LE MYTHE DU€BON SAUVAGE

anonyme, huile sur toile, début du XIXe siècle

75.9526

PAUL ET VIRGINIE DANS LA FORÊT

Il s’agit ici du même épisode, lorsque les enfants perdus dans la forêt aperçoivent Domingue venu leur porter secours. Le roman de Bernardin de Saint-Pierre continue donc à inspirer les artistes et répond surtout aux attentes des lecteurs.

€Dans ce tableau du début du XIXe siècle, le traitement du paysage est touché par le romantisme naissant, il ne s’agit plus de la nature bienfaisante et protectrice mais d’une végétation que l’on imagine luxuriante et exotique (au premier plan on remarque un strelitzia, plante en vogue à l’époque, ici associée à l’eau alors qu’il s’agit d’une plante qui s’épanouit en terre, au soleil). Les rochers, les racines, la diversité des plantes participent à cette nature désorganisée, non domestiquée, romantique, renforçant le sentiment de solitude et de danger éprouvé par les enfants.

€Domingue, au fond de la scène, apparaît comme une ombre qui se détache sur un halo de lumière et marque la profondeur de la scène mais aussi l’espoir récompensé de Paul et Virginie (les mains jointes en prière) qui incarnent ces valeurs tant recherchées par la bourgeoisie de l’époque pour l’éducation de leurs enfants (la vie familiale, l’obéissance, l’honnêteté, la foi).

Paul et Virginie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s