, se demandant cette fois-ci d’où elles venaient. Elle n’était pas regardante quant à la provenance et était habituée à voir arriver dans la nuit des caisses venant de la Forge de Pierre Lafitte. Ce commerce cachait le recèle des pillages du corsaire récemment installé dans la ville et qu’il faisait venir par le lac Pontchartrain avec l’aveuglement tacite des autorités de la ville qui y trouvaient leurs comptes. En fait, le capitaine Simon de l’Étoile n’avait pu décharger à Saint-Domingue et n’avait pas voulu s’attarder sur la mer des Caraïbes que les tumultes politiques polluaient d’une flotte de corsaires en tous genres, de ce fait toute la marchandise du navire avait été débarquée à La Nouvelle-Orléans. Monsieur Ladurant en avait toutefois mis de côté une partie pour la ville de La Mobile. Le volume de la cargaison venait du fait que ses associés s’étaient retrouvés avec tous ses articles sur les bras à un moment où les conditions politiques freinaient l’exportation vers les frontières, aussi ils avaient porté leurs espoirs vers l’autre côté de l’Atlantique à la satisfaction du commerçant et de son épouse.

*

Dans la maison des Maubeuge, tous n’avaient en tête que le mariage de Marie-Adélaïde Maubourg et de Georges Tremblay, décidé pour le début du mois de février. Comme de toute évidence, personne ne put faire changer d’avis à la future mariée. Elle n’avait que faire de la position de l’homme qu’elle aimait et bien que prévu dans la plus stricte intimité, le scandale du duel en avait suffisamment fait la promotion. Il y était prévu néanmoins assez d’invités de marque pour faire attention à sa mise. Toutefois, que ce soit Madame de Maubeuge, chez qui cela se ferait, ou que ce soit Antoinette-Marie, toutes voulaient que ce soit une réussite. L’annonce d’un navire arrivé de France rempli à ras bord de marchandises et notamment des dernières nouveautés de Paris avait fini par amener à son comble l’état de fébrilité dans lequel les trois femmes étaient. Elles décidèrent de se précipiter le plus tôt possible chez Ladurant puisqu’il avait mis la main sur le fret de l’Étoile et qu’elles le savaient en partie dédié aux femmes. C’est Monsieur de Maubeuge qui avait annoncé la nouvelle la veille au soir à l’enchantement des jeunes femmes. Cette nouvelle avait enflammé la curiosité, le désir, chez les Maubeuge comme dans toutes les familles créoles de La Nouvelle-Orléans et de ses alentours.

*

Madame Ladurant aidée de son époux et de ses aides ouvrit la boutique, au coin de la rue de Toulouse et de la rue Bourbon. Devant, dans la galerie, étaient installés des tréteaux couverts de fanfreluches et de colifichets à la portée de tout un chacun et servis par deux quarteronnes libres, engagées à cet effet, avenantes et coiffées de tignons de couleurs amidonnés. Les articles de qualité, et donc onéreux, attendaient les clientes les plus nanties à l’intérieur de la boutique au milieu de laquelle trônait la commerçante vêtue d’un caraco avec sa jupe assortie dans une grosse soie chocolat afin de ne pas éclipser les clientes tout en étant visiblement de qualité. Après avoir vérifié la tenue de ses vendeuses, et remis en place Martin qui lambinait au coin de la rue parlant à un homme qu’elle ne voyait pas, elle rejoignit deux jolies mulâtresses à son service, qui aidaient autant à la vente qu’aux services divers dont avait besoin sa clientèle fortunée. Tel un capitaine de navire face à la tempête, elle était fin prête à affronter marchandage et hésitation des clientes.

*

 La rue de Toulouse était encombrée par les voitures arrêtées devant la boutique Ladurant. Le financier écossais John Law aurait apprécié quatre-vingts ans plus tôt cet étalage de commerce florissant qui lui aurait évité la banqueroute de la compagnie de Louisiane.

Madame de Maubeuge et ses deux amies, en désespoir de cause, avaient abandonné Samson et la voiture au coin de la rue Bourbon. Elles auraient aussi bien pu y aller à pied depuis l’hôtel de Maubeuge, celui-ci étant à deux pâtés de maisons, si ça n’avait été leur rang. Laissant Suzanne, qui les avait accompagnées, à l’extérieur, elles se faufilèrent jusqu’à l’intérieur saluant au passage leurs connaissances. D’un regard Madame de Maubeuge jugea l’ensemble et se dirigea vers des manteaux à capuchon en soie changeante accrochés à un somptueux paravent en laque. De son côté, Marie-Adélaïde s’était approchée des pièces d’étoffe empilées sur un comptoir. Elle interpella l’une des aides afin de tâter et d’apprécier le tomber d’un pékin, de couleur crème, à larges rayures, alternant bandes brillantes avec bandes mates et qui avait attiré son attention. Après avoir demandé son avis à Antoinette-Marie elle se fit mettre de côté deux pièces de la soie qui lui permettrait de se faire faire une robe pour son mariage, puis son attention fut attirée par des chaussures à boucles. Antoinette-Marie, qui étouffait au milieu des clientes surexcitées par tout ce qu’elles découvraient, essayait de se faire un chemin vers des étagères sur lesquelles s’entassaient fichus et mantilles de dentelle, elle cherchait une idée de cadeau de mariage pour son amie. Peu convaincue, elle allait s’éloigner vers une autre étagère lorsque l’une des deux vendeuses s’approcha d’elle avec affabilité et lui signala un choix supplémentaire entreposé faute de place dans une pièce adjacente. Antoinette-Marie remarqua alors la porte qui y amenait, elle accepta de suivre la mulâtresse soulagée de pouvoir respirer, oppressée qu’elle était par cette foule. La mulâtresse s’effaça devant elle tout en la laissant pénétrer dans la pièce attenante. D’un rapide coup d’œil, la vendeuse constata que personne ne les avait remarquées et referma aussitôt la porte derrière Antoinette-Marie. Celle-ci fut décontenancée par le soudain manque de lumière, mais n’eut pas le temps de réagir. Elle fut saisie par l’arrière avec une force inattendue et comme elle allait crier, elle inhala les vapeurs narcotiques qui imbibaient le mouchoir que son assaillant appliquait sur sa bouche, ce fut son dernier souvenir avant de perdre connaissance.

*

Maurice LELOIR (1853-1940)..jpgNathalie de Maubeuge et Marie-Adélaïde ayant fini leurs acquisitions décidèrent de quitter les lieux. Avant de sortir, elles prirent le temps d’échanger des salutations avec toutes les personnes de leur connaissance. Accaparées qu’elles étaient par leurs achats, elles n’avaient pas remarqué l’absence de leur amie. Elles supposèrent que la jeune femme lasse de cette foule et de la chaleur du lieu avait dû sortir prendre l’air, mais comme, elles se renseignaient auprès de Suzanne, celle-ci avisa ne pas l’avoir vue et certifia ne pas avoir quitté la galerie devant la boutique, ce qui surprit les deux amies. Devant l’incertitude, l’inquiétude les gagna. Elles se renseignèrent auprès de Madame Ladurant et de ses aides qui avouèrent leur ignorance et ne se rappelaient plus à quel moment elles l’avaient vu pour la dernière fois. Bien qu’elles doutaient du retour à pied de la jeune femme, elles rentrèrent au cas où. Elles n’avaient pas remis les pieds chez elles, où Antoinette-Marie n’était pas, que le bruit courait déjà sur la disparition de la jeune femme. Monsieur de Maubeuge et Georges Tremblay se rendirent chez les gens qu’elle connaissait et après avoir fait différents aller-retour entre l’hôtel et les différents lieux possibles, ils durent admettre que la jeune femme avait bel et bien disparu. C’était un mystère.

*

Le café « Maspero » prétendait pouvoir rivaliser avec le café « Procope » de la rive gauche de Paris. Son propriétaire n’y avait jamais mis les pieds et il ne pouvait savoir à quel point le lieu était loin de l’élégance du mobilier du café parisien où les philosophes se rencontraient. Le bâtiment neuf avait été érigé par don Juan Paillet dans le style andalou dans la rue de Chartres, entre la rue de Conti et la rue Saint-Louis. Pierre Maspero y avait installé un café à l’ameublement sobre en bois foncé dont le plus bel ornement était un comptoir encastré sous une des arcades voûtées de briques qui soutenait la pièce aussi large que l’immeuble qui l’abritait. S’y croisaient aussi bien des commerçants, et des planteurs réunis pour effectuer des transactions commerciales, des soldats qui venaient se détendre, et s’y devinaient aux spectateurs attentifs des réunions secrètes de boucaniers embourgeoisés négociant les produits de leurs larcins, évitant par là les taxes et les contrôles de la Balise.

Juan Felipe de Puerto Valdez comme chaque fois qu’il était à La Nouvelle-Orléans y retrouvait son ami le capitan da Silva. Ils y dînaient avant de se rendre dans quelques maisons accueillantes du quartier Marigny où le plus souvent ils jouaient aux cartes avant de profiter du charme langoureux des hôtesses. Récemment acquis, des lustres et des appliques murales éclairaient, plus ou moins abondamment la salle, suivant ou l’on se trouvait. Des alcôves avaient été aménagées pour les clients tenant à plus d’intimité bien que les dames de quelques natures n’y rentrassent point, c’est dans l’une de celles-ci qu’il aperçut son ami en compagnie. Il se fraya un chemin au milieu des volutes de fumée des cigares, des rires et des conversations passionnées de la clientèle, le café étant bondé à cette heure du soir. Il donnait le bonjour, échangeait trois mots tout en se dirigeant vers son ami. Il entendit avant de le voir Louis Adam de Crécy, la mise négligée, visiblement aviné au milieu de jeunes créoles oisifs de ses amis.

« – Tiens ! Voilà l’hidalgo de la petite veuve française. Et sait-il, l’hidalgo, qu’elle s’est enfuie, la petite veuve avec on ne sait qui ? Sa vertu tant vantée avait peu de valeur, semble-t-il ! » Juan-Felipe s’arrêta net sous l’invective, le silence se fit autour d’eux. Sentant l’altercation venir, don da Silva se rapprocha suivi en cela par ses compagnons de table. Les créoles espagnols faisant face aux créoles français. « – Monsieur, je vous saurai gré de respecter l’honneur des dames, même de celle qui vous résiste !

– Une dame ! Vous voulez rire, elle s’est enfuie avec le premier venu ! Il y a bien que vous pour ne pas le savoir et croire encore en sa vertu ! Il n’avait pas fini que Juan-Felipe, bien que ne comprenant rien à sa raillerie, perdant tout contrôle sous l’offense portée, le souffletait, déclenchant le courroux à peine retenu du français. La suffisance affichée de celui-ci se transforma en orgueil outragé. La colère remplaça la raillerie, les yeux brillants, injectés de sang, il se redressa prêt à en venir aux mains, mais le propriétaire des lieux, ventripotent et plutôt de nature avenante, attiré par la bataille rangée qui s’organisait intervint. « – Messieurs ! Pas de ça, chez moi ! Ou je fais appeler la garde.

Duel.jpg– Vous avez raison, Maspero ! Sortons ! Allons régler cela comme il se doit, Monsieur de Crécy. Les deux hommes, suivis de leurs amis, qui leur serviraient de témoins à un échange à l’épée ou au pistolet, car il ne pouvait en être autrement, quittèrent l’établissement et se rendirent sur la digue à l’abri des regards de la garde, qui n’était jamais loin. Sous le ciel étoilé éclairé par une lune au quart ronde, au bord du fleuve et des premiers marais longeant la ville, les deux hommes se faisaient face, fulminant de rage. Juan-Felipe attendait que Louis Adam de Crécy fasse le choix des armes et en fasse part à ses témoins. Il s’agaçait du temps que cela prenait, car il voulait connaître la fin de l’histoire qu’avait sous-entendue son adversaire provoquant ainsi l’algarade. De Crécy avait choisi le pistolet, les combattants attendirent que l’un des témoins de l’offensé aille chercher les armes qu’ils n’avaient évidemment pas sur eux. Contre toute attente, de Crécy continuait à boire à même une bouteille, inquiétant un peu plus ses amis, car il le voyait perdre de plus en plus ses moyens, Juan-Felipe de son côté prenait son mal en patience fumant un cigarillo tout en arpentant le lieu. Le témoin revint avec un coffret détenant des pistolets de duels. C’était la nouvelle mode. Les deux hommes tirèrent au sort leurs armes après vérification et armement de celles-ci par les témoins. Les duellistes se positionnèrent dos à dos selon les directives de l’arbitre désigné par les témoins. Juan-Felipe ne ressentait point de peur, tellement sa préoccupation était le sujet duel, et non sa conclusion. L’arbitre donna le départ et les duellistes firent chacun lentement vingt pas en avant. La distance, pour séparer les combattants, obtenue, ils se placèrent silhouette effacée. De Crécy chancelait sous les effets de l’alcool, tous se demandaient s’il n’allait pas s’écrouler avant que les coups ne partent. Le bras tendu les deux hommes attendirent le mot « Feu ». L’un tremblant, l’autre agacé par la situation qui s’éternisait. Le mot retentit, un coup partit, celui de Juan Felipe touchant son adversaire à l’épaule. De Crécy s’écroula, mais aidé de ses témoins, il se releva et malgré sa blessure qui l’handicapait, il ne voulut pas en démordre, il tirerait son coup. Juan-Felipe sans bouger attendit que son adversaire se décide. Le temps s’arrêta et contre toute attente le tireur s’écroula définitivement sous les affres de sa blessure conjuguée avec ceux de l’alcool, clôturant ainsi le duel.

*

Elle poussa la porte et découvrit dans le vestibule une femme dont elle ne devinait que la silhouette. Le silence était absolu, elle n’entendait que le parquet craquer sous son propre poids, l’atmosphère était étrange. Elle suivit la frêle silhouette de la femme dans l’escalier monumental de la plantation avec pour seule lumière les bougeoirs que chacune d’elles portait. Elle n’arrivait pas à la reconnaître, elle était blanche et, pourtant elle ne lui était pas inconnue. Sans se retourner, celle-ci lui faisait signe de la suivre, elle ne voyait que sa nuque dégagée par son chignon et le nœud du ruban qui maintenait ses perles. Elle traversa l’enfilade des pièces de l’étage à sa suite. Elles parcoururent les salons, richement meublés, aux murs ornés de tableaux dont il lui semblait reconnaître les portraits, mais elle n’arrivait pas à mettre un nom dessus. Passant devant les portes-fenêtres, elle essaya de voir dehors, mais la nuit était trop sombre et elle ne devina que l’éclat de l’eau au loin et son propre reflet, elle n’aurait su dire où elle était ni comment elle était arrivée là. Elle savait qu’elle devait suivre la femme qui s’éloignait devant elle, elle pressa le pas la rejoignant alors qu’elle tournait dans un couloir. Elle la rattrapa devant une porte. La femme l’ouvrit et lui montra du doigt la silhouette d’un grand lit à baldaquin dans lequel elle devina un corps à travers la moustiquaire. Intriguée, elle passa devant elle sans songer à la regarder et s’approcha du lit. Elle avança son lumignon et dans la lumière tremblante, elle découvrit, stupéfaite, le corps inanimé d’Antoinette-Marie allongée. Effarée, elle lâcha sa lumière qui s’éteignit et elle entendit. « – Dites-leur ! ».

marguerite Darcantel (2)

marguerite Darcantel

Marguerite se réveilla brusquement en sueur. Elle s’assit sur son lit le temps de comprendre que c’était un avertissement. Elle ne réfléchit pas plus, elle se leva et enfila jupe et jupons sur sa chemise et se couvrit d’un châle. Elle sortit précipitamment de chez elle. Mais qui allait-elle prévenir ? Le plus simple ? Madame de Maubeuge. Même à cette heure de la nuit, elle pourrait réveiller Abigaïl, elle passerait par les écuries. Elle devait traverser la ville tout en évitant la garde, car comme tout nègre même libre, elle n’avait pas le droit de déambuler dehors à cette heure. La ville n’était de toute façon éclairée que par les rares maisons qui n’avaient pas encore éteint leurs lumières et la lune était le plus souvent cachée par les nuages qui couraient dans le ciel, le temps changeait. Elle longeait les murs dans la pénombre des galeries, espérant ne pas faire de mauvaise rencontre. Elle sortit du quartier Marigny, et longea les décombres du rempart qui entouraient encore le carré jusqu’à la rue Dauphine. Tout était silencieux loin du fleuve, les rues étaient calmes, endormies, elle se rassura et se détendit. Les sens en alerte, guettant les sons, tout en trottant sur le trottoir, serrant son châle plus pour se rassurer que se protéger de la température, elle commença à se demander ce qu’elle allait pouvoir dire une fois arrivé. Elle se doutait bien qui lui faudrait combattre le scepticisme de tous et elle n’arrivait pas à se souvenir de détails qui pourraient aider. Approchant de l’hôtel des Maubeuge, elle allait traverser la rue Saint-Louis quand un cavalier déboucha à vive allure de celle-ci. Elle se recula dans l’ombre le cœur battant la chamade. L’homme s’arrêta devant la maison, les nuages dégagèrent momentanément la lune qui illumina la scène. C’était Juan-Felipe ! Le reconnaissant, elle se précipita le hélant doucement. Surpris, celui-ci se retourna découvrant la quarteronne. « – Que fais-tu là Marguerite ?

– La même chose que toi, je viens pour Madame de Thouais. Je viens prévenir Madame de Maubeuge. Je l’ai vue ! Enfin en rêve, j’ai eu une prémonition, je peux aider !

– Alors, suis-moi. Il monta le perron quatre à quatre, suivi de la voyante. Il frappa à la porte réveillant Samson qui ne couchait pas loin. Celui-ci, les yeux bouffis de sommeil, ouvrit étonné de découvrir l’étrange couple. « – Réveille tes maîtres, vite c’est urgent ! » Malgré l’heure avancée, Samson n’eut pas besoin de le faire, car la maison était sur le qui-vive. La première à arriver fut Esther, mais elle savait déjà que ce n’était pas sa maîtresse, Béarn et Navarre qui l’attendaient n’avaient que grogné doucement, aussi c’était la curiosité, les nouvelles espérées qui la firent courir. Suzanne tira d’un mauvais sommeil Marie-Adélaïde qui après avoir enfilé un déshabillé suivit Nathalie de Maubeuge qui s’était déjà précipitée dans l’escalier. « – Juan-Felipe ? Marguerite ? Mais que faites-vous là ?

– Moi je viens juste d’apprendre la disparition de Madame de Thouais, mais Marguerite a peut-être des nouvelles qui pourraient aider ! Juan-Felipe de nature cartésienne était sceptique, mais pour Antoinette-Marie il était prêt à croire. Nathalie de Maubeuge se retourna vers la voyante impatiente.

– Marguerite ? Vous savez quelque chose ?

– J’ai fait un rêve, une femme m’a prévenue, je sais que j’ai une information, mais je ne sais pas laquelle.

– Bon et bien ne restons pas là ! Installons-nous au salon ! s’exclama le marquis, arrivé sur ces entrefaites, découvrant le groupe qui s’agitait. Voir Marguerite Darcantel dans son vestibule au milieu de la nuit le surprit à peine. Il savait les liens entretenus par sa femme et à situation exceptionnelle, faits exceptionnels, pensa-t-il fataliste. « – Josépha, du café pour tous ! » Intriguée par ce remue-ménage, la maisonnée entière s’était réveillée. Le groupe s’installa. Marguerite n’osa s’asseoir au milieu de tous ses blancs. Elle perdait de son arrogance. D’un geste de la tête appuyé de la main, Nathalie de Maubeuge lui indiqua un fauteuil face à elle. « – Alors ? De quoi as-tu rêvé ? » L’attention de tous était braquée sur la Sibylle. « – En fait, j’ai rêvé que Madame de Thouais était dans une plantation, mais je ne la connais pas, la femme qui m’y a guidée m’a dit de vous prévenir. » Elle n’osa leur dire que dans son rêve, elle semblait plus morte que vive. Tous furent déçus, ils avaient espéré des informations plus précises. Marguerite sentit la déception générale, mais madame de Maubeuge refusa l’idée de la défaite. « – Évidemment, cela aurait été trop facile ! Mais si cette femme vous a dit de nous en faire part, c’est que l’un de nous connaît cette plantation, alors Marguerite, vous allez essayer de nous décrire votre rêve en essayant d’être la plus précise sur ce que vous avez vu. Peut-être que l’un d’entre nous reconnaîtra quelque chose.

– Bien je vais faire de mon mieux. Quand mon rêve a commencé, je me trouvais devant la porte, une immense porte à double battant. Blanche, je crois.

– Vous étiez au bord du fleuve ?

– Je ne saurais vous dire, je tournais le dos à l’extérieur, mais c’était au bord de l’eau, de cela, je suis sûre. Je suis rentrée, c’était très sombre, le vestibule était éclairé par le bougeoir que tenait la femme, aussi je voyais peu de choses du décor comme d’elle-même. Elle était blanche, blonde, mais d’un blond foncé, grande et svelte, mais c’est tout ce que je peux en dire. En fait, réflexion faite, elle ressemblait à Madame de Thouais. Le groupe frémit mal à l’aise, le rapport avec l’au-delà les impressionnait. La marquise passa outre à cette désagréable impression et l’interrompit. « – Le sol, en quoi était le sol ?

– Du plancher, je crois ?

Nathalie de Maubeuge fut désappointée, car certains planteurs commençaient à faire venir du marbre pour leur pièce d’apparat, aussi cela aurait pu donner un indice. Personne ne réagissait. Tout le monde réfléchissait, espérait un indice, mais rien. Elle reprit. « – La femme a commencé par monter un escalier, immense, très large, un côté accolé au mur et l’autre avec une rampe en fer forgé.

– Très travaillée, la rampe ? Intervint le marquis féru de ses ouvrages d’art au point d’avoir fait former plusieurs de ses esclaves pour profiter de leurs réalisations et de louer leur savoir-faire.

– Je ne crois pas.

– Et les murs ? Rien sur les murs ?

– Pour ce que je voyais. Non, rien. Ils étaient blancs, juste une boiserie à hauteur de taille. Arrivées sur le palier, elle m’a fait tourner à droite et nous sommes entrées dans une série de pièces en enfilade que nous avons parcourues. J’ai eu l’impression que nous étions sur le devant de la demeure.

– Les meubles, comment étaient les meubles. Rien de particulier ?

– Ils étaient aussi beaux que les vôtres, des canapés, des fauteuils, des tables avec des pieds chantournés. Je me suis approchée d’une fenêtre pour voir dehors, mais je n’ai vu que le reflet de l’eau.

– Les rideaux, comment étaient les rideaux ? Quelle couleur ? s’exclama la marquise.

– C’étaient des scènes de bergères en rouge sur fond crème, je crois.

– C’est de la toile de Jouy, qui a des rideaux en toile de Jouy ? Je dois les connaître. Des rideaux qui ne vont pas avec le mobilier, il faut que je me souvienne. Les salons au premier…

– C’est Gentilly, Madame ! Coupa Abigaël. C’est à Gentilly que vous m’avez fait la remarque.

– Mais oui ! C’est chez de Saint-Maxent !

– Oui, oui, les tableaux sur les murs, les portraits, c’était Monsieur de Saint-Maxent jeune, sa femme, ses fils, je savais que cela me disait quelque chose ! s’exclama Marguerite.

Le groupe resta stupéfait de sa découverte. Ils devaient agir.

*

Louis Roland TRINQUESSE (Paris vers 1746-1800)

Antoinette-Marie Cambes-Sadirac

Il fallait qu’elle se réveille, elle n’arrivait pas à sortir de cet état brumeux qui lui donnait mal à la tête. Elle avait la tête lourde. Son état comateux lui donnait la nausée. Elle faisait des rêves incompréhensibles à l’entendement et qui la mettait mal à l’aise. Elle voulait ouvrir les yeux, mais n’y arrivait pas, de temps en temps alors qu’elle semblait sortir de sa torpeur quelqu’un lui faisait boire une potion amère. Elle devait être malade, elle n’arrivait pas à réfléchir ni à se concentrer. Elle avait froid, puis souffrait de bouffées de chaleur. Mais qu’avait-elle donc qui la met dans cet état ?

La lumière pénétra abondamment dans la pièce, la réveillant tout à fait. Elle mit un instant à se rappeler qu’elle était en Louisiane et non au bord de la Garonne de son enfance. Une négresse d’âge mûr tout en rondeurs venait d’ouvrir les rideaux, elle était accompagnée d’une fillette blanche maigrichonne qui portait un plateau. « – Doucement mon petit, pas fai’e de gestes b’usques, vous « isquer ve’tiges. » Elle aurait été bien incapable d’en faire, sa tête allait exploser, elle avait même du mal à la soulever. Elle se redressa comme elle put sur les coussins que la femme lui glissait derrière le dos. « – Mais où suis-je ? » Elle n’était pas dans sa chambre, ni dans aucune qu’elle connaissait. Celle-ci était plus spacieuse, joliment meublée à dominante bleue. « – Mais à Gentilly Ma’ame ! ». Cela ne lui disait toujours pas où elle était. Elle se serait bien levée, mais la fatigue qu’elle ressentait était telle que le moindre effort la terrassait. La fillette lui tendit une tasse avec du café, mais elle ne put la prendre tellement son corps semblait être lourd comme du plomb. Mais qu’avait-elle donc ? La matrone l’aida à avaler une bouillie puis à boire ce qui en fait était une potion. Elle voulait lui demander quel était son mal, mais ses yeux se fermèrent et elle se rendormit profondément.

Lorsqu’elle les rouvrit, le soir était tombé, elle trouva la fillette assise à ses côtés qui l’examinait. Elle lui sourit et allait lui parler, mais celle-ci ayant constaté son réveil sortit brusquement de la pièce. Ce n’était pas grave, elle n’avait plus mal à la tête, c’était le plus important et elle semblait être sortie des brumes, elle se sentait extrêmement lasse, mais elle allait mieux. Elle commença à remettre de l’ordre dans ses idées. Elle se rappela la négresse et ce qu’elle lui avait dit. Seulement « Gentilly » cela ne lui disait rien. De plus, elle ne comprenait pas comment elle était arrivée là. Elle n’avait guère plus de souvenance du reste. Elle s’assit sur le bord du lit en chemise, elle regarda autour d’elle, outre le lit, il y avait dans un angle près de la porte-fenêtre une table avec deux chaises canées et à l’opposé il y avait une table de toilette avec cuvette et pot d’eau en porcelaine bleue et blanche. Elle alla y tremper un linge et se le passa sur le visage pour se rafraîchir. De la porte-fenêtre, elle vit au-delà de la véranda où donnait la chambre, une vaste étendue d’eau qui semblait plus large que le fleuve, car elle n’en apercevait pas l’autre rive. Elle se demandait où elle était, dans une plantation de toute évidence, car si l’allée sur laquelle cette façade de la demeure donnait descendait jusqu’à l’eau et la route la longeant, elle voyait sur ses côtés des étendues de champs jouxtant l’étendue incertaine des marais. Elle essaya d’ouvrir la porte-fenêtre, mais celle-ci lui résistait, cela l’inquiéta, elle sentit un danger. « – Ne vous fatiguez pas, Madame. Elle est clôturée ! » Antoinette-Marie se retourna surprise d’entendre une voix d’homme. « – Maximilien François de Saint-Maxent, mais que faites-vous là !

– Vous êtes mon invitée Madame !

– Mais comment suis-je arrivée chez vous ?

– Disons que je vous ai convié

– Comment ça ? Vous m’avez convié ? Et pourquoi ? Malgré la fatigue, elle se tenait debout face à lui. Elle se concentrait, il fallait qu’elle se souvienne, elle commençait à sentir la panique monter en elle. Elle ne comprenait pas, cela l’inquiétait. « – Mais Madame, c’est pour notre mariage ! » Elle sourcilla, contrariée. « Encore ! Mais vous êtes obtus ! Quand allez-vous comprendre que je ne vous épouserai jamais !

– C’est à voir ! De toute façon, vous ne sortirez pas de cette chambre tant que cela ne sera pas fait !

– Comment ?

Le jeune homme lui tourna le dos et sortit. Elle entendit la clef tourner dans la serrure. Machinalement, elle se précipita sur la porte qu’elle secoua tout en criant de la laisser sortir. Pivotant sur elle-même, elle se précipita à la porte-fenêtre où elle essaya vainement de faire de même. Elle se raisonna, se calma, s’assit sur le coffre au pied du lit et essaya de réfléchir. Son regard passa de la porte-fenêtre à l’armoire de bois sombre qui couvrait le mur à côté d’elle et suivit machinalement ses moulures. Elle finit par se lever et l’ouvrit. Elle y découvrit l’élégante garde-robe d’une femme, elle commença à paniquer, elle avait certainement été constituée pour elle. Atterrée, elle se rassit sur le coffre. Maintenant, elle se souvenait, ses derniers souvenirs se situaient chez Ladurant, c’est là qu’il s’était passé quelque chose. Elle se voyait rentrer dans la pièce ouverte par la vendeuse et puis l’obscurité, l’horrible odeur et la perte de connaissance. Depuis quand était-elle là ? Son geôlier devait bien se douter que l’on s’était mis à sa recherche, ses amis devaient s’inquiéter. Que pouvait-elle faire ? Elle se sentait extrêmement lasse, ses jambes la portaient à peine.

*

(George Romney - Portrait of a Gentleman said to be Earl Grey

Maximilien François de Saint-Maxent

Irrité Maximilien François descendit au salon où l’attendait son souper. Tout cela lui avait coupé l’appétit. Il n’avait pas pensé que cela serait tant compliqué. Seul face à son assiette, il trifouilla le gombo que lui avait servi l’esclave. Il réfléchissait à la situation dans laquelle il s’était mis, mais ne voyait désormais plus d’autres issues hormis le mariage. Il tenait à son hypothétique indépendance, comme Antoinette-Marie, il n’avait pas envie de cet hymen et si ce n’était les difficultés financières de son père et donc par rebond les siennes, il se serait bien passé de tout ceci. De toute façon à ce stade, il ne pouvait reculer.

Il était le deuxième de trois garçons et le quatrième sur neuf enfants. À peine né, il avait été mis dans les bras de sa nourrice comme tout enfant de famille créole. La sienne c’était Ma-Yémina. Élevée sur la plantation de Gentilly de la paroisse de Saint Jean-Baptiste au bord du lac Pontchartrain, entouré d’une multitude de serviteurs, son enfance avait été heureuse et insouciante au milieu de ses frères et sœurs ainsi que des enfants des esclaves dont certains étaient aussi ses frères et sœurs, au point que même la couleur de peau dans certains cas ne les différenciait pas. Il avait grandi, entre les jeux d’enfants et la chasse dans les bayous avec son frère aîné. La venue d’un précepteur pour lui donner une instruction l’avait à peine perturbé, au point qu’il savait tout juste lire et écrire comme beaucoup de ses amis.

Il ne voyait son père que de façon sporadique et le plus souvent pendant la saison la plus chaude, période pendant laquelle sa liberté et celle de sa fratrie étaient restreintes du moins dans la maison. Son père s’y comportait en patriarche passant du débonnaire au tyrannique. Il ne fallait pas importuner ses parents et leurs invités. La notoriété de Monsieur  de Saint-Maxent faisait affluer de toute la région ses amis ou ses obligés. Gentilly était pleine de Pâques à la Toussaint et si l’on n’était pas sûr de trouver le maître des lieux, son épouse, Elizabeth La Roche y séjournait recevant avec toute l’amabilité voulue tous ceux qui se présentaient à la vaste demeure qui dominait depuis la crête du même nom le lac et les bayous alentour. Et les visiteurs s’y pressaient avec enfants et personnels, car dans cette société, comme dans toutes, tous préparaient mariage et alliance de leur progéniture dès le plus jeune âge. À la grande joie de cette turbulente troupe qui courrait sur toute la plantation, la jeune génération se croisait dès que ces individus savaient marcher, les occasions se multipliaient des plus officielles aux plus ludiques et ceci le plus souvent possible surtout à l’aube de la maturité.

Il avait découvert La Nouvelle-Orléans à l’âge de onze ans, pour le mariage de sa sœur aînée avec le gouverneur espagnol du moment don d’Unzaga y Amezaga. Il comprit ce jour-là, au vu de l’attention que l’on lui portait, que sa famille n’était pas comme les autres. Il avait été ébloui. Quand il fut ramené contre sa volonté à la plantation, il soutenait à tous qu’il était quelqu’un d’important et que, dorénavant on ne pourrait lui donner d’ordre au grand désarroi de son précepteur qui n’en tira plus rien. Cela faisait sourire Ma-Yémina qui savait que l’affection qu’elle portait à son petit-maître obtenait tout de lui.

Il vouait une admiration sans bornes à son frère aîné. Il le suivait partout, le singeait en tout au grand agacement de celui-ci. Lorsqu’arrivèrent les dix-huit ans de l’aîné, son père lui fit quitter le domaine pour venir l’aider dans ses affaires, laissant Maximilien François, de trois ans son puîné, bouillant de colère, à la plantation avec ses plus jeunes sœurs et son frère Celestino, un bambin à ce moment-là. Il désirait plus que tout aller à la ville. Suite au mariage de sa seconde sœur, Marie Félicité, avec Jean-Baptiste Honoré Estrehan, devenue depuis comtesse Galvez en secondes noces, son père l’autorisa à vivre au sein de la maison de ville de la rue Conti, mais ne lui trouva aucune utilité laissant le jeune homme désemparé et oisif. Aussi rejoignit-il son frère au sein de l’armée espagnole ce qui arrangea tout le monde. Lorsqu’il n’était pas en poste, il se laissait entraîner par la jeunesse créole dans les maisons du quartier Marigny qui se développait alors, et comme tous, il passait son temps à jouer, à danser et à jouir des mulâtresses. Elizabeth La Roche, sa mère bronchait bien un peu, mais c’était un garçon, il fallait bien qu’il jette sa gourme, quant à son père, seul l’intéressait ses propres affaires. Le jeune homme qu’il était devenu, devant tant d’indifférence générale, blessé et sans reconnaissance malgré quelques exploits dans les Florides, se contenta de vivre au jour le jour. Il se fit remarquer par ses pertes aux jeux, les sommes d’argent qu’il dépensait pour entretenir des tisanières, le tout créant des dettes qu’il réglait souvent à coups de duel comme ses affaires d’honneur. Il réussit à attirer l’attention de son père, mais devant tant de démesure qu’il ne concevait pas, celui-ci s’énerva. Il le menaça de lui couper les vivres, mais pris dans ses propres difficultés, il se désintéressa aussitôt du problème. Malgré les mises en garde de son entourage, Maximilien François dans son inconscience continua à dépenser plus que de mesure. Cela s’accentua lorsqu’il rencontra Marie Babin, une métisse de Saint-Domingue à la peau teintée de caramel, aux courbes sensuelles et aux yeux couleurs d’eau, qu’il installa, pour en garder l’exclusivité, dans une maison discrète au bout de la rue Bourbon à la l’orée du quartier Marigny. Il avait jeté son dévolu, pour protéger ce bonheur, sur une haute maison de brique rouge précédée par une galerie profonde de dix pieds similaire à ses voisines. Trois cheminées la chauffaient en hiver, une cuisine extérieure hébergeait fourneaux et ustensiles, dans un jardin planté de magnolias, de ficus, de bougainvillées. À crédit, il la couvrit de toilettes, de bijoux, de meubles de peur qu’elle n’aille chercher mieux, ce que la belle trop heureuse se serait gardée de faire. Elle lui donna en échange deux garçons et une fille, ce qui l’attacha définitivement à la tisanière devenue sa placée. Mais cette famille avait des besoins bien terrestres et il n’avait que sa pension annuelle pour y subvenir et à la moitié de l’année, il n’en restait plus rien. Tout naturellement, il voulut se retourner vers son père pour en réclamer une avance. Son frère aîné l’arrêta tout net dans son élan, la fortune familiale périclitait sous les calomnies, les intrigues espagnoles et malgré l’aide de leur seconde sœur qui depuis l’Espagne manœuvrait, les temps devenaient difficiles.

Désemparé, cherchant une solution, il la trouva inopinément auprès de sa mère, du moins le crut-il. Lors d’un dîner familial, celle-ci s’inquiéta du manque d’intérêt que son frère et lui-même portaient au mariage et qui pourtant, bien réfléchi, aiderait sûrement leur père. L’aîné était le veuf de Maria de Livaudais, celle-ci après plusieurs fausses couches avait fini par mourir de la dernière, mais Madame de Laroche estimait que ce n’était pas une raison pour ne pas réitérer. Elle se méfiait des palliatifs qu’offraient de plus en plus le faubourg Marigny et des doubles vies dont s’affublaient les riches créoles ne dupant pas leurs épouses légitimes. Elle n’était pas sans connaître celles de ses fils même si celle de l’aîné était plus discrète et ne tenait pas à ce qu’ils oublient de fonder une famille légitime.

Elle s’en prit donc tout d’abord à l’aîné lui suggérant plusieurs héritières et pour appuyer ses dires, elle prit pour exemple Charles-Henri de Thouais qui avait été jusqu’à chercher sa jeune épouse en France, et qui avait par cette alliance doublée sa plantation tout au moins. Il n’avait pu en profiter puisqu’il l’avait laissée veuve, ce qui en faisait un bon parti, déclara-t-elle se retournant vers son benjamin. Il n’avait jamais beaucoup aimé ce nobliau de Nouvelle-France, malgré ça, il trouva l’idée de sa mère intéressante. Imaginer épouser la jeune veuve sans l’avoir vu ne le gênait nullement. Ce qui l’intéressait c’était sa dot et non elle. Comme tout le monde en parlait et supputait sur son montant, il se mit à imaginer qu’elle était conséquente. Quand il apprit que plusieurs prétendants faisaient le pied de grue, il trouva son statut bien plus avantageux et se gaussa d’eux, d’autant que toute la colonie suivait de près l’évolution matrimoniale de la jeune fille. Après tout, il était un bon parti et elle avait tout intérêt à s’allier à une famille comme la sienne, il ne lui vint donc pas à l’idée qu’elle puisse le refuser. Mais quand il sentit une réticence de sa part, l’idée devint contraignante, il voulut donc la mettre de côté, l’oublier, mais son père décida qu’elle était excellente. À la suite du scandale du bal devant toute la société louisianaise, elle devint incontournable sous peine d’être déshérité. Il chercha une idée pour l’approcher, mais il supposait à juste titre que même s’il y parvenait cela ne changerait pas beaucoup sa réponse. Il décida qu’une situation un peu plus romanesque aiderait la jeune fille à accepter sa demande, et qu’y avait-il de plus romantique pour une jeune fille que de se faire enlever par son prétendant. Il organisa donc le rapt. Comme il cherchait une occasion pour l’isoler de ses amis, il apprit chez sa maîtresse par une vague cousine de celle-ci, vendeuse chez Ladurant, la fameuse vente de son maître. Il la soudoya ainsi que Martin l’esclave du marchand, ne doutant pas un instant de la venue d’Antoinette-Marie.

*

Cambes-Sadirac Antoinette-Marie (Sir Edward Coley Burne-Jones

Antoinette-Marie Cambes-Sadirac

Elle se réveilla avec le soleil, surprise d’avoir si bien dormi malgré sa situation. Elle ne ressentait qu’une légère faiblesse, mais dans l’ensemble elle se portait mieux. Elle se leva et alla jusqu’à la porte-fenêtre, elle laissa courir son regard sur le paysage. Les esclaves se dirigeaient vers les champs encadrés par des vigiles blancs. Son esprit vagabondait d’une solution à une autre pour sortir de cette situation quand la porte s’ouvrit. La négresse tout sourire entra chargée d’un plateau, la petite fille toujours dans ses jupes. « – Ah vous levée, êt’e mieux. Vous mangez !

– Comment vous appelez-vous ?

– Ma-Yémina, ma’ame

– Alors Ma-Yémina, tu dois pouvoir me dire depuis quand je suis là ?

– ça fait, t’ois jou » ma’ame

– Trois jours déjà !

La négresse lui tendit une tasse d’un liquide fumant qu’Antoinette-Marie repoussa, car elle avait compris qu’elle avait été droguée jusque-là. « – Oh êt’e du café, ma’ame, êt’e plus médicament vous êt’e gué’ie ! » Méfiante toutefois, elle huma l’odeur qui se dégageait de la tasse, rassurée elle l’avala. Cela lui fit du bien, tranquillisée elle mangea tout le plateau sous le regard de carpe de la fillette. Ma-Yémina tout en mettant de l’ordre dans la pièce, se demandait ce qu’avait bien pu faire son petit garçon. Elle se doutait que quelque chose clochait depuis l’arrivée de la jeune fille, son petit tournait en rond dans la demeure désertée en cette saison. Elle avait été surprise de voir arriver à la nuit la voiture de son maître et encore plus d’en voir sortir en sa compagnie un hercule avec dans les bras le corps inanimé de la jeune femme, avec pour toute explication un supposé malaise. Il lui avait demandé de lui faire boire une potion pour la soigner. Rageur, il avait rajouté qu’en aucun cas un autre esclave ne devait s’occuper d’elle, mais bien qu’obéissant elle était restée sceptique. Elle se demandait dans quel bourbier il avait pu s’enliser, mais elle ne pouvait rien y faire.

Elle ouvrit l’armoire et après en avoir sorti chemises, jupons, brassière, elle proposa à la jeune fille plusieurs robes.

*

Au même moment, le marquis de Maubeuge forçait l’entrée de la rue Conti et demandait à en voir le maître. Comme le vieux majordome arguait l’heure matinale pour faire barrage, le marquis insista. « – Préviens Monsieur de Saint-Maxent, que Monsieur de Maubeuge veut le voir sur l’instant au sujet de la baronne de Thouais ! » Il avait décidé d’abuser Monsieur de Saint-Maxent en lui faisant croire qu’il savait, en espérant qu’il y était pour quelque chose. Après mûre réflexion, cela lui paraissait évident, il ne savait pas comment il s’y était pris, il avait dû soudoyer Ladurant.

Contrairement à la prétendue excuse donnée par son majordome, Monsieur de Saint-Maxent était déjà, comme tous les matins à cette heure-là, à sa toilette. Son valet lui faisait la barbe lorsque, affolé, son majordome lui annonça la visite du marquis et son but. Plus contrarié que surpris, il lui ordonna de le faire patienter dans le petit salon avec du café. Quand il avait appris la disparition de la petite veuve française, il avait fait chercher son fils. Comme celui-ci était introuvable dans la ville, il en avait déduit qu’il y était pour quelque chose. Il s’en était réjoui bien qu’il trouvât le procédé exagéré, car il ne doutait pas du consentement de la jeune baronne. C’était par ailleurs cette certitude qui le perturbait dans la visite du Marquis. Il ne voyait pas pourquoi cet associé dans plus d’une affaire venait dès l’aube lui parler de cette aventure galante. Fin prêt, il descendit rejoindre son visiteur.

« – Bonjour, mon ami, que me vaut votre visite de si bon matin ?

– Vous n’en auriez pas une petite idée, mon cher ?

– Pour être franc, je ne pense pas ! Le marquis quoiqu’un peu déconcerté ne se laissa pas désarçonner. « – Vous n’auriez pas une petite idée de qui accueille contre son gré l’amie de mon épouse, Madame de Thouais ? » Ce fut au tour de Monsieur de Saint-Maxent d’être troublé. Cette histoire tournait étrangement, la jeune fille aurait elle suivi son fils contre son gré. Il avait mis à son fils une telle pression avec son ultimatum, la peur d’être déshérité lui aurait-il fait faire une bêtise si infâme. Méfiant, il préféra jouer les naïfs ne tenant pas à se froisser avec le marquis. « – Je ne vois vraiment pas ce que vous insinuez, oseriez-vous prétendre que je la détiens dans ma maison ?

– Dans votre maison non ! Mais votre fils, Maximilien François… à Gentilly ? Monsieur de Saint-Maxent sentit un pincement à la poitrine, ce n’était pas la première fois, mais cette fois-ci cela fut accompagné par une sueur froide. Il comprima le dossier du fauteuil qu’il avait à son côté pour garder contenance. « – Monsieur que me chantez-vous là ! Mon fils est souvent inconséquent, mais de là à enlever une jeune femme de la bonne société et de surcroît une de vos amies, c’est impossible, vous vous égarez. » Il ne croyait pas ce qu’il disait, il ne doutait pas que son fils ait pu pousser la bêtise jusque-là. Il cherchait un argument, quand les portes du salon s’ouvrirent toutes grandes laissant passer, Elizabeth de la Roche suivit de sa dernière fille Marie-Héloïse Mercedes, déjà veuve à 20 ans de Louis Baron de Fériet et retournée vivre au sein de la maison familiale. Sa femme fulminait, et il en était d’autant plus convaincu qu’elle se présentait en négligé comme sa fille qu’elle avait traînée dans une mise approximative. Les deux hommes décontenancés par cette entrée regardaient les deux femmes avec interrogation, se demandant bien à quoi était due cette entrée fracassante. Ne laissant pas son époux intervenir, elle se tourna vers le marquis. « – Bonjour ! mon ami, veuillez m’excuser de cette intrusion, mais je crois avoir les réponses aux questions pour lesquelles vous êtes venu. Je comptais venir vous voir plus tard dans la matinée vous annoncer ce que j’avais appris de ma fille hier au soir. » Aucun des protagonistes ne fit attention aux changements de couleurs du maître de maison qui devenait livide et qui sentait son cœur se comprimer l’empêchant d’intervenir tant la douleur était vive. Madame de Saint-Maxent poursuivit. « – Pupon, enfin Marie-Héloïse m’a donc appris hier au soir les frasques de son frère. Ce n’était pas par méchanceté bien sûr, mais effectivement cet idiot offre à votre amie une hospitalité, disons, un peu forcée à Gentilly. Bien évidemment, nous allons y remédier le plus rapidement possible pour éviter tout scandale, n’est-ce pas mon ami ? » Elle se retourna vers son époux comme tous les protagonistes, juste à temps pour le voir s’effondrer.

*

15814.jpgLe soleil se levait, le cercle rouge flamboyant les aveuglait dans leur course vers Antoinette-Marie. Ils s’étaient retrouvés à la sortie de la ville sur la route du bayou Saint-Jean. Juan-Felipe avait été cherché, à la caserne, son ami, le capitan da Silva, qui sans hésitation l’avait suivi. De son côté, Georges Tremblay, accompagné de Béarn et de Navarre sur les conseils d’Esther, avait fait un détour par la maison de Constant d’Estournelles afin de le cueillir. Après une heure sur la route longeant le bayou Saint-Jean, ils bifurquèrent sur la route qui longeait le bayou Sauvage vers la crête de Gentilly qui menait à la Passe du Chef Menteur, une étroite voie d’eau navigable qui reliait le lac Borgne au lac Pontchartrain. L’astre diurne était au pic de sa course quand ils aperçurent, en haut de la crête, la plantation Gentilly. Ils s’arrêtèrent un moment laissant les chevaux souffler. Les deux molosses, qu’étaient devenus Navarre et Béarn, regardèrent, intrigués, les cavaliers et aboyèrent d’impatience. Ils reprirent au trot leur route qui montait vers la demeure, laissant derrière eux les marais et le lac Pontchartrain que l’on apercevait au loin, longeant les champs de cannes au repos. La terre en avait été labourée et sarclée, elle était uniformément brune et retenait encore les plants qui jailliraient à la fin du printemps. Des oiseaux par centaines fouraillaient la glèbe à la recherche de vers. Ils remontèrent l’allée qui menait à la maison à l’ombre des chênes. Elle était construite de planches de cyprès, il s’agissait d’une imposante maison de maître de deux étages avec des galeries supérieures sur les quatre côtés, sept colonnes de chaque côté, arrondies vers le bas et carré en haut, deux lucarnes sur chaque façade, deux cheminées, un paratonnerre, un grand toit en pente, deux volées d’escaliers en courbe sur la façade. Elle en imposait. Quand ils furent au pied de la demeure des négrillons se précipitèrent pour prendre leurs chevaux. D’un ordre sec, Georges leur enjoignit de les attendre là. Ma-Yémina qui avait été prévenue se présenta à eux. Maximilien François avait donné pour ordre que l’on ne le dérange pas, il n’était là pour personne. Constant d’Estournelles prit les choses en main. « – Nous voulons voir ton maître !

– Mais pas êt’e là mon mait’e ni ma mait’esse !

– Ne dis pas de sottise, nous savons que Maximilien François de Saint-Maxent est ici. Va lui dire que nous venons chercher Madame de Thouais.

– Mais Monsieur, moi insister, Mait’e pas là. Elle se doutait bien que la venue de la jeune fille allait amener des ennuis. Elle n’avait toujours pas compris pourquoi son petit-maître l’avait conduite jusqu’à Gentilly, il n’en avait vraiment pas l’air épris.

– Ah ! Tu m’agaces maintenant, fais ce que je te dis ! Et remarquant qu’elle fixait inquiète les deux molosses retenus par Georges, il reprit. « – Ou je les lâche et crois-moi, ils vont retrouver leur maîtresse. » Comme s’ils avaient compris, les deux molosses se mirent à grogner sourdement. Peu rassurée, elle pivota sur elle-même et rentra dans la maison suivie des quatre hommes qui n’attendirent pas l’invitation. Béarn et Navarre tiraient sur leur laisse sentant la présence de leur maîtresse, comme on ne les lâchait pas, ils se mirent à aboyer attirant tous les esclaves de maisons et leur maître. Suivi de sa nourrice, se laissant croire encore à sa supériorité de par sa situation, Maximilien François se présenta en haut de l’escalier qui menait à l’étage. « – Qu’est-ce que c’est que ce raffut ? Depuis quand se présente-t-on, chez les gens respectables avec des molosses hargneux bons pour les nègres ».  Il eut à peine le temps de finir sa phrase que Juan-Felipe était sur lui le prenant par le col. « – Depuis qu’ils se comportent comme des gredins et qu’ils enlèvent des jeunes filles ! Où est Antoinette-Marie, enfin Madame de Thouais ? 

– Mais de quoi parlez-vous ?

– Monsieur de Saint-Maxent, tenez-vous à ce que nous lâchions les chiens ? Intervint Georges Tremblay. Maximilien François se raidit, il ne comptait pas céder quoiqu’il advienne, c’était devenu une question d’honneur. Son orgueil le rendait inconscient du danger encouru. Il allait avec morgue répondre quand se présenta derrière lui la jeune femme.

Cambes Sadirac Antoinette-Marie (5)

Antoinette-Marie Cambes Sadirac

Le bruit d’un galop de chevaux lui avait fait quitter le fauteuil dans lequel elle s’était réfugiée, où recueillie, elle priait. Antoinette-Marie n’avait plus rien entendu depuis un moment en provenance des pièces voisines, comme si les domestiques eussent voulu par leur silence respecter son oraison. Seule une lointaine complainte venant des champs était perceptible, chant des esclaves s’aidant dans leur labeur. La lumière au fil des heures qui s’était écoulé s’était répandue dans la pièce. Elle avait ruisselé le long des pieds de la coiffeuse, s’était étalée sur le tapis, allumant les scènes champêtres qui y étaient tissées prenant alors une couleur plus chaude. Sur le mur, l’or des cadres avait accroché quelques particules de lumière. Intriguée, elle s’approcha de la fenêtre et vit monter quatre cavaliers. Son cœur battit la chamade, elle en connaissait trois et parmi eux elle reconnut la silhouette de Juan-Felipe. Elle se précipita à la coiffeuse et vérifia sa mise. Elle prit la brosse et à défaut de se faire un chignon, elle mit de l’ordre dans ses boucles. Elle retourna vers la fenêtre, son cœur s’emballa, elle ne les voyait plus, elle pensa avoir rêvé, mais elle entendit l’aboiement de ses chiens. Elle allait crier pour dire qu’elle était là quand la clef tourna dans la serrure. La porte s’ouvrit sur la petite fille qui la regardait avec un sourire triste, elle lui fit signe de la suivre et lui montra le chemin.

Elle arriva sur le palier à temps pour voir le poing de Juan-Felipe heurter la face de Maximilien François. Navarre et Béarn à la vue de leur maîtresse firent céder la prise de Georges et se précipitèrent sur elle à la renverser. Elle riait de nervosité et de soulagement.

Cambes-Sadirac Antoinette-Marie (George Romney, Penelope Lee Acton, 1791

Antoinette-Marie Cambes-Sadirac

Personnages

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

épisode suivant

 

 

 

 

La Palmeraie / De la Garonne au Mississippi 031 à 34

épisode précédent

Chapitre 31

Anne, Viscountess Townshend de Sir Joshua Reynolds

Nathalie marquise de Maubeuge

février 1790, Secret dans les boudoirs

Comme chaque matin depuis sa naissance Nathalie de Maubeuge se laissait coiffer par sa nourrice Abigaël tout en lui faisant ses confidences. Au zénith de sa beauté, elle examinait d’un air détaché ses traits que le temps affinait sans les marquer. Décidément, elle appréciait ces nouvelles modes pour les coiffures qui dispensaient des pommades et poudres en tout genre. Cet engouement pour le naturel était particulièrement adapté au climat. Les robes étaient plus légères et les coiffures sans cosmétique. On les faisait bouclées, bouffées, crêpées, mais sans rien n’y ajouter, hormis des épingles et des rubans.

Comme tous les jours, depuis les lettres d’Antoinette-Marie venues de France, le marquis de Maubeuge se rendait à la capitainerie et s’inquiétait de savoir si un navire était arrivé de Nantes ou de La Rochelle, de Bordeaux ou de Bayonne. Avec quelques amis ils se mettaient à la recherche des officiers, et les soumettaient à un interrogatoire plus ou moins discret. Il voulait savoir qui étaient ces hommes dont les noms circulaient un peu partout, les Desmoulin, Marat, Danton, Robespierre. L’Europe se mobilisait-elle vraiment contre la France ? Il ramenait les journaux de Paris qu’il avait pu se procurer. Il se présenta dans le boudoir de sa femme et lui annonça les dernières nouvelles. « – J’ai appris, Madame, par le secrétaire de notre gouverneur, que Louis Adam de Crécy s’était présenté à lui afin de demander la main de votre protégée.

– Il n’aura pas attendu beaucoup de temps, on ne peut pas dire que la décence l’étouffe. Je pensais tout de même que les éventuels prétendants attendraient la fin du deuil d’Antoinette-Marie, il semblerait qu’il n’en est rien.

– Pour l’instant d’après mes sources le gouverneur ne s’est pas décidé, mais ne serait-il pas pratique que notre jeune amie épouse Georges Tremblay ? C’est un brave garçon et il saurait comment s’occuper de la plantation 

– Vous n’y pensez pas mon ami. On ne peut marier une Cambes-Sadirac dont l’arbre généalogique remonte au moins jusqu’aux croisades par les deux branches à un homme respectable, soit, mais à moitié indien et du commun ! Quant à la remarier au fils de Crécy n’est pas plus pensable, outre sa réputation, son père ne doit sa noblesse, je vous rappelle, que pour avoir enlevé sa femme, une de Crécy, alors qu’elle était destinée au couvent. Pour ne pas faire de scandale, on la lui a fait épouser. On l’a ennobli avec le nom de sa femme et on les a envoyés jusque sur les rives du Mississippi pour s’y faire oublier. Non, il y a mieux à faire !

– Soit ma chère, mais il va y avoir du monde pour prétendre à sa main avec sa fortune personnelle, et à mon avis notre gouverneur va s’en mêler, et cette fois-ci je ne pourrai rien !

– Vous peut-être ? Mais moi, avec l’aide de son épouse, qui sait ? Évidemment, ce ne sera pas aussi facile qu’avec Félicité de Saint-Maxent

– N’oubliez pas toutefois que depuis l’affaire de Saint-Maxent, il a une dent contre nous ! De plus, il ne nous fera pas de cadeaux. Conseillez donc à votre protégée de faire comme Pénélope et de trouver une solution pour tenir éloignés ses prétendants. Autrement, il se pourrait que, d’une façon ou d’une autre on la marie contre son gré.

Nathalie de Maubeuge savait pertinemment que son époux avait raison. Il fallait à tout prix trouver une solution, mais pour l’instant la seule aide qu’elle pensait pouvoir être utile était la femme même du gouverneur.

*

John Singleton Copley - Mrs Jerathmael Bowers

Madame Maccarthy

Évidemment, tout le monde sait que c’est dans le boudoir que se font ou se défont la grande histoire et la petite. On ne connaissait pas de maîtresse attitrée au gouverneur, mais sa femme ne se faisait pas d’illusions. Elle supposait qu’il devait bien exister une tisanière dans un coin de la ville qui attendait son époux. Elle lui était reconnaissante de sa discrétion. Tous les soirs avant de se coucher don Miró appréciait de passer une heure en compagnie de son épouse. Cette conversation se déroulait dans la plus grande intimité. Ce qui était dit entre ses quatre murs n’en sortait jamais. Ce soir-là après avoir parlé de choses et d’autre Madame Maccarthy demanda. « – Mon ami, puis-je me permettre de vous parler de quelque chose qui me tourmente ?

– Mais évidemment, faites donc.

– J’aimerais vous entretenir de la jeune madame de Thouais.

– La petite veuve française ? Je sais où vous voulez en venir.

Elle lui sourit et reprit. « – Est-il vrai, mon ami, que Louis Adam de Crécy est venu vous demander sa main ?

– Oui, ma chère, et il est parti persuadé de l’obtenir ! Ce dépravé ne doute de rien. Il a prétexté qu’elle lui avait été promise avant Charles de Thouais, et qu’il avait été floué. Il est vrai que ce mariage arrangerait bien la famille de Crécy, car entre l’indigo et les pertes de jeux, leur fortune vacille dangereusement. Je ne lui ai rien promis et je tiens à vous dire, madame, que je ne vous promettrai rien. De plus, sachez qu’il n’est pas le seul à avoir fait la démarche.

– Et grand Dieu, ils sont tous si pressés ?

– Il faut croire, Madame, car Timecourt Lazare Latil, l’aîné de la famille, m’a présenté sa demande. Incontestablement le but étant d’étendre leur propre plantation avec celle de la palmeraie et celle de la dot de la petite veuve. Mais tant que je serai à ce poste, il ne faut pas y songer. Il n’est pas question que je les laisse étendre leur domaine à ce point-là. Mais pour finir, j’ai eu droit au comble de l’arrogance française. Car décidément ils ne doutent de rien ces Français ! Vous ne devinerez jamais qui est venu me faire sa demande.

À partir de là, Madame Maccarthy comprit qu’elle ne pourrait pas influencer son époux dans cette histoire. Elle lui sourit et lui demanda quelle était cette dernière demande.

– C’est le deuxième fils de Saint-Maxent, c’est ce fat de Maximilien François. Bien qu’il soit sûr d’y arriver, il n’est pas question que je donne l’ombre d’une satisfaction à son père. Alors, je suis désolé, ma chère, mais, malheureusement pour l’instant, la meilleure option, c’est encore ce débauché de Crécy. Il n’y a plus qu’à espérer pour votre protégé que celle-ci ait d’autres demandes qui m’agréaient et qui lui plaisent.

Madame McCarthy comprit qui n’y avait rien à ajouter et amena son époux sur d’autres sujets de conversations.

*

Antoinette-Marie était loin de songer qu’elle était à ce point un centre d’intérêt. Mais cette fois-ci, les personnes qui se démenaient le faisaient plus dans un dessein politique que par compassion pour elle. Quelques jours plus tard, Antoinette-Marie apprit par l’intermédiaire de madame de Maubeuge la réaction du gouverneur. Aucune des deux femmes n’en connaissait les détails, mais Antoinette-Marie resta outrée et abasourdie de se rendre compte qu’encore une fois elle ne semblait pas être maîtresse de son destin. Madame de Maubeuge la rassura tant bien que mal, lui rappelant qu’elles avaient la période de grand deuil pour réfléchir à une solution.

*

Rentrée rue Dauphine une lettre attendait Antoinette-Marie.

Lettre de Marie Amélie Lacourtade

À Antoinette-Marie

Paris, le 5 janvier 1790

Ma petite sœur,

Je commencerai cette lettre par l’essentiel, il ne faut jamais désespérer. Je vais vous en apporter la preuve. Je suis mariée depuis trois ans et je désespérais d’avoir un enfant. Je vous passerai les détails, mais sachez que mon époux et moi-même avons fait tout ce que nous pouvions dans ce but. François Xavier est passé en coup de vent durant le mois d’octobre à Bordeaux et bien sachez que depuis j’attends. Enfin, j’espère dans la maternité, si tout se passe bien ce sera pour le mois de juillet prochain. Priez la vierge pour moi.

(Henrietta Middleton Rutledge)

Marie-Amélie Cambes-Sadirac

Après les fêtes de la Toussaint, j’ai laissé mon beau-père s’occuper des affaires familiales et j’ai rejoint comme prévu mon époux à Paris. Celui-ci nous a loué sur l’île Saint-Louis un joli appartement donnant sur la Seine et avec vue sur le quai des Tournelles. Il est au premier étage et très lumineux. S’il n’est guère spacieux, quatre pièces, il est très confortable, et meublé avec goût. Mon mari l’a obtenu par l’intermédiaire de notre tante, Madame La Fauve-Moissac. Y sont déjà venus me visiter quelques amis, Élie Guadet, Armand Gensonné, Pierre Victurnien Vergniaud. Ils ne quittent guère la compagnie de mon époux.

Depuis début octobre, le roi et l’Assemblée-Nationale siègent à Paris. Ils sont continuellement surveillés par la Garde nationale pour éviter les émeutes. Depuis la prise de la Bastille, les députés ont accepté que leur pouvoir dépende de la violence populaire, et joue avec celle-ci, ce qui contrarie mon époux. Il y passe toutefois le plus grand de son temps. Je l’ai parfois accompagné afin d’écouter les discours de nos députés. Cela m’a permis de faire la connaissance de plusieurs épouses de représentants. Contrairement à moi, certaines s’impliquent vraiment, je pense notamment à Madame Roland. J’ai donc fait la connaissance de la vicomtesse Roland de la Platière, sur les bancs, de l’Assemblée, enfin dans les gradins des spectateurs. Cela l’a beaucoup amusée, que j’ai épousé un bourgeois alors qu’elle-même avait épousé un noble, car elle est la fille d’un graveur. Ayant beaucoup sympathisé, j’ai été invitée avec mon époux dans son salon de la rue Guénégaud. Il devient le rendez-vous de nombreux hommes influents tel Brissot, auquel mon époux voue une véritable admiration, Pétion, Robespierre et d’autres élites du mouvement populaire, notamment Buzot. Elle se trouve au centre d’inspirations politiques et préside un groupe des plus talentueux hommes de progrès. Vous verriez comme elle est fascinante…

… À Paris, tout est politique, toutes les conversations, tous les arts sont inspirés par elle. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, les évènements n’empêchent pas les promenades aux Tuileries ou au Palais-Royal, les théâtres font le plein. À peine arrivé, mon époux s’est empressé de m’emmener voir « Charles IX ou la Saint-Barthélemy » une tragédie de Marie-Josèphe Chénier, un ami de Danton. Cette pièce se déroule à l’époque des guerres de religion, le thème principal est le fanatisme aux prises avec l’esprit de liberté. J’ai peu apprécié la pièce, je ne saurai trop dire pourquoi. Mais je dois reconnaître que François-Joseph Talma dans le rôle de Charles IX est extraordinaire. C’est un immense succès public, mais l’Église a fait interdire la pièce dès la 33e représentation.

Le 28 décembre, je suis allé en compagnie de notre belle sœur, Élisabeth Chevetel de la Rabelliere, voir au Théâtre de l’Odéon, « Zamore et Mirza ou l’heureux naufrage ». C’est un drame écrit par Olympe de Gouges. Le but avoué par celle-ci est d’attirer l’attention publique sur le sort des esclaves noirs de nos colonies. Évidemment pour elle ce n’est que de la théorie et à part quelques utopistes qui peut s’y intéresser ! Par contre, notre belle-sœur est très fatiguée, elle se remet difficilement d’une fausse couche, je crois que c’est la troisième. Elle est beaucoup anémiée. Je lui ai conseillé de reprendre santé, avant de réitérer, mais j’ai bien peur qu’elle ne m’écoute. Son désir de donner un héritier à notre frère risque d’être le plus fort…

… Comme notre tante, je vous envoie mon courrier par le biais du secrétaire de Monsieur Jefferson, c’est un peu plus long, mais plus sûr. Mais comme je sais que le courrier n’arrive pas toujours à bon port sachez que Monsieur de Saige a été nommé Commandant de la Garde-Nationale à Bordeaux. Madame de Verthamon ne voit plus son salon désemplir, elle est aux anges…

Chapitre 32

( George Romney. Miss Benedetta Ramus.

Marie-Adélaïde Maubourg

Décembre 1790, Marie Adelaïde à Saint-Domingue

Le voyage n’avait pas été long, mais il avait été très éprouvant. Il n’avait duré que deux semaines, mais la traversée de la mer des Caraïbes avait été effrayante, car le navire avait essuyé une énorme tempête de plusieurs jours. La remontée du Mississippi avait été plus agréable d’autant que le temps était doux et qu’à cette période on souffrait moins des Maringouins. Marie Adélaïde Baillot de Courtelon ne se remettait toujours pas de ce qu’elle avait vécu à Saint-Domingue. Un rien là faisait sursauter, ses nerfs étaient à fleur de peau. Elle s’était très vite remise de la perte de son amant, elle avait découvert dans l’adversité que celui-ci n’avait pas de carrure. Edmond Bertrand Duras s’était empressé de conseiller à la jeune veuve un retour vers la France ou vers la Martinique. Elle avait parfaitement compris qu’il voulait se débarrasser d’elle, tant qu’elle était mariée, elle ne l’embarrassait pas. Ceci n’avait été qu’un détail dans le traumatisme qu’elle avait subi.

 Son navire accosta à la nuit, devant la nouvelle Orléans. Avec la tombée du jour, les effluves se répandaient, accueillant la jeune femme avec mille parfums et masquant celles de la pourriture des rues. Dans la plupart des maisons, les lumières étaient allumées. Le commandant l’avait accompagné jusqu’à la capitainerie. De là, elle se fit amener jusqu’à l’hôtel de Maubeuge. Elle n’avait pas eu le temps de prévenir sa cousine qu’elle ne connaissait pas vraiment par ailleurs, donc, elle ne savait pas l’accueil qu’elle allait recevoir. Se souviendrait-elle de la petite fille qu’elle avait croisée ? Aussi c’est avec anxiété qu’elle frappa à la porte.

*

Cinq ans plus tôt. Le printemps montrait son nez en ce matin de fin du mois de mars 1784, Marie-Adélaïde avait profité de la sortie de la messe matinale pour s’échapper du groupe de ses comparses et faire un tour dans le jardin du couvent où perçaient primevères, jasmins et jonquilles. Les feuilles des chênes montraient leurs bourgeons d’un vert tendre et les merles chantaient la saison nouvelle. Le dimanche les élèves du couvent avaient droit de se distraire selon leur goût, aussi elle prit son temps et poussa jusqu’au parterre des plantes médicinales dont elle aimait le mélange des odeurs. Au risque de faire jaillir des taches de rousseur, elle s’assit au soleil sur un banc et profita de ce moment de solitude. Elle avait toujours eu du mal avec la promiscuité. Elle rejoignit ses compagnes pour le déjeuner de onze heures, c’est dans le réfectoire que la mère supérieure vint la faire chercher. Elle était un peu inquiète, elle se demandait ce qu’elle avait encore bien pu faire pour mériter un sermon de la mère.

Elle était aimée autant de ses compagnes que des sœurs, mais elle était d’une nature espiègle et aimait la vie avant tout, aussi elle contournait souvent les règles. Son regard doux et tendre qu’accentuait le sourire d’une bouche bien dessinée, faisaient fondre tous ceux qui devaient la sermonner. Elle était jolie sans vraiment s’en rendre compte, un nez court, une peau de satin, une voix claire, une silhouette souple et gracieuse aux gestes élégants lui donnaient un air de nymphe échappée de la mythologie. Le plus beau de ses atouts était son opulente chevelure bouclée qui avait été rousse pendant son enfance et qui au fil du temps devenait auburn. À seize ans, elle avait une gorge ronde, une taille fine qui faisait retourner les hommes. Elle n’avait guère eu l’occasion de s’en rendre compte, car lorsqu’elle sortait du couvent c’était pour rejoindre sa mère dans une propriété de campagne où sa plus grande distraction était de monter à cheval.

Plus elle s’approchait du bureau de la mère supérieure, plus elle lissait machinalement les plis de sa robe. Elle toqua à la lourde porte derrière laquelle elle était attendue. Son entrevue fut brève. Debout face à la mère, les mains derrière le dos, elle apprit que ses parents enfin sa mère avaient demandé son retour définitif. Elle quittait le couvent. Elle n’avait pas posé de questions, trop heureuse de quitter les lieux. Elle avait l’âge de se marier comme déjà quelques-unes de ses amies. Et comme elles, elle n’attendait que ça pour passer dans l’âge adulte. Elle présageait que c’était son tour. Les mariages se faisaient presque immédiatement au sortir du couvent, avec un mari accepté et agréé par la famille. Elle quitta le couvent avec un petit pincement de cœur, car elle savait quitter le monde de son enfance, mais elle en était aussi très contente, car elle avait toujours eu du mal à vivre ainsi enfermée.

(Elizabeth, Ramus, 1777 (George Romney) (1734-1802)

Marie-Adélaïde Maubourg

Le mariage était avant tout une affaire de famille, un arrangement au gré des parents, que décidaient des considérations de position et d’argent, des convenances de rang et de fortune. Pour Marie-Adélaïde, le choix serait déterminé par avance par sa mère. Elle savait qu’elle ne serait pas consultée, pas plus que son père qui était grabataire depuis dix longues années. Madame Maubourg, suite à un accident sur un navire, qui avait laissé son époux paralysé, avait géré seule la maison de négoce familiale installée à Nantes, et avait su tirer son épingle du jeu malgré quelques cousins du côté de son époux, rapaces voire charognards. Son sens des affaires avait fait grandement profiter la fortune familiale.

À peine de retour dans l’hôtel particulier de la famille sur l’île Feydeau, au centre de Nantes, toute l’attention de la maisonnée tourna autour d’elle. Marie-Adélaïde eut rapidement l’assurance que l’on allait la marier très prochainement sans plus de précisions. Partie pour Paris pour régler des affaires, sa mère avait laissé des directives. C’est donc la gouvernante, qui avait été sa nourrice, qui lui annonça, très fière, l’évènement en lui donnant un renseignement sur le futur qui la flattait il était noble. Assurément, elle-même avait du sang bleu, mais sa mère avait déchu par son mariage, qu’elle-même n’avait pas choisi. Elle avait été mariée à une famille de négociants pour redorer le blason familial et aussitôt fait, on s’était empressé d’oublier son lien familial. Aussi c’était la revanche de madame Maubourg. Sa fille aînée était mariée à une riche famille du négoce nantais, Marie-Adélaïde serait mariée à un noble. Elle saisit toute l’importance de l’évènement par le mouvement des marchandes, des tailleurs, par l’encombrement des pièces d’étoffes, des fleurs, des dentelles apportées. Sa chambre dont les fenêtres donnaient sur la Loire était envahie par le travail des couturières à son trousseau. Elle passait ses journées en essayage de corsets, de robes, de manteaux, commandés par sa mère et elle comprit vite qu’elle ne pouvait apporter que peu de modifications à ce choix. Elle ne s’en plaint pas, elle fut même ravie de la profusion de l’ensemble qui constituait son trousseau. Elle était consciente de la fortune que composait l’ensemble et était même étonnée que tout ceci fût pour elle. Pour le mariage de sa sœur, elle avait été éblouie par tout ce qu’elle y avait vu, mais elle était trop jeune pour se rendre compte de la richesse dépensée. Madame Maubourg n’était pas dépensière, mais pour ses filles, elle n’avait pas lésiné ni sur leurs éducations ni sur leurs dots, elle avait été trop injustement rabaissée suite à son propre mariage et avait dû se battre pour maintenir le rang dans lequel elle avait été élevée.

La jeune fille n’opposait au mariage arrangé pas plus de résistance que les autres jeunes filles de son entourage. Elle s’y laissait aller, elle s’y prêtait complaisamment comme elles, son éducation l’y avait préparée. L’affection sévère, la tendresse sans épanchement, sans familiarité, qu’elle avait reçue de sa mère, la crainte de rentrer au couvent, la pliait à la docilité, la décidait à un consentement qu’elle n’aurait même pas eu l’idée d’objecter. D’ailleurs, c’était le mariage, et non le mari, qui la séduisait. Il faisait écho à son désir, à son rêve. Elle acceptait l’homme pour le statut de femme noble et mariée qu’il allait lui donner, pour la vie qu’il devait lui ouvrir, pour le luxe et les coquetteries qu’il devait lui permettre et qu’elle entrevoyait avec la constitution de sa garde-robe de femme mariée. De toute évidence, elle le préférerait bien tourné, mais d’après ses amis ce n’était pas très important, car les premiers temps passés, on les voyait peu. Sa nature romanesque l’aurait plutôt entraînée vers le grand amour, mais d’après les conseils toujours judicieux de ses amies de chambrée, il ne fallait pas l’espérer avec le mari, c’était très commun. De toute façon, le mariage l’intéressait pour aller dans le monde, aller au bal, à la promenade, à l’opéra, à la comédie, elle espérait une berline, de beaux diamants, de jolis chevaux surtout de jolis chevaux. Elle pourrait enfin mettre du rouge et des mules comme certaines mères de ses amies.

(Martin Archer Shee selfportrait

Étienne Baillot de Courtelon

Sa mère rentra quelques jours avant le mariage, celle-ci lui livra des détails sur cette union, la date, le nom de son futur époux et mit un bémol à ses espoirs de grand monde. Étienne Baillot de Courtelon, s’il était bien noble, était avant tout planteur à Saint-Domingue. Ce mariage, par la dot de la jeune fille, assurerait un supplément à la richesse déjà importante du futur époux. Son futur mari lui assurerait un confort et un statut enviable, mais il vivrait, le mariage fait, dans sa plantation. Afin d’éviter toute mauvaise surprise, elle avait toutefois, envoyé une lettre de change à une banque de « Port Aux Princes », une coquette somme qu’elle ne devrait utiliser qu’à bon escient, son époux devant subvenir à tous ses besoins. Un peu déçu de devoir se passer des promenades aux tuileries ou au Palais-Royal, voire à Versailles, son côté romanesque reprit le dessus en rêvant aux îles d’Amérique. « Et puis, ce n’était pas si mal. Tellement exotique, elle aurait sûrement pléthore de serviteurs et d’aventures » songeait-elle.

Arrivés la veille du mariage, la famille et les amis vinrent visiter, admirer, et critiquer la corbeille à laquelle rien ne manquait que la bourse, que lui remettrait son fiancé de la main à la main, après la cérémonie du contrat. Madame Maubourg ne céda pas à la vanité de choisir la nuit pour cette célébration comme cela était la mode, mais elle tenait à ce que ce mariage joue son rôle, celui de redonner du lustre à sa famille. Le mariage se déroula le mercredi 17 mars par une belle journée de printemps qui inaugurait les meilleurs auspices pour ce mariage. Le jour de la célébration, Marie-Adélaïde, grandement décolletée, ayant des mouches, du rouge et de la fleur d’oranger dans son opulente chevelure, vêtue d’une robe, à petits paniers, d’étoffe de soie nacrée, portant des souliers de même tissu, fut conduite par un de ses oncles paternels à l’autel. L’annonce du départ pour l’église l’avait arrachée à son miroir dans lequel à juste titre elle se trouvait belle. Elle entra dans le temple où l’attendait son futur époux dont elle avait fait la connaissance deux jours au préalable. Celui-ci, de dix ans son aîné, bel homme, gracieux de sa personne, enchanta la jeune fille trouvant du coup que la vie était belle et qu’elle était chanceuse.

Elle se berçait des louanges qui retentissaient à ses oreilles et dont elle ne perdait pas une syllabe. Elle prononça un oui dont elle ne sentit pas les implications.

À l’issue de la messe, les deux familles se réunirent pour un grand repas, où les plaisanteries assez vives, voire salées, avec un reste de gaieté gauloise, s’amusaient de la pudeur de la jeune fille. Les époux prirent congé et allèrent se réfugier dans une maison en dehors de Nantes afin de consommer leur mariage en toute intimité. Marie-Adélaïde embrassa chaque femme conviée à sa noce, et lui donna un sac et un éventail comme le voulait la coutume puis elle partit avec son mari, un peu effrayée par l’inconnu.

Une fois seule dans le confort de la chambre nuptiale, déshabillée par une chambrière, Marie-Adélaïde en chemise de nuit, les cheveux défaits couvrant son buste, un genou sur la couche entr’ouverte, le cœur battant la chamade attendit son époux qui se préparait dans la pièce conjointe. Celui-ci entra en chemise après avoir apprécié le tableau que lui offrait la jeune fille, éteignit les chandelles pour épargner sa pudeur. Ce qui suivit resta inoubliable uniquement pour la jeune fille pour qui c’était la première fois et trouva que tout ce qu’elle avait entendu était surfait. L’heureux élu avait couché sa jeune épouse sur le dos, puis après lui avoir malaxé sa jeune poitrine, l’avait rapidement pénétrée, lui causant une vive douleur, puis repu après un bref va-et-vient, s’était couché à côté lui souhaitant bonne nuit et lui tournant le dos. Les larmes aux yeux, elle regardait le ciel de lit, pleine de déception.

Évidemment, elle en convenait, le mari auquel sa mère l’avait unie, cet homme au bras desquels elle était tombée n’était pas le mari répugnant, le gros financier ou le vieux seigneur, que son imagination avait craintivement dessiné. La jeune fille voulait bien admettre que l’homme était charmant, qu’il était courtois, galant, voire attentionné. Aussi, à demi vêtue de ses voiles de jeune fille, elle s’accrochait à son rêve d’une vie faite d’amour réciproque, et dans laquelle elle serait toute dévouée à son époux, image qui avait tenté et charmée au couvent son imagination enfantine. La tendresse jusque-là refoulée s’agitait et tressaillait dans la jeune femme. Elle était troublée, touchée, par elle ne savait quoi de romanesque, que son imagination tissait, brodait au moindre geste fait par son époux. Le mari de son côté, flatté par cette fièvre charmante de sentiments dont il était l’objet, se laissait aller à cette jeune adoration qui l’amusait. Il encourageait avec indulgence le romanesque de la jeune femme.

Le séjour des époux dans la campagne nantaise fut court, leur départ pour Saint-Domingue étant prévu quatre jours après leur mariage. Celui-ci se déroula sans incident notable, et trois mois plus tard ils abordaient les côtes de leur Amérique, l’île Saint-Domingue.

Chapitre 33

De-Grasse-Le-Cap-1781-G-Alaux-1943-2

Saint Domingue

Le jeune couple des Baillot de Courtelon ne s’attarda pas à Port aux Princes. La jeune épousée n’en fut guère contrariée tant elle était pressée de découvrir ce qui allait être désormais sa maison. Après avoir fait charger tout ce qu’il avait rapporté de France, en vivres, meubles, vaisselles, et fournitures diverses ainsi que leurs bagages, sur des charrettes, il fit monter sa jeune épouse dans la berline qui l’attendait avec quelques-uns de ses gens chez un négociant de ses amis.

La plantation était dans la plaine du Cul-de-sac sur le versant du Massif de la Selle, au nord de Port-au-Prince. Après sept heures de route à peine carrossable, se protégeant tant bien que mal de la poussière soulevée par les chevaux, Marie-Adélaïde aperçut la plantation Courtelon. Son époux lui montra avec fierté l’étendue de ses terres, sur les hauteurs du massif de la Selle, à une heure de la commune des Croix-des-Bouquets sur une plate-forme fertile surplombant la rivière « Grande-Rivière » et guère loin de la route nommée le « Chemin-Des-Chasseurs » qui amenait sur la côte sud de l’île à « Sale-Trou ». Marie-Adélaïde, bien que n’aimant guère la foule, trouvait le lieu toutefois bien isolé de tout. Même le village des Croix-des-Bouquets n’était qu’un rassemblement de quelques masures, quant à leurs plus proches voisins, ils devaient être à une heure du domaine de son époux. Elle sentit son enthousiasme s’affaiblir.

(Sarah Franklin Bache (1743–1808)

Andrée Baillot De Courtelon

Ils furent accueillis par Andrée Baillot de Courtelon, la tante du jeune marié. C’était une femme entre deux âges, au physique lourd sans grâce presque masculine. Après une terrible épidémie de fièvre, elle avait élevé seule Étienne et ses deux jeunes sœurs devenus orphelins. Elle avait pris en main la plantation et avait maintenu la fortune familiale en attendant que l’héritier soit en âge de prendre possession de ses biens, soit cinq ans plus tard. C’est elle qui lui avait conseillé de prendre femme en France, c’est aussi elle qui l’avait aiguillé sur la dot de Marie-Adélaïde. Pour les affaires de la plantation, elle était en contact avec Madame Maubourg et sachant qu’elle avait encore une fille à marier, elle avait tâté le terrain. Depuis le perron de la demeure, elle soupesa la jeune épouse qui descendait gracieusement de la voiture aidée par son mari. Elle fut rassurée, elle ne ferait pas ombrage à son pouvoir, car il n’était pas question qu’elle abandonne les rênes de la maison ni l’ascendant qu’elle avait sur son neveu. Elle lui fit un accueil qu’elle voulait chaleureux. Marie-Adélaïde eut un frisson intuitif en voyant le dragon qu’était cette femme. Elle comprit très vite qu’elle allait devoir lui faire la guerre pour occuper sa place de maîtresse de maison voire tout simplement sa place. Elle fut toutefois attendrie par l’accueil de la plus jeune de ses belles sœurs, une toute jeune fille sortant de l’enfance, Marie-Jeanne, qui lui fit presque la fête. Dans le flot de paroles de celle-ci, elle apprit que son aînée Anne Marie-Louise était chez des voisins pour quelques jours, mais qu’elle serait enchantée de son arrivée. Et l’avenir confirma cette certitude, les trois jeunes filles s’entendirent à merveille et devinrent les meilleures amies du monde. Et comme prévu, la guerre se déclencha très vite avec madame Tante comme il fallait dire.

Dans un premier temps, Marie-Adélaïde fut prise par le tourbillon des présentations, des visites, des petits voyages que cela impliquait, des arrangements de la vie, de l’habitation, de l’avenir. Fier de son épouse, Étienne exhibait sa ravissante femme, ce qui fit croire à celle-ci qu’il était amoureux d’elle. Ce qui devait s’avérer, être un malentendu, car lorsque Étienne se trouva en face d’une espèce de passion, il se trouva tout à coup fort effrayé. Il n’avait point pensé que sa jeune femme mettrait tant de zèle dans son nouveau rôle. Il n’avait point compté avec cette passion dans son ménage, elle ne convenait ni à son caractère ni à ses goûts. Il considérait qu’elle n’était point faite pour les gens nés et élevés comme lui. Trop habitué à être libre, trop attaché à son plaisir, l’attachement jaloux, inquiet, les bouderies, les exigences, les interrogations, l’inquisition à toute heure, les scènes, les larmes toutes les armes que Marie-Adélaïde utilisait pour attirer ou retenir son attention lui fit reprendre ses habitudes. Un peu honteux, et bien que tout cela l’échauffait, il tâchait cependant d’être poli devant les manifestations de tendresse de sa jeune femme. À ses plaintes, il répondait avec une ironie et une indifférence apitoyée. Il prenait le ton dont on use avec les enfants pour leur faire entendre qu’ils ne sont pas raisonnables. Ce qui agaçait la jeune fille devenue femme qui comprenait bien qu’elle s’y prenait mal, mais n’avait personne pour la conseiller ou la guider. Puis il se fit plus rare auprès d’elle, occupé qu’il était sur la plantation. Il disparut un peu plus chaque jour de la maison. Marie-Adélaïde, la nuit, brisée d’insomnie et guettant sur son lit, entendait rentrer le cavalier. Le pas de son époux ne venait plus à sa chambre, il allait directement à la sienne, celle-ci offrait plus de liberté quant à ses nuits et ses rentrées au petit jour, parfois, au son de l’Angélus.

Il aurait été étonné d’apprendre que la jalousie de sa femme n’était pas affective, elle était revenue très vite de ce sentiment qu’elle s’était fabriquée afin de croire à son nouveau rôle. Elle était simplement envieuse de la liberté de son époux et des prérogatives qu’elle lui donnait. Qu’il découchât pour quelques négresses la laissait indifférente, même si la première fois qu’elle l’avait compris elle avait été vexée de cette préférence. Si elle lui faisait des reproches, si elle s’emportait, lui jouait la scène des attendrissements, c’était uniquement pour que ce ne soit pas trop facile pour lui, pour le faire un tant soit peu culpabiliser. Elle avait remarqué que suite à ces scènes, elle obtenait toujours quelque chose. Il essuyait tout avec un persiflage de sang-froid, l’aisance de la plus parfaite compagnie, mais en échange il lui offrit deux esclaves, quelques bijoux, la possibilité de créer un jardin d’agrément où elle prit l’habitude de se réfugier et surtout sa jument grise pommelée. Madame Tante, dans un premier temps, prit en pitié, ce qu’elle prit pour de la petitesse d’esprit de la part de la délaissée. Sur la figure de celle-ci, Marie-Adélaïde, à son plus grand agacement, semblait y lire qu’il y avait une sorte d’indécence à aimer son mari de cette façon. Mais que pouvait comprendre cette vieille fille ? Et au bout de ses larmes jouées, elle trouvait souvent le sourire de l’aînée de ses belles-sœurs lui disant. « – Eh bien ! Prenons les choses au pis quand il aurait une maîtresse, une passade, que cela signifierait-il ? Vous aimerait-il moins au fond ? » Marie-Adélaïde pensait. « – M’aime-t-il seulement ? » Elle finit par se faire une raison ou du moins le crut elle.

(Portrait après Reynolds

Marie-Adélaïde Maubourg

Dans l’ensemble, elle se fit très vite à cette nouvelle vie, elle passait son temps en promenade à cheval ou en tilbury qu’elle aimait conduire elle-même, elle s’occupait de son jardin dans lequel à l’aide du climat tout poussait. Quand elle n’était pas à l’extérieur de la « Grand-Case », nom que tous donnaient à la maison des maîtres, elle jouait à différents jeux de société avec ses belles-sœurs, jouait du clavecin pour lequel elle avait un certain don. Madame tante s’occupait du fonctionnement de la maison et des esclaves, avec un peu trop de rigueur au goût de Marie-Adélaïde, mais on lui avait fait comprendre qu’elle n’y connaissait rien. Madame Tante avait vite compris que sous l’air angélique de la jeune fille se cachait une nature indomptable. Marie-Adélaïde refusait que celle-ci lui donnât des ordres et avait vite mis le holà à ses intrusions sur son domaine privé, on ne s’occupait pas de ses esclaves personnels qui lui en étaient reconnaissants et on n’entrait pas dans son boudoir ni dans sa chambre sans y être invité. Elle n’avait rien à cacher, mais elle savait que cela crispait au plus haut point Madame Tante. Et quand elle était lasse de la supporter, elle prétextait des courses à faire et elle fuyait plusieurs jours avec ses deux belles-sœurs jusqu’à Port-au-Prince. Elle y était reçue par des amis et y était fêtée. Elle y était devenue la meilleure amie de Julie-Catherine Fleuriau de Touchelongue. C’est chez elle, alors qu’elle passait avec son époux quelques jours dans sa maison de la rue « des capitaines » pour les fêtes de la nativité, qu’elle sentit vraiment battre son cœur pour la première fois. Celui qui lui fit cet effet était Edmond Bertrand Duras fraîchement envoyé de Paris. Il fut reçu dans toutes les demeures de Port-au-Prince, et bien que provincial, il raconta les évènements parisiens, comme s’il y était, de la démission de Necker à la marche des femmes sur Versailles qui se conclut par le retour de la famille royale à Paris, en passant par la prise de la Bastille et au banquet donné par les gardes du corps de la Maison militaire considérée contre révolutionnaire. L’Assemblée, qui l’écoutait à chaque fois, connaissait la plupart des évènements, mais c’était plus vivant que les journaux ou les lettres qu’ils les avaient prévenus des évènements. Bel homme et bon orateur, sa voix chaude enivrait la gent féminine. Il était venu à Saint-Domingue pour étouffer un début de scandale à Bordeaux, avocat de formation, sa famille l’avait envoyé dans la colonie sous prétexte de régler un différend. Incorrigible, séduit par la beauté de Marie-Adélaïde, ne se préoccupant pas de la situation matrimoniale de la jeune femme, il engagea une cour effrénée qui ne reçut guère de résistance.

Chapitre 34

(John Constable peint par Ramsey Richard Reinagle

Edmond Bertrand Duras

La compensation

Cela faisait un peu plus de cinq ans qu’elle était mariée et son époux ne partageait plus sa couche depuis bien longtemps, lui préférant négresses, mulâtresses, métisses. Elle s’était reproché dans un premier temps l’absence d’enfant à venir, mais lors d’une dispute déviant sur le sujet avec Madame Tante, elle trouva sa réponse. Celle-ci l’ayant accusée d’être stérile, le début de la dispute ayant démarré sur l’absence d’une soupière dans le buffet, le ton était monté jusqu’à ce qu’une évidence arrive au bord des lèvres de Marie-Adélaïde. « Mais madame que je sache si mon époux ne m’a pas fait d’enfants, cela ne veut pas dire que ce soit de mon fait. Il n’a pas non plus de bâtard ! Et Dieu sait que pas une négresse de la plantation n’y soit passée. » Madame Tante en resta bouche bée. Elle abdiqua, sachant que la jeune femme avait raison, elle tourna les talons. Quant à Marie-Adélaïde, elle se surprit elle-même d’avoir formulé l’évidence. La culpabilité se volatilisa avec.

Edmond et Marie-Adélaïde se rencontrèrent souvent au cours de dîners, de bals, en promenade, à la messe. Ils échangèrent des sourires, des amabilités, ils se cherchaient inconsciemment dans la foule.

Mount Vernon et la Paix - Jean-Leon Gerome Ferris.jpgMadame Fleuriau, ce soir-là, avait décidé d’ouvrir des tables de jeu. C’était l’une des occupations favorites dominicaines, aussi il y eut grand monde ce soir-là. Marie-Adélaïde n’était pas en reste, car c’était une passionnée du jeu que ce soit le reversis, le brelan, le lansquenet, la bassette. Elle avait une vraie passion pour le trictrac, encore fallait-il qu’elle trouve un adversaire à la hauteur. Elle était connue pour perdre très peu, car elle avait beaucoup de mémoire et un très bon esprit d’analyse. Elle arriva une des premières dans les salons du rez-de-chaussée, mais pas la première. Elle allait retrouver la maîtresse de maison quand elle fut interceptée par Edmond Bertrand Duras qui profita de ce moment de solitude inopiné. Lui offrant un sourire éclatant et des yeux pleins de malice, elle s’exclama. « – Je ne vois que vous, Monsieur Duras, ces jours-ci !

– J’espère bien Madame ! Lui rendant son sourire.

– Et combien de temps comptez-vous rester parmi nous ?

– Tant que l’on voudra bien de moi !

– J’espère que nous aurons assez d’arguments.

– Je n’en doute pas.

– En attendant voulez-vous bien être mon partenaire au Pharaon ?

– Tant que cela sera votre bon plaisir.

Marie-Adélaïde le gratifia de son regard le plus énigmatique et passa devant lui. La soirée se passa dans la bonne humeur, entre badinage et fièvre du jeu. Marie-Adélaïde gagna comme souvent aux cartes. Son partenaire la remercia de lui avoir fait profiter de sa bonne fortune. « – Madame, c’est un plaisir de vous avoir comme partenaire, vous êtes la Fortune personnifiée !

– C’est un peu ça, Monsieur, et si vous connaissiez les femmes de ma famille, vous comprendriez.

*

Quelques jours plus tard, les Baillot de Courtelon rentrèrent dans leur domaine. Marie-Adélaïde reprit ses habitudes. Imprégnée du souvenir de Monsieur Duras, elle se levait tôt, se rendait dans son jardin d’agrément, grattait la terre, arrosait ses fleurs, coupait celles qui étaient fanées. Elle était aidée en cela d’un négrillon qui lui appartenait et, qui du haut de ses six ans était responsable du lieu. Il empêchait les animaux en tous genres de mettre du désordre dans les massifs et l’entretenait en l’absence de sa maîtresse. Le dîner prit, le plus souvent entre dames, le maître des lieux étant sur la plantation, elle faisait seller Vénus, sa jument pommelée. Après avoir vêtu sa tenue d’amazone couleur chocolat, une redingote et une jupe assortie avec traîne, elle s’en allait au fil des chemins. Cela faisait bien tiquer ses voisins de la voir non accompagnée, mais elle en avait cure. Qu’est ce qu’il pouvait lui arriver ?

*

Le soleil était à peine levé que Marie-Adélaïde se leva le sourire aux lèvres. Elle avait rêvé du bel Edmond et s’il lui avait fait la moitié des choses dont elle avait rêvé, elle serait la femme la plus comblée au monde. Suzanne lui apporta son déjeuner, qu’elle prit dans le silence pour rester le plus longtemps dans son nuage. Elle prit le temps de finir la lettre pour sa mère puis se rendit dans son havre de paix. L’heure du dîner venant, elle rentra et le partagea avec ses belles-sœurs, Madame Tante étant indisposée. Elle trouva que décidément c’était une belle journée. Le café avalé, elle laissa les deux jeunes femmes à leurs siestes. Elle monta, et se fit habiller par Suzanne. Son chapeau calé sur son front, sa tresse bâtant son dos, elle enfila ses gants et monta Vénus. L’amazone aimait sentir entre ses cuisses musclées la puissance de l’animal réagissant aux moindres de ses désirs. La cavalière partit doucement vers la route qui menait à Port-au-Prince. Elle laissait aller à son rythme sa monture avec laquelle elle était en harmonie. Abritée par la frondaison des pins, elle rêvassait, bercée par sa monture. Aussi fut-elle surprise quand en face d’elle se présenta un cavalier tout droit sorti de son songe. « – Madame Baillot de Courtelon, mes hommages ! » se ressaisissant, elle le gratifia d’un sourire radieux et interrogatif, elle lui demanda ce qui l’amenait en ces lieux. « – Mais vous ! Madame ! J’ai le plaisir d’être invité par vos voisins, les Bordier D’Aysse, qui sont des amis de ma famille. Je profitais donc de mon séjour pour vous porter mes hommages.

– Comme c’est aimable à vous, mais comme vous voyez, je pars en promenade, acceptez-vous de vous joindre à moi ? Car il n’était pas question qu’elle partage sa compagnie avec qui que ce soit.

– Ce sera avec plaisir. Vous avez raison, profitons de cette journée.

s-l1600.jpgTout en bavardant, laissant les chevaux aller à leur guise, ils avancèrent au fil de la route. La seule chose qu’ils voulaient c’était leur propre compagnie. Au bout d’un moment, il proposa de descendre de leurs montures afin de prendre un peu de repos. Ils attachèrent les chevaux au bord de la route et descendirent un sentier qui menait à la rivière. Ils s’assirent sur le tronc d’un arbre couché, et devisèrent tout en regardant l’eau coulée. Le jour se couchant Marie-Adélaïde décida de rentrer. Il la raccompagna jusqu’à sa monture et l’aida à monter en selle. Elle lui tendit la main qu’il effleura de sa bouche chaude lui procurant le frisson du désir inassouvi. « – Quand pourrais-je vous revoir, Madame

– Je me promène sur cette route tous les jours monsieur, on ne sait jamais ce que peut faire le hasard.

– Alors à très bientôt Madame !

Elle lança sa monture au trot, rayonnante de bonheur. Sous prétexte de fatigue, elle se retira dans ses appartements afin de pouvoir rêver plus tranquillement aux événements de la journée. Elle passa une nuit agitée entre extase et inquiétude, le reverrait-elle le lendemain.

Elle n’aurait pas dû s’inquiéter, il attendait l’amazone bien avant qu’elle n’apparaisse au détour du chemin où il était posté. Malgré sa fatigue due à son manque de sommeil, elle était éblouissante. Ils répétèrent ce jour-là le scénario de la veille ainsi que tout le reste de la semaine.

Comme tous les autres jours, elle rentrât radieuse, elle sauta de cheval et tendit les rênes au garçon d’écurie. Son époux l’attendait sur le perron. « – Bonsoir ! Madame, je vous attendais, car j’ai reçu une missive de Monsieur Fleuriau, une grande vente de bois d’ébène est prévue pour demain. Votre amie, Mme Fleuriau nous invite à passer quelques jours chez elle, et afin de fêter ça, elle organise une grande soirée. Votre chambrière prépare vos bagages pour cette occasion ». De contrariété, une ombre passa sur son visage qui surprit quelque peu son époux. Elle lui fit remarquer qu’elle n’aimait pas que l’on donne des ordres à Suzanne. Puis se reprenant, elle lui dit que cela n’avait pas beaucoup d’importance et justifia son énervement à la fatigue due à sa promenade. Elle allégua le besoin d’allait vérifier ce que Suzanne avait mis dans ses bagages pour quitter son époux. Une fois dans son boudoir, elle s’affala sur la marquise et se mit à réfléchir. Elle ne pouvait prévenir Edmond de sa soudaine absence et cela l’inquiétait. De plus, ce mouvement serait déplacé, elle n’avait pas de raison de le faire en dehors de l’impulsion. Anxieuse, ne voyant pas, comment elle pouvait éviter cette visite à Port-Au-Prince, ce qui surprendrait tout le monde, elle finit par abdiquer devant la fatalité. Même si cela ne la contentait pas, elle se dit que c’était un bon moyen de savoir s’il tenait à elle.

 (Thomas Gainsborough Mrs. Richard Brinsley Sheridan

Marie-Adélaïde Maubourg

Ils partirent tôt le lendemain matin afin de profiter de la fraîcheur. Son mari lui fit remarquer qu’il la trouvait très agitée. Elle invoqua une mauvaise nuit et l’impression d’avoir oublié quelque chose. Elle prit un livre et essaya de se concentrer sur ses pages. Ils arrivèrent en début de soirée et furent reçus chaleureusement par les époux Fleuriau. Julie-Catherine se rendit compte de suite de la nervosité de son amie. Une fois, toutes les deux seules, elle lui demanda des explications, mais Marie-Adélaïde éluda toute question. Elle prétexta à nouveau la lassitude du voyage. Ne voulant pas attirer l’attention sur son état d’anxiété et se faisant une raison, elle prit sur elle et essaya d’être enjouée auprès de ses hôtes. Julie-Catherine Fleuriau était tout excitée par l’organisation au pied levé de la fameuse soirée qui était prévue pour le lendemain soir. Elle était en ébullition. Le navire négrier, dont Aimé-Paul, son époux, était le principal actionnaire, était arrivé avec un mois de retard. Heureusement, la cargaison n’avait pas été trop abîmée, et c’est pour cette raison que les Fleuriau avaient l’intention de fêter cette aubaine. Ils avaient invité tous leurs amis pour après la vente, les amenant ainsi à y participer, afin de partager ce coup de chance. Secondée par Rachel, Julie-Catherine avait fait décorer par ses esclaves toute la demeure et notamment le patio, qu’elle avait fait illuminé de centaines de bougies malgré le risque d’incendie.

Suzanne demanda pour cette occasion quelle robe voulait mettre sa maîtresse. Comme celle-ci répondît que cela lui était indifférent, la chambrière opta pour une robe en satin gris bleu à large jupe. Elle lui enfila le corset qui accentuait sa taille et ramenait ses épaules vers l’arrière projetant le galbe de sa poitrine vers l’avant. Le haut de sa robe-fourreau qui moulait son buste accentuait l’effet du corset. Elle la coiffa d’un chignon bouclé que son opulente chevelure n’obligeait pas à compléter par des postiches, d’où s’échappaient de longues anglaises qui mettaient en valeur le cou de la jeune femme qu’agrémentait une parure de saphir. Suzanne fit remarquer à sa maîtresse qu’elle ne l’avait jamais trouvé si belle. Celle-ci répondit qu’elle n’en avait cure, car elle pensait que le principal intéressé ne serait pas là. Ce en quoi elle avait tort. Elle pénétra dans le premier salon du rez-de-chaussée et machinalement vérifia sa tenue dans le reflet de la glace au-dessus de la cheminée. « – Ne changez rien, tout est parfait ». Elle sursauta et vit dans le reflet de la glace celui qu’elle croyait encore dans sa campagne. Habillé d’un habit à la française de couleur caramel, le cheveu attaché en catogan, il la gratifia d’un sourire charmeur accompagné d’une légère courbette. À sa vue, elle devint rouge pivoine et comprit qu’elle était éperdument amoureuse. « – Vous ici ! » S’exclama-t-elle. « – J’ai moi-même reçu une invitation de la part de votre amie. » La soirée parut radieuse à Marie-Adélaïde, tout le monde la trouva resplendissante. Elle passa la soirée à danser et souvent avec Edmond. Pendant son séjour, elle le revit plusieurs fois, et à chaque fois la torture du désir devint de plus en plus intense. Lorsqu’il fallut rentrer à la plantation, elle ressentit un profond soulagement.

Dès sa première promenade à cheval, elle retrouva celui qui devint aussitôt son amant.

plaine du Cul-de-sac.JPG

Personnages

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

épisode suivant

 

 

La Palmeraie / De la Garonne au Mississippi 018

épisode précédent

Chapitre 18

Expédition de Robert Cavelier de La Salle à la Louisiane en 1684, peint en 1844 par Théodore Gudin. .jpg

Été 1789. Arrivée à la Nouvelle-Orléans.

Deux coups résonnèrent à la porte de la cabine. À travers celle-ci, la voix étouffée de Monsieur d’Estournelles leur annonça. « – Mesdames, mesdames, on voit le continent, venez voir ! ». La porte s’ouvrit en grand, « nous arrivons ! », s’écria Antoinette-Marie. Elle jeta une étole de mousseline sur ses épaules et suivie de sœur Élisée et des chiots, elle lui emboîta le pas.

Émerveillées, de la dunette, elles aperçurent la côte indistincte de leur nouveau pays teintée de rose par l’aube naissante. Malgré les explications données par le capitaine de « la Louison », elles ne devinèrent, au travers de la longue vue, qu’une multitude d’îles là où elles auraient dû voir l’embouchure du Mississippi. Trois bonnes heures plus tard, à la suite du navire avec lequel ils faisaient cortège, après avoir contourné une île, ils pénétrèrent dans l’embouchure du large fleuve, par la passe du fort de la balise qui servait de poste de douane. Ils avancèrent lentement, le père des eaux les repoussait de son courant. Où commençait le fleuve ou finissait l’océan ? Nul n’aurait pu le dire parmi les voyageurs. Les îlots herbeux furent remplacés par des bancs de sable. Ses rives indéfinissables, entre ciels et eaux, exhalaient l’odeur mélangée des fleurs qui poussaient à profusion avec celle des marécages.

Le soleil nimba d’or tout ce qu’il avait coloré de rose avec ses premiers rayons. Protégée par son ombrelle, ses cheveux d’or blanc balayaient par la brise, elle restait sur le gaillard arrière le regard fixé loin devant, cherchant elle ne savait quoi. Elle allait avoir seize ans le mois prochain, elle était mariée à un inconnu et elle voyait pour la première fois ce pays qui allait être désormais le sien. Dans sa tête les idées se bousculaient. Tout lui revenait en désordre, l’incertitude de qui elle était, ce qu’elle était, le château de Cambes, l’hôtel de Saige, les conversations avec Madame de Verthamon, sa tante, sa sœur Marie-Amélie, les monologues de Madame Authier-Cousteille sur sa vie au sein de sa grand-case, le soutien chaleureux de sœur Élisée, les multiples renseignements de Monsieur d’Estournelles tout se mélangeait. Elle se sentait vide, abrutie par ce qui lui arrivait.

Portrait of Mary Graham

Antoinette-Marie Cambes-Sadirac

Au fil des jours, ce pays l’envoûtait, les couleurs, les odeurs, l’air s’imbibaient en elle. Cette terre était faite pour elle, elle en était sûre. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle se sentait arrivée chez elle. Peut-être, car c’était simplement le but de son voyage. Son cœur se gonflait d’espoir. Lui revint en mémoire la devise familiale que lui avait brodée sur un mouchoir de linon sa sœur aînée, sœur Angélique « Qui vult, potest, qui potest, debet ». « Qui veut peut, qui peut, doit ».

Cela faisait cinq jours que le navire remontait lentement luttant contre la force du fleuve et tout ce qu’il entraînait comme alluvions et troncs d’arbre. Antoinette-Marie passait ses journées, accoudée sur la rambarde de la dunette, à laisser courir son regard et son imagination sur la plaine alluviale, chargée de vase, dont le navire remontait les nombreux méandres qui multipliaient par trois la longueur du cours. Les dernières trente lieues semblaient bien longues à la jeune fille que l’impatience gagnait.[ Elle était pressée de commencer sa vie, même si elle avait des craintes devant tout cet inconnu.

Ils passèrent devant le fort Saint-Philippe, seule bâtisse entre le fort la Balise et La Nouvelle-Orléans. Antoinette-Marie ne voyait que bandes de sable, de boue et mangrove, où eau et terre se mêlaient sous une végétation luxuriante.] Cette atmosphère mystérieuse exaltait son jeune esprit teintant son voyage de romantisme et d’aventure. Entouré des brumes matinales et des vapeurs végétales, qui par ailleurs gênaient la navigation, le bayou prenait un aspect irréel. La surface des eaux était recouverte de jacinthes, de lentilles, de jasmin sauvage et de magnolia des marais. Puis imperceptiblement, le parfum des magnolias, des lauriers-roses et des glycines embauma l’atmosphère, supplantant celui des marais. Ils aperçurent au loin des forêts grandioses de cyprès et de chênes encore vierges de civilisation. Un matin, Sœur Élisée lui montra, trois énormes bêtes ressemblant à d’énormes lézards, affalés sur la berge. Elles les trouvèrent affreuses et inquiétantes. Elles apprirent que c’étaient des « cocodîles » ou crocodiles. Elles allaient de bâbord à tribord et vice-versa montrant à l’autre ce qui les surprenait, ce qu’elle trouvait admirable ou effrayant. Constant d’Estournelles et James Wilkinson s’amusaient de l’agitation de la sœur Ursuline et de la jeune mariée. Elles firent semblant de se fâcher et reprirent leurs allers et retours sur le pont. Elles scrutèrent tous les paysages qu’ils traversaient afin d’en apercevoir la faune qui allait de l’alligator au chat sauvage, en passant par les hérons bleus, les canards et les loutres, ainsi que le dangereux serpent mocassin glissant sur l’eau à la recherche de ses proies. Des nuées de papillons s’échappaient de nombreux arbres dénudés, emmêlés de plantes épiphytes et de lianes recouvertes de « mousse espagnole ». Elles occupaient leur imagination observant les différents animaux qui s’élançaient sur les arbres, et qui les parcouraient successivement les uns après les autres, à la vitesse d’un oiseau, avec les anneaux mouvants des reptiles. Tantôt, elles s’égayaient devant la légèreté des sauts d’un écureuil qui courait de branche en branche et qui jouait librement avec ses semblables. Tantôt, elles s’effrayaient devant la souplesse du léopard qui poursuivait sa proie jusque sur les sommets des arbres avec la précaution d’un chat, ou devant les efforts onduleux du gros serpent, qui sortait des marais, s’entortillait autour des troncs pour parvenir en haut des arbres et y saisir quelques gros oiseaux qu’il glaçait de ce magnétisme, qui faisait sa force. Outre plusieurs animaux de ce genre, elles admiraient la foule innombrable d’oiseaux multicolores, de tous ramages et de toutes tailles, qui se mêlaient en voltigeant partout et qui achevaient l’enchantement du tableau qui rappelait le Paradis. L’équipage et les passagers souffraient de leurs premières piqûres de maringouins. Antoinette-Marie les éloignait à coups d’éventails, bien qu’elle semblât échapper aux piqûres. Elle supposa que sa peau n’était pas à leurs goûts, ce dont elle se félicita vu ce qu’elle en savait. Ce fléau était porteur de la fièvre jaune, du typhus, de la malaria et du choléra.

– Savez-vous où nous nous situons ? » demanda Antoinette-Marie à monsieur d’Estournelles qui leur tenait compagnie.

– Nous sommes dans la paroisse des Plaquemines, son nom vient de l’arbre plaqueminier dont le fruit nous est plus connu sous le nom de « Kaki » ». Répondit-il, tout en montrant l’arbre.

– Et La Nouvelle-Orléans est-elle encore loin ?

– Nous ne devrions plus tarder maintenant… Tenez, regardez, voici les premières levées qui protègent les habitations du fleuve.

Elles aperçurent au loin une grande demeure cernée de champs et de rizières à perte de vue sur lesquels, le dos courbé, une population noire travaillait la cane sous les ordres de surveillants coiffés de larges chapeaux de paille. Antoinette-Marie regardait, subjuguée, ce qui allait être son univers, et pour la première fois elle réalisait ce qui l’attendait.

Le soir venant, le capitaine annonça aux passagers qu’il était temps de boucler les malles, d’ici une heure, on allait apercevoir le port tellement attendu. Cela faisait six jours qu’ils naviguaient sur le fleuve, l’attente s’achevait.

Peinture de Georges Romney, une jolie vision des années 1780 et son gainsborough..jpgSœur Élisée aida Antoinette-Marie à se changer, afin d’être présentable. Elle se corseta, enfila plusieurs jupons malgré la chaleur. Elle avait choisi une robe à l’anglaise en indienne blanche avec des fleurs polychromes en impression. À manches longues ajustées, elle était baleinée au dos accentuant sa cambrure et était fermée devant par laçage. Sœur-Élisée, attendrie par les efforts de présentation de la jeune fille, lui servait de chambrière et de miroir. Celle-ci s’était au préalable constitué la seule coiffure qu’elle savait se faire le chignon à la « Rose-Marie », comme elle l’avait surnommé. Elle l’avait agrémentée d’un petit chapeau de paille relevé à l’arrière dont sœur Élisée noua le large ruban sur la nuque. Elle arborait le seul bijou qu’elle possédait le médaillon d’or dont l’éclat l’avait sauvé à Saint-Domingue. Les malles fermées, se sentant prêtes, les deux jeunes femmes remontèrent sur la dunette. Monsieur d’Estournelles admira l’élégance d’Antoinette-Marie que sa silhouette élancée accentuait et lui en fit le compliment.

 Monsieur Cerveillon, le second, avait entraîné, exceptionnellement, les passagers à la proue du navire afin qu’ils ne perdent rien du spectacle. Le fleuve s’élargit aux dimensions d’un lac se perdant au nord dans les brumes de chaleur. Ils découvrirent, à tribord, sous le soleil couchant, lové dans la courbe du fleuve les premiers toits de la ville. Antoinette-Marie fit constater la similitude entre Bordeaux et La Nouvelle-Orléans, faisant remarquer toutefois que cela s’arrêtait à son étalement le long du fleuve. Les deux villes formaient toutes les deux un croissant de lune, cela la conforta dans son espoir d’être faite pour vivre au sein de celle-ci, elle se serait accrochée à n’importe quel lambeau d’espérance tant la peur de l’inconnu s’infiltrait en elle.

Le navire longea les levées herbeuses derrière lesquelles ils devinèrent les toits des maisons enfouis dans une végétation luxuriante de magnolias, de palmiers, de saules et de sycomores.

Le « Louison« se fraya un chemin à travers la multitude d’embarcations au mouillage. Des bricks et des goélettes battant pavillon espagnol ou fleurdelisé attendaient là leurs marchandises pour leur voyage de retour après avoir déchargé les produits en provenance de leurs pays d’origine, avec un passe-droit pour ceux de la France. Autour d’eux circulaient une multitude de canots indiens, de barques à fond plat, certaines munies de voiles carrées, d’autres avançant à la force de leurs rameurs. Les passagers observaient le spectacle, Antoinette-Marie était intriguée par l’adresse des capitaines de navires, et admirative devant la dextérité des plus petites barques qui, malgré les remous du fleuve accentué par les gros tonnages, réussissaient à éviter les accidents. Aux basses eaux, la rive laissait paraître une boue jaunâtre léchée par le flot trouble. Le navire se dirigea vers le débarcadère où il accosta face à la place d’armes au bout de laquelle trônaient les ruines de l’église saint Louis que la ville songeait à reconstruire à l’identique depuis l’incendie. Antoinette-Marie et Sœur-Élisée découvraient une ville dont les rues se coupaient en angle droit selon les plans d’origine de Leblond de la Tour, ingénieur du roi, envoyé dans la colonie en 1723 et qui se relevait doucement de ses cendres. De part et d’autre de la place, perpendiculaire au fleuve, se trouvaient les casernes face au palais du gouverneur et des magasins royaux. Tous étaient en reconstruction, tous surmontés des bannières jaune et rouge du roi d’Espagne flottant au vent. Autour des traces de l’église Saint-Louis, la ville se déployait à l’abri des digues censées la protéger des crues régulières du Mississippi. Elle était encore parsemée de parcelles vides sur lesquelles rien n’avait été reconstruit, comme celle du Cabildo. Malgré ça, des maisons cossues, reste d’une rangée, jouxtaient les entrepôts limitant le port et ménageant une vaste place encore grouillante de vie à cette heure-là, pleins de couleurs et de sons. L’activité de la ville semblait s’être tout entière concentrée sur cet espace. Comme à Saint-Domingue, se croisait dans un certain désordre des débardeurs blancs ou nègres, torse nu, ruisselant sous les charges, des courtiers affairés, quelques négresses tenant en équilibre sur leur tête des plateaux de joncs tressés chargés de vivre, des habitants en promenade profitant de la brise du soir qui les laissait enfin respirer.

En attendant la fin des manœuvres d’appareillage, monsieur d’Estournelles après avoir cité les différents bâtiments encore debout et à leur vue expliqua aux dames que la partie de la ville la plus peuplée et la plus belle était celle qui longeait le fleuve. Les autres quartiers étaient presque déserts ou habités par les gens de couleur, ce qui était contraire à la plupart des villes portuaires, où l’on trouvait près des quais bureaux, magasins de négociants et masures d’ouvriers, les quartiers élégants fuyant le tumulte du port. La ville était en grande partie habitée par des négociants ou des planteurs y ayant leurs maisons de ville et qui y séjournaient que l’hiver, l’été, ils étaient dans leurs plantations, fuyant chaleur et miasmes.

La nuit était tombée quand le capitaine et les officiers se réunirent pour dire adieu à leurs passagers avec une certaine émotion. Depuis la tempête, Antoinette-Marie sans le vouloir était devenue le porte-bonheur, l’ange gardien de tout l’équipage. Le petit Kerrien la larme à l’œil tenait pour la dernière fois Béarn et Navarre qui commençaient à peser lourd et qui le gratifiaient à l’aide de coups de langue de toutes ses attentions. Sœur Élisée fut chaleureusement remerciée pour tous ses soins. C’est avec un pincement au cœur que les passagers quittèrent « la Louison », bien qu’ils fussent soulagés d’être enfin arrivés. Les jambes vacillantes se souvenant encore du roulis de l’eau, ils touchèrent la terre ferme.

Les formalités administratives de débarquement furent rapides, Monsieur d’Estournelles était connu des autorités portuaires. Ils se mirent donc en route pour l’hôtel de Maubeuge, espérant les trouver encore en ville. Dans le landau prêté par le capitaine du port, ils remontèrent la rue Saint-Pierre, tournèrent rue Dauphine, et trouvèrent l’hôtel juste après la rue Saint-Louis. Ils firent le chemin au milieu de la brume qui montait du fleuve, les empêchant de voir même ce qu’ils longeaient. Dans son cocon de brouillard, la ville faisait fantomatique. Les bruits amortis, elle semblait vide de toute vie. Ils s’arrêtèrent devant une demeure avec véranda, soutenue par de minces colonnes, au rez-de-chaussée comme à l’étage. Le cocher ouvrit la porte et déplia le marchepied. Monsieur d’Estournelles aida les dames à descendre de la voiture. Antoinette-Marie, intimidée, après avoir rassemblé ses jupes et fait attention où elle mettait les pieds, leva la tête vers les lumières des hautes fenêtres. Après avoir passé les grilles de fer forgées, elle remonta la petite allée bordée d’arbustes, éclairée par des flambeaux. Elle gravit lentement la volée de marches menant à la porte d’entrée, Béarn et Navarre, sur les talons, aussi méfiants que leur maîtresse. Monsieur d’Estournelles la devança pour frapper à la porte. Sœur Élisée, tout en suivant ses compagnons, examina les alentours et remarqua que la demeure, parmi celles encore debout, était la plus grande. Toutes les parcelles de l’autre côté de la rue paraissaient vides, déblayées de leurs ruines, ou en cours de reconstruction. La demeure des Maubeuge, ainsi que ses voisines, semblait avoir eu bien de la chance, elles avaient été épargnées de justesse par l’incendie que leur avait déjà décrit avec moult détails monsieur d’Estournelles au cours du voyage.

Les femmes d'ascendance africaine de la Nouvelle-Orléans portaient souvent des tignons traditionnels comme coiffure. Courtoisie de la collection historique de la Nouvelle-Orléans

Josépha

Comme on mettait un peu de temps à leur ouvrir, le secrétaire des Maubeuge refrappa à la porte. Celle-ci s’ouvrit sur une grande négresse, qui semblait n’avoir que la peau sur les os, visiblement courroucée d’avoir été pressée. Tout en bougonnant, sous ses paupières lourdes, elle balaya d’un air hautain Antoinette-Marie qu’elle trouva face à elle dans l’ouverture de la porte. Agacé, Constant d’Estournelles poussa la porte et la négresse. « – Et bien Josépha, c’est comme ça que tu accueilles les invitées de tes maîtres ! Va donc annoncer l’arrivée de madame Cambes-Sadirac de Thouais et de sœur Élisée Chaumont Charvet ! » Souriant malicieusement de la blague qu’il faisait à la gouvernante, car il savait bien qu’elle ne retiendrait pas la longueur des noms des deux dames, d’autant qu’il en avait rajouté intentionnellement. « – Missi Balluet, vous de ‘etour ! » et après avoir esquissé une petite révérence, elle fit demi-tour sur elle-même et partit la démarche raide vers une porte de l’autre côté du vestibule, par laquelle entra presque aussitôt une femme élégante. « – Vous voici enfin ! Comme je suis heureuse ! Entrez, entrez, vous êtes ici chez vous. Considérez-vous comme dans votre famille, de toute façon je ferai tout ce que je peux pour que vous vous sentiez comme chez vous ! » Antoinette-Marie surprise devant un accueil aussi chaleureux ne sut comment répondre. « Excusez-moi, je vous saute dessus comme un canard sur hanneton, mais j’étais si impatiente de vous voir. J’ai reculé le plus possible notre départ pour la plantation afin que vous ne trouviez pas la maison vide ! » Se retournant vers Sœur-Élisée, Madame de Maubeuge reprit. « – Excusez-moi ma sœur, mon impatience me fait faillir à mes plus humbles devoirs, entrez, mettez-vous à l’aise ». Prenant son bras, elle entraîna, dans la pièce d’à côté, Antoinette-Marie. Dans le salon où était servi un repas, monsieur de Maubeuge attendait le retour de sa femme. « Mon ami, outre votre secrétaire, je vous ramène madame Cambes-Sadirac de Thouais et sœur Élisée Chaumont Charvet qui je crois, par je ne sais plus qu’elle branche de ma famille, est une de mes cousines. » L’homme s’approcha et fit un baisemain aux deux jeunes femmes. Monsieur et Madame de Maubeuge étaient un très beau couple d’une élégance naturelle sans ostentation. Autant il paraissait froid et dédaigneux, autant elle paraissait enjouée chaleureuse. Blonde, les yeux bleus et rieurs, la bouche fine et malicieuse, le nez légèrement aquilin, le verbe rapide, avec un physique très aristocratique, Antoinette-Marie d’emblée fut séduite. Son aspect longiligne n’était que mouvement, de taille moyenne, Antoinette-Marie la dépassait, elle avait toujours un mot aimable pour tout le monde. Elle avait cette façon indolente des créoles de s’exprimer, laissant un peu traîner ses fins de phrases, ce qui n’enlevait rien à son autorité naturelle de femme nantie. Sœur Élisée se dit que cette femme si ouverte ne devait pas dire tout ce qu’elle pensait et devait réfléchir plus qu’elle en avait l’air. Le marquis interrompit courtoisement sa femme et s’adressa à son secrétaire.  « Mon ami si vous désirez vous retirer nous ferons le point de nos affaires demain matin, autrement c’est avec plaisir que vous pouvez vous joindre à nous. » Constant d’Estournelles déclina l’invitation, et signala qu’il laissait sur le bureau du Marquis les dossiers traités lors du voyage. Il se retira après avoir salué ses compagnes de voyage et la marquise. Celle-ci se retourna vers Josépha qui faisait déjà ajouter des couverts à la table par une grande négresse aux bras ronds, le tignon en coton écossais indigo et blanc comme la gouvernante, Antoinette-Marie, devait remarquer que toutes les servantes de la maison étaient coiffées à l’identique. « – Josépha, vérifie que les chambres sont prêtes et dès que les malles seront arrivées que l’on s’occupe de la garde-robe de ses dames. » Se retournant vers sœur Élisée, elle lui demanda si elle acceptait son hospitalité ou si elle comptait aller tout de suite au couvent. « – J’irai me présenter demain matin auprès de la mère supérieure, mais j’accompagnerai Antoinette-Marie auprès de son époux comme cela me l’a été demandé. C’est donc avec plaisir que je profite de votre hospitalité. » Tout étant réglé, la marquise proposa de passer à table. Antoinette-Marie était surprise par le luxe de la décoration, lustre en cristal, chandelier en argent à cinq ou dix bougies, fauteuil à la reine tapissé crème avec des guirlandes de roses comme les lourds rideaux qui encadraient les portes-fenêtres ouvertes. Les rideaux de mousseline, qui servaient de moustiquaire, se soulevaient légèrement au gré de la brise nocturne dévoilant par à-coups un jardin luxuriant illuminé par des torches. L’ensemble du mobilier était d’une simplicité raffinée, une élégance contenue, agrémentée d’une abondance d’ornements gracieux et délicats. Aux murs se faisaient face un tableau de la marquise avec un jeune enfant et un du marquis ainsi que deux autres enfants encore plus jeunes. Après s’être excusée, Antoinette-Marie repoussa l’un des rideaux de mousseline afin de faire sortir Béarn et Navarre qui se couchèrent dans la véranda, Monsieur de Maubeuge s’extasia devant leur lignage et réclama des chiots dès la première portée.

Antoine Laurent de Lavoisier et sa femme 1788.

Nathalie et Louis Amédée de Maubeuge

Pendant que Josépha secondée par deux autres servantes faisait le service. La marquise submergeait de questions les deux voyageuses. Elles racontèrent sommairement le voyage et ses péripéties éludant le douloureux chapitre de Saint-Domingue.

Le repas fini Monsieur de Maubeuge se retira dans son bureau sous prétexte d’étudier les dossiers tellement attendus. De son côté, la marquise accompagna ses invitées à leurs chambres. Après avoir monté le large escalier qui allait à l’étage, elles parcoururent les loggias, qui donnaient sur le jardin, fermé uniquement par des rideaux d’ajoncs que l’on déroulait suivant l’ardeur du soleil, comme la plupart des maisons sous ses latitudes. Après avoir présenté sa chambre à sœur Élisée, Josépha s’occupant de son confort, madame de Maubeuge accompagna Antoinette-Marie jusqu’à la sienne. Elles pénétrèrent dans le boudoir adjacent à celle-ci. Il était tendu de toile de Jouy rouge foncé représentant des couples dans un décor pastoral. Il était meublé d’un canapé et deux fauteuils avec dossier en médaillon à la dernière mode de couleur crème, ainsi que d’une table, d’un bureau et d’une commode décorés, plaqués d’acajou et ornés de bronzes dorés. Quant à la chambre y trônait un grand lit à la polonaise avec commode et coiffeuse assortie, ainsi qu’une bergère dans un angle de la pièce. Antoinette-Marie était admirative. « – Madame, votre décoration n’a rien à envier aux hôtels bordelais que j’ai pu voir ! » Touchée par la spontanéité de la jeune fille autant que par le compliment, elle répondit avec modestie que cela ne se pouvait. Elle savait pertinemment que son hôtel était à la hauteur du compliment, elle avait suffisamment dépensé en ce sens. De la garde-robe sortit une jeune négresse suivie d’une plus âgée. « – Esther, approche-toi ! » La jeune esclave d’environ 13 ans, les yeux baissés, vint se planter à côté de la marquise. « Antoinette-Marie, je peux vous appeler Antoinette-Marie ?

Bien sûr, Madame. Répondit-elle, intriguée.

– Ah non ! Moi, c’est Nathalie ! Bon, voici Esther !

– Esther a une drôle d’histoire. Avec Sara comme nourrice, elle m’a été offerte par un capitaine au long cours qui avait vendu une garnison de bois d’ébène à mon époux alors que nous étions de passage à « Cap-Français ». Il l’avait recueillie nourrisson, lors de son voyage et il ne pouvait se résoudre à la vendre. Il m’a donc demandé de ne jamais les vendre, aussi comme cadeau de mariage, je vous offre Esther. Non ! Non ! Vous ne pouvez refuser, les papiers sont faits et vous ne pouvez vous passer de chambrière. Esther a été bien formée et elle est encore assez malléable pour que vous puissiez finir de la former selon vos habitudes. » Car, ce que ne disait pas la belle marquise, c’est qu’Esther devenait encombrante. Son mari commençait à laisser son regard s’appesantir sur ses jeunes formes, et il n’était pas question qu’une de ses chambrières devienne une de ses tisanières. Alors, elle avait trouvé la solution idéale pour tout le monde selon son angle de vue.

Antoinette-Marie était terriblement gênée, mais ne se voyait pas refuser l’étrange cadeau. Elle remercia la marquise tout en se demandant comment elle allait s’y prendre avec l’esclave à peine plus jeune qu’elle. Se retrouvant seule avec elle, elle s’adressa à elle « – J’espère, Esther, que nous nous entendrons… Pour commencer, peux-tu aller me chercher une écuelle d’eau pour Béarn et Navarre ? À leurs noms, les deux jeunes dogues se levèrent, l’esclave se raidit. « – N’ai pas peur, ils sont très doux, approche-toi » Esther affolée les yeux grands ouverts regarda par en dessous celle qui était devenue sa maîtresse. « – Ne crains rien ! » Après l’avoir fait, montrant l’exemple, prenant la main de l’adolescente réticente, elle lui fit caresser le crâne de Navarre qui la gratifia d’un grand coup de langue. Rassurée, elle fit de même avec Béarn qui ne broncha pas. « – Tu vois, ils ne sont pas méchants, ils sont doux comme des agneaux. » Puis s’adressant aux chiens, elle leur dit « – Maintenant, il faut écouter Esther comme si c’était moi. Compris ? » Les deux jeunes dogues s’assirent et regardèrent leur maîtresse. Esther sortit.

Antoinette-Marie, une fois seule, s’assit sur la bergère et retira ses chaussures soulageant ses pieds comprimés. Relevant ses jupons, elle dénoua ses jarretières et roula ses bas de coton. Elle n’était pas à l’aise avec cette soudaine acquisition. Le cadeau de madame de Maubeuge l’avait pris de court. Elle savait qu’elle allait avoir des gens à son service, qu’elle allait posséder des esclaves, de cela, elle avait été avertie, mais elle avait pensé que ce serait par le biais de son mari. Monsieur d’Estournelles lui avait fait comprendre qu’il en possédait un certain nombre. Elle savait bien qu’elle n’avait pas le choix dans cette société, et qui lui était même, interdit de libérer, sans permission des autorités, ses gens, ce qui de toute façon amènerait n’importe quel propriétaire à la ruine. Et puis dans son cas, on ne lui demanderait pas son avis, elle n’était qu’une femme sous tutelle de son époux. De plus, elle ne savait même pas comment pourrait vivre dans cette contrée un esclave libéré, aussi devant la fatalité, elle se dit qu’elle allait faire de son mieux pour qu’Esther ne pâtisse pas trop de son état.

Elle alla s’asseoir devant la coiffeuse, les yeux dans le vague, elle songeait toujours à sa nouvelle situation. Elle allait commencer à défaire son chignon quand l’esclave revint. « Oh ! Attendez Mam, c’être à moi de le fai’e » elle défit donc le chignon de sa nouvelle maîtresse et lui brossa sa lourde chevelure aux boucles lisses, puis à sa demande, elle lui fit une tresse pour la nuit. Ensuite, elle lui défit sa robe laissant enfin pleinement respirer Antoinette-Marie et lui enfila une chemise pour la nuit. « – Demain matin, comment je fais pour t’appeler ?

– Oh ! Moi do’ mir à côté dans le ga’de ‘obe Mam ! moi être toujours là !

– Bien, bien !

*

Esther (Creole woman in Red Turban

Esther

Esther se leva avant le jour, entrouvrit la porte de la chambre de sa maîtresse. Elle n’eut pas besoin d’appeler les chiens, ils se levèrent aussitôt et ils suivirent la jeune esclave pas encore très rassurée. À partir de ce jour, ils suivirent indifféremment ou Antoinette-Marie ou Esther à la surprise de tous. La servante sortit sans faire de bruit de la maison et traversa le jardin pour se rendre à la cuisine qui jouxtait les communs. Comme tous les matins, le coq n’avait pas encore chanté que tous les gens de maison se retrouvaient autour de la grande table de chêne pour le grumeau matinal. Navarre et Béarn abandonnèrent Esther sous le grand magnolia et l’y attendirent.

Abigaël, bien que sœur de Josépha, était aussi ronde et lourde que sa sœur était sèche. Elle trônait comme il se devait à la table. Elle était la nourrice de la marquise et était devenue sa cuisinière. Madame Bourdeille de la Salle, la mère de Madame de Maubeuge, avait cédé à la mode des nourrices noires qui sévissait à sa naissance à Nantes. La marquise était la seule qui l’appelait Abi. Ayant l’oreille de sa maîtresse depuis qu’elle l’avait eu pendue à sa mamelle, elle régnait sur tous les esclaves de la maison malgré le statut de sa sœur qui était passée de servante à tout faire dans l’hôtel nantais à gouvernante en arrivant dans cette demeure. Elles avaient été toutes les deux cédées à la marquise par sa mère lors de son départ pour la colonie.

Esther salua tout le monde et demanda à Samson avec quoi nourrir les chiens, il grommela qu’il allait s’en occuper. Elle s’assit à côté de Sara, une grande noire solidement plantée qui, pour avoir remplacé sa mère, était sa seule famille. Arriva derrière elle Josépha qui ne décolérait pas depuis qu’elle avait appris le changement de statut d’Esther qui jusque-là était son souffre-douleur. Elle attaqua d’emblée la jeune fille « Alo’ êt’e contente la noi’aude ! » ce qui fit sourire Abigaïl, car sa sœur devait être la plus noire des gens de maison, mais à sa décharge, elles étaient nées à Saint-Domingue et non en Afrique comme ses sauvages. « – Elle pouvoi’ ! » répondit Sara froidement, défendant comme toujours celle qui était son enfant. « – Elle deveni’ impo’tante maintenant, et toi plus pouvoi’ lui donner o’d’es !

J’aime’ai voi’ ça, tant qu’elle êt’e dans cette maison, elle m’obéi’ !

– Toi savoi’ que non, intervint placidement Abigaïl, elle avoi’ une nouvelle mait’esse, toi ‘ien di’. Sur ce, avec difficulté, elle leva pesamment son corps alourdi et partit suivie de Josépha, car c’était elle qui réveillait sa maîtresse, deux heures après le lever de soleil, comme toujours depuis sa naissance, mais elle devait avant cela vérifier la tenue de la maison avec sa sœur. Restée seules, Sara s’adressa à Esther  « – Toi falloi’ comp’end’e que ta place auprès de ta mait’esse êt’e impo’tante. Moi savoi’ par Marguerite qu’à la plantation la gouve’nante, c’est la Louisa, mais elle, pas fai’e misè à toi ; toi contenter toujours ta maîtresse, Marguerite dire que ça êt’e une chance pou’ toi. » Puis la regardant droit dans les yeux, elle rajouta avec gravité « – su’tout tenir toi éloigner des hommes blancs autant que toi pouvoir. » Esther chercha dans les yeux de celle qu’elle considérait comme une mère un supplément d’information qu’elle ne trouva pas. Elle acquiesça.

*

Quelques jours avant, Sara s’était rendue hors des limites de la ville sur un grand espace qui semblait à moitié abandonné dans la semaine, et que les blancs appelaient place des nègres ou du cirque et qui pour tous allait se nommer la place Congo. Elle se situait en ligne droite de la place d’armes à la limite des anciens remparts. Les Orléanais faisaient une entorse tacite au code Noir. Ils permettaient à leurs esclaves africains d’exercer une autre activité pendant leurs jours de repos et même de vendre les produits de leur propre parcelle. Aussi le dimanche la place était comble, s’y croisaient sans se mélanger des esclaves et des affranchis ainsi que quelques spectateurs blancs qui restaient en périphérie. Ils se rassemblaient sur l’esplanade pour organiser leurs danses traditionnelles, la Calinda, la Bamboula, le Congo, ses rituels collectifs mettaient en scène les divers aspects de leur vie. Les différents participants en profitaient pour échanger des informations qui passaient ainsi d’une plantation à une autre d’une demeure à une autre. Chaque tribu avait son point de rencontre précis. Sara, comme chaque dimanche après-midi, laissait les enfants Maubeuge à Abigaël et se rendait sur le lieu dans le dessein caché d’y retrouver des gens de sa tribu. Elle avait peu d’espoir, car la plupart d’entre eux avaient été vendus à Saint-Domingue. Mais ce rituel la faisait avancer tous les jours. Elle se mêlait à la foule et écoutant tous les dialectes possibles, elle cherchait à reconnaître celui de son village. Elle passait entre les groupes qui formaient des cercles dont le plus grand ne devait pas mesurer plus de 10 pieds de diamètre avec au milieu des musiciens qui avaient pour instruments de vieux tonneaux de viande de porc sur lesquelles ils frappaient avec des bâtons ou des os utilisés comme des baguettes de tambour. Le roulement continu faisait danser des dizaines d’hommes et de femmes qui entonnaient un chant dont le langage était indéfinissable tant se mélangeait la langue des maîtres et celle du village de leurs pères. Elle remarqua même un groupe qui singeait les maîtres en dansant une contredanse. Au centre de l’esplanade, un cercle, plus important que les autres, entourait la reine du vaudou, Marguerite Darcantel. Celle-ci exécutait une danse particulière accompagnée d’un groupe de femmes. Elles ne décollaient pas les pieds du sol, se contorsionnaient, faisaient onduler leur corps par des mouvements de balancements qui partaient des chevilles pour remonter vers la ceinture. Autour d’elle des hommes sautaient et réalisaient des acrobaties mimant des combats. Sara regarda, fascinée, la danse, qu’elle savait, offerte aux dieux et qui lui rappelait son Afrique.

congo square in new orleans.jpg

La reine prononçait quelques mots ou quelques phrases auxquelles la foule répondait telle une litanie offerte à Papa Legba. Cette prière demandait de l’aide afin de supporter cette vie, supporter le fouet du blanc, supporter le travail aux champs. Dans cet échange mystique, les fidèles se mirent à frapper le sol de leurs pieds et à entamer petit à petit une ronde autour de leur prêtresse. Celle-ci s’arrêta ruisselante de sueur et s’effondra sur le sol ou elle haleta en attendant de reprendre son souffle. Sara, qui la connaissait bien, pour l’avoir soignée après le grand incendie sur la demande de Mme de Maubeuge, s’approcha d’elle pour lui donner de l’eau. Elle l’aida à se relever et l’accompagna jusqu’à l’ombre des arbres qui bordaient la place. « – Justement, la Sara, moi vouloir te voir. La Loa Erzulie venir à moi et elle te faire dire qu’une femme blanche venir et emmener ta fille, mais qu’être une bonne chose. Tant qu’elle, être auprès d’elle, elle être heureuse. Mais attention, si elle partir pour un homme blanc, elle avoir des années de malheur. Falloir elle rester auprès de cette femme. » Sarah la regarda, médusée, le seul être qu’elle aimait allait lui être enlevée. Mais elle savait aussi qu’il fallait se plier aux désirs des Dieux, alors fataliste elle accepta ce que lui prédit Marguerite. Elle la remercia de son message et lui demanda ce qu’elle devait faire en échange. Marguerite répondit qu’elle n’avait rien à faire, son sacrifice était suffisamment grand.

*

Lorsqu’elle ouvrit les yeux, Antoinette-Marie trouva Esther en train de raccommoder un jupon décousu. D’une voix douce qui se voulait ferme, elle réclama son déjeuner et un bain. Pieds nus sur le tapis qui devait être de très bonne qualité tant il était doux, elle alla jusqu’à la fenêtre qui donnait sur la rue. De là, elle découvrit l’état de la ville. Arrivée de nuit, elle n’avait pas vu à quel point la ville était en chantier. Bien que le sachant elle fût assez surprise. Ce n’était que demeures en reconstruction à perte de vue. Après s’être rassasiée tranquillement, elle prit avec plaisir un bain qui la dessala et la décrassa de son voyage. Pendant que ses cheveux séchaient, elle mit à jour son journal qu’elle n’avait pas eu le courage de compléter avant de se coucher. Elle réclama à Esther une robe à la chemise, vaporeuse, agrémentée d’un grand volant au décolleté et aux avant-bras, qu’elle mit sur une chemise et un jupon. Esther la retint au-dessus de la taille avec un large ruban de soie azur qu’elle laissa lâche, évitant de comprimer celle-ci. C’était la tenue idéale pour éviter de souffrir de la chaleur à venir. Elle avait déjà constaté lors de la remontée du Mississippi à quel point la chaleur pouvait être moite à cette époque de l’année. Coiffée d’une simple tresse souple d’où s’échappaient des boucles naturelles, Esther trouva sa maîtresse très belle et en était très fière. De plus, elle avait pu remarquer, en rangeant son linge que sa qualité n’avait rien à envier à celle de la marquise, ce qui laissait supposer l’importance de sa nouvelle maîtresse.

Antoinette-Marie rejoint son hôtesse installée dans le patio. À sa vue, lorsque celle-ci arriva, Nathalie de Maubeuge se félicita encore une fois d’avoir participé au mariage de la jeune femme. Elle pourrait de façon fort honorable faire partie de ses intimes, elle n’aurait pas à en rougir devant ses amis. Elle viendrait agrandir ce que l’on pouvait appeler sa cour, constituée du gratin de la colonie essentiellement des aristocrates françaises et quelques Espagnoles, ce que l’on appelait les créoles. Bien que très jeune, elle trouvait que la nouvelle arrivante avait beaucoup d’allure. À son approche, elle se leva et des deux mains lui prit les siennes. « – Dans cette tenue, nous ressemblons à deux sœurs, et non pas que je veuille remplacer les vôtres, mais je ferai de mon mieux pour adoucir le manque que vous pourriez avoir de votre famille ». Effectivement, la marquise était vêtue d’une robe semblable à celle de la jeune fille. « – Mais venez, que je vous présente à ma petite tribu. » S’avança alors un jeune garçon, d’environ huit ou neuf ans, les cheveux blonds cendrés, le menton haut et déjà plein de morgue. Jean Nicolas, le fils aîné des Maubeuge, était le portrait de son père. Celui-ci s’avança vers elle et se courba comme il avait vu faire par les adultes et d’une voix encore haute, il lui fit son compliment. Elle lui répondit attendrie. Puis derrière lui s’avança timidement du haut de ses six ans les yeux pleins d’admiration, Philippe tenant à la main le petit dernier Guillaume. Elle se pencha vers les deux petits garçons et les embrassa l’un après l’autre, et gratifia l’aîné des deux d’un compliment. Philippe fut définitivement conquis. La marquise se retourna vers Sarah, leur nourrice. « – Amène donc ces jeunes gens à leur précepteur. » Une fois seules, les deux femmes s’installèrent sous un magnolia où étaient disposés une table et deux fauteuils. Mme de Maubeuge, entre deux gorgées de citronnade ponctuées de mouvements d’éventail, s’enquit des nouvelles de tous les gens qu’elle connaissait dans la région bordelaise. Antoinette-Marie donna des nouvelles des Saige, des Nairac, narra sa rencontre avec Térésa Cabarrus et ce qu’elle pensait de son époux, lui décrivit la maison carrée du banquier Charles Peixoto, les jeudis de Madame de Verthamon, le grand théâtre voulu par le duc de Richelieu et ses bals. Elles ne virent pas le temps passer.

Elles entendirent le son cristallin de la pendule du salon sonner deux coups, lorsqu’elles furent rejointes pour le dîner par monsieur de Maubeuge et monsieur D’Estournelles. Josépha avait installé le couvert dans le salon donnant sur le patio, la chaleur du jour commençait à monter et devenait suffocante. Elle avait fait baisser les rideaux d’ajoncs de la véranda laissant la pièce dans une douce pénombre. Après les salutations d’usage, Monsieur de Maubeuge s’inquiéta du confort de la jeune femme, puis annonça l’invitation du gouverneur pour la fin d’après-midi, car bien évidemment tout nouveau côlon, devait se présenter à celui-ci.

Monsieur d’Estournelles de son côté annonça que le bateau « le Viking », qui était un des rares navires à fond plat à remonter le Mississippi, partait deux jours plus tard pour Natchez. Car si des centaines d’embarcations descendaient le fleuve, le fort courant de celui-ci limitait le nombre de celles qui le remontaient. Aussi, si Antoinette-Marie n’y voyait pas d’inconvénients, il serait bon d’en profiter et de faire le voyage à son bord. Celle-ci acquiesça. Madame de Maubeuge décida qu’elle allait de son côté en profiter pour partir avec sa famille dans sa plantation. Les premiers cas de fièvre jaune avaient été annoncés en ville. Il valait donc mieux la quitter.

Après le repas, les dames se retirèrent pour faire une sieste que la chaleur imposait. Antoinette-Marie, après s’être dévêtue, s’allongea sur son lit. La tête calée sur un coussin, enfouie dans le cocon de la mousseline qui servait de moustiquaire à tout lit dans les régions tropicales. Elle laissa vagabonder ses pensées. L’accueil, que lui avaient donné les Maubeuge, la rassurait et lui donnait bon espoir sur son devenir dans sa nouvelle vie. Sur cette impression, elle finit par somnoler.

*

Louis Roland TRINQUESSE (Paris vers 1746-1800)

Antoinette-Marie Cambes-Sadirac

La fin de la journée venant, Esther vint préparer sa maîtresse. Cette dernière mettait à jour son courrier pour la France. Ne sachant que mettre pour l’occasion Esther proposa une robe à l’anglaise gris perle sur jupe d’organdi blanc, Antoinette-Marie se laissa faire. La chambrière s’était au préalable renseignée sur ce que mettait la marquise, aussi avait elle arrêté son choix sur celle-ci. Antoinette-Marie estimait que c’était aussi le rôle de sa chambrière que de choisir ses tenues. Malgré son jeune âge, elle trouvait la petite esclave fort dégourdie, dès qu’elle eut fini de la coiffer, elle la félicita pour son adresse. Une fois prête, elle rejoignit ses hôtes qui l’attendaient pour partir. Le landau, attelé, stationnait devant la porte, Samson, en grand uniforme, paradait sur son siège.

La jeune fille vit pour la première fois la ville au grand jour. C’était un immense chantier. Elle ne put que constater l’état d’avancement des travaux. Encombrant les rues, circulaient des voitures remplies de matériaux de tous types, briques, bois, tuiles… Le landau avançait lentement dans la rue Dauphine, ralentit par une circulation due à l’activité grouillante des charpentiers, menuisiers, ferronniers, briquetiers, maçons, plâtriers, recouvreurs, tuiliers, manœuvres, porteurs et artisans de toutes catégories. Tous les corps de métiers constitués d’hommes libres ou d’esclaves suaient sous la charge de travail que réclamait chaque parcelle. Madame de Maubeuge fit remarquer que la plupart des gens de son entourage étaient repartis dans leurs plantations. Les chaleurs venant, c’était un usage, mais comme la plupart des demeures n’étaient pas encore achevées, c’était devenu une obligation pour la plupart des familles créoles. Cette situation avait par ailleurs altéré momentanément toute vie sociale. Monsieur de Maubeuge prit le relais de la conversation et expliqua que suite au grand incendie, le gouverneur essayait d’imposer la brique en remplacement du bois pour les maisons à étages et les tuiles pour les couvertures. On pouvait d’ailleurs constater que les directives avaient été le plus souvent suivies à la lettre. Antoinette-Marie admira les balcons ouvragés en fer forgé, de véritables dentelles, dont certaines maisons étaient déjà garnies. Monsieur de Maubeuge fit remarquer que leur demeure avait été une des rares à être construite en pierre comme le couvent des ursulines et qu’il avait même mis un point d’honneur à faire venir des tuiles de la région bordelaise. Bien évidemment, colonnes et balcons étaient en bois, il avait pour cela choisi du bois de cyprès, car il y en avait pléthore dans la région. La voiture tourna rue d’Orléans, en direction de la place d’armes. Plus on s’approchait du palais du gouverneur, plus l’activité était intense. Par petits groupes colorés des mulâtresses aux tignons élevés, se rendaient au marché, tout en bavardant. Sur les banquettes, espèce de trottoir surélevé en bois, paradaient les quelques créoles encore dans la ville, souvent accompagnées d’un ou plusieurs de leurs esclaves. Si Madame de Maubeuge ignorait ostensiblement les premières, elle saluait les secondes, faisant parfois arrêter la voiture. À la grande surprise d’Antoinette-Marie, ils croisèrent aussi quelques Indiens qui participaient à la vie économique de La Nouvelle-Orléans en vendant, gibiers, peaux… À l’approche du palais, elle constata qu’il y avait encore des échafaudages sur lesquels s’activaient des esclaves. Monsieur de Maubeuge indiqua que la plupart étaient à lui, car n’en ayant pas besoin pour sa propre demeure qui avait échappé au désastre, il les avait prêtés au gouverneur. Celui-ci s’en servait pour différents chantiers, dont le déblaiement des restes de l’église Saint-Louis et la rénovation de sa propre demeure.

Le palais du gouverneur était lui aussi en pierres de taille, il avait donc extérieurement peu souffert du terrible incendie. Les ouvriers se contentaient de peindre les ferronneries des balcons et toutes les parties en bois qui avaient été remplacées. Le tout était d’ailleurs en partie fini. Le groupe entra dans l’immense vestibule au parquet sombre, les murs fraîchement replâtrés et repeints. Antoinette-Marie admira la décoration de l’ensemble, notamment deux immenses peintures en vis-à-vis, l’une représentant la ville de Madrid et l’autre celle de Séville. Madame de Maubeuge, constatant son intérêt, expliqua que la femme du gouverneur avait un goût très sûr, d’autant que tout était de facture française. Ils montèrent à l’étage où se situait le bureau du représentant de la colonie. Ils n’attendirent guère longtemps pour être reçus, Monsieur De Las Casas, son secrétaire, les introduit auprès de Monsieur Miro Y. Sabater qui se leva à leur entrée et les accueillit avec un grand sourire. Après avoir fait un baisemain à Madame  de Maubeuge et Antoinette-Marie, il salua leurs deux compagnons, puis il se retourna vers son secrétaire et stipula. « – Voyons monsieur De Las Casas, nous ne pouvons recevoir ces dames dans cet endroit si austère ! Essayons d’être aussi galants que nos amis français ! » Le secrétaire sans se démonter se dirigea vers une des portes latérales qui ouvraient sur un salon spacieux donnant sur les jardins à la française qui avaient été remis en état. Les dames passant devant, toute la société s’y installa. Les dames choisirent chacune une marquise, dont la largeur confortable les accueillit, face aux portes-fenêtres. Les messieurs prirent place dans les fauteuils leur faisant face. Les châssis des chaises étaient agrémentés de riches sculptures de fleurettes, feuillages et coquilles, caractéristiques du style de Louis le XVème. Sur une table aux pieds galbés, ornée de marqueterie et de bronze dont Antoinette-Marie constata le raffinement, un esclave, portant perruque en habit à la française, posa un plateau contenant des rafraîchissements qu’il proposa à chacun.

Le gouverneur avait été agréablement surpris lorsqu’il avait découvert l’élégante silhouette longiligne d’Antoinette-Marie. Il félicita, monsieur et madame de Maubeuge, pour avoir fait venir une aussi charmante jeune femme dans la colonie. Elle serait à coup sûr l’un des plus beaux ornements de la société louisianaise. Il excusa l’absence de Madame McCarthy, sa femme. Elle était déjà partie dans leur plantation de la paroisse des Allemands. Mais il était sûr qu’elle se ferait un plaisir de la recevoir la prochaine fois qu’elle viendrait à La Nouvelle-Orléans. De toute façon, il se faisait un honneur de la convier avec son époux pour le banquet des fêtes de la nativité. Antoinette-Marie était décidément enchantée de l’accueil qu’elle recevait dans son nouveau pays.

*

Le gombo cuisait doucement sur le feu. Marguerite brodait depuis une petite heure à la lumière qui filtrait des persiennes. Le motif floral sur lequel elle s’appliquait était la bordure du décolleté d’une robe de soie rouge.

Scott Burdick

marguerite Darcantel

Sans qu’elle s’en rende compte, le geste machinal de l’aiguille pénétrant dans le tissu et en ressortant la fit entrer en transe. L’image d’abord floue d’une plantation désolée, nimbée de brouillard ou d’écharpes de fumée s’imposa à elle. Elle flottait sur l’allée qui menait à la demeure suivant la silhouette blonde d’une jeune femme. Elle apercevait les champs étrangement vides. Elle entendait des mélopées tristes s’élevant au-dessus du son profond des tambours qui délivraient leurs messages. Elles percevaient les pleurs des cœurs endeuillés, les gémissements de ceux qui souffraient. Son cœur se comprimait, sa poitrine lui faisait mal devant tant de tristesse, quand des coups sourds frappés à sa porte la sortirent brutalement de sa vision. Elle se ressaisit et cria « Entrez, Madame de Maubeuge ! Entrez, Madame de Thouais ! »

Nathalie de Maubeuge, avant de quitter la ville, devait passer chez « la Darcantel », comme on disait. Elle avait grand besoin de substances dites médicinales, officiellement pour soigner les fièvres contagieuses, officieusement pour l’empêcher de retomber enceinte. Elle estimait que trois garçons, c’était suffisant. Malgré sa ou ses tisanières, son époux avait toujours le désir de l’honorer, ce qui, au demeurant, la flattait, mais elle préférait prendre des précautions. Depuis qu’elle avait porté secours à Marguerite, lors du grand incendie, elles étaient devenues très liées, et avaient construit une sorte d’amitié. Ce qui deviendrait scandaleux si cela se savait. Mais comme toutes les dames créoles étaient en affaires avec la reine du vaudou, cela ne surprenait personne si l’on voyait son cabriolet ou elle-même devant sa maison. La seule personne qui trouvait à y redire était Abigaïl, sa nourrice. Mais elle ignorait ses mises en garde superstitieuses. Elle avait demandé à Antoinette-Marie de l’accompagner, elle avait comme arrière-pensée de présenter la jeune fille et peut être de lui faire faire quelques grigris protecteurs. La société louisianaise était très superstitieuse, et en plus de prier Dieu et tous ses saints, on n’hésitait pas à accumuler tous les porte-bonheurs possibles. Monsieur de Maubeuge étant allé à cheval au palais du gouverneur, Samson conduisait les deux jeunes femmes. Il affichait un air réprobateur. La destination le mettait mal à l’aise. Le quartier Marigny, qui se créait au sud de la ville en dehors des remparts, était le quartier des affranchis de La Nouvelle-Orléans. On y trouvait tous les corps de métiers du forgeron aux couturières, mais surtout, se logeait dans cette partie de la ville toutes les métisses, quarteronnes certaines presque blanches, qu’on surnommait des tisanières. Nom qu’elles détenaient de la tisane que prétextait au milieu de la nuit le maître qui voulait les mettre au lit. Et si celles-ci avaient toutes l’air de femmes respectueuses, elles n’en étaient pas moins des femmes entretenues, des placées. Madame de Maubeuge avait choisi l’heure la plus chaude, ceci afin de croiser le moins de monde possible. Courraient dans les rues malgré le pic du soleil quelques négrillons et sous les vérandas quelques vieux nègres somnolaient. C’était le milieu de l’après-midi midi, l’air chaud faisait vibrer le décor alentour. La voiture était décapotée, aussi les deux femmes s’étaient abritées sous de grands chapeaux de paille et sous leurs ombrelles presque aussi larges que des parasols. Antoinette-Marie était curieuse de voir la quarteronne, car elle avait compris à la réaction des gens de la maison qu’elle devait être sulfureuse.

Arrivées devant la maison, elles montèrent les quelques marches qui menaient à la porte, Nathalie de Maubeuge frappa. À sa grande surprise, Antoinette-Marie entendit « Entrez ! Madame de Maubeuge ! Entrez, Madame de Thouais ! » Elle murmura à sa compagne. « – Nous étions attendues ?

– Non, elle l’a deviné ! Ce qui paraissait une évidence pour Nathalie de Maubeuge. Antoinette-Marie en resta coite et un brin sceptique, elle suivit tout de même sa compagne dans la pénombre de la maison. Dans la pièce principale qui servait de cuisine, éclairée seulement par les rais de lumières passant au travers des persiennes, la belle quarteronne attendait les deux femmes. Elle avait posé son ouvrage à cheval sur le dossier d’une chaise. L’air embaumait les épices du plat qui mijotait. Marguerite les accueillit, les bras ouverts et un grand sourire à la bouche. Elle embrassa Madame de Maubeuge et prit les mains d’Antoinette-Marie, décontenancée devant tant de familiarité. Au moment où leurs mains se touchèrent, Marguerite sentit l’air vibrer. Elle plongea ses yeux dans ceux de la jeune fille et lui sourit. D’une voix chaude, elle lui murmura « – Vous ne devriez pas avoir honte de votre don, il vous apportera le respect de votre nouvelle famille que vous sauverez plus d’une fois des tourmentes du ciel. Pensez à celui qui vous l’a donné. » Antoinette-Marie sentit ses jambes se dérober, la voyante lui présenta une chaise sur laquelle elle s’affaissa. Madame de Maubeuge en prit une autre un peu surprise de la tournure de la rencontre, se demandant bien quel était le don dont venait de parler la quarteronne. Chaleureusement, Marguerite tendit à la jeune fille une tasse de café et en servit une à sa compagne. Pendant qu’à petites gorgées, elles buvaient la boisson brûlante, Marguerite alla jusqu’au buffet de facture rustique en bois sombre sous la fenêtre. Elle y prit une boîte en ivoire finement sculptée dont le luxe était anachronique avec l’ensemble du mobilier. Elle la posa sur la table, qu’elle avait préalablement recouverte d’un morceau de toile blanche, et en sortit un jeu de cartes aux figures étranges, voire inquiétantes. Cambes-Sadirac  antoinette (jeu.JPGElle coupa le jeu puis le mélangea au son de ses bracelets métalliques, ses grands yeux sombres sous la concentration devinrent deux fentes impénétrables. Elle tendit les cartes à Antoinette-Marie. fascinée par le manège de la voyante, elle s’en saisit et obéit au son de la voix énigmatique qui lui demanda « – Brassez-les et étalez-les devant vous ». Intriguée, Madame de Maubeuge, en simple spectatrice, ne bronchait pas. Marguerite reprit « – Donnez m’en sept ! » Elle les prenait au fur et à mesure de la main de la jeune fille et tout en les retournant, elle les installait devant elle. Antoinette-Marie fixait le jeu de tarot qui se dessinait devant elle avec inquiétude. Elle connaissait le tarot, c’était dans la bonne société un jeu prisé, mais elle avait toujours eu peur qu’on lui fasse un tirage. Elle craignait, évidemment, que celui-ci ne soit pas à son avantage et les figures, qu’elle avait devant elle, semblaient le confirmer. Tout en les montrant du doigt, Marguerite, d’une voix profonde, les nommait « – Le Pendu, la Mort, l’Ermite, l’Impératrice, le Bateleur, l’Amoureux et l’Étoile, voilà qui finit bien ! Recouvrez-les d’une carte sauf l’Étoile ! » Antoinette-Marie fixa les cartes et les choisit minutieusement et recouvrit le jeu. Le songe de Marguerite se superposait au jeu. Plus elle se concentrait sur le tirage, plus les images de la prémonition devenaient précises. Elle retourna les nouvelles et dit lentement à haute voix leurs noms pour s’en imprégner « – Le pendu est recouvert de la Maison de Dieu, la mort est recouverte du Pape, l’Ermite, lui, est recouvert du Diable, l’impératrice est recouverte de la Force, le Bateleur est recouvert par la Tempérance, l’Amoureux est recouvert par l’empereur, et l’Étoile ! » Antoinette-Marie, bercée et hypnotisée par la litanie, attendait avec crainte la suite, car bien évidemment désormais elle voulait savoir. Marguerite prit la main gauche d’Antoinette-Marie, c’est par cet attouchement que les images de la prémonition se formèrent, les cartes n’étaient qu’un support. Avec son autre main, elle pointait les cartes qu’elle expliquait. La première était un homme pendu par un pied. La quarteronne d’une voix profonde lui dévoila « – Il va vous arriver quelque chose d’inattendu, un bouleversement que vous n’avez pas prévu. Cette épreuve vous mettra dans un état d’impuissance. Je vois la perte d’un être avec lequel vous êtes liée, ce bouleversement est irrémédiable. » Son doigt pointa une carte sur laquelle l’illustration montrait une tour frappée par la foudre d’où des êtres tombaient. Antoinette-Marie subjuguée sentit la sueur couler le long de sa nuque. La voyante reprit « – Vous allez vivre un effondrement avec toutefois la possibilité de reconstruire. » Elle sentit la main d’Antoinette-Marie qui tremblait de plus en plus, elle la serra pour la rassurer. Elle poursuivit « – N’ayez pas peur, la carte de la mort c’est la mort d’une situation suivie d’une résurrection. » Néanmoins, Marguerite sentait bien que la jeune femme allait vivre un deuil. Et elle dut rajouter. « – Cela passera pourtant par la mort d’un homme. S’en suivra la période de deuil. Il faudra faire confiance à votre force intérieure et faire attention au risque de renoncement et de dépression qui pourrait s’en suivre. » Antoinette-Marie écoutait, médusée, la voyante n’en croyant pas ses oreilles. Ce n’était pas possible, elle n’avait pas fait ce voyage pour ça ! Elle devait se tromper ! Marguerite continua « – Vous devrez affronter une période de difficulté, et d’adversité. Prenez garde à la traîtrise et la cupidité de votre entourage. Il est possible que l’on use de sorcellerie contre vous. Mais ne vous inquiétez pas, je serai là ! » Antoinette-Marie se demandait bien pourquoi la quarteronne l’aiderait. Celle-ci, bien qu’étonnée, par ce qu’elle voyait, reprit « – Je vous vois reconnue comme femme, mais aussi comme femme avec des responsabilités et des biens ». Montrant la carte sur laquelle était dessiné un lion, elle rajouta « – Vous gagnerez par l’effort, il vous faudra être téméraire, tenace, vous triompherez par l’intelligence. Faites confiance aux femmes, elles vous aideront, quelles qu’elles soient. » Les yeux dilatés, la devineresse enfonça son regard dans ceux de la jeune fille et reprit « – Faites esprit d’initiative, il vous faudra défendre vos biens et vos proches. Ce sera un nouveau départ, vous aurez tout en main pour réussir. » Antoinette-Marie, perturbée, avait du mal à tout suivre. Machinalement de sa main droite, elle tripotait son médaillon. Nathalie de Maubeuge, qui n’osait pas bouger, de peur de perturber la voyance, était ébahie. La main de Marguerite qui tenait celle d’Antoinette-Marie était devenue glaciale, dans un dernier sursaut, elle conclut « – Viendra le temps réparateur, l’accalmie. Ce temps-là viendra en même temps qu’un homme, c’est la croisée des chemins. Ce temps-là est le temps de la réalisation. L’homme est un homme de prestige, une grande personnalité. Il sera pour vous un Guide serviable, la force, l’autorité, la virilité. » Marguerite sursauta, l’image de Juan-Felipe s’imposa à elle. Elle ne comprenait pas pourquoi cet homme, qu’elle trouvait au demeurant séduisant et à qui elle était redevable, s’imposait à elle. Elle ne saisit pas pourquoi elle pensait à lui, s’ils s’attiraient, ils tenaient à rester bons amis et de toute façon c’était hors de propos. De son côté, Antoinette-Marie ne comprenait pas ce que venait faire un nouvel homme dans sa vie. Le son de la voix de la voyante la sortit de sa réflexion. « – À partir de là, l’avenir est à nouveau prometteur. »

Marguerite rassembla les cartes, les enveloppa dans un carré de soie noire et les rangea dans la boîte d’ivoire. Elle se leva, et resservit du café aux deux dames. Les déplacements de la quarteronne dans la pièce sortirent Antoinette-Marie de sa prostration. Pour finir, Marguerite donna une fiole contenant un liquide ambré dont quelques gouttes diluées dans une carafe d’eau pourraient lutter contre le mal qu’elle allait rencontrer. De plus, en leur disant adieu, elle prédit à Antoinette-Marie qu’elles se reverraient avant leurs premiers enfants qui naîtraient au milieu des flammes.

Les deux femmes remontèrent dans la voiture se demandant si elles n’avaient pas rêvé.

Bosque House, maison typique d’une construction à l’espagnole, après l’incendie de 1795..jpg

Personnages

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

épisode suivant

 

La Palmeraie / De la Garonne au Mississippi 003 à 006

épisode précédent

Chapitre 3

Cambes-Sadirac Antoinette-Marie  (43).jpg

Novembre 1781, L’enfance d’Antoinette-Marie Cambes-Sadirac

Le carrosse entra dans la cour empierrée du château à grand bruit. Les habitants en sortirent, empressés et curieux de voir qui à cette heure pouvait bien arriver.

 Paris, Orléans, Blois, Tours, Port-de-Piles, Châtellerault, Poitiers, Marie-Louise le fauve Moissac marquise D’Ajasson de Grandsagne voyageait sous la pluie depuis déjà huit Jours, par chance le carrosse ne s’était ni embourbé, ni rompu, sur des routes fort mal entretenues. Elle s’était arrêtée à Tours puis à Poitiers chez des amis. Elle était en route pour Bordeaux où elle était invitée comme chaque année chez son amie Jacqueline de Verthamon, mais cette année, c’était particulier, elle venait assister à la prise de voile de Marie-Angélique Cambes-Sadirac, l’aînée de ses nièces.

Elle était parvenue en fin d’après-midi au couvent des ursulines de Libourne au milieu des éléments déchaînés. Malgré l’heure, il faisait presque nuit tant le ciel s’était assombri. La tourmente faisait rage, le vent balayait tout, les religieuses couraient en tous sens barricadant la moindre ouverture. Son valet de pied l’annonça. La marquise descendit, enjambant au passage les flaques d’eau qui se créaient dans la cour, elle courut se mettre à l’abri sous le porche de la bâtisse, serrant son manteau à capuche contre elle. La sœur portière la fit entrer hâtivement, refermant derrière elle la lourde porte du couvent résistant sous la force d’une bourrasque. Elle la guida aussitôt devant la flambée de la magistrale cheminée du parloir, et lui fit porter une boisson chaude. Elle eut à peine le temps de se réchauffer que ses nièces la rejoignirent. Impatientes de la voir, elles guettaient sa venue. L’aînée ne devant prendre le voile qu’à la Sainte-Catherine, elle leur avait écrit afin de leur annoncer qu’elle venait les chercher pour un court séjour à Bordeaux. L’impatience de la plus jeune qui était friande de tout ce qui pouvait la sortir du couvent avait entraîné l’enthousiasme plus modéré de son aînée.

Après des embrassades affectueuses, leur tante, leur servant de mère de substitution depuis le décès de la leur, décida un prompt départ. Elle ne tenait pas à être bloquée dans l’enceinte religieuse. Elle craignait de ne pouvoir passer le bac à la Bastide pour l’autre rive de la Garonne. Elles n’étaient pas sorties de Libourne que le cocher de la marquise lui conseillait de faire demi-tour, des arbres risquaient de se coucher sous la force du vent. Après réflexion, elle décida, en attendant un temps plus clément pour voyager, de faire étape au château de Cambes.

Elles arrivèrent au château deux heures plus tard dans la soirée, surprenant tout le monde. Mathilde Freydou, dite Nounou Freydou, qui en avait été la nourrice, accueillit avec un sentiment mêlé de joie et d’inquiétude l’élégante dame qui descendait du carrosse. C’était encore une très belle femme, de taille moyenne, ronde sans être opulente, à la peau rose, les yeux pervenche, et châtain de cheveux. Les deux jeunes filles, l’une de dix-sept ans, l’autre de onze, étaient des répliques de leur tante en plus longiligne. L’une et l’autre n’étaient pas revenues au château depuis la mort de leur mère. Elles descendirent de la voiture sans empressement, bien que la plus jeune des deux n’en ait que peu de souvenirs.

la Fauve Moissac Marie Louise 2 (2).jpgMadame La Fauve-Moissac s’excusa pour ne pas avoir prévenu, prise par tempête, elle avait dû improviser. Mathilde la rassura, il n’y avait aucun problème. On allait installer au mieux, tout le monde. Gaspard avec le cocher et le valet de pied se chargea de l’équipage. Antonin du haut de ses huit ans aida Bertrande et sa belle-mère à porter les bagages. Tout ce remue-ménage était observé du coin de la porte par une petite fille filiforme et aux cheveux filasse d’environ sept ans. Elle semblait hypnotisée.

Pour rentrer dans le vestibule, la dame lui souriant dut la bousculer afin de passer sans tacher sa robe. Sur l’instant, elle ne fit pas attention à ses deux grands yeux noirs médusés, qui la fixaient. Elle ôta sa pelisse et secoua sa jupe de velours puce afin d’en faire tomber la poussière et entra dans le salon. Enfin arrivée, fourbue, elle rejeta le drap qui protégeait le sofa et s’y affala. En attendant que Gaspard vienne allumer le feu de la cheminée, elle observa l’état de délabrement de l’habitat. Il faut dire que depuis la mort de sa sœur personne ne s’était vraiment occupé du lieu hormis ce qu’il rapportait en vignes. Elle-même n’y était pas revenue depuis près de dix ans, préférant la ville à la campagne et en cela en dépit de la mode du moment du retour à la nature. Bertrande vint prévenir qu’elle allait préparer un repas.

De son poste d’observation, la fillette s’interrogeait sur l’identité de cette dame, si bien habillée, accompagnée de ses deux grandes filles, tout aussi élégamment vêtues, et qui paraissait connaître la demeure. Elle rejoignit les femmes de la maisonnée dans la cuisine en grand conciliabule. L’inquiétude était là, « visiblement Madame la marquise n’avait pas l’air informée ». Au courant de quoi pensait la petite fille ? Elle garda sa remarque pour elle, elle savait ne pas obtenir de réponse, elle attendit les indices à venir.

Quelques instants plus tard, dans le salon éclairé par deux candélabres, Nounou Freydou dressa et servit un repas, sur une table, qui donnait par la porte-fenêtre sur les dernières lueurs du jour que la tempête avait lavé. Bertrande, sa belle-fille, à l’étage, préparait les chambres. La fillette sous prétexte de l’aider, posait une multitude de questions dont elle ne recevait pour réponse que de vagues allocutions.

De son côté, tout en mangeant, Marie-Louise bavardait avec sa nourrice lui demandant des nouvelles de la région. Ayant épuisé les sujets de conversation, il lui revint à l’esprit la petite fille. Elle demanda si c’était la dernière-née de Bertrande. Nounou Freydou en fit tomber son plat.

La voix éteinte, elle répliqua qu’elle était surprise par la question et que si elle n’y voyait pas d’objection, il serait bon d’aborder le sujet une fois la plus jeune de ces demoiselles couchée. L’aînée était apte à entendre, pensa la vieille femme. La dame, interloquée par la réponse, acquiesça se demandant pourquoi faire tant de secrets, cela devait un être un tant soit peu sulfureux. Une fois les conditions requises, Mathilde Freydou expliqua que l’enfant était ni plus ni moins Antoinette-Marie Cambes-Sadirac, dernière-née de Monsieur et Madame la baronne. « – La dernière-née de sa sœur ! La dernière-née de sa sœur ? » Consternée, bien que doutant, la colère envahit Madame La Fauve-Moissac, son beau-frère ne pouvait pas lui avoir caché ça. La vieille insista, la preuve en était le registre paroissial signé de son père et de plus elle rappela qu’elle était là ce jour funeste. Marie-Angélique, qui assistait à la scène, essayait désespérément de se souvenir. Elle ne se souvenait que de l’abandon de son père au couvent au milieu du chagrin causé par le deuil maternel. Elle ne se remémorait pas le bébé, elle ne l’avait pas vu ; il lui semblait qu’il était mort-né. Au milieu du tumulte des pensées contradictoires des différentes personnes ressurgit Marie-Amélie, qui, bien évidemment, était revenue écouter subrepticement ce que l’on voulait lui cacher. D’une voix pleine d’assurance, elle dit qu’elle savait. Elle avait vu le bébé le jour d’après, dans la chambre de Bertrande, devenue par circonstance la nourrice du bébé, mais n’avait pas alors compris pourquoi il n’existait pas ! Ensuite, elle avait oublié, trop de choses s’étaient passées, le retour à Paris sans sa sœur, le départ de son frère pour l’École militaire et elle, toute seule, dans l’hôtel Cambes-Sadirac. S’ensuivit un long silence. La marquise prit un verre de vin se laissant le temps de réfléchir, puis décida que, pour l’instant, il ne fallait rien dire à l’enfant. Incommodée, l’ancienne nourrice expliqua qu’Antoinette-Marie avait bien dû comprendre qui était arrivée. Dès qu’elle avait pu poser des questions, on avait été amené à lui répondre, même si on n’avait pas tout dit. Marie-Louise d’un geste de la main balaya l’argument, de toute façon cela pouvait attendre demain.

De son côté, attablée dans la cuisine, l’intéressée continuait à poser mille et une questions à son entourage. Gaspard partait du principe que ce n’était pas son domaine. Bertrande qui était sa nourrice essayait de noyer le poisson attendant de savoir par sa mère, ce qu’il fallait faire. Alors, elle se fit les réponses et les partagea avec celui qui partageait le plus clair de son temps, Antonin.

Le lendemain sans explication supplémentaire, la dame et les fillettes partirent pour Bordeaux, laissant dans l’embarras les Freydou et les questions à Antoinette-Marie.

Chapitre 4

la Fauve Moissac Marie Louise 8 (2).jpg

Novembre 1781, Une explication houleuse

Madame La Fauve-Moissac était rentrée dans son hôtel particulier, de la rue vieille du temple dans le quartier du Marais, sitôt la prise de voile de Marie-Angélique faite. Elle s’était empressée d’écrire à son mari, le marquis D’Ajasson de Grandsagne, à Versailles, où sa charge au ministère des Finances le retenait. Elle avait besoin de conseils sur la façon d’aborder son beau-frère quant à l’avenir de sa nouvelle nièce, Antoinette-Marie.

Vingt ans plus tôt, le marquis D’Ajasson de Grandsagne, qui venait de prendre sa charge au ministère des Finances, finissait une tournée d’inspection, dans le Tarn-et-Garonne. Il fut invité avec son supérieur par le baron La Fauve-Moissac, dans son château de Moissac. Il arriva, dans le domaine, pour récupérer une jeune fille qui venait de choir dans un bassin devant un joli château qui devait dater de la renaissance. Surprise par leur approche, elle venait de perdre l’équilibre et était partie d’un éclat de rire qu’elle ne pouvait plus contrôler. À côté d’elle, médusée, Jeanne-Henriette, sa sœur cadette, regardait l’homme prendre dans ses bras son aînée. Elles s’étaient installées là pour faire le portrait de Marie-Louise quand avaient surgi les deux cavaliers les surprenant dans leur activité. Gabriel Henri tomba sous le charme de la jolie naïade de circonstance. Il était subjugué par la joie, et la beauté de la jeune fille. De taille moyenne, la taille fine, une chevelure blond foncé, les yeux en amande avec toujours un éclat malicieux, qui faisait écho à son intelligence, une bouche gourmande, elle était la joie de vivre incarnée. Pour un homme de nature grave, ce n’était pas rien.

Son séjour fut bref, mais déterminant. De retour à Paris, malgré ses trente ans, il sollicita de son père la permission de demander la main de la jeune fille. Ce dernier lui accorda sans problème, cette famille étant de vieille souche aristocratique. Par les temps qui couraient, il trouvait que la complaisance royale offrait beaucoup trop de lettres patentes et à son goût l’ancienneté valait de loin l’argent nouveau dont ils n’avaient nul besoin. Aussi, un mois plus tard, à la surprise des La Fauve-Moissac, le baron reçut une demande en mariage pour sa fille aînée. Marie-Louise n’eut pas besoin des explications de sa mère, madame La Tour Veyran, pour comprendre les avantages qu’elle tirerait de cette union. Elle avait suffisamment la tête sur les épaules pour comprendre que l’on ne pouvait refuser une couronne de marquise. De plus, elle avait trouvé Gabriel Henri des plus agréables et elle avait confiance dans l’ascendant qu’elle avait sur lui. Six mois après sa première venue, Gabriel Henri Ajasson de Grandsagne épousait dans la petite chapelle du château familial Marie-Louise La Fauve-Moissac. Le séjour des époux à la campagne avait été de courte durée. Le jeune marié devait reprendre ses fonctions à Versailles et tenait à ce que sa jeune épouse rentra dans le monde en bonne et due forme selon sa condition. Ils revinrent vite à Paris où Marie-Louise découvrit son nouvel univers et toutes ses coutumes, mille choses l’y attendaient. Sa belle sœur Marie-Sophie du Cheyron de la Loubarie la prit en main pour son entrée dans le monde. Marie-Louise se retrouva dans l’obligation de rendre des visites à des gens qu’elle ne connaissait pas, mais qui allaient être son entourage. Elle comprit très vite qu’elle devait prendre possession de sa position, et se mit à jouir de ses nouveaux droits. Sa belle sœur de dix ans son aînée s’amusait de son rôle de guide, d’autant que la jeune mariée prenait sa situation très au sérieux. À Paris, dans le grand monde, la tradition obligeait une jeune femme à ne pas laisser passer la semaine de son mariage sans se montrer à l’Opéra avec tous ses diamants. Elle afficha donc, à cet effet, avec plaisir la parure que son époux lui offrit pour cette occasion et qui avait appartenu à sa mère. Pour suivre la coutume, accompagnée de son époux et de sa belle sœur, elle parut le vendredi dans la loge spéciale affectée aux mariés titrés et de condition, la première loge du côté de la reine, ce qui lui permit d’apercevoir à son grand émoi, le dauphin et la dauphine.

la Fauve Moissac Marie Louise (3).jpgL’impatience la gagna alors d’être présentée à la cour, de découvrir ce monde qui lui paraissait fabuleux et dont ces prémices l’avaient appâtée. La présentation fut une grande affaire, autant pour elle que pour son entourage. Sa belle sœur lui fit comprendre que pour elle et son époux, c’était la consécration sociale incontournable. Cela allait lui donner sa place, la faire asseoir dans le monde, à son rang. La présentation la sortait de cette situation douteuse ; fraîchement débarquée de sa province, elle ne pouvait percevoir à quel point elle était équivoque aux yeux de la cour. Cette cérémonie allait l’extirper des limbes qu’était cette demi-existence des femmes non présentées et n’ayant point eu ce vernis de Versailles. Le jour de la présentation fut un jour solennel ! Sa belle-sœur, Madame du Cheyron de la Loubarie, la fit coiffer trois fois. À la troisième fois elle n’était pas encore tout à fait contente, tant une coiffure de présentation demande de talent, de travail, de patience. Marie-Louise coiffée fut poudrée, la chambrière lui posa le rouge selon ses indications. Puis elle fut vêtue du grand-corps avec lequel elle dîna pour en prendre l’habitude. À la collerette, une discussion sans fin s’engagea entre madame du Cheyron de la Loubarie et son autre marraine pour la cérémonie Madame Fournel à La Hoguette. Par quatre fois, on la lui mit. Quatre fois, on la lui ôta. Quatre fois, on la remit. Les femmes de chambre de Madame du Cheyron de la Loubarie furent appelées à la rescousse. Devant une hésitation qu’elle trouvait puérile, Marie-Louise trancha, mais cela n’arrêta point la discussion qui dura encore tout le dîner. On passa, à la fin de la toilette, à la mise du panier et du bas de la robe. Puis arriva une grande répétition pour les révérences. Il s’ensuivit, de la part de ses marraines, des conseils, des remarques, des critiques, sur le coup de pied à donner dans la queue de sa robe, lorsqu’elle devrait se retirer à reculons, coup de pied que ces dames trouvèrent un peu trop théâtral, mais qu’en fait Marie-Louise avait du mal à gérer. Puis enfin, ce fut le moment du départ. Ce fut encore du rouge foncé, que Madame Fournel de la Hoguette tira de sa boîte à mouches et dont elle rougit tout le visage de Marie-Louise à sa grande contrariété.

Le lendemain de la présentation, Marie-Louise se demanda si elle n’avait pas rêvé. Elle se voyait avancer sur cette scène du grand monde dont la nouveauté l’avait éblouie, l’avait étourdie. Elle avait été effrayée par le public, étonnée par cette société qui la regardait, et au travers de laquelle elle marcha d’un pas hésitant. Entre les instincts de son caractère, son ignorance, et l’obéissance due à son éducation, elle réussit à présenter une façade réservée, modeste, douce aux autres, contenant sa peur et la lassitude qui la gagnaient. Sa contenance fut un peu gauche, et elle n’arriva pas à dissiper son embarras. Elle fit sourire ses marraines attendries par son petit air effarouché, mais elle s’en sortit avec les honneurs d’un compliment de la reine.

 Son nouveau statut l’intégra dans le fleuron de la société. Elle n’y eut guère de contrariété qu’elle ne supporta pas, ainsi fut-elle dans l’obligation de remettre à sa place un gentilhomme qui prétendit lui faire la morale dans un dessein peu honorable  « Comment ! Il y a six mois que le sacrement vous lie, et vous aimez encore votre mari ! Votre marchande de mode a le même faible pour le sien ; mais vous êtes marquise… 

– Monsieur votre morale n’est pas la mienne et si je vous semble si bourgeoise, je n’en ai que faire, et oubliez donc de me fréquenter.

Sa belle sœur l’aida à ne pas faire d’impair dans le monde dans lequel elle devait évoluer même si parfois elle trouvait ridicules les faux-semblants qui faisaient le savoir-vivre. Elle apprit à vivre en perpétuelle représentation tout en réservant toute son attention à son époux. Mais elle apprit à aller au spectacle sans lui, à ne pas rougir si son cavalier la trouvait belle. Elle accepta de faire croire en son détachement pour son époux et à paraître désinvolte en public sans jamais laisser de privautés à personne. Sa maison fut toujours bien tenue et son personnel n’eut jamais à se plaindre lui vouant une fidélité sans failles. Levée à huit heures, donnant ses ordres dans la foulée à son cuisinier et à son maître d’hôtel, passant ensuite à sa toilette, y faisant très attention, n’omettant aucun code. Elle suivit la mode sans ostentation, mais avec goût que ce soit pour ses vêtements ou pour ses loisirs. S’il lui arrivait d’être dehors le matin pour ses œuvres et qu’on la croisa, personne ne fit de remarque, elle était considérée comme une femme de qualité et sur qui l’on pouvait compter.

Son époux ne devait jamais regretter d’avoir épousé la pétillante Marie-Louise La Fauve-Moissac, consommant, aux yeux de tous, un bonheur considéré par beaucoup comme tout à fait bourgeois.

*

Elle reçut le lendemain, la réponse de son époux lui conseillant la modération, la diplomatie. Il lui suggérait par ailleurs de pourvoir au bien-être de l’enfant discrètement. Il lui faisait savoir aussi que le baron de Cambes-Sadirac était dans son hôtel parisien. Elle décida donc de s’y rendre le lendemain matin.

Cambes-Sadirac  hotel particulier (003.jpgÀ la surprise de Philippe, le cocher de Madame la marquise, il fallut préparer l’attelage pour le milieu de la matinée. Madame allait à l’hôtel Cambes-Sadirac sur la rive gauche, cela n’était pas arrivé depuis le départ au couvent de Marie-Amélie, la plus jeune de ses nièces. En fait, depuis la mort de sa sœur, ce moment funeste, elle n’avait que très peu revu le baron. Elle l’avait croisé à la cour, dans des salons, au théâtre, les rencontres étaient à chaque fois empreintes de courtoisie, mais sans plus. Elle avait été amenée à l’entretenir sur l’éducation de ses filles, mais il l’avait laissée faire à sa guise, ne s’en préoccupant pas. Elle avait parfois dans le monde entendu parler de ses maîtresses, mais sans plus. Ce jour-là, cela allait être autre chose. Confortablement installée dans son carrosse, de ses mains gantées de chevreau crème, elle lissait machinalement sa jupe bleu roi assortie au caraco aux bords brodés. Elle fixait machinalement le décor des rues qui défilaient sous une journée ensoleillée, mais clémente de température. Elle laissait encore courir son esprit quand la voiture pénétra dans la cour de l’hôtel. Son cocher présenta sa carte de visite, le majordome l’annonça à monsieur le baron. Il l’a reçue dans son bureau, se demandant ce que sa belle sœur pouvait lui vouloir. Si c’était pour lui reprocher de ne pas être venu à la prise de voile de l’aînée ou s’il y avait des problèmes avec la cadette, il la renverrait poliment. Il avait autre chose à faire de plus important. Il l’accueillit sans chaleur et sur la défensive, mais avec déférence. Il lui en voulait encore d’être en vie et toujours si belle. Marie Louise La Fauve-Moissac après les échanges de politesses s’installa dans un fauteuil face au grand bureau plat du siècle dernier. « – Je viens vous voir, car comme vous le savez, je me suis rendue pour la prise de voile de Marie-Angélique dans le Bordelais. » Le baron commença à s’agacer et s’apprêta à couper la marquise, mais celle-ci reprit  « – Comme il se faisait tard, une tempête nous ayant retardés, et que je ne pouvais prendre le bac pour me rendre à Bordeaux, je me suis arrêtée au château de Cambes ». Le baron se raidit, se crispa. Elle continua  « – Et quelle ne fut pas ma surprise d’y découvrir une enfant, le dernier enfant de ma sœur, qu’avez-vous à me dire à ce sujet ? » Il se leva, blanc de rage, prit le bras de la marquise l’obligeant à se lever. « – Madame ceci ne vous regarde en rien, je ne veux pas entendre parler de cet enfant, et quoiqu’il arrive elle reste là où elle est ! Avez-vous compris ? Vous ne changez rien à sa condition, bien beau qu’elle soit encore en vie ! Je ne veux pas en entendre parler ! Avez-vous bien compris, Madame ? » Il ouvrit la porte, reprenant son contrôle, il la salua et lui ferma la porte au nez. Elle resta médusée, elle se retourna et descendit l’escalier encore sous le choc de la violence de l’entretien. En montant dans sa voiture, elle en avait encore les membres tremblants.

*

Lettre de Marie-Louise La Fauve-Moissac  

À Madame La Tour Veyran

Paris, le 20 décembre 1781

Chère mère,

J’espère que votre santé s’améliore ou tout du moins se stabilise. Je me fais à votre sujet beaucoup de soucis. Les nouvelles que m’a données père n’étaient point rassurantes.

Depuis le 21 novembre, comme vous devez le savoir, depuis la mort de Monsieur de Maurepas, monsieur de Vergennes est aux affaires, ce qui cause beaucoup du souci à mon époux. Il semblerait qu’ils aient plus d’un point de divergence. Mais ce n’est pas le Premier ministre que mon époux voit passer.

Comme vous devez vous en souvenir, j’ai accompagné notre douce Marie-Angélique à sa prise de voile. Ce fut fort émouvant, elle s’est déroulée comme prévu au couvent des Ursulines à Libourne. Madame de Verthamon avait offert à chaque novice une fleur de lys. Je ne sais vraiment pas comment elle a pu faire en cette saison, mais cela rajoutait de la poésie à leurs entrées. Toutes de blancs vêtues, leurs voiles maintenus par des couronnes de fleurs, elles se sont avancées vers l’hôtel en deux colonnes émouvantes, la lumière des vitraux leur traçait le chemin sur le sol de pierre de l’église. C’était magique, notre jolie demoiselle était pleine de grâce. Que Dieu m’excuse, mais elle avait tout pour faire le bonheur d’un mari, je crois que c’est elle qui ressemble le plus à notre chère Jeanne-Henriette. Quant à notre Marie-Amélie, je crois que c’est à moi qu’elle ressemble, autant dire qu’elle ne prendra pas le voile. Marie-Angélique est maintenant au couvent de Grenade près de Toulouse, elle y aura pour consœur la petite Bole du Chomont-Charvet, si vous vous en souvenez. Elles ne se seront pas quittées depuis leur entrée au couvent.

J’ai maintenant une nouvelle à vous annoncer qui va vous faire un choc. J’ai longtemps hésité à vous l’écrire, mais je ne peux vous la cacher plus longtemps. Vous êtes en droit de savoir. En allant à Bordeaux, je me suis arrêtée au château de Cambes pour la nuit. J’y ai fait une rencontre surprenante qui m’a mise très en colère. J’ai découvert une petite fille nommée Antoinette-Marie, qui s’avère être la dernière-née de Jeanne-Henriette. Car si ma sœur est morte en couches, l’enfant lui n’était pas mort-né. Ce sont les époux Freydou, métayers du château qui s’en occupent. Dans son chagrin et son égoïsme, le baron a omis de nous en faire part, et veut la laisser dans l’oubli général. Après une entrevue houleuse, je n’ai pu le faire changer d’avis. Je vais donc pourvoir à son bien-être par le biais du curé de la paroisse. Je suis vraiment désolée de vous causer cette vive émotion, mais il fallait que vous sachiez que vous aviez encore une petite fille.

Je vous laisse sur cette nouvelle et vais faire tout mon possible pour aider cette enfant. Je vous embrasse, très chère mère.

 Marie-Louise La Fauve-Moissac.

Marquise D’Ajasson de Grandsagne

Madame de La Tour Veyran mourut deux mois plus tard sans voir sa dernière petite fille, la maladie l’avait emportée.

Chapitre 5

Cambes-Sadirac Antoinette-Marie  (132).jpg

Cambes-Sadirac Antoinette-Marie

Automne 1787, L’organisation du mariage par procuration

En août 1787, le parlement de Bordeaux avait refusé d’enregistrer l’édit sur les assemblées provinciales. Le 18 août, il avait été exilé ainsi que le parlement de Libourne entraînant des mouvements de colère. À Paris du 20 au 30 août, des émeutes populaires éclatèrent pour soutenir les Parlements. La négociation, entre ceux-ci et Loménie de Brienne, aboutit à un compromis. Le gouvernement envisagea de convoquer les États-Généraux, mais demanda du temps et des moyens financiers. À cette saison, Bordeaux se tourna vers ses champs de vignes, il fallait surveiller la maturité du raisin.

Comme partout où il était passé précédemment les vendanges avaient été précoces et avaient donné peu, François-Xavier Lacourtade sortit de la cave tout en continuant de s’entretenir avec Gaspard sur les résultats de la récolte. Émergeant du local, il fut bousculé par une gamine échevelée, courant derrière un énorme chien, qui s’excusa tout en riant. La sauvageonne devait avoir dans les quatorze printemps.

« – Dieu, qui est cette donzelle ?

– Mais c’est Mademoiselle Antoinette-Marie.

– Cette gamine n’est tout de même pas ma belle-sœur. »

Haussant les épaules, Gaspard confirma et émit des inquiétudes quant à l’avenir de la demoiselle. Les gars du village tournaient de plus en plus autour du château, et il ne savait plus trop quoi faire. Pour ses filles, ça avait été facile, il les avait mariées. Cela fit sourire le négociant. Les dernières instructions données, il prit son cheval et rentra à Bordeaux.

Arrivé à la nuit dans son hôtel « des Chartrons « donnant sur les quais, il trouva au premier étage, attablée à son bureau, son épouse vérifiant les livres de comptes. Il n’y avait qu’un an qu’ils étaient mariés, et Marie-Amélie, née Cambes-Sadirac, avait déjà tout compris du rôle de l’épouse d’un négociant-armateur. Elle avait pris son statut à bras le corps, elle avait l’intention de remplir pleinement la charge. François Xavier avait été étonné qu’une aussi jeune et jolie femme puisse avoir la tête si sérieuse. Quant à son père, il en était enchanté, il était sous le charme de sa belle-fille. Après l’avoir embrassée, il s’assit en face d’elle, de l’autre côté de son bureau, cela l’amusa. Il raconta à Marie-Amélie, sa tournée sur les différentes propriétés viticoles, dont l’entreprise familiale était ou le courtier ou le propriétaire. Pendant ce temps, elle continuait ses comptes tout en l’écoutant. Bien qu’ils fussent de plus en plus complexes à cause de la multiplication des actions commerciales de l’entreprise familiale, elle appréciait de faire les comptes, de relancer et d’expédier les commandes. Quand il lui dit que les vendanges avaient donné peu, mais que le vin serait excellent, elle lui répondit sans lever la tête  « – nous en vendrons moins, mais plus cher, ce n’est pas très grave ! » Ce qui agrandit le sourire de son mari. Mais quand il lui narra sa rencontre avec sa sœur, elle s’arrêta et releva la tête.

« – Je crois que ça lui fait quatorze ans. Est-elle jolie ?

– Ma foi, pour le court instant que j’ai pu en juger la famille ne peut la renier !

– Ce n’est pas plus mal.  

– De plus, les Freydou s’inquiètent, les garçons commencent à lui tourner autour et ils ne savent pas quel parti prendre.

– Il va falloir y réfléchir… Je vais écrire à ma tante. Il serait peut-être bon de s’occuper de son avenir. »

*

De Marie-Amélie Lacourtade.

À Marie-Louise La Fauve-Moissac.

Bordeaux, le 12 septembre 1787

Ma chère tante,

Cambes-Sadirac Marie-Amélie (23)Ici, c’est la fin des vendanges. Elles ont remplacé les problèmes politiques que nous avons vécus, nous offrant ainsi une accalmie. Mon mari et moi-même nous nous apprêtons à aller passer une quinzaine de jours dans notre propriété de Caudéran. Mon beau-père s’occupera des affaires familiales.

Nous avons un nouveau commis, Karel Van der Hartig, qui nous vient d’Amsterdam. Il est le fils d’un de nos associés aux Pays-Bas. Il est tout roux avec beaucoup de pigasses. Il est un peu perdu, mais il a trouvé un allié en son homologue américain John Madgrave.

Madame de Verthamon a donné, comme chaque année, un très joli bal champêtre pour clore les vendanges. Cette année, elle l’a fait dans son nouveau château de Cadaujac. C’est une très belle propriété, sur les bords de la Garonne, à laquelle on accède par une allée de chênes. Il y avait toute l’aristocratie de la région ainsi que les plus gros négociants de Bordeaux. J’avais pour ce jour une très belle robe de soie rose. C’était un modèle fourreau, ceux qui vous font la taille si fine, avec un décolleté échancré qui mettait en valeur une très belle parure de grenat que mon époux m’a offert pour notre première année de mariage. Je l’avoue, j’étais très fière de l’effet que je faisais…

… Sur ce, si je vous écris, c’est afin de vous parler d’Antoinette-Marie que mon époux a croisé au château de Cambes. Il semblerait que le temps est venu de décharger les époux Freydou. Ceux-ci s’inquiètent de l’avenir de ma jeune sœur, qui semble sortir très rapidement de l’enfance. C’est somme toute normal puisqu’elle a fait ses quatorze ans cet été. Je ne l’ai pas revu depuis sept ans, mais mon mari m’affirme que celle-ci deviendrait une jolie fille. C’est donc votre avis que je sollicite pour entamer, ou vous aider dans l’entreprise que vous trouverez la plus judicieuse.

Respectueusement,

Votre Marie-Amélie

*

De Marie-Louise La Fauve-Moissac.

À Marie Amélie Lacourtade

Versailles, le 2 octobre 1787

Ma chère enfant,

Si je ne vous ai pas répondu aussitôt, c’est que je me suis d’abord renseignée auprès du curé de Cambes quant au parti à prendre pour votre sœur. Celui-ci ne voit que le mariage comme sortie à sa situation, le tempérament d’Antoinette-Marie n’étant pas très approprié à une entrée dans les ordres.

la Fauve Moissac Marie Louise 10 (2).jpgJe suis donc allée voir votre père. Il s’obstine à vouloir nier son existence, et il m’a donné une fin de non-recevoir quant à fournir une dot à Antoinette-Marie… Il faut dire qu’il a décidé d’épouser, en décembre, mademoiselle Marie Josèphe Bechade-de-Fonroche, une pimbêche de vingt ans. Elle va lui fournir une dot qui pourra redorer sa fortune. Sa vie à Versailles semble l’avoir fait fondre comme neige au soleil, d’autant qu’il ne veut pas vendre de terre. Il va donc falloir nous débrouiller par nous-mêmes.

Je donnerai ce que je pourrai pour constituer une dot, mais j’ai peur que cela n’aille pas loin. Quant à trouver un parti, il nous faudra être discrets, pour que votre père ne nous mette pas de bâtons dans les roues. Il ne faut pas générer un scandale qui discréditerait la famille et Antoinette-Marie, de plus cela nous compliquerait la tâche.

J’ai toutefois demandé de l’aide de votre marraine, Jacqueline de Verthamon, en qui j’ai toute confiance.

Tendres baisers, votre tante.

Marie-Louise La Fauve-Moissac  

Marquise D’Ajasson de Grandsagne

*

De Marie-Louise La Fauve-Moissac  

À Jacqueline de Verthamon

Versailles, le 2 octobre 1787

Très chère amie,

 À la cour, les affaires se bousculent les unes aux autres. Coincé entre deux factions, mon époux se trouve dans des situations litigieuses. Entre la disgrâce de Monsieur de Calonne, la nomination de monsieur Loménie de Brienne et l’archevêque de Toulouse, poussé au pouvoir par la coterie de la reine, sa position est fragile. Il n’y a eu de positif dans cette cabale que le prêt accordé de 67 millions, par les notables et les parlements, permettant ainsi d’éviter la banqueroute.

L’opposition des cours souveraines n’a rien amélioré à l’état d’inquiétude de mon époux, notamment celle du parlement de Paris qui a refusé l’impôt sur le timbre et a réclamé la convocation des États-Généraux. Enfin comme le gouvernement a fini par capituler et a envisagé de les convoquer, nous avons un moment de répit.

 Si je vous écris, c’est afin de me confesser d’un secret familial qui vous concerne en la personne de Jeanne-Henriette ma défunte sœur, votre amie d’enfance. Dans la douleur de la perte de sa femme, mon beau-frère, le baron Cambes-Sadirac, a nié la naissance qui avait emmené celle-ci à la mort. Il y a de cela sept ans, j’ai appris l’existence d’Antoinette-Marie. Elle vit sous la bienveillance des métayers du château de Cambes, les époux Freydou. J’ai été très choquée, comme vous devez l’être en me lisant. J’ai pourvu au confort de cette enfant par le biais du curé de Cambes. Seulement, aujourd’hui je me confronte à un problème pour lequel j’aurais besoin d’aide. Il me faut la marier, bien et discrètement, car j’obtiendrai la signature du baron pour le mariage, mais rien d’autre. De plus si cela venait à se savoir, il me la refuserait. Je suis donc obligée d’être la plus discrète possible. Il serait donc judicieux de la marier en province et surtout avec quelqu’un qui y reste…

Avec affection, votre amie.

Marie-Louise La Fauve-Moissac.

Marquise D’Ajasson de Grandsagne

*

De Jacqueline de Verthamon.

À Marie-Louise La Fauve-Moissac

Bordeaux, le 20 octobre 1787

Mon amie,

J’ai été consternée à la lecture de votre lettre, comme vous le pensiez. Je ne vous en veux point sachant la douleur que cela a dû raviver. Il est évident que je vais vous apporter toute mon aide. Je vais augmenter la dot. Plus elle sera importante plus nous aurons de faciliter à lui trouver un bon parti et à conclure en toute discrétion. Je vais essayer de dégager sur mes biens des disponibilités afin de compléter votre propre donation. Mais afin que la dot soit correcte, je vais me tourner vers un ami qui se fera un plaisir de participer à sa constitution en souvenir du bon vieux temps. De plus, celui-ci donnera du poids à votre demande de signature auprès du baron. Je ne vous en dis pas plus à ce sujet tant que je n’ai pas son accord. Quant à la recherche du futur époux, cela va être plus délicat, car je ne peux faire jouer mon entourage, mais ne vous inquiétez pas, je vais y réfléchir.

Toute mon affection,

 Votre amie,

Jacqueline de Verthamon,

Baronne de Beautiran

*

de Verthamont Jacqueline 05 (2).jpgJacqueline de Verthamon avait eu une liaison avec Louis Antoine Sophie, duc de Fronsac, fils du gouverneur de Bordeaux, le maréchal de Richelieu. Bien que de courte durée, interlude entre les deux mariages de celui-ci, ils en avaient gardé un bon souvenir et une solide amitié. Il ne fut donc pas surpris par son bristol lui annonçant sa visite cet après-midi de décembre. Il était lui-même en visite chez son père pour les fêtes de Noël. Le maréchal Louis François Armand de Vignerot du Plessis s’était entiché de la ville dont il était le gouverneur. Il avait justifié une mauvaise santé pour ne pas se rendre à Versailles en cette occasion.

Tous les après-midi Marie-Antoinette-Marie de Galliffet, sa belle-fille, offrait le thé et le chocolat chaud dans les salons de l’hôtel du gouvernement. Elle en profitait pour faire admirer ses superbes services de porcelaine de Chine. Madame de Verthamon fit son entrée en fin d’après-midi. Après avoir fait le tour de toutes les personnes présentes dont la plupart étaient des amies ou connaissances et avoir félicité son hôtesse pour sa toilette, une robe à l’anglaise de couleur lie-de-vin, en velours, elle s’isola avec son époux le duc de Fronsac dans un petit salon adjacent. En une courte explication, elle raconta la vie d’Antoinette-Marie et son problème. Amusé et attendri par l’énergie qu’y mettait la baronne, il lui accorda son aide. Il la pria de patienter jusqu’à ce qu’il ait pu en parler à son père. Il pensait que pour l’honneur du baron Cambes-Sadirac, le connaissant bien, il valait mieux que ce soit le gouverneur qui dota la jeune fille, cela passerait mieux. Elle n’en demandait pas tant, aussi remercia-t-elle avec chaleur son ancien amant et ami. Deux mois plus tard, elle devait avoir la réponse affirmative du gouverneur lui-même. Il l’invitait afin de lui remettre en mains propres la lettre de gage. Ayant toujours été très admirateur d’un sexe qu’il ne trouvait pas si faible, mais très attrayant, il était toujours prêt à l’aider, d’autant que sa fortune le lui permettait.

*

De Marie-Angélique Cambes-Sadirac.

À Marie-Amélie Cambes-Sadirac.

Grenade, le 24 novembre 1787

Ma chère sœur,

Nous avons reçu notre nouvelle supérieure sœur Ambroise, bien qu’autoritaire, nous en sommes très contentes. C’est une femme organisée d’une grande bonté qui fait l’unanimité.

J’ai reçu des nouvelles d’Amérique, ce qui m’a donné une idée que je voudrais partager avec vous et de ce fait avoir votre avis. Mon amie, Nathalie Bourdeille de la Salle m’a annoncé la nomination de son mari, monsieur de Maubeuge, au Cabildo. Cette institution est en quelque sorte un conseil municipal ayant autorité sur La Nouvelle-Orléans et sur toute la Louisiane. Elle en est très contente, cela lui assure une position enviable dans cette société, d’autant que son époux est le représentant des Français auprès du gouverneur, le senior Miro y Sabater. C’est d’autant plus confortable pour elle que ce dernier est favorable à nos compatriotes comme son prédécesseur. Je me demandais si nous ne pourrions pas lui demander de l’aide afin de trouver un parti enviable pour notre jeune sœur. Cela résoudrait notre problème discrètement et avantageusement. Il doit bien y avoir quelques familles qui trouveraient un intérêt à se marier avec une jeune fille d’une noblesse aussi ancienne que la nôtre. Si cela vous convient, je me ferai un plaisir de lui écrire, c’est malheureusement la seule aide que je peux apporter à notre sœur…

Soyez bénie.

Votre tendre sœur.

Sœur Angélique.

*

De Marie Amélie Lacourtade.

À Marie angélique Cambes-Sadirac.

Bordeaux, le 30 novembre 1787

Ma très chère sœur,

L’automne est toujours si doux, et ma foi cela est agréable. Après le remue-ménage de l’été, il est aussi très calme, ce qui est reposant, aussi j’ai profité avec plaisir de notre propriété caudéranaise. Elle est enfin finie de meubler. J’ai reçu mon salon d’apparat, il y a deux semaines, les chaises à la reine sont un ravissement. Les tapisseries des dossiers et assises ont pour thème les fables de la fontaine, ce qui est du meilleur effet pour une propriété de campagne. Je sais, ce n’est que vanité ! …

… Votre idée de faire appel à Madame de Maubeuge est excellente, bien que loin de nous, Antoinette-Marie pourrait faire sa place au sein de ce pays. J’en ai parlé à Mme de Verthamon, comme moi elle pense que ce serait le plus judicieux. Elle avait pensé à quelques partis à Saint-Domingue, mais avait peur que cela ne puisse se faire avec discrétion, aussi elle est enchantée de votre proposition. Nous n’arrêtons pas nos recherches, mais attendons la réponse de votre amie…

Tendrement.

Votre sœur,

Marie Amélie Cambes-Sadirac

*

De Nathalie Bourdeille de la Salle. Marquise de Maubeuge.

À sœur Angélique.

Nouvelle-Orléans, le 3 février 1788.

Très chère amie,

de Maubeuge Nathalie marquise de Maubeuge 03 (2).jpgJe m’empresse de répondre à votre lettre, et comme vous vous en doutez j’y réponds par l’affirmative. J’ai été stupéfiée par son contenu, comme quoi chaque famille a ses secrets. Je suis donc heureuse de participer à la conspiration des femmes de la famille Cambes-Sadirac pour le bien-être de cette demoiselle. En espérant que vous ne m’en voudrez pas, j’ai devancé la réponse que je vous envoie, et me suis adressée à l’abbé Huber, mon ancien confesseur. Il est aujourd’hui le curé de la paroisse de l’Ascension. Il y a dans cette paroisse quelques héritiers qui auraient plaisir à épouser du sang bleu de métropole. J’ai déjà quelques noms, le fils du baron de Thouais, Charles-Henri, le baron ayant servi sous les ordres de mon mari lors de la bataille de Bâton-Rouge, ainsi que le fils du seigneur de Crécy, Louis Adam. Ce dernier est, me semble-t-il, un peu jeune. Il est de deux ans l’aîné de notre protégée. Le premier aurait ma faveur, outre le titre de noblesse plus en phase avec la qualité de votre sœur, il a quatre ans de plus qu’elle. Je me suis permis, toujours par l’intermédiaire de l’abbé Hubert, de tâter le terrain, et ma foi, l’un comme l’autre serait intéressé. Les deux familles sont essentiellement attirées par le prestige que leur amènerait le mariage. Loin de la France, c’est d’autant plus un honneur. Ni l’un ni l’autre ne se sont intéressés au montant de la dot, ce qui ne veut pas dire que ce ne sera pas un argument de poids.

Par ailleurs, afin de participer à la constitution de la dot de notre jeune demoiselle, j’ai demandé à mon époux d’approcher notre gouverneur pour obtenir une concession dans la paroisse du futur époux. Ceci n’est pas encore fait, mais j’ai confiance.

J’envoie tout de suite cette lettre par le premier bateau pour la France.

Sincèrement,

Votre amie

Nathalie Bourdeille de la Salle, marquise de Maubeuge

*

La lettre mit trois mois à faire le trajet entre les deux continents et les deux amies. À peine réceptionnée, sœur Angélique en faisait une copie pour sa tante et sa sœur, qui elle-même prévenait, Madame de Verthamon. Agréée par toutes les complices, Madame de Maubeuge reçut l’accord pour le début des négociations. La réponse revenue, un contrat de mariage fut convenu avec le baron de Thouais, par l’entremise de l’abbé Hubert et de Monsieur d’Estournelles secrétaire de Monsieur de Maubeuge. Ce fut d’autant plus aisé que la jeune fille arrivait avec une dot raisonnable.

Chapitre 6.

Sans titre.png

Juan Felipe Marqués de Puerto Valdez

Septembre 1788. L’incendie.

Aout 1787

Le jeune homme de dix-neuf ans arpentait les couloirs sombres et austères, agrémentés d’immenses portraits d’ancêtres, de la demeure familiale. Il ne décolérait pas. Il entra dans ses appartements, et ouvrit les rideaux laissant entrer la lumière. Madrid était écrasée par le soleil de midi. Son père était mort deux jours avant des suites d’une longue maladie qui l’avait rongé de l’intérieur. Ses obsèques avaient eu lieu le matin même en grande pompe, après une messe digne d’un roi, dans l’église de saint Francisco el grande. Celle-ci avait été construite sur le lieu de campement de saint François d’Assise, allant en pèlerinage vers Compostelle, lors de son séjour de quelques jours dans cette ville.

Don Rodrigo, marqués de fuente Pelayo, ministre de Charles III d’Espagne, sous les ordres consécutifs du comte D’Aranda, président du conseil de Castille et de don José Moñino, comte de Floridablanca, avait participé à toutes les réformes du règne. Fort respecté, d’une des plus anciennes familles d’Espagne, il n’avait qu’une tache au tableau de sa vie. Il avait été extrêmement jaloux, et avait entouré son épouse, la belle Maria Almeida de Guimarães, d’une surveillance constante. De ses six grossesses, avaient survécu deux fils. Mais le père avait toujours eu des suspicions quant à la légitimité du cadet de la famille. Ses doutes étaient fondés sur le fait qu’il était le portrait craché de sa mère. Il ne lui trouvait aucune ressemblance avec lui ou un de ses ancêtres. Bien qu’irrationnel, il fit payer à son fils, cette idée obsessionnelle. Il n’accorda qu’indifférence ou mépris à Juan-Felipe. Aussi ce dernier ne fut pas surpris de découvrir à l’ouverture du testament, qu’en tant que cadet, il héritait du titre de marqués de Puerto Valdès, titre appartenant à son défunt oncle maternel, s’accompagnant d’une terre aride en Castille, donc peu rentable, en fait de son père, rien. Quelques années auparavant, sa mère s’était battue pour que celui-ci ne le fasse pas rentrer au séminaire et donc dans les ordres. Elle avait fini par l’envoyer auprès de son frère à Tolède, loin des yeux de son père.

Il était considérablement abattu devant cette injustice, mais il n’y pouvait rien. Après mûre réflexion, il décida de s’expatrier en Nouvelle-Espagne pour y faire fortune. Sur les conseils de sa mère, il choisit La Nouvelle-Orléans. Il embarqua à Cadix pour l’Amérique, avec une lettre de recommandation pour le gouverneur de la Louisiane, Estéban Rodriguez Miró y Sabater, qui était un ami de sa famille et pour don Almonester, riche propriétaire de la Louisiane, un des anciens prétendants de sa mère que son grand-père avait alors éconduit pour manque de fortune, au grand dépit du jeune couple. Pour ses maigres possessions, il ne voulait pas en passer par des banquiers qu’ils considéraient comme des vautours guettant leurs proies. Il chargea donc son frère de vendre ses terres et de lui faire parvenir l’argent qu’il retirerait de la transaction.

*

Esteban_Rodríguez_Miró 2.jpg

Le soleil laissait passer ses rayons au travers des persiennes, le gouverneur de la Louisiane avalait de nouveau un café tout en réglant les problèmes de la colonie. Depuis l’autorisation donnée pour la création de leurs premiers entrepôts, les États-Uniens essayaient de s’imposer un peu plus, malgré les sévères restrictions à la circulation, sur le Mississippi. Ceci créait des tensions avec Philadelphie qui s’accompagnaient de menaces de guerre et d’invasion. Les planteurs ne facilitaient pas les négociations diplomatiques en faisant de la contrebande avec eux, sans parler de l’installation des derniers français de Nouvelle-France qui arrivaient. Tout cela était souvent cornélien et lui procurait bien du souci. Ce matin de janvier 1788, son secrétaire, Baldino-Bartolomé De las Casas annonça la visite d’un jeune andalou. Il venait présenter sa lettre de recommandation afin de prendre son service en tant que capitan. Après avoir pris connaissance de celle-ci, il accepta de le recevoir entre deux rendez-vous. Il vit rentrer un vrai hidalgo, de taille moyenne, mais bien proportionné, mince, nerveux, ombrageux, les cheveux bouclés noirs et l’œil de velours. Le gouverneur pensa aussitôt qu’il allait faire des ravages dans la colonie. Il se leva pour le saluer et le fit asseoir tout en restant debout. « – Savez-vous jeune homme que je connais fort bien votre mère et sa famille ?

– Oui, senior, c’est elle-même qui m’a conseillé de venir vers vous et qui a fait le nécessaire auprès du comte de Floridablanca.

– Elle a eu raison. Nous avons besoin de sang neuf et de qualité, comment va-t-elle ?

– Aussi bien qu’elle peut depuis la mort de mon père.

– Ah ! je ne savais pas pour votre père, toutes mes condoléances. Puis il demanda des nouvelles de toutes les connaissances qu’ils avaient en commun. Juan-Felipe fit de son mieux pour renseigner le senior Miró y Sabater. Puis celui-ci le remit entre les mains de son secrétaire pour qu’il le fasse accompagner jusqu’à la caserne, où il logerait. Il lui laissait une semaine pour s’acclimater et faire connaissance avec la ville. Il ouvrait sa table à une poignée de privilégiés tous les dimanches et il l’invita à partager son prochain repas dominical.

L’hidalgo suivit à grandes enjambées l’aide de camp que lui avait présenté le secrétaire du gouverneur. Ils traversèrent la place d’Armes, les casernes étant en face du palais du gouverneur à côté du Cabildo. Ils passèrent devant l’église Saint Louis qui s’élevait face au fleuve. Il le présenta au « lieutenant-colonel » de garde, qui l’installa. Après les formalités, il prit connaissance de ses quartiers qu’il partagerait avec un autre capitan, le senior Carlos da Silva. C’était un jeune homme long, élancé, et athlétique, qui se déplaçait toujours d’un pas vif. Le visage long, le nez aquilin, les yeux en amande, le sourcil gauche toujours relevé, le tout lui donnait un air plein de morgue. Il avait reconnu dans le nouvel arrivant l’un des siens, aussi lui accorda-t-il tout de suite sa confiance et sa sympathie.

Accompagné du jeune secrétaire du gouverneur et de son compagnon de chambrée, il visita La Nouvelle-Orléans et ses environs. Juan-Felipe fut ainsi introduit très rapidement dans la société orléanaise espagnole comme française. Aimant la parure, il était toujours élégamment habillé, et il était d’un naturel charmeur. Il flirtait avec les filles comme avec les mères devenant ainsi sous le coup de la nouveauté, la nouvelle coqueluche de cette société.

 Trois jours après son arrivée, avec ses deux acolytes, il se rendit à la messe dominicale et découvrit ainsi l’un des rituels incontournables de la colonie. Devant l’église, une file de calèches laissait descendre tout ce qui comptait à La Nouvelle-Orléans et qui n’était pas dans sa plantation. Une foule se pressait vers l’entrée, où se mélangeaient des créoles en robes, de soie ou de coton, colorées, coiffées majoritairement d’une mantille dont les Espagnoles avaient lancé la mode, et d’hommes en habit à la française. Quelques gens de couleur rentraient discrètement s’installer au fond pour suivre l’office. Parmi eux, Juan Felipe remarqua l’arrivée d’une métisse, à la peau caramel. La taille fine, le buste moulé dans une robe de soie noire à large jupe qui se balançait au rythme de l’ondulation de sa démarche, le tignon blanc et les anneaux dorés aux oreilles, elle rentra, balayant l’assistance d’un regard hautain. Carlos, ayant remarqué son regard, lui glissa discrètement à l’oreille le nom de la belle. « – C’est Marguerite Darcantel, la placée de Charles Laveau. » Sur le perron, le gouverneur était en conciliabule avec le marquis de Maubeuge, créole français représentant de ses compatriotes. Le compagnon de chambrée de Juan-Felipe, de son côté, saluait courtoisement ou galamment son entourage. Pendant ce temps, Baldino Bartolomé De las Casas se chargea de présenter Juan-Felipe à tous ceux qu’ils ne connaissaient pas encore. L’hidalgo présenta ses hommages à madame Céleste McCarthy, la femme du gouverneur. D’origine allemande, c’était une grande femme blonde et majestueuse, de la paroisse de Saint-Charles à dix lieues de La Nouvelle-Orléans. Paroisse ainsi nommée en l’honneur de l’évêque Charles Borromée, sur la rive du bayou des Allemands, elle avait été fondée par des colons allemands cinquante ans auparavant. Par ce mariage, la notoriété du gouverneur s’était alors accrue, ainsi que sa fortune d’une belle plantation. Elle lui présenta ses deux nièces Elizabeth et Mary McCarthy, ainsi que Mme de Maubeuge, puis une multitude de planteurs et notables. Le protocole des salutations, ciment de cette société, terminé il entra et s’assit avec ses compagnons pour suivre la messe. À son étonnement, il constata que le service religieux était continuellement perturbé par les conversations, ce qui laissait stoïque le curé. Venant d’un pays qui avait abandonné depuis peu les autodafés et où l’Inquisition avait encore un œil sur tout, ce laxisme le surprit. Il ne pouvait savoir que les différentes plaintes ultérieures du curé n’y avaient rien changé.

Le culte fini, il se rendit, avec ses deux compagnons, à l’hôtel du gouverneur pour le dîner. Il y retrouva le gouverneur et sa famille, les Maubeuge qui étaient régulièrement invités en qualité de représentant des colons français, et quelques notables, autant Espagnols que Français, la plupart membres de l’assemblée civile du Cabildo, gérant la colonie. Autour de la table, tous parlaient français. Peu familier de cette langue, Juan-Felipe  s’appliquait à suivre tant bien que mal les conversations.

Maccarthy élisabeth (2).jpgIl fut interrompu dans sa persévérance à comprendre, par l’aînée des sœurs McCarthy. Celle-ci avait la joliesse de la fraîcheur, mais il était évident qu’avec le temps elle s’alourdirait. À seize ans, c’était une grande jeune fille au teint clair qui avait des facilités à rougir sous le coup de l’émotion, avec de très beaux yeux limpides. En espagnol, avec peu d’accent, elle l’interrogea « – vous ne comprenez pas le français ?

– Non pas très bien, je l’ai appris, évidemment, mais je l’ai peu pratiqué.

– Il va falloir vous y mettre, c’est chez les Français que l’on s’amuse le plus ! Mais ne vous inquiétez pas, vous êtes à ma droite à table, je vous traduirai les conversations si besoin est.

À partir de ce jour, chaque fois qu’elle le put, Elizabeth mit le grappin sur le jeune andalou, ce qui agaçait ce dernier et amusait ses camarades. En dehors du service, qui consistait en patrouille autour de la ville ou sur le Mississippi, Juan-Felipe, ponctuait ses journées, de déjeuners, de jeux, cartes ou dés, et de bals. S’il appréciait sa nouvelle vie, il ne voyait pas vraiment comment améliorer sa situation et son établissement, mais le destin allait se charger de lui donner un coup de pouce.

*

La famille Nuñez avait depuis plusieurs générations une relique d’un doigt de sainte Rita, patronne des femmes stériles et des causes désespérées. Lors de sa nomination en tant que payeur général de l’armée à La Nouvelle-Orléans, don José Vincente Nuñez, sa famille et la relique avaient immigré depuis la province de León, en Espagne jusqu’en Nouvelle-Espagne. Ils s’étaient installés dans une très belle maison à balcon ouvragé à l’angle des rues de Chartres et de Toulouse, de La Nouvelle-Orléans.

Depuis le mercredi saint, début du Calvaire du Christ, la señora Maria Térésa, sa femme, allumait devant la châsse familiale de la sainte une multitude de chandelles votives. Elle venait d’avoir trente ans, elle avait accouché de cinq enfants, quatre lui avait été enlevés par différentes fièvres, il ne lui restait que la petite Daria Felicia. Elle espérait bien donner encore un fils, mais son époux la délaissait de plus en plus pour une tisanière du quartier Marigny, comme la bonne société disait pudiquement. Elle priait plusieurs fois par jour espérant que les choses finissent par changer.

Le jour de la commémoration de la Passion, le Vendredi saint, elle pria avec plus de force, puis se prépara pour la messe à l’église où toute la congrégation se rassemblait. Elle embrassa sa fillette qu’elle laissait à sa nourrice. Elle posa sa mantille sur sa chevelure d’ébène adroitement coiffée et rejoignit son époux dans la voiture, qu’il avait fait atteler pour les quelques mètres qui les séparaient du lieu du culte.

*

Maccarthy Céleste (2).jpgLe 21 mars au milieu de la sainte journée, et bien que Madame McCarthy commençât à voir d’un mauvais œil l’intérêt que lui portait sa nièce, Juan-Felipe, comme son compagnon de chambrée, le capitan Carlos da Silva  accompagnait le gouverneur et sa famille à la messe. Madame McCarthy avait, le matin même, demandé à son époux d’éloigner le jeune andalou jusqu’au départ de ses nièces dans leurs familles au bord du bayou des Allemands. Et si elle n’avait rien contre le jeune capitan, elle estimait que l’aînée de ses nièces avait tendance à oublier qu’elle était déjà promise.

Comme il se devait, la famille du gouverneur s’installa au premier rang. Les grandes familles s’installèrent derrière eux par ordre de fortune, selon leurs rang social, Monsieur et Madame de Maubeuge, qui en étaient et des plus riches, s’assirent derrière eux. Entre eux, Jean-Nicolas, leur fils aîné déjà très digne calmait son puîné Philippe, le petit dernier Guillaume étant resté dans leur maison de la rue Dauphine. Juan-Felipe resta debout dans la traverse latérale, avec le secrétaire du gouverneur, Baldino-Bartolomé, et son ami Carlos, le capitan don da Silva. Petit à petit l’église se remplit. Les habitants de la ville, malgré un certain laxisme religieux, ne se permettaient pas de manquer les grandes messes. Cela eut été mal vu. Chacun rentra, salua ses connaissances, et prit sa place. Rapidement, l’église fut bondée.

La chaleur était exténuante, un vent du sud soufflait depuis trois jours. Les deux premiers temps de la messe étaient bercés par le mouvement régulier des éventails des élégantes paroissiennes, le bruit des étoffes chaque fois que l’une d’elles bougeait, le raclement des gorges ou le chuchotement des conciliabules. Lors du troisième temps de la messe, brutalement les portes de l’église s’ouvrirent en grand, laissant pénétrer de la fumée, un esclave cria « – Fuego, Fuego ! ». La peur des louisianais se réalisait, en un instant la panique se cristallisa. Le premier cri de femme provoqua la débandade vers la sortie, les mères tirant leurs enfants derrière elles, les hommes dégageant le chemin. À l’extérieur, la panique était générale. Les gens couraient dans tous les sens, perdus dans leur affolement, ne sachant s’il fallait fuir le fléau ou courir chercher ses biens.

Agrippant le bras de Monsieur de Maubeuge à côté de lui afin de l’entraîner avec sa famille, Juan-Felipe hurla dans le vacarme « – Par ici ! La sacristie ! Gouverneur, par ici ! » Ce dernier, qui dans un premier réflexe entraînait sa famille vers l’allée centrale, cramponna le bras de sa femme, lui faisant faire un demi-tour brutal, dans le mouvement, la plus jeune de ses nièces, Marie la suivit. Déstabilisée, désorientée, étouffant dans son corset soudain trop serré, Elizabeth s’évanouit dans l’ignorance de tous. Les Maubeuge, le gouverneur et les siens traversèrent en courant la petite sacristie nimbée d’une lueur inquiétante. Sorti par la porte latérale, tout le monde reprit son souffle, soulagé de s’extirper avec tant de facilité du traquenard créé par la panique. Le ciel s’obscurcissait sous la chape noirâtre qui commençait à recouvrir la ville, cachant le disque or du soleil de la mi-journée. Madame de Maubeuge rassura son cadet en le prenant dans ses bras, l’aîné tenait la main de son père faisant de son mieux pour garder bonne figure. Pour pouvoir évacuer rapidement, Baldino-Bartolomé parti en courant chercher les voitures et les cochers inquiets, qui ne savaient que faire. Madame McCarthy, reprenant ses esprits, s’écria  « – Elizabeth, Elizabeth n’a pas suivi ! »  Mary fut prise d’une crise de nerfs que son oncle calma d’un ordre.

3450253.jpegSans prendre le temps de réfléchir, alors que les premières flammes léchaient la façade de l’église, Juan-Felipe revint à l’intérieur. Un vitrail éclata sous la chaleur et fit pénétrer une langue de feu. Elle lui permit au milieu de la fumée de distinguer la jeune fille inanimée, allongée par terre devant l’autel. Il la prit dans ses bras, la couvrit de sa jupe pour la protéger des flammèches et ressortit. Toussant et crachant la fumée, il la posa saine et sauve sur le sol. Sa tante la ranima en lui tapotant les joues.

Ce que n’avait pas vu Juan-Felipe, c’est la forme allongée dans l’allée centrale qui rampait. Marguerite Darcantel, la jeune métisse aux yeux couleur d’ambre, avait été violemment poussée par un homme, et avait été projetée contre une colonne, sa tête percutant l’un des bancs. Ayant perdu connaissance, elle avait repris ses esprits alors que les flammes rongeaient les murs intérieurs de l’église. Elle se vit perdue. Elle n’arrivait pas à se lever, la fumée l’asphyxiait, sa tête tournait. Dans un sursaut de survie, invoquant Dieu de toutes ses forces, prenant appui sur un banc, elle réussit à se mettre sur ses jambes et à s’extraire du bâtiment. Arrivant à l’extérieur, suffocant, elle respira un grand coup et sentit ses forces la quitter. Alors qu’elle montait dans la calèche, que Samson avait réussi à rapprocher malgré la panique des chevaux, Madame à Maubeuge aperçut la jeune femme. Elle cria de surprise, montrant du doigt la porte de l’église, Juan-Felipe se retourna et voyant la forme noire s’effondrer, il se précipita. Ramenant la jeune femme vers le groupe, la marquise la fit installer dans sa voiture, oubliant toute convenance, à la stupeur de la femme du gouverneur quand elle reconnut la tisanière. Personne n’eut le temps d’avoir d’états d’âme, l’église Saint-Louis s’écroula en une fraction de seconde dans un craquement assourdissant devant le groupe ahuri.

De l’Est du quartier, que l’on surnommait le Carré, des brumes puantes déferlaient, une panique générale s’était déclenchée devant la peur du brasier. Elle poussait devant elle des familles entières ne sachant où aller ni quoi faire, juste guidées par la peur. Au milieu des fumées et du vrombissement de l’incendie s’échappaient des cris, des hurlements terrifiés, des hennissements. Dans la multitude fuyante qui courait dans le plus grand désordre, des attelages lancés à vive allure vers le soleil couchant renversaient les malheureux sur leur passage. Le gouverneur, ne perdant nullement son sang-froid, ordonna à toutes les personnes autour de lui d’aller se réfugier sur les bords du Mississippi. Puis il donna des ordres autour de lui afin d’organiser le sauvetage des habitants et si possible des habitations. Le capitan da Silva fut chargé de coordonner la lutte contre le feu. Regroupant les hommes à sa portée, il commença par ordonner l’organisation d’une chaîne humaine du fleuve jusqu’au feu apportant l’eau comme elle pouvait. Le plus grand désordre régnait.

Le marquis de Maubeuge, de son côté, prit un cheval encore attaché près de l’église. Il le calma tant bien que mal. L’animal affolé par l’odeur de la fumée raclait le sol et tirait sur ses rênes, il réussit à le monter. Il se précipita vers sa maison pour aller y chercher son cadet et tous ses gens. Il s’engouffra dans la rue de Chartres puis dans la rue Saint-Louis, évitant de son mieux le flot compact des gens paniqués. Ceux-ci décampaient des maisons qui s’effondraient, ils emportaient les quelques biens qu’ils pouvaient porter. Il s’arrêta tout net, faisant cabrer l’animal qu’il montait pour aider une femme fuyant sa demeure que les flammes avaient prise pour victime. Il retira avec précipitation sa veste étouffant tant bien que mal le feu qui rongeait la robe de celle-ci. Une fois sauvée, il s’excusa et la laissa là désemparée au milieu de la rue. Elle fut emportée par le mouvement du flot humain s’enfuyant du lieu du drame. Il poursuivit sa route évitant les fragments de toitures enflammées qui retombaient sur les autres blocs, propageant ainsi l’incendie. Il finit par rencontrer ses gens au milieu des fuyards. Sara, la mâchoire serrée, tenace, déterminée, ouvrait le chemin vers leur sauvegarde, elle tenait le petit Guillaume dans ses bras et la jeune Esther sa jupe. Abigaïl, la nourrice de Madame de Maubeuge, soutenu par sa sœur Josépha, tenait contre elle les quelques bijoux de sa maîtresse dans un coffret, l’essentiel étant au coffre. Derrière elles suivaient la plupart des gens de maison de la famille Maubeuge. Soulagé de les voir en vie, il leur donna l’ordre de prendre la rue Bourbon puis la rue Iberville pour rejoindre le fleuve où elles pourraient retrouver leur maîtresse sur la levée. De son côté, il continua jusqu’à sa demeure, évitant de son mieux la foule en sens contraire, sa maison était encore éloignée du sinistre par un îlot de maisons. Il se précipita à l’intérieur, monta les marches du grand escalier quatre à quatre. Il se rua sur son coffre dans le bureau, après avoir pris une sacoche, il la remplit avec tout ce qu’il pouvait, papiers, bijoux, argent. Voyant le feu approcher, il abandonna sa demeure et repartit retrouver sa famille.

IMG_1454.JPGJuan-Felipe de son côté organisa avec son régiment la canalisation des rescapés sur la digue, face à la ville en flammes, afin d’éloigner le plus possible la population du danger. Déjà installée sur celle-ci, encore dans la sécurité du landau que Samson avait solidement attaché à l’un des poteaux servant d’habitude à amarrer les navires, Nathalie de Maubeuge, d’une voix calme, rassurait le plus jeune de ses fils tandis que le cocher faisait de même avec les chevaux effrayés de l’attelage. Elle guettait de ce promontoire, le retour de son époux avec son benjamin, ainsi que ses gens. Afin de ne pas inquiéter ses fils, elle ne montrait pas l’angoisse qui ravageait son cœur. Sur la banquette de la voiture face à la marquise, Marguerite Darcantel finit par revenir à elle surprise d’être là. Réalisant où elle était, elle tomba à genoux dans la voiture et en pleurs elle se mit à remercier vivement sa bienfaitrice, lui promettant son aide quoiqu’il advienne. La marquise calma de son mieux la tisanière pleine de reconnaissance.

De son côté, une fois ses ordres donnés, en chemise, sa veste ayant servi à étouffer des flammes, un mouchoir noué sur le bas du visage, évitant le flot vociférant des fuyards, Juan-Felipe rejoignit ceux qui luttaient contre le feu. Le vent rabattait la fumée vers le sol, la cendre s’infiltrait partout, l’air s’épaississait à mesure que l’on approchait des décombres de l’église Saint-Louis et du Cabildo, chacun suffoquait, cherchait l’air salvateur. Il dut finir par rebrousser chemin à la place d’armes, le quartier de l’église était devenu inaccessible. Le brasier engloutissait à une vitesse surnaturelle les demeures, les granges, les entrepôts. La caserne était déjà un tas de cendres et de débris. Dans la panique générale, quelques silhouettes commencèrent à se détacher de par leur calme, elles marchaient vers l’incendie, des seaux au bout des mains. Petit à petit une chaîne humaine s’était organisée. Malgré la suie collante et les brûlures dues à la proximité du feu, Juan Philippe resta à son poste, insufflant du courage aux autres. Avec ses compagnons de lutte, impuissant, il voyait la ville devenir cendres. Sa gorge, ses poumons et ses yeux lui faisaient mal, la fumée lui déclenchait des quintes de toux. Les habitants continuaient à fuir l’enfer, ayant rassemblé en toute hâte ce qu’ils pouvaient encore sauver de leurs affaires, et abandonnant désespérés ce qu’ils ne pouvaient emporter. Les langues de flamme poursuivaient leur dessein passant d’une demeure à l’autre engloutissant des fortunes entières. Chacun se demandait si l’ogre vorace allait s’arrêter. Dans une écurie attenante à une maison en proie aux flammes, Juan-Felipe perçut des hennissements. Des chevaux étaient prisonniers à l’intérieur de leur remise. Il se précipita pour les libérer, mais un craquement sinistre l’engloutit sous la toiture de l’écurie. Bloqué par une poutre, il se crut perdu. Étouffant, il poussait, il tirait, le poids qui le bloquait. L’asphyxie lui fit perdre connaissance. Il fut sorti des décombres par les hommes qui l’entouraient et qui l’avaient vu disparaître dans ce qui était devenu des décombres. Un seau d’eau sur la tête le remit sur pied. La résistance s’était étoffée, des hommes s’activaient par dizaines. Juste avant le lever du jour, le vent s’apaisa ralentissant l’avance de l’incendie. À bout de forces, s’arrêtant un instant pour se reposer, Juan-Felipe découvrit la réalité, la catastrophe. Le Carré n’était plus qu’un immense foyer de braise d’où surgissaient par endroits des flammes, le feu essayant de reprendre. De ce qui avait été une multitude de jardins luxuriants entourant des édifices publics, des maisons modestes ou arrogantes, il ne restait qu’un amas fumant. Des fortunes entières étaient parties en fumée. Avec un peu de chance, leurs propriétaires étaient encore en vie. Des milliers de ballots de coton, d’indigo, de riz avaient disparu ruinant des familles entières. Les navires, qui auraient dû en remplir leurs cales, avaient largué leurs amarres et s’étaient prudemment rassemblés au milieu du fleuve. Il faudrait qu’ils attendent encore longtemps pour pouvoir remplir à nouveau leurs ventres.

Le drame fut définitivement circoncis au petit matin, l’incendie cessa, faute d’aliment, laissant les survivants hagards, les bras ballants, devant le sinistre. La population ne put que constater la destruction de centaines d’édifices, beaucoup de maisons particulières, la vieille église Saint-Louis, la prison, les casernes, l’armurerie et les archives de la cité n’étaient que trou béant et noir au milieu de la ville ! Tout était passé dans les flammes, églises, école, Cabildo, tour de guet, le couvent des Capucins, des habitations, des commerces, au cœur du Carré. Seules les maisons proches de la levée du Mississippi avaient pu être protégées par les pompes puisant l’eau du fleuve. Au milieu des ruines fumantes, les habitants hagards retournèrent, lentement vers les lieux du drame, constater l’étendue de leurs pertes. Les uns cherchaient les leurs, les autres pleuraient devant les ruines, ils fouraillaient dans les ruines à la recherche de quelques restes. Beaucoup avaient perdu des proches et souvent tous leurs biens.

La grande levée de La Nouvelle-Orléans, face à ce, qui avait été le centre de la ville, était transformée en camp de toile pour les rescapés. Avec l’aide de Samson et de ses gens, qui avaient fini par la retrouver, la marquise de Maubeuge avait organisé un campement de fortune au centre duquel ses trois fils dormaient enfin. La jeune femme contemplait devant elle le champ de monticules noir vestige de la ville. Des larmes coulaient le long de son visage, elle faisait partie de ceux qui remerciaient Dieu d’avoir épargné les siens. Son époux la prit dans ses bras, heureux de l’y sentir, ils avaient tous eu si peur.

Les Orléanais s’organisèrent, les cendres à peine refroidies, certains déblayaient déjà les décombres. C’était un peuple de pionniers, cette catastrophe ne les abattrait pas, cela ne se pouvait. Les pauvres furent pris en charge par les riches qui eux se firent une raison. Les familles qui le pouvaient, repartirent vers leur plantation, envoyant en échange des esclaves pour la reconstruction de la ville, il ne fallait pas attendre. Ceux qui restaient construisirent un camp sur les bords du Mississippi. Sous les tentes, chacun entassait les restes, se créait un confort, un lieu de repos. Les sœurs ursulines dont le couvent avait été miraculeusement épargné portaient secours à ceux qui en avaient le plus besoin. Elles avaient recueilli les orphelins, les plus souffrants, et dans un camp de tentes qui faisait office d’hôpital de fortune, elles soignaient avec l’aide des biens portants, les plus malheureux. Il fallait éviter si possible les autres fléaux bien connus, les épidémies.

Le gouverneur mit tout son dévouement et ses hommes pour faire dégager les ruines et entreprendre aussitôt la reconstruction. Sa femme ouvrit ses jardins et ses murs, qui avaient été épargnés, aux indigents. L’hôtel du gouverneur n’avait fait que roussir sous l’effet de la chaleur du brasier. La reconstruction de la ville prit plusieurs mois et fit apparaître, à la place des maisons de bois et de bousillage, des demeures aux soubassements de briques, construites autour de patios, et souvent ceinturées de galeries. Afin de limiter les risques d’incendie, Estéban Miró fit reconstruire la ville dans un style plus espagnol. Grâce à la générosité de don Andrés Almonester Y Roxas, le gouverneur put prévoir la reconstruction de l’église Saint-Louis, d’après les plans de l’architecte français Gilbert Guillemard, et pour cela il fut décidé à faire récupérer les briques de la clôture du vieux cimetière de la rue Saint-Pierre. Cela redonna courage aux Orléanais et leur mit du baume au cœur.

*

Le feu avait pris dans la maison de don Nuñez. Une des chandelles votives, allumées devant la châsse de sainte Rita, avait mis le feu à un rideau, et en un instant l’incendie s’était propagé à une vitesse effrayante, dévorant, la demeure puis ses voisines. Le feu progressa d’autant plus aisément que l’alerte ne fut pas donnée à la première flamme, la plupart des habitants étant réunis à l’église paroissiale pour l’office, et le clergé ayant refusé de faire sonner les cloches en cette période sainte. La peur du blasphème avait perdu les hommes.

La petite Daria Felicia et sa nourrice faisaient la sieste. Elles furent asphyxiées et périrent dans l’incendie de l’habitation. Elles furent les premières victimes. Sa mère en devint folle. Elle était persuadée que ses prières égoïstes avaient déclenché le drame et que tout était de sa faute, Dieu l’avait punie pour son égoïsme.

*

Quelques semaines plus tard après l’incendie, le gouverneur manda Juan-Felipe. Le jeune homme perplexe se présenta, comme demandé, en fin d’après-midi. Il fut reçu par le gouverneur et sa femme, dans la plus stricte intimité de leurs appartements. Le jeune homme un peu gêné s’installa sur le fauteuil qui lui avait été présenté et attendit de savoir ce qu’on lui voulait. Le gouverneur commença par lui demander comment il se trouvait au sein de la colonie et s’il avait l’intention de rester parmi eux. Le jeune homme de plus en plus perplexe le rassura quant à son désir de s’installer dans la colonie rappelant qu’il attendait des fonds provenant d’une vente de terres lui appartenant en Espagne. Le gouverneur rassuré en vint au but de son invitation. Il le remercia à nouveau pour le sauvetage de sa nièce Elizabeth. IMG_1456.JPGIl s’excusa de ne pouvoir lui offrir la main de celle-ci, fiancée qu’elle était. Intérieurement, le jeune hidalgo en fut soulagé tout en émettant des regrets de convenances. Pour pallier cela, le gouverneur lui remit l’acte de propriété d’un terrain entre la rue de Toulouse et la rue Saint-Pierre sur la rue de Bourgogne. Après l’incendie, certains propriétaires avaient dû revendre leurs parcelles qu’ils ne pouvaient rebâtir par manque de moyen, le gouverneur et don Almonester en acquirent plusieurs au prix le plus bas et il lui offrit deux de celles-ci. Il lui conseilla de les garder quelque temps avant de les revendre, mais le nouveau propriétaire se disait qu’un jour il aurait les fonds pour bâtir dessus sa résidence. Il sortit le cœur gonflé d’espoir et heureux de vivre, la terre ne le portait plus, il tenait une partie de ses rêves entre ses mains.

*

Le même jour, le marquis de Maubeuge traversa la ville en pleine reconstruction à bord de son cabriolet, qu’il aimait conduire lui-même. Arrivé à destination, il donna les rênes à Samson, assis à côté de lui. Il pénétra dans l’hôtel qu’occupait le gouverneur Miró y Sabater. Il se fit annoncer auprès de l’huissier et attendit qu’on l’introduise, dans le salon aménagé à cet effet. Il se demandait encore comment il allait présenter la supplique pour laquelle, sa femme lui avait demandé d’intercéder. L’attente fut de courte durée, l’huissier vint le chercher et le fit pénétrer dans le bureau du gouverneur.

Donnant sur la place, et pourtant pourvue de deux hautes portes-fenêtres, la pièce était dans la pénombre. Pour se préserver de la chaleur étouffante, malgré l’heure matinale, les serviteurs avaient fermé les persiennes, celles-ci ne laissaient passer que des rais de lumières. Dans un angle de la pièce, un négrillon tirait sur une corde qui faisait balancer un panka donnant un peu d’air. Le gouverneur se leva de derrière un grand bureau plat à pieds galbés et plateau marqueté de facture française et le salua. Chacun prit des nouvelles de l’épouse et de la famille de l’autre, celles-ci étant sur leurs plantations respectives, suite à l’incendie et de toute façon comme chaque été pour éviter les épidémies. Chaque rencontre était prétexte pour faire le point sur les problèmes de la colonie et de ses habitants. Ils passèrent au peigne fin tous les problèmes liés à la reconstruction de la ville et notamment au ravitaillement en matières premières. Après s’être mis d’accord sur les différentes solutions à adopter monsieur de Maubeuge demanda au gouverneur s’il pouvait lui présenter une requête personnelle.

de Maubeuge Louis Amédée marquis 02 (2).jpg« – Mon ami, c’est à voir, quel est votre problème ? » Il pensa que le représentant du Cabildo allait demander du crédit, ou l’autorisation pour une nouvelle vente d’esclaves qui allait encore l’enrichir, car il en serait l’intermédiaire. Tout en remettant de l’ordre dans la dentelle de ses manchettes, il expliqua  « – Mon cher, une amie de ma femme vient de France épouser le fils du baron de Thouais, de la plantation la Palmeraie, dans la paroisse de l’Ascension. Bien que ce ne soit pas dans les habitudes de votre gouvernement, serait-il possible d’accorder une concession à cette jeune fille ? » Le gouverneur se remplit un verre d’eau, l’avala, se donnant ainsi le temps de réfléchir. Il pensait que les Français s’étaient bien comportés dans la lutte contre l’incendie. Ils avaient même oublié leur arrogance coutumière. Ils avaient participé activement à l’entraide sans regarder qui ils aidaient, appréciant même le geste de Madame de Maubeuge envers la Darcantel. Ils n’avaient pas rechigné à prêter et à faire venir des esclaves de leurs plantations pour accélérer la reconstruction de la ville. Ils n’avaient même pas critiqué et beaucoup avaient même fait preuve de compréhension quand il avait essayé d’imposer la nouvelle architecture, loin du style français. Il pouvait bien faire ce cadeau, qui ne lui coûtait rien, il lui permettrait de maintenir le calme au sein du conseil en faisant plaisir à un de ses membres éminents, ainsi qu’à la communauté française. Le marquis croyant le senior Miró y Sabater hésitant, il rajouta. « – De plus, cette paroisse est peu peuplée et mademoiselle Cambes-Sadirac aurait une dot lui permettant d’exploiter cette dernière et de tenir dignement son rôle.

– Je pense que je peux vous faire ce cadeau, notre colonie manque de jeune femme de qualité, et un mariage donnerait un peu d’espoir, ce dont nous avons tous besoin. Cette jeune fille pourrait être un bon présage. Évidemment, ceci est exceptionnel et doit rester entre nous mon ami. Je ne veux pas que cela s’ébruite et c’est à charge de revanche.

– Certainement, monsieur le gouverneur ! Pensant que cela ne faisait pas totalement son affaire, il n’aimait pas l’idée de devoir, mais il n’avait pas le choix.

 – Je ferai parvenir, par mon secrétaire, le titre de propriété pour une concession jouxtant celle de la Palmeraie, à votre notaire, monsieur Bevenot de Haussois, je crois.

– Je ne peux demander mieux et vous remercie.

Sur ce, il se retira satisfait, laissant le gouverneur assez heureux de cette entrevue qui lui donnait un peu de poids sur la communauté remuante des Français.

Quelques jours plus tard, le marquis mettait le titre de la concession, au nom d’Antoinette-Marie, dans son coffre. Celui-ci était pour une plantation de huit arpents de large et sur quarante arpents de profondeur soit environ mille deux cent trente ares. Elle s’engageait, comme tous les propriétaires, à édifier en bordure des fleuves, rivières ou bayous, une levée protectrice, à tracer un chemin de vingt pieds de large et à laisser deux arpents en jachère avant la zone de culture.

JOSEPH RUSLING MEEKER (Bayou

Personnages

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

épisode suivant

 

 

 

 

 

 

 

 

La Palmeraie / De la Garonne au Mississippi (personnages)

France.

  • Jeanne-Henriette la Fauve-Moissac (1747 -1773) mère d’Antoinette-Marie.
  • Jean Étienne Baron Cambes-Sadirac (1735 – 1791) père d’Antoinette-Marie.
  • Marie-Josèphe Bechade-de-Fonroche (1767 -) seconde épouse du baron Cambes-Sadirac et belle-mère d’Antoinette-Marie.
  • Marie-Louise le Fauve-Moissac, marquise d’Ajasson de Grandsagne (1744 -) tante d’Antoinette-Marie.
  • Gabriel Henri marquis d’Ajasson de Grandsagne (1730.1792) oncle par alliance d’Antoinette-Marie.
  • Charles Louis chevalier de Saint Aignan (1763 -) frère aîné d’Antoinette-Marie.
  • Élisabeth Chevetel de La Rabelliere (1770-1792) épouse du chevalier de Saint Aignan et belle-sœur d’Antoinette-Marie.
  • Sœur Angélique, Marie angélique Cambes-Sadirac (1764-) sœur aînée d’Antoinette-Marie.
  • Marie Amélie Cambes-Sadirac épouse Lacourtade (1770 – 1794) sœur aînée en second d’Antoinette-Marie.
  • Lacourtade François Xavier (1760 – 1793) négociant bordelais, époux de Marie Amélie Cambes-Sadirac et beau-frère d’Antoinette-Marie.
  • Antonin Bourdel (1770-) frère de lait d’Antoinette-Marie.
  • Mathilde Freydou dit Nounou Freydou, (1724-) nourrice de Jeanne Henriette la Fauve-Moissac.
  • Bertrande Freydou née Baquenier (1749-) nourrice d’Antoinette-Marie.
  • Gaspard Freydou (1746) métayer du château de Cambes et mari de Bertrande Freydou.
  • Rose-Marie Bordenave (1771-) chambrière d’Antoinette-Marie de l’hôtel de Saige.
  • Jacqueline de Verthamon (1750 -) épouse de Monsieur de Saige, marraine de Marie-Amélie et bienfaitrice d’Antoinette-Marie.
  • Armand de Saige (1734-1793) maire de Bordeaux pendant la Révolution.
  • Pierre Victurnien Vergniaud (1753 – 1793) Girondin pendant la Révolution et soupirant d’Antoinette-Marie.
  • Térésa Cabarrus, marquise de Fontenay (1773-) amie d’Antoinette-Marie.
  • François Cabarrus ou Francisco de Cabarrus, comte de Cabarrus et vicomte de Rambouillet, (1752-1810) banquier du roi d’Espagne et père de Térésa Cabarrus.
  • Sœur Élisée Chomont-Charvet, Marie Françoise Bole Du Chomont-Charvet, (1764) chaperon d’Antoinette-Marie pendant le voyage d’Antoinette-Marie vers la Louisiane.
  • Capitaine Des Molières capitaine du navire « l’Espérance » pour une traite négrière

Caraïbes

  • Charles-Henri de Thouais (1770 – 1789) époux d’Antoinette-Marie
  • Joseph-Marie Baron de Thouais (1736 – 1789) fondateur de la plantation de la palmeraie, père de Charles-Henri de Thouais
  • Madeleine Hébert (1750 – 1775) mère de Charles-Henri de Thouais et épouse du baron de Thouais
  • Don Juan Felipe marqués de Puerto Valdez (1768 -) capitan de la garde du gouverneur de Louisiane et second époux d’Antoinette-Marie.
  • Maria Almeida de Guimarães (1735-) mère de Don Juan Felipe de Puerto Valdez
  • Armance Authier-Cousteille et son mari Théodore et son fils Philippe Auguste passagers lors du voyage d’Antoinette-Marie vers la Louisiane.
  • Marie Adélaïde Maubourg (1768 -) chaperon d’Antoinette-Marie pendant son veuvage.
  • Madeleine et Alexis Breaux et leur famille, amis du baron de Thouais.
  • Marguerite Aurion, (1763.) épouse d’Honore Breaux fils aîné de la famille.
  • Georges Tremblay (1768-) contremaître de la plantation de la Palmeraie.
  • Tremblay Dewache (lumière qui scintille entre les nuages d’un ciel d’hiver) (1751) mère de Georges Tremblay.
  • Abbé Hubert, Jean Hubert Argentin-Sambuc, confesseur de Nathalie de Maubeuge et curé de la paroisse de l’Ascension, instigateur du mariage d’Antoinette-Marie.
  • Juan Salvador (1732.) et María Helena de Vilagaya (1741.) voisins de la Palmeraie.
  • Pierre-Henri Hautbois Guichette (1770- 1808) économe de la plantation, la Palmeraie.
  • Francisco Leopardo Álvarez Pignero (1769-) économe de la plantation, la Palmeraie.
  • Étienne Baret d’Auriolle, économe de la plantation Maubeuge envoyé par Monsieur de Maubeuge sur la plantation de la Palmeraie.
  • Timecourt Lazare Latil (1764 – 1846) prétendant d’Antoinette-Marie.
  • Louis Adam de Crécy (1772- ) prétendant d’Antoinette-Marie.
  • Nathalie Bourdeille de la Salle épouse du marquis de Maubeuge (1763 – 1827) amie d’enfance de sœur Angélique, protectrice et amie d’Antoinette-Marie à la Nouvelle-Orléans.
  • Louis Amédée marquis de Maubeuge (1755 – 1830) notable de la Nouvelle-Orléans, représentant des créoles français.
  • Constant Balluet d’Estournelles (1750 -) secrétaire particulier du marquis de Maubeuge.
  • Joseph-Marie Bevenot de Haussois (1746- ) notaire de la Nouvelle-Orléans.
  • Baldino-Bartolomé de las Casas, secrétaire du gouverneur Estéban Rodriguez Miró y Sabater.
  • Carlos da Silva di Ribera, capitan de la garde personnelle du gouverneur Miro y Sabater, compagnon de Juan-Felipe de Puerto Valdez.
  • Charles Adams, pirate.
  • James Wilkinson, agent double, général de l’armée américaine, du Gouverneur Carondelet.
  • Gilbert Antoine de Saint-Maxent (1724 au 1794) créole millionnaire de la Nouvelle-Orléans.
  • Marie-Félicité de Saint-Maxent, (1755-1800) fille de Gilbert Antoine de Saint-Maxent .Veuve du colonel Bernardo de Galvez, ancien gouverneur de Louisiane.
  • Maximilien François de Saint-Maxent (1761 – 1825) fils de Gilbert Antoine de Saint-Maxent. Prétendant d’Antoinette-Marie.
  • Don Andres Almonester Y Roxas (1728 -1798) fonctionnaire espagnol de la Nouvelle-Orléans, connu pour ses bienfaits et nombreux organismes de bienfaisance à la ville.
  • Louise de Laronde (1758- 1831) épouse de Don Andres Almonester Y Roxas.
  • Esteban Rodríguez Miró y Sabater, (1745-1795) gouverneur de 1782-92
  • Céleste Maccarthy (1745.) femme du gouverneur Estéban Rodriguez Miró y Sabater.
  • François-Louis Hector, baron de Carondelet (1747-1807) gouverneur de 1791-1795.
  • Maria de la Conception Castaños y Arrigorri, épouse de François Louis Hector, baron de Carondelet.
  • Marguerite Darcantel (1768-1825) reine du vaudou à la Nouvelle-Orléans.
  • Mama-Louisa (1760 -) gouvernante de la Palmeraie.
  • Nathanaël de Thouais (1785) Quarteron, Fils de Mama-Louisa et du Baron de Thouais.
  • Rachel gouvernante de l’Hôtel Fleuriau à port au prince.
  • Suzanne femme de chambre de Marie-Adélaïde Maubourg.
  • Abigaïl, Nourrice de Nathalie de Maubeuge.
  • Samson, majordome et cocher du marquis de Maubeuge.
  • Josépha, gouvernante chez les Maubeuge.
  • Abraham (1749) Majordome du Baron de Thouais puis d’Antoinette-Marie.
  • Néora (1754) hospitalière et sage-femme de la Palmeraie.
  • Esther, (1776) chambrière d’Antoinette-Marie.
  • Dalila, (1777) blanchisseuse à la Palmeraie.
  • Hyacinthe (1783) esclave de la Palmeraie.

 

La Palmeraie / De la Garonne au Mississippi 001 et 002

Nous voulons, nous pouvons, nous pouvons, nous devons.

« Qui volt, potest, qui potest, debet »

CHAPITRE 1

la fauve moissac Jeanne Henriette. (002.jpg

Juillet 1773, La naissance d’Antoinette-Marie Cambes-Sadirac

Les raisins étaient déjà gonflés de sucre. Les martinets volaient bas à l’affût des insectes. Sous le ciel noir de nuages, le fleuve sombre coulait lentement entre les coteaux. Sa proche présence ne venait pas rafraîchir la parturiente.

L’été de 1773 était particulièrement chaud. Le samedi 17 juillet s’avérait très lourd, pesant, étouffant. Mathilde, dit Nounou Freydou, grommelait tout en faisant chauffer l’eau, ce n’était pas le bon jour. C’était trop tôt. L’orage s’approchait, tout était moite. Les contractions avaient commencé depuis le matin, et plus la journée s’écoulait, et plus sa petite fille s’épuisait. Les enfants jouaient dehors, monsieur le baron faisait les cent pas sur le perron. L’inquiétude montait, l’enfant ne se présentait pas bien. Trop de femmes mourraient en couches. Ils avaient trois enfants, l’aîné était un garçon, cela aurait dû être suffisant, de plus l’argent ne coulait pas à flots.

*

 Un mois auparavant, Jeanne-Henriette avait demandé à se rendre au château de Cambes pour se reposer. Paris, ses bruits, sa vie, tout la fatiguait. Son mari n’y avait vu aucune objection. Il la rejoindrait plus tard. Versailles et ses nouvelles fonctions au cabinet des armées le monopolisaient. Elle partit donc avec les enfants, Charles, Marie-Angélique, Marie-Amélie et leur gouvernante, Françoise Alavoine-Bremond.

Elle n’était qu’à six mois de grossesse, malgré cela le voyage lui fut pénible. Il lui parut long et fatigant, bien que le comte du Muy, lui eut prêté l’un de ses carrosses et que le voyage fut ponctué de plusieurs escales chez des amis, au demeurant, pour la plupart absents de leur terre. Elle arriva à destination épuisée. Sa nourrice, Nounou Freydou, pleine de joie de la revoir, n’en montra pas moins son inquiétude. Son enfant chérie était blanche comme la craie, affichant un masque de grossesse bien avant la date.

Elle installa toute la maisonnée, avec l’aide de Bertrande, sa belle fille.

Jeanne-Henriette La Fauve-Moissac avait toujours aimé la région qui lui rappelait la douceur de vivre de Moissac où elle était née et où elle avait été élevée. Une fois l’an, en général à cette période, elle investissait le château tant et si bien, que, lorsque le baron, son époux, avait eu besoin d’un nouveau métayer, elle lui avait conseillé le fils de sa nourrice. Elle avait donc encore plus de plaisir à y venir, retrouvant celle qui avait entouré toute son enfance.

À peine arrivés, les enfants reprirent leurs habitudes du grenier au fond du parc, accompagnés des enfants Freydou et se mêlant à ceux du village. Quant à la baronne, elle s’alita dans sa chambre face à la Garonne qu’elle apercevait de son balcon. Si dans un premier temps, elle reprit des couleurs, sa lassitude ne la quittait pas, décidément cet enfant avait du mal à venir. Elle n’avait perdu aucun de ses enfants, ce qui était rare, mais celui-ci avait décidé de lui en faire voir.

Freydou Nounou (2).jpgLe temps s’était mis de la partie, il fit de plus en plus chaud et orageux. Chacun se traînait comme il le pouvait, oppressé par cette chaleur humide. Le linge dans les armoires moisissait sur place. Jeanne-Henriette avait de plus en plus de mal à respirer, elle avait à peine la force d’avaler régulièrement un bouillon. Nounou Freydou avait pris sur elle de faire venir de Bordeaux le docteur Berthaud. Impuissant, celui-ci avait donné pour seule consigne de prévenir monsieur le baron. Il n’y avait rien d’autre à faire. Comme il repartait aussitôt à Bordeaux, il préviendrait lui-même monsieur Lacourtade, le courtier bordelais du baron, afin qu’il lui fasse parvenir d’urgence le message.

Celui-ci mit trois jours et le baron quatre. À brides abattues, Jean Étienne Cambes-Sadirac arriva la veille du funeste jour. Tout le long de sa route, il avait ressassé ses souvenirs. Il se souvenait de la première fois où il avait rencontré Jeanne-Henriette. C’était le dimanche de Pâques de 1761, avec François de Verthamon de Chaluchet d’Amblois, qui l’avait convié dans son fief de Bordeaux, ils étaient arrivés en retard à la messe. Ils s’étaient fait remarquer en s’installant avec maladresse sur les bancs de l’église. Ils avaient fait retourner deux jeunes filles, Jacqueline la sœur de son ami et Jeanne-Henriette. Amusée par ce remue-ménage, cette dernière n’avait pu retenir un sourire d’amusement. Il l’avait trouvée aussi belle qu’un ange et s’était renseigné aussitôt auprès de son ami. Il avait décidé sur l’instant que cette apparition serait son épouse. À peine présenté, sans en douter un seul instant, ce fut la première chose qu’il dit à la jeune fille. Amusée, elle rit, il fut envoûté, il lui assura qu’il ne pouvait en être autrement. Elle fut séduite par sa fougue et puis elle le trouvait beau.

Avec l’appui de la famille de Verthamon, il obtint la main de Jeanne-Henriette, qu’il revoyait rougissant devant l’autel sous son voile de dentelle. Il avait dix-neuf ans et elle quinze. L’un et l’autre étaient de vieilles noblesses. La dot de la jeune fille était modeste, mais le jeune homme n’en avait cure. Le mariage avait donc pu se faire avec le consentement des deux familles.

Il fit tout pour la rendre heureuse. Entre deux guerres, il lui avait fait trois enfants. Dès la première année, elle lui avait donné un fils, il avait été au comble du bonheur.

*

Il n’était pas cinq heures du matin quand les douleurs de l’enfantement se firent sentir, elles s’accentuèrent au fil de la journée. Nounou Freydou demanda à la gouvernante d’éloigner le plus possible les enfants. Elle envoya prévenir le docteur Berthaud et prit en attendant son rôle de sage-femme en main. Le médecin eut amplement le temps d’arriver, la nuit tombait que l’enfant n’avait pas vu le jour. On avait fait souper et coucher les enfants. Quand la voiture du docteur arriva, le Baron arpentait le salon d’apparat, bouillant d’impatience, il le retint un instant et lui donna pour seule consigne, sauver la mère. Le docteur lui dit qu’il ferait son possible.

L’orage grondait de plus en plus près, Bertrande et sa mère s’affairaient dans la pièce, elles passaient chacune à leur tour un linge imbibé d’eau sur le visage et les bras de la parturiente pour la rafraîchir. Tous étaient tendus devant cette douleur qui semblait sans fin, les nerfs à fleur de peau étaient prêts à craquer. Nul ne savait quoi faire de plus pour soulager la future mère qui hurlait tout ce qui lui restait de souffle, puis au milieu des éclairs la pluie tomba enfin et l’enfant sortit dans un dernier soupir. Les femmes récupérèrent l’enfant et le docteur sortit annoncer la mort.

Jeanne Henriette La Fauve-Moissac était morte, elle n’avait que vingt-six ans. Son époux perdait le seul être qu’il avait vraiment aimé. Blanc comme un linge, les yeux révulsés, tous crurent qu’il allait mourir foudroyé par la douleur. Mais la rage au cœur, il hurla que jamais il ne voulait entendre ni voir cet enfant, qu’il le voudrait mort. Il s’enferma dans la chambre avec sa défunte épouse, lui fit la toilette mortuaire et sanglota toute la nuit durant. Alors que le chagrin submergeait l’ensemble de la maisonnée, stupéfaite de la douleur du maître de maison, Bertrande, pleurant, s’occupa de la première toilette et des premiers langes de l’enfant qui était une fille. Venue avant l’heure, elle était toute petite, fripée, laide, rouge encore des convulsions de souffrance de ce périple vers la vie. Si chétive, Bertrande se demanda si elle survivrait.

Après l’enterrement de sa mère, qu’à cause de la chaleur on précipita, le curé de Cambes réussit à faire signer l’acte de naissance d’Antoinette-Marie Cambes-Sadirac, par son père. Pour le baptême, on se débrouillerait sans lui, un ondoiement suffirait dans un premier temps.

Trois jours plus tard, ayant tenu sa promesse sur son dernier enfant, il quitta avec ses aînés le château pour Paris.

Chapitre 2

Esther (en tanzanie (2)

Mai 1779, Esther ou le carnet de bord d’un navire négrier

C’était le premier voyage du capitaine Des Molières. Il était sorti de la garde marine de Brest, après avoir fait ses armes sur la côte de Malabar. Il avait rejoint son père au sein de la Compagnie avec le grade de capitaine de brûlot dans la marine Royale. Grade qu’il avait acquis lors d’un fait d’armes sous les ordres de Jean François de Galoup de La Pérouse lors de la défense de Mahé.

Il avait reçu son ordre le jour de ses fiançailles, du directeur Jacques Alexandre de Gourlade, de la Compagnie des Indes Orientales. Ami de son père, il avait appuyé sa candidature au vu de ses états de service. Il avait été heureux d’offrir ce cadeau au fils de son ami. Ce voyage lui permettrait, avec les subsides reçus, de se marier et de s’installer à Nantes à son retour, soit à peu près un an plus tard.

Son premier ordre de mission avait pour but un voyage pour la traite du bois d’ébène, comme il était de bon ton de qualifier ces voyages. Le capitaine Des Molières avait de quoi être fier de son premier navire, « l’Espérance ». Les 360 tonneaux du vaisseau en faisaient un assez gros navire, nettement plus grand que la moyenne des négriers de son époque, ce qui lui donnait l’avantage d’une meilleure rentabilité. La traite devait s’effectuer sur la côte orientale de l’Afrique, et utiliserait l’Île-de-France, et ensuite l’île Bourbon, comme relais. Son navire irait tout d’abord à Madagascar, puis à Port-Louis, chargé de marchandises et de passagers qu’il débarquerait. Il repartirait ensuite avec le produit de ses ventes, numéraire en pièces d’argent destiné à l’achat des esclaves.

La compagnie laissa le capitaine Des Molières choisir la plus grande partie de son équipage. « L’Espérance » avait quatre lieutenants, deux aspirants de Marine, et un en surnuméraire, deux subrécargues, un écrivain, chargé de la tenue des registres durant la campagne concernant non seulement l’équipage, mais aussi la gestion des vivres. Il y avait aussi un aumônier d’origine bretonne et un chirurgien major, un maître d’équipage, un tonnelier, un charpentier, un cuisinier et enfin des matelots, au total quarante-deux hommes.

*

Sous un ciel dégagé, par vent arrière « l’Espérance » partit de Lorient le 5 mai 1779. Sur le quai tout en tenant d’une main son large chapeau, la silhouette d’une jeune fille le regarda s’éloigner, puis remonta dans le carrosse qui l’attendait.

capitaine des Molières (3).jpgLe capitaine Des Molières écrivit le soir même sur la première page du journal de bord  « Au nom de Dieu et de la Sainte Vierge soit commencé le présent journal de navigation ». La première partie du trajet se passa sans faits notoires. « L’Espérance » mouilla à l’Île-de-France du 18 septembre au 5 novembre puis se dirigea vers l’île Bourbon.

Le capitaine avait décidé un détour par cette île, avant de se rendre en Afrique, afin de transporter des passagers entre Port-Louis et Saint-Denis ; il s’agissait de faire une escale afin d’approvisionner le navire en denrées faisant défaut dans l’île sœur, avant d’entreprendre une longue traversée jusqu’au continent.

Quatre jours plus tard, on déposa un grand nombre de passagers payants embarqués à Port-Louis à l’île Bourbon. Il y avait quinze officiers de marine et deux cent un soldats, voyageant aux frais du roi, quinze noirs et négresses domestiques dont le transport était payé par les officiers supérieurs auxquels ils appartenaient, et un tailleur de l’Île-de-France, soit au total deux cent trente-deux passagers. Ce fut pendant cette escale que deux matelots désertèrent le navire. Le rêve de faire fortune dans les colonies entraînait beaucoup de jeunes hommes vers l’aventure. Le capitaine connaissait la fréquence de cette méthode qui consistait à s’embarquer afin de faire le voyage à moindres frais. Ils furent toutefois rattrapés, et écroués à la caserne de Saint-Denis. Sans autre incident, le vaisseau quitta l’île le 15 novembre.

À peine éloignés de ses côtes, les marins trouvèrent caché à bord, au fond d’une chaloupe, un petit nègre nommé Jasmin. Le marin, qui l’avait trouvé, l’amena, tout tremblant, devant le capitaine. Après l’avoir fait parler, on apprit du garçonnet qu’il avait fui sa maîtresse de Port-Louis. Le capitaine surprit, se demanda ce qu’il devait en faire, car il n’était pas question de faire demi-tour pour le rendre à sa propriétaire. Un officier, monsieur Ermenole, proposa de le racheter au capitaine pour une somme raisonnable. Cela régla le problème, le capitaine réalisa, sans vraiment s’en rendre compte, sa première vente de bois d’ébène. L’enfant ne resta donc pas libre longtemps.

Le fort tirant d’eau du bateau, s’il était un avantage pour ses cales, ralentissait la navigation, aussi la première partie du voyage dura quatre jours entre les deux îles et plus de sept semaines entre celles-ci et Zanzibar, la destination d’arrivée. Ils passèrent donc Noël à bord, ce qui ne les empêcha pas de fêter la venue du fils de Dieu en toute humilité avec une messe donnée sur le pont et un repas amélioré, du moins pour les officiers et du rhum offert pour l’occasion au reste de l’équipage.

*

Les plages blanches, bordées de palmiers, de Zanzibar, illuminées par la lumière crue des premiers rayons du soleil, furent en vue au matin du 8 janvier 1780. La ville avançait dans la mer avec ses murailles fortifiées, ponctuées de tours crénelées, blanches comme la craie. Le capitaine Des Molières, comme le reste de l’équipage, était émerveillé par la vue. Peu parmi eux étaient venus de ce côté du monde.

L’archipel de Zanzibar était constitué de trois îles principales Unguja, Pemba et Mafia. L’île principale Unguja nommée aussi Zanzibar avait été choisie, car elle assurait un bon mouillage et une proximité, à un ou deux jours de navigation, de Bagamoyo et Kilwa, centre de traite à l’intérieur du continent.

Tournelles Jacques (2).jpgSuivant les conseils de monsieur de Gourlade, afin de faciliter leur activité, le capitaine envoya son second, Jacques Tournelles, à terre avec quelques cadeaux comme marque de respect auprès des autorités locales. Celui-ci revint un peu embarrassé, le gouverneur de Zanzibar avait sollicité une invitation à bord, ayant la curiosité de visiter un bâtiment si impressionnant par sa taille. Le Second n’avait pu refuser. Le capitaine Des Molières le rassura, il allait recevoir et contenter la curiosité du potentat. Les marins reçurent l’ordre d’astiquer les moindres recoins du navire afin de faire honneur à la Compagnie. Les officiers enfilèrent du linge propre, le capitaine fit dresser une table sur le gaillard d’arrière avec nappe blanche, porcelaine et couverts d’argent, ainsi que des présents pour l’invité d’honneur. Puis ils attendirent. Le jour déclinait lorsque l’équipage aperçut au loin, sur le port, le gouverneur et sa suite qui embarquait sur des esquifs. Le capitaine fit rajouter des chandeliers sur la table et allumer des flambeaux sur le pont. Le premier à monter à bord fut un noir, de grande corpulence, habillé de soie orangée et brodée, aux mains couvertes de bagues. Aziz, l’eunuque, annonça l’arrivée du potentat, Kheireddine III (le bien de la religion), tout en maintenant une ombrelle, qui n’était là que par déférence puisqu’elle ne servait plus à abriter du soleil l’homme qui montait. De grande taille, légèrement corpulent, un keffieh décoré d’une agrafe en pierre précieuse, vêtu d’un gilet long en brocard sombre sur une chemise de soie rouge et d’un pantalon turquoise, l’homme s’imposait par son autorité. Il était suivi d’un adolescent infatué de sa personne au regard inquisiteur. Il s’éventait avec un éventail précieux de plumes d’autruche, et s’avérait être Mokhtar (le choisi), le fils aîné du gouverneur. Puis suivit sa suite exclusivement masculine.

 Le capitaine Des Molières, avec un geste élégant, se découvrit de son tricorne et s’inclina respectueusement afin de saluer l’invité. D’un même mouvement, il fut en cela copié de ses officiers. Ils n’avancèrent pas le pied vers l’avant, ce qui était la coutume de la cour de France, lorsque l’on se courbait avec déférence devant le roi ou un grand de France, le gouverneur n’était à leurs yeux qu’un indigène. Il présenta les officiers de son équipage  « Messieurs Jacques Tournelles, Olivier Bosuel, Philippe Chanseaux, Pierre Ermenole, notre chirurgien, monsieur Jean-Louis Bequet et les agents de la Compagnie messieurs Étienne Bardon et André Clergeaud ». Aziz traduit l’allocution pour son maître. Le capitaine d’un geste élégant guida l’invité vers la dunette. Après les formules de politesse et les rafraîchissements le capitaine Des Molières fit présent, de deux pistolets en argent à un coup présenté dans une boîte d’acajou, de deux pistolets en argent à deux coups et quatre mousquetons pour le fils du gouverneur. Il compléta les cadeaux d’un sac de piastres, et un rouleau de soierie venant de Lyon. Fort content de la réception, le gouverneur autorisa ses hôtes à amasser une cargaison d’environ 600 nègres. Il proposa, au capitaine, une maison au centre de la ville de Zanzibar pendant son séjour. « – Passez au palais voir Aziz, il vous guidera jusqu’à la demeure et vous trouvera le personnel pour l’entretenir ». Lors de son retour à terre, sur incitation du capitaine, l’équipage lui fit les honneurs de sept « vive le roi » et autant de coups de canon. Le capitaine était satisfait de cette entrevue. Elle promettait de faciliter son service auprès de la compagnie et permettrait de ne pas lambiner sur ces côtes.

*

Le lendemain, accompagné de deux de ses officiers, le capitaine se rendit au palais du potentat, dominant la capitale. Dans un vestibule aux murs de mosaïque bleue et blanche, meublé de canapés couverts de coussins soyeux et multicolores, ils attendirent deux bonnes heures le bon vouloir de l’eunuque. Dans toute sa majesté, entouré de serviteurs, il se présenta et sans plus d’excuses les invita à le suivre. Ils parcoururent les rues de la ville, suivant leur guide et ses gardes, jusqu’à la maison qui lui était offerte.

Zanzibar House.jpgCelle-ci se situait dans un quartier occupé essentiellement par les riches notables d’origine étrangère. C’était une grande maison, sur deux niveaux, aux balcons de dentelles en bois, construite lors de l’occupation portugaise, rafraîchie par un patio arrosé d’une fontaine. Le rez-de-chaussée se composait d’une succession de pièces agrémentées de meubles occidentaux pour recevoir, et à l’étage de chambres. Outre celle qu’il s’octroya avec un bureau, il mit à disposition les autres pour ses officiers lorsqu’ils ne seraient pas de service. Aziz le prévint que viendraient, tous les jours, trois serviteurs pour s’occuper de leur bien-être.

Ils se présentèrent, pour la première fois, une couple d’heures plus tard sur la recommandation de l’eunuque. Il s’agissait de deux femmes et d’un jeune homme visiblement de la même famille. Pour les femmes, l’une devait être la fille de l’autre tant elles se ressemblaient sans être de la même génération. Le capitaine les accueillit avec chaleur, tout en remarquant la beauté de la jeune fille, prénommée Tiwul (celle du cœur) qui malgré sa peau dorée et son opulente chevelure noire avait les yeux d’un vert limpide. Ce constat le dérouta tant cela attira son attention. Encore d’une grande beauté, l’autre femme s’avéra être sa tante, Bahac. Elle expliqua qu’elle s’occuperait de la cuisine et son fils Afra (la paix), ferait l’homme à tout faire. Ce dernier, les traits fins, féminins, les yeux sombres étirés vers les tempes, avait tout de suite remarqué l’avantage qu’il pourrait tirer du regard en coulisse de l’un des officiers. Les présentations faites, les ordres donnés, tout le monde alla à ses occupations.

*

La difficulté à se procurer du bois d’ébène sur la côte incita le capitaine Des Molières à négocier avec les marchands arabes installés à Zanzibar, comme cela lui avait été préconisé. Depuis huit siècles, ils avaient créé et organisé un important marché aux esclaves, approvisionné en Cafres, race un peu belliqueuse, mais solide et endurante à l’ouvrage.

Aziz.jpgPar l’intermédiaire de l’eunuque Aziz, le capitaine prit contact avec un négociant, qui lui avait été conseillé, un nommé Barrebacao. L’homme, un musulman d’origine indienne, les yeux et le sourire énigmatiques, se présenta le lendemain en fin d’après-midi. Le capitaine le reçut dans le patio à l’ombre d’un parasol. Il offrit des rafraîchissements qu’Afra présenta à leur invité. Ils échangèrent des politesses et mirent au point leur accord. Il fut prévu que grâce à ses courtiers, le négociant indien pourrait pourvoir le capitaine de plus de 800 pièces, un peu plus que les six cents autorisés, mais avec un ou deux cadeaux supplémentaires cela devrait pouvoir se faire. Le pourvoyeur fit la promesse de les embarquer en un temps très court. Le temps passé dans les lieux étant essentiel, car plus le séjour en Afrique était long, plus l’expédition devenait coûteuse et hasardeuse. À cause des conditions atmosphériques, on craignait toujours la dégradation des navires, la surmortalité des matelots et de premiers esclaves embarqués.

Dès le jour suivant, les formalités terminées, les subrécargues, Étienne Bardon et André Clergeaud, commencèrent leurs démarches. Embarqués sur le navire pour représenter à bord les intérêts de l’armateur, ils avaient pour mission d’acheter des esclaves, pas de troc, la transaction se payait en pièces d’argent ramenées par caisses entières de l’Île-de-France. Ils utilisaient les services d’un navire plus petit, une corvette, « l’Étoile du matin », pour assurer la liaison entre différents points de la côte, où étaient achetés les esclaves. Son faible tonnage lui permettait de manœuvrer avec aisance, de mouiller au plus près de la côte, voire de remonter les embouchures de fleuves. Sur un îlot proche de Zanzibar, appelé « l’île de la Vieille Femme », Barrebacao conseilla de parquer les Cafres dans l’attente d’être embarqués à bord de « l’Espérance ».

Pendant les trois premières semaines d’escale, tandis que les subrécargues procédaient aux négociations pour l’acquisition d’esclaves, « l’Espérance », attendant sa cargaison, mouilla dans la rade de Zanzibar. À son bord, dans la journée, le capitaine occupait un équipage réduit à son entretien. Chaque matin un canot allait à terre, déposait une partie de l’équipage et se ravitaillait en vivres et en eau. Il revenait le soir pour récupérer les hommes obligés de dormir à son bord, afin d’éviter toute désertion.

Pendant ce temps, le capitaine et ses officiers se mirent au rythme de la ville. Il n’y avait qu’à attendre. Le capitaine Des Molières ponctua ses journées en courrier pour la Compagnie, afin de la tenir informée du déroulement des opérations, en promenades et lectures. Le gouverneur avait eu l’amabilité de le fournir en livres français. L’après-midi à l’abri des fortes chaleurs, il prenait plaisir à lire dans le salon tous volets fermés ou dans le patio.

Un jour après le repas alors qu’il mangeait seul, le capitaine afin de tuer l’ennui engagea la conversation avec Bahac. Elle desservait la table tout en lui répondant. Après quelques détails et commérages sur la ville et ses habitants, il en vint à lui demander si elle et sa famille étaient originaires de la région. Elle lui apprit qu’elle était berbère, du pays appelé Maroccos. Sa famille et elle étaient venues avec leur maître Abdessator (serviteur de celui qui protège) un négociant de Rabat. Il était malheureusement mort de maladie en arrivant. Le pays était alors ravagé par une épidémie de peste, sa sœur et son beau-frère avaient succombé au même terrible fléau. Elle était restée seule, sans argent pour un voyage de retour, avec les enfants alors en bas âge. Elle s’était débrouillée tant bien que mal et s’était mise au service d’un marchand français et de sa famille. Son parler français, ainsi que celui de son fils et sa nièce, s’expliquait par cela. Après plusieurs années à leurs services, ceux-ci étaient repartis chez eux. Sur leurs recommandations, Aziz, l’eunuque pensait à eux dès que des Français avaient besoin de serviteurs. Le capitaine fut touché par l’histoire, d’autant que Tiwul et ses yeux limpides imprégnaient de plus en plus ses pensées et ses rêves de moins en moins chastes. Sa lutte intérieure était de plus en plus difficile, non pas qu’il tînt à être fidèle à sa fiancée, ce n’était guère qu’un mariage arrangé entre deux familles, mais il ne savait comment se comporter envers elle. La solution se présenta d’elle-même.

Tous les soirs, Tiwul restait afin de servir le dîner, ce soir-là le capitaine Des Molières était en compagnie d’Olivier Bosuel et de Jacques Tournelles, son second. Restaurés, les deux hommes quittèrent leur capitaine pour une virée dans les bas-fonds de la ville. Resté seul, il monta à l’étage. Il s’alluma un cigare dans l’air du soir parfumé et se mit à rêvasser, accoudé à la mezzanine donnant sur le patio. Tiwul (2).jpgTiwul demanda si elle pouvait débarrasser, il sursauta, surpris, la croyant partie. Il la regarda ramasser la vaisselle restante, tournant gracieusement autour de la table, quand maladroitement elle fit tomber la pile de plats en grès qu’elle tenait en équilibre. S’excusant du dérangement, elle s’accroupit pour ramasser ses maladresses, le capitaine se précipita pour l’aider. Elle essaya de l’en empêcher, mais il insista. S’approchant d’elle, les cheveux parfumés de la jeune fille le frôlant, il ne put résister à caresser son épaule. Surprise, elle se retourna, ne voyant aucune crainte, aucun désaccord dans son regard transparent, il se pencha et l’embrassa sans rencontrer plus de résistance. Elle lui rendit sa caresse, elle n’attendait que ça. Ils eurent à peine le temps de monter dans la chambre. Le lendemain matin, avant que le soleil n’éclaire, la belle se leva. Elle se drapa dans un drap de lin, le capitaine la suivit. Quelle ne fut pas sa surprise de voir sortir en catimini le cousin de Tiwul, de la chambre de son second ! Le jeune homme resta figé de stupeur, ne s’attendant pas à croiser qui ce fut à cette heure, et encore moins le capitaine avec sa cousine. Celui-ci reprit les choses en main  « – Déjà à l’ouvrage, Afra, c’est bien ! » Et comme si de rien n’était, il réclama son déjeuner au salon.

Il savait ce qui se passait, la Marine n’était pas exempte de ce prétendu vice, par lequel beaucoup passaient par manque de femme. Lui-même, aspirant de Marine, avait partagé plus d’un moment de tendresse avec son compagnon de cabine, devenu par ailleurs son meilleur ami. Il savait aussi que pour certains ce n’était pas qu’un passage et qu’ils continuaient toute leur vie cette pratique. À vrai dire, cela le laissait indifférent. C’était un moindre mal, aussi sourit-il au jeune homme pour le rassurer, comptant bien en rester là. Il n’en dit mot à son officier.

Deux jours auparavant, Afra, ayant remarqué l’intérêt que lui portait monsieur Tournelles, provoqua la rencontre. À la tombée de la nuit, celui-ci étant seul dans la demeure, le capitaine et l’autre officier étant encore sur le navire, il vint proposer de préparer un bain. Olivier Tournelles était un jeune officier de vingt-sept ans. Il avait été nommé second sur la demande du capitaine. Grand, bien fait de sa personne, châtain, les yeux bleus, ce qui était courant dans sa Normandie, il n’avait jamais été attiré par la gent féminine. Il se faisait le plus discret possible sur ses goûts, les longs voyages lui ayant octroyé quelques occasions pour les assouvir. Il avait tout de suite été attiré par la beauté exotique du jeune berbère juste rentré dans l’âge d’homme, aussi avait-il beaucoup de mal à se contenir. Cette invitation qu’il accepta, si c’en était une, le troubla. Il se rendit au bain. C’était une pièce réservée à cet usage, et que l’officier n’avait jamais vu avant son arrivée. Elle était couverte de mosaïques bleues du sol au plafond. Un bassin était creusé en son centre rempli d’eau chaude, couvrant chaque surface d’humidité. Il se déshabilla et s’y immergea. Afra rentra dans la pièce, avec juste son pantalon bouffant, et vint proposer ses services. Confondu, l’homme accepta, le jeune homme lui frotta le dos, le rinça à l’eau froide, le massa. Rapidement, il fut évident que l’un comme l’autre n’était pas indifférent à tous ces attouchements. À partir de ce jour, ils partagèrent tous les moments possibles et finirent par se rendre compte que le charnel n’était pas le seul lien qui les unissait.

*

Quelques jours plus tard, le capitaine Des Molières reçut la première invitation du gouverneur. C’était pour le repas du soir, il pouvait se faire accompagner de ses officiers. Il prévint donc les deux, qui n’étaient pas de service à bord, de se préparer en tenue d’apparat pour la nuit tombée. Bahac, Tiwul, et Afra furent mis à contribution pour le rafraîchissement des uniformes. Le soir venu, les trois hommes se présentèrent aux portes monumentales du palais. Un garde les dirigea jusqu’au majordome. Plus noir que l’ébène, tout en longueur, sec comme un sarment, vêtu de blanc, chemise, gilet brodé ton sur ton, pantalon large, anneaux d’or aux oreilles, il s’avança vers eux. Il les guida vers la salle de réception dite du trône, après s’être courbé et avoir dit le bonjour rituel « – es salâm ‘aleikum » (la paix sur vous). Elle était richement ornée. La salle était soutenue par deux séries de six colonnes en marbre blanc avec arcs brisés sculptés de mille arabesques. L’un des murs supportait un balcon donnant sur des moucharabiehs archéens. Le mur frontal était couvert d’une mosaïque avec pour sujet un arbre gigantesque au pied duquel paissaient des gazelles attaquées par un lion. Dessous se trouvait le trône vide du gouverneur, en ivoire et bois précieux. Les hommes s’avancèrent dans la salle illuminée par une multitude de chandeliers, sur un sol de carreaux aux différentes formes géométriques bleues ou blanches qui s’imbriquaient entre elles. Ils s’installèrent assis en tailleur sur les coussins de brocarts qui servaient d’assise, devant la table basse aussi longue que la salle. Il y avait déjà une douzaine de notables de la ville, deux banquiers juifs de Rotterdam, des négociants français ayant l’autorisation de tenir un comptoir ainsi qu’un Grec et un Portugais. Aucune femme n’était présente. Une fois tous les invités installés, le gouverneur et son fils entrèrent et saluèrent l’assemblée. Chacun d’eux s’assit à une extrémité de la longue table. Le ballet des serviteurs commença au rythme d’un concerto donné par un groupe de musiciens installé sur le balcon. Des mets raffinés furent servis, à la surprise de monsieur Des Molières, arrosés de vins de Bourgogne et de Bordeaux. Le potentat s’assura, avec un sourire malicieux, de leurs qualités. Jongleurs, cracheurs de feu, acrobates divertirent l’assemblée. Le clou de la soirée fut l’arrivée lascive de six danseuses du ventre, au son de leurs tambourins et de leurs bracelets de clochettes tintant à leurs poignets et à leurs chevilles. Tout cela emmena les spectateurs jusqu’au petit matin. Le groupe repu et ivre du spectacle rentra aux premiers rayons du soleil tout en commentant ce qu’il avait vu et entendu. Le capitaine trouva Tiwul emmitouflée dans un châle bariolé qui le guettait depuis le balcon donnant sur la rue. Attendri, il sourit, et à peine arrivé à l’étage il la prit dans ses bras et l’entraîna dans sa chambre. Ils se levèrent au pic du soleil, elle le conduisit par les ruelles de la ville vers le souk. Ils mangèrent aux étals des marchands ambulants, visitèrent les échoppes des artisans. Il lui acheta une babiole qu’elle voulut refuser. De ruelle en ruelle, ils se trouvèrent au port et continuèrent sur les plages.

Les jours s’écoulèrent dans une douce félicité. Outre ses échanges amoureux, le capitaine reçut les négociants français, fut invité par quelques notables et rendit visite régulièrement à Kheireddine III. Le temps passait et le séjour s’allongeait sans impatience de la part du capitaine au grand dam des subrécargues de la compagnie qui s’agaçaient devant la lenteur des livraisons.

*

Le soir du 28 janvier 1780, il trouva un message lui annonçant le premier arrivage de la cargaison sur l’île de la « vieille femme ». Le lendemain à l’aube lui et monsieur Ermenole rejoignirent la corvette dans le port. Après quelques heures de voyage, ils arrivèrent devant la petite île, à première vue déserte. À l’aide des chaloupes, ils débarquèrent, aveuglés par le soleil miroitant sur l’eau limpide et sur la plage de sable blanc, qui s’étendait sur toute la côte visible. Trois immenses cages y avaient été bâties. La marchandise serait cantonnée là en attendant que l’on en ait une quantité suffisante à charger sur « l’Espérance ». Étienne Bardon, rondouillard à l’esprit consciencieux, voire pointilleux, attendait le capitaine, il le salua et lui fit la visite du lieu. Il lui expliqua les détails de ses constructions. Il insista sur les pieux verticaux des cages profondément enfoncés dans le sable pour éviter toutes velléités d’évasions des nègres en creusant par en dessous. Il fit remarquer les marins qui les surveilleraient et seraient enfin occupés utilement. Il fit observer trois gros chiens couchés sous les premiers palmiers, des molosses noirs, acquis auprès de Barrebacao, pour dissuader toutes tentatives. Le capitaine approuva toutes ses prévoyances, mais notifia sa surprise de voir les cages vides. Le subrécargue le rassura, la cargaison était débarquée de l’autre côté de l’île. En effet, une longue file, tel du bétail humain, d’hommes, de femmes et d’enfants à l’air hagard, sortit de la forêt. Ils étaient conduits par un grand noir, sous-fifre du négociant indien. Il avait sur son épaule droite le manche de la fourche qui maintenait le premier captif, celle-ci était solidement fermée par une corde derrière son cou. Chaque esclave portait de même le manche de la fourche de celui qui le suivait. Les enfants, eux, étaient accrochés à leurs mères par une corde au cou, pas un seul ne semblait avoir moins de six ans. Cette arrivée fut un coup à l’estomac du capitaine. Étienne Bardon s’en rendit compte. Il haussa les épaules et se demanda, à quoi pouvait bien s’attendre celui-ci. Le capitaine Des Molières ne le savait pas lui-même. Il reprit contenance et demanda un peu rudement leur embarquement sur « l’Espérance « pour la fin de la semaine.

*

cropped-esclaves.jpgL’embarquement commença donc le vendredi suivant avec un lot de quarante Cafres, appelés pièces d’Inde à cause de leur qualité, et de neuf femmes. Quatre-vingt-huit autres furent embarqués lors de la semaine qui suivit, il s’agissait d’hommes et de femmes sans défaut notable, âgés de 15 à 30 ans. Puis jusqu’au 8 mars, chaque jour, y compris les jours de fête, deux cent six esclaves furent amenés à bord, au moyen d’une chaloupe faisant la navette entre la terre et « l’Espérance ». À chaque arrivage, le capitaine Des Molières mettait un point d’honneur à aller vérifier la marchandise. Rongé par le remords, il renouvelait ses recommandations à ses subordonnés. Il leur enjoignit, de bien traiter les esclaves, de veiller à leur faire faire de l’exercice sur le pont et de leur imposer un minimum de règles d’hygiène, telles que se laver le corps et se brosser les dents. Il n’aimait pas ce qu’il faisait et s’en voulait de son aveuglement tacite. Il n’était pas ignorant du travail qu’il était supposé faire quand il avait reçu son commandement. Mais ce n’était que théorie, que des mots, il était loin de se douter que la pratique était si écœurante. Et l’eut-il connu ? Il n’était pas sûr de l’évidence de son refus devant cette offre si avantageuse. Il se méprisait et consciemment se réfugiait derrière le devoir et ce que la Bible prétendument disait.

L’organisation ayant été prévue afin d’assurer la sécurité et les risques d’évasion, à bord, hommes et femmes furent parqués séparément. Les négresses et leur progéniture furent installées dans la « grande chambre », près des soutes et de la Sainte Barbe où sont entreposées les armes. Les nègres, eux, furent enchaînés dans les cales dont les sabords étaient ouverts pour l’aération, mais grillagés par précaution, tandis que l’équipage dormait dans l’entrepont. Nourris une fois par jour, la nourriture des prisonniers consistait en biscuit, maïs, mil, pois du Cap et haricots. Les céréales étaient achetées sur place, moulue et vannée au fur et à mesure des besoins.

Malgré toutes les précautions, les prisonniers séparés de leur famille, devant un univers inconnu, et cernés par l’océan, qu’ils assimilaient au monde des morts, les tentatives d’évasion et de suicide se produisirent peu après la montée à bord. Ce furent d’abord deux femmes qui cherchèrent à trouver la mort un soir, elles se jetèrent à la mer par la fenêtre de la grande chambre, après avoir cassé les grillages. L’une fut reprise, l’autre se noya. Le subrécargue fit exposer son cadavre à la poupe du navire à titre d’exemple et le fit passer devant toutes les négresses pour les dissuader de se jeter à la mer.

À trois reprises, les grillages, servant à obturer les aérations des cales, furent arrachés par des esclaves mâles tentant de s’échapper du navire à la faveur de la nuit. Trois d’entre eux y réussirent. Après avoir arraché le grillage d’un sabord à l’arrière du navire, ils coupèrent une drisse du perroquet l’utilisant pour descendre le long de la coque de « l’Espérance » et monter dans une pirogue au moyen de laquelle ils gagnèrent le rivage. Pour éviter les désertions, le capitaine fit renforcer la surveillance de nuit et fit contrôler tous les grillages des sabords.

 Au cours des cinq semaines que durèrent l’embarquement des esclaves, dix adultes et un nourrisson succombèrent, les uns de la dysenterie, les autres d’une maladie inconnue provoquant le délire pendant trois jours puis le coma. Le chirurgien examina les morts pour déterminer la cause des décès, ausculta les malades et décida de l’évacuation à terre de certains d’entre eux afin d’éviter la promiscuité, préjudiciable à la guérison et propice à la contagion. Une fois rétablis, les esclaves furent ramenés à bord.

*

Sur le pont de « l’Espérance », Philippe Chanseaux flânait en taillant un morceau de bois, il n’avait rien à faire à part attendre. Officier en second, il surveillait l’équipage et le navire au mouillage éloigné de la côte. À l’instar de tous ses comparses, il avait passé deux jours consécutifs et une nuit à bord à se languir et attendre d’être relevé afin de parcourir la ville et ses plaisirs exotiques. Le soir, comme prévu, Olivier Bosuel arriva pour le remplacer. Il descendit à terre et sur le rythme de la promenade se dirigea vers la demeure, essayant de ne pas se perdre dans le dédale des rues du bazar de la médina qu’il devait traverser. La nuit tombait et les ombres s’allongeaient. La lune était pleine et éclairait abondamment le chemin. Un coup à droite, un coup à gauche, il se dirigeait dans ce dédale de rues en levant la tête cherchant entre les bâtiments le sommet du minaret de la mosquée d’où le muezzin avait scandé son dernier appel de la journée. Il croisait de moins en moins de monde chacun ayant retrouvé son foyer. La ville se calmait et se préparait à la nuit. Son attention fut tout à coup attirée dans une ruelle, par un mouvement et un son qui lui parurent incongrus. Dans l’encoignure d’une porte, une femme se débattait, il se précipita, interpellant l’agresseur. Celui-ci se retourna. Il insulta dans sa langue le jeune homme, et avant que celui-ci ne s’en rendît compte, il sortit un poignard le lui plantant dans l’abdomen avant de le repousser brutalement pour s’enfuir. Terrorisée, la femme hurla, des maisons les gens sortirent, avec des armes de tous genres. Mais ce fut pour constater l’agression et aider le blessé. La femme tout en pleurant expliqua qu’elle avait été agressée par un inconnu en rentrant chez elle. Le jeune homme fut ramené dans le quartier des étrangers plus morts que vifs par un cortège bigarré et inquiet, car c’était un étranger protégé par le gouverneur. À la maison ils furent reçus par Afra. Celui-ci, affolé, courut chercher monsieur Tournelles. Ce dernier fit installer le blessé dans l’un des salons du rez-de-chaussée, demanda à Afra de le nettoyer et s’en alla quérir en urgence le chirurgien qui était resté à bord du navire. À son retour, le blessé était au plus mal, la fièvre s’était déclarée. Le chirurgien fit ce qu’il put, mais annonça qu’il y avait peu de chances qu’il survive à sa blessure. Elle avait touché des organes vitaux, l’agresseur savait ce qu’il faisait. Tiwul, vint se joindre à eux pour s’occuper du jeune officier et fit tout ce qu’elle put pour adoucir les derniers instants du jeune second. Malgré les soins attentifs de tous, deux jours s’écoulèrent avant qu’il ne rende l’âme. Sur cette entrefaite, le maître de maison rentra au milieu de l’affliction générale et ce fut avec stupeur qu’il apprit la mort absurde de son jeune subalterne. Il en réclama la justice auprès du gouverneur. Il était en colère contre lui-même, il s’attardait depuis trop longtemps sur cette île, et cela apportait moult ennuis. Ce drame n’en était pas le moindre. L’indolence que créait l’inactivité causée par une attente qui durait par trop ne pouvait qu’être néfaste. Malgré Tiwul et le besoin qu’il avait d’elle, il décida de hâter les préparatifs et de presser ses gens afin d’écourter le séjour.

*

Avant le départ prévu, le gouverneur invita monsieur Des Molières à une chasse au lion sur le continent, ceci afin de fêter la fin de son séjour. Les deux hommes s’étaient appréciés, aussi cultivés, l’un que l’autre, ils avaient beaucoup devisé, faisant fi de leur religion et montrant beaucoup de liberté dans leurs échanges qui s’avérèrent enrichissants, chacun expliquant à l’autre sa culture, sa philosophie, la façon de vivre de ses congénères, chacun surprenant l’autre par ses anecdotes.

Le jour dit, le capitaine français se rendit sur le port, en compagnie de Jacques Tournelles, Olivier Bosuel et d’Afra. Aziz les conduisit sur la frégate du gouverneur, sur laquelle ils firent le voyage jusqu’au campement installé sur la plage à l’abri des palmiers. Il y avait une vingtaine de chevaux qui attendaient, ainsi que des mules pour transporter les bagages. Hormis les Français, il y avait quelques nobles, le potentat et son fils Mokhtar. Tous échangèrent avec courtoisie les salutations d’usage et une fois la colonne prête, la journée durant, elle suivit la rivière Wami, jusqu’au camp préalablement installé dans une courbe du cours d’eau dans la profondeur du pays. Ils dérangèrent des girafes broutant la cime des acacias. Ils aperçurent un troupeau de zèbres qui détala à leur approche. Les Français étaient ébahis devant ces animaux qu’ils ne connaissaient pas encore, tout au moins pas vraiment. Sous les arbres, des tentes colorées étaient édifiées autour desquelles s’affairaient des esclaves, chacune était attribuée aux invités, la plus grande au centre était celle du potentat et de son fils.

lion.jpgLe gouverneur Kheireddine III faisait chasser le lion à l’appel. Cette chasse consistait à imiter le rugissement du lion, elle commençait dès l’aube, dès que les pisteurs avaient vérifié la présence d’un mâle à proximité. Aussi les chasseurs furent réveillés par le second pisteur effectuant l’appel en soufflant dans un instrument tubulaire en acier d’un mètre de long et quatre centimètres de diamètre environ. Ce matin-là, le lion avait répondu de très près, presque immédiatement, par un terrible rugissement, pour chasser l’intrus qui empiétait sur son territoire. L’équipe de chasseurs s’affaira avec précipitation et avança vers le lion. Le pisteur réitéra son appel encore une ou deux fois pour situer la position du fauve. Ce premier contact avec un fauve avait eu pour effet de glacer les os du capitaine Des Molières. Il eut l’impression que ses cheveux s’étaient dressés sur sa tête. D’après Issene, le premier pisteur, l’animal était situé de l’autre côté de la rivière. Marchant majestueusement, sûr de sa force, le lion vint vers les chasseurs en grognant. Lorsqu’il fut proche, les chasseurs se figèrent et se dissimulèrent derrière des taillis. Ils attendirent de voir l’animal à bonne portée pour pouvoir le tirer. Il bondit sur le côté et disparut dans la brousse. Un vol d’oiseaux affolés par la présence humaine avait éventé le piège. Les chasseurs furent désappointés et plus encore quant à la nuit, ils rentrèrent bredouilles au camp. Le lendemain, les pisteurs rappelèrent le lion qui répondit à nouveau, mais, méfiant, au lieu de venir vers eux, il partit plus loin. Les chasseurs le perdirent à nouveau.

Le troisième jour, à pied d’œuvre de bonne heure, la troupe reprit la chasse. Les pisteurs appelèrent sans résultat. Ils trouvèrent les traces fraîches d’un couple. Pourquoi le mâle ne répondait-il pas à l’appel ? Mystère. Peut-être la présence de la femelle… D’après les pisteurs, les fauves ne devaient plus être très loin. Mais les traces arrivaient près de la Wami, puis plus rien ! Après inspection de la rive, Issene trouva l’endroit où les deux lions avaient sauté de l’autre côté de la rive. Un bond de six mètres environ ! Cela laissait présager une très belle bête. Ils traversèrent la rivière. Les lions avaient suivi la rive opposée et avaient sauté à nouveau la rivière, un peu plus en aval, les fauves zigzagants au fil du cours d’eau. Ils les cherchèrent prudemment toute la matinée en sachant qu’ils étaient très près, sans résultat. Ils devaient s’être enfoncés dans la forêt toute proche. Il était tard, le potentat décida de rentrer au campement, ils reviendraient le lendemain appeler ce lion. Monsieur Des Molières commença à trouver cette chasse un peu longue et cela n’arrangeait pas ses affaires, il aurait préféré jouir de Tiwul et de ses douceurs en ces derniers instants de son séjour.

Le lendemain, les pisteurs indiquèrent la direction à prendre et se dirigèrent, à grandes enjambées, dans la direction du fauve repéré. Issene tenta un appel. Le lion répondit, il était très près. Ils s’approchèrent encore et s’arrêtèrent à nouveau pour écouter le fauve qui rugissait furieusement et presque sans arrêt en s’approchant d’eux. Le gouverneur le repéra à proximité d’un groupe d’arbres où ils se cachèrent. Le gouverneur, son fils, le capitaine et le pisteur s’étaient groupés tous les quatre, leurs sens en éveil. À la demande du gouverneur, Issene appela doucement. Un énorme rugissement leur répondit. Ils attendirent le moment propice, prêts à tirer. L’animal tourna autour d’eux sans qu’ils puissent le voir pour pouvoir l’ajuster. Les hommes sous tension, le poil hérissé à chaque rugissement de la bête en colère, guettaient le moment propice. Leur excitation était au paroxysme du soutenable. Ils le virent, furtivement, à moins de cent mètres, mais rusé, le lion resta dans les buissons. Ils essayèrent de se déplacer, mais il s’enfuit à nouveau. Marchant en file indienne, ils virent le lion qui, couché sous un arbre situé à la sortie des pailles, était reparti en sens inverse de leur progression dans la brousse. L’animal semblait les narguer. Ils eurent beaucoup de chance de retrouver ses traces et le pistage recommença. Cela faisait cinq heures qu’ils suivaient le félin. Dans leur enthousiasme, les quatre hommes s’isolaient petit à petit du reste du groupe. Issene montra l’endroit où le lion avait été couché. Le gouverneur chuchota au capitaine qu’il avait très peu d’avance et qu’ils avaient de grandes chances de pouvoir le rattraper dans peu de temps. Tout à coup, Issene quitta la file indienne et montra du doigt droit devant lui  « – Lion, lion… ». Effectivement, ils aperçurent le lion à cent mètres d’eux. Il trottinait dans la brousse. Le fils du gouverneur visa et tira. Touché, il sauta et roula sur lui-même. Les quatre hommes coururent vers le fauve  il était là sous un arbuste à cinquante mètres d’eux, mal en point, mais rugissant encore, prêt à se défendre. Le fils du gouverneur prit le fusil que lui tendait son père et tira à nouveau, l’animal s’écroula. Mais à ce moment-là, une lionne déboula vers le tireur, Monsieur Des Molières, la perçut plus qu’il ne la vit, pivota, épaula et l’arrêta dans l’élan. Le reste de la suite très en arrière vit la scène sans avoir la possibilité d’intervenir. La lionne tombée, tous aux aguets, ils attendirent de peur qu’elle ne fût pas seule, et que d’autres compagnes du mâle ne veuillent le venger. La tension tomba, rien ne bougeait.

Tout le monde félicita le capitaine de sa réactivité et ainsi d’avoir sauvé le jeune homme. Tous congratulèrent le jeune chasseur pour son premier lion. C’était un très gros lion avec une lourde crinière fauve striée de noir. Les pisteurs chargèrent les deux fauves et ils rentrèrent au campement. Les Africains chantèrent pour fêter la chasse. Le personnel du campement, averti par ces chants, se joignit à eux. Ce fut la fête, les tam-tams battirent tard dans la nuit au milieu des bruits de la brousse pour célébrer la mort du lion. Ce lion accusait la longueur totale d’environ trois mètres, cela en faisait un beau trophée.

Sur le chemin de retour, pour avoir sauvé son fils Mokhtar, Kheireddine III proposa au capitaine de choisir le cadeau qu’il désirait. Ce dernier sollicita si cela était possible la propriété de la maison de Zanzibar. Le gouverneur savait ce que cela cachait, il accepta tout en souriant malicieusement. Il savait bien que le français n’était pas prêt à revenir dans son île.

Dès le lendemain, l’eunuque du gouverneur se présenta. Monsieur Des Molières reçut Aziz dans le salon de réception avec les honneurs dus à sa position privilégiée auprès du potentat. Il lui proposa des rafraîchissements que ce dernier accepta tout en parlant de tout et de rien, il n’était pas question d’aborder directement le sujet de sa venue, c’eut été inconvenant. Au bout du temps convenable, l’eunuque en vint au fait  « – J’ai ici l’acte de propriété de la demeure, il ne me reste plus qu’à mettre le nom du futur propriétaire ». Sans hésiter, le capitaine le pria d’y mettre Tiwul de Zanzibar. Celle-ci, respectueusement resté dans un coin de la pièce afin de pouvoir répondre à tous besoins, sursauta, mais ne dit rien. Aziz s’exécuta et écrit élégamment en français et en arabe le nom de la jeune femme sur l’acte. Pendant ce temps, le capitaine alla chercher une pièce de soierie chatoyante mise de côté pour l’occasion et l’offrit à l’eunuque en remerciement des différents services qu’il lui avait rendus.

Ce dernier flatté, agréablement surpris, le remercia et se retira, mais avant de le quitter, le capitaine lui demanda un dernier service, celui de veiller sur les habitants de la demeure. Aziz accepta et partit.

*

 La lune se couchait et le soleil apparaissait comme un trait incandescent au-dessus du plateau drainé par une multitude de rivières. Les enkang avaient été construits par les femmes, quelques jours auparavant. Les cases circulaires de branchages entrecroisés avaient été recouvertes de bouses de vaches et de boue. Les groupes de maisons en cercles étaient ceints d’une clôture formée de branches épineuses. Chaque nuit, les hommes regroupaient les troupeaux, des bestiaux rouge sang, au centre du Boma, dans le village du clan Mengana.

Suwena (bonté) fut réveillée par le silence ambiant. On n’entendait ni les grands fauves ni le meuglement du bétail, pas même les oiseaux. Inquiète, elle se leva et réveilla la première épouse, Ancesa (guide). Lisimba (lion), son époux, avait acquis suffisamment de vaches pour se permettre d’avoir deux épouses. Celle-ci grogna. Contrariée, elle ouvrit les yeux. Elle comprit tout de suite l’appréhension dans les yeux de la seconde épouse. Elles prirent chacune leurs enfants, les calèrent sur leurs hanches et sortirent de l’habitation. De toutes les cases sortaient les membres du clan curieux et troublé par ce silence. Ils n’attendirent pas longtemps, un crépitement attira leur attention. La clôture du village brûlait du côté du soleil levant. Les femmes se précipitèrent dans la direction opposée. Elles furent arrêtées dans l’élan par une horde d’hommes qui les attendaient. Les premières firent demi-tour bousculant celles qui les suivaient. Puis l’horreur du massacre commença. Les hommes se précipitaient, fauchés par les feux d’hommes blancs et les lances des tribus ennemies, qui les accompagnaient. Les femmes hurlaient de terreur, les hommes de rage. Suwena fut assommée et tomba sur son enfant. Lorsqu’elle revint à elle dans le silence terrifiant suite à une bataille, le village n’était que cendres. Elle avait été laissée pour morte. Ceux de sa famille dont le corps ne jonchait pas le sol avaient disparu. Il n’y avait plus une seule tête de bétail. Elle réalisa alors que ce qui l’avait sortie de son semi-coma, c’étaient les cris affamés de son enfant. Instinctivement, elle lui donna le sein. Elle sortit des ruines fumantes et s’enfonça dans la forêt. Elle marcha tout le jour en suivant le cours de la rivière. Elle ne savait où aller, elle fuyait simplement le lieu du cauchemar. Exténuée, à la nuit tombée, elle s’assoupit au creux des racines d’un arbre. Elle fut réveillée par la lumière aveuglante de la torche qu’un homme blanc tenait entre elle et lui. La terreur l’envahit. Un deuxième homme se tenait derrière lui et s’approcha d’elle. Acculée, dos à l’arbre, elle ne savait que faire bloqué dans sa fuite. L’homme l’a pris par le poignet, la jeta sur le sol, l’écrasa de tout son poids. L’ayant violée il passa le relais à son compagnon. Les deux hommes assouvis, elle espéra que ces monstres blancs la laisseraient. Mais l’un des deux l’entraîna jusqu’à la rivière, elle eut juste le temps d’attraper son enfant, qu’ils n’avaient pas vu et qu’elle ne voulait pas laisser aux bêtes sauvages. Ils la jetèrent dans une pirogue qu’elle découvrait. Leur voyage dura quatre jours, ils lui laissèrent son enfant afin qu’elle se tienne tranquille. Ils la nourrirent et abusèrent d’elle régulièrement. Elle serrait les dents. Elle les laissait faire. Elle espérait toujours pouvoir s’enfuir avec son enfant, mais ils la surveillaient et la maintenaient attachée. Puis le quatrième jour, au milieu de la journée, ils arrivèrent sur la côte, à l’embouchure de la rivière. Avec effroi, Zuwena découvrit l’étendue infinie de l’océan. Sur la plage, de grandes cages emprisonnaient ses congénères de toutes tribus de la région. Les deux hommes la firent descendre de la pirogue. À peine le pied sur le sol, elle s’élança à l’opposé de l’océan. Les deux hommes s’esclaffèrent et ils lui coururent derrière. L’ayant rattrapée, ils la tirèrent vers les cages, l’enfant pleurait. « – On peut se débarrasser du marmot maintenant ! Il m’énerve à hurler comme ça ! » Le plus massif des deux sortit son pistolet et le dirigea vers l’enfant qu’il avait extirpé des bras de sa mère et jeté sur le sable immaculé de la plage. Instinctivement, Zuwena comprit et se jeta entre l’enfant et la mort. Le coup partit, heurtant définitivement sa tête. Ses yeux se brouillèrent sur son enfant. « – Et merde ! » L’homme en colère s’apprêta à tirer une nouvelle fois sur l’enfant qui hurlait de plus belle. « – Non ! Je ne vous le conseille pas, donnez-moi cet enfant ! » L’homme fut surpris. Il leva les yeux et découvrit un homme élégant et autoritaire. Derrière lui se tenait Barrebacao, son maître qui lui fit signe d’obtempérer. Il obéit, supposant que c’était un officier du navire qui croisait au loin. En fait, c’était le capitaine Des Molières, qui venant chercher la fin de sa cargaison était tombé sur la scène. Et cette fois-ci, il avait trouvé que c’était excessif, trop d’horreur qu’il devait accepter pour le bénéfice de ce commerce. Il aurait un jour des comptes à rendre à Dieu et il n’était pas sûr d’avoir assez d’une vie pour pouvoir tout justifier. Aussi cet enfant lui offrait-il, peut-être le début de sa rédemption et lui ouvrirait-il les portes du Paradis ? Et même s’il n’y croyait pas trop, le doute et l’espoir étaient permis. Il prit l’enfant dans ses bras. « – Chargez-les ! Dès que ce sera fini, nous quittons ces côtes. » Se retournant vers le négociant, aux yeux sombres, qui souriaient avec ironie, il montra un coffre que les matelots descendaient de la chaloupe. « – Prenez votre bien, monsieur, pendant que je charge celui de la compagnie, et je vous remercie pour votre aide et me permets de vous saluer une dernière fois. » Il lui tendit la main que l’arabe lui prit et le tira à lui pour le prendre chaleureusement dans ses bras. « – Adieu monsieur, qu’Allah soit avec vous ! ». Il monta dans la chaloupe, regagna son navire l’enfant endormi au creux de son bras. Arrivé à bord de celui-ci, il s’adressa à l’un de ses officiers et lui demanda de lui trouver une négresse qui pourrait allaiter l’enfant. Puis il les fit installer dans sa cabine à la stupeur de ses hommes. Il nomma l’enfant Esther, qui s’avérait être une petite fille d’environ trois ans et Sara, sa nourrice, celle-ci ayant perdu son enfant lors de sa capture.

Tiwul 002 (2).jpgIls quittèrent définitivement les côtes de l’archipel, puis de l’Afrique. Avant de partir, monsieur Des Molières avait donné l’acte de propriété de la maison de Zanzibar à Tiwul. Il l’avait quittée la mort dans l’âme, car il savait ne jamais la revoir, il ne pouvait faillir au devoir envers sa famille, aussi belle et douce fût-elle. Elle l’accompagna jusqu’au port, digne, retenant ses larmes. Depuis le début, elle savait de façon certaine qu’il repartirait et qu’elle ne serait pas du voyage. Elle monta sur les remparts, y suivant le départ du navire jusqu’à sa disparition de l’horizon. Elle laissa couler ses larmes et caressa son ventre qui détenait déjà le plus beau souvenir de cet amour éphémère. Quant à Afra, son cousin, Monsieur Tournelles avait demandé l’autorisation de l’emmener comme serviteur, le capitaine l’y avait autorisé et avait aussi accepté leurs débarquements à Saint-Domingue où ils s’installeraient dans une propriété familiale à l’intérieur des terres.

Au total, ce furent huit cent trente et un Cafres qui furent déportés, cinq cent quarante-neuf hommes, deux cent quarante femmes, quarante-deux négrillons. Quelques-uns furent acquis personnellement par le capitaine du navire. On les marqua au fer d’un « M », au bras gauche, marque, destinée à identifier le propriétaire de l’esclave, procédé rendu obligatoire par la Compagnie des Indes. Malgré sa culpabilité, celui-ci ne comptant pas renouveler ce genre de voyage comptait bien le rentabiliser, il jouait évidemment avec sa conscience.

À peine partie en mer, une femme accoucha avant le terme d’une petite fille que l’on baptisa et qui mourut à trois heures du matin. Elle fut jetée à la mer. Au matin, afin d’améliorer l’ordinaire des marins prirent un gros requin et découvrirent avec horreur l’enfant tout entier dans le corps de l’animal. Le capitaine exigea la discrétion absolue sur l’incident afin d’éviter de donner un motif supplémentaire de peur panique ou d’agitation aux esclaves.

Mais la malédiction qui semblait poursuivre le sillage du navire continua. Accentué par les conditions de vie à bord du navire, l’entassement notamment, et l’état dépressif des passagers, les esclaves furent victimes de deux maladies  La dysenterie et la variole. Onze d’entre eux étaient décédés de maladie à Zanzibar, soixante-seize moururent au cours des onze semaines de navigation, avec l’aggravation de l’épidémie de variole et l’apparition du scorbut.

Le capitaine inscrit dans son rapport

« Au début de la traversée, la dysenterie fut la principale cause de mortalité à bord. Elle fut responsable de trois décès pendant l’escale à Zanzibar, elle emporta au moins trente esclaves dans les premières semaines de navigation, essentiellement des enfants et des hommes. Les femmes furent moins touchées, peut-être car elles étaient parquées dans des conditions moins insalubres, la « grande chambre » des vaisseaux étant mieux ventilée et approvisionnée en eau, les déjections plus facilement vidées, l’entassement moindre. Lors de la dernière semaine, la dysenterie n’affecta plus personne ; entre temps, une épidémie de variole a commencé à décimer les esclaves. »

*

Dans les premiers jours de juin 1780, un marin cria  « – Terre ! terre ! » au grand soulagement de tous. Avant d’accoster sur l’île de Saint-Domingue, le navire fut mis en quarantaine, pendant une vingtaine de jours, personne ne put débarquer avant que les autorités sanitaires du port aient constaté la fin de l’épidémie de variole.

the pepin press costume.jpgL’arrivée des esclaves fut un grand moment pour la colonie. Sa vente fut annoncée par voie d’affiches et se fit sur le navire. Un coup de canon annonça le début de la vente. Les acheteurs montèrent à bord, parmi eux un français de la métropole demanda un rendez-vous auprès du capitaine avant la vente. Cela allait lui être refusé, car il n’était pas rare de voir des colons essayant d’avoir des avantages lors d’une vente quitte à verser un pot-de-vin, mais celui-ci avait pour lui son titre et sa lettre d’introduction. Monsieur de Maubeuge tira parti de de son escale à Saint-Domingue et de l’aubaine de l’arrivée conjointe du navire négrier. Il se présenta auprès de Monsieur Des Molières avec un billet à ordre de Monsieur Necker, Premier ministre du roi de France. Celui-ci lui permettait de réquisitionner, tout en la payant à son juste prix, la moitié de la cargaison pour ravitailler les colons français de Louisiane en main d’œuvre. Le jeune marquis revenait de la métropole, où il avait épousé Nathalie Bourdeille de la Salle et partait s’installer avec elle à La Nouvelle-Orléans. La vente faite, afin de fêter celle-ci, monsieur de Maubeuge invita le capitaine à sa table, pour le soir même. Il logeait dans l’hôtel particulier de la famille Nairac à Cap-Français.

Pendant ce temps, Étienne Bardon et André Clergeaud, les subrécargues, préparèrent leurs arguments pour la vente des trois cents nègres qui restaient à vendre. Chaque nègre mis en vente dut monter sur une estrade, que l’on avait installée sur le pont, pour être visible du plus grand nombre. Ils furent alors examinés, palpés par les acheteurs qui leur faisaient prendre différentes attitudes et remuer bras et jambes afin de juger de leur force et de leur santé. Tous furent vendus à un bon prix, la colonie était grande consommatrice d’esclaves et le dernier bateau qui était passé deux mois plus tôt avait beaucoup perdu de sa cargaison lors de son voyage.

*

Le capitaine Des Molières arriva au dîner accompagné de monsieur Tournelles. Monsieur et Madame de Maubeuge les accueillirent chaleureusement, il y avait un cousin Nairac qui tenait le comptoir en ville et sa jeune femme. La soirée fut agréable, les Maubeuge donnant des nouvelles de la France et de Bordeaux.

La fin de la soirée venue, le capitaine du négrier demanda une faveur à Mme de Maubeuge. Aurait-elle l’obligeance d’accepter en cadeaux deux esclaves qu’ils ne voulaient ni vendre ni emmener en France, où de toute façon selon la loi, il ne pourrait les garder plus de trois ans ? Il raconta l’histoire d’Esther. Trouvant la demande excentrique, elle n’en accepta pas moins de ne jamais vendre les deux esclaves. Il lui donna Esther et sa nourrice en plus des esclaves vendus.

Jean-Léon Gérôme (1824-1904). Esclave au Caire, 1872.jpg

Personnages

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

épisode suivant

 

De mensonge en mensonge ou Zaïde de Bellaponté 012 et 013

 épisode précédent

épisode 012

1793, mensonge et conséquences

Louise Élisabeth Vigée Le Brun. La duchesse de Guiche, by Vigee Le Brun. Oil on canvas. 1794

Décembre 1792,

Joseph, qui depuis le salon de la belle Julie, venait plus régulièrement à l’hôtel Dambassis, non pour voir sa maîtresse comme elle le pensait, mais dans l’espoir de croiser Edmée, était venu ce jour-là annoncer à son maître l’impensable. Le roi allait être passé en jugement. La découverte de documents compromettants dans « l’armoire de fer » du bureau royal des tuileries avait amené la constitution d’une commission dénommée « commission des Vingt et Un », devant laquelle il allait devoir répondre aux accusations de trahison, et de conspiration contre l’État. Il tenait cela de Dufriche de Valazé qui avait été nommé rapporteur de cette commission. Depuis quelque temps, l’évolution de la situation royale n’était pas bonne pour monsieur Dambassis. Ce dernier pressentait de nombreux bouleversement et renversement. Avec cette nouvelle situation, certains de ses appuis allaient être fauchés et jusqu’à quel point n’allait-il pas être balayé par cette nouvelle conjecture ? De ce jour, Joseph vint faire son rapport journalier, essayant lors de ces occasions de croiser Edmée. Celle-ci avait beau faire, elle ne pouvait l’éviter à chaque fois. Sophie ne comprenait pas son aversion pour le jeune homme, qu’elle-même trouvait charmant, mais trop préoccupé par la naissance de ses espoirs envers le beau russe, elle ne s’y intéressait guère. Hormis les deux jeunes filles, personne n’avait remarqué le manège de Joseph. Edmée restait réservée, voire effacée, elle-même essayant de comprendre pourquoi dès la première fois elle avait ressenti de la répulsion pour celui-ci et même de la peur. Elle ne s’était jamais retrouvée seule en sa présence, pourtant elle était sure qu’il ne recherchait que cela, alors qu’il n’avait fait aucun geste en ce sens, ni ne proférait aucun mot qui ne le laisse penser. Elle finissait par croire que son ressentiment était irrationnel. Toutes ses réflexions furent emportées par les évènements qui bousculèrent sa vie et celle de l’hôtel Dambassis.

***

Les salons de monsieur Dambassis étaient pleins. L’impensable avait été annoncé, la majorité des députés avait prononcé la mort du roi. Entouré des autres avocats du roi, Malesherbes décrivait la réaction du roi à l’annonce de sa sentence. Tous étaient anéantis, ils n’avaient pas voulu cela. À leurs côtés, Condorcet était effondré, il n’avait pas désiré cette sentence. Sophie de Grouchy, son épouse, qui l’accompagnait, désabusée, prêtait l’oreille aux propos qui l’entouraient. Pourquoi larmoyer ? C’était trop tard. Pourquoi refaire le monde ? Il était à construire. Elle n’aurait toutefois pas osé exprimer le fond de sa pensée, elle savait que ce n’était pas le moment, que cela ne serait pas compris. Jacques Verdollin, Claude Louis Réguis, Hyacinthe-Marcelin Borel du Bez étaient en grands conciliabules, ils ne se remettaient pas du jugement ayant eux-mêmes votés contre la peine de mort, le dernier des trois étant de plus totalement contre ce jugement. François-Antoine de Boissy d’Anglas dans un angle de la pièce s’entretenait avec le maître de maison que cette radicalisation de la situation mettait en porte à faux avec le régime qui se dessinait. Entourée de Sophie et d’Edmée, Madame de Saint-Pierre écoutait patiemment de son côté Olympe de Gouges expliquant qu’elle-même aurait eu de meilleurs arguments pour la défense du roi si Malesherbes avait bien voulu accepter son aide quand elle l’avait proposée. La maîtresse de maison ne retenait qu’une chose, son monde venait d’être anéanti, elle n’en doutait pas. La Mauvaise nouvelle Colin de la Biochaye Christian-Marie (1750-1816) 1794.jpgElle était devant un abîme, qu’allait-elle devenir ? Elle fixait Joseph, qui de son côté déambulait entre les groupes, écoutant et enregistrant dans sa mémoire toutes les informations. Il pressentait lui aussi que le vent avait tourné et qu’il allait falloir choisir le bon courant.

Évidemment dans cette assemblée certains étaient tout de même pour l’abolition de la royauté et l’avènement de la Première République française, même si la mort du roi ternissait quelque peu ces victoires. Les époux Rolland entrèrent au beau milieu de la soirée. Chacun attendit que Manon, l’égérie et la tête de leur groupe, s’exprime, mais elle ne sut que rappeler à tous qui était leur ennemie, la Montagne, le groupe de Danton, Marat et Robespierre. Elle ne se faisait pas d’illusion, c’était eux qui avaient remporté la mise. Hébert avec son journal avait gagné. Tous essayèrent de retourner ses sombres pensées, mais en vain, elle insistait. Il fallait voir la vérité en face, l’heure était à la défense, l’heure était à l’attaque dans l’ombre. Sur cette sombre pensée prémonitoire, chacun quitta les lieux.

***

Le roi fut exécuté le 21 janvier, son frère le comte de Provence, en exil à Hamm, se proclama Régent du royaume de France. Catherine II de Russie s’empressa d’entériner cette proclamation. Le mois de mars vit le général Dumouriez perdre deux batailles, abandonner la Belgique aux Autrichiens et passer aux coalisés. Le mois d’avril vit la création du Comité de Salut Public, l’arrestation de Marat par la Convention nationale puis son acquittement par le Tribunal criminel extraordinaire et son retour triomphal à l’Assemblée. Joseph de son côté se retrouva sous les ordres de Pierre-Joseph Cambon président du comité des finances. L’homme lui plaisait, son affairisme sans scrupule ne faisait aucun doute, sa malhonnêteté en revanche n’était pas clairement établie, mais ce n’était pas ce qui le souciait, il en avait vu d’autre.

***

Sophie était alitée, un refroidissement la maintenait au lit avec une forte fièvre et dans un état comateux. La femme de chambre entra discrètement dans la pièce aux rideaux tirés et doucement s’approcha du fauteuil à côté du lit dans lequel Edmée veillait son amie. Elle lui chuchota à l’oreille. Edmée se leva et laissa sa place. Elle sortit pour se rendre au salon du rez-de-chaussée où l’attendait une collation. L’hôtel était silencieux, les quelques domestiques qui restaient au service du couple Dambassis, profitant de leur sortie, étaient quelque peu au repos. Monsieur Dambassis était à sa banque, les tumultes derniers l’amenaient à mettre de l’ordre dans ses affaires. Plus les jours passaient, plus il pensait suivre le conseil de Joseph, quitter la France. Pour cela, il se devait de mettre ses biens en lieux surs et c’est pourquoi quelques écritures, lettres de change et contrats en tous genres devaient être mis en forme. Madame de Saint-Martin, loin de se douter des projets de son époux, était en quête de distraction et de nouvelles. Depuis la création du Comité de salut public, la ville semblait ne plus vivre par crainte de quelques soulèvements soudains de la population parisienne. Un rien la jetait dans les rues, les exécutions ne semblaient plus subvenir à ses besoins sanguinaires. La ville d’une façon ou d’une autre se vidait. Elle avait appris le matin même que monsieur de Laussat, qui lui semblait bien inoffensif, avait été arrêté. Elle ne pouvait savoir que c’était suite aux manœuvres de son amant qu’elle allait dans l’instant rejoindre, tout au moins essayer. Joseph, que la jalousie consumait, ne supportait plus les attentions que ce dernier avait pour Edmée. Il la considérait comme sa propriété. Il avait construit un chef d’accusation qu’il avait glissé dans la liste des arrestations du jour.

Louise Élisabeth Vigée Le Brun. La duchesse de Guiche, by Vigee Le Brun. Oil on canvas. 1794 .jpgEdmée était loin de tout ça, être confinée dans l’hôtel, contrairement à Sophie, ne la gênait pas. L’une comme l’autre était consciente des dangers extérieurs, tout leur entourage vivait dans la peur, mais Sophie était amoureuse. Elle ne pensait plus qu’à Frantz Agus, le beau russe dont elle connaissait désormais le prénom, mais qu’elle n’avait pas eu l’occasion de revoir depuis leur présentation au salon de Fanny de Beauharnais. La claustration lui pesait, elle désespérait de le rencontrer à nouveau. Edmée, elle, acceptait la réclusion, d’autant que le couvent l’y avait habituée, et qu’elle se sentait quelque peu protégée par les murs de l’hôtel. Tous les évènements qui avaient suivi leur départ des ursulines avaient ancré la peur en elle. Ses nuits n’étaient qu’une succession de cauchemars, dont les images étaient un amalgame du passé et des récits qu’elle entendait. Elle descendit le grand escalier sans croiser qui que ce fût. Elle traversa le grand salon, se regarda inconsciemment dans les grands miroirs, puis passa dans le petit salon qui donnait à l’arrière de l’immeuble sur le jardin d’agrément. Sur une table ronde était dressée la collation qui l’attendait, elle s’assit sur l’un des fauteuils. Elle prit sa serviette, et commença à grappiller. Elle n’avait pas vraiment faim. Bien que ce fut le milieu de la journée, la lumière était faible, le temps était maussade tout comme son humeur. Elle fut sortie de sa rêverie par la servante qui vint s’enquérir de ses besoins, comme elle ne voulait rien de plus, elle la laissa à ses taciturnes réflexions. Edmée se secoua, elle se décida à aller chercher un peu de lecture dans la bibliothèque afin de se distraire de ses divagations. Les livres étaient sa meilleure compagnie, elle lisait tout ce qui lui passait sous la main, c’était un refuge salutaire. Monsieur Dambassis lui avait ouvert l’accès à sa bibliothèque. La pièce était spacieuse, la plupart des murs étaient couverts d’étagères supportant toute sorte de livres, contes, poésies, romans côtoyant des traités de philosophie, des carnets de voyage, les volumes de l’encyclopédie. Elle laissa courir sa main sur la tranche des livres passant de Beaumarchais, Bernardin de Saint-Pierre, Diderot, Laclos, Prévost à Marivaux. Elle remarqua un nouveau livre, celui de madame de Staël, une pièce dénommée « Sophie ou les sentiments secrets », feuilleta de Restif de la Bretonne son roman « Le Nouvel Abeilard », et fini par arrêter son choix sur « Le Jugement de Pâris ». Elle s’assit sur un petit canapé-corbeille, en bois mouluré et laqué crème, qui tournait le dos à la porte et faisait face à la cheminée. Elle commença un chapitre, peu convaincu, elle retourna le poser et prit à sa place « les Confessions », de Rousseau. Elle avait déjà remis à plus tard la lecture de l’autobiographie du philosophe, elle lui avait alors préféré un roman. Elle se plongea dedans oubliant quelque peu ce qui l’entourait.

***

Joseph devait voir d’urgence monsieur Dambassis. Il avait surpris Robert Lindet, nouvellement nommé au tribunal révolutionnaire et s’occupant tout particulièrement des finances, en pleine conversation avec Joseph Cambon. Son sujet de préoccupation était le banquier et les dettes que la convention avait auprès de lui. Comprenant où allait en venir le nouveau comptable, et prévoyant la façon dont il allait effacer la dette, il s’était précipité à la recherche de monsieur Dambassis. Il était passé à sa banque et un des secrétaires l’avait envoyé à l’hôtel Dambassis. Il n’y venait que très rarement dans la journée par souci de discrétion, mais il n’en était plus là. Son urgence venait surtout du fait que l’on pouvait découvrir le rôle qu’il avait auprès du banquier, aussi il tenait à le voir partir avec tous ses dossiers. Ne tenant pas à rencontrer Madame de Saint-Martin, il choisit de passer par l’entrée des fournisseurs et des domestiques. Il fut surpris de ne rencontrer personne, il supposa que le personnel était auprès de leurs maîtres. Il décida d’aller tout droit au bureau du banquier, il traversa le vestibule, les deux salons et alors qu’il allait atteindre le bureau, il entendit venir. De peur d’être freiné dans son élan par un domestique, il entra dans la première pièce à sa droite. Quelle ne fut pas sa surprise d’y découvrir Edmée seule, lui qui n’avait jamais réussi à obtenir un tête-à-tête pour se dévoiler !À son entrée, elle sursauta, et se retournant elle découvrit le jeune homme. Elle resta paralysée par la crainte, c’était plus fort qu’elle, malgré son air angélique elle avait peur de lui ou de quelque chose qui le concernait. Oubliant le motif de son urgence, il lui sourit tout en s’approchant d’elle. Il se pencha vers elle. Par réflexe, elle se recula et mit ses mains devant elle. Il s’offusqua, lui attrapa les poignets, elle se débattit, réussie à se lever tout en essayant de le repousser. Il lui tordit le bras, elle émit un cri de douleur ou d’effroi. Il la lâcha, mais essayant de la retenir tout en la faisant taire, en mettant sa main sur sa bouche, il perdit l’équilibre.

 0_b6d1c_7876eb9e_XXL.jpg

Se retenant à elle, il bascula sur le petit divan l’entraînant avec lui. Elle le repoussa, essayant de se relever, une statuette en équilibre sur le guéridon à côté se fracassa sur le parquet. La porte à nouveau s’ouvrit, cette fois avec violence. Apparut monsieur Ducasse suivi de Madame de Saint-Martin. Celle-ci blêmit.

– Mais… Edmée ! Que se passe-t-il ?

 

Joseph lâcha Edmée, qui put se relever. Elle rajusta son fichu tout en rejetant sa lourde chevelure dont la coiffure avait été mise à mal dans la lutte. Madame de Saint-Martin découvrit alors son amant.

– Mon Dieu, Edmée, vous n’avez pas honte ? Que faites-vous là ? Monsieur Ducasse, faites-la sortir ! Renvoyez là ! De suite, je ne veux plus en entendre parler ! Firmin, Firmin ! Rappelez mon carrosse.

– Mais madame…

– Je ne veux rien entendre, renvoyez cette garce. De suite ! Qu’elle reparte à Versailles, je ne veux aucune discussion.

Monsieur Ducasse fit signe à Edmée complètement désorientée. Madame de Saint-Martin fulminait, jamais elle n’aurait pensé qu’Edmée puisse être un danger.

– oh ! Joseph, je suis désolé, jamais je n’aurai supposé que cette fille oserait vous courir derrière et encore moins vous sauter dessus.

Madame de Saint-Martin refusait de voir la situation. Elle ne voulait pas se demander pourquoi Joseph était là à cette heure. Comprenant son avantage, il prit les choses en main. Il lui expliqua qu’il était venu voir monsieur Dambassis. Il patientait en attendant son arrivée quand Edmée était entrée dans la pièce et était devenue hystérique lorsqu’il avait repoussé ses avances.

***

Portrait de Charles Bonaparte, père de Napoléon..jpgMonsieur Ducasse qui était allé faire chercher un manteau à la jeune fille la retrouva éplorée dans un angle de la voiture stationnée devant le perron de l’hôtel. Abasourdie, Edmée s’était effondrée en pleurs. Le destin s’était encore abattu sur elle sans qu’elle ne puisse rien y faire. Elle était impuissante.

– calmez-vous mon petit, je vais vous ramener à votre hôtel. D’ici deux jours, Madame de Saint-Martin sera calmée et les choses rentreront dans l’ordre.

– Monsieur Ducasse, c’est lui qui m’a sauté dessus, je ne faisais que me débattre !

Le secrétaire particulier de monsieur Dambassis ne savait pas trop quoi penser. Il croyait connaître la jeune fille et avait donc été choqué par la découverte de la scène. D’un autre côté, il n’avait pas confiance en Joseph, il savait pertinemment qu’il jouait double jeu avec son maître comme avec sa maîtresse, alors où était la véracité dans la scène. Si Madame de Saint-Martin n’avait été là et n’avait dénoncé de suite la situation selon son point de vue, en aurait-il conclu la même chose. Par affection, il préférait la version de la jeune fille, qu’il trouvait plus crédible.

– Ne vous inquiétez pas, je donnerai mon point de vue à monsieur Dambassis, et vous savez qu’il a de l’affection pour vous. Les choses vont s’arranger.

– Il faut le dire à Sophie. Elle ne va pas comprendre et elle, elle sait qu’elle est la vérité.

Cette dernière réflexion le surprit, il y avait donc quelque chose qui se tramait et que personne n’avait vu. Dans le secret de son maître, et organisant aussi le départ de la famille Dambassis, il savait qu’ils avaient besoin de Joseph. Cela l’inquiétait quant au sort de la jeune fille. Il verrait avec son maître comment faire, car maintenant il n’était plus question de la faire suivre, Madame de Saint-Martin allait tout faire pour contrecarrer ce projet, il allait falloir prévoir une autre solution.

épisode 013

1793, Des soubresauts de mensonges qui dévoilent quelques vérités

Portrait dans un médaillon d'une dame de profil tenant une guirlande par Jean Michel Moreau le Jeune

Madame de Saint Martin ouvrit la porte-fenêtre de sa chambre qui donnait sur la terrasse. Le ciel était noir, la lune aussi. Elle percevait à peine les reflets du lac Léman. Elle avait grand mal à trouver le sommeil, hantée qu’elle était par de sombres pensées. La fête était finie, de cela elle était sure, elle pressentait que pour elle, il n’y aurait plus aucun retour en arrière. Elle avait été de toutes les fêtes de Versailles à Paris. Bals, concerts, théâtres, opéras, jeux, amants avaient ponctué jusque là chacune de ses heures. Tout cela était bien fini. Dans le reflet de sa glace, elle ne voyait que la fatigue d’un voyage inévitable et la fin d’un amour qu’il avait fallu laisser mourir. Elle savait depuis longtemps que cette échéance était inéluctable sur sa famille. Depuis l’arrestation de la famille royale, l’épée de Damoclès avait été sur leur tête.

***

Fortunino Matania (CatherineLoversDiscovered1.JPGMonsieur Dambassis était rentré dans son hôtel pour y trouver la confusion. Du vestibule, où son valet récupérait son chapeau et sa veste abîmés par la pluie, il entendait sa femme récriminer. Il jeta un regard interrogateur à son serviteur qui lui rendit un regard fataliste. Le personnel avait visiblement fui les alentours comme chaque fois que leur maîtresse entrait dans cet état frénétique. Lui-même aurait bien évité la scène, mais il ne le pouvait pas. Il n’avait plus le temps. Résigné, il se dirigea afin de voir ce qui l’en retournait. Madame de Saint-Martin, dans le grand salon, faisait un monologue sur un ton surexcité devant un Joseph stoïque. Il avait à peine mis le pied dans la pièce, que son épouse se retourna vers lui, et dans un second souffle se lança dans une harangue, dont tout d’abord il ne comprit pas le sujet tellement dans son emportement son épouse était confuse. « – Votre protégée, vous savez ce qu’elle a osé faire ? Elle s’en est prise à Joseph, elle s’est jetée sur lui comme une hystérique. Elle est complètement folle, je vous avais prévenu, mais vous ne m’avez pas cru. Le pauvre garçon ne savait plus comment faire pour la repousser. Heureusement que je suis arrivé sur ces entrefaites. » Septique, monsieur Dambassis laissa son regard courir de son épouse à Joseph. Qu’était-ce encore cette fable ? Edmée si placide, si stoïque. Comment cette eau dormante aurait-elle pu devenir un ouragan ? Devant son impassibilité, madame de Saint-Martin s’échauffa de plus belle. Joseph ne se faisait pas d’illusions, il attendait le coup de semonce. « – Et je peux savoir où est Edmée ?

– Mais je l’ai renvoyée, mon ami, là où elle aurait dû rester depuis le départ. Que vouliez-vous que je fasse de cette petite garce qui parle aux murs et qui maintenant sous des airs de Sainte Nitouche se jette sur les hommes ?

D’un ton glacial, il répondit à sa femme. « – Vous voulez dire que vous avez renvoyé la petite à Versailles, là où personne ne l’attend ?

– Mais bien sûr ! Vous ne pensiez pas que j’allais la garder ! Ici ! Parmi nous ! Quel exemple pour Sophie !

– Ne mêlez pas notre fille à cette histoire, d’ailleurs j’ose espérer que vous ne lui en avez pas fait part ?

– Évidemment que non. La pauvre enfant va tellement être choquée.

– De cela je ne doute pas et pour l’instant gardez cela pour vous. De plus, vous ne pensez pas que je vais avaler toutes ces fadaises ?

Fortunino Matania (louis XVI.jpgSans attendre la réponse, il se retourna vers Joseph. « – Jeune homme, que votre maîtresse se voile la face si cela lui chante, c’est son problème, mais sachez que je ne me fais aucune illusion sur ce qui s’est passé ! je n’ai pas le temps de prendre d’autres dispositions pour réparer votre ignominie, donc nous allons faire au mieux pour tous. »

Madame de Saint-Martin devint rouge de colère et telle une harpie allait reprendre son attaque. D’un geste de la main, son époux l’arrêta. « – Madame, veuillez interrompre ces inepties, nous n’avons pas de temps à perdre. Je suis rentré, car nous avons des urgences, il nous faut partir au plus vite, nous quittons Paris. Voyez avec vos chambrières afin de faire vos malles au plus vite. Emportez le minimum, mais l’essentiel. Je doute que pendant notre absence, qui risque durer, cet hôtel ne soit pas pillé d’une façon ou d’une autre.

– Mais il n’est pas question que je quitte Paris…

– Faites comme vous voulez ! Je n’en ai cure. Faites préparer les bagages de Sophie, si vous changez d’avis, sachez que vous aurez droit à deux malles. Quant à vous, Joseph, je vous conseille de faire entendre raison à votre maîtresse, car autrement vous l’aurez sur les bras. Expliquez-lui qu’elle n’a plus aucun pouvoir, ni même celui de la séduction.

Outrée, Madame de Saint-Martin pivota sur elle-même et quitta la pièce faisant claquer au passage le battant de la porte Pompadour, ce qui était un exploit tant il était haut. Sur son chemin, elle ne trouva personne, sauf sa chambrière qui n’avait guère le choix et qui évita de justesse une brosse lancée avec colère.

Une fois seul avec Joseph, monsieur Dambassis se concentra sur lui « – Je suppose qu’Edmée a été raccompagnée par Monsieur Ducasse ?

– Oui, monsieur.

– C’est déjà ça. Je n’ai pas le choix, je dois faire avec vous. J’ai déjà eu connaissance de ce que vous veniez me rapporter, car je suppose que vous êtes là pour la dette de la Convention. Sachez qu’un ami, encore bien placé, outre qu’il a pu me prévenir avant vous de ce qui provoque mon départ hâtif, détient une lettre qui explique avec force détails les rapports que nous entretenions. Donc si par malheur, il arrive quelques désagréments, que ce soit à ma famille ou à mes proches, elle trouvera le chemin du comité de salut public. Monsieur, me suis-je bien fait comprendre ?

Joseph ne prit pas la peine de répondre, il se doutait bien que Monsieur Dambassis préserverait ses arrières.

Thomas Law Hodges, 1794 (Sir WIlliam Beechey) (1753-1839) Tate Britain, London, N04688.jpg« – Donc, j’ai fait tous mes arrangements, nous devons quitter Paris demain matin. Pour Edmée, je vous donnerais une lettre et de l’argent. Je suis obligée de vous faire confiance, je n’ai pas le choix. Il va de plus falloir organiser d’ici demain son départ pour le Château de sa tante en espérant qu’elle soit encore vivante. »

Monsieur Dambassis ne voulait que deux choses, protéger sa douce Héloïse, sa maîtresse, et ses deux enfants. Pour la première, elle était déjà en route, en compagnie d’un fidèle serviteur, leur passeport les faisant passer pour mari et femme. À cette heure-là, il devait être à Nogent-sur-Marne dans la diligence qui allait à Beaune. Pour son fils, c’était autre chose, il était sur le front de l’est, il n’était pas sûr que son message l’atteigne. Pour Sophie, c’était plus simple et sans problème, ils partaient ensemble.

***

Quelques instants plus tard, Monsieur Dambassis entra dans la chambre de sa fille, alors que sa chambrière tirait les rideaux laissant entrer la lumière. Bien que pâle, Sophie paraissait aller mieux, la fièvre l’avait quittée. Son père s’enquit de sa santé, elle n’était pas geignarde, aussi assura-t-elle de son mieux-être. « – Sophie, je suis venu vous prévenir de notre départ imminent de Paris. J’eusse préféré que vous soyez complètement rétabli, mais malheureusement nous n’avons plus le temps. Nous partirons demain matin avec votre mère, si elle a changé d’avis. Nous emmènerons vos femmes de chambre bien sûr…

– Mais, père ! Et Edmée ?

– Ah ! oui, Edmée. Je ne sais si l’on vous l’a dit, mais elle est retournée à Versailles.

À même temps qu’il disait cela à sa fille, il jeta un œil à la chambrière qui s’affairait dans un coin de la pièce, celle-ci détourna les yeux. Il ne se faisait pas d’illusion, il espérait seulement que Sophie ne connaissait pas la raison du départ de son amie.

– Elle ne pourra pas venir avec nous. J’ai organisé son départ afin qu’elle puisse rejoindre sa tante.

– Mais père, nous ne sommes même pas sûrs que celle-ci soit encore là-bas voire en vie. Edmée n’a plus de nouvelles depuis longtemps.

– Voyons Sophie, pensez bien que si je ne la savais pas attendue je n’aurai pas accepté qu’elle fasse ce voyage par les temps qui courent. 

C’était un demi-mensonge. Il avait, par l’intermédiaire de son notaire, eu des nouvelles de madame Vertheuil-Lamothe. Elles n’étaient pas bien brillantes, mais elle était vivante. Pour clore le sujet, il détourna son attention.

– Sophie, sachez que pendant que vous étiez malade j’ai eu la visite de monsieur Nourtdinov.

– De Frantz !

Maria Cosway (1760-1838) by Richard Cosway.jpg– Je vois que je ne m’étais pas trompé. Visiblement, vous lui avez fait le même effet, il a demandé votre main…

– Vous avez accepté, père ?

– À votre avis ?

– Oh ! Père, dites-moi !

– Bien sûr que j’ai accepté. Votre prétendant est donc venu me voir avec son notaire et nous avons signé le contrat ce matin, tout au moins les arrangements.

– Mais père, vous venez de me dire que l’on s’en allait demain. 

– Ne vous inquiétez pas, vous vous marierez à notre arrivée. Votre futur époux est déjà en route pour notre destination.

– Père, c’est bien la troisième proposition de mariage que l’on vous a faite ?

– Oui, mon enfant. Pourquoi ?

– Edmée m’avait dit que le Troisième prétendant serait le bon.

Son père sourit à cet enfantillage, trouvant rassurant que malgré les temps difficiles la jeunesse crût encore à l’avenir. Avant que la jeune fille ne se lance sur le sujet brûlant de son amie, il clôtura la conversation et sortit.

***

Le lendemain, à l’aube, monsieur Dambassis rassembla les quelques membres de son personnel qui ne partaient pas avec eux. Il leur remit un Louis d’or à chacun et leur en promis neuf autres de plus, dès que sa famille et lui-même seraient arrivés à destination, par un intermédiaire qui se ferait connaître. Si l’un d’eux devait faillir à cet engagement, aucun d’eux n’obtiendrait la somme. Il comptait sur cette ruse pour qu’ils se surveillent les uns les autres.

Dans la cour, madame de Saint-Martin, qui s’était rendue à la raison à défaut d’être en accord avec les arguments de son époux, attendait avec Sophie et leurs chambrières respectives dans une berline d’aspect plus anonyme que leur carrosse. Dans une deuxième berline suivraient leurs bagages ainsi que le valet personnel de monsieur Dambassis et les épouses des cochers.

Pour plus de sécurité, monsieur Dambassis avait demandé à son épouse et à sa fille de coudre dans leurs vêtements leurs bijoux. Lui-même avait fait cacher dans les capitons de la voiture somme d’argent et papiers confidentiels, tout en laissant en évidence dans un petit coffre une somme rondelette au cas où ils seraient inspectés.

Les préparatifs terminés, le soleil émergeant à peine, ils se mirent en route. Monsieur Dambassis ne voulait pas traverser la ville ni la quitter par la porte qui le menait directement vers sa destination. Ils sortirent de Paris par la porte de Châtillon, son choix s’était porté sur celle-ci, car il avait pu graisser les mains des gardes.

078ffb4abfd304ab88c46d07da390b7a 2.jpg

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

épisode 014

De mensonge en mensonge ou Zaïde de Bellaponté 011

 épisode précédent

épisode 011

Octobre 1792, des vérités pas bonnes à dire

Portrait of Countess Natalia Alexandrovna Repnina (1737-1798) - Artiste inconnu.jpg

Madame Dambassis de Saint-Martin, la mine contrariée, entra dans le bureau de son époux sans préambule. Il était en conversation avec son secrétaire. Monsieur Ducasse venait de l’informer de son retour et du bien-être d’Edmée. Sans hésitation, elle lui coupa la parole. « – J’apprends, monsieur, que Sophie est rentrée, et ne pourra réintégrer le couvent ? » Monsieur Dambassis tourna son regard vers son épouse. Bien qu’il n’ait plus de sentiments envers celle-ci, tant soit peu, qu’il en ait eus un jour, il admettait qu’elle gardait malgré le temps sa beauté. Cela avait été bien sûr un mariage de convenance, il l’avait épousée pour son nom et l’entregent de sa famille de vieille souche aristocratique. Il avait accolé le nom de son épouse au sien lui donnant ainsi la patine adéquate convenant à la clientèle qu’il recherchait pour sa fortune naissante. Les deux partis ne l’avaient pas regretté. Son capital avait augmenté, il était devenu l’un des banquiers que la cour de Versailles affectionnait, quant à madame Dambassis, elle avait vécu sur un pied de plus en plus grand. Elle avait pu tenir salon à Paris, parader à la cour et fréquenter les boutiques et les fournisseurs de la rue Saint-Honoré. Sophie et André-Marie, leurs deux enfants, étaient les seuls liens, en plus de leur fortune, qui unissaient le couple. Monsieur Dambassis aimait les affaires et sa maîtresse, qu’il entretenait depuis une quinzaine d’années, quant à madame de Saint-Martin, elle collectionnait les amants comme la plupart des femmes de sa condition, ce qui était regardé comme somme tout normal. Séduire était le sel de sa vie et avoir sa fille auprès d’elle la contrariait fortement. Elle n’avait jamais eu l’instinct maternel tant vanté par Rousseau. En outre, Sophie était arrivée à l’âge où elle pouvait la concurrencer.

Comme son époux ne répondait pas aussi vite qu’elle l’aurait voulu, elle s’agaça. « – Je suis bien sûr contente que Sophie soit ici, mais par les temps qui courent, est-ce bien raisonnable ? 

"Gewoehnliche Zuflucht," print from dem Leben eines schlecht erzogenen Frauenzimmers, Daniel Nikolaus Chodowiecki, etching, 1779, German..jpg– Ma chère, je ne vois guère de solutions, à moins que vous désiriez l’accompagner à notre domaine de Fontenay aux roses ou à celui de Genève, mais ce n’est guère judicieux, car je ne puis vous accompagner. On penserait que j’immigre, que je m’enfuis avec le coffre, donc ce n’est pas pensable. De plus, je ne vous vois pas seules sur les routes, elles sont loin d’être sûres. Le mieux est encore de faire votre travail de mère et de chercher pour notre fille un parti intéressant.

– Vous avez raison, mon ami, je ne vois pas grandir notre petite fille. Et pour son amie qu’elle nous a ramenée ?

Monsieur Dambassis se raidit face à la froideur, à l’égoïsme évident de son épouse. « – Mademoiselle de Vertheuil est sous ma protection, je l’ai promis à sa tante et je tiendrai ma promesse. Elle n’est un poids dans aucun domaine, de plus elle tient compagnie à Sophie. Si cela vous amuse et que vous trouviez un parti pour celle-ci qui m’agrée, j’en ferai part à sa tante. Cela ne devrait d’ailleurs pas être difficile. »

La jeune fille l’émouvait, il s’y était attaché. Il n’avait eu aucune réticence à agréer la demande de madame Vertheuil-Lamothe. Il avait toujours plaisir à la voir avec sa fille, le couple de jeunes filles était touchant dans leur contraste et contrairement à son épouse il avait l’instinct paternel.

***

Madame de Saint Martin était remontée dans ses appartements. Installée devant sa coiffeuse, elle laissait sa rage s’écouler. Depuis près d’un an, elle avait un jeune amant qui occupait toutes ses pensées. Il avait sans le vouloir ouvert les vannes de l’angoisse qu’elle n’avait jusque-là jamais connue. Le temps passait, il n’avait pas encore de prise évidente sur elle, sur sa physionomie. Avec ses yeux étirés vers les tempes, sa bouche gourmande, son opulente chevelure blonde bouclée, elle ressemblait à un félin. Elle pouvait être fière de sa gorge, de ses épaules, de sa taille fine. Elle n’avait eu que les jumeaux, et avait tout fait pour ne pas avoir d’autres enfants, mais la passion qu’elle éprouvait pour son jeune amant la faisait douter de tout. C’était son état d’esprit qui l’amenait à vouloir se débarrasser de toute concurrence, et sa fille venait de rentrer dans le troupeau de celles qu’elle méprisait, qu’elle craignait désormais. Il fallait donc qu’elle la marie au plus vite. Lui trouver un parti ne devrait pas être difficile avec la dot dont elle allait être pourvue. Quant à Edmée, elle la trouvait trop étrange, pour penser qu’elle était un danger face à la gent masculine. Présumé Duchesse de Polignac, tableau volé par les nazis durant la 2GMElle s’en débarrasserait sa fille mariée. Elle n’aurait qu’à se débrouiller par elle-même, quoi qu’en dise son époux. Elle n’avait jamais compris pourquoi sa fille s’était entichée de cette gamine, qu’elle avait déjà surprise parlant seule aux murs ou au plafond. Madame de Saint-Martin n’aurait jamais admis, que d’une certaine façon cela était sa faute. Dans sa jeunesse, elle avait été la maîtresse du Vicomte de Vielcastel, c’est elle qui l’avait présenté à son époux. Ce fut comme cela que les deux hommes se mirent en affaires, qu’elle fit la connaissance de Jeanne Louise, et que les jeunes filles devinrent amies. Elle avait essayé de mettre en garde et son époux et sa fille de l’étrangeté d’Edmée, voire de sa folie, mais ils avaient repoussé l’un et l’autre ses allégations. Elle avait donc changé d’angle d’attaque, et avait essayé de faire comprendre à Sophie que cette amitié ne lui apporterait rien, voire la desservirait dans sa vie sociale. Elle s’était vue repoussée par une galéjade. Elle n’avait pas insisté, considérant alors sa fille pour une enfant, de toute façon cela n’avait eu jusque-là aucune incidence sur sa vie. En fait, madame de Saint-Martin refusait de voir la beauté d’Edmée, tant ce qu’elle pressentait lui faisait rejeter la jeune fille.

De toutes les façons, il y avait des choses bien plus importantes que cette gamine. Tout autour d’elle, le monde avait basculé, il s’était effondré. Un autre tentait de s’installer dans la fureur et le sang. Paris avait faim, il faisait froid, et dans la capitale en proie à la Révolution, la délinquance ordinaire avait explosé. Madame Dambassis de Saint-Martin, à qui son époux avait demandé de ramener son patronyme à citoyenne Dambassis, refusait de voir l’évidence. Elle ne voulait pas de ce Nouveau Monde, elle faisait partie de l’ancien, mais elle n’était pas inconsciente au point de le faire voir. Elle s’était donc mise en harmonie avec son entourage qui petit à petit avait transformé toute société en débat politique. Cela avait commencé chez Madame Necker, lors de ses jeudis. Ces jeudis si courus voyaient les politiques se mêler aux lettrés, on s’y entretenait, mais on y raisonnait, on y médisait, mais on y discutait. Elle n’avait tout d’abord pas fait attention à tout cela, elle le fréquentait, car son mari était un ami du ministre et puis il fallait y être vu. Elle y avait croisé l’abbé Sieyès, écoutant, se taisant, elle le soupçonnait alors de s’ennuyer, et puis il y avait eu le vicomte de Parny rêveur, silencieux et qui modestement lui faisait la cour lui glissant des poèmes. Elle y avait écouté Condorcet et Grimm faire ses adieux à cette France, qui n’était plus une jolie terre de petits scandales, mais un vilain pays de gros évènements. Les salons s’étaient dépouillés de leur légèreté, de leur agrément, leurs participants avaient renoncé au charme de la politesse, du langage et de la galanterie, ils étaient devenus salons d’État. 18th Century Ballroom DancingLa politique faisait désormais les lendemains de la société française, réglant l’avenir des fortunes et jusqu’à la durée des existences. La politique était entrée victorieuse dans les esprits. Elle les avait envahis, les avait asservis, chassant brutalement la conversation. Ce n’était plus qu’une mêlée de voix pesantes, où chacun apportait non le sel d’un paradoxe, mais la guerre d’un parti. Madame Dambassis comme toutes les femmes de son monde, qui estimait devoir ses grâces si précieuses pour elle au train de société du vieux temps, avait déserté la conversation, mais pas les lieux. Elle n’y trouvait pas son compte, mais devait s’en contenter, car le temps passant, les agréments se faisaient rares. Il y avait bien les fêtes patriotiques en tous genres, dont certaines étaient pour elle choquantes comme celle du Culte de la Raison et de l’Être suprême, mais s’y amuser n’y était point naturel. Elle se souvenait encore de la Fête de la Fédération qui commémorait la prise de la Bastille et où elle avait été entraînée, un tant soit peu contrainte. De par sa position, elle ne pouvait se soustraire à toutes ses manifestations, et n’avait de toute façon que ces occasions pour se divertir en société.

Contrairement aux quelques amies, qui avant la succession des évènements révolutionnaires s’étaient affolées de montgolfières, de Mesmer, de Figaro, elle ne s’était pas éprise de la Révolution. Dépitée, elle évitait de se commettre en de si grands intérêts, qui changeaient, telle une girouette, bien trop rapidement de sens à son goût et qui allaient à l’encontre de son style de vie dont elle était nostalgique. Elle était confondue, de voir des femmes de banquiers, des femmes d’avocats, embrasser la Révolution, pour remercier la fortune de leurs maris. Elle était consternée de voir, des duchesses, des marquises, des comtesses, que leurs titres, leurs intérêts, leurs traditions familiales auraient dû tenir attachées au passé, et qui acceptaient sans façon d’oublier leurs noms, et d’applaudir les évènements qui se déroulaient ralliant l’engouement général. Elle était quelque peu désemparée devant cette société nouvelle. Elle, qui aimait tant les charmes licencieux de la séduction, elle s’agaçait de voir que toute l’ambition des jeunes gens était de jeter en entrant dans un salon bien garni. « – Je sors du club de la Révolution ».Car dans les salons, ce n’était plus pour l’écrivain, plus pour le peintre, plus pour le musicien, qu’étaient toutes les prévenances d’accueil, c’était désormais le député, le confident de la Constitution, qui avait toute l’attention, surtout s’il était à même de raconter le journal avant qu’il n’ait paru. Elle qui regrettait les boudoirs discrets et secrets, constatait chez ses amies la disparition du rose tendre des meubles au profit du noir de mille parutions éparses et de brochures circonstancielles, qu’elle qualifiait d’insipides. Ses amies désormais ne manquaient pour rien au monde le spectacle de l’Assemblée Nationale. À sa grande contrariété, elle voyait les billets de tribune s’échanger contre des billets d’Opéra ou des Bouffons français, et encore avec six livres de retour. Pour elle, son monde marchait sur la tête, mais contrairement à bien des membres de sa famille ou de ses amis, elle n’aurait pas quitté Paris.

Elle fréquentait donc les salons du moment avec assiduité. Elle se rendait régulièrement chez Fanny de Beauharnais, la ci-devant comtesse Claude de Beauharnais. Elle estimait qu’elle avait encore la délicatesse et l’habileté de ne point se contenter de recevoir. Elle savait encore accueillir. Elle savait écouter, tout au moins paraître écouter même quand elle n’écoutait pas. De plus à une camaraderie caressante, elle joignait une bonne table, et des dîners, le mardi et le jeudi auquel régulièrement elle se joignait, car son salon était une excellente auberge.

le salon de mme Tencin.jpg

Elle appréciait aussi celui de Madame de Villette qui partageait les idées de son mari, ancien protégé de Voltaire dans son hôtel particulier situé à l’angle de la rue de Beaune et du quai des Théatins. Elle recevait d’anciennes relations de Voltaire comme le ci-devant marquis de Villevieille, mais aussi des personnalités favorables au régime républicain comme Cambacérès, et des journalistes, notamment les rédacteurs du journal la Chronique de Paris, journal auquel Villette collaborait avec Mercier, Clootz, Condorcet, etc., mais bien que la maîtresse des lieux fut en accord avec lui, élu député à la Convention, l’ex-marquis de Villette stigmatisait publiquement les massacres de septembre puis, comme Condorcet, Boissy d’Anglas et autres républicains de la première heure, il s’opposait à la condamnation de Louis XVI, ce qui mettait en danger les personnes qui fréquentaient le salon de madame de Villette. Son époux l’ayant prévenu.

Elle se rendait à la place, régulièrement dans un nouveau salon, plus gai, moins sévère, celui de l’intime amie de Mme de Condorcet, l’hôtel de Mme Julie Talma. Ancienne danseuse dotée de grande qualité intellectuelle, « Mademoiselle Julie » comme on l’appelait n’était pas une courtisane ordinaire et son boudoir, très vite, s’était transformé en « bureau d’esprit ». Économe et astucieuse, elle avait placé les fonds qu’elle avait retirés de la galanterie en se livrant à la spéculation immobilière dans le quartier de la Chaussée-d’Antin, en liaison avec des architectes comme Brongniart et Ledoux. À la tête d’une petite fortune, elle avait épousé civilement le comédien Talma qui faisait vibrer toutes les femmes par sa voix de stentor.

En dehors de ceux-ci, elle appréciait celui de Madame de Bonneuil, qui donnait bal à chaque revers des armées républicaines, bien que cela mis en péril les participants.

Madame de Saint-Martin naviguait, d’un salon à l’autre, d’un extrême à l’autre, cherchant désespérément les joies de l’ancien temps.

***

Il n’y avait pas foule dans les lieux. Edmée et Sophie suivaient, bras dessus bras dessous, la mère de cette dernière, sur la promenade des feuillants qui tenait son nom du couvent des bénédictins ou feuillants désormais désertés par sa congrégation et habité par un club républicain qui en avait pris le nom. C’était en fait le nom familier des Amis de la Constitution, un groupe politique, de tendances monarchistes constitutionnelles qui ne contestaient pas le pouvoir du roi, et dont monsieur Dambassis était l’un des familiers sans en être l’un de ses membres. Sur la terrasse, en contre bas du manège, longeant le jardin des Tuileries, la promenade attirait tous les sympathisants du club. Madame de Saint-Martin y avait entraîné sa fille et son amie sous prétexte que c’était la promenade à la mode. Sophie qui étouffait à l’intérieur de l’hôtel familial, ne se l’était pas fait dire deux fois et avait fait fi des réticences d’Edmée. En fait, Madame de Saint-Martin y avait donné rendez-vous. Elle n’avait pas besoin d’alibi pour s’y rendre, mais tout en se servant de paravent des deux jeunes filles, elle les exposait en vue de projets matrimoniaux non définis. Pendant qu’elle saluait régulièrement le gratin républicain qui comme elles profitaient du temps clément de la journée, Sophie pérorait dans l’oreille d’Edmée, qui elle laissait courir son regard aux alentours, apparemment avec indifférence. En fait, elle était inquiète, depuis l’enfance elle était habituée à la compagnie des êtres de lumière, mais force était de constater leur absence depuis plusieurs jours. Elle n’y avait de prime abord pas fait attention et puis le manque de leur compagnie s’était fait sentir. Elle ne voyait pas ce qui avait changé, tout au moins en elle. À moins que ce ne fût pour les mêmes raisons que l’Éthiopienne, leur dernière apparition avait été fugace et elle était advenue bien longtemps après la précédente. Elle sentait bien que les choses avaient changé autour d’elle. Elle ressentait la peur des gens, tous vivaient avec la crainte en eux. Du fond du couvent, elle pensait que ce n’était que quelques individus, mais désormais tous craignaient les revirements de la révolution en cours et de son couperet qui faisait de moins en moins de différence entre les pour et contre-révolutionnaires.

Madame de Saint-Martin se décida à s’asseoir à l’ombre des marronniers aux couleurs automnales, à proximité de l’entrée du club. Edmée, à l’abri de sa large capeline de paille, observait les allées et venues des visiteurs et des promeneurs dont Sophie caricaturait les traits avec drôlerie. Sa mère parfois ne restait pas en reste et rajoutait des propos caustiques qui tiraient quelques sourires voire des rires des deux jeunes filles qu’elles cachaient derrière leurs éventails. Edmée tout à coup sentit un frisson lui courir le long de la colonne vertébrale. Elle soupçonna un regard insistant. Elle se retourna rajustant son fichu de linon sur ses épaules pour donner le change. Dans le même temps, Sophie lui fit remarquer deux silhouettes masculines qui se dirigeaient vers elles de toute évidence. Bürgerliche Tracht (1790-1792) .jpg« – Edmée ce n’est pas le garçon qu’il y avait chez monsieur Réveillon ? » Malgré la distance, la jeune fille acquiesça sans hésitation. Même de loin, elle n’avait aucun doute. Elle n’aurait su l’expliquer, elle était prise du même malaise qu’à leur première rencontre. Lui et son compagnon venaient droit vers elles, elles étaient de toute évidence leur objectif. Ils s’arrêtèrent à leur pied, l’un et l’autre, le sourire de l’amabilité aux lèvres. Joseph Froebel salua tout d’abord madame de Saint Martin, puis les deux jeunes filles. Il poursuivit en présentant son compagnon qui, quoique charmant, ne marqua pas sur l’instant Edmée, tant elle était troublée par la situation. Madame de Saint-Martin se leva, puis prenant le bras de Joseph, elle se retourna vers sa fille « – je vous laisse quelques instants avec monsieur de Laussat, le temps de m’entretenir quelques instants avec monsieur Froebel. »

Si Joseph venait d’atteindre sa vingtième année où peu s’en fallait, monsieur de Laussat s’approchait du double. Grand, brun, les yeux doux, d’un ton paternel, il expliqua, aux deux jeunes filles, qu’il était originaire des Pyrénées et bien que jeune marié, il était à Paris afin de faire des réclamations en tant que receveur général des finances des pays d’état de l’intendance de Pau et Bayonne.

 En fait, ses interlocutrices ne l’écoutaient guère, tant elles étaient abasourdies par le comportement de madame de Saint Martin. L’identité de l’amant de celle-ci était le sujet de prédilection de Sophie. Elle avait été pleine de questions au point de les poser à sa chambrière pour en savoir plus. Elles n’avaient obtenu que des ragots imprécis qui couraient à la ville comme au sein de l’hôtel familial, la seule chose qu’elles avaient réussi à savoir ce fut qu’il avait la moitié de son âge. C’était presque vrai, si ce n’est que cela ne sautait guère aux yeux. En fait jusque-là cela ne choquait personne qu’une femme du rang de Madame de Saint-Martin eût un amant, cela n’avait rien de surprenant si ce n’est que la nouvelle société qui voyait le jour commençait à voir cela d’un mauvais œil. Elle tendait vers une vision de la famille plus conforme à la vision de l’église bien qu’elle s’en détournât d’une certaine façon.

Madame de Saint Martin, au bras de son amant, conversait « – je suis désolé, je n’ai pu me dégager des gamines.

– Cela n’est pas grave, mais cela fait longtemps que vous les avez à l’hôtel ?

– Vous le seriez, garnement, si vous veniez plus souvent.

– La convention est très prenante et puis les affaires de monsieur Dambassis se traitent souvent là-bas.

– Oui, oui, je sais. Ce n’est point grave. Ce soir, je passerai vous voir avant que de me rendre chez madame Roland, peut-être m’y accompagnerez-vous ?

***

anonyme (Portrait of an Unknown Man (c 1775).jpgJoseph, suite à l’affaire Réveillon avait pris du service auprès de monsieur Dambassis sous la recommandation de monsieur Réveillon. Le banquier, qui avait voulu rendre service à son associé, avait fait rentrer Joseph dans sa banque. D’un naturel consciencieux, vif d’esprit, il avait su se rendre indispensable, rendant service au moindre besoin, devançant le moindre désir de ses supérieurs. Monsieur Dambassis qui allait l’oublier dans la foule de son personnel fut rappelé à son souvenir par un évènement anodin, mais qui éveilla l’attention du banquier. Lors d’une réunion avec ses subalternes, le banquier, sans trop y réfléchir, posa une question à haute voix quant à la pertinence de mettre des fonds dans une entreprise d’équipementier militaire. À sa plus grande surprise, si aucun de ses collaborateurs n’avait une réponse claire, chacun étant parti à peser le pour et le contre, échangeant des avis contradictoires, désirant se mettre en avant aux yeux de leur supérieur, sans toutefois se mouiller, Joseph qui n’était là que pour subvenir à leur besoin, se racla la gorge et interrompit l’échange stérile de ses supérieurs. « – Excusez-moi d’intervenir, mais hier au soir, j’ai sans le vouloir entendu monsieur de Grave et un autre interlocuteur, il semblerait que nous allions déclarer la guerre…

– … Qui vous a permis de nous interrompre, s’exclama monsieur Lannois, le premier secrétaire de monsieur Dambassis, comment pouvez-vous nous faire croire que vous fréquentez le cercle du ministre de la Guerre.

– Attendez monsieur Lannois, puisque Joseph s’est permis d’intervenir, écoutons voir à quel point c’est pertinent, et ensuite nous verrons s’il y a lieu de réprimander l’audace de votre assistant.

Les épaules de monsieur Lannois s’affaissèrent et un rictus de mépris s’afficha à ses lèvres, monsieur Dambassis ignora la chose. « – Alors Joseph, vous pouvez m’en dire plus ?

– Je suis allé hier au soir avec un ami dans un café du Palais du royal, il s’avère que dans une alcôve, qui jouxtait la nôtre, monsieur de Grave s’y sustentait avec quelques amis. Lors du dîner, le ton est monté et m’a permis d’entendre des bribes de conversations.

– voilà qui ne va pas être fiable si ce ne sont que des brides. Ne put s’empêcher de rajouter monsieur Lannois.

– Laissez, laissez, mon ami, laissez parler Joseph. Celui-ci reprit « – je disais donc que monsieur de Grave expliquait, il est vrai visiblement contrarié, qu’il allait devoir annoncer dans les jours qui viennent à l’assemblée que la France entrait en guerre avec le roi de Bohème et de Hongrie, et qu’il allait donc avoir encore des problèmes avec Brissot et sa clique…

– Attendez Joseph pour continuer. Excusez-moi messieurs, mais je crois qu’il faut que je m’entretienne seul avec notre jeune ami.

Bien que contrarié, aucun ne dit mot, tous se levèrent et sortirent. Monsieur Lannois traîna les pieds, mais n’étant pas retenu il quitta le bureau de son maître. Une fois tous sorti, monsieur Dambassis reprit. « – Joseph, tu es conscient que ce que tu avances est de premières importances, c’est un secret d’État. Tu ne peux te permettre de l’inventer, c’est primordial pour tous.

– Oh ! non, monsieur, je vous assure que j’étais au Café de Foy, quand cela s’est passé. Il a même rajouté, que cela n’était pas le moment, car les nègres s’étaient révoltés à Saint-Domingue et qu’il allait falloir envoyer des renforts et de nouveaux commissaires civils. Je crois même que ce sont les dénommés Sainthonax et Polverel.

– Joseph, je vais vous demander de garder cela pour vous. De plus, je crois que je vais vous changer d’emploi.

À partir de ce jour, Joseph devint l’un des secrétaires très particuliers du banquier. Malgré son jeune âge, devant sa perspicacité et sa facilité à passer partout, il l’envoya à la Convention prendre l’air du temps, humer les changements. Le jeune homme passait son temps à courir les endroits névralgiques de la capitale et à en faire des rapports circonstanciés à monsieur Dambassis. Le bureau et la demeure de son patron lui étaient ouverts à toutes heures du jour et de la nuit, si l’urgence le demandait. Puis, sous couvert d’espionner pour son compte, le riche banquier le fit engager au comité des finances, installé au Palais des Tuileries. Joseph avec la recommandation de son maître se retrouva tout d’abord au service de Laffont de Ladebat.

IMG_0772.JPGMadame de Saint-Martin avait cédé à son charme, au fil des repas qui les amenait à se rencontrer à la table de l’hôtel Dambassis. Afin de laisser traîner ses oreilles, le banquier le conviait à partager leur table, qu’il ouvrait presque tous les soirs à tout ce qui comptait à la Convention. Dans un premier temps, elle le charma par habitude comme elle le faisait avec tout homme nouveau croisant sa route. Puis elle ressentit le besoin de le séduire, car elle avait fini par lui trouver un charme certain et sa présence lui manquait. Il n’en fallait pas tant à Joseph qui comprit très vite les avantages qu’il retirerait de cette relation sentimentale, sans s’attirer d’inconvénient. Il avait rapidement saisi l’indifférence de monsieur Dambassis pour son épouse, d’autant qu’il avait fait la connaissance de la maîtresse de ce dernier, ayant été amené à porter des renseignements, estimés urgents, jusqu’à la garçonnière de son maître. Joseph obtint tout d’abord sans demande, de sa maîtresse, un logement personnel à deux pas de l’hôtel Dambassis aux frais de celle-ci, qui tenait à son confort. Vinrent rapidement garde-robe et menus cadeaux, sa maîtresse tenait à son rang.

***

Joseph venait de moins en moins à l’hôtel Dambassis faire son rapport, son poste au Comité des finances l’accaparait. Il ne croulait pas sous les tâches administratives, qu’il savait déléguer intelligemment, mais sa mission d’espion de monsieur Dambassis de plus en plus le monopolisait au fil des évènements qui s’accéléraient. Son supérieur, au sein du ministère, André-Daniel Laffon de Ladebat, financier et homme politique, ami de monsieur Dambassis, était surveillé de près depuis que lors de la Journée du 10 août, lors desquelles le peuple de Paris avait pris d’assaut le palais des Tuileries où se trouvait Louis XVI, il avait pris la défense du roi et de sa famille. Il était venu ce jour-là au club des feuillants que son supérieur avait rejoint, afin d’espionner ceux qui le surveillaient. La rencontre de Madame de Saint-Martin était pour lui un excellent alibi, ce dont elle était loin de se douter. Il la voyait de moins en moins, ce qui agaçait celle-ci, mais il ne pouvait s’en passer, pour un ensemble de raison qui n’avait rien à voir avec les sentiments. Elle lui ouvrait sans le savoir la porte de tous les salons et des clubs qui faisaient la pluie et le beau temps de la politique tumultueuse du moment. C’était au sein de ses réunions semi-mondaines que se préparait la politique du lendemain au travers des informations récoltées et des discours préparés comme au théâtre pour la tribune de l’Assemblée. Joseph, au cours de cette promenade, invita donc Madame de Saint-Martin à le rejoindre à l’hôtel de Julie Talma.

***

Novembre 1792.

Chantereine_Bonaparte.jpgCe soir-là, c’était la soirée donnée par la belle Julie en l’honneur du général Dumouriez. Madame de Saint-Martin s’y rendait afin d’y retrouver son amant, mais elle n’avait pas oublié son devoir intéressé d’entremetteuse et s’était donc adjoint pour compagnie sa fille et son amie. Elle savait pouvoir y rencontrer l’un des prétendants approuvés par son époux, monsieur Delalande, fils de banquier. Il y avait foule dans la galerie de la maison toute garnie de yatagans, de flèches et d’armes anciennes, de ces trophées dont Jacques-Louis David, le peintre du Serment des Horaces avait donné le goût à Talma époux de la belle. Ce soir-là il y avait Louis-Sébastien Mercier avec Louise Marie Anne Machard, sa nouvelle compagne. C’était un écrivain, connu pour sa verve, dont la publication de son ouvrage d’anticipation, « l’uchronie l’An 2440 », réalisation des utopies dont il rêvait en matière d’éducation, de morale et de politique, qu’on le traitait de folie, mais dont le nouveau gouvernement commençait à réaliser plusieurs de ces prophéties. Ce bon vivant, amateur de femmes, de vins et de plats fins, était entouré d’un groupe d’admiratrices, qui pour beaucoup d’entre elles, derrière son dos, lui donnaient le surnom de « Mercier à la belle jambe », même son ancienne maîtresse Olympe de Gouges qui pourtant était reconnue par tous comme une femme intelligente était tombée sous son charme. Cela agaçait Madame de Saint-Martin qui prenait l’homme pour un misogyne, voire pire, un homme qui connaissait trop bien les femmes. Elle avait surpris son point de vue, alors qu’il l’expliquait à un groupe masculin dans le salon de son époux. Il décrivait celles à qui il cédait si facilement, d’impérieuses, de coquettes, de frivoles, de faibles, d’artificielles, de vénales et de tricheuses, regrettant les nobles héroïnes des temps passés comme Clélie, les Artamène ou les Astrées. Il avait tout de même jeté l’anathème sur les maris démissionnaires. Comme elle trouvait superflu qu’il empoisonne Sophie et Edmée de compliments intéressés, elle les entraîna dans la pièce d’à côté, à la contrariété de sa fille. Il y avait mieux à son goût, il y avait le général, le héros de la victoire de Valmy et de Jemmapes. Il était entouré de Vergniaud, Ducis, Roger Ducos, Chénier qui l’encensaient. Un groupe vint les rejoindre, Roland, qui venait de recouvrer son portefeuille de ministre, accompagné de son égérie, son épouse Manon Rolland qui lui inspirait ses directions politiques ainsi que Lebrun, Legouvé, Lemercier, Bitaubé et Riouffe tous quelque peu en retard retenu par les affaires de l’État. Au pianoforte, acquis nouvellement par Julie, son amie, Amélie-Julie Candeille faisait découvrir une œuvre nouvelle à Olympe de Gouges, pour qui elle avait joué le rôle de la jeune esclave Mirza dans une pièce dénonçant la condition des esclaves des colonies intitulées « l’Esclavage des Nègres ».

The Heads of Five Young Women with Elaborate Coiffures, Gaetano GandolfiEdmée appréciait ses assemblées qui lui permettaient de rester spectatrice puisque beaucoup de ses participants voulaient briller. Elle découvrait avec gourmandise, le brillant des conversations, l’échange des grandes idées. Elle était étonnée de la vivacité des propos que la passion enflammée. Elle restait parfois septique sur les belles phrases, tant elles lui paraissaient parfois loin de la réalité. Elle fut surprise d’entendre parler de l’esclavage et de son abolition, par des défenseurs de l’émancipation qui clamaient de belles théories sans avoir vu un seul champ empli d’esclaves. Sophie de son côté cherchait du regard les hommes. Elle n’avait pas de mal, car les deux amies par la joliesse et la nouveauté qu’offrait leur tandem attiraient des regards emplis de curiosité et convoitises. Cela n’était pas pour plaire à Madame de Saint-Martin, mais il fallait bien exhiber sa fille pour la marier et cela fonctionnait, monsieur Delalande était déjà tombé sous le charme de Sophie et il avait été en cela rejoint par monsieur Distelmeïer, lui aussi fils de banquier. Les deux jeunes hommes avaient fait leur demande à monsieur Dambassis, qui s’était retourné vers sa fille pour lui demander son avis, et n’obtenant que pour toute réponse qu’elle y réfléchirait. Cela avait fait rire le père et grimacer la mère. L’un et l’autre ne savaient pas que Sophie suivait les conseils de son amie qui, elle-même, écoutait ceux des êtres lumineux. Elle attendait le troisième prétendant en se laissant courtiser par les deux premiers.

Madame de Saint-Martin s’impatientait, elle cherchait elle aussi dans la foule des admirateurs du général victorieux un homme qui visiblement n’était pas là. Inquiète, elle se rongeait d’inquiétude. Et s’il ne venait pas ? À sa contrariété, il n’y avait que monsieur de Laussat qui venait vers elle. Joseph avait pourtant été explicite, son billet était clair, il n’allait pas tarder. Quelque chose ou quelqu’un avait dû le retarder.

Après avoir fait ses hommages, Pierre-Clément de Laussat se retourna vers Edmée, dont il s’était visiblement entiché. Chaque fois que dans le même lieu ils se retrouvaient, il lui tenait compagnie. Il avait une attitude toute paternelle qui convenait parfaitement à l’adolescente. En fait, il vivait mille tourments entre l’amour réel qu’il avait pour sa jeune épouse, mais qui était resté si loin, à Pau et Edmée qui par sa beauté et sa candeur l’attirait inexorablement. Sophie qui avait remarqué le comportement ambigu de l’homme l’avait fait remarquer à son amie qui en avait rejeté l’idée, tant elle la trouvait absurde.

Joseph n’était pas loin. En retard, il avait envoyé devant lui Pierre-Clément. Sa tâche achevée, il fut freiné dans son élan à l’approche de l’hôtel de la belle Julie. Il s’était jeté dans l’ombre à la vue d’un groupe d’hommes au sein duquel il avait reconnu la silhouette de Marat. « L’ami du peuple » était pour lui comme une araignée sur sa toile qui sautait sur ses proies aux moindres vibrations de celle-ci. Il avait fait paraître près de mille numéros dans son journal en un an, le plus souvent ses articles avaient des allures de dénonciation publique, qui comme la foudre pouvait mener à la guillotine. La plus connue avait été l’appel au meurtre deux mois auparavant qui avaient déclenché des massacres généralisés dans les prisons de Paris et des autres grandes villes de France. Joseph attendit sous couvert, il supposait que le journaliste ne resterait guère longtemps dans les lieux, cela n’était pas sa tasse de thé. Il devait y être venu pour jeter quelque anathème. Il n’avait pas tort. À la surprise de tous et à la contrariété de beaucoup, les habitués de la belle Julie virent entrer l’homme qui se prenait pour la justice, la conscience de la jeune république. Jean-paul_marat_1.jpgLe silence telle une vague se répandit parmi les invités. Talma qui s’entretenait avec le général, et tournait le dos aux nouveaux visiteurs, ne réalisa l’arrivée impromptue qu’au silence soudain du général. Il se retourna, croisant le regard inquiet de son épouse. Il vit alors Marat accompagné d’une clique de sbires, admirateurs inconditionnels. Son sourire s’élargit, non pas qu’il appréciait particulièrement l’homme qu’il trouvait par trop impulsif, mais il défendait les mêmes idées que lui. Son talent d’acteur lui permettant de garder son sang-froid, d’une voix de stentor, celle qui faisait vibrer toutes les femmes, il lança « – Julie, voyez qui nous vient, notre ami Marat. » La jeune femme joua en accord et réagit avec harmonie. Telle une nymphe gracieuse, elle alla au-devant du trouble-fête, car elle le percevait comme cela. « – Citoyen, quel plaisir de te voir, c’est la première fois que je peux me réjouir de te recevoir entre mes murs.

– Rassure-toi, citoyenne, c’est sûrement la dernière, les relents de la traîtrise suinte les murs.

– Mon ami, mon ami, comme tu y vas. Nous sommes tous là pour fêter et encenser notre bon général.

Il fallut tout son sang froid à la belle Julie, pour ne pas montrer la contrariété qu’elle ressentait. Talma sentant les choses mal tournées, le général commençait à très mal prendre cette invective qui semblait le viser et s’apprêtait à rentrer en lice, il prit le bras de Marat. « – Tu y vas fort Marat. Viens donc boire un verre en l’honneur de notre général, et ne cherche pas ce qu’il n’y a pas. » Le journaliste dégagea son bras, mais accepta le verre que lui tendit Julie. Celui-ci but, il se retira sans plus rien rajouter. L’assemblée se remit à respirer, certains lui emboîtèrent le pas et les autres petit à petit reprirent un semblant de conversation.

Portrait de la princesse Karoline von und zu Liechtenstein (1793).jpgJoseph entra à ce moment-là, traversa le vestibule, puis un salon et entra dans le grand salon. La première chose qu’il vit ce fut le regard limpide d’Edmée qui semblait regarder amoureusement Pierre clément. Le regard fixé sur la main blanche de la jeune fille qui dégageait ses boucles brunes de son épaule, il avançait vers eux l’estomac noué, la rage au ventre. Depuis le premier jour, elle le subjuguait. Suite à leur première rencontre, il n’avait pas dormi de plusieurs nuits, hanté par son souvenir. Lorsqu’il l’avait revue de façon inattendue à la promenade des feuillants, son cœur avait fondu, ses jambes avaient flanché, il lui avait fallu toute sa maîtrise pour ne pas courir à elle. Il avait maudit sa maîtresse qui inconsciemment l’avait mis dans cette situation. Bien sûr dès qu’il avait été engagé par monsieur Dambassis, il avait espéré croiser Edmée, mais le temps passait et cela n’arrivait pas, son obsession grandissait comme sa frustration. Pour se soulager, il avait fini par mettre les espions à la solde de la Convention sur la piste de la tante de la jeune fille, madame Vertheuil-Lamothe, extirpant une lettre et remettant un vieux dossier sous les yeux de Brissot. Dans les jours qui suivirent leur rencontre aux portes du club des feuillants, il avait trouvé toutes les raisons possibles pour ne pas se rendre à l’hôtel Dambassis. Il ne pensait pas pouvoir se contrôler suffisamment et savait qu’il aurait plus à y perdre qu’à y gagner. Puis le temps passant, dans le sillon de sa maîtresse, il croisa la jeune fille qui visiblement l’évitait, le fuyait trouvant refuge à chaque fois vers Sophie. Cette fois, c’était dans la compagnie de Pierre-Clément tel un taureau en furie, il fonçait droit vers le couple, il fut arrêté dans son élan par madame de Saint-Pierre. « – Je suis là Joseph, où vous courez ? » Arrêté dans sa course haineuse, il se reprit. Malgré sa contrariété, il se ressaisit. « – Je vous cherchai. J’ai vu Marat sortir d’ici, je me suis inquiété. » À voix basse, elle le rassura, touchée par son alarme, elle était loin de se douter des tourments de son amant. Edmée à ce moment-là se retourna vers le couple, un sourire aux lèvres qui s’effaça à sa vue. La douleur fut vive dans la tête de Joseph.

***

Le lendemain, Marat publiait le récit circonstancié de cette visite dans son journal, attirant l’attention des membres du club des Jacobins sur les « conciliabules » du salon Talma regardé comme un repaire de contre-révolutionnaires. Joseph porta, à l’hôtel Dambassis, le journal dans lequel était citée Madame de Saint-Martin, ainsi que Pierre Clément. Les jeunes filles, elles n’avaient pas attiré l’attention du journaliste et pourtant la liste des suspects était longue.

***

Novembre 1792.

La voiture s’arrêta devant le 6 de la rue de Tournon. Madame de Saint-Martin, Sophie et Edmée se rendaient chez Fanny de Beauharnais. Afin d’effacer, ce qui pouvait être une erreur préjudiciable, leur présence au salon de la belle Julie, monsieur Dambassis, sur les conseils de Joseph, avait incité son épouse à se rendre chez madame de Beauharnais, qui tenait salon. Celle-ci, ci-devant comtesse de Beauharnais, femme de lettres avant tout, n’était pas plus révolutionnaire que beaucoup, mais elle vivait avec un idolâtre de Marat. Ce fut celui-là même qui les accueillit dans la demeure de celle qui était officieusement sa maîtresse. Le chevalier Michel de Cubières, publiquement secrétaire de la maîtresse des lieux, mais qui se prenait pour le maître de cérémonie à défaut d’en être le maître de maison. Il tournait, virevoltait dans le salon, rangeait une table, dérangeait la suivante, allumait des bougies, se recueillait pour donner des ordres, parlait bas à Madame de Beauharnais, puis haut, lui faisant des éloges grossiers. Comme beaucoup, cela faisait rire Madame de Saint-Martin, qui le trouvait ridicule, mais cela agaça de suite Edmée et laissa indifférente Sophie qui avait déjà repéré sa nouvelle proie, un négociant russe nommé Saveliy Nourtdinov. Rien que le nom la faisait rêver. À leur vue, celui-ci hocha la tête, mais ne fit aucun mouvement. Il n’avait, jusque-là, jamais fait une seule approche à part ce mouvement de tête. Sophie était dans tous ses états, il ne devait pas la trouver assez jolie, elle passait de l’euphorie au marasme depuis leur première rencontre dans le salon de madame de Bonneuil. Il n’y avait pas que le beau Russe dans la place, Joseph était déjà là, madame Dambassis entraîna de suite les adolescentes vers lui. Celui-ci s’entretenait avec une jolie femme, d’une élégance sans faille, vêtue d’une robe à l’anglaise d’un jaune sombre sur une jupe caramel, qui lui souriait béatement, captivée, semble-t-il, par son discours. Madame de Saint-Martin, qui l’avait reconnu et qui la tenait pour insignifiante, s’adressa à elle avec condescendance. « – Citoyenne de Beauharnais, comment te portes-tu ? » Le ton et l’interpellation surprirent et choquèrent les deux adolescentes. Sophie comprit que l’invective était portée par jalousie, ce qui l’amusa. Edmée quant à elle se demandait pourquoi tant de mépris et d’animosité envers cette jeune femme, qui resta stoïque devant l’attaque, mais qui avec acidité lui rétorqua. « – Comme toi, citoyenne Dambassis, par les temps qui court. » Joseph, sentant que cela allait dégénérer entre les deux femmes, et bien qu’il n’aurait pas demandé mieux que de rester en compagnie d’Edmée, entraîna sa maîtresse vers le salon adjacent dans lequel le prince de Gonzague Castiglione parlait avec feu de restaurer la liberté dans ses États qu’il n’avait plus, et de leur donner une constitution à la française, sitôt que la Providence les lui aura rendus. Portrait of Josephine de Beauharnais by Michel Garnier , 1790.jpgLa jeune femme qui resta en compagnie des deux jeunes filles s’avérait être Rose Tascher de La Pagerie, vicomtesse de Beauharnais, nièce par alliance de la maîtresse de maison. Elle accompagnait ce soir-là son époux Alexandre de Beauharnais de passage à Paris dans l’espoir d’une nouvelle nomination, il avait été pressenti comme commandant en chef de l’armée du Rhin. Elle avait pris sur elle, pour ses enfants et à la demande de son beau-père, étant séparée depuis plusieurs années de son époux. Tout sourire, elle s’adressa aux jeunes filles et tout d’abord à Sophie. « – Il me semble mademoiselle que le beau Nourtdinov essai d’attirer votre attention. » Sans retenue, oubliant toute discrétion, se retournant vers l’homme qui la dévisageait, il est vrai, elle questionna la jeune femme. « – Vous pensez ? Vous le connaissez ? » Edmée sourcilla devant le comportement fébrile de son amie, ce qui déclencha un rire discret que Rose de Beauharnais camoufla derrière son éventail. « – Vaguement, je l’ai croisé à plusieurs reprises. D’après ma tante, c’est un négociant moscovite qui a une belle fortune. On le tient pour très sérieux et on ne lui connaît aucune aventure. Je vous ai dit tout ce que j’en sais. » Sophie en peu de temps en avait appris plus qu’en trois semaines d’inquisition. « – Je peux vous le présenter. » Et avant que Sophie ne réagisse, elle faisait signe au beau russe qui s’empressa de s’approcher. Après quelques banalités échangées, Rose entraîna Edmée vers un autre salon et lui proposa un rafraîchissement laissant Sophie et le beau Moscovite. Après quelques instants, elles fuirent les oraisons d’Anacharsis Cloots et s’isolèrent sur une banquette près d’une des portes-fenêtres. « – Si je ne m’abuse, mademoiselle, vous êtes tout comme moi créole ? Je suis de Martinique.

– Je suis née à Saint-Domingue. Comment l’aviez-vous deviné ?

– Ma chère, nous sommes un peu indolentes dans nos grâces, mais cela est, paraît-il, l’un de nos charmes les plus flagrants. Et, quoi que nous fassions pour y remédier, nous avons un léger accent.

Leur conversation fut interrompue par le retour de Sophie qui venait la chercher pour partir. « – Au plaisir de vous revoir jeunes filles.

– Nous nous reverrons, madame, avant que vous n’ayez épousé un plus que roi. Laissa échapper Edmée dans un sourire.

Rose tiqua. Comment cette jeune fille, qu’elle rencontrait pour la première fois, connaissait-elle cette prémonition faite par une pythonisse de Martinique ? Elle n’eut pas le temps de lui demander. Madame de Saint-Martin était là. Elle tourna les talons sans avoir eu de réponse.

Louise Élisabeth Vigée Le Brun. La duchesse de Guiche, by Vigee Le Brun. Oil on canvas. 1794

Cette histoire met en scène des personnages réels et des personnages fictifs ainsi que des événements et des dialogues inventés à des fins dramatiques et afin de compléter les vides des biographies. Les illustrations des personnages ne sauraient être confondues avec les personnes réelles.

épisode 012